It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
MessageSujet: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Jeu 10 Mar - 19:41

&
Kaliska E. D. Aixeres & Esra Temekhin


Esra pesta. Dès le début, dès le moment où elle ouvrit ses yeux, elle sentit que cette journée allait être catastrophique, purement et simplement. Hier soir elle avait du mal à s'endormir, s'était tournée et retournée dans son lit, sans trouver un sommeil qui la fuyait. Elle pensait trop et cela l'agaçait au plus au point. Le problème était surtout à qui elle pensait. Aaron, Aaron. Elle le détestait, le haïssait, l'abhorrait, le maudissait, le méprisait. Et en plus, il lui volait ses rêves. Il ne perdait rien pour attendre celui-là. Esra s'était donc levée et avait essayé de vaincre cette image persistante sous une douche brûlante. Le jet d'eau lui avait embrasé le dos, rôti les jambes mais toujours cette foutue pensée dans sa caboche. Que voulez-vous faire alors pour faire fuir la mauvaise humeur ? Rien. Attendre la nuit et prier pour pouvoir dormir.

Esra s'était donc ensuite campée devant son immense dressing pour choisir une tenue. Enfin, à quoi cela aurait-il servi ? Journée banale en perspective : petit-déjeuner, taxi, entraînement, déjeuner ultra-surveillé par Oncle Alp, entraînement, dîner, coucher à heure fixe. Elle soupira. Et si ? Et si elle ne faisait pas comme d'habitude ? Un souffle de joie se glissa dans son cœur. La journée débutait sous un meilleur augure. Elle choisit donc une tenue inhabituelle pour se rendre à un entraînement, une robe courte griffée Prada sans collant pour une journée qu'elle espérait printanière, des talons et des bijoux. Elle se maquilla et, gonflée à bloc, décida d'aller prendre son petit-déjeuner dehors. Une petite entorse à la règle qui ne ferait de mal à personne, surtout à son moral. Il fallait juste que son oncle ne soit pas au courant. Elle attrapa son sac de raquettes, son sac à main contenant son argent et ses clés. Elle sortit de son appartement, le ferma et mit ses clés dans son sac.

Elle descendit les marches quatre à quatre et quitta le Dakota. Elle se dirigea vers le Starbucks le plus proche où elle commanda un Caramel Macchiato. L'alliance du lait vapeur, d'espresso et de sirop de vanille, le tout garni d'un séduisant filet de caramel. Doux, onctueux et merveilleusement intense, il était le parfait remède au blues persistant. Elle paya et respira la délicate odeur du café. Les cheveux lissés d'Esra volèrent au vent printanier qui semblait joueur aujourd'hui.

Malheureusement pour sa ligne, Esra passa devant une boulangerie qui possédait toutes les caractéristiques du diable : muffins, tartelettes, brownies, cookies, cakes... Elle s'arrêta devant et rejeta sa tête en arrière, une expression d'envie sur le visage. Pourquoi était-elle passée par là ? Elle voulait vraiment se faire remonter les bretelles par Alp ? Et à la russe en plus ? Elle soupira et posa ses poings sur ses hanches. Le dilemme était immense. Se faire plaisir ou respecter la règle bien sagement. Un sourire éclaira son visage. La première option prit le dessus et la bouscula à pousser la porte de la boulangerie. Devant le présentoir, le choix l'empoigna. Quand ce fut son tour, prise de court, elle choisit le muffin aux pépites de chocolat et s'en voulut tout de suite. Pourquoi n'avait-elle pas pris le pain brioché ? C'était le moins calorique, un muffin devait au moins avoir 250 calories ! Elle paya et se dépêcha de sortir de la boutique, honteuse.

Elle décida d'arrêter de se culpabiliser et sorti son iPod. Elle mit une chanson russe, une comptine qui lui rappelait tellement de souvenirs de la Russie qui l'avait vue grandir, "Qu'il y ait toujours du soleil" soit "Пусть всегда будет солнце".

Пусть всегда будет солнце,
Пусть всегда будет небо,
Пусть всегда будет мама,
Пусть всегда буду я!


Sans s'en rendre vraiment compte, elle se dirigea vers Central Park et y entra pour finalement se retrouver dans Bethesda Terrace en chantonnant en russe.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Ven 11 Mar - 1:23

La lumière commençait à percer faiblement au travers des rideaux de la chambre de Kaliska. Bientôt, il ferait grand-jour et la pièce serait entièrement éclairée. En attendant, la jeune femme était toujours plongée dans le sommeil et l’appartement était encore calme et paisible. La veille au soir, Kali avait fait quelque chose qu’elle ne faisait que très rarement ; elle avait accepté l’invitation à dîner d’un gars qu’elle côtoyait en cours et qui était assez remarquable pour qu’elle retienne ne serait-ce que son prénom. C’est ainsi qu’il l’avait amené au cinéma après qu’ils aient mangés des hot-dogs acheté sur la route. Rien de bien remarquable en soit, mais le fait que Kali est réussi à passer une soirée sans se dire une seule fois qu’elle aurait été mieux chez elle était un exploit, quelque chose qui n’arrivait que très rarement voir jamais.

Kali ouvrit les yeux lentement. Habituellement, elle n’était pas du matin mais aujourd’hui, elle avait l’impression d’avoir merveilleusement bien dormi. Et pour cause, un regard jeté sur son réveil à côté d’elle lui indiqua qu’elle aurait du être levée déjà depuis deux bonnes heures et qu’elle devrait déjà être en cours. Elle soupira mais même ce constat ne réussit pas à la mettre de mauvaise humeur. Il ne réussit pas non plus à la presser d’ailleurs, il en aurait fallu bien plus que ça. Elle s’étira doucement et sortit de son lit en frissonnant un peu. Même si elle aimait le contact de l’air froid sur sa peau, la différence de température entre son lit et sa chambre ne pouvait que se faire ressentir. Elle ouvrit ses rideaux et laissa son regard vagabonder quelques minutes sur le dehors. Les immeubles, les voitures, les trottoirs ; le paysage de la ville lui déplaisait toujours autant. Elle aurait aimé pouvoir se lever le matin et posé son regard sur un endroit où la vie humaine ne semblait pas aussi présente, aussi marquée, et où, de préférence le sol aurait été glacé. En résumé, elle aurait préféré être au seul endroit qu’elle considérait comme sa maison et où elle n’avait pas mis les pieds depuis une éternité : l’Antarctique, sa terre natale.

Kaliska enfila les premiers vêtements qui lui passèrent sous la main, un jean, une petite chemise et un pull. Il traînait sur la rambarde de son lit et, si on respectait la logique de son rangement – ou plutôt de son désordre – cela signifiait qu’ils étaient propres et qu’elle n’avait juste pas eu le courage de les ranger dans son placard. Après ça, elle sortit de sa chambre et se dirigea d’un pas lent vers l’appartement. Il semblait désert et Kali en déduisit qu’elle devait être la seule encore ici. Histoire de s’en assurer elle appela sa sœur mais n’obtint aucune réponse. Certes, même quand cette dernière était là, elle ne répondait pas toujours mais Kali savait que dans son obsession du travail, Noko n’aurait raté pour rien au monde une matinée de cours.

Après avoir ouvert le placard du petit-déjeuner et avoir vu qu’il ne contenait désespérément rien, Kali se résigna à l’idée de sortir faire un tour et de se trouver à manger en route. Dans l’idéal, il aurait fallu que quelqu’un se charge de remplir les placards mais l’idée d’aller faire les courses semblait beaucoup trop dure pour Kali. Et puis, elle n’avait pas envie d’entacher sa bonne humeur de la journée avec des choses si futile. Elle pourrait toujours se nourrir de glace au pire, le congélateur en était toujours plein.

Elle attrapa sa veste qui était posé sur le canapé, chercha son sac quelques minutes puis, une fois qu’elle eut trouvé son sac, se mit en quête de son portable cette fois. Au bout de longues minutes, elle était fin prête à partir. L’air au dehors était encore froid et Kali inspira une grande bouffée d’air en souriant. Elle commença à se mettre en route mais finit par prendre un taxi. Elle avait envie de se promener un peu du côté de Central Park et y allait à pieds la fatiguait d’avance.

Arrivée à destination, elle fit un petit détour pour acheter quelque chose pour nourrir son estomac qui criait famine et pénétra dans le parc. A cette heure de la journée, il n’était pas vraiment très peuplé et Kali marchait sans vraiment faire attention où elle allait. Elle n’avait pas vraiment de buts précis à vrai dire, elle voulait juste profiter de l’air frais et de ce qui l’entourait. Son regard se posait sur les gens autour d’elle sans qu’elle face vraiment attention à ces derniers, elle aurait pu croiser un de ses plus proches amis qu’elle ne se serait même pas rendu compte de la présence de ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Ven 11 Mar - 13:16

Il y avait du monde autour d'Esra mais elle ne les voyaient pas. Ils étaient des images qui se mouvaient, qui la frôlaient, l'effleuraient. La comptine russe dans ses écouteurs, volume poussé à fond, les passants devaient entendre mais elle n'en avait guère à faire. Elle souriait, et plus elle croquait dans son muffin aux pépites de chocolat, plus elle souriait. Son Caramel Macchiato était presque fini, il ne restait que la partie qu'elle adorait, le summum du plaisir : la fin du café, un mélange subtil de fleur de vanille et de reste de caramel, le tout dilué dans un peu du liquide noir. Esra se passa la langue sur les lèvres d'avance, c'était son instant privilégié avant d'affronter de la dure journée d'entraînement qui l'attendait.

Soudain, elle aperçut quelque chose qui attira son attention plus particulièrement, il y avait une feuille sur la terrasse de Bethesda terrace. Esra aimait beaucoup ce coin du parc, avec son charme légèrement antique et sentant la naphtaline. Une feuille d'arbre, lequel était-ce, avait eu la vantardise de voleter au dessus de la terrasse. Il avait plu la veille au soir et ce n'était pas tout à fait sec. Là où un Américain standard aurait attendu de voir qui allait glisser sur cette feuille et rit avant d'aller, peut-être dans un élan de bonté, aider à se relever le malchanceux, Esra la suivit des yeux dans le but de la rattraper avant qu'elle ne tombe. C'était bien idiot, elle le savait, il en tomberait d'autres des feuilles mais celle-là l'attirait, elle la voulait.

Elle se mit à marcher un peu plus vite sans quitter des yeux cette foutue feuille d'arbre. Elle connaissait le vice de ceux qui ne prévenaient pas à l'abord d'une plaque de verglas sous une couche mince de neige. C'était arrivé souvent à Ankara comme à Moscou. Esra ne faisait pas attention à elle. Elle pouvait se rompre le cou à chaque instant. Et dire qu'elle avait un tournoi important dans à peine cinq jours ! Elle l'avait remporté l'année dernière, elle avait pas mal de points à défendre...

Soudain, ce fut le choc. En voulant tendre le bras pour attraper celle qu'elle poursuivait depuis quelques minutes, café en main, elle s'était encastrée dans une personne. Esra tomba à terre. Son café roula avec elle, perdant ses précieuses saveurs.

Mais c'est pas possible ça non ! Vous pouvez pas regarder où vous allez ! Mon café est fichu ! Et je ne vous parle pas de ma robe !

Tout en parlant, Esra observa la jeune femme qui lui avait foncé dedans, où qu'elle avait bousculé, elle ne savait pas trop. Brune aux yeux clairs, jolie. Elle lui rappelait quelque chose ou quelqu'un. Oui mais qui ? Et où se seraient-elles rencontrées ?

Je suis désolée mais... On se connaît non ?




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Sam 12 Mar - 1:39

L’air frais caressait son visage. Si elle avait osé dire ça devant quelqu’un de son entourage ou devant une simple connaissance, il l’aurait regardé bizarrement et lui aurait répondu quelque chose du genre : « L’air ne peut pas caresser ton visage, c’est ridicule. » C’était comme quand elle avait le malheur de trop en dire dans une conversation et qu’elle disait qu’elle aimait le froid. A ce moment-là, elle avait toujours la terrible impression d’être un extra-terrestre. Il n’y avait pas qu’à ce moment-là, elle n’était pas toujours certaine de vivre sur la même planète que les gens qui l’entouraient. Mais si, c’était le cas. Il y avait une chose de sûre par contre, c’est quand être elle et les autres, il y avait un mur. Un mur qui souvent s’avérait infranchissable.
Si elle n’avait pas eu cette peur de passer encore une fois pour quelqu’un d’étrange, «d’originale » comme le disait les gens qui avait tendance à ne pas vouloir dire les choses comme elles étaient, elles auraient pu se mettre à danser ici. Elle n’écoutait pas de musique à se moment précis mais cela n’avait pas d’importance. Mais elle s’abstint. Car elle avait beau dire à qui voulait bien l’entendre que le jugement des autres l’importait peu, il y avait des fois ou leur regard était dur à supporter.

Elle avait le regard fixé sur une fontaine un peu plus loin, tandis que ces pensées défilaient dans sa tête. D’autres vinrent s’ajouter mais elle en avait perdu le fil exacte. C’est alors que, sans comprendre ce qui se passait réellement, elle sentit un choc. Quelqu’un venait de lui rentrer dedans et ce quelqu’un était à présent à terre. Kali s’en voulut un peu. Elle était dans un de ses bons jours et donc à même de compatir avec le malheur des autres même quand il n’y avait pas de réel malheur comme là. Elle tendit donc la main pour aider la jeune femme à se relever et s’apprêta à s’excuser lorsque cette dernière prit la parole.

Kali resta cloué sur place en entendant ce qu’elle disait. Non mais pour qui se prenait-elle cette fille qui ne savait même pas regarder devant elle quand elle marchait ? Parce que Kaliska était immobile depuis de longues minutes lorsqu’elle l’avait renversée et n’était en rien responsable. La main qu’elle avait tendue pour aider la jeune femme à se relever retomba le long de son corps et elle répondit d’un ton glacial. « C’est plutôt à vous de regarder devant vous ! Pauvre chérie, je ne vais pas vous plaindre pour un café et une robe, je suis sûre que vous en repayez ne sera pas du tout un souci pour vous. »

Là, l’idéal aurait été de tourner les talons et de faire un départ très théâtral. Et c’est ce qu’elle aurait choisi de faire si l’autre n’avait pas repris la parole, parlant un peu plus aimablement cette fois. Est-ce qu’elles se connaissaient ? Kaliska avait beau chercher, elle ne se souvenait pas s’être fait hurlé dessus comme ça une autre fois pour un café et une robe. Pourtant il était certain que si elle l’avait déjà rencontrée, elle ne devait pas l’apprécier beaucoup. Elle la regarda attentivement réfléchissant et puis de vagues bribes de souvenirs revinrent à elle. Elle répondit juste par un simple mot à la question de l’autre. « Mexique.» Tout simplement parce que dans l’immédiat, elle n’était pas capable d’en dire plus.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Dim 13 Mar - 20:28

Esra regarda son café perdre ses précieuses gouttes, ses saveurs inégalables. Elle savait que c'était complètement ridicule de se mettre dans un état pareil pour un Starbucks et une robe, bien qu'elle soit Prada. En temps normal, elle n'aurait pas réagi ainsi mais la peur et la honte l'accaparait. En effet, elle ne devrait pas être là. Elle n'aurait pas du avoir mangé ce Muffin aux pépites au chocolat. Elle n'aurait pas du boire ce café. Elle n'aurait pas du passer par Central Park. Elle aurait du prendre un taxi comme d'habitude et se rendre à l'entraînement par le chemin habituel. Elle le savait et c'est ça qui l'énervait. Elle transposait ainsi son énervement sur cette jeune fille qui n'avait rien demandé. Esra s'en voulut tout de suite de son comportement. Quand cette jeune brune l'engueula, la jeune Turque comprit. Elle aurait réagit de la même façon.

Quand la jeune femme qu'elle avait bousculé dit le nom du Mexique, tout revint en mémoire à Esra. Elle sourit.

Kamelia !

Puis, d'un air moins assuré au vu de la tête de la jeune fille. Elle paraissait totalement ailleurs et Esra rencontrait tellement de personnes lors de ses voyages qu'elle n'était pas sûre du nom de toutes celles-ci. Il lui arrivait souvent de croiser des gens qu'elle aurait rencontré dans ses déplacements professionnels, mais elle était impossible de mettre un nom sur un visage. Celle-ci, pourtant, elle en était sûre, elle l'avait rencontrée. C'était sûr et certain. Son prénom, c'était la question.

Kamelia, c'est ton nom non ? Enfin, je ... Ou Kaliska ?

Une plage de sable fin, blanc et pur, une vaguelette d'eau délicate claire, une odeur de monoï, un palmier se balançant au rythme du vent, un soleil brûlant. Tout cela afflua au cerveau d'Esra. Des bribes de souvenirs refaisaient surface, petit à petit. Elle ne savait pas encore si c'était au cours d'un tournoi ou d'un voyage personnel. Elle ne savait pas quand exactement elles s'étaient rencontrées. Elle ne se souvenait plus si elles s'étaient appréciées. Et, au vu de la réaction de la jeune brune en face d'Esra, elle n'était pas sûre que ça se soit bien passé...



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Lun 14 Mar - 13:58

Peut-être que la jeune femme en face d’elle s’était-elle rendue compte que sa réaction un peu plus tôt avait été excessive parce qu’elle ne répondit rien parce qu’elle n’ajouta rien à ce sujet. De toute manière, Kali se moquait éperdument du fait qu’elle ajoute quelque chose ou pas, son attention s’était fixé sur une grand-mère qui promenait son chien un peu plus loin et elle en avait presque oublié qu’elle était en train de parler à quelqu’un. Enfin, si on pouvait appeler ça parlé.

« Kamelia ! » Kaliska leva la tête surprise se souvenant de la jeune femme en face d’elle. Celle-ci devait avoir reconnu quelqu’un un peu plus loin et n’allait donc sûrement pas tardé à passer son chemin. Kali jeta un regard derrière elle et ne vit rien d’autres qu’un homme qui ne semblait du reste pas très net. Elle doutait un peu du fait que ce soit lui Kamelia. Elle jeta un regard perplexe à la jeune femme et puis commença à comprendre que ça devait être elle qu’elle appelait Kamelia. Kamelia, Kaliska, il y avait quand même trois lettres pareilles. Largement de quoi se trompé.

Visiblement, l’autre – dont Kali était incapable de retrouver le nom – s’était rendu compte de son erreur parce qu’elle ajouta « Kamelia, c'est ton nom non ? Enfin, je ... Ou Kaliska ? » Kali hocha la tête avant de confirmer de vive voix. « Oui c’est ça Kaliska. Et toi c’est … » C’était là la raison pour laquelle elle ne s’était pas offusqué du fait que la jeune femme se soit trompé de prénom, parce qu’elle-même était incapable de remettre un nom sur son visage. Pourtant on ne pouvait pas dire qu’elle côtoyait énormément de monde, surtout au Mexique quoi, mais elle ne faisait l’effort de retenir à qui elle parlait que quand ça en valait vraiment la peine. Tant qu’elle savait son prénom et celui des membres de sa famille, c’était suffisant.

Elle fit néanmoins un effort considérable pour essayer de se souvenir. Elle ne voyait pas vraiment pourquoi elle faisait ça, ce n’était pas vraiment important. Elle avait du croiser cette fille une fois et là, le hasard avait voulu qu’elle se revoit mais c’était sans aucun doute la dernière fois. « … Esra c’est ça ? » En vérité elle ne s’était pas vu qu’une fois mais plusieurs, au Mexique évidemment. Et du peu qu’elle. Pas au point de garder contact avec elle et de devenir son amie certes, mais elle l’avait trouvé sympa et c’était déjà ça quand on savait comment était Kali.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Lun 14 Mar - 20:37

C'était limpide ! Elle avait rencontré plusieurs fois Kaliska au Mexique, à Acapulco où Esra était pour un tournoi. Elle l'avait gagné celui-là d'ailleurs. Elle aimait bien les conditions extrêmes pour jouer. Jouer dans un froid glacial à Moscou, jouer dans la fournaise australienne à l'Open d'Australie. Jouer dans un semblant de court climatisé, c'était inintéressant au possible. Il faisait bon selon des observateurs externes, morne selon la Turque.

Quand la jeune femme confirma son prénom, Esra eut un sourire victorieux. Elle avait trouvé ! Elle rencontrait tellement de personnes différentes, qu'aurait été ravies qu'Esra se rappelle du leur. Pourtant, cette dénommée Kaliska ne semblait pas s'en offusquer. Et elle comprit bien vite pourquoi. Kaliska non plus ne se souvenait plus du nom de la native d'Ankara. Esra s'en réjouit. ce n'était pas une réaction normale, elle le savait mais elle était tant connue à travers le monde, à travers du monde du tennis. Tout le monde se targuait d'être son ami, de connaître tout d'elle. Que quelqu'un ne connaisse pas son prénom l'enchantait, surtout si elle l'avait déjà rencontrée...

Puis, Kaliska retrouva son nom. Esra fut déçue et cela se sentit dans sa voix quand elle reprit la parole.

Oh. Oui, voilà c'est ça, Esra. Acapulco n'est-ce pas ? On s'était croisées là-bas !

Esra s'en voulut un peu d'avoir réagit comme une marginale inhabituelle. Les gens normaux n'aurait pas du réagir ainsi, Kaliska devait la prendre pour quelqu'un de bizarre... Une personne "normale" aurait dû faussement s'offusquer que son interlocuteur ne se souvienne pas du prénom.

Désolée, mais c'est que tout le monde me connaît alors... Quand quelqu'un ne me reconnaît pas, ça me fait plaisir. C'est bizarre non ?

Elle eut un petit rire nerveux tandis que son iPod, toujours à terre, braillait la comptine enfantine russe encore et encore.

Пусть всегда будет солнце,
Пусть всегда будет небо,
Пусть всегда будет мама,
Пусть всегда буду я!



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Jeu 17 Mar - 22:29

« Oh. Oui, voilà c'est ça, Esra. Acapulco n'est-ce pas ? On s'était croisées là-bas ! » Kali n’en était pas certaine mais elle cru entendre dans la voix d’Esra quelque chose qui lui paru étrange, comme si elle était déçue, déçue que Kali se soit finalement souvenu d’elle. Bon, Kali n’était certainement pas la mieux pour juger de ce qui était étrange ou non mais bon. « Oui ça doit être ça. » Elle ne s’étendit pas sur la question, elle ne s’en souvenait pas assez pour en parler vraiment.

« Désolée, mais c'est que tout le monde me connaît alors... Quand quelqu'un ne me reconnaît pas, ça me fait plaisir. C'est bizarre non ? » Kali fronça les sourcils, ainsi elle était connue. Elle devait sûrement faire partie de ces nombreuses personnes connues qui se la jouaient et qui se plaignait d’être trop connu. Pourtant Kali se souvenait l’avoir trouvé sympa et si Esra avait vraiment été ce genre de personnes, elle l’aurait détesté instantanément elle le savait. Alors la jeune brune était peut-être une exception. Même si un peu plus tôt elle l’avait engueulé pour une robe prada et un café. Si Kali réfléchissait autant à ce genre de détails sans importance, c’était parce qu’elle voulait décider quelle était la manière la plus approprié de répondre à la jeune femme. Elle décidé finalement de lui accorder le bénéfice du doute et lui répondit de la manière la plus sympathique qu’elle pouvait. « Je comprends. Enfin je veux dire, je n’ai vraiment pas ce problème là moi, mais je ne trouve pas ça bizarre. Enfin, je ne suis pas certaine d’être une bonne référence en la matière, la plupart des gens me trouvent moi-même bizarre. » Kali se tut, fit un sourire poli à Esra et repris. « Enfin si ça peut te rassurer, j’ai mis vraiment vraiment beaucoup de temps à te reconnaître. » Elle ne parlait pas beaucoup, pas souvent mais quand elle se mettait à parler, en général c’était pour dire beaucoup de choses inutiles. Elle ramassa le ipod duquel sortait la musique et qui était toujours par terre et lui tendit poliment. « Désolé. » Elle s’excusait surtout de parler trop ou peut-être était-ce de lui être entrée dedans, ça n’avait pas grande importance dans le fond.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Lun 21 Mar - 20:25

Apparemment, Kaliska ne se rappelait pas tant que ça de leur rencontre à Acapulco. En effet, elle ne s'étendit pas sur le sujet ce qui arrangea Esra qui ne parvenait pas à se remémorer tous les détails de son voyage... Puis la jeune femme qui se tenait devant Esra parla. Elle comprenait ce qu'elle disait et la jeune Turque sourit. Enfin, quelqu'un qui ne la prenait pas pour quelqu'un de bizarre ! Esra hésitait toujours à s'expliquer sur quelques réactions qui pouvaient paraître étranges.

Merci, ça me rassure oui. Que tout le monde ne me reconnaisse pas me fait du bien si tu savais !

Esra eut un petit rire. Kaliska se baissa pour lui rendre son iPod qui était resté à terre et qui braillait la comptine russe.

Oh, merci.

A ce moment-là précis, un couple s'arrêta près d'elles et les regardaient fixement. Esra se tourna vers eux en leur lançant un regard noir et ils détournèrent le regard furtivement. Elle soupira très fort et grommela dans sa barbe. Elle en avait marre des gens qui regardaient comme ça ! Des gens sans gêne. Des gens qu'ils croient qu'on ne les a pas vus. Des gens qui hésitent avant d'aller demander un autographe. Des gens qui lui pourrissait sa journée. Esra s'excusa avant de tourner les talons, d'aller voir ces timides maladroits et de leur assener de manière pas très gentille des paroles.

Vous voulez quelque chose ? Non ? Pourquoi vous nous fixez comme ça ? Un autographe ? Le voilà ! Vous n'avez rien d'autre à faire que d'espionner les gens ?

Après avoir signé un vulgaire bout de papier qui a fait le bonheur de ces deux malheureux, elle se détourna et retourna vers Kaliska.

Désolée, vraiment, ça m'a pris comme ça...

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Ven 25 Mar - 19:57

« Merci, ça me rassure oui. Que tout le monde ne me reconnaisse pas me fait du bien si tu savais ! » Kaliska acquiesça même si en fait elle ne savait pas du tout ce que c’était. Et elle ne s’en plaignait, passer pour la fille invisible ne la dérangeait pas du tout, loin de là. En vérité, les seules personnes qui parfois chuchotaient sur son passage, c’était celles qu’elle avait pour une raison ou une autre déjà envoyé chier et qui n’avaient pas apprécié. Pauvre d’eux.

Lorsqu’Esra la remercia pour avoir ramassé son ipod, Kali se contenta de lui faire un petit sourire. Elle regarda la scène qui s’ensuivit d’un œil curieux. Esra avait tourné les talons et s’était dirigé vers un couple qui les regardait non loin depuis quelques minutes. De ce qu’elle put en entendre, Esra ne se montra pas vraiment agréable envers ces derniers. Bon, il est vrai que c’était agaçant et qu’elle-même n’aurait pas été plus aimable à sa place. Mais à la différence d’Esra, Kali n’était pas célèbre. Il était normale que celle-ci doivent supporter les regards et les demandes d’autographe.

Cette dernière s’excusa de la scène qui venait de se produire en revenant mais Kali se contenta de hausser les sourcils pour toute réponse. Elle ne pensait pas vraiment que Esra aurait apprécié ce à quoi elle avait pensé et c’est ce pourquoi elle n’en dit rien. Son but n’était pas de se fâcher avec une personne qu’elle avait appréciée un jour, même si pour elle c’était il y a des siècles. Et puis elle ne lui avait rien fait à elle et niveau donnage de leçon, Kali était tout sauf la mieux placé pour ça. Elle secoua finalement la tête. « Ce n’est rien. » Une pensée traversa alors son esprit, si elle savait que Esra était célèbre et connu, elle ne savait pas –ou plutôt plus – pourquoi. Elle avait beau essayé de retrouver cela ne lui venait pas. Elle se résolut dont à poser la question. « J’ai beau cherché, je n’arrive pas à retrouver ce que tu fais. Enfin je veux dire pourquoi tous les gens te reconnaissent quoi. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Lun 28 Mar - 17:15

Le couple, serrant dans leurs mains l'autographe, commença à sortir un téléphone portable. Esra bouillonnait. Elle n'était pas là pour faire du cirque bon dieu ! Et son oncle n'était pas sensé etre au courant du lieu où elle se trouvait, des miettes de muffin et des réminiscences de café autour d'elle ! Ces idiots allaient tout faire foirer. Elle avait pourtant si bien commencé cette journée ! Esra regarda sa montre. 10:23. Elle eut une grimace D'effroi. Comment il pouvait etre déjà cette heure-là ?

C'est impossible ! Je vais me faire tuer...

Puis Esra réalisa que quelqu'un se tenait toujours devant elle, Kaliska. Et que cette personne lui parlait. Oui, elle en était sûre et certaine, les lèvres bougeaient. Alors pourquoi elle n'entendait pas ce Qu'elle essayait de lui dire ? La jeune brune réussit à intercepter les derniers mots qui sortirent de la bouche de Kaliska. Ainsi, elle demandait ce Qu'elle faisait comme métier pour etre connue et reconnue comme cela. Esra sourit jaune.

Bonne question... Souvent on appelle ca tenniswoman, d'autre fois chair à scandale utilisée dans les magazines, ou encore clown qui amuse la galerie... En tout cas, normalement, je ne sers pas à CA...

Des souvenirs affluèrent au cerveau d'Esra. Ceux qui font mal et qu'on essaye de cacher, ceux dont on se persuade qu'ils ne referont pas surface, ceux qu'on dit avoir oublié. En l'occurrence, là, c'était des souvenirs pas si anciens que cela. Un magazine à scandale était paru la semaine dernière avec des détails "croustillants sur un couple pas comme les autres", selon leurs propres mots. Il s'agissait d'elle, Esra et de Aaron, cette ordure à laquelle elle avait eu le malheur de succomber quand elle était plus jeune. Vous vous rendez compte de la bombe médiatique ?! Deux joueurs de tennis, beaux tous les deux, emblématiques, prometteurs mais avec un hic. Il était plus âgé et, surtout, en concubinage...

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Jeu 31 Mar - 16:06

« C'est impossible ! Je vais me faire tuer... » Kaliska fronça les sourcils, elle avait beau s’être interdit de penser à ça, elle ne pouvait s’empêcher de se dire de plus en plus que la fille en face d’elle était très très étrange. Encore plus qu’elle-même. Elle se demanda même l’espace d’une seconde si elle ne s’était pas échappé d’un asile aux fous mais chassa cette idée tellement elle était ridicule. Elle ne savait pas vraiment si dans l’immédiat elle devait dire quelque chose, ni même si Esra s’adressait vraiment à elle. Elle prit le parti de parler même si Esra allait sûrement la trouver étrange à son tour. « Te faire tuer ? Je t’assure que dans l’immédiat tu ne cours aucun risque, à moins que ce soit un couple de psychopathe. » Elle indiqua d’un geste vague le couple un peu plus loin avant de laisser retomber son bras et de se taire. Elle aurait sûrement mieux fait e choisir cette option plus tôt mais soit, le jour où Kali saurait parler uniquement quand il le fallait n’était pas encore venu.

« Ouais bah tu joue au tennis quoi. » Elle avait ni plus ni moins répété ce qu’Esra venait de dire mais elle préférait les choses formulées comme ça, c’était plus simple et surtout dénué de tout les sentiments qu’Esra pouvait bien mettre dedans. Parce que Kali avait bien sentie à la manière dont elle l’avait dit que la jeune femme semblait agacer par tous ça. En tout cas, si elle avait envie de se plaindre, Kali n’était pas vraiment d’humeur à l’écouter. Du reste, elle était rarement d’humeur à écouter les gens en général. C’était le côté de sa personnalité qui pouvait faire passer Kali comme une personne des plus égoïstes. Mais elle n’y était pour rien si elle n’était pas douée pour l’hypocrisie comme beaucoup et si elle n’était pas capable de faire semblant de s’intéresser à des choses qui l’en intéressaient pas du tout. « Les aléas de la célébrité. » C’est ce qu’elle se contenta de dire en haussant les épaules.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Jeu 31 Mar - 20:05

Kaliska ne comprenait pas. D'ailleurs, elle ne pouvait pas comprendre. Personne ne pouvait pas comprendre. Les gens croient que la célébrité n'a que des bons et pas de bas. C'est vrai, comment peut-on se plaindre d'avoir de l'argent, d'être jeune et de faire ce que bon te semble et trouver ça énervant d'être reconnu dans la rue ? C'était le revers obligatoire et logique attendu par tous. Tu ne peux pas tout avoir. Que faudrait-il de plus ? Être tranquille alors que la télévision et les magazines ne parlent que de vous et retransmettent votre photo ? Impossible et inconcevable par tous. C'est pour cela que Esra s'attendait à la réaction de la jeune femme qui se tenait devant elle. Elle faillit répondre, par habitude, ouvrit la bouche pour cela mais finalement, renonça. A quoi cela servait-il d'expliquer quelque chose qu'elle ne pouvait pas comprendre ?
Esra se rappela qu'elle ne savait rien de Kaliska, enfin, plus rien si jamais elle eut su quelque chose auparavant qu'elle aurait oublié...

Et toi tu fais quoi ? Je présume que tu ne connais pas les mêmes problèmes que moi avec la célébrité ?

Esra eut un rire nerveux. Elle ne savait pas trop quoi répondre à Kaliska, elle la déstabilisait. Elle ne réagissait pas comme les autres personnes et elle était difficile à cerner et cela perturbait un peu la native d'Ankara. Elle était habituée à une certaine logique dans ses conversations habituelles. Les gens savaient qui elle était, ce qu'elle faisait et se pliait gracieusement à ce que Esra réponde à ses coups de fils et aux autographes des personnes au alentour.
Soudain, son téléphone sonna. C'était son oncle qui l'appelait, elle le savait sans regarder, rien qu'avec la sonnerie. C'était Машина Пока горит свеча de времени. Esra soupira. Elle savait qu'il allait l'appeler mais elle ne voulait pas répondre. Son portable sonnait et sonnait, sans que Esra ne réponde...



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Sam 2 Avr - 15:12

Visiblement, Esra n’avait pas envie de parler plus longtemps d’elle parce que lorsqu’elle reprit la parole, ce fut pour demander à Kaliska ce qu’elle faisait elle. Dans sa deuxième question, elle souligna bien le fait que Kali ne devait pas connaître les mêmes problèmes qu’elle avec la célébrité et Kali ne put s’empêcher de penser que si elle avait dit ça, c’était à cause du manque de compréhension dont elle venait de faire preuve. Quoiqu’il en soit, Kali ne redit rien dessus dans l’immédiat et laissa son regard vagabonder autour d’elle. Elle essayait de se souvenir pourquoi au juste elle était là, en train de parler avec Esra, elle aurait sûrement eu des millions de choses plus intéressantes à faire. Puis se souvenant qu’Esra attendait sûrement une réponse, elle lui fait un sourire poli avant de prendre la parole. « Tu présumes bien en effet. Mais c’est pas donné à tout le monde d’être connu. Quand les gens me reconnaissent en général c’est comme étant la fille bizarre qui les a envoyés chier une fois au moins. Enfin ça m’est égal. » Kali secoua la tête. Elle n’avait pas peur de ce qu’Esra pourrait bien penser de ce qu’elle disait. Après tout, c’était bien elle qui un peu plus tôt lui avait gueulé dessus pour une robe et un café. « Sinon, quand j’ai rien de mieux à faire, je suis étudiante en littérature. » Elle se demandait en quoi cela pouvait bien intéresser Esra mais elle se garda d’ajouter quoique ce soit.

Un téléphone sonna. Kali cru d’abord qu’il s’agissait du sien mais cela ne dura que quelques secondes avant qu’elle comprenne qu’en fait c’était celui d’Esra. Cette dernière en revanche ne semblait pas s’en être rendu compte, ou n’avait peut-être tout simplement pas envie de répondre. Elle ne semblait pas non plus décidée à faire quoique ce soit pour que son téléphone se taise. Kaliska eut un petit sourire moqueur et déclaré : « Tu ferais mieux de couper ton téléphone si tu ne veux pas répondre. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Sam 2 Avr - 17:01

Kaliska n'était pas célèbre, elle le confirma d'elle-même bien qu'Esra le sache avant qu'elle n'ouvre la bouche. Cette dernière esquissa un sourire quand Kaliska lui avoua que les gens qui la reconnaissait la trouvait bizarre. Elle l'était peut-être un peu mais bien moins que tous ces autres qui ne se prenait pas pour de la merde et qu'elle croisait tous les jours à cause de son métier très prenant.

Oh, ne t'inquiète pas, j'ai connu bien pire que toi comme personne bizarre ! Tu étudies la littérature ? Mais, pour faire quoi après ? J'ai toujours cru que les étudiants en littérature étaient des enfants à papas qui n'avait rien de mieux à faire et que c'était les meilleures études pour ne rien faire...

Puis son téléphone sonna. Il sonnait sans discontinuité et Esra n'avait toujours pas le courage de décrocher. Elle savait ce qu'il allait lui dire. D'abord il allait l'engueuler, puis la traiter de tous les noms par finir par lui demander où elle était pour venir la chercher et la ramener par la peau des fesses s'il le fallait au lieu de son entrainement. Ce n'était pas aujourd'hui d'ailleurs qu'elle avait entraînement avec la joueuse Chinoise ? Elle s'en fichait. Elle avait une conversation tout à fait illusoire avec Kaliska mais cela lui faisait un bien fou.

Tu viens d'avoir la meilleure idée que j'ai jamais entendu !

Il ne lui serait jamais venu à l'idée de couper son portable et ainsi, d'anéantir toutes ses chances de s'en tirer convenablement. Mais c'était excitant. Tellement excitant qu'Esra ne put réfréner un immense sourire. Aujourd'hui, elle avait éteint son portable pour ne pas répondre à son oncle, c'était historique. Elle prit son cellulaire entre ses mains, et, pleine de courage, l'arrêta. Elle soupira doucement.

Ca fait tellement du bien ! J'ai tant envie à chaque fois de faire ça mais je n'ose jamais...



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Dim 3 Avr - 16:13

Quand Esra lui déclara n’avoir connu personne plus bizarre qu’elle, Kali eut du mal à retenir un sourire. Elle songea en effet que la jeune femme ne devait pas chercher bien loin quand on voyait comment elle était elle. Néanmoins elle ne dit rien de tout ça parce qu’elle commençait à la trouver sympathique. Certes, il y avait de nombreuses choses qu’elle avait pu voir et qu’elle n’aimait pas chez Esra même si, elle ne s’arrêtait pas à ça, elle arrivait à comprendre comment, lors de leur première rencontre, elle avait pu sympathiser un peu avec elle.

Kali ne put s’empêcher de remarquer cependant que la vision qu’Esra avait des étudiants en littérature était presque aussi cliché que celle que Kali avait des sportifs en général. Sauf que, si Esra ne rentrait pas forcément dans ces clichés –ce qui restait encore à voir- Kali, elle, se reconnut parfaitement dans ce qu’Esra pensait de ces études. « J’étudies la littérature parce que ça m’intéresse enfin d’abord. Mais aussi parce que c’est effectivement les meilleures études pour n’avoir presque rien à faire à mon avis. »

Kaliska s’amusa de la réaction d’Esra après qu’elle lui ai dit de couper son téléphone. Quelque part, on aurait dit une enfant qui venait de découvrir un nouveau jouet ou quelque chose d’autre dans ce genre-là. La jeune femme ne devait pas être habituée à faire ce genre de choses et quelque part en elle, elle devait se sentir comme quelqu’un qui venait de braver un énorme interdit, c’était du moins ce que Kali supposait. « Il n’y a pas de raisons de ne pas oser faire ça. Ce n’est pas un crime, c’est pas comme si tu décidais de braquer une banque ou quelque chose dans ce genre-là. Il n’y a pas de mal à vouloir être tranquille une fois de temps en temps. » Kaliska se tut et posa son regard amusé sur Esra. « Tu devrais penser un peu plus à faire ce que tu veux. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Dim 3 Avr - 18:17

Que Kaliska reconnaisse que ses études littéraires étaient dues en partie à une envie d'être tranquille accentua l'effet positif qu'elle faisait sur Esra. Elle n'était pas comme les autres, celles qui niaient tout en bloc, celles qui mentent pour se donner un genre. Le genre du " je réussis tout et j'ai choisi de faire des études".

Kaliska lui précisa que ne pas répondre à son portable n'était pas un crime. C'est vrai quoi, elle pouvait bien décider de ne pas répondre, de l'éteindre quand elle le souhaitait. C'était tellement évident vu comme cela que Esra se trouvait un peu bête de ne pas l'avoir fait plutôt. Enfin, Kaliska ne connaissait pas l'oncle Alp, elle ne connaissait pas ses techniques d'intimidation, sa méchanceté, son diabolique programme d'endoctrinement... Mais Esra n'avait pas envie de penser à tout ce qui l'attendait quand elle allait rejoindre son oncle. Elle voulait profiter du temps présent et elle avait envie de croire que tout rentrerait dans l'ordre sans problème, pour une fois, ça pouvait bien se passer comme ça non ?

Oh tu sais, on dirait des fois que si je ne réponds pas dans la première demi-seconde où a retenti la tonalité de l'appel, c'est un peu comme si j'avais volé toutes les économies d'une maison de retraite spécialisée dans les Alzheimer et que j'avais ligoté tous ses membres autour de leurs chaises roulantes !

Esra eut un rire enfin libéré. Elle avait oublié Alp, pour le moment.

Le problème c'est bien ça, ce que je veux. Je ne sais pas ce que je veux. Enfin, qui le sait à vingt ans, hein ? On s'imagine qu'on le sait mais finalement, est-ce vraiment vrai ?

Esra repartait dans ses pensées qui étaient trop obscures à son goût. Elle pensait toujours trop et parlait toujours trop. Elle ennuyait les gens avec ses réflexions philosophiques que peu de gens suivaient.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Lun 4 Avr - 18:07

Kaliska fronça les sourcils lorsqu’Esra compara le fait de ne pas répondre à son téléphone au vol des économies d’une maison de retraite. Si elle disait vrai – et elle ne voyait pas pourquoi elle douterait de ça, la jeune femme ne devait pas avoir la vie facile tous les jours. Ceci amena Kali à penser qu’elle devrait sûrement revoir ses apprioris sur les célébrités mais elle chassa cette idée étrange de sa tête. Après tout ce n’était pas parce qu’Esra avait l’air différente de l’image qu’elle se faisait de la star imbu d’elle-même que c’était le cas de tout le monde.

« Le problème c'est bien ça, ce que je veux. Je ne sais pas ce que je veux. Enfin, qui le sait à vingt ans, hein ? On s'imagine qu'on le sait mais finalement, est-ce vraiment vrai ? » Cette remarque de la jeune femme provoqua un rire chez Kaliska. Cependant c’était très loin d’être un rire moqueur, ou méchant. C’était juste qu’elle trouvait ce que venait de dire la jeune femme grotesque. Elle reprit rapidement un air sérieux et réfléchit quelques minutes avant de prendre la parole. « Tu ne sais pas ce que tu veux ? Je veux dire… Je ne parle pas sur le long terme là. Je te parle de faire ce que tu veux quand tu en as envie. D’aller manger une glace parce qu’il fait chaud et que tu le veux par exemple, sans te poser de questions et te dire que tu vas prendre je ne sais pas trop combien de calories en mangeant cette glace. » Elle espérait qu’Esra avait compris exactement là où elle voulait en venir, même si elle n’avait pas été très claire. Après même si elle comprenait, Kali n’était pas persuadée qu’elle arrive à voir les choses de la même manière qu’elle. « Genre là, maintenant, si je te demande ce que tu veux faire, tu me répondras quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Mer 6 Avr - 20:53

Esra s'attendait à une réaction de la part de Kaliska et se fut le cas. Celle-ci eut un rire qui blessa la jeune joueuse de tennis. Elle croyait que kaliska était différente des autres, qu'elle n'était pas comme ceux qui ne comprenaient pas, ceux qui jugeaient sans essayer de comprendre. Très sensible aux actions blessantes qu'on pouvait heureusement assez rarement, Esra baissa la tête. Cela lui fit voir son portable qu'elle tenait encore dans sa main. Il était toujours éteint mais il lui semblait qu'il vibrait et que Alp allait jaillir de celui-ci. C'était pas possible d'avoir autant peur d'un seul être humain qui avait fait parti de sa vie depuis le début pratiquement alors qu'elle se targuait de vouloir conquérir le monde grâce à son talent de joueuse de tennis...

Finalement, Kaliska dit quelque chose qui fit lui relever la tête. Elle demanda ce qu'elle avait envie, là, maintenant tout de suite. Bonne question, très très bonne question.

Je ne sais pas. Déjà, tu vois, je me suis offert le luxe ce matin de prendre un café et un muffin, ce qui est ô combien calorique et désastreux pour le régime alimentaire que m'impose mon métier. C'est pour ça, aussi, que je me suis énervée contre toi tout à l'heure, ce n'est pas dans mes habitudes. Mais là, c'était plus contre moi que j'en avais... En fait, je sais pas ce que je veux, je me suis jamais posé la question.

Esra réfléchit quelques secondes sans prendre garde à ce que se passait autour d'elle.

C'est bête hein ?

Esra eut un petit rire désolé.

Tu veux quoi toi ?

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Jeu 7 Avr - 11:07

Kaliska écouta attentivement Esra qui lui parlait du café et du muffin qu’elle avait acheté ce matin et qui évoqua en même temps le fait que ça avait été désastreux pour son régime alimentaire. Encore une fois, elle ne put s’empêcher de sourire en entendant ça. Elle vivait tellement loin de ce genre de préoccupation et elle ne voyait pas vraiment comment un café et un muffin pouvait être désastreux pour un régime alimentaire, surtout si, comme elle le devinait à ce qu’avait dit Esra, ils n’étaient pris que rarement.

« En fait, je sais pas ce que je veux, je me suis jamais posé la question. » C’était sûrement la partie de la réplique d’Esra qui avait plus attiré son attention. Elle secoua la tête un peu et après avoir sourit à nouveau elle répondit à la question qui avait suivie cette phrase. « Je ne dirais pas que c’est bête non. Enfin, je pense qu’il serait important que tu te poses la question parfois. Pour ne pas te réveiller un jour et te dire que tu déteste ta vie et tout ce que tu fais. » Elle avait entendu parler de gens à qui c’était arriver. Les gens étaient parfois tellement obsédé par des choses qui ne comptaient pas tant que ça, comme la réussite, l’argent, la gloire, qu’il passait à côté de leur vie. Elle était certaine d’une chose, ce n’était pas à elle que ce genre de choses allaient arriver. « Pour ce qui est du muffin et du café, rassures toi je ne pense pas qu’ils feront grand mal à ton régime alimentaire, tu y survivras. » Elle laissa son regard vagabonder autour d’elles.

« Tu veux quoi toi ? » Kali posa à nouveau son regard sur Esra. Et réfléchit quelques secondes à ce qu’elle allait lui répondre. Elle voulait pleins de choses qui pour la plupart était irréalisables, mais elle s’amusait quand même à y penser. « Je veux marcher sur la lune, découvrir que quelque part dans l’univers il y a d’autres gens et qu’ils sont bien plus intéressants que ceux de celle-ci, je veux que ma sœur arrête d’être obsédée par le boulot et je veux vivre trois siècles plus tôt, j’ai toujours su que je n’étais pas née à la bonne époque. Je veux retourner chez moi aussi, avec mes amis les pingouins. » Elle se tut après avoir dit ça, elle avait dit ça le plus sérieusement du monde. Elle laissa échapper un petit rire avant de reprendre la parole. « Sinon, dans l’immédiat, je veux m’acheter une glace et passer la journée assise sur la pelouse à ne rien faire. »
]
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Dim 10 Avr - 15:07

Esra sourit. Ca devait etre tellement bien de savoir ce que l'on voulait à l'instar de Kaliska ! Celle-ci avait en somme des rêves "normaux" si l'on peut parler ainsi. C'est vrai quoi, elle rêvait de choses impossibles comme marcher sur la lune et de choses ultra réalisables et compréhensibles pour chaque new yorkais avec à temps pareil à savoir manger une glace et se poser à ne rien faire sur l'herbe. Compréhensible pour un habitant lambda de cette ville, certes, mais guère pour la joueuse de tennis surentraînée qu'était Esra. Pour elle, c'était de la folie pure que d'y penser ne serait-ce qu'une seule fois. C'est vrai, quand Est-ce que je me suis pris une journée à moi, rien qu'à moi, se demanda la native d'Ankara. Ca remontait à longtemps, très longtemps, trop longtemps...

Waw, tu en veux des choses toi ! À bien y réfléchir, il y a des choses que je veux aussi. Comme par exemple gagner un grand chelem, devenir numéro un mondiale, montrer à tout le monde que je suis autre chose qu'une créature "au corps de rêve"

À ces derniers mots, Esra fit avec ses doigts les signes des guillemets, l'air exaspéré rien que d'y penser.

Sinon, en dehors du tennis... Je ne vois pas vraiment... Ah si. Enfin trouver un mec réglo, pas en couple et qui ne Te retourne pas ton cœur à chaque fois que tu le croise...

L'air sombre, Esra repensa à Aaron. Il fallait vraiment qu'il s'incruste dans chacune de ses pensées celui-là ...

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Lun 11 Avr - 10:39

Plus la jeune femme en face d’elle parlait, plus Kaliska avait l’impression que sa vie ne tournait qu’autour d’une seule chose : le tennis. Elle se demanda un instant ce que ça devait être de ne rien avoir d’autres dans la vie qu’un sport et de n’avoir pour rêve que des choses qui tournaient autour de ça. Pour Kali, c’était impensable évidemment, tout aurait été tellement prévisible en ce cas. Parce que certes, prévoir à l’avance qui allait gagner tel ou tel match n’était pas possible mais en ce qui concernait tout le reste, la vie d’Esra devait être d’une monotonie effrayante. « Oui , j’en veux . Mais je ne me voile pas la face, je sais que je n’aurais jamais ne serait-ce que le quart de tout ça. » Kali avait d’abord répondu à la première partie de la réplique d’Esra. Elle laissa échapper un petit rire avant de reprendre plus sérieusement. « En tout cas heureusement que t’as le tennis hein. » C’était une simple constatation, vu qu’aux dires d’Esra c’était la seule chose qui comptait.

« Sinon, en dehors du tennis... Je ne vois pas vraiment... Ah si. Enfin trouver un mec réglo, pas en couple et qui ne Te retourne pas ton cœur à chaque fois que tu le croise... » Kali eut un petit sourire ironique. L’amour et la gloire. C’était en somme les deux choses que désiraient Esra. Elle n’était en cela pas différente des autres, au contraire, elle souhaitait les mêmes choses. « Je vois… Je crois que le jour où tu trouveras tout ça, tu seras la plus heureuse du monde. Même si je doute que tu trouve ça un jour. » Certains auraient sûrement dit que Kaliska était quelqu’un de pessimiste mais pour elle, elle était juste réaliste. Une question apparut alors dans l’esprit de Kali, elle se demandait vraiment ce qu’Esra pouvait bien faire à perdre du temps là vu que ce n’était apparemment pas le genre de choses qu’elle était habituée à faire. « Mais dis moi… qu’est-ce que tu fais là ? » Elle ne se souciait pas que sa question puisse paraître impolie ou quoi, elle voulait juste satisfaire sa curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Mar 12 Avr - 23:14

Esra haussa les épaules d'un air désolé, une moue sur le visage quand Kaliska résuma parfaitement sa vie qui ne tournait qu'autour du tennis. Ca devait etre parfaitement incompréhensible pour elle, mais pour tout joueur de tennis, qu'il fasse parti des meilleurs ou non, c'était leur lot quotidien. Ca leur paraissait complètement logique, c'était plus qu'une passion ou qu'un métier : c'était leur vie, ils abhorraient le tennis, l'excècraient, l'adoraient. Ca n'était que ca. C'est sans doute pour cela qu'ils se faisaient peu D'amis proches en dehors de ce système, les autres devaient en avoir marre à force de leurs névroses de millionnaires...

Je ne crois pas que je serai heureuse avec ca en fait... Et T'as raison, c'est possible que j'ai l'un mais pas l'autre !

Pendant que la jeune femme qui se tenait devant elle parlait, Esra aperçut un marchand de journaux. Elle le héla, pris un journal et le paya. Quand elle entendit la réflexion de Kaliska, Esra rit. Elle était tellement directe, elle ne se formalisait pas de questions et de détours inutiles, elle allait droit au but, et ca changeait tellement des autres personnes Qu'elle rencontrait !

En fait, je m'étais accordé un petit détour, un petit accroc à ma monotonie quotidienne. C'est pour cela que mon oncle m'as appelée tout à l'heure. C'est lui qui m'entraîne et je suis en retard...

Le nez dans le journal fraîchement acheté, Esra alla directement à la page sport. Tout d'un coup, elle posa le doigt sur un caractère en gras et se mit à sauter partout. Elle poussa un cri et prit même Kaliska dans ses bras avant de la relâcher et de s'écrier :

Je suis 5ème !!!!!!!

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Ven 22 Avr - 19:07

Kaliska eut un petit sourire. Elle n’arrivait pas à comprendre la jeune femme et cela elle n’y arrivera sûrement jamais. Le fait était que toute manière de penser qui s’écartait juste un peu de la sienne était pour elle très étrange. En revanche, Esra l’amusait et même si elle ne la comprenait pas, elle ne pouvait pas dire qu’elle ne l’appréciait pas. C’était nouveau pour elle, elle avait eut l’impression de l’avoir détesté au premier regard, d’avoir comprit exactement de qui il s’agissait en à peine quelques secondes. Mais Esra n’était pas une star obsédée par la gloire et imbue de sa personnalité ou du moins, elle n’était pas seulement ça. C’était sûrement une des premières fois aujourd’hui que Kaliska arrivait à revoir son jugement pourtant si juste selon elle.

« En fait, je m'étais accordé un petit détour, un petit accroc à ma monotonie quotidienne. C'est pour cela que mon oncle m'as appelée tout à l'heure. C'est lui qui m'entraîne et je suis en retard... » Kali fut contente qu’Esra ne se soit pas formalisé de sa question. Parce que c’est qu’elle lui avait demandé ne la regardait en rien et de la manière dont elle avait été posé, elle aurait pu être jugée comme impoli par certain. Bizarrement, la réponse n’étonna guère Kali, à la manière dont Esra parlait depuis qu’elle était là, elle avait déjà pu deviner qu’elle avait fait quelque chose qui sortait de l’ordinaire. Enfin c’était un peu fort comme mot peut-être mais elle était certaine que c’était exactement ça. Comme elle était également certaine qu’arrivé en retard à son entraînement devait faire partie des choses les plus graves qu’Esra avait faites ces derniers temps. Elle allait répondre lorsqu’elle sentit qu’Esra la prenait dans ses bars. Apparemment, le journal qu’elle venait d’acheter lui avait apporté une bonne nouvelle. Et en effet, Esra le confirmant en déclarant qu’elle était cinquième. Peu habituée à ce genre de réaction, kaliska lui fit un sourire polie avant de répondre. « Félicitation vraiment. Je suis contente pour toi. » Et même si elle ne le montrait pas vraiment, c’était vrai. Elle fronça alors les sourcils avant de poursuivre. « Mais cinquiéme de quoi ? » Esra allait sûrement la trouver stupide sur ce coup mais tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska. Lun 25 Avr - 15:38

Esra était aux anges. Le rêve qu'elle entretenait depuis toute petite, le rêve de son oncle, de son père, de tous ceux qu'elle avait rencontré allait enfin se réaliser. Celui avec lequel elle avait été bercée toute son enfance, son adolescence. Jusqu'à présent, il n'y a que ça qui comptait dans sa vie. Il ne devait y avoir que ça, c'était sa voie, sa vie, son but. Devenir numéro un mondiale. Ça signifiait l'accomplissement d'une carrière, de plusieurs vies imbriquées l'une dans l'autre, de tout. Depuis qu'Esra avait commencé le tennis dès son plus jeune âge, le programme était clair. Tout gagner et être numéro un. Pas de possibilité d'être deuxième ni troisième. C'était un ou rien. Tout ou rien bien que rien ne soit même pas envisageable... Le fait que le jeune native d'Ankara soit passée cinquième était une étape de plus vers la victoire et la conquête des hautes sphères.

C'est magique, c'est génial j'en reviens pas ! Enfin, si , c'est logique vu mes performances actuelles mais c'est tellement... tellement !

Esra n'avait jamais été comme ça, aussi joyeuse, aussi sûre d'elle. Elle n'était pas du genre à bondir partout dès qu'une bonne nouvelle se profilait, à sauter au cou des inconnus et pourtant, c'était historique. Cinquième tout de même ! Mais Kaliska ne semblait pas comprendre, ce qui était tout à fait légitime. Elle ne faisait pas parti du cercle très privé de ses amis joueurs de tennis et elle ne pouvait pas comprendre ce qui se passait et Esra l'avait oublié. C'était tellement un beau jour qu'il fallait qu'elle l'exprime à tout le monde, Kaliska comprise.

Cinquième du classement WTA !

Au vu de la tête de Kaliska, Esra retrouvât un peu ses esprits et entreprit de lui expliquer simplement.

Je suis la numéro cinq du classement des meilleures joueuses mondiales du tennis !

En énonçant cette simple vérité, Esra se rendit compte de l'énormité de la chose. Elle laissa tomber ses bras et accusa le coup. Elle y était presque, toute sa vie allait enfin avoir un sens !

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska.

Revenir en haut Aller en bas

Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-