It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

Play at night [Sam & Cassandra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Play at night [Sam & Cassandra] Sam 11 Juil - 13:46


Play at night.

Faire une visite à la famille n'était pas une si bonne option, je voulais me changer les idées, et puis mon cousin a insisté étant donné qu'il était dans le coin, pour qu'on se voit. Il vit en Georgie, aussi ça fait un moment que je ne l'avais pas vu. C’est bien tout ce qu'il y a eu de bon dans cette foutue journée en famille, enfin ça et quand même une partie de la journée. Pourtant, en arrivant, tout était tranquille. Une grande partie de la famille s'était réunie, les mômes courraient dans tous les sens, il y avait une bonne ambiance. Le repas de midi était joyeux, ça bavardait, en mode barbecue en plein air avec moi comme cuistot. On a pas mal rigolé d'ailleurs. Ce n'est que le dîner venu que les choses ont commencé à déraper, l'alcool aidant pour certains de mes cousins entre autres oncles et des pièces rapportées. Discussions qui dérapent, mots de travers, humour lourd ... et finalement, ça a viré sur une pente glissante. Des mots ont été dit sur une pseudo bonne intention au sujet de Cara, ma défunte femme, soit disant pour me pousser à en fréquenter de nouvelles et ne plus rester terré seul dans mon coin à rester obsédé par son souvenir. Ils ne savent pas pour Altéa ... ils n'ont jamais su même que je la fréquentais. Quoi qu'il en soit, leur façon de chercher à me pousser à oublier Cara était mal placée vu leur formulation et leurs arguments, et ça a manqué de partir en baston si mon cousin Dennis, ne s'était pas interposé. Entre ça et les mots dits à propos de Mike, un sujet que j'avais pourtant bien averti de ne pas mentionner, ça a été suffisant pour me mettre à cran.

Du coup, Dennis m'a embarqué avec lui et on a quitté la maison pour nous rendre à une soirée. Des connaissances à lui. Dire que pour une fois je n'avais pas spécialement forcé sur l'alcool. J’ai du boire à peine un verre de vin ce soir à l'apéritif. Il vaut mieux vu qu'il s'agit d’une soirée un brin huppée qui se déroule dans une villa de luxe. Petit détour par chez moi oblige pour me changer. Dennis, moi et Mike aimions bien fut un temps nous incruster dans ce genre de soirée pour profiter et nous amuser des bourges. Là pour le coup, ce sont des connaissances à lui.



En arrivant sur les lieux, je songe à quel point mon frère me manque du fait de me trouver pour la première fois seul avec mon cousin alors qu'avant, nous faisions les quatre cent coups tous les trois. Je dois songer à autre chose. Exit l’humeur massacrante. Ah tiens en voilà une de pas tellement mieux en tête et qui a surgit rien qu'à voir une chevelure blonde ondulée parmi les convives, chevelure qui m'a fait penser à celle de Cassandra. Je ne l’aie pas revue depuis la fois où elle est venue me trouver au boulot. Putain, ça me manque. Je la revois en train de danser sur le toit, je revois son adorable minois ... je revois ses mouvements gracieux appliqués à quelque chose d'autrement plus sensuel que la danse. Hum ... là tout de suite si je m'écoutais, j'irais faire un saut chez elle. Tâchons de trouver un autre sujet sur lequel me concentrer ... .

Nous pénétrons dans un immense salon, la décoration est riche et de bon goût, sans être trop tape à l’œil. La pièce forme un L avec une partie qui donne sur de hautes fenêtres avec fauteuils canapés et cheminée. D'autres fauteuils et sofas sont dispersés à travers la pièce, on ne manque pas de quoi s'installer confortablement. Il y a également au centre un emplacement où déjà quelques convives dansent. Dennis et moi discutons autour d'un verre. Il me présente un couple que je connais entre autres têtes que j’ai déjà vu, des amateurs d'art qui ont eu l'occasion de voir mon travail une fois où j’ai exposé lors d'une petite occasion, mes œuvres.

Nous sortons un peu plus tard sur la terrasse à l'extérieur pour boire un verre. Il y a une vue magnifique sur l'océan. La villa est idéalement située. Là aussi, nombre de sofas et fauteuils sont installés sur la terrasse pour pouvoir profiter de l'extérieur. Il y a même une piscine. Je laisse un instant Dennis en agréable compagnie tandis que je vais me chercher un verre à l'intérieur. Ce n’est pas vraiment mon monde mais l'ambiance est chaleureuse et la baraque est si belle que c'est un plaisir de s'y balader. Il y a quelque chose d'envoûtant dans cette soirée, par-delà l'ambiance apportée par la musique. Cette atmosphère me conforte dans un sentiment de bien-être. Il y a quelque chose de charmant dans tout ce que j'observe. Les tableaux, les objets, c’est vraiment décoré avec goût. Les meubles piquent également mon intérêt de par leur ancienneté et leur beauté. On se croirait à une vieille époque et ce petit quelque chose m'attire sans que je ne sache quoi exactement. Peut-être l'absence de chichis malgré certaines apparences, peut-être l'amusement que m'évoque certains convives ... peut-être ce désir que j'ai de t'imaginer ici Cassie, ce lieu qui inspire mystère, jeu et sensualité. Un lieu où j'apprécierais de te rencontrer.

©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Play at night [Sam & Cassandra] Sam 11 Juil - 19:36


♫ Play at night ♬


J’étais conviée à une soirée sur Staten Island. Je n’étais guère inspirée mais bon, nouvelle vie, nouvelles règles et of course nouveaux amis. Donc j’irais ! Puis j’avais besoin de distraction. Je m’étais levée dans un lit vide trois ou quatre jours plus tôt. Mon amant d’un jour était parti sans un mot. D’un autre côté je ne pouvais pas lui en tenir rigueur, j’avais annoncé la couleur dès le début : une relation sans conséquence, des adultes consentants. Je n’avais même pas essayé le numéro peut être était-il faux ? Je n’allais plus au bar de Tony, une école de musique me louait une salle et un piano plus intéressant. L’ironie était que je passais devant le parking de camions tous les jours. Bien sûr je regardais à chaque fois au cas où je t’apercevrais… ça me passerait. Je passais ma journée à l’école de musique. A défaut d’avoir de la compagnie humaine, les notes de musiques étaient de nouveau mes alliées. Je m’envolais au gré des sons produits par les touches. Oh puis après tout j’allais m’y rendre à cette soirée et sortir mon petit chat intérieur !

Je rentrais chez moi sans toutefois ne pas résister à jeter un coup d’œil sur le parking où je ne vois nulle trace de ta présence, ni de ton camion. Je vide une partie de ma garde-robe sur le lit. Je choisis une robe fourreau de couleur dorée que j’assortis avec un string, une ceinture et des escarpins bordeaux. En voyant mon reflet dans la glace, je trouve que ma coiffure ne convient pas. Il me reste deux heures avant que le taxi n’arrive. J’opte pour une teinture de coloris châtain. Juste une touche de rose aux lèvres et un coup de crayon noir aux yeux, rien de trop sophistiqué. Je suis parée pour m’amuser

Le taxi me dépose devant une luxueuse propriété bordant la mer. L’hôtesse, une amie de mère, m’accueille en me présentant quelques convives de mon âge ainsi que l’emplacement du synthétiseur sur une terrasse surplombant la piscine. Me faire des amis ? humph ce n’est pas gagné, malgré qu’ils soient agréables les gens que l’on m’a présenté, m’ennuient. J’essaye de paraître enjouée tout de même. Le fils de mon hôtesse, Stephan, me fait une visite privée de la maison, deux étages dont un empli de chambres. Mon hôte me montre celle qui m’a été réservée où mes affaires sont déjà déposées. La demeure allie pierres, boiseries, tapis moelleux à quelques œuvres artistiques contemporaines.

Je redescends et m’installe devant l’instrument. Je préfère les pianos aux synthétiseurs mais pour une prestation amicale, j’accepte de jouer dessus. Il a déjà été réglé par le fils de notre hôtesse et il s’installe pas très loin de moi. J’entame par des musiques basiques d'ambiance au bout d’une bonne demi-heure. Je prends une pause, je me rends au bar. Je commande un verre de jus de fruit quand un visage familier apparait dans un groupe plus loin devant. Mon amant d’un jour, Sam, étrange coïncidence que de te voir ici. Les invités que l’on m’a présenté plus tôt reviennent à l’attaque et je ne peux pas te saluer. Je te tourne le dos pour converser poliment. Mon petit chat intérieur sort les griffes. Je vais regagner l’instrument. Je m’approche dans ton dos, vu le monde tu ne feras guère attention à qui t’a frôlé mais peut être reconnaitra tu mon parfum… ou pas ! Mais j’ai toute la soirée pour jouer. Je m’approche comme un chat, arrivée près de toi je te frôle murmurant très discrètement presque inaudiblement « Sam » et je file rapidement regagner mon tabouret devant les touches.

La terrasse est trop loin du bar pour que je puisse voir ta réaction. Sur mon visage s’affiche un sourire joueur et taquin. Je dois admettre que tu es des plus sexy, à moins que ce soit parce que je ne t’ai vu qu’un instant mais je trouve que la tenue chic te donne beaucoup d’élégance Je reprends sur un thème plus dynamique. Stephan et ses amis discutent avec moi, voulant savoir les pays que j’ai visité, ce que j’ai pu y faire, ce qui m’a le plus surpris, ce qui m’a le plus émerveillée. Bien que tu occupes une petite part de mon esprit, mes doigts courent avec légèreté.et plaisir. Je profite que la conversation ne se focalise plus sur moi pour poser quelques questions à Stephan. Il m’apprend que tous les invités sont des amis ou des amis d’amis. Il ne sait pas grand-chose de toi à part que une des invitée avait fait une exposition de tes œuvres dans une petite galerie de Soho.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Play at night [Sam & Cassandra] Dim 12 Juil - 10:29


Play at night.

Quelqu'un joue à l'extérieur mais il y a trop de monde autour pour que je parvienne à voir la personne qui se tient derrière le synthétiseur. Dommage d'ailleurs que ce fusse cet instrument, ça a nettement moins de charme que le piano. Il manque cette profondeur et ces vibrations dans l'air. Ça parait si creux en comparaison. Je demeure dans mes pensées et me rend compte que je me tiens immobile depuis quelques minutes maintenant sans savoir ce qui me trouble. On m'a frôlé et je n’ai qu’eus le temps de voir passer une brune près de moi qui s’est aussitôt éloignée en direction de la terrasse. Elle avait ce parfum qui m'a semblé familier. J'ai l'impression d'avoir entendu mon prénom mais j’ai certainement du halluciner. Le trouble semble ne pas vouloir se dissiper, je suis comme endormi. Je devrais songer à rejoindre mon cousin.

Un morceau de Muse résonne bientôt dans l'air. Je cherche un instant son titre puis me remet à déambuler. J'aurais du prendre ton numéro ... car en cet instant, je songe à toi et au désir qui me taraude de te voir ici à mes côtés pour ainsi pouvoir qualifier cette soirée de définitivement agréable. J'ai envie de jouer, de séduire mais pas avec n'importe qui. Cette pensée est dispersée un instant alors que la femme qui avait exposé quelques-unes de mes œuvres, ce que je ne qualifierais d'ailleurs pas exactement comme telles, vient me dire quelques mots. Nous parlons un petit quart d'heure comme ça et je suis en train de lui glisser sur quoi je "travaille" en ce moment sur toile quand mes mots m'échappent alors que je tique sur un visage. Il me semble que c’est cette même brune entrevue un peu plus tôt. La couleur de cheveux a changé mais je suis sûre que malgré que cela joue sur tes traits, il s'agit bien de toi. A y réfléchir, même type de répertoire musicale, même silhouette gracieuse et même sourire. C’est bien toi. Aucun doute. Tu n'as pas l'air de remarquer mon regard sur toi à l'instant.

- Samuel ? Samuel ?? tentes à nouveau mon interlocutrice d'attirer mon attention alors que je me suis complètement échappé dans ma contemplation.

- Hum oui, pardonnez-moi.

Je ne songe plus qu'à me débarrasser d'elle et à venir te surprendre. Même si je comprends maintenant que tu m'as sans doute repéré bien avant et que c'est bien toi qui m'a frôlé et prononcé mon nom. Par chance, quelqu'un vient requérir la présence de la femme à mes côtés. Me voilà ainsi débarrassé. Je me mets à t'observer de loin, d'un endroit où tu ne sauras me voir. J'attends que tu reviennes à l'intérieur à l'occasion d'une petite pause et je te suis discrètement pour mieux te surprendre au détour d'un recoin, où caché derrière une colonne, j'attrape ta main alors que tu passes tout près et t'attire alors à moi en te plaquant un instant contre cette dernière. L'une de mes mains se place au-dessus de ton épaule comme pour te bloquer tandis que l'autre renferme toujours la tienne alors que je place ton bras un peu plus haut. Mes doigts glissent entre les tiens tandis que je me rapproche pour d'avantage encore de proximité.

- Encore un hasard délicieux ... tu as le don de répondre aux plus silencieux de mes appels, te glissais-je à l'oreille avant de t'embrasser avec une douceur teintée de fougue.

Te dire que j'ai attendu ce moment serait trop t'en révéler. La subtilité me manque déjà en cet instant auquel je n’ai su résister par la capture de tes lèvres et ma façon de procéder.

©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Play at night [Sam & Cassandra] Dim 12 Juil - 16:44


♫ Play at night ♬


Je continue à jouer un peu plus distraitement, j’avoue que j’aime bien cette chanson de Muse tirée du film Twilight. Je me demande si tu m’as aperçu? si tu as senti ma fragrance lorsque je t’ai frôlé? si tu m’as entendu chuchoter ton prénom?… A y penser je planterais bien mes crocs dans ton cou… ou ailleurs, ouch, je dérive là ! Je vais faire une pause moi ! Ça s’impose. Je me lève et je m’excuse auprès de mon auditoire en promettant un autre morceau plus tard. Je me dirige vers le bar, je cherche des yeux si je te trouve mais je ne t’aperçois nulle part. Je masque ma frustration, tu as du partir, dommage. J’avise un passage pour fendre la foule jusqu’au comptoir.

Une main attrape la mienne et avant que je n’aie le temps de me débattre. Je me retrouve plaquée contre une colonne dans un recoin sombre. Mon cœur s’accélère, un bras coince ma fuite mais je n’ai guère envie de m’échapper. Ton odeur m’enivre, ton corps si proche du mien fait naître un désir dans mes entrailles. Tu relèves mon bras au-dessus de ma tête, je suis à ta merci. Un sourire ravi illumine mon visage. Je meurs d’impatience de savoir quelle va être ta prochaine action… surprends moi ! Tu t’approches de mon visage.

- Encore un hasard délicieux ... tu as le don de répondre aux plus silencieux de mes appels, me glisses tu à l’oreille.

Ton souffle dans mon cou me fait frissonner. Ce n’est pas juste, c’est toi qui as toutes les cartes en main, il faut que je sorte un atout de ma manche. Tu ne me laisses pas le temps de réfléchir à une solution. Tu m’embrasses avec une certaine fougue mêlée d’un peu de tendresse, un mélange déstabilisant de douceur et de désir à la fois. Trop contente de cet élan, je te rends ton baiser avec un peu trop emportement peut être.

- le port de la chemise te va fort bien, ça te rends terriblement sexy je te susurre doucement à l’oreille et dépose un bisou dans ton cou.

Je m’esquive adroitement de ton étreinte mais je me doute que tu m’as laissé m’échapper volontairement.

- j’ai promis à notre hôtesse une musique ou deux encore

Je glisse derrière ton dos laissant mes mains courir sur tes épaules. Un sourire taquin je te chuchote doucement.

- Après si tu veux… on pourrait entamer un petit jeu coquin, ponctuant d’un clin d’œil

Ma main caresse ton bras, elle glisse sur tes doigts et elle rompt notre contact. Je m’éloigne me retournant souvent pour t’offrir un sourire espiègle. Je regagne mon siège, tu as rejoint l’assistance qui m’écoute un verre à la main. Mes doigts sillonnent les touches allégrement. Nos regards se croisent et se recroisent toujours aussi pétillants de malice. J’avoue que malgré les papotages, les rires je suis comme dans une bulle où tu es le seul invité avec les notes de musique.

- Cassandra !

Plop ! Ma bulle explose. Je regarde mon interlocuteur en m’excusant, prétextant avoir été capturé par la musique. Une chanson ? hum je n’ai pas chanté depuis quelques temps… cependant c’est une opportunité. Je coule un regard malicieux vers toi.

- okay mais voilà longtemps que je n’ai pas chanté… je vous demande d’être indulgent. Dis-je souriante

Je m’avance lentement vers toi souriant à l’assemblée. Je prends ton verre.

- Vous permettez ?

Je bois une gorgée et je te rends le verre frôlant tes doigts au passage.

- Il existe une idée selon laquelle boire dans le verre de quelqu’un permet de connaître ses pensées, accède à mon esprit., te dis-je tout bas avec un air mutin.

Je me remets au clavier, les premières notes s’égrènent. Je ne te quitte pas des yeux alors que j’entame les premières paroles.

- You're the only thing I wanna touch
Never knew that it could mean so much, so much
You're the feel, I don't care
Cause I've never been so high
Follow me to the dark
Let me take you past our satellites
You can see the world you brought to life, to life
So love me like you do, love me like you do
Love me like you do, love me like you do
Touch me like you do, touch me like you do
What are you waiting for?


Mon petit chat intérieur s’étire. Je joue un atout. Je n’ai pas trouvé mieux pour te dire que j’adore notre petit jeu. Les invités peuvent en déduire ce qu’ils veulent, je m’en moque, seul m’importe que tu saches que ce message n’est adressé qu’à toi.




traduction des paroles:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Play at night [Sam & Cassandra] Lun 13 Juil - 10:51




Play at night.


- Le port de la chemise te va fort bien, ça te rends terriblement sexy susurres-tu doucement à mon oreille avant de déposer un bisou dans mon cou.

Ton compliment me touche. Je te laisse m'échapper, le jeu débute tout juste et je n'ai pas vraiment eu besoin de te faire part de mon idée puisque tu sembles sur la même longueur d'onde que moi. La soirée ne fait que débuter. Je te fais signe d'aller rejoindre la terrasse, tes mains dans mon dos me procurent un frisson. Tu ne peux pas savoir le plaisir que j'ai à te retrouver. Oublié le trouble quelques jours plus tôt. C'est un sujet sur lequel je reviendrais quand je le sentirais.
Nos regards se croisent à plusieurs reprises alors que tu t'éloignes et te retournes en chemin avec ce sourire espiègle si plein de charme.
Je finis par rejoindre les autres convives en terrasse pour t'écouter jouer. Je tombe pile au moment où on t'invite à chanter. Tu me repères et te glisses vers moi avant de demander la permission de boire une gorgée de mon verre. Tes doigts frôlent les miens. Tu es électrisante.

- Il existe une idée selon laquelle boire dans le verre de quelqu’un permet de connaître ses pensées, accède à mon esprit., me glisses-tu tout bas avec un air mutin.

- Certaines pensées doivent rester secrètes sinon ça perdrait tout son charme ... déclarais-je moi aussi dans un murmure alors que mes doigts glissent discrètement le long de ta hanche.

Je ne sais pas qui frémit le plus à ce contact ... toi ou moi ... ? La chanson débute. Ces paroles semblent toutes adressées à moi comme ton regard appuyé qui captive inexorablement le mien et dans lequel je me plonge franchement. Tout ceci me ramène un instant à autre chose ... quelque chose à quoi je ne veux pas penser. Je veux vivre l'instant sans me poser de questions. Je veux juste ressentir le plaisir, pas la souffrance. Je me concentre sur ta voix et sur ces paroles qui traduisent fort bien tout ce qu'il y a entre nous. Tu es l'unique qui a réussi à me donner envie de goûter de nouveau à ces plaisir délicieux. Je ne pensais plus donner le moindre intérêt à nulle autre femme qu'elle. Je ne pensais plus être aussi ivre de la moindre sensation ... . Alors oui, je te veux chaque nuit à venir et même chaque jour juste pour me rassasier pleinement de tout ce que tu me procures et de tout ce que tu fais naitre en moi. Le désir est propre à me faire perdre la tête mais c'est si bon.

Je suis d'autant plus euphorique face à ton témoignage et je n'attends que le bon moment pour donner un tournant plus marqué à ce jeu. Je veux te rendre folle de désir jusqu'à ce que tu ne puisses plus te retenir, jusqu'à ce que ta patience te fasses franchir les limites de la décence. Que serait ce genre de petit jeu si nous ne prenions pas de risques ? Je devine combien le fauve tapi en toi désire sortir. Laisse-le s'échapper ... .

Je disparais lorsque ton attention n'est plus tournée vers moi et joue à un petit jeu de cache cache pour mettre ton impatience à mal. J'attends le plus sûr moment où les convives se pressent sur la piste de danse, si bien que lorsque je t'y embarque par surprise, nous nous retrouvons au cœur d'une foule serrée dont les corps frôlent les nôtres de tout côtés. Personne pour remarquer les gestes qui se muent en caresse de ma part sur ta peau, lesquelles remontent le long de tes cuisses en faisant glisser le tissu plus haut. Tissu qui fait presque corps avec ta peau semble-t-il et qui m'oblige à trouver une autre voie en accédant à une petite fantaisie sur le côté de ta robe, laquelle m'offre une petite ouverture. Mes doigts glissent ainsi sur l'un de tes flanc en te guidant sur le rythme de la musique et en te poussant à onduler d'autant plus contre moi alors que tu te tiens de dos. Plus tu ondules de la sorte, plus nos corps se collent l'un à l'autre. Mon autre main remonte sur ton cou pour te pousser à basculer ta tête sur mon épaule. Je tourne ton visage vers le mien alors que je te surplombe et nos lèvres ne font que se frôler. C’est là encore un jeu de langueur entre nous alors que mes doigts glissent sous le tissu, de ton ventre sur l'intérieur de tes cuisses. Ton souffle et ta façon de bouger témoignent de ce sur quoi je comptais et je t'abandonne alors sur cette caresse pour disparaitre comme je suis arrivé ... . Sans que tu ne t'en rendes vraiment compte, tout en délicatesse et en discrétion ... de mes doigts qui rompent le contact de ta peau en y laissant leur spectre toujours présent comme la sensation d'une caresse qui s'éternise de par la chaleur qu'elle laisse sur ta peau. Retrouve-moi ... rend-moi aussi ivre que je le suis déjà, prêt à craquer le premier alors que nous venons juste de commencer ... . N'oublie pas que tous les coups sont permis et que ceci n’est encore que très sage comparé à ce que je compte te faire lorsque mon tour sera de nouveau venu.

©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Play at night [Sam & Cassandra] Lun 13 Juil - 23:18


♫ Play at night ♬


Quelques convives me félicitent pour ma chanson, je souris à tout va. J’exprime des remerciements et quitte l’instrument. Je peux maintenant profiter de la soirée, profiter de toi… mais où es-tu ? Cette fois je ne pense pas que tu sois parti. Mon regard parcourt l’assistance, je ne te vois nulle part. Je m’approche de la piste de danse. Je n’ai guère le temps de te voir arriver que tu m’entraines dans la foule qui s’agite

Les corps se touchent, se frôlent au rythme de la musique. Nous nous faisons face à face un instant, nous bougeons en mesure sur une chanson. Puis la mélodie change sur un air moins cadencé, tu me tournes. Je sens la chaleur de ton corps dans mon dos. Les duos sur la piste sont de plus en plus serrés. Tes mains se font plus baladeuses. Ta main glisse sur ma cuisse remontant le bas de ma robe, puis comme si elle trouvait un obstacle, elle remonte. Elle finit par trouver un autre passage sur mon flanc. Tu me colles à toi, j’ondule en synchronisation avec le son. Je pose une main sur mon ventre imprimant un déhanché de plus en plus sensuel. Une de tes mains remonte le long de mon cou, électrisant ma peau sous ton contact. Mon visage repose au creux de ton épaule, nos lèvres se frôlent. Mon sang bouillonne, ma respiration s’accélère. Tes caresses se font plus intimes, je sens tes doigts remonter sur l’intérieur de ma cuisse, je n’arrive pas à réprimer un frisson. Je ferme les yeux un instant.

Quand je me rouvre tu as de nouveau disparu, mon visage se pare immédiatement d’une moue amusée ! Oki Samsam, on va jouer… Je jette un œil aux alentours, évidement je ne te retrouve pas. J’ai encore la sensation de tes caresses gravées sur la peau. Je remets le bas de ma robe en place discrètement. Je m’apprête à quitter la piste lorsque qu’une main se pose sur mon épaule. Ah mon joueur revient, je me retourne tout sourire… ah ben non il s’agit d’un autre invité qui me propose une danse, je reprends vite ma contenance et accepte poliment. Où que tu sois je suis sure que tu m’observes et tu dois bien t’amuser d’avoir vu mon air déconfit l’espace d’une seconde. Tu ne perds rien pour attendre ! Je converse poliment tout en m’agitant sur le rythme vif de la musique. Mes yeux continuent de te chercher. Je finis par te repérer appuyé sur la face visible de la colonne où tu m’as coincé en début de soirée.

Ton regard a l’air posé sur moi. Bien, à moi de jouer ! Même si j’ai l’impression que je finirais par être plus la proie que la chasseuse, je sors les griffes. La musique semble vouloir m’aider dans mon plan. L’air un peu vif s’adoucit obligeant les corps à moins sautiller. De toute façon cinq minutes de danse vont recharger mes batteries pour repartir à l’attaque. Je ne te quitte pas des yeux, mon expression malicieuse ne laisse planer aucun doute, la partie continue. Je laisse les notes s’emparer de moi, mes hanches ondulent langoureusement. Je laisse mes mains accompagner mon corps. Des mouvements souples, emprunts de sensualité, seuls mes sourires et mes regards sont provocants. Je te laisse deviner combien mon corps pourrait être en accord avec le tien quelques que soit la position et le rythme.
Bien que l’excitation soit toujours aussi vive dans mon sang, ma respiration s’est calmée.

Je m’avance vers toi d’une démarche féline. Je me mordille la lèvre sans perdre ton regard. Je colle mon corps au tien. Ma poitrine s’appuie contre ton torse, je pose une main sur ton épaule tandis que l’autre glisse discrètement sur le tissu de l’entrejambe. Je me hisse sur la pointe des pieds, je me penche vers ton oreille et laisse la pointe de ma langue l'effleurer.

- c’était un tantinet pervers de m’abandonner sur la piste ainsi, tu me le payeras . je te chuchote sur un ton taquin.

C’est extrêmement désagréable de monter un piège et de s’enfermer dedans. Pourtant c’est ce que je suis entrain de faire parfaitement consciemment. Voulant ton désir de moi, je suis prise d’une irrésistible envie de toi tout de suite. Je ne peux détourner mes yeux de toi. Tous mes sens semblent aiguisés et toutes mes impressions exacerbées. Je remonte ma jambe le long de la tienne. J’imagine tes hanches contre les miennes, ton corps dans le mien. Le souvenir de tes mains la dernière fois qu’elles m’ont touché sur la piste de danse est omniprésent, une sensation dingue, étrange et sensationnelle alors qu’elles parcouraient mon corps. J’adore ça. Mon pouls augmente, mon ventre se serre. Nos lèvres se joignent tandis que tu m’entraines un peu plus à l’abri des regards. J’ai entrouvert ta chemise, mes mains caressent ton torse mes doigts cartographiant tes quelques cicatrices. J’effleure ton visage, te dévorant de baiser. Sans que je m’en rende compte, je me retrouve coincé entre ton corps et un mur. Tu as du relever ma robe, j’entoure tes hanches de mes jambes. Mon corps semble prendre feu à chacun de tes gestes. Je me cambre sous tes assauts étouffant mes gémissements aux creux de ton épaule. Tu me reposes au sol, je chancelle en remettant ma tenue correctement tandis que tu me soutiens amusé. Mes jambes sont en coton mais au vu de ton sourire espiègle le jeu n’est pas fini… Je secoue la tête, passe la main dans mes cheveux pour me redonner un peu de contenance. Je reboutonne délicatement ta chemise effleurant ta peau au passage. Mes yeux pleins de malice t’expriment que je suis prête pour la seconde manche.

Mère adore les hommes, elle adore coucher avec eux, les draguer, les désirer et pourtant quand elle les attrape. Elle n’arrive jamais à les garder elle s’en lasse ou les fait fuir. Je devrais être vaccinée par ses nombreuses mésaventures. Ça ne m’empêche pas, de plonger avec plaisir et volupté dans une aventure. Avec insouciance aussi, je préfère me dire on verra bien demain ce qui arrivera.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Play at night [Sam & Cassandra] Mar 14 Juil - 10:23


Play at night.


Tout chez toi m'inspire sensualité et désir. Je ne sais si je saurais trouver de fin à ce jeu entre nous et à cette relation si particulière.

- c’était un tantinet pervers de m’abandonner sur la piste ainsi, tu me le payeras .

- J'attends de voir ... rétorquais-je aussitôt.

Tu fais naitre un tel désir en moi que j’en viens presque à regretter ce défis établi entre nous. Si bien que j'y cède finalement pour un instant. Mieux vaut se noyer dans le sexe que dans l'alcool, c'est là ma pensée maitresse alors que je ressens en même temps cette culpabilité par rapport à elle. C'est pour quoi je m'y perds totalement, et ce au point de perdre toute raison alors que non seulement j'ai cédé mais que j'ai finis par me libérer en toi alors que nous étions sans protection, sous le feu de la passion qui nous a ôté à l'un comme à l'autre toute réflexion.
J'ai encore l'écho de tes gémissement dans mes oreilles et l'empreinte de tes cambrures comme si tu résidais encore tout contre moi. Mes assauts sauvages ne m'ont donné que plus envie encore de récidiver. Ils auraient du apaiser en partie mon désir là où ils l'ont au contraire exacerbé.

La prochaine manche est toutefois relevée d'un imprévu alors que mon cousin vient à ma rencontre et me demande où j'étais passé tout ce temps. Il me laisse en compagnie des deux jeunes femmes qui l'accompagnaient durant mon absence. Je ne sais si le désir se lit dans mes yeux ou s'il s'échappe au travers de chaque pore de ma peau mais ces dernières semblent tourner une attention toute particulière vers moi. Seulement, je n'ai d'yeux que pour toi et je me conduis alors en parfait goujat envers ces dernières, les laissant sur place sans répondre à leurs drôles de questions et leurs attentes visiblement aussi désireuses que le sentiment que tu m'évoques à toi seule. Je t'observe et te suis sans te quitter des yeux, captant par la même le tien en te glissant un sourire emplis de tant de choses que je ne saurais toutes te les décrire.

Puis te voilà à l'extérieur alors que la terrasse a été désertée si ce n'est la présence d'un couple dans l'eau. Tous les convives se sont rassemblés à l'intérieur pour un discours du propriétaire des lieux. C’est l'occasion de profiter de cet instant. Je quitte mes fringues pour te rejoindre dans l'eau alors que tu profites de la piscine. Installée près du bord, je nage dans ta direction puis plonge sous l'eau pour me rapprocher de toi en douce. Je remonte tout contre toi, mes mains glissent le long de ton corps, je te donne un baiser puis me dissimule à nouveau sous l'eau pour déposer des baisers plus bas, toujours plus bas jusqu'à la partie la plus sensible de ton anatomie. Tes jambes m'entourent un instant au niveau des épaules, je peux les sentir légèrement trembler. Puis à court d'air je remonte à la surface.

Dos à la terrasse, tu ne vois pas quelques autres invités se pointer de nouveau à l'extérieur mais tu peux les entendre et deviner leur proximité tandis que je caresse ton intimité, placé tout contre toi. Mon geste est discret, personne ne peut voir sauf s'ils se rapprochent vraiment. Ils peuvent toutefois le deviner si je te tire quelques gémissements ou que tu te mets à remuer doucement sous mes attentions. La légère crainte d'être vu et celle à la fois mêlée d'avoir envie de l'être, me rendent toutes deux proprement fou. J'ai envie de te soutirer ces gémissements par tous les moyens quitte à ce que tu les étouffes contre ma peau.

- Cède-moi Cassie ... laisse s'exprimer tout ce que je désire entendre ...

Je remarque les deux fameuses femmes de tout-à-l'heure, elles sirotent un verre sans me lâcher des yeux. Leurs regards en disent long, plein d'un certain désir envers moi à voir leur moue et leur façon de se mordiller les lèvres comme si elles crevaient d'envie d'être à ta place, devinant ou imaginant ce qui se passe à l'instant entre nous.

©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Play at night [Sam & Cassandra] Ven 17 Juil - 10:19


♫ Play at night ♬


Je m’éloigne alors qu’un homme s’approche de toi accompagné de deux femmes. Tu discutes quelques minutes avec le mec. Tu as l’air de le connaitre. Ami ? Famille ? Je me rends compte que je ne sais quasiment rien de toi, s’il faut tu es marié et ne porte pas d’alliance ? Ou recherché par la police ? Et je ne sais toujours pas ton âge ! Bah quelle importance pour l’instant. Nous aurons peut-être d’autres occasions et nous parlerons … peut être, un jour. Je souris à cette idée. Je te regarde un moment, tu me souris. Tu te retrouves seul avec les deux femmes. J’arrive vers la baie vitrée, je me retourne un sourire amusé et te fais un clin d’œil. Les deux invitées sont attentives à tes moindres paroles, je n’entends rien mais je connais ce type de gestuel, de regard, d’attitude. Mais je n’en éprouve aucune jalousie au mieux de la fierté, tes yeux ne sont que sur moi. Elles te draguent ouvertement comme si ton corps dégageait des tas de phéromones. Auxquelles je vais succomber si je ne prends pas un peu l’air. Je sens ton regard dans mon dos. Je me promène sur la terrasse, la nuit est bien avancée. Les invités sont plus à l’intérieur que dehors. Je me penche et plonge ma main dans l’eau. Elle est délicieusement tiède.

Les invités rentrent pour le discours de fin de soirée. Je me déshabille et glisse dans l’eau. Il y a juste un couple dans l’eau guère plus vêtu que moi d’ailleurs. Je fais quelques longueurs puis je m’accoude au bord. Surprise je sens tes mains remonter sur moi. Puis un baiser me fait me retourner, tu replonge sous l’eau. Tes lèvres parcourent ma peau jusque mon intimité. Je pose mes jambes tremblantes sur tes épaules. Tu remontes à la surface….. Je reprends peu à peu mon souffle mais tu n’en as pas fini avec moi. Tu m’enlaces un instant puis une de tes mains redescends discrètement achever ce que tes baisers avaient commencé. Mes bras entourent ton cou, je te défie du regard. J’entends les invités revenir sur la terrasse de la piscine.

- Cède-moi Cassie ... laisse s'exprimer tout ce que je désire entendre ... me dis tu doucement

Je fais ma bouille de chat. Sans te répondre, je t’embrasse et je remonte une jambe le long de ta cuisse sous l’eau. Je finis coincée entre le rebord de la piscine et toi. C’est étrange comme sensation : deux extrêmes le froid de la paroi et la chaleur de ton corps. Dans ma tête se déroule cette même sensation : te céder et me fiche des invités qui sont sur la terrasse ou résister et calmer ce petit jeu entre nous. Ton regard s’attarde un moment dans mon dos, je meurs d’envie de me retourner voir qui attire ton attention mais le plaisir procuré par tes caresses a tendance à m’embrouiller les idées. Mes ongles entrent dans ton épaule sans te griffer. Je mords ma lèvre, le gémissement se finit en son étouffé. Le gout du sang dans ma bouche me ramène à la réalité. Les lumières du bassin ont été éteintes, seules quelques torches brûlent créant une ambiance plus propice à l’intimité.

- Doucement, ma mère connait bien trop de monde ici… Je n’ai pas trop envie d’avoir des explications à lui fournir… Excuse-moi dis-je en me retournant

Bien sûr, les deux femmes de tout à l’heure. Je plante mes yeux dans les tiens, un sourire amusé s’affiche sur mon visage. Je passe mon doigt sur tes lèvres.

- chut, ne bouges pas de là… accordes moi un moment.

Je sors de l’eau me couvre d’une serviette, je sèche un peu mes cheveux et m’approches des deux femmes. Je sens ton regard posé sur moi. Elles ont toutes les deux consommé assez d’alcool pour n’avoir aucune inhibition sexuelle. Je leur propose de ne pas rester que spectatrice. L’une d’elle hésite troublée par ma proposition ou moi. Je ne sais pas trop, mon âge ? Mon sexe ? Je m’approche d’elle posant ma main sur son avant-bras. Je me tourne vers toi, son amie entre dans l’eau et te rejoint. Je discute quelques instants avec l’autre, une certaine Lila. Je me penche et l’embrasse. Elle ne se détourne pas ses lèvres sont tendres, un léger goût de citron s’y attarde, gin fizz. Je l’embrasse de nouveau. Cette fois quelque chose en elle bouge, un léger frisson la parcoure. Je m’approche de la margelle et glisse doucement dans l’eau tout contre ton dos. Je dépose un baiser dans ton cou et me ré appuie sur la margelle. Lila finit par nous rejoindre.

Elles doivent avoir la trentaine passée. Je les observe un long moment, les yeux brillants d’amusement et curiosité. Leurs gestes sont plus assurés que les miens. Tu t’es tourné vers moi, nos regards se croisent. Le jeu semble te plaire. Lila te murmure quelquechose à l’oreille. Mais qu’est ce qui m’a pris ? N’ai-je pas poussé le jeu un peu loin là ? A la seule vue de ta main qui caresse la poitrine de l’amie de Lila, je ressens une décharge de désir. Je passe ma langue sur ma lèvre avec un pincement. Puis je sens un effleurement le long de ma hanche, l’hésitante Lila de tout à l’heure est devenue hardie. Cette fois c’est elle qui m’embrasse à ma surprise. Ses mains sont remontées sur ma poitrine. Je commence à saisir son hésitation, elle avait envie surtout de toi mais l’option de nous avoir tous les deux l’attirait aussi, enfin je crois. Ses caresses bien que des plus agréables ne déclenchent les frissons des tiennes. Je suis un peu dépitée mais je n’en montre rien. J’aurais cru ça plus amusant. Je laisse mes mains glisser sur son corps. Ses baisers me laissent toujours l’acidité douce du citron, j’aime bien. Je te dévore du regard. Ta partenaire a l’air de s’occuper bien de toi. Je tends un bras vers toi. Nos doigts se frôlent, un doux frisson m’envahit. Peut-être que je ne suis qu’hétéro après tout ? À moins que ce soit toi qui me trouble ? Ton opinion de moi peut être ? Ouch je pense trop là, pas cool, je ne plane plus. Puis l’idée s’insinue dans mon esprit, tel un serpent. Ce n’est pas spécialement un partenaire que je cherche mais un mentor qui me fasse découvrir les plaisirs de la chair, quitte à me dominer parfois ! Une expression surprise que je n’ai pas su dissimuler passage sur mon visage, mes yeux croisent les tiens, je rougis de mes pensées et baisse les yeux. Je propose à ma partenaire de te rejoindre le plus diplomatiquement possible. Je m’approche de toi, je fais mes doigts sur ton torse évitant ton regard, je préfère les muscles masculins ce soir aucun doute.

- Je vais regagner ma chambre, rejoins  moi dans un moment si tu veux… je regarde les deux femmes. Seul ou accompagné. Je te fais un clin d’œil.

Je sors tranquillement, je m’essuie et renfile ma robe. Je me retourne t’offrant un sourire taquin mais ma tête n’est plus au jeu. Je dois alléger mon esprit et m’envoler de nouveau pour m’amuser encore et encore. Profiter de la nuit. Notre hôtesse me tire de mes pensées

- Cassandra, mon enfant. Il faudrait que je te présente un artiste, vous vous entendriez bien enfin j’espère Maggie aimerait exposer ses créations et tes toiles sur l’astrologie
- astronomie !
- pardon ?
- astronomie, les étoiles pas l’horoscope
- oh oui pardon ta mère nous tant parler de la comète de ta naissance… hum par contre je ne le vois pas. C’est un grand brun, il s’appelle Samuel

Je rougis sous la phrase, la pénombre de la piscine fait qu’elle ne doit pas te voir mais tu as du tout voir tout entendre.

- Si tu veux Stephan et ses amis vont sortir… les invités restant ont presque le double de ton âge tu devrais rejoindre les jeunes, soyez prudent et on se parlera au brunch de demain. Ta mère souhaites que je te présente des gens

Je la remercie poliment, on est déjà demain. J’hésite à me retourner voir si tu as tout entendu un peu gênée.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Play at night [Sam & Cassandra] Dim 19 Juil - 10:09


Play at night.


J'aime ainsi t'avoir toute à ma merci, coincée entre moi et le rebord de la piscine. Ta jambe remonte doucement le long d'une de mes cuisses tandis que tes lèvres rejoignent les miennes. Mon regard s’attarde un moment sur les fameuses jeunes femmes de tout-à-l'heure puis je sens tes ongles s'enfoncer doucement dans mon épaule. Un gémissement étouffé glisse sur ma peau alors que tu finis par déclarer qu'il vaudrait sans doute mieux nous tenir par rapport à ta mère qui pourrait bien avoir des échos de la soirée étant donné que le couple qui nous acceuille compte parmi ses connaissances.
Ton regard, ton sourire ... je sens que tu prépares un mauvais coup. Façon de parler ... .


- chut, ne bouges pas de là… accordes moi un moment.


J'acquiesse. Je t'observe et tâche de ne laisser la moindre expression de surprise sur mon visage ni le moindre enthousiasme trop marqué. Je m'attendais à beaucoup de choses sauf à ça. Je ne sais que dire de l'idée mais il te suffit d'embrasser l'une d'elles pour m'enflammer en un instant. L'autre femme vient me rejoindre dans l'eau, je ne lui oppose pas de résistance mais mon regard est tout tourné dans ta direction. Tu t’approches de la margelle et glisse doucement dans l’eau tout contre mon dos. Ce baiser dans mon cou m'électrise encore un peu plus. Mais ce n'est que bref, tu me laisses telle une proie à ces deux brunes. Ton regard brille d’amusement et de curiosité. Je ne te lâche pas du regard. Sans toi, ce jeu n'aurait aucun intérêt, j'ai même du mal à vraiment m'intéresser à ce à quoi elles s'appliquent présentement. Il n'y a que toi qui parvient à me faire frissonner malgré la courte distance qui nous sépare.


L'une d'elle semble ne pas me trouver assez entreprenant à son goût et attrape ma main pour la poser sur sa poitrine. Je ferme un instant les yeux, t'imaginant toi sous cette caresse. Aurais-je été plus imbibé que ce jeu m'aurait peut-être fait plus d'effet ... ? Ca manque de sensualité, ça manque tout simplement de toi ... .
Nos doigts se frôlent bientôt alors que tu tends un bras vers moi, je n'ai qu'une envie, t'embarquer toi seule plus loin. Tu es la seule qui me fait littéralement trembler de désir. Je remarque cette expression de surprise sur ton visage et je me demande un instant à quoi elle est due. Tu rougis. Quelle pensée peut bien te passer par la tête ? Les mains qui serpentent sur moi me tirent malgré tout quelques gémissements étouffés et alors que je bascule un instant légèrement la tête en arrière, ce sont tes mains qui me rappellent à la réalité tandis que tu me glisses :


- Je vais regagner ma chambre, rejoins-moi dans un moment si tu veux… Seul ou accompagné.


J'aimerais te retenir et t'offir aussitôt la réponse mais il n'y aurait plus de surprise. Je te veux toute à moi, sans nul autre artifice. Artifice fort inutile pour mettre du piment comme je peux le faire. Sortir du bassin si rapidement n'est pas une option envisageable. Tu te tiens non loin, discutant avec l'hôtesse qui t'as alpagué en passant. Je peux percevoir quelques bribes de votre conversation alors que se rappelle à moi le souvenir de ce que mon cousin m'a glissé plus tôt dans la soirée. Idée intéressante.
Je ne sais pas suite à sa proposition si tu vas suivre les fameux jeunes en question mais je compte bien te rattraper avant.


Je quitte les deux brunes sans m'en préoccuper et sans un mot. Je te retrouve simplement au détour d'un couloir à l'étage et te soulève entre mes bras, te hissant contre le mur derrière toi en te faisant face.


- Elles n'ont pas ta saveur ... déclarais-je en laissant échapper un soupir amusé en tiltant sur le double sens de mes propos. Mon désir ne nait que par ta proximité ... .

©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Play at night [Sam & Cassandra] Ven 24 Juil - 19:36


♫ Play at night ♬


Je me serais bien passé de me faire remarquer par notre hôtesse. Allez m’amuser avec Stephan… hum certes ça me pourrait me permettre de me faire d’autres connaissances après tout c’est un peu pour ça que je suis venue. Je suis forcée d’admettre que je ne suis pas tentée du tout par l’invitation. Actuellement, il me tarde juste de voir si Sam viendra ? Si tu seras seul ou pas ? Mes pensées se bousculent… Dois-je aborder le sujet qui a traversé mon esprit dans la piscine ? C’est un peu tôt, non ? Je ne sais pas trop. Déjà une proposition de multi partenaires était un peu prématurée. De toute façon c’est fait maintenant. Puis là de suite, il faut que je regagne ma chambre. Il me faut de quoi m’envoler un peu dans les nuages. M’alléger l’esprit et profiter du moment présent. Ne pas avoir de regret. Puis aussi me changer, me promener ainsi dans cette demeure avec une robe sans lingerie vu les connaissances familiales est un peu osé même pour moi. Je m’arrête au bar, bois un jus de fruit d’une traite et me diriges vers ma chambre.

C’est au détour d’un couloir que tu me prends par surprise. Tu me plaques contre le mur et me soulèves avec légèreté. Tu me regardes me semble-t-il amusé de m’avoir piégé.

- Elles n'ont pas ta saveur ... me dis tu avec un petit soupir amusé. Mon désir ne nait que par ta proximité ... .

Je fais ma bouille de chat. Mes yeux pétillent de plaisir. Je passe ma main sur ta joue puis tes lèvres et ton menton. Je t’embrasse

- Et j’ai quelle saveur ?

Tu me réponds et Je me sens flattée par ces mots. La première fois que je t’ai vu tu t’oubliais dans le whisky et là c’est de moi dont tu t’abreuves. Aurais-je le gout de ces vieux whiskys que l’on laisse dans les fûts des chênes des années pour qu’ils révèlent tous leurs parfums. Les whiskies pour vieillir et donner le meilleur d’eux-mêmes ont des maitres de chaix. Comptes-tu être mon maitre ou juste un consommateur avisé ? Un vieil ami irlandais m’avait appris à déguster un whisky. Utiliser la vue et l’odorat. Faire tourner le breuvage dans le verre, admirer la couleur et les reflets de la robe, la souplesse des jambes. Laisser venir les arômes du distillat, les parfums du bois des fûts, les fragrances des céréales, les effluves de vanille, de fumée, de fruits ou d’épice. Puis avant même de tremper les lèvres dans le verre, les papilles s’agitent dans tous les sens, émoustillées par les préliminaires de la vue et l’odorat. Il est temps d’entamer l’escalade pour le 7e ciel. Faire rouler la première gorgée, modeste, autour de la langue, la conserver pour la mélanger à la salive avant de l’envoyer rebondir dans les moindres recoins de la bouche. Le palais ainsi tapissé est prêt à accueillir les gorgées suivantes dans les meilleures conditions. Sentir la douce brûlure, la texture du whisky, laisser les arômes chatouiller les sens et descendre dans la gorge tandis que monte le plaisir. Un bon single malt se déguste lentement, comme une nuit d’amour. Peut-être que tu es mon single malt ? à moins que je sois le tien ? En attendant je me souvenais de cette leçon et de sa fin. Les beaux souvenirs font les plus grands plaisirs. La finale est un peu le souvenir que le whisky imprime sur le palais et laisse à tous les sens après la dégustation. Est-elle longue et puissante? Fugace ou persistante? Courte et frustrante? Il faut se délecter de ce souvenir sur le bout de la langue. Et se resservir si on a la mémoire courte.

Je sens tes mains à travers le tissu de ma tenue, le simple toucher me fait frémir. Je secoue la tête amusée. Décidément tu n’es jamais rassasié ? Tes doigts viennent de découvrir que je ne porte rien sous ma robe. Tes caresses se font de plus en plus audacieuses, de plus en plus intimes. Je frisonne, mon ventre se contracte. Je me mords la lèvre et tente de calmer tes ardeurs.

- tu te souviens la première fois, je t’ai proposé qu’on s’éclate sans conséquence ? tu hoches la tête te demandant probablement où je veux en venir… si on reste dans le couloir ça va avoir des conséquences pour moi please dis-je en faisant la moue

Tu souris, j’appréhende ! Mais tu m’emmènes dans la chambre, je ne sais pas comment d’ailleurs. Tout s’est passé si vite ? De la caresse dans le couloir je me retrouve nue sur le lit avec un Sam vêtu au-dessus de moi. Je tente un retournement de situation avec une prise laborieuse et minable mais comme tu me laisse l’avantage je finis au-dessus de toi. J’entreprends de défaire ta chemise bouton par bouton, laissant mes ongles sillonner ton torse. Je remarque la cicatrice laissant courir mon doigt sur la ligne sinueuse un moment puis je croise ton regard, je rougis.

- excuse-moi dis-je tout sourire

Je remonte doucement et scelle mes lèvres aux tiennes.






Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Play at night [Sam & Cassandra] Sam 25 Juil - 10:56


Play at night.


- Et j’ai quelle saveur ?

- Celle dont on ne peut raisonnablement se passer ... .

La façon dont tes joues s'empourprent une nouvelle fois me rappellent la précédente lorsque nous nous trouvions dans la piscine et je souffle alors tout contre ton cou :

- Tes petites rougeurs plus tôt dans la piscine m'ont autant troublé qu'elles m'ont fait craquer ptit chat ... .

Ces mots s’accompagnent de caresses plus intimes alors que je te sens frémir sous mes doigts et que je découvre une agréable surprise plus je remonte. Tu attires mon attention par une petite moue.

- tu te souviens la première fois, je t’ai proposé qu’on s’éclate sans conséquence ? J’acquiesce. si on reste dans le couloir ça va avoir des conséquences pour moi please

Ok je vois où tu veux en venir. Un sourire se glisse sur mes lèvres et je te soulève de façon à t'embarquer dans la dite pièce, tes jambes nouées autour de mes hanches, non sans heurter quelques coins de murs au passage, tremblant de désir pour toi. Mes lèvres courent sur ta peau comme avides de la moindre parcelle que j'ai déjà hâte de dégager. Je me débarrasse de ce qu'il te reste de vêtement avec une telle frénésie que tu ne dois être perdue dans ce tumulte. Il ne demeure désormais plus qu'à toi de me débarrasser des miennes.
Tu défais un à un les boutons de ma chemise, je te soupçonne de me faire exagérément languir. Et puis tu glisses sur cette cicatrice au niveau de mon torse avant de t'excuser. Vieille blessure témoin de mes frasques passées alors que je me suis pris un barbelé en fuyant une baraque de bourge où je squattais pour le week-end en l'absence des proprios. Proprios qui se sont ramenés sans crier gare en plein milieu de la nuit alors qu'ils étaient censés être partis à Hawaii. Me demande pas comment je le sais ... .

- Je t'expliquerais un jour ... .

Mmhhh ce sourire ... tes lèvres retrouvent les miennes alors que je me noie dans un tourbillon impétueux. J'éprouve des difficultés à me séparer de leur contact au fil de nos baisers toujours plus empreints de cette passion qui fait vibrer nos corps. Mes doigts se crispent autour de quelques mèches tandis que je te pousse à glisser toujours plus bas. Le contact de tes lèvres et de ta langue le long de mon torse me rendent fou impatient. Mon corps se cambre toujours plus au fil du cheminement de tes ourlées ... .

- Plus bas encore ... te susurrais-je d'une voix plus rauque à chaque soupir alors que mes mains te guident.

Tu défais la fermeture de mon pantalon ... mon souffle est de plus en plus torturé ... je deviens fou ... fou d'impatience de sentir ta langue courir sur ma virilité. Mon désir pour toi est une vraie torture. Tout mon corps s'embrase à ton contact. Il règne une véritable fournaise en moi à chaque coup de langue, à la moindre caresse de tes lèvres. Mon bassin remue malgré moi, comme mué par une force propre qui ne tient pas même compte de l'éventuelle brutalité de mes mouvements, je veux juste m'enfoncer dans le fourreau de ta bouche pour succomber à tes lèvres expertes. Et me perdre dans toutes ces sensations et ce plaisir.

©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Play at night [Sam & Cassandra] Ven 31 Juil - 17:49


♫ Play at night ♬


- Je t'expliquerais un jour ... .

Je secoue doucement la tête avec un sourire sans m’attarder. Une explication, je n’en veux pas, je n’en demande aucune, c’est limite je trouverais cela dérangeant. Je pourrais te dire que tu ne me dois rien, aucune justification mais toutes paroles trop sérieuses casseraient la bulle qui se forme autour de nos corps. Nos baisers deviennent plus enfiévrés et nos souffles sont de plus en plus courts. Nos lèvres se séparent pour que les miennes repartent à l’assaut de ton corps. Je laisse courir ma langue sur ton torse, titillant avec mes doigts les zones que je sais être érogène. Ton corps réagit à mes caresses se cambrant pour ma plus grande satisfaction. Mes ongles glissent le long des tes muscles comme des patineurs aguerris ne laissant aucune marque juste la sensation de leur passage.

- Plus bas encore ... dis-tu dans un murmure

Ta main sur ma joue semble m’indiquer le cheminement que tu souhaiterais que je prenne. Je m’exécute docilement non sans contentement. Je déboutonne ton pantalon faisant glisser la ceinture. Je me redresse pour le faire atterrir au pied du lit, bientôt suivi par ton caleçon. Je souffle sur le sexe ainsi mis à nu, ce peu de vent à l’effet escompté et fait se dresser l’objet de ma convoitise. Je remonte vers ton visage satisfaite du résultat que je produis sur ton corps. Je t’embrasse et retourne m’occuper de ce phallus dressé qui n’attend que mon intervention. La fellation étant la reine des caresses, j’avais appris théoriquement que cet extraordinaire instrument de plaisir adorait la manipulation avec les mains et la bouche faisant monter l’excitation à son plus haut degré. Je n’avais qu’à tester la pratique. J’avais déjà manipulé toutes sortes d’instruments musicaux avec lesquels on pouvait jouer pourquoi ne pas ajouter ce type d’instrument à ma collection ? Je commence par quelques délicats effleurements de ma langue sur le gland puis je gobe précautionneusement l’ensemble. Je m’affaire un moment avec un rythme soutenu sur le membre en érection. Je cherche ton regard guettant tes réactions. Je lape les perles de liquide séminal puis ma langue glisse le long dans la hampe mes doigts suivant le mouvement, je sens la sinuosité des veines dilatées sous ma langue. Je te lance un regard insolent me prêtant ostensiblement au jeu de cette caresse buccale. Je remonte, ma bouche s’accouple avec ton sexe. Je mélange les effleurements et frottements de ma langue et la succion douce sur le membre dans le fourreau de ma bouche. Tu peux imaginer ce que tu veux : que je te domine et pompe ta sève ou au contraire que je suis soumise et honore ton sexe. Ta main par un mouvement dans mes cheveux m’indique de me retirer, tu t’apprêtes à jouir. Je m’arrête l’espace d’un instant. Mes yeux plongent dans le regard de mon partenaire. Si tu avais envie de lire un message dans mes yeux, tu verrais surement « regarde comme je suis gourmande » ou quelque chose de proche. Ma langue reprend ses variations de mouvements tantôt crescendo tantôt lents. Je sens tout à coup la chaleur du liquide dans ma bouche, sa texture un peu crémeuse et sa saveur un peu salée. J’avale doucement, satisfaite et un peu surprise de ce premier test.

Je prends un franc plaisir à voir le tien d’autant que tu sembles toi aussi surpris. Peut-être que l’on ne t’a jamais fait une fellation jusqu’au bout ? À moins que ce soit car tu ne t’attendais pas à ce que je te finisse ? Je pose un doigt sur ta bouche et te fais signe d’attendre. Je pars dans la salle de bain me rince rapidement et avale un comprimé. Je reviens, enfile ta chemise sans la boutonner et me recouche à tes cotés. Tu as remonté le drap à ta taille, tes bras sont derrière ta tête en roi ayant conquis un territoire, plus précisément ayant conquis mon corps. Sur mon visage flotte un sourire, ta chemise glisse sur mon épaule quand je bouge. Je pose mes bras sur ton torse et y repose ma tête. Mes yeux sont noyés dans les tiens.

- J’avais lu qu’une fellation complète apportait à un homme un détente sans égale qui nécessitait bien plus de temps qu’après un coït pour s’en remettre. Fallait que je teste ! Dis-je amusée

Ton sourire semble s’élargir.

- Dis ! je ne suis pas chiante dans l’ensemble mais j’avoue que j’aimerais quand même savoir un truc… j’hésite une seconde ou deux, ton regard m’incite à continuer. Je ne sais quasiment rien de toi mais comme je ne voudrais pas marcher sur les plate bandes de quelqu’un, il faut que je sache. Je bafouille un peu relevant la tête. Tu vois mère s’en fiche que ses partenaires soient en couple ou non et je ne voudrais pas faire comme elle. Je n’ai pas eu beaucoup de partenaires mais je me suis toujours assurée que je ne blessais personne. J’aimerais bien que tu sois mon partenaire à NYC, je rougis confuse et bredouille. Euh je n’en ai pas ailleurs non plus… mais là c’est New York. On s’entend bien coté sexe et je pense que tu pourrais me faire découvrir .., je garde les yeux baissés ta main relève ma tête pour croiser mon regard, je reprends confiance mon sourire se fait taquin. … plein de choses, je connais la théorie mais je manque de pratique. Éduques moi tu veux ?


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Play at night [Sam & Cassandra] Dim 2 Aoû - 14:36


Play at night.


Chacune de mes expirations est lourde de désir. Chaque coup de langue, chaque baiser me fait sombrer dans la folie. Douce folie qui m'électrise tout entier tandis que mes doigts eux se crispent autour de tes cheveux avec force, à chaque soupir que tu m'arraches. Soupirs qui se muent en râles tour à tour plus rauques au fur et à mesure que tu m’accueilles toujours plus profondément dans le fourreau de ta bouche. Mon désir est à tout rompre. Mon regard ne te quitte pas. C'est encore plus dément de te regarder t'employer à me distiller ces vagues délicieuses de plaisir. Tu es tellement belle. Mon bassin remue avec toujours plus d'intensité à mesure que le plaisir approche. Chacune de mes expirations, chacun de mes regards t'incitent à m'en offrir toujours plus. J'adore ta façon de jouer, adoptant un rythme parfois plein de langueur qui ne fait qu'intensifier mon excitation, et puis plus soutenu. J'adore la façon dont ta langue court sur ma virilité pour en laper l'extrémité avec cette délicatesse qui ne me rend que plus fou encore.

Tu sembles aussi désireuse et contentée de constater tout le plaisir que tu me procures. Mon regard ne parvient plus à décrocher du tien. Je savoure chaque instant alors que le plaisir me ravage soudain, me fauchant littéralement sur place. Délicieux, dévastateur et plus encore amplifié de la sorte par ta manœuvre. Tout un déluge de sensation et de pensées me traversent sur l'instant. Je ne saurais traduire cette lueur dans ton regard. Quant au mien, il est habité par un pur contentement auquel je n'avais plus goûté avec une telle intensité depuis ... je ne saurais finalement le déterminer. Est-ce important ?

Tu poses un doigt en travers de mes lèvres tandis que je contemple ta posture féline. Tu me quittes un bref instant et mon regard détaille tes courbes divines alors que tu sors de la pièce. Je me cale contre la tête de lit, encore secoué par l'orgasme sans précédent auquel tu m'as savamment conduis. Un doux sourire, un brin rêveur persiste encore sur mes lèvres lorsque tu me rejoins. Tu as enfilé ma chemise sans la boutonner et la vue offerte sur ta poitrine te rend encore plus désirable. Le tissu glisse en découvrant l'une de tes épaules alors que tu grimpes sur le lit en te dirigeant vers moi à quatre pattes dans un roulement de hanches gracieux. Ma main glisse sur l'autre épaule, écartant l'autre pan de ma chemise. Juste pour te contempler une seconde avant que tu ne poses tes bras sur mon torse et y reposes ta tête. Nous nous regardons longuement dans les yeux.

- J’avais lu qu’une fellation complète apportait à un homme un détente sans égale qui nécessitait bien plus de temps qu’après un coït pour s’en remettre. Fallait que je teste ! déclares-tu avec ta bouille espiègle.

- Dit comme ça ... rétorquais-je le sourire aux lèvres.

Ma main passe dans tes cheveux inlassablement. Nul besoin de confirmer la teneur de mon contentement. Tu le vois à mon regard et à ce sourire qui ne quitte plus mes ourlées.

- Dis ! je ne suis pas chiante dans l’ensemble mais j’avoue que j’aimerais quand même savoir un truc… Tu sembles hésiter. Je t'incite à poursuivre du regard. Je ne sais quasiment rien de toi mais comme je ne voudrais pas marcher sur les plate bandes de quelqu’un, il faut que je sache. Ta façon de bafouiller me fait craquer. Tu vois mère s’en fiche que ses partenaires soient en couple ou non et je ne voudrais pas faire comme elle. Je n’ai pas eu beaucoup de partenaires mais je me suis toujours assurée que je ne blessais personne. J’aimerais bien que tu sois mon partenaire à NYC

- Aucune autre partenaire à l'horizon, te rassurais-je. Ta requête me touche et j'acquiesce en te serrant un peu plus contre moi. Mmmhh encore ces délicieuses rougeurs sur tes joues ... .

Euh je n’en ai pas ailleurs non plus… mais là c’est New York. On s’entend bien coté sexe et je pense que tu pourrais me faire découvrir .. Tu montres une facette plus timide qui me plait sur l'instant et à laquelle je pare en relevant ton visage pour te témoigner là que tu peux tout me demander sans en avoir honte. J'éprouve le même plaisir à être avec toi. … plein de choses, je connais la théorie mais je manque de pratique. Éduques moi tu veux ?

- Ce serait trop présomptueux de ma part. En revanche, rien ne nous empêche de goûter et découvrir ensemble toutes sortes de plaisir. Je te veux encore maintenant, demain et les jours suivants.

Mes lèvres concluent mes propos autant qu'elles donnent le départ à tout le désir que je veux faire naitre en toi à mon tour et tout le plaisir que je veux voir t'embraser toute entière jusqu'à en perdre pied.

©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Play at night [Sam & Cassandra] Jeu 3 Sep - 14:15

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Play at night [Sam & Cassandra]

Revenir en haut Aller en bas

Play at night [Sam & Cassandra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-