It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

Eyes shut ϟ Téo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Eyes shut ϟ Téo Jeu 18 Juin - 11:16

Jayme aimait se féliciter de ses propres idées. Déménager à New York ? Brillante idée. Devenir son propre chef ? Excellente idée. Amener Téo à Coney Island pour leur dernière soirée ensemble avant un long moment ? Ouais, c'était plutôt pas mal. A vrai dire il était très fier de son idée. Il avait hésité entre ça et passer la soirée à l'appart comme ils le faisaient souvent. Un bon repas, de mauvais films, une bonne soirée en perspective, une mauvaise cuite en supplément... Mais il avait eu envie de changer. Pas pour la dernière partie, il avait bien entendu toujours l'intention de passer une bonne soirée et de se prendre une mauvaise cuite. Mais il avait préféré troquer le bon repas contre un excès de sucre à tour de barbe à papa et churros, et échanger son bon canapé, sûr et fixé au sol, contre les sièges en plastiques collants d'attractions à sensation. Il avait l'impression d'être de nouveau un ado. L'ado qui bravait ses parents en dépassant le couvre-feu pour sortir et essayer d'impressionner une fille. Sauf que c'était juste Téo. Il savait qu'il ne fallait pas grand chose pour l'impressionner. Et c'était une des choses qu'il aimait le plus chez elle. Ce soir, il n'y avait pas de couvre-feu. Il avait même l'intention de ne pas dormir du tout jusqu'au départ de la jeune femme. Ils venaient de descendre d'une attraction qui les avait secouer un peu dans tous les sens, et histoire de garder son estomac dans l'ambiance, il s'enfila une rasade de la bouteille qu'il avait dans sa poche. Il la tendit ensuite à Téo sans lui demander son avis. « Je crois qu'il est temps de passer aux choses sérieuses. Dit-il soudain en prenant un air solennel. » Il y avait un temps pour rigoler, et un autre pour se concentrer. Il arrangea son t-shirt qui n'avait pas besoin d'être arrangé juste pour se donner un genre. Il termina son geste en se passant une main dans les cheveux. « Je dois te confier que même si je ne me suis pas entraîné, j'ai un talent naturel. » Certains y perdaient toute une vie pour devenir aussi bon, lui, n'avait aucun effort à fournir. Du moins c'était ce qu'il aimait croire. Si on y croyait suffisamment, peut-être que ça finissait par être vrai ? Cette théorie n'était pas valable pour tout. Il ne suffisait pas de croire qu'on était bon à la cuisine pour l'être. N'importe qui pouvait mélanger des ingrédients mais encore fallait-il le faire de la bonne manière et en bonne quantité. Tout était une question de mesure. Et Jayme savait parfaitement mesurer sa force. Enfin... Peut-être que sa trop grande fierté l'aveuglait un peu en cet instant. « Es-tu prête à affronter le challenge ? Demanda-t-il, conservant toujours le suspense sur ce qu'il comptait faire. » Il n'attendit cependant pas sa réponse pour prendre sa main et l'entraîner vers un stand. Un nombre assez conséquent de peluches étaient accrochées au fond et tout autour, tentant tous les enfants qui passaient, émerveillant les plus petits... et les plus grands. Il paya l'homme qui s'occupait du stand et tendit finalement son arme à Téo. C'était une grande carabine en plastique. Jayme prit la sienne entre ses mains, soupesant l'arme du bout de ses bras avant de la positionner dans un geste qui se voulait expert. Les cibles étaient de toutes formes et de toutes tailles, les plus petites et les plus éloignées rapportant le plus de points évidemment. Inutile de préciser que Jayme voulait gagner la plus grosse peluche du stand. « Essaye de ne pas pleurer si tu perds... Dit-il en donnant un petit coup de coude à Téo pour l'embêter. » Il était obligé d'en faire une compétition. Ça ne serait pas amusant dans le cas contraire et il n'aurait pas l'occasion de narguer Téo une fois qu'il aurait remporté son précieux. En l'occurrence une grande peluche jaune qui ne trouverait jamais de place dans son appartement.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Eyes shut ϟ Téo Ven 19 Juin - 0:47

J’aimais pas les sensations fortes. Enfin si, j’aimais ça, mais pas dans ce genre de cas, pas quand j’étais coincée dans une nacelle avec la probabilité de vomir proche des cent pour-cent. Je prenais un malin plaisir, dans la vie de tous les jours, à jouer les grandes, les fortes, les aventurières. J’étais Lara Croft, bon sang ! Mais dès que je croisais le regard d’une de ces machines de torture, ma déglutition se faisait plus sonore. Mettez-moi face à Taliban armé jusqu’aux dents, mais par pitié, ne m’obligez pas à monter là-dedans. Sauf que je le faisais. Je le faisais parce qu’il était hors de question que je flanche devant lui, ou que je le laisse monter seul pour l’observer, moi, d’en bas. En vrai, j’aimais Coney Island pour l’ambiance, et aussi, un peu beaucoup, pour les sucreries en tout genre qui venaient s’installer sur mes hanches. Et puis, j’aimais ça, aussi, être avec lui ailleurs d’enfermés dans son appart’. Je sais pas, ça avait quelque chose de grisant. Croiser tous ces regards et me la péter, un peu. Pour une fois qu’il était tout à moi, j’avais bien l’intention d’en profiter. Sauf que ça, c’était valable lorsqu’on déambulait dans les allées. Parce qu’une fois installés dans les attractions, je faisais moins la fière. Et d’ailleurs, je devais être livide, là, tandis que je posais un pied déséquilibré sur le sol. Sol sur lequel, lui, il sautait. Mais c’était quoi son secret, à lui ? Il avait une malformation de l’oreille interne ou quoi ? Comment il faisait pour sortir de ce genre de truc, frais et dispo, et... Oui, c’est ça, même pas décoiffé, je venais de vérifier. C’était agaçant, à la fin ! J’avais l’impression de m’être pris 3g dans la tronche, et lui... Lui, il était suffisamment droit dans ses pompes pour s’enfiler une rasade d’alcool, et me tendre la bouteille emballée dans le kraft, comme si... Comme si c’était la chose la plus naturelle au monde. Ok, te démonte pas, Téo, t’es déjà à deux grammes, mais on s’en fout ! « Je crois qu'il est temps de passer aux choses sérieuses. » Quoi ? Je manquais en recracher ma gorgée. Défier l'apesanteur et ma résistance à l’alcool c’était pas suffisamment sérieux, pour lui ? Parce qu’à moins qu’il projette de, sérieusement, m’entrainer dans un coin sombre pour, sérieusement, me débarrasser de mes fringues, j’étais pas intéressée. Et quelque chose me disait que c’était pas du tout les projets qu’il nourrissait. « J’veux pas vomir. » je le prévenais, des fois qu’il ait connu des filles qui aimaient ça, vomir. « S’il te plait, m’oblige pas à vomir... » supplique parfaitement normale, bout de conversation qu’on entendait très souvent, évidemment. « Je dois te confier que même si je ne me suis pas entraîné, j'ai un talent naturel. » « Pour faire vomir les filles ? » Non, définitivement, on devait pas parler de la même chose. C’était quoi son talent naturel ? Oh, bien sûr, une frustrante petite voix me rappelait cette idée de coin sombre et de vêtements qui volent, mais elle avait trois grammes, cette petite voix, donc sa lucidité n’était pas des plus fiables. Pour bien faire, il aurait fallu que je mange un truc, pour tapisser mon estomac, mais surtout pour assouvir mon besoin de sucre. Il était où, le stand le plus proche ? « Es-tu prête à affronter le challenge ? » Quoi ? Quel challenge ? Est-ce qu’il y avait une petite chance pour que ce challenge soit un concours de mangeurs de hot dog ? C’est la question que je lui aurais posé s’il m’en avait laissé le temps. À la place j’émettais un « Heu...eu...eu...eu... » très chaotique et le souffle court, tandis qu’il me tractait derrière lui. Ce ne fut qu’une fois devant son challenge que je retrouvais le sourire. Un sourire rayonnant. Un sourire dans lequel il y avait probablement trop de dents. « La classe ! » je m’exclamais, même. Des armes et des peluches, le rêve ultime de toute Téo. J’avais même droit à mon fusil à pompe. Ok, c’était une carabine en plastique, mais dans ma tête c’était un AK47 et j’étais Angelina Jolie. « Manque juste un cheesecake aux fruits rouges, et c’est ma vision du paradis, tu sais ? » Des armes, des peluches, de la bouffe... Et lui. J’étais pas compliquée à satisfaire, finalement. Lui, justement, il était en train de se la péter grave, soupesant son arme avant de se mettre en joue, me tirant un ricanement qui ne devait pas être des plus mélodieux. « Essaye de ne pas pleurer si tu perds... » AÏEUH ! Je fronçais les sourcils à son coup de coude, et tentais de rétablir mon équilibre, si facilement malmené. « Tu plaisantes, j’espère ? J’suis une pro. » je fanfaronnais, refusant l’évidence -à savoir que j’étais passablement nulle- tout en prenant appui sur mon arme, elle-même posée à la verticale sur le rebord du stand. Et c’est parce que j’avais l’index sur la gâchette, que le coup partit tout seul, vers le plafond, ricochant sur ce dernier, puis sur la planche qui servait à déposer les carabines, pour aller achever sa course dans un chien en peluche, tandis qu’après un sursaut, je suivais ce trajet des yeux. « C’est absolument ce que je voulais faire. » j’affirmais, sans me démonter, avant de me mettre en joue à mon tour. « Pour ton information, je sais très bien manier les armes, bien que je sois plus douée avec un fouet. » Référence à Indiana Jones, bien sûr. En réalité, je n’étais pas vraiment plus douée avec un fouet, mais je comptais sur la chance du débutant, et puis l’alcool me rendait toute puissante. Alors, tirant la langue, je visais la cible la plus simple -à peu près pendant trois plombes- pressais la gâchette et... Tapais dans le mille. En même temps, c’était pas très dur, cette cible se trouvant presque à portée de main. Mais ça ne m’empêcha d’improviser une petite danse de la victoire qui ne devait pas ressembler à grand chose. « J’ai gagné quoi, monsieur ? » je demandais, très fière, sans regarder le monsieur en question, puisque je fixais Jayme en soulevant frénétiquement mes sourcils par simple provocation. « Rien. À moins d’avoir moins de cinq ans. Ce sont les cibles réservées aux tout petits. » Merci monsieur pour ton aide si précieuse, vraiment. « Je l’savais. C’était une blague... Pffff... » Sauvons les meubles, Willy et le soldat Ryan. Je me remettais en position, visais, tirais et... Ratais. Zut ! Concentre-toi, Téo ! « J’ai le droit à combien de tirs ? » je me renseignais en visant à nouveau. « Quatre. » répondit le monsieur au moment où je tirais, me déconcentrant par cette réponse, et me faisant rater à nouveau. « Plus qu’un coup. » jugea-t-il bon de préciser sous mon regard noir. Du coup, c’est sur lui que je tirais, pour finir, usant de ma dernière bille pour venger mon honneur, et le toucher à la cuisse. Haha ! Biiiiim ! On rigolait moins, là, monsieur ! En fait, si... Ça le faisait sourire, preuve que ce n’était vraiment pas douloureux. Cela dit, il se frottait quand même la cuisse, tout en me tendant la sucette qu’il devait réserver aux perdants. Pas grave, j’avais quand même gagner un truc gratuit, et puis c’était du sucre. « Tu sais ce qu’on dit des hommes passionnés par les grosses armes ? Qu’ils ont quelque chose à compenser... » maintenant que j’avais épuisé tous mes coups, j’avais bien l’intention de pourrir la concentration de mon individu préféré sur Terre. Et avec le sourire, en plus. J’étais très douée pour ça, le déconcentrer. C’était... Oui, c’était comme un don du ciel. Un don très utile et satisfaisant.
Revenir en haut Aller en bas

Eyes shut ϟ Téo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-