It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

renzo - we got no worries in the world

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: renzo - we got no worries in the world Lun 16 Mar - 21:17


we got no worries in the world
LENZO ET RENJI, LES TWINS WELLINGTON

March, 8
02:27 PM

Brisbaneeeeee! Mon amour, tu m’avais tellement manqué ! Et là furent les premières pensées qui me traversèrent l’esprit quand je posais les pieds sur le sol australien, après douze ans d’absence. Douze ans, vous vous rendez compte? Le temps passe tellement vite, c’en est affolant. On a quitté l’Australie de force à nos quinze ans avec Renji, et voilà qu’on y revenait à presque vingt-sept ans. Ça alors. Après un long vol — vingt-trois heures, quand même, c’est pas rien — nous voilà chez nous. Oui, parce que pour moi, ce sera toujours chez moi. Chez nous. C’est là qu’on a grandit, quand Renji m’a fait faire les quatre cent coups malgré moi, qu’il m’a fait conduire une voiture alors qu’aucun de nous deux n’avait ni l’âge ni le permis, m’avait fait prendre ma première cuite, et avait cassé ma réputation de gentil garçon en allant draguer les filles, prétendant qu’il était moi. Moments qui, sur le coup, m’avaient franchement fait chier. Moments qui s’étaient maintenant transformés en souvenirs, et qui me faisait nostalgiquement sourire aujourd’hui. 32°C. Dieu merci, de la chaleur, du soleil ! Au revoir New York et son froid glacial ! En espérant que dans deux semaines, le printemps soit vraiment arrivé là-bas. Malheureusement, la plupart de nos amis d’enfance avaient eux aussi déménagé, et on ne se souvenait plus vraiment de nous, il faut dire. Du coup, on avait réservé deux semaines dans un hôtel assez luxueux, dans la suite présidentielle, avec deux chambres séparées. Pas que ça nous dérangeait de dormir ensemble, mais je me doutais bien que Renji voudrait son espace intime quand il ramènera des nanas… Parce que je n’étais pas con au point de croire qu’il allait s’abstenir pendant quinze jours. Mais qu’importe. Je ne pouvais pas être plus heureux qu’en ce moment même.

March, 16
04:39 PM

« Allez, magne-toi ! On va louper l’heure ! » le pressais-je en lui balançant un coussin sur la tête à travers la porte de sa chambre. On est à Brisbane, et lui, qu’est-ce qu’il fait? Il fait la sieste. Non mais je rêve ! Les vagues n’allaient pas nous attendre, hein ! Une semaine était passée depuis notre arrivée, et il nous en restait une. Moitié du séjour. Et c’était déjà passé bien trop vite à mon goût. On était allé surfer tous les jours, Renji avait dragué des tas de gonzesses qui se prélassaient au soleil en mini-bikini sur la plage de sable fin, et on avait fait un tour des lieux auxquels on avait l’habitude de se rendre quand on habitait encore là pour voir combien ça avait changé. Et c’était surprenant de voir que, dans un sens, tout était différent, mais que dans l’autre, tout restait pareil. C’était toujours notre ville, là où on avait vu le jour, et rien ne nous enlèverait ça. Je lui lançais son short de bain sur la tronche. « Debout flemmard ! Habille-toi, prends ta planche et rejoins-moi ! » Je sortis de la suite moi-même vêtu d’un simple short de bain. L’avantage de l’hôtel, c’était qu’il avait les pieds dans le sable et un accès direct sur la plage et la mer. Génial, j’adorais ça. Les petits grains clairs parsemant le sol des couloirs et du hall d’accueil, l’odeur de sel, la chaleur étouffante camée par la brise qu’apportait la côte… Je récupérais ma planche qui était en garde à la réserve de l’hôtel — une qui se voyait assez vieille, teintée d’un orange usé par le temps et par l’agressivité du sel de mer. Je la prenais sous le bras et courais à petites foulées jusqu’à l’eau. Le top, avec l’Australie, c’est qu’il fait tellement chaud en été que pas besoin de combinaison, et c’est beaucoup plus confortable. Une fois bien immergé, je glissais sur le ventre sur ma planche et commençais à ramer à l’aide de mes bras pour m’avancer plus loin dans l’eau, croisant les doigts pour que Renji ne se rendorme pas et vienne vite me rejoindre.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: renzo - we got no worries in the world Sam 21 Mar - 12:23


Lenzo & Renji
Brisbane, j’y étais enfin, après plus de dix ans, sans y avoir mis les pieds. Ça faisait longtemps et ça avait même pas mal changé, mais c’était toujours aussi beau et classe. L’Australie était toujours la même. Elle avait évolué, et avait elle aussi grandit, tout comme nous. Et malgré tout le temps passait bien vite depuis que nous étions sur notre terre d’origine. J’avais aussi bien bronzé et ça faisait plaisir de retrouver une peau particulièrement halé, grâce au soleil. Allongé sur le lit, je somnolais, tranquillement, me reposant un peu, car depuis que nous étions arrivés, nous n’avions pas passé un seul moment tranquille, toujours dehors, toujours à faire les fous, toujours à profiter un maximum. « Allez, magne-toi ! On va louper l’heure ! » dit-il en me balançant un coussin dessus. Soupirant, je ne bougeais pas en attendant de voir ce qu’il voulait faire, même si je savais déjà ce qu’il voulait faire. Du surf. C’était notre spécialité, et retrouver nos bonnes vagues australiennes nous faisait du bien. Car le surf en Amérique c’était loin d’être le pied, même si c’était faisable. « Debout flemmard ! Habille-toi, prends ta planche et rejoins-moi ! » Cette fois ce fut mon short de bains que je reçus dans la face. Soupirant, je me redressais alors qu’il était déjà parti. Impossible de se reposer en paix ma parole ! C’était une vraie pile sur patte ce gosse ! Mais qui l’avait donc élevé ! On se le demande tiens. Me levant, j’enlevais mon boxer avant d’enfiler le short et chercher une serviette propre dans le placard. La jetant sur mon épaule, je me dirigeais vers la sortie avant de prendre ma planche, prenant bien mon temps, on n’était pas pressé tout de même. Puis la plage était juste en face de l’hôtel, alors autant dire que ce n’était pas bien loin. Le cherchant sur le sable une fois dehors, je le vis déjà dans l’eau. Putain irrattrapable le gosse. Jetant ma serviette à côté de la sienne, je m’avançais vers l’eau avant de poser la planche et partir pour le rejoindre. Une fois assez avancé, je me glissais sur la planche assis laissant les vagues me transporter quelques instants avant de m’allonger sur le ventre et me mettre à ramer pour le suivre. « Oye ! Attend moi ! » dis-je à son attention avant d’accélérer le ramage pour le rejoindre comme je pouvais. Une fois près de lui je lui lançais de l’eau avant de lui faire une grimace. « Pire qu’un gosse ! » Dis-je avant de reprendre le ramage et l’abandonner là pour partir vers les bonnes vagues. Ne quittant pas des yeux l’océan, je ramais un peu plus avant de poser mes mains sur la planche et me relever d’un coup, c’était parti ! L’équilibre parfait, je pliais les jambes en fonction de la vague avant de mettre une main dans l’eau, alors que je surfais la vague le sourire aux lèvres.

we got no worries in the world


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: renzo - we got no worries in the world Dim 22 Mar - 16:30

we got no worries in the world
LENZO ET RENJI, LES TWINS WELLINGTON

Oui, je savais ce que Renji allait me dire. « C’est aussi des vacances, vacances = repos ! » Sauf que non. Pas de moment de tranquillité. Pas de temps pour dormir. On avait passé douze ans loin d’ici, douze ans durant lesquels j’avais rêvé chaque nuit de revenir et de surfer les vagues de ma Brizzie, brûler sous son soleil tapant, les pieds se fondant dans le sable fin de South Bank. Et rajoutez, voir les nanas en bikini voire topless, dans la liste de Renji. Pas que ça m’intéressait pas moi mais… Non, en fait, ça m’intéressait pas. Mais sérieux, on n’allait quand même pas passer notre temps à dormir, alors que Brisbane, notre bébé, l’amour de ma vie, m’attendait, là, dehors, à la porte de notre suite royale. Je lui balançais un coussin, puis son short de bain, non sans gueuler au passage — d’une façon gentille, quand même. S’il ne se dépêchait pas, on allait manquer l’heure des meilleures vagues. Enfin, IL allait manquer l’heure, parce que aussitôt dit, moi, je ne l’attendais pas et filais dehors pour récupérer ma planche vieillie par l’usure et le temps, avant de m’engouffrer dans l’eau et de ramer de mes mains, allongé sur le ventre, allant plus loin dans l’eau pour aller à la rencontre des bonnes vagues, qui ne se trouvaient certainement pas en bord de mer. « Oye ! Attend moi ! » l’entendis-je enfin me rappeler à l’ordre, un peu plus loin de là où j’étais. Il me rejoignait enfin avant de me lancer de l’eau une fois à ma hauteur accompagné d’une grimace. « Pire qu’un gosse ! » Je riais de bon coeur. « C’est pas moi qui t’éclabousse j’te ferais remarquer ! EH ! » lui criais-je alors qu’il m’abandonnait là, se dirigeant vers une vague naissante et qu’on pouvait facilement deviner bonne. « N’essaye même pas de prendre la vague sans m… » Et voilà. Il se relevait à l’aide de ses mains d’un coup, s’engouffrant dans le rouleau qui commençait à se former. « Bordel Renji, j’te coulerai ! » lui lançais-je en guise de menace avant de ramer rapidement vers le tunnel d’eau et de m’y glisser à l’intérieur, derrière mon frangin, maintenant debout sur la place à mon tour, alors que la vague se refermait derrière nous. Je me positionnais correctement, pliant les jambes du bon angle en gardant l’équilibre, tout ça aisément. Faut dire que le premier jour, on avait peut-être perdu l’habitude, mais c’était comme le vélo, ça ne s’oubliait pas et on avait vite repris le rythme. J’inspirais longuement, le sourire sciant mon visage en deux. L’air marin emplissait joyeusement mes poumons, gonflant mon coeur et ma vitalité. Bon dieu ce que j’étais heureux d’être ici, et encore plus avec la personne qui m’importait le plus au monde.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: renzo - we got no worries in the world Sam 9 Mai - 18:21


Lenzo & Renji
« C’est pas moi qui t’éclabousse j’te ferais remarquer ! EH ! » Bla, bla, bla, je ne l’éclaboussais même pas ! Fallait pas non plus abuser. Il extrapolait en plus le petit ! « N’essaye même pas de prendre la vague sans m… » De quoi ? Le sourire aux lèvres, je me tournais pour lui tirer la langue en signe de taquinerie, parce que c’était bien mon genre avec lui, ce genre de truc complètement débile. « Bordel Renji, j’te coulerai ! » Ouais, ouais, et je savais qu’il n’y arriverait pas, bien évidemment. Parce que j’avais tout simplement de l’avance sur lui, et que je prenais déjà la vague, m’éclatant à voler sur l’eau, une main caressant la vague. Le bruit de l’eau et tout ça, c’était quelque chose qui me plaisait. Ça m’avait tout de même manqué pendant ces dix années mine de rien. Parce que le surf ici était tout autre chose qu’en Amérique. Une fois la vague fini je restais sur la planche me laissant trainer par l’eau avant de m’assoir sur celle-ci et me tourner vers mon frère qui arrivait à son tour vers moi. « Alors ? J’attends que tu me coules hein. » Dis-je en ramant alors pour m’éloigner de lui, et aller vers le bord de mer. On avait fait du surf toute la semaine, autant dire que ce n’est pas parce que je n’allais pas faire cette vague que j’allais mourir. Non bien au contraire. Mais peut-être que pour lui, ça allait être dramatique, la preuve, il m’avait sorti de ma sieste pour pouvoir faire du surf. Quittant ma planche, je posais les pieds sur le sable, avant de tirer la planche hors de l’eau. Me jetant sur le sol, je m’étalais plus précisément sur ma serviette avant de soupirer. Qu’est-ce qu’on était bien là, le soleil, le plein de vitamine D et tout ça. Croisant mes bras derrière la tête je tournais le regard vers mon jumeau. « Tu veux faire quoi après ? Resto ? Balade dans un marché de nuit ? » Il y avait tellement de chose possible à faire sur Brisbane. Et pendant cette semaine, on en avait fait des choses, il ne nous restait plus beaucoup de temps, c’était toujours comme ça, une fois sur le lieu des vacances le temps passait trop vite. Ça ne serait pas drôle sinon. Non.

we got no worries in the world



c'est pas top pardon T.T
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: renzo - we got no worries in the world Dim 24 Mai - 22:53

we got no worries in the world
LENZO ET RENJI, LES TWINS WELLINGTON

En fait, Renji était chiant en vacances. Pas le genre chiant, vraiment ennuyant qu’on a envie de claquer dans un mur — plutôt le genre chiant d’un gosse de quatre ans. A me faire chier moi, exprès, à titiller mes nerfs et faire tout le contraire de ce que je dis. Comme là, par exemple, à s’en aller tout seul dans le tourbillon de la vague, alors que je lui dis de m’attendre. Une petite menace lancée, je le rattrapais et on terminait la vague à deux, assis sur nos planches, se laissant border par les ondes des vagues. Je regardais autour de moi, et tout ce que je voyais c’était la plage de sable fin au loin, les rayons du soleil réchauffant ses grains et les faisant briller de mille feux, les gens bronzant sur leurs serviettes, les centaines de planches de surf, la sensation de l’eau de mer sur la peau, son odeur salée imprégnée dans l’air, les vaguelettes grâce auxquelles on pourrait facilement s’endormir… C’était ça le paradis. Mon paradis. Et au final, je n’étais plus très sûr de vouloir vivre ici, pour toujours. Parce que sinon, est-ce que je m’émerveillerais autant de ce lieu? Quelques secondes de réflexion avant d’entendre ma conscience rire intérieurement. Bah oui crétin, oui, je m’émerveillerais encore et toujours de ma Brisvegas, chaque seconde, chaque minute, chaque heure, chaque jour encore un peu plus que le précédent. Moment d’extase émotionnelle qui se brisait à la voix de Renji. « Alors ? J’attends que tu me coules hein. » Je levais les yeux au ciel. « Sale gosse. » me contentais-je de répondre, alors qu’il s’éloignait pour rejoindre la plage. Je le suivais curieusement. Cinq minutes dans l’eau? Vraiment? Je posais également les pieds dans le sable brulant en attrapant ma planche sous le bras. « T’as un rencard ou quoi? » Apparement non, puisqu’il s’affalait sur sa serviette. « Tu veux faire quoi après ? Resto ? Balade dans un marché de nuit ? » Je prenais quelques secondes pour réfléchir. Il y avait bien trop de choses à faire sur Brisbane, et bien qu’on ait déjà vu pas mal en une semaine, on ne verrait jamais tout. « Ça dépend, c’est toi qui paye le resto? » lui lançais-je dans un grand sourire éclatant. Il pouvait bien faire ça pour moi non? Puis ça nous permettrait de se poser un peu et parler tranquillement, sans être constamment en train de bouger.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: renzo - we got no worries in the world

Revenir en haut Aller en bas

renzo - we got no worries in the world

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-