It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

Shopping à la Coolidge [PV LENZO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Shopping à la Coolidge [PV LENZO] Dim 15 Mar - 23:13






Shopping à la Coolidge

Blake
Lenzo

Le téléphone qui vibre, la table qui tremblote, la musique qui s'allume. Le réveil. Dans un sursaut, Blake se réveilla, les yeux fatigués. Elle se retourna aussi vite qu'un escargot handicapé pour appuyer sur le bouton et éteindre son portable. Elle avait mis minutieusement une musique intense et bien lourde pour émerger, mais surtout se lever. Blake ouvrit les yeux difficilement. Elle bailla bruyamment et s'enfonça encore plus profondément sous sa couette. Il faisait tellement froid! Elle n'avait ni l'envie, ni la motivation de sortir de son cocon qu'elle avait préalablement chauffé pendant la nuit. Elle referma les yeux sans s'en rendre compte et se réveilla trois quarts d'heure plus tard. En sursautant encore une fois. Elle pris sa tête entre ses bras et regarda l'heure. L'écran de son téléphone était si lumineux qu'elle ferma partiellement les yeux pour distinguer l'heure : 9H30.

- Meeeeeeeeeeeeerde. 

Elle jeta la couette pour s'extirper du lit, empocha son téléphone et courra enfiler un gilet par-dessus son grand T-shirt qui lui servait de pyjama. Elle partit précipitamment - ou du moins en traînant les pieds rapidement - à la cuisine se servir un bol de lait avec des céréales, mélangées à des flocons d'avoine. Après avoir mangé, elle se rendit dans la salle de bain pour se doucher et s'habiller.
Elle se déshabilla sans plus tarder pour sauter dans la douche qui coulait depuis à peine trente secondes. Résultat, l'eau était encore glacée. Blake fut parcourue de grands frissons sur le long de son corps. L'eau l'avait clairement refroidit, mais elle n'avait pas le temps de traînouiller. Quand la douche se régla à bonne température, elle empoigna son gel douche et s'en badigeonna promptement.

Elle se rinça et sortit de la douche comme un ouragan. Une fois ses cheveux séchés elle les noua en une natte qui descendait sur son épaule droite et passa directement au maquillage. Rouge sur les lèvres, trait noir aux yeux et basta. Blake se badigeonna de son parfum et s'habilla. L'habillage, sûrement l'étape la plus longue. Elle posa un doigt sur sa bouche pour réfléchir et attrapa un jean boyfriend. Elle rentra une jambe, puis l'autre et remonta la fermeture. Elle mit une chemise rouge assez ample et la rentra dans son pantalon. Elle se chaussa de ses escarpins rouges vernis et enfila un trench noir. Elle était encore dans les temps et heureusement.

Blake avait prévu de voir Lenzo, un ami qu'elle avait rencontré dans une soirée poker. Les deux s'étaient bien trouvés car ils étaient sur la même longueur d'onde. Ils avaient passé la soirée à discuter, rigoler sur tout et rien, sans se prendre la tête. Après ce moment ils s'étaient revus de nombreuses fois. Blake lui avait réservé une journée qu'il n'était pas prêt d'oublier émotionnellement, elle jubilait déjà rien qu'à l'idée de penser à la tête qu'il ferait. Il était partit en Australie depuis environ deux semaines avec son frère Renji. Elle avait si hâte de le revoir. Elle avait tellement bien manigancé son coup qu'il ne se douterait de rien. Ils s'étaient donnés rendez-vous à 10H10 précise devant chez elle, mais il était déjà 10H20. Blake était en retard. Elle ouvrit la porte de son immeuble et.. surprise. Lenzo n'était pas encore arrivé. Apparemment les deux n'étaient pas doués pour être à l'heure. Sauf que c'était l'hiver, qu'il faisait froid, que Blake avait les cheveux encore mouillés. Il fallait que Lenzo arrive, et maintenant. Sinon elle allait devenir un Mr Freeze en moins de deux.

- Lenzoooo qu'est-ce que tu fais je me caille.. 


© REIRA


Dernière édition par Blake Coolidge le Ven 27 Mar - 21:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shopping à la Coolidge [PV LENZO] Lun 16 Mar - 0:22


shopping à la coolidge
Blake et Lenzo
Je me saquais rapidement du lit. Putain, ce que j’étais heureux d’avoir rendez-vous avec Blake aujourd’hui. Ça me changerait les idées, ça m’éviterait de penser à mes conneries — ou plutôt ma connerie, au singulier, qui se prénommait Ava, belle femme aux cheveux ébènes et aux yeux sombres, qui m’avait fait succomber à sa bouche teintée de rouge. Merde, j’avais dit que je n’y penserais pas ! D’ailleurs, faudrait peut-être que je lui en parle à Blake, de tout ça. Non? Elle ne critiquerait pas, je suis plutôt convaincu en fait qu’elle s’en amuserait. Le jumeau censé qui finit par se taper une flic dès la première rencontre, waouh, ça c’était du scoop, et elle s’en lècherait les babines, commère qu’elle était. Mais bon, je l’aimais comme ça, après tout… J’étais quand même reconnaissant d’être allé à cette soirée poker — à laquelle je ne comptais pas aller, finalement. Ça m’avait permis de faire sa rencontre, et au jour d’aujourd’hui, je la considérais comme une meilleure amie, bien qu’elle était bien plus jeune que moi. Je repensais à la remarque qu’Ezechiel m’avait sarcastiquement lancé à la réunion d’anciens élèves d’Havard, sur le site « Sugar Daddy ». Quel con… Presque dix ans quand même. Elle en avait dix neuf, et j’en avais presque vingt-sept. Mais quand j’étais avec elle, je perdais un peu de mon sérieux, je me laissais un peu plus aller. Et d’un côté, c’était tant mieux. Ça faisait tout de même du bien de lâcher prise quelques fois. C’était la seule qui me rendait insouciant.

Rendez-vous en bas de son immeuble à 10h10 précises, sauf que pour une fois, je n’étais pas précis. Merde. En plus, je détestais être en retard, mais appel imprévu de mon fournisseur chiant à souhait que Renji avait menacé pour moi l’autre jour. Appel qui tarda plus que ce que je ne l’aurais pensé, et qui m’irrita à cette heure matinale. Du coup, j’arrivais à 10h21, avec exactement onze minutes de retard. « Lenzoooo qu'est-ce que tu fais je me caille.. » l’entendis-je se plaindre. Arrivant dos à elle, j’approchais en silence radio mes lèvres de son oreille avant de lui dire : « T’en as pas marre de te plaindre, Coolidge? » Je passais devant elle en riant quelque peu, avant de la saluer d’un bisou affectueux sur la joue. « Pourquoi t’as pas séché tes cheveux? Tu vas être malade. Compte pas sur moi pour venir chez toi te chouchouter ! » Ironique bien sûr, comme le prouvait mon grand sourire. « C’est quoi le programme d’aujourd’hui? Tu t’es mise sur ton trente-et-un, c’était obligé? Je vais avoir l’air d’un homme banal à tes côtés, ça me chiffonne… » Et hop, j’avais toujours quelques compliments en réserve pour elle. En même temps, elle les méritait, à chaque fois. Moi, j’avais juste enfilé un jean et un pull, avec ma veste en cuir par dessus pour parer le froid new-yorkais. C’était vrai que je ne savais pas ce qu’elle voulait qu’on fasse aujourd’hui. Normalement, on se mettait toujours d’accord, et là, elle ne m’avait rien dit… « Tu vas me faire chauffer la carte bleue? » la soupçonnais-je alors. « Et puis, t’avais vraiment besoin de mettre tes hauts talons? Tu souffres de ton complexe d’infériorité ou quoi? » Petite pique amicale. Qui aime bien châtie bien, n’est-ce pas?  
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shopping à la Coolidge [PV LENZO] Lun 16 Mar - 19:46






Shopping à la Coolidge

Blake
Lenzo

De la buée sortait de sa bouche, sa gorge était irritée par le froid. Elle marmonnait intérieurement quand un souffle chaud qu'elle connaissait bien lui caressa l'oreille. « T’en as pas marre de te plaindre, Coolidge? » Comme à son habitude Lenzo commençait toujours pas une remarquable agréable pour commencer leur entrevue. Elle sourit de toutes ses dents et vit la tête de Lenzo se placer face à elle. Il lui posa un baiser sur sa joue, qu'elle rendit par son câlin habituel. Même avec des talons elle restait assez petite, elle passa ses deux bras sous ses épaules et colla son menton sur son torse pour le regarder dans les yeux. « Moi me plaindre? Je n'oserais pas Monsieur Wellington! » Blake faisait toujours l'effort de tout mettre en oeuvre pour permettre à Lenzo de s'évader et d'oublier ses problèmes. Il tenait un restaurant côté qui lui demandait d'énormes responsabilités. Ajoutez à cela un casino pas très légal tenu sous la demande de son frère et vous obtenez un paquet de soucis à régler. Elle connaissait l'existence de ce casino depuis longtemps, mais Lenzo ne lui en avait jamais parlé, peut-être le ferait-il quand il se sentirait prêt. Il n'évoquait que très rarement Renji, son frère diabolique comme il disait. Blake n'avait jamais eu le privilège de rencontrer celui-ci, mais sa réputation le précédait et ne donnait pas tellement envie de le connaître. Blake était courageuse, mais tenter le diable, tout de même pas.

« Pourquoi t’as pas séché tes cheveux? Tu vas être malade. Compte pas sur moi pour venir chez toi te chouchouter ! » Quel menteur ! Elle était sûre que si d'aventure elle tombait malade, il déboulerait en moins de temps qu'il en faut pour le dire avec tous les médicaments de la Terre. Il était comme ça Lenzo, toujours prêt à aider les autres. Il avait toujours incarné chez Blake une forme de protection et de frère ou de deuxième papa. En beaucoup plus jeune et beaucoup plus cool, cela va de soi. Mais quel était le trait de caractère chez Blake qui lui avait le plus plu? Sa maturité par rapport à son âge, ou son insouciance et son optimisme sans faille? C'était une question qui la turlupinait, bien qu'elle n'en avait rien à faire, ils étaient amis, même meilleurs amis et c'était le plus important « Lenzo, Lenzo, il serait judicieux d'arrêter de mentir, je sais que tu décrocherais la lune pour moi! » elle ria aux éclats avant de se rapprocher de son visage, sur la pointe des pieds « Et puis, n'oublie pas que si j'ai les cheveux mouillés c'est à cause de toi d'abord, je me suis dépéchée rien que pour toi tiens! » Elle recula d'un pas et remit en place quelques mèches rebelles avec une pince qu'elle trouva en farfouillant un peu dans son sac.

« C’est quoi le programme d'aujourd’hui? Tu t’es mise sur ton trente-et-un, c’était obligé? Je vais avoir l’air d’un homme banal à tes côtés, ça me chiffonne… » C'était une bonne question, Blake l'avait volontairement laissé dans l'ignorance, elle lui avait concocté un programme qu'il n'était pas près d'oublier le petit - enfin le grand, puisqu'il était clairement plus grand et plus âgé - . Ce compliment lui fit chaud au coeur, même dans la précipitation elle avait tapé dans le mille au niveau vestimentaire et heureusement, jamais elle n'oserait sortir fringuée comme un putois mal lavé. Elle envia quelques instants Lenzo en faisant la moue, rien qu'avec un jean et une veste en cuir il dégageait une forme de classe qu'il arborait toujours. Il était beau sans même essayé de l'être. Elle s'approcha et posa son index sur une de ses épaules « Tu es toujours banal à mes côtés mon cher, soit tu as la classe, soit tu ne l'as pas. Mais ne t'en fais pas, je ne t'en veux pas! » Elle se mit à rire et lui sauta au coup en s'agrippant comme un koala. Elle était si heureuse de le voir, leur dernier rendez-vous datait d'assez longtemps à vrai dire. Elle ne voulait plus le lâcher. Mais il était curieux, il voulait savoir qu'elle était ce fameux programme!

« Tu vas me faire chauffer la carte bleue? Et puis, t’avais vraiment besoin de mettre tes hauts talons? Tu souffres de ton complexe d’infériorité ou quoi? »  Oui la carte bleue allait chauffer, il n'y avait aucun doute là-dessus, ça c'était sur et certain. « La carte bleue chauffe toujours avec moi, tu le sais très bien, mais arrête donc de poser des questions et suis-moi, allez hop hop hop on y va! Et OUI je suis petite, on ne se moque pas! Mais comme on dit tout ce qui est petit est joli non? » Elle posa son index sur ses lèvres et fronça les sourcils « Quoique.. c'est pas tout ce qui est petit est mignon? Mmmh, en fait, on s'en fiche! » Elle se détacha de lui et mit son bras derrière lui pour lui tenir sa veste un peu en dessous de ses épaules, faute de ne pas être assez grande pour lui mettre son bras sur ses épaules. Elle l'entraîna dans la rue pour commencer leur journée ensemble. « Aloooors, qu'est-ce que tu me racontes m'sieur Wellington, des news avec ton resto d'la mort? » Elle tourna la tête vers et lui lança un sourire comme elle avait l'habitude de faire. Elle continuait de marcher, faisant claquer ses talons sur le sol. Il faisait froid, mais finalement la marche la réchauffait. Elle montrait le chemin à prendre en le guidant grâce à son bras qui se trouvait sous le sien. Elle ricana seule rien qu'en pensant à la tête qu'allait tirer Lenzo dans moins d'une demie heure.



© REIRA
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shopping à la Coolidge [PV LENZO] Mar 17 Mar - 22:27


shopping à la coolidge
Blake et Lenzo
Arrivée surprise, remarque faussement déplaisante, bisou sur la joue et Blake me prit dans ses bras, enroulant ceux-ci sous mes épaules du fait de sa petite taille. Elle posait son menton sur ma poitrine en relevant la tête pour me regarder durant cette étreinte, que je lui rendais sans me faire prier, passant mes bras musclés autour de son cou en la serrant contre moi. « Moi me plaindre? Je n'oserais pas Monsieur Wellington! » Léger rire de ma part en roulant des yeux exagérément, je lui déposais un autre baiser sur le front avant de la réprimander sur le fait qu’elle n’avait pas pris le temps de sécher ses cheveux, et que demain, elle se réveillerait probablement malade, et m’appèlerait en urgence pour que je vienne lui préparer son thé et que je la veille la journée. Chose que je clamais ne pas vouloir faire, bien qu’elle savait que si ça devait arriver, je viendrais en courant jusqu’à chez elle pour m’occuper de ma petite femme. Comme un père, comme un frère, comme un amant — elle remplissait toutes ces fonctions à mes yeux, bien qu’en réalité on était meilleurs amis. « Lenzo, Lenzo, il serait judicieux d'arrêter de mentir, je sais que tu décrocherais la lune pour moi! » J’arquais un sourcil intrigué, comme si je ne comprenais pas d’où venait cette remarque absurde, avant de soupirer et de lever les yeux au ciel. « Et? Le monde entier est obligé de le savoir, que je suis à tes pieds? » Et s’approcha de mon visage et automatiquement, un sourire vint orner mes lèvres. « Et puis, n'oublie pas que si j'ai les cheveux mouillés c'est à cause de toi d'abord, je me suis dépêchée rien que pour toi tiens! » Quoi?! Air faussement indigné, mes yeux dans les siens. « C’est l’hôpital qui se fout de la charité ici? Ça serait pas plutôt à cause de ta flemme internationale qui t’as fait éteindre ton alarme et t’as forcée à te rendormir, comme à chaque fois? Incroyable que tu rejettes la faute sur moi ! » Elle se recula finalement, remis ses cheveux en place avec une pince. Quelle nana.

N’empêche, je ne savais toujours pas ce qu’on faisait aujourd’hui, et moi, j’aime pas ne pas savoir. Et ça me faisait peur aussi, vu comment elle était bien habillé et que j’avais juste enfilé un jean et un pull, et passé ma veste en cuir. Chose que je ne manquais pas de lui faire remarquer. « Tu es toujours banal à mes côtés mon cher, soit tu as la classe, soit tu ne l'as pas. Mais ne t'en fais pas, je ne t'en veux pas! » Je levais de nouveau les yeux au ciel. « Tu prends des cours de sarcasme? » plaisantais-je quelque peu. « Puis ne mens pas, je suis sûr que t’es en train de te dire que je suis canon. » Hochement de tête pour appuyer mes dires. Elle se mit à rire et me sauta dessus, jambes autour de ma taille et bras autour de mon cou. Heureusement que j’avais de bons réflexes puisque je passais aussitôt mes mains sous ses cuisses pour la retenir contre mon torse. Elle essayait de m’amadouer? Elle allait me faire crier la carte bleue? Et puis, les talons aiguilles, c’était obligé? Elle se sentait trop petite à côté de moi, c’est ça? « La carte bleue chauffe toujours avec moi, tu le sais très bien, mais arrête donc de poser des questions et suis-moi, allez hop hop hop on y va! Et OUI je suis petite, on ne se moque pas! Mais comme on dit tout ce qui est petit est joli non? » Elle réfléchit trois secondes. « Quoique.. c'est pas tout ce qui est petit est mignon? Mmmh, en fait, on s'en fiche! » Je riais doucement. Hyperactive cette fille. « Ouais, c’est bien ça qui me fait peur, la carte bleue pleure la nuit à mes côtés après avoir passé une journée dans tes mains. Et oui, tout ce qui est petit est mignon. » Je la relâchais puisqu’elle me pressait à partir, et elle venait caler son bras autour de ma taille, s’accrochant au pan de ma veste, alors que le mien glissait sur ses épaules, la gardant bien à mes côtés. « Tu m’as manqué tu sais? » Et on se mettait en route, me laissant guider par Blake. « Aloooors, qu'est-ce que tu me racontes m'sieur Wellington, des news avec ton resto d'la mort? » Je riais doucement. « La routine. J’ai revu mon ex par contre, tu sais, Greer, celle qui date du lycée et que j’avais jamais oublié… Et j’ai couché avec une femme. Genre… Couché. Sans sentiments. » Oui, je savais que je pouvais tout raconter à Blake, et de façon naturelle. En plus, elle allait adorer ça, les gossips de ce genre, et venant de ma part surtout…
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shopping à la Coolidge [PV LENZO] Mer 18 Mar - 16:46






Shopping à la Coolidge

Blake
Lenzo

L'ambiance était bon enfant, ils se taquinaient mutuellement comme à leurs habitudes, chacun lançait des petits piques gentils à l'autre pour le faire réagir. Il était vrai que Lenzo avait marqué un point, c'était à cause de sa flemme qu'elle avait autant traîné, mais ce serait trop facile de l'avouer, ça voudrait dire lui donner raison et Blake n'en avait pas envie! Il leva les yeux en rigolant après avoir relevé une de ses remarques. « Puis ne mens pas, je suis sûr que t’es en train de te dire que je suis canon. » Mmh. Ouais. Ca aussi c'était vrai, il était beau Lenzo, il était canon, et s'ils n'étaient pas meilleurs amis, ça aurait été quelqu'un susceptible de lui plaire sans aucun doute. Il dégageait quelque chose qui avait le don de charmer la plupart des femmes qu'il abordait. Etait-ce sa gentillesse? Son humour? Non, sûrement sa tendresse et son besoin d'aider les autres. Elle se mit à ricaner doucement en signe d'approbation. Là, impossible de contester, même si le jeu était de ne pas être d'accord avec l'autre. Ils continuaient de marcher à un rythme plutôt détendu, voir même assez lent instauré par Blake. Elle voulait profiter au maximum du temps qu'elle passait avec lui. Il se voyait régulièrement certes, mais pas assez tout de même. Parfois c'était juste une heure, parfois trois. Ils avaient tous les deux leurs vies, leurs occupations, lui son restaurant, elle ses photos. En ce moment elle avait enchaîné les séances sans jamais s'arrêter. Elle se sentait fatiguée oui, mais c'était son travail et elle aimait le faire.

Sur le chemin, les deux comparses se racontaient tout et n'importe quoi. « Tu m’as manqué tu sais? » dit-il. Elle eut un frisson le temps d'un moment. Elle sentit sa peau rougir quelque peu. Blake gardait souvent ses sentiments pour elle, mais elle ne pu se retenir de lâcher un sourire satisfait. Elle fit rouler ses yeux vers les siens en lui signifiant que c'était réciproque, bien entendu.  Blake aborda ses nouvelles photos dont elle était plutôt fière, son envie de percer un peu plus, sa soif de réussir. C'était une acharnée et une perfectionniste. Elle savait rire quand il le fallait, et bosser quand elle le devait. Elle avait fait la part des choses sans même qu'on lui apprenne. Poursuivant leur route, Lenzo prit un air un peu plus sérieux en répondant à la question de Blake « La routine. J’ai revu mon ex par contre, tu sais, Greer, celle qui date du lycée et que j’avais jamais oublié… Et j’ai couché avec une femme. Genre… Couché. Sans sentiments. » Blake prit un air elle aussi beaucoup plus sérieux, en fait, elle n'avait pas envie de rire, elle ne souhaitait pas le voir souffrir. Voir son ex, sûrement une de ses premiers amours. Elle était très belle et pétillante. La page, il ne l'avait jamais entièrement tournée, alors la voir de nouveau, par hasard.. « Lenzo, le lycée c'était il y a longtemps, cette fille.. faut que tu l'oublies. Tes sentiments seront sûrement toujours présents pour elle, mais ne retombe pas un temps qui est révolu. » Elle lui serra le bras un peu plus fort, pour lui montrer, même si il le savait qu'elle serait présente quoi qu'il arrive.

Dans un deuxième temps, elle traita la fin de sa phrase. Coucher? Sans sentiments? En voilà une nouvelle. Blake prit un air étonné. Ca ne ressemblait pas à Lenzo de faire ce genre de connerie. Cette femme devait être, genre, super jolie et super attractive. Elle voulut en savoir plus. Cependant elle ressentit une pointe de jalousie, sans réellement savoir pourquoi. Elle n'éprouvait aucun sentiment - du moins à ce qu'elle sache - de ce type envers Lenzo. Elle commença à sourire doucement et le questionna « T'as vraiment fait ça? Et c'était qui? Tu comptes la revoir? Sans sentiments.. ça te ressemble pas ça! » Non pas que la vie sexuelle de Lenzo l'intéressait mais.. si, en fait ça l'intéressait. Les potins rythmaient sa vie, puis ils se racontaient tout alors! Plus elle avançait dans ses questions, plus elle rigolait, jusqu'à ne plus s'arrêter. Quelle situation! Des larmes commençaient à couler, et elle trébucha, manquant de peu de tomber. Heureusement qu'elle tenait Lenzo par sa taille. Au delà de ça, ils marchèrent, et étaient bientôt arrivés à destination. Ne restait plus que le coin de l'angle de la rue à tourner..




© REIRA
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shopping à la Coolidge [PV LENZO] Mer 18 Mar - 20:01


shopping à la coolidge
Blake et Lenzo
C’était comme le jeu du ping-pong entre Blake et moi. C’était toujours comme ça — ou du moins, la plupart du temps — mais c’est ça que j’aimais chez nous. On ne prenait rien au sérieux, tout était tourné en dérision, et on usait énormément du sarcasme, se contredisant toujours l’un l’autre, même si dans le fond on était complètement d’accord avec l’autre. Quand je lui avançais que de toute façon, je savais qu’elle ne pensait pas ce qu’elle disait et qu’elle me trouvait canon, elle ricanait dans ses dents pour simple réponse. « Tu vois ! J’avais raison. J’ai toujours raison. » Moi, modeste? Oui oui, sauf quand je suis avec cette petite brune qui me provoque constamment ! Plaisanteries à part sur le programme du jour et de ma carte bleue qui allait probablement verser toutes les larmes de son corps ce soir. C’était bien cool de rire, mais en attendant, moi, je ne savais toujours pas où on allait et elle avait l’air de savoir parfaitement l’itinéraire puisqu’elle n’hésitait en rien dans ses pas. Mais je savais que même si je jouais le gros lourd à lui demander toutes les trente secondes où on allait, elle ne m’aurait rien dit, prétendant que ses lèvres étaient scellées. Quelle futée celle-là quand même, quand elle voulait ! Et le pire, c’est que ses beaux yeux ébènes avaient le pouvoir de me mener par le bout du nez. Elle m’avait quand même vraiment manqué. Ça ne faisait pas si longtemps qu’on ne s’était pas vu, et puis on s’envoyait des snapchats toutes les trois minutes, mais quand même. La serrer contre moi, avoir mon bras autour de ses épaules, voir son sourire, entendre son rire… Je parlais comme un amoureux transit mais Blake m’attendrissait. C’était ma petite protégée, elle m’était vitale. Et mon sourire s’élargissait à la vue de ses joues rosées sous la gêne, avant de m’adresser un sourire satisfait, qui comptait comme réciprocité du sentiment.

S’en vint ensuite l’heure du « quoi de neuf ». Blake me parla de ses photos toujours meilleures, son envie de réussir, sa soif de reconnaissance. « Je pose pour toi quand tu veux, tu le sais bien hein. » Sourire malin, bien que j’étais sérieux. Je n’avais rien d’un mannequin, peut-être le physique mais l’attitude en était loin. Pourtant, pour elle, je voulais bien jouer le jeu. Et c’était un privilège que je lui accordais à elle et à elle seule. Elle me retourna la question, et je mentionnais rapidement Greer. Blake perdit son air enfantin, me regardant gravement alors que je roulais déjà des yeux. « Lenzo, le lycée c'était il y a longtemps, cette fille.. faut que tu l'oublies. Tes sentiments seront sûrement toujours présents pour elle, mais ne retombe pas un temps qui est révolu. » Elle exerça une pression sur mon bras pour m’annoncer pourtant son soutien, bien que je secouais la tête. « On s’est revu, et on a mis les choses au clair. J’avais besoin de la revoir, pour me rendre compte finalement qu’elle avait fait sa route et qu’elle avait énormément changé, et que moi aussi par ailleurs. Cette rencontre m’a enfin permis de tourner la page. » Alors elle n’avait pas à s’en faire. Mais Greer ne fut pas la seule que je mentionnais, vu que j’incluais Ava — bien que cette dernière ne fut abordée que sous l’aspect d’une conquête sans sentiments, chose que le Lenzo Wellington que tout le monde connaissait n’aurait jamais fait. Et pourtant. On lisait l’étonnement sur le visage de ma brunette, avant qu’elle n’esquisse un faible sourire ensuite. « T'as vraiment fait ça? Et c'était qui? Tu comptes la revoir? Sans sentiments.. ça te ressemble pas ça! » Elle riait aux éclats maintenant, les larmes aux yeux, manquant même de trébucher avant de se rattraper à ma veste qu’elle agrippait toujours de sa main, et je ne pus m’empêcher de rire avec elle. Quelques bonnes minutes pour nous calmer, et je répondais enfin à ses interrogations. « Oui j’ai vraiment fait ça. Incroyable hein? J’crois que c’était la première fois que je touchais une femme sans avoir de sentiments. Si je compte la revoir? Ben… Je suis un peu obligé en fait. C’est que… » Bon, autant se faire réprimander tout de suite plutôt que de gâcher la journée. « Elle est flic. » Blake ferait vite le rapport entre son affaire illégale et la présence d’Ava. « Mais t’inquiète, j’ai passé un contrat. Elle veut utiliser mes locaux parce que y’a le leader d’un réseau mafieux qui fait son business dans mon casino. Du coup, j’ai obtenu mon Totem d’Immunité. Pour moi, et pour Renji également, au passage. » Elle savait très bien mon amour irrévocable pour mon frère. « Enfin voilà, ça s’est terminé sur mon bureau… Donc si tu viens me voir au boulot un jour, tache de t’en souvenir. » Je lui lançais un clin d’oeil complice, sourire en coin, la suivant toujours, espérant bientôt découvrir le lieu de destination.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shopping à la Coolidge [PV LENZO] Sam 21 Mar - 0:58






Shopping à la Coolidge

Blake
Lenzo

« Je pose pour toi quand tu veux, tu le sais bien hein. » Blake se mit à rire. Lenzo en mannequin, cette situation aurait été assez épique. Il n'aurait pas été très convaincant niveau attitude ou même pose, mais il aurait vite appris, c'était sûr. Et il avait le physique pour. « J'aimerais bien voir ça! Monsieur Lenzo Wellington sur une affiche pour sous-vêtements hein hein. » Elle lui lança un regard malicieux comme elle savait le faire. Ils continuèrent leurs chemin, mais elle garda ses lèvres scellées. Blake ne lâchait pas un mot sur la destination ou ils allaient. Elle en jouait même en faisant son sourire en coin quand Lenzo posait pour la énième fois la même question. Elle savait que ne pas savoir tracassait Lenzo. Il était carré, il voulait la plupart du temps tout calculer. Mais apparemment il avait quelque peu changé puisqu'il avait couché avec une femme alors qu'il n'éprouvait aucun sentiment. Elle fut plutôt surprise quand il lui avoua la chose, et elle ne pouvait le cacher. Surprise, perplexe? Les deux adjectifs pouvaient convenir en fait. C'était assez troublant de le voir faire des actes qu'il n'aurait pas fait auparavant : un grain de folie s'installait en lui à première vue. Ce n'était pas une mauvaise chose tiens! Cependant, ce qui l'inquiétait le plus, c'était bien son ex : Greer. Bien qu'il ait avoué ne plus rien ressentir, elle en restait sceptique. « On s’est revu, et on a mis les choses au clair. J’avais besoin de la revoir, pour me rendre compte finalement qu’elle avait fait sa route et qu’elle avait énormément changé, et que moi aussi par ailleurs. Cette rencontre m’a enfin permis de tourner la page. » Bon c'était un bon point, s'ils avaient engagé la conversation, mais le choc de la revoir.. Blake était assez inquiète, un ex c'est souvent perturbant, et un premier amour encore plus. Elle n'arrivait pas à effacer son air inquiet, ses sourcils étaient froncés et ses yeux en lâchaient pas le sol. Un de ses tics à vrai dire. Blake en réflexion c'était tout un sketch « Bon, je te fais confiance, mais si ça ne va pas, dis le moi! Je ne veux pas.. que tu souffres. Encore. »

La discussion se détourna sur cette fameuse femme avec qu'il avait eu un rapport il y a peu de temps. Après une bonne crise de rire, Blake fut curieuse encore - peut-être coquine - , elle voulait en savoir plus sur cette fille. Qui était l'heureuse élue, celle qui avait réussit à faire succomber Lenzo. « Oui j’ai vraiment fait ça. Incroyable hein? J’crois que c’était la première fois que je touchais une femme sans avoir de sentiments. Si je compte la revoir? Ben… Je suis un peu obligé en fait. C’est que… » « C'est que..? » Elle craignait le pire. Elle se mordit la lèvre inférieure et attendit. Encore. Toujours. Une hésitation s'installa pendant plusieurs secondes, de longues secondes en fait.
Il enchaîna cependant par « Elle est flic. » Blake faillit s'étouffer avec sa propre salive quand elle entendit la fin de sa phrase. Il voulait vraiment jouer avec le feu non? Une expression d'agacement se peignit sur son visage. Etait-il tombé sur la tête?   « Mais t’inquiète, j’ai passé un contrat. Elle veut utiliser mes locaux parce que y’a le leader d’un réseau mafieux qui fait son business dans mon casino. Du coup, j’ai obtenu mon Totem d’Immunité. Pour moi, et pour Renji également, au passage. Enfin voilà, ça s’est terminé sur mon bureau… Donc si tu viens me voir au boulot un jour, tache de t’en souvenir. » Trop. D'informations. A. Encaisser. Le degré d'agacement devait être au stade 10. Elle s'arrêta brusquement de marcher, digérant tout ce qu'il venait de lui dire. Pour une des rares fois, elle n'avait absolument pas envie de rire ou de déconner sur le sujet. Elle n'avait pas envie de le prendre à la rigolade « J'espère réellement que c'est une blague Lenzo, parce que si c'est pas le cas, t'es complètement barré! » Elle lui lança un regard noir espiègle, mais noir. « Alors non seulement tu possèdes un casino dont tu ne m'as même pas parlé, mais Dieu me garde, je l'ai découvert, tu me dis qu'un dealer utilise ton enceinte, et en plus de cela qu'une flic va venir enquêter mais tu as un "totem" qui peut disparaître d'un moment à l'autre» Elle reprit sa respiration bruyamment pour finir en se frottant le front « En gros tu risques de terminer en prison à cause de Renji et de son putain de casino de Merde. Génial. Tu comptes me dire que t'as trois gosses cachés et une autre femme enceinte ou c'est tout pour les nouvelles? » Merde. Elle n'avait pas pu s'empêcher d'être ironique. C'est fou, elle ne pouvait se contraindre à être complètement sérieuse. Mais elle voulait que Lenzo réfléchisse, ce n'était pas sérieux!

Cependant, pendant ce temps, ils arrivaient à destination. Bien qu'elle fut énervée, elle voulait réussir sa surprise, et ça tombait à pic avec cette histoire de coucherie huhu. Elle entrelaça ses doigts dans ceux de Lenzo pour le guider jusqu'au magasin. « Bon je suis énervée mais je t'ai promis une belle journée, alors maintenant ferme les yeux et suis moi. Et triche pas, sinon c'est pas drôle. » Elle l'emmena là ou elle voulait aller. Elle ouvrit la porte, se mit sur la pointe des pieds et mit ses deux mains sur les yeux de Lenzo. « SURPRISE. » . Elle écarta ses mains pour lui faire découvrir son fameux magasin. Ce n'était pas n'importe lequel, c'était d'abord 1) un sex shop 2) le meilleur de la ville, avec les meilleurs accessoires! Des vendeuses s'approchèrent de lui pour le guider dans le magasin. Ca ne devait pas arrivé souvent un homme plutôt beau gosse qui vient avec sa meilleure amie sans quiproquo. Finalement, Blake voulait l'emmener ici pour rigoler à la base, mais ce serait sa petite vengeance pour ces frasques. Qui aime bien, châtie bien comme on dit. Elle se retourna vers lui et lui fit son plus grand sourire moqueur avant de prendre sa main pour l'accompagner.



© REIRA
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shopping à la Coolidge [PV LENZO] Mar 24 Mar - 17:10


shopping à la coolidge
Blake et Lenzo
« J'aimerais bien voir ça! Monsieur Lenzo Wellington sur une affiche pour sous-vêtements hein hein. » Je lui lançais un sourire éclatant. « Dis pas que ça te plairait pas, une séance photo pendant laquelle je déambule en boxer moulant rien que pour tes beaux yeux. » Regard malicieux et complice, alors qu’on continuait tranquillement notre chemin vers la destination inconnue, que Blake refusait catégoriquement d’avouer. Quelle plaie celle là. Le pire, c’est que je savais qu’il y avait un truc qui clochait, mais devant sa bouille trop mignonne, heureuse et pleine d’enthousiasme, je ne pouvais que craquer et la suivre, sans broncher. A la place de me plaindre et de poser quinze fois la même question barbante, je lui racontais pour ma rencontre avec Greer, ainsi que celle avec Ava, qui était bien plus extravagante. Pourtant, à ma plus grande surprise, son attention fut plus retenue par la première nouvelle que la seconde. « Bon, je te fais confiance, mais si ça ne va pas, dis le moi! Je ne veux pas.. que tu souffres. Encore. » Je pinçais quelque peu les lèvres suite à ses mots, et serrais un peu plus mon bras passé sur ses épaules dans une tendre étreinte. « T’en fais pas pour moi. J’ai bientôt vingt-sept ans, et tu en as dix-neuf. Ça serait plutôt à moi, de te dire ça. » Sourire amical, sincère, et je déposais un doux baiser sur sa tempe, reconnaissant de son inquiétude. Mais quand même, finalement, elle repensa à Ava, mon « coup d’un soir » qui en fait se comptait déjà en deux soirs. J’expliquais rapidement la situation, finissant par lâcher la bombe. Elle est flic. Et Blake faillit s’étouffer. Je lui tapotais légèrement le dos, l’air de rien, avant de lui préciser pour le contrat qui immunisait Renji et moi-même aux yeux de la loi, pour le peu que je les autorise à utiliser mes locaux. Sauf que ça avait l’air d’être beaucoup trop pour elle, puisqu’elle stoppa sa marche, l’air hyper sérieux. Trop sérieux à mon goût. « J'espère réellement que c'est une blague Lenzo, parce que si c'est pas le cas, t'es complètement barré! » Regard noir. Oups… J’allais me faire passer un savon. « Alors non seulement tu possèdes un casino dont tu ne m'as même pas parlé, mais Dieu me garde, je l'ai découvert, tu me dis qu'un dealer utilise ton enceinte, et en plus de cela qu'une flic va venir enquêter mais tu as un "totem" qui peut disparaître d'un moment à l’autre. » Je me plantais face à elle, les mains sur ses épaules pour qu’elle se calme. « Respire. » Elle inspirait et expirait profondément, avant de se frotter le front. « En gros tu risques de terminer en prison à cause de Renji et de son putain de casino de Merde. Génial. Tu comptes me dire que t'as trois gosses cachés et une autre femme enceinte ou c'est tout pour les nouvelles? » Elle avait fini, ça y est? Je pris un air sérieux à mon tour, plissant le front, comme inquiet. « Bah, maintenant que tu en parles, des gosses… » Je laissais planer quelques secondes durant lesquelles mon visages paraissait préoccupé, avant de lâcher un rire franc. « Tu te calmes oui? Tu me laisses parler? » Pause qui visait à me confirmer mes dires. « Bon. Pourquoi tu crois que j’étais à cette soirée poker où on s’est rencontrés toi et moi? Tu crois que c’était par plaisir? J’étais en observation, pour mon propre business. Ensuite, ne blâme pas Renji. C’est de ma faute, j’ai pas su dire non, comme toujours. J’assume, maintenant. Et il me donne de sacrés coups de main. Suivant : c’est pas un simple dealer qui trafique dans mon casino. C’est le leader d’un réseau puissant de la mafia. Un poisson qui est bien plus gros que moi, aux yeux des autorités. Et le contrat qu’Ava m’a déniché, il ne peut pas être annulé. De ce fait, on se calme, tout va bien, je ne vais pas finir en prison, t’en fais pas. Et enfin, non, j’ai aucun gosse et aucune femme enceinte sur les bras. T’es la seule femme dans ma vie. » Sourire brillant, avant de lui déposer mes lèvres sur son front. On se remit en marche, les doigts entrelacés. « Bon je suis énervée mais je t'ai promis une belle journée, alors maintenant ferme les yeux et suis moi. Et triche pas, sinon c'est pas drôle. » « Mais pourquoi t’es énervée? C’est pas juste, j’ai rien fait moi ! » me plaignais-je, comme un gosse de douze ans. Mais, obéissant, je fermais les yeux, sans tricher. Je me laissais guider par Blake, avant que celle-ci m’arrête à l’intérieur d’un édifice chaud, contraste avec le froid de dehors, qui me déclenchait un frisson le long de l’épine dorsale. Ses mains sur mes yeux s’écartaient. « SURPRISE. » J’ouvrais les yeux et dû m’habituer à l’atmosphère tamisée du lieu dans lequel je me trouvais. Je toisais les alentours, pour deviner où j’étais. Oh putain, c’était quoi ce truc qui se trouvait à ma gauche là? Et en face? Et à ma droite? Et… Deux femmes s’approchèrent de moi et me prirent par les bras me me guider dans les allées. Oh putain de merde. Elle n’avait pas fait ça. Elle ne m’avait pas emmené dans un sex-shop quand même… Je tournais la tête vers elle et la vis afficher son plus beau sourire moqueur. Je vais te tuer, Blake Coolidge. Elle me prit la main et m’emmena à travers les allées, alors que comme un con, je me laissais guider puisque je n’avais apparement pas le choix de sortir d’ici en prenant mes jambes à mon cou.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shopping à la Coolidge [PV LENZO] Ven 27 Mar - 20:55






Shopping à la Coolidge

Blake
Lenzo


Lenzo sourit d'une façon élégante en répliquant que l'image de lui en boxer ne pourrait que lui plaire. Quel con. Elle acquiesça du regard et se mit à ricaner bruyamment. Il est vrai que ce ne serait pas un tableau fort déplaisant, mais elle s'abstenue de valider ces dires, trop facile, et cela lui ferait bien trop plaisir tiens! Finalement, Lenzo comprit qu'il n'obtiendrait clairement aucune information sur leur destination secrète, même en tirant les vers du nez de Blake il n'obtiendrait pas plus qu'un simple "tu verras". Le sujet Greer continuait de valser dans leur discussion et bien qu'elle ne soit pas concernée, elle avait l'impression de ressentir ce que Lenzo avait vécu en la revoyant. Un mélange de nostalgie, de gêne et surtout de tristesse. La tristesse, le plus fort sentiment qu'il avait dû ressentir sans hésiter. Blake lui dit bien sûr qu'elle serait là pour lui, et apparemment cette remarque ne fit pas rester son meilleur ami de marbre. Il pinça - très - discrètement ses lèvres mais enchaîna rapidement en ne serrant que mien les épaules de la brésilienne. « T’en fais pas pour moi. J’ai bientôt vingt-sept ans, et tu en as dix-neuf. Ça serait plutôt à moi, de te dire ça. » Pas faux, mais l'âge ne voulait rien dire, elle serait toujours là pour lui, même s'il avait 5, 10, 15 ou 20 ans de plus. Lenzo comptait réellement pour elle, et jamais elle ne se permettrait de le lâcher, jamais. Il posa délicatement un baiser sur sa tempe. « Les jeunes veillent sur les vieux maintenant, c'est 2015 mets toi à jour! » Elle lui tapa légèrement l'épaule et se mit à rire. L'ambiance était au beau fixe jusqu'au sujet femme flic, totem, dealer, Renji, casino, flic, prison, flic, prison. Ces surtout ces deux mots qui résonnaient en elle, la peur de le perdre définitivement dans un endroit ou elle ne pourrait même pas le sentir, le voir, rigoler avec lui. Elle craignait vraiment qu'il ne se fasse emprisonner.  

Après lui avoir fait une petite morale, sa respiration était montée d'un cran, elle avait clairement mal pris la nouvelle, mais Lenzo essaya de temporiser son caractère  « Bah, maintenant que tu en parles, des gosses… » Très drôle. Le visage de Blake resta cripé. « Bon. Pourquoi tu crois que j’étais à cette soirée poker où on s’est rencontrés toi et moi? Tu crois que c’était par plaisir? J’étais en observation, pour mon propre business. Bon ok, ils se sont rencontrés grâce à des magouilles. Ensuite, ne blâme pas Renji. C’est de ma faute, j’ai pas su dire non, comme toujours. J’assume, maintenant. Et il me donne de sacrés coups de main. Pourquoi fallait-il tout le temps qu'il défende son diabolique frère? Suivant : c’est pas un simple dealer qui trafique dans mon casino. C’est le leader d’un réseau puissant de la mafia. Un poisson qui est bien plus gros que moi, aux yeux des autorités. Et le contrat qu’Ava m’a déniché, il ne peut pas être annulé. De ce fait, on se calme, tout va bien, je ne vais pas finir en prison, t’en fais pas. Et enfin, non, j’ai aucun gosse et aucune femme enceinte sur les bras. T’es la seule femme dans ma vie. » Un rictus moqueur vint orner son visage « Alors c'est déjà Ava? Eh bien ça ne traîne pas! » Cependant elle ne pouvait pas laisser passer tout ça « Enfin bon, tu joues vraiment avec le feu, tu vas vite te brûler, fais donc attention! Renji te même pas le bout du nez, ça me plaît vraiment pas, ton frère est malsain, ne te laisse pas entraîner dans ses histoires.. La seule femme dans ta vie? Tu m'en vois ravie!»

Arrivés au sex shop et les yeux ouverts, les yeux de Lenzo ne virent d'abord rien à cause de l'éclairage, mais quand il distingua ce qui l'attendait, son visage prit une autre tournure. Il regarda à gauche, à droite, en haut et même en bas. Il semblait être comme un enfant dans un magasin pour les grands. Son visage était rongé par la haine, tandis que celui de Blake était décontracté. En fait, elle était déjà venue, mais juste une fois. Mais pas question de le dire à Lenzo, il ferait des suppositions - trop - malsaines. Il la regarda d'un oeil effrayé en la menaçant de la tuer. Elle se mit à rire plus fort encore et garda sa main dans la sienne. « Roh allez, détends toi et choisis donc de quoi tu as besoin » Elle choppa d'une main un flacon de lubrifiant et lui colla sur le torse en lui faisant un clin d'oeil. Pendant ce temps, les vendeuses s'affairaient à trouver THE accessoire qui conviendrait à Lenzo. Le regard de Blake se posa sur différents rayons avec des objets plus particuliers les uns que les autres. C'en devenait même flippant en fait. Blake apostropha une des vendeuses avec un sourire radieux « Excusez moi mais, mon ami aurait bien besoin d'accessoire pour garder son coup d'un soir si vous voyez ce que je veux dire. Elle est flic alors.. des menottes? Des menottes, vous avez ça en stock? »



© REIRA
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shopping à la Coolidge [PV LENZO] Mer 22 Avr - 19:13


shopping à la coolidge
Blake et Lenzo
Blake et son inquiétude me faisaient sourire, attendri. Attendri, parce que c’était plutôt à moi de veiller sur elle et veiller à ce qu’aucun garçon ne brise son petit coeur fragile de dix-neuf ans, alors que moi, j’en avais presque vingt-sept. Ça me touchait, ses attentions, mais je pensais toujours qu’elle s’en faisait pour rien et que on devrait plutôt inverser les rôles en l’occurrence. Mais non, elle tenait à s’occuper de moi. « Les jeunes veillent sur les vieux maintenant, c'est 2015 mets toi à jour! » Les vieux? « Mais… » La bouche ouverte en guise de surprise choquée, je la regardais l’air indigné. « J’ai pas encore vingt-sept ans! Méchante ! » lançais-je comme un gosse boudeur.

Sauf que je me taisais bien vite parce qu’elle me faisait la morale digne d’une mère en rogne. Alors je lui expliquais que à notre rencontre, j’étais en mode business et non loisir. Ensuite, je défendais encore mon frère, encore et toujours, puisque je l’aimais, et que, eh bien… c’était mon frère. Mon frangin. Ma vie. Juste, c’était impossible pour moi de le blâmer pour quoi que ce soit. Enfin, je lui contais plus en détails la situation problématique de mon casino et du mafieux, et d’Ava en même temps. « Alors c'est déjà Ava? Eh bien ça ne traîne pas! » Je lui lançais un regard qui voulait dire « tu te fous de moi? oh et puis merde hein ! » avant de lever les yeux au ciel. « Enfin bon, tu joues vraiment avec le feu, tu vas vite te brûler, fais donc attention! Renji te même pas le bout du nez, ça me plaît vraiment pas, ton frère est malsain, ne te laisse pas entraîner dans ses histoires.. La seule femme dans ta vie? Tu m'en vois ravie! » Je secouais la tête. « Non. Blake, ne dis pas du mal de Renji parce que tu sais qu’il représente tout pour moi. Il ne me mène pas par le bout du nez. Et on apprend de ses erreurs non? » Oui, enfin, si je me retrouvais en prison, je ferais assez la gueule quand même. Mais j’avais confiance en Ava. Aucune idée du pourquoi du comment, mais je lui faisais confiance. Point final.

N’empêche, ça avait du émousser les sens de la petite jeune de savoir que j’avais enfin une femme dans mon lit, puisque clairement là, arrivés à destination, on était dans un sex shop. Et je la mitraillais du regard. Je détestais ces lieux — bien que je n’y sois jamais allé — et c’était du Renji pour moi, pas du Lenzo. Elle m’avait encore bien dupé. Et j’affichais un air clairement choqué et perdu face à tout ce qui s’offrait à moi et dont je n’avais pas le moindre besoin. Les vendeuses me guidaient dans les allées et Blake me suivait, puis elle prit de nouveau ma main. « Roh allez, détends toi et choisis donc de quoi tu as besoin » De quoi j’ai… besoin? Hein? Mais pas le temps de répliquer qu’elle me collait un flacon de lubrifiant contre le torse. Quoi??? Je repoussais sa main qui contenait le gel pour le refuser. « J’ai pas besoin de ça moi, et crois-moi qu’Ava non plus. » Elle m’avait cherché, elle saurait me trouver. Je donnais donc ce détail duquel elle aurait pu se passer dans un sourire moqueur. « Excusez moi mais, mon ami aurait bien besoin d'accessoire pour garder son coup d'un soir si vous voyez ce que je veux dire. Elle est flic alors.. des menottes? Des menottes, vous avez ça en stock? » lança-t-elle à l’une des vendeuses qui m’étouffaient. QUOI? Je me tournais vers elle, oubliant alors les minettes connaisseuses. « C’est pas un coup d’un soir ! » Euh, Lenzo? Si, c’est un coup d’un soir. Enfin, de deux soirs. Mais ça s’arrête là. N’est-ce pas? Je fis taire ma traitre de conscience. Merde, je m’étais grillé dans un élan sentimental. Je me raclais la gorge et pris un air un peu plus indifférent. « Et puis, j’ai déjà eu le droit aux menottes, si tu veux tout savoir. » Autre détail dont elle n’avait pas besoin, mais que je comptais bien lui fournir pour lui faire payer noter petite escapade surprise. « Et puis j’ai besoin de rien d’abord ! Ce que j’ai entre les jambes fait très bien son boulot, crois-moi ! » Bah quoi, c’était vrai, non? Aucune prétention là-dedans, mais Ava avait l’air de vachement apprécier, au point d’en jouir mon prénom… C’était bien là une preuve, n’est-ce pas? Je savais que je n’étais pas le plus connaisseur en relations sexuelles — certainement pas autant que Renji — mais c’était un signe, non?
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shopping à la Coolidge [PV LENZO] Ven 29 Mai - 21:57






Shopping à la Coolidge

Blake
Lenzo


« Les jeunes veillent sur les vieux maintenant, c'est 2015 mets toi à jour! »

« Mais.. J'ai pas encore vingt-sept ans ! Méchante ! » Ah oui, il était encore loin d'être considéré comme un vieux c'était certain, mais à côté d'elle, il paraissait tout de même un brin plus âgé. Ils avaient tout de même huit années d'écart, ce n'était pas rien, mais était-ce Blake qui se comportait comme une femme plus vieille ou Lenzo qui se comportait comme un homme plus jeune? Sûrement des deux pour qu'ils puissent aussi bien s'entendre. Pourtant, au vu du discours de la brésilienne, il était difficile de croire que c'était Lenzo qui feintait son âge : c'était plutôt elle. Elle s'inquiétait comme une mère des coucheries de son meilleur ami, pour son plus grand malheur! Maintenant que le sujet Ava était non seulement posé sur la table, il était bien difficile de s'en défaire et de ne plus en parler. Le sujet n'aurait pas été aussi long si Ava n'était pas une flic, mais là.. Avec les affaires illégales de Lenzo, les choses pouvaient très vite se compliquer si leur relation se finissait de façon mouvementée. Blake était plutôt honnête avec Lenzo, comme il l'était avec elle et c'est d'ailleurs pour ça que le deuxième grand sujet du jour était Renji. Oui, Renji, son frère jumeau qui serait capable de l'emmener au quatre coins du monde ou bien même lui faire faire les pires magouilles, oui Renji, celui qui serait capable de faire basculer Lenzo dans ses travers. Non pas que le prénom de son jumeau lui donnait des frissons mais presque. La confiance ne régnait pas vraiment, bien que Blake ne l'ai jamais rencontré. Elle serait capable de l'apprécier peut-être. Mais là n'était pas la question. « Non. Blake, ne dis pas du mal de Renji parce que tu sais qu’il représente tout pour moi. Il ne me mène pas par le bout du nez. Et on apprend de ses erreurs non? » Ahlala, dès qu'elle abordait ne serait-ce qu'un peu Renji, Lenzo avait du mal à en parler, son frère représentait un peu tout pour lui c'était compréhensible. Oh et puis merde hein, ils n'allait pas s'étriper pour si peu, surtout que Blake comptait passer une journée d'enfer avec son meilleur ami qu'elle ne voyait pas souvent. « Bon, tu sais quoi? On arrête d'en parler, j'ai pas envie de me disputer avec toi Zozo! Mais oui, on apprend de ses erreurs. Mais pas d'excuse pour se retrouver derrière les barreaux dans un uniforme orange démodé! » Ok, elle savait que même s'ils venaient à se disputer, la réconciliation ne prenait guère de temps à arriver. Pas de prise de tête. Enfin si, des prises de tête mais rien de grave qui couperait la communication entre les deux. La définition de l'amitié en fait.    

Blake virevoltait dans le magasin, Lenzo lui était plutôt du genre..timide. Normal, quand on a une folle furie qui demande des menottes à la première vendeuse venue. Cependant, malgré les regards insistants de son compatriote complètement consterné, la brésilienne ne lâchait pas l'affaire. Mais le crispé à côté d'elle fini par se prendre au jeu. Après lui avoir délicatement et gracieusement posé un gel de lubrifiant sur le torse, il lui sortit une bonne remarque, salace à souhait. « J’ai pas besoin de ça moi, et crois-moi qu’Ava non plus. » Argh, ça elle aurait pu s'en passer, bien que ça ne la dérange pas plus que cela finalement. Elle lui fit un regard pervers avant d'arrêter une vendeuse pour les fameuses menottes. Une fraction de seconde après sa question, Lenzo riposta directement. Et quelle riposte! « C’est pas un coup d’un soir ! » Mmmh, voilà qui était intéressant, un détail qui ne tomba pas dans l'oreille d'un sourd, en l'occurrence, d'une sourde tiens! « AHAAAA! Si ça continue tu vas devoir me la présenter heinhein! » C'était bien le genre de taquineries qui plaisait à Blake. Le titiller sur sa vie sentimentale et..c'est histoire de cul. Ouais, c'était ça qu'elle aimait bien : faire sa commère et sa pipelette. C'était un passe-temps, fallait bien le dire. « Et puis, j’ai déjà eu le droit aux menottes, si tu veux tout savoir. Et puis j’ai besoin de rien d’abord ! Ce que j’ai entre les jambes fait très bien son boulot, crois-moi ! » Un rire sortit automatiquement de sa bouche, à s'en décrocher la machoire. Elle s'agrippa au bras de Lenzo, toujours absorbée dans son fou rire. En fait, elle ne riait pas par rapport au contenu du commentaire, mais plutôt au fait que ça vienne de son meilleur ami. Ce n'était tellement pas lui! Mais c'était tellement drôle! Puis bon, il avait apparemment décidé de ne pas être lui, un peu de changement, pourquoi pas après tout. «Bon, si ton..ahem, euh? Plumeau? Te convient et convient à ta flic, c'est bien le plus important, non?» Assez bavardé, le sex-shop c'était bien, mais il était temps de sortir, il était midi - oui déjà, c'est dire si le temps passe vite avec les gens qu'on aime - . Elle entrelaça ses doigts dans ceux de Lenzo et le fit sortir. «Je marque le cou, je t'emmène manger dans un endroit gastro'. Ouais me remercie pas, je suis une fille comme ça» Nouvelle blague. Elle n'emmenait manger les gens à de tels endroits que s'ils comptaient pour elle. Et là c'était bien le cas.



© REIRA
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shopping à la Coolidge [PV LENZO] Sam 30 Mai - 17:27


shopping à la coolidge
Blake et Lenzo
Le fait que Blake s’énervait et s’inquiétait pour moi me touchait, quand même. Je savais qu’elle était là, et qu’elle avait peur pour ma sécurité et mon futur. En même temps, avoir une affaire avec une flic alors qu’on était le proprio d’un casino illégitime, avec un frangin encore plus illégitime que soi-même, c’était clairement risqué. Mais j’avais choisi de lui faire confiance, pour le meilleur et pour le pire, au final. Je ne savais pas ce que l’avenir me réservait, mais j’avais un bon pressentiment. Alors, pour une fois, j’avais écouté mon coeur — et mon corps, je l’avoue — au lieu de mon cerveau rationnel. N’empêche, Blake avait l’air d’apprécier beaucoup plus ma flic qu’elle ne connaissait même pas à mon jumeau, et ça m’irritait un peu. Parce que bien sûr, personne ne savait comment Renji était avec moi — Astaria, peut-être, et encore — c’est à dire une fleur bleue en manque d’affection constante. Alors qu’on dise du mal de lui ou qu’on s’en méfie, ça ne me plaisait pas, et bien sûr je faisais la remarque à Blake. Sans être méchant ou autre, juste pour la remettre en place. Renji ne me ferait pas tomber dans ses magouilles. Puis, j’imagine que même s’il essayait de m’influencer, maintenant j’avais également l’influence d’Ava de l’autre côté, de quoi rétablir l’équilibre non? « Bon, tu sais quoi? On arrête d'en parler, j'ai pas envie de me disputer avec toi Zozo! Mais oui, on apprend de ses erreurs. Mais pas d'excuse pour se retrouver derrière les barreaux dans un uniforme orange démodé! » Je riais à sa remarque. Je passais au-dessus du surnom de merde qu’elle m’avait choisi quand on s’était rencontré, qui au début m’exaspérait mais aujourd’hui me faisait plus sourire qu’autre chose. « Quoi, ça me va pas, le orange démodé? » Ouais, le orange tout court n’allait à personne, j’avais l’impression. C’était criard, ça faisait mal aux yeux, et c’était… moche, en fait.

Ce qui était moche aussi, c’était la farce de Blake. M’emmener dans un sex shop, sérieux? Moi? Lenzo Wellington? Elle aurait emmené Renji, elle se serait éclatée. Mais moi… J’étais perdu. Pas dégoûté, parce que chacun ses plaisirs, hein… Mais… Enfin, qu’est-ce que je pouvais bien foutre ici? Je n’avais besoin de rien, à ce que je sache… Ni Ava, d’ailleurs, lui fis-je remarquer quand elle me posait un lubrifiant sur le torse en guise de proposition. Regard pervers de Blake, qui me fit rouler des yeux. Bah quoi, elle l’avait cherché ! Sauf qu’elle n’abandonnait pas et demandait des menottes aux vendeuses. Quoi? Je l’arrêtais, lui disant que c’était déjà expérimenté, et me trahissais également en ripostant qu’Ava n’était pas qu’un coup d’un soir. « AHAAAA! Si ça continue tu vas devoir me la présenter heinhein! » Et voilà, Gossip Girl était de retour… Je riais quelque peu, timidement. S’il y avait bien quelqu’un qui ne cracherait pas sur ma potentielle relation avec Ava, c’était Blake, et je le savais. Alors peut-être qu’il faudrait que je présente Ava à elle en premier? Parce que j’avoue que présenter Ava à Renji, j’en avais un peu — beaucoup — peur. Mais retour au sex shop, je clôturais la conversation en clamant que ce que j’avais entre les jambes faisait très bien son boulot, et que ma flic était satisfaite avec ça. Sauf que ma meilleure amie se tordait dans un fou rire, s’accrochant à mon bras. « Respire. Sauf si t’es en train de te moquer de moi. Si t’es en train de te moquer de moi, j’espère que tu vas t’étouffer dans ton fou rire. » lui lançais-je, sarcastique à souhait. Elle semblait se calmer un peu, et ajoutait : «Bon, si ton..ahem, euh? Plumeau? Te convient et convient à ta flic, c'est bien le plus important, non?» Plumeau? Vraiment? « T’avais pas un autre mot? » la taquinais-je vaguement, avant d’hocher la tête à sa question. Mais elle semblait convaincue, au final, puisqu’on sortait du sex shop sans autre exploration. Elle entrelaçait ses doigts au mien, geste auquel je répondais en souriant, serrant mes doigts aux siens. Elle m’avait franchement manqué. «Je marque le cou, je t'emmène manger dans un endroit gastro'. Ouais me remercie pas, je suis une fille comme ça» Ah ouais? Je riais quelque peu. « C’est moi qui t’invite. » Bah ouais, moi aussi j’étais un gentleman ! Elle pouvait m’emmener partout où elle voulait, mais c’est moi qui payerait. Et elle ne gagnerait pas sur ça, elle le savait. Du coup, je me mettais en chemin pour la suivre sur la route de son super resto gastro.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shopping à la Coolidge [PV LENZO] Dim 7 Juin - 18:41






Shopping à la Coolidge

Blake
Lenzo


Le problème dans tout ça, c'était que Blake avait encore cédée, elle avait préféré rigoler au lieu de rester sérieuse pour ne pas froisser Lenzo. Pourtant, elle s'en voulait au fond d'elle, parce qu'el ne souhaitait en aucun cas voir son meilleur ami dans une prison lugubre, obligé d'être derrière une vitre pour pouvoir communiquer avec ses visiteurs. Cette vision fit frissonner Blake qui gardait dans tous les cas son humour, bien qu'elle ne soit pas tout à fait à fond. Le sujet Renji était délicat et plutôt sensible. Elle aurait voulu lui dire tout ce qu'elle pensait mais à quoi bon ? Un lien entre frère est bien plus fort qu'un lien d'amitié avec une inconnue. Et c'était compréhensible après tout, si elle avait eu une sœur ou un frère, elle aurait réagit de la même façon. « Quoi, ça me va pas, le orange démodé? » Pour tout dire, tout lui allait, il aurait pu se mettre en string zébré avec des chaussettes multicolores qu'il serait encore sexy. Bon, un type démodé mais sexy ! Toutefois, elle se garda bien de le dire, ça lui ferait trop plaisir, c'était bien plus drôle de le taquiner et de lui lancer des pics que de l'encenser de compliments mielleux. « Non ça te va pas. Par contre moi... » fit-elle dans un sourire plein de sous-entendus. C'était ça le jeu, toujours se mettre au dessus de l'autre. Plutôt étrange, mais sans mentir, beaucoup pratiquait ce jeu. Tant qu'elle arrivait à le faire chier en rigolant, elle touchait dans le mille. Pendant cette petite virée sex-shop, Lenzo avait malencontreusement – oui, malencontreusement parce que le pauvre, face à une commère il fallait être (très) solide – omit l'hypothèse que cette fameuse Ava n'était pas un coup d'un soir, bien au contraire. C'était plus que ça. Toute façon ça se lisait dans ses yeux, quand il en parlait il ne disait pas ça d'une façon nonchalante, il disait plutôt ça d'une façon qui laisser croire que ce qu'il s'était passé, allait encore se passer. De nombreuses fois peut-être. Amusée par cela, fidèle à elle-même, elle proposa de la rencontrer dans un futur plu ou moins proche. Après tout, il fallait qu'elle la rencontre, elle était Blake Coolidge, sa meilleure amie, celle qui validait ou non ses copines. Enfin, c'est peut-être sa mère qui faisait ça, mais qu'importe elle prend les commandes.

Après avoir donné des détails assez salaces sur ce qui s'est passé dans son bureau, Blake se mit à rire au point de presque ne plus avoir de souffle. « Respire. Sauf si t’es en train de te moquer de moi. Si t’es en train de te moquer de moi, j’espère que tu vas t’étouffer dans ton fou rire. » Oh, que de violence celui-là. C'est sur que ce n'était pas très flatteur quand quelqu'un se mettait à rire après avoir entendu des remarques sur son intimité. « Noooon, nooon, je me moque pas de toi voyons, tu sais très bien comment je suis ! » Justement, il savait comment elle était, et il savait forcément qu'elle se moquait de lui. Toute la beauté de l'amitié. Après une petite remarque, le mot employé sembla déranger Lenzo. Plumeau, c'était mignon non ? Enfin c'est sur que ça ne fait pas très viril mais, vivons dans un monde mignon plutôt, c'est cool les trucs mignons.  « T’avais pas un autre mot? » A ce moment-là, j'en avais plusieurs en tête. « Tu préfères quoi ? Flûte à bec ? Barreau ? Tuyau ? Non, parce que dire pénis en ta présence me dérange un peu tu vois » Dit-elle avec un rictus moqueur. Une fois les deux sortis de l'établissement, pour continuer d'un bon pied, Bake l'invita dans un bon restaurant. Elle avait tout prévu et planifié pour lui. Ce devait être une journée dîtes inoubliable ! Enfin, une journée cool ça suffisait. « C’est moi qui t’invite. » Voyez-vous cela, une touchante attention. Mais qu'importe, elle allait payer. « Non. C'est moi qui paie, c'est moi qui t'invite, et c'est moi qui organise cette journée ! Pas de contestation ! » Toujours main dans la main elle le dirigeait vers le restaurant à quelques rues. Une fois arrivés, elle ouvrit la porte pour lui montrer le sublime intérieur : un sol en marbre foncé avec des murs blancs et d'autres parqués en marron clair. Les tables étaient installées avec un couvert en argent et des serviettes couleur or. La musique était agréable et l'ambiance était assez cosy, les fauteuils étaient sombres et personne ne parlait fort. Un vrai resto de riches. « Alors ça claque hein ?! »



© REIRA
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shopping à la Coolidge [PV LENZO] Lun 15 Juin - 19:56


shopping à la coolidge
Blake et Lenzo
« Non ça te va pas. Par contre moi... » Ben tiens! « Ouuuh la menteuse… » la taquinais-je alors, de bon coeur. « Pourquoi t’avoues pas juste une bonne fois pour toutes que je suis hyper sexy, quoi que j’ai sur le dos? Et encore plus, sans rien sur le dos… » Regard emplit de malice de ma part à son attention. Je savais qu’elle le pensait, mais qu’elle n’en dirait rien — ça faisait parti de notre petit jeu qui consistait à se lancer des piques l’un à l’autre, sans arrêt. Si elle disait qu’elle me trouvait sexy, ça me ferait gagner, et ça, c’était la dernière chose qu’elle voudrait.

N’empêche, Blake se la jouait encore maman avec moi — chose totalement paradoxale puisque j’étais bien plus vieux qu’elle. A croire qu’on pourrait participer à Qui Veut Épouser Mon Fils elle et moi, puisqu’elle aurait un avis à donner sur chacune de mes potentielles prétendantes. Je la voyais bien, même, trouver un défaut jusqu’à la plus parfaite, juste pour rester la seule femme dans ma vie. D’ailleurs… « Au fait, j’ai embrassé une pote de Renji l’autre jour. Me demande pas pourquoi, c’est arrivé, c’est tout. » J’haussais les épaules, l’air de rien. « Elle m’a proposé un plan à trois, avec mon frangin… » Une grimace sur mon visage qui en disait long. Sur le coup, on s’était bien marré avec elle, mais cette idée me résultait toujours super bizarre et même dégueu. « Elle en est venue à la conclusion que j’embrassais très différemment de Renji… Parce que oui, ils se sont déjà embrassés et ont même couché ensemble. » Bah quoi, autant donner des détails non? Blake adorait des détails, c’était une parfaite Gossip Girl cette fille.

Elle fit quelques remarques sur ce que j’avais entre les jambes en riant à pleins poumons, et je lui avouais que si elle était en train de se moquer, je souhaitais très fort qu’elle meure en s’étouffant. « Noooon, nooon, je me moque pas de toi voyons, tu sais très bien comment je suis ! » = « Je me moque tellement de toi mon gars, t’as même pas idée ! » Je roulais des yeux de façon théâtrale. Que pouvais-je bien répliquer, de toute façon, hein? D’ailleurs, elle qualifiait ma virilité de « plumeau », et j’avoue que ça me déplaisait pas mal. Je me sentais très homme avec ce nom là, c’est sûr ! « Tu préfères quoi ? Flûte à bec ? Barreau ? Tuyau ? Non, parce que dire pénis en ta présence me dérange un peu tu vois » Tiens? « Je croyais que rien ne nous dérangeait entre nous? » Noterais-je donc une faille dans notre amitié, dans notre intimité?

En attendant, on se dirigeait vers un restaurant super classe, trop classe pour qu’elle le paye en tout cas. Du coup, je lançais que je l’invitais. « Non. C'est moi qui paie, c'est moi qui t'invite, et c'est moi qui organise cette journée ! Pas de contestation ! » « Mais… » commençais-je, avant de refermer la bouche. « Alors ça claque hein ?! »  Quelques secondes après, je poussais un râle mécontent. « T’utilises tout le temps ma carte bleue, pourquoi pas cette fois? T’as fait une expo photos où t’as vendu pour des millions et tu m’as même pas invité? » J’arquais un sourcil, méfiant. Bah ouais, j’imaginais bien les prix d’un tel établissement, Renji et moi on avait étudié là-dedans. On s’y connaissait. Et je ne voulais pas que Blake se ruine pour ça. Un McDo, ça m’allait aussi bien, moi. Et là, je la laisserais peut-être payer l’addition. En attendant, je me dirigeais vers la réception pour réclamer la réservation. « Coolidge, s’il vous plait. Oui, exact. Changez le nom et mettez la facture à Wellington. Lenzo. Tenez. » Je lui passais ma carte bleue pour qu’il prenne les numéros et la rangeais ensuite quand il me la rendait. Il nous accompagnait jusqu’à notre table, et je m’asseyais face à mon acolyte, le sourire pendu aux lèvres. « Qu’est-ce qu’on va bien manger ici dis-donc ! » lui lançais-je, le ton bien trop joyeux pour l’occasion. Bah quoi, j’étais fier, je l’avais prise à son propre jeu. Et j’allais le payer, ce resto.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Shopping à la Coolidge [PV LENZO]

Revenir en haut Aller en bas

Shopping à la Coolidge [PV LENZO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-