It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

L&R ~ Je vais te buter.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: L&R ~ Je vais te buter. Mar 24 Fév - 14:25


Lenzo & Renji
Enervé. Oui je l’étais. Et pas qu’un peu. Même si la soirée c’était dans l’ensemble bien déroulée, il y avait bien évidemment des choses que l’on devait éclaircir ! Lenzo me devait des explications ! Du pourquoi et du comment il ne m’avait pas dit connaitre Astaria. Et en plus j’étais passé pour un con en arrivant. Le bouquet. C’était bien la première fois que mon frère me faisait un coup pareil. M’humiliant en public. Parce que oui. Il m’avait humilié pour le coup. Et ça, ce n’était pas prêt de passer. Et en plus, le comble, du comble. Ils s’étaient échangé les numéros de téléphone. D’où elle l’appelait ? Moi elle ne m’appelait jamais. Fermant brièvement les yeux, je me levais du canapé, allant à la cuisine pour chercher de quoi manger. Je devais me calmer. Plus j’y pensais et plus ça m’énervait. Attrapant une boite de chocolat neuve, je l’ouvris avant de croquer dans un des chocolats. Fronçant les sourcils, je baissais le regard sur la moitié dans ma main avant de voir… des vers blancs dedans. Crachant le tout j’hurlais la mort avant de me rincer la bouche comme pas possible. Bordel tout était contre moi ou quoi ?! Me brossant les dents pendant au moins cinq minutes, je frissonnais rien qu’à l’idée d’y repenser. Et merde. Vraiment. Je n’avais pas de chance moi. Déjà que je n’avais pas cassé la boite à Kinder depuis longtemps. J’étais déjà de mauvaise humeur, Lenzo n’arrangeait rien. Si en plus. Les chocolats se retournaient contre moi. Ça n’allait clairement pas le faire. Grognant faiblement, je pris mes affaires, avant de quitter mon appartement. Direction Upper East Site. Nous vivions tout de même proche l’un de l’autre, c’était un avantage. Prenant les escaliers de l’immeuble pour me défouler, j’enfilais mon écharpe tout en sortant dehors avant de sentir mon pied partir, puis l’autre et tomber sur je ne sais quoi avant de dévaler un bout de rue sur le dos. Gémissant de douleur, j’entendis un enfant s’approcher de moi pour s’excuser. Il avait laissé sa luge sur les escaliers de sortie de l’immeuble. Me retenant de ne pas le tuer, je me relevais totalement trempe avant de ruminer. C’est bon. Aujourd’hui un meurtre allait être commis. Main dans les poches, je parti en direction de chez mon twin avant d’arriver à son immeuble. Great. Connaissant le code, bien évidemment, j’entrais sans sonner, avant de filer à son étage. La visite surprise, c’était le meilleur dans ce genre de condition. Attrapant le double de sa clé, parce que bien évidemment, j’avais aussi son double, tout comme lui l’avait, j’entrais avant de fermer la porte. Ou plutôt, claquer la porte un peu trop bruyamment sur les nerfs. « T’es où ?! » Hurlai-je en enlevant écharpe et veste les jetant sur le canapé. Pas dans la cuisine, pas dans le salon, je filais dans la chambre l’y trouvant enfin. « T’as pas quelque chose à me dire toi ? » dis-je d’une voix un peu moins énervée mais assez forte sous la colère. Rien n’allait aujourd’hui. « D’où tu connais Asta ? Non. Oublie elle m’a rapidement fait comprendre comment vous vous connaissiez l’autre soir. » Dis-je en passant ma main sur mon visage pour me calmer un peu. « Pourquoi tu ne m’as rien dit ? Tu m’as fait passer pour un con ! » dis-je sur un ton de reproche. « Si je n’étais pas venu, quoi ? Je passerai encore pour un con. Sympa le brother. » Dis-je en applaudissant comme pour montrer à quel point j’étais sur les nerfs.

Je vais te buter.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L&R ~ Je vais te buter. Mar 24 Fév - 16:01

Je vais te buter
RENJI & LENZO
Voilà cinq jours que le vernissage d’Astaria était passé. Cinq jours durant lesquels je n’avais pas parlé à Renji, et durant lesquels il ne m’avait pas parlé non plus. Je crois que c’était bien la première fois qu’on s’engueulait sérieusement pour autre sujet que notre paternel ou les affaires illégales. Non, là, on se prenait la tête pour une fille. Sérieusement? Fille qui en plus, ne m’intéressait pas du tout — du moins, seulement en amie. Fille que j’avais rencontré une semaine plus tôt, de façon imprévue, alors que j’avais débarqué dans le bureau de mon frère par le passage secret et que j’étais tombé nez à nez avec elle. Sauf qu’elle m’avait aisément démasqué, et c’était bien ça le problème. Elle connaissait assez Renji pour nous différencier, et ça, c’était un don donné à personne, pas même à nos parents. Il était donc tout à fait logique que je me pose des questions. Même Liam m’avait dit qu’il faudrait qu’on enquête, à la Liamy et Lenzhutch. Oui, je m’étais tapé le prénom de merde mais soit. Je n’étais pas le seul à trouver ça bizarre et ça me rassurait en soi. Et le problème avec Renji, c’est pas tant le fait que je connaisse Astaria, non. C’est le fait que je ne lui ai pas dit. Le fait qu’elle m’ait invité à son vernissage et pas lui. Le fait qu’elle semblait très bien me connaître — et d’une manière ou d’une autre, c’était le cas. Probablement aussi le fait qu’elle m’ait lancé à l’expo qu’elle m’appèlerait cette semaine. Je savais que ça ne lui plaisait pas de savoir qu’elle avait mon numéro, et que j’avais le sien. Et je pensais à tout ça allongé sur mon lit, fixant le plafond blanc, du piano en musique de fond, comme si ça pouvait éviter que je m’énerve et que ça me permettait de garder mon sang-froid. Sang-froid qui s’envolait bien vite lorsque j’entendis la porte d’entrée de mon appartement claquer, la voix de mon frère résonner et que je n’eus même pas le temps de me redresser de mon matelas qu’il débarquait dans ma chambre. « T’as pas quelque chose à me dire toi ? » Il avait enfin décidé que l’heure de la confrontation était arrivée. Et ça risquait de crier. Des deux côtés. Je me relevais, assis sur le bord de mon lit. « D’où tu connais Asta ? Non. Oublie elle m’a rapidement fait comprendre comment vous vous connaissiez l’autre soir. » Il se passait la main sur le visage, comme si ça l’aidait à se calmer. « Pourquoi tu ne m’as rien dit ? Tu m’as fait passer pour un con ! Si je n’étais pas venu, quoi ? Je passerai encore pour un con. Sympa le brother. » Il m’applaudissait, de façon bien ironique, et je levais les yeux au ciel en me mettant debout face à lui. Bon, on reste calme, d’accord? C’est parti. « Bonjour à toi aussi, ça roule mate? Alors c’est elle, la fille? » Je faisais référence à notre discussion de l’autre jour, où il n’avait rien voulu me dire. Je réfléchissais par quelle réflexion commencer. « Pour la petite histoire, j’ai connu Asta dans ton bureau, alors que t’y étais pas. Elle venait chercher son matériel photo, et j’ai débarqué du mur. J’ai fait genre que j’étais toi, sauf qu’elle m’a démasqué en 3 minutes top chrono. Tu m’expliques, ça? Personne ne nous différencie, alors comment ça se fait qu’elle le puisse? Elle te connait très bien. On a parlé, et le courant est bien passé. Elle m’a présenté son bébé, et voilà. C’est tout. » Pas de quoi en faire un drame. Je n’allais pas lui voler, comme je l’avais dit à l’exposition. « Pourquoi je t’ai rien dit? Si tu parles de l’invitation, elle ne voulait pas que t’y ailles pour que t’évites de faire un scandale comme tu l’as fait. Tu l’as privée de sa soirée, son moment de gloire, en l’enfermant dans une pièce pour l’avoir cinq minutes pour toi, t’es sérieux là? Ça pouvait pas attendre la fin du vernissage peut-être? C’est exactement ce qu’elle voulait éviter. » Et ça, il avait du mal à s’en rendre compte. « Mais la vraie question ça serait plutôt, pourquoi toi tu m’as rien dit. J’ai vu la façon dont tu la regardes, comment tu te comportes avec elle, comment tu deviens jaloux quand un autre mec est dans ses bottes, et comment tu fais en sorte de montrer aux autres qu’elle est tienne. Pourquoi tu m’as pas parlé d’elle? Je croyais qu’on n’avait aucun secrets l’un pour l’autre, Renji. » Et là, j’étais sérieux. Ça m’avait franchement blessé qu’il garde des choses pour lui, alors que moi, comme un con et naïf, je partageais toujours tout. Il fallait vraiment que je m’endurcisse moi, et que j’arrête de m’ouvrir aussi facilement.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L&R ~ Je vais te buter. Mer 25 Fév - 19:59


Lenzo & Renji
Je savais pertinemment qu’en venant chez Lenzo j’allais hurler et m’énerver. Pas ma faute moi. Ce n’était vraiment pas ma faute. Mais la sienne. Okai, j’avais surement réagit comme un con, mais à qui la faute ? Fallait pas non plus me prendre pour un con. Tant qu’on était réglo avec moi, j’étais cool et gentil. Qu’est-ce qu’il aurait fait lui à ma place hein ? Mais non, bien évidemment ça me retombé dessus, et en prime, même Astaria prenait la défense de mon jumeau. Parfait, c’était parfait, tout allait bien dans le meilleur des monde. Mon cul ouais ! Rien n’allait, et je devais le faire savoir. Tout simplement. « Bonjour à toi aussi, ça roule mate? Alors c’est elle, la fille? » De quoi c’est elle la fille ? De quoi il parlait là ? Il se foutait de moi ou quoi ? « Pour la petite histoire, j’ai connu Asta dans ton bureau, alors que t’y étais pas. Elle venait chercher son matériel photo, et j’ai débarqué du mur. J’ai fait genre que j’étais toi, sauf qu’elle m’a démasqué en 3 minutes top chrono. Tu m’expliques, ça ? Personne ne nous différencie, alors comment ça se fait qu’elle le puisse ? Elle te connait très bien. On a parlé, et le courant est bien passé. Elle m’a présenté son bébé, et voilà. C’est tout. » Quoi ? Wait a minute. What ? Son bébé ? Elle lui avait… Présenté son bébé ? Donc en plus de connaitre Astaria, il connaissait aussi son alien ? Sérieusement ? Faisant craquer ma mâchoire, je pouvais sentir, le rouge me monter aux joues sous la colère. J’allais imploser sous peu. « Pourquoi je t’ai rien dit ? Si tu parles de l’invitation, elle ne voulait pas que t’y ailles pour que t’évites de faire un scandale comme tu l’as fait. Tu l’as privée de sa soirée, son moment de gloire, en l’enfermant dans une pièce pour l’avoir cinq minutes pour toi, t’es sérieux là ? Ça ne pouvait pas attendre la fin du vernissage peut-être ? C’est exactement ce qu’elle voulait éviter. » Si elle m’avait invité en bonne et due forme jamais je n’aurais fait cela. Jamais. Mais être pris pour un con apparemment c’est permis chez eux. Ils se foutaient tous de moi ou quoi ? « Mais la vraie question ça serait plutôt, pourquoi toi tu m’as rien dit. J’ai vu la façon dont tu la regardes, comment tu te comportes avec elle, comment tu deviens jaloux quand un autre mec est dans ses bottes, et comment tu fais en sorte de montrer aux autres qu’elle est tienne. Pourquoi tu ne m’as pas parlé d’elle ? Je croyais qu’on n’avait aucun secrets l’un pour l’autre, Renji. » Mais de quoi il parlait ? Jaloux moi ? N’importe quoi. Je ne marquais mon territoire, ni plus ni moins. Elle n’était rien d’autre que… Que quoi au fait ? Je n’en savais rien, mais ce n’était pas le sujet ! « Ne change pas de sujet. Elle n’est rien ni personne, juste… un amusement. » Un amusement ? Sérieux ? Vraiment Renji ? « Et arrêtez l’un comme l’autre de me faire passer pour le parfait connard. Tu crois sérieusement qu’en ayant été invité je l’aurai enfermé dans une pièce ? Stop de me prendre pour un débile mental. J’le suis pas. J’suis vexé putain ! Vexé car tu m’as caché que tu la connaissais. Et en plus j’apprends que l’invitation n’était pas pour moi. Le comble. J’’aurai pas réagit comme ça si j’avais été invité et tu le sais ! Y’aurait même rien eu bordel ! » Dis-je d’un ton un peu plus ferme et sec. Parce que c’était la vérité ! Fallait pas non plus pour me prendre pour un abruti. A force j’allais réellement m’énerver et me vexer. « Et puis, what ? Tu l’as vois une fois et t’as déjà son numéro ? Narmol les gars. Rah va chier, ça me soule cette histoire, vous me saoulez. Vous me prenez pour un con, ça doit vous éclater de parler en mal derrière mon dos. » Dis-je en lui tournant le dos avant de partir de la chambre en claquant la porte. Poussant un cri je filais à la cuisine pour attraper une bouteille d’eau dans le frigo et boire au goulot avant de poser la dite bouteille trop fortement sur la table faisant jaillir l’eau sur celle-ci. J’étais énervé, et j’assumais. « Si j’te fais tant chier que ça, ben j’vais me casser et puis voilà. Tu complotes dans mon dos. Sympa. J’en ai marre. Tu ne m’aimes pas. Je le sais. Je le sais ! J’te fais chier d’être comme je suis. Forcément que t’en a marre de moi. » Ajoutai-je en grommelant dans ma barbe. Putain, j’en avais les larmes aux yeux. J’suis trop con.

Je vais te buter.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L&R ~ Je vais te buter. Jeu 26 Fév - 18:26

Je vais te buter
RENJI & LENZO
J’aurais du m’en douter qu’il soit aussi énervé. Je n’avais pas été super réglo, mais même si je peinais à l’admettre, j’avais été vexé qu’il ne me parle pas d’elle. « Ne change pas de sujet. Elle n’est rien ni personne, juste… un amusement. » Un amusement? Renji, t’aurais pu trouver mieux là. « Si elle est si insignifiante, pourquoi tu t’énerves autant pour elle? » Bah oui, là était la vraie question. En général, si on s’en foutait, on s’en foutait jusqu’au bout. Là, Renji était du genre ‘je m’en fous d’elle, mais j’me rends quand même hyper jaloux de tout ce qui l’entoure et j’ai un besoin irrépressible de montrer aux autres qu’elle est à moi’. Dans le genre paradoxal, on ne faisait pas mieux. Il y avait quelque chose, et j’étais attristé de voir que mon frère ne m’en avait pas parlé. C’était quoi le truc? Il ne me faisait pas confiance? Plus confiance? Je comprenais sa colère. C’était pas cool, ce qu’on avait fait avec Asta. Et je lui avais dit, à elle, qu’elle devrait inviter Renji. Mais elle n’avait pas voulu m’écouter, et je n’allais pas la forcer. C’était sa soirée, elle invitait qui elle voulait. Moi, ça m’importait peu d’y aller ou pas, c’était juste de la curiosité pure et simple, voir ses photos. Mais ça n’aurait rien changé à ma vie de rester chez moi devant la télé. « Et arrêtez l’un comme l’autre de me faire passer pour le parfait connard. Tu crois sérieusement qu’en ayant été invité je l’aurai enfermé dans une pièce ? Stop de me prendre pour un débile mental. J’le suis pas. J’suis vexé putain ! Vexé car tu m’as caché que tu la connaissais. Et en plus j’apprends que l’invitation n’était pas pour moi. Le comble. J’aurai pas réagit comme ça si j’avais été invité et tu le sais ! Y’aurait même rien eu bordel ! » La vérité c’est que, non, je n’en savais rien. S’il avait été invité, il se serait quand même montré jaloux envers Solal, le frère d’Astaria, duquel elle tenait la main et le présenter comme l’homme de sa vie. Il aurait quand même voulu la voir en privé pour je ne sais quelle raison. Et puis, il était tellement impulsif qu’en fait, on n’aurait jamais pu savoir ce qu’il se serait passé. « Et puis, what ? Tu l’as vois une fois et t’as déjà son numéro ? Narmol les gars. Rah va chier, ça me soule cette histoire, vous me saoulez. Vous me prenez pour un con, ça doit vous éclater de parler en mal derrière mon dos. » Quoi? Non mais, parano le gars, là. Avant que je puisse répondre, il me tournait le dos et sortait de ma chambre en claquant violemment la porte. Il criait, extériorisant sa colère — ou une partie, tout du moins. Je soupirais quelque peu et sortais à mon tour, suivant ses pas pour le retrouver à la cuisine, une bouteille d’eau aux lèvres qu’il reposait un peu trop brusquement, tant bien que le liquide s’en échappait pour asperger la table. « Si j’te fais tant chier que ça, ben j’vais me casser et puis voilà. Tu complotes dans mon dos. Sympa. J’en ai marre. Tu ne m’aimes pas. Je le sais. Je le sais ! J’te fais chier d’être comme je suis. Forcément que t’en a marre de moi. » ajouta-t-il, à peine audiblement, évitant mon regard. Je m’approchais vivement de lui et pris son visage entre mes mains pour le forcer à relever la tête, yeux dans les yeux, les siens se brouillant vaguement. Oh non. Tout se fit très vite, mais je lâchais ma prise et ma paume droite vint claquer contre sa joue de façon vive. Oui, je venais de gifler mon propre frère. « Ne redis jamais ça. Jamais ! Compris? Je ne t’aime pas. Comment tu peux penser ça? Comment tu oses penser ça? Renji, je donnerai ma vie pour toi ! T’es vraiment con quand tu t’y mets putain ! » L’intérieur de ma main picotait, et je serrais le poing, essayant de retrouver mon calme. Ses mots m’avaient mis hors de moi, et là, c’était le Lenzo qui avait agit sous l’impulsivité. « On est différent et c’est tant mieux. Tu t’imagines si en plus d’être pareil physiquement, on l’était mentalement? On se ferait grave chier quand même, tu crois pas? » Mon ton était plus doux, plus calme. Je reposais mes mains sur ses joues, pour capter son attention et qu’il m’écoute attentivement. « T’es la chose la plus importante à mes yeux. Tu es toute ma vie. Alors ne redis plus jamais que je ne t’aime pas. Parce que c’est une belle erreur. Je suis la personne qui t’aime le plus au monde, et ça, ça ne fait aucun doute. Personne ne peut t’aimer autant que moi je le fais. Compris? »
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L&R ~ Je vais te buter. Mar 3 Mar - 14:23


Lenzo & Renji
« Si elle est si insignifiante, pourquoi tu t’énerves autant pour elle ? » « J’en sais rien. Ça me gonfle voilà. Tout me gonfle, c’est complètement con. Tout est complètement con. » Dis-je en haussant les épaules. Ce n’était pas le sujet d’abord. Le sujet c’était la dispute qu’il y avait eu au vernissage, et puis le pourquoi du comment ils se connaissaient, ce n’était pas en rapport que d’elle. Mais aussi de lui. Et puis, je ne voyais pas pourquoi je devais autant me justifier. Y’avait rien à justifier bordel. Ça m’énervait, tout m’énervait Il m’énervait, le monde entier m’énervait. Je quittais d’ailleurs sa chambre, énervé pour aller dans la cuisine et boire un coup. ça me rafraichirait les esprits, un peu. Même si je l’entendais venir vers mo. Ça n’allait pas durer longtemps. Après tout je le faisais chier, je faisais chier tout le monde. C’était bien connu, on n’aimait pas mon caractère. Je les emmerdais, mais à force, ça commençait bien à me gonfler. Le sentant me prendre le visage dans ses mains je plongeais mes yeux dans les siens, avant de recevoir une gifle. Oui. Il venait de me gifler. Il me giflait même un peu trop souvent ce con ! « Ne redis jamais ça. Jamais ! Compris? Je ne t’aime pas. Comment tu peux penser ça? Comment tu oses penser ça? Renji, je donnerai ma vie pour toi ! T’es vraiment con quand tu t’y mets putain ! » J’assumais. Lui aussi pouvait devenir très con. C’était surement de famille. « On est différent et c’est tant mieux. Tu t’imagines si en plus d’être pareil physiquement, on l’était mentalement ? On se ferait grave chier quand même, tu ne crois pas ? » Mouais, non, moi je nous imaginais bien en boite de nuit en train de faire les fous tous les deux et de choper des meufs aussi. Ça pouvait être fun, j’avais toujours voulu faire ça au moins une fois avec lui mais… Non. « T’es la chose la plus importante à mes yeux. Tu es toute ma vie. Alors ne redis plus jamais que je ne t’aime pas. Parce que c’est une belle erreur. Je suis la personne qui t’aime le plus au monde, et ça, ça ne fait aucun doute. Personne ne peut t’aimer autant que moi je le fais. Compris ? » Plissant le nez sous cette déclaration, je le regardais en faisant faiblement ressortir ma lèvre inférieure. Pas que ça soit quelque chose qui me contrarie, ou autre, non bien au contraire, moi ça me plaisait ce genre de déclaration. Je n’allais pas cracher dessus. Lui attrapant les poignets je lui enlevais ses mains avant de me reculer. « T’as trop pris l’habitude de me gifler toi. » Dis-je sur un petit ton de reproche. J’aurai bien ajouté, je vais le dire à maman, mais bon, ça faisait peut-être un peu trop. Et pitié surtout. « Tu me le promets hein ? Tu m’aimes comme je suis ? Autant que moi je t’aime comme tu es ? » mon ton se faisait un peu mielleux pour le coup. Parce que moi aussi je m’étais plus ou moins calmé, et parce que je voulais entendre à nouveaux ses paroles ? Quoi ? Moi capricieux ? Pas le moins du monde voyons. Bon, si un peu je devais l’avouer. Lâchant, enfin ses poignets, parce que oui, comme un con, je les avais gardé dans ma main, je vins pincer sa joue avant de lui donner une pichenette sur le front. « Ça fait moins mal, qu’une gifle quand même. T’es au courant ? » Ajoutai-je en faisant cette fois une moue boudeuse. Parce que oui, j’en avais marre moi des gifles. « Tu te rends compte ? En ce moment en Europe ils demandent à la France d’interdire les gifles et tout ça. Tu serais dans la merde. » Bien sûr, je plaisantais…

Je vais te buter.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L&R ~ Je vais te buter. Mar 3 Mar - 23:43

Je vais te buter
RENJI & LENZO
Il cherchait ses mots. Enfin, non, il ne les cherchait pas, il répétait juste toujours les mêmes. Typiquement Renji quand il était énervé. Et quand il ne savait pas quoi répondre, ou ne voulait pas se justifier. Et là en l’occurrence, c’était les trois qui s’accordaient. Pourquoi se résignait-il donc tellement à me parler d’Astaria? Qu’est-ce qu’il ne voulait pas que je sache? Ou bien, qu’est-ce que lui même ne voulait pas savoir? Dire les choses, ça les rend réelles. Bien plus réelles qu’on voudrait le croire. Et ça pouvait faire peur. En attendant, il avait franchement les nerfs. Tellement qu’il quittait ma chambre pour s’éloigner de moi, bien que je le suivais et le rejoignais dans la cuisine. Quoi, il croyait vraiment que de l’eau fraiche allait calmer ses hormones? Blablabla et blabla…quoi? Je ne l’aimais pas? Il venait vraiment de dire ça? Mes mains glissant sur ses joues, je venais brusquement faire claquer ma paume contre sa barbe de trois jours. Ou dix, en fait. Peu importe. Picotement. Aïe. Je venais de gifler mon frère. En même temps, c’était de sa faute. Il n’avait qu’à pas dire que moi, la personne qui mourrait sans hésitation pour lui et qui l’aimait le plus au monde, je ne l’aimais pas. Il l’avait cherché, non? Aller, voilà que je me lançais dans une déclaration, trop bon que je suis. Putain. Comment arrivait-il à m’extirper l’énervement comme ça, en trois secondes top chrono? Mon monologue de frangin sentimental terminé, il fit ressortir sa lèvre inférieur, et je me retenais de rouler des yeux. Trop craquant. Il le fait exprès j’suis sûr. Il m’attrapait les poignets et reculais quelque peu. Je ne résistais pas. Je le laissais faire. « T’as trop pris l’habitude de me gifler toi. » Mes yeux se perdirent quelques instants sur sa joue teintée de rouge. Mais n’importe quoi, je ne le giflais pas souvent… Et quand ça arrivait, c’est que c’était une urgence à régler de suite. « Quoi, tu vas le dire à maman peut-être? » Je savais très bien qu’il y pensait. Réplique typique de frère. Quel petit con. « Tu me le promets hein ? Tu m’aimes comme je suis ? Autant que moi je t’aime comme tu es ? » Oh. Mon. Dieu. Je craque. Je fonds. Je deviens là, sur place, tout mielleux. Putain Renji, t’abuses. « Je te le promets. Promis juré. Pourquoi je t’aimerai pas comme tu es? Tu restes mon frère. Le seul et l’unique. Et entre nous quand même, le meilleur. Même si j’suis pas mal non plus dans mon genre. » finissais-je sur une touche de plaisanterie pour détendre l’atmosphère. Il lâchait enfin mes poignets. Pincement de joue et pichenette sur le front. Rah. « Ça fait moins mal, qu’une gifle quand même. T’es au courant ? » Je le tirais contre moi tout aussitôt, le faisant taire. « Viens par là toi. » Je le serrais fortement dans mes bras, l’étreinte affectueuse et fraternelle. Non, décidément, jamais je n’aimerais quelqu’un comme je l’aime lui. Et jamais personne ne l’aimera lui comme moi je l’aime. Jamais. Je n’étais pas vraiment confiant de grand-chose me concernant, mais ça, c’était clair comme de l’eau de roche. Long câlin, qui m’émouvait franchement. « Tu te rends compte ? En ce moment en Europe ils demandent à la France d’interdire les gifles et tout ça. Tu serais dans la merde. » Je le lâchais en le repoussant quelque peu de manière faussement méchante. « Arrête ça un peu ! Je te gifle pas souvent ! » m’exaspérais-je alors. J’étais si mauvais que ça quand même? « Tu devrais sûrement appeler les services sociaux… » Moi j’dis ça, j’dis rien… Sourire en coin amusé, regard complice. Et voilà que cinq minutes après la dispute de dingue, on était frères de nouveau, comme toujours.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L&R ~ Je vais te buter. Lun 9 Mar - 14:17


Lenzo & Renji
« Quoi, tu vas le dire à maman peut-être ? » « Bien sûr ! Elle sera choquée de voir que tu me gifles et que tu abuses de moi comme bon te semble. » Enfin, elle se foutrait surtout de nous, mais soit, c’était mieux comme je le pensais que la réalité tout de même. Nous avions bientôt vingt-sept ans, nous étions grand et responsable, elle nous laissait gérer nos propres soucis et ce depuis pas mal d’années déjà. « Je te le promets. Promis juré. Pourquoi je ne t’aimerai pas comme tu es ? Tu restes mon frère. Le seul et l’unique. Et entre nous quand même, le meilleur. Même si j’suis pas mal non plus dans mon genre. » Le meilleur ? Ça j’aimais quand il disait cela. Le meilleur. Il avait surement raison, m’enfin, à mes yeux, c’était lui aussi le meilleur. Nous étions les meilleurs. Je souris pour le coup en remontant mon visage, parce que j’aimais entendre ce genre de chose et puis pour plonger mon regard dans le sien. « Hum. Arrête d’en faire trop, genre, je suis le meilleur, tu dis ça pour m’amadouer, je suis sûr que tu penses être le meilleur de nous deux. Et je ne t’en veux pas si tu le penses. Je pense la même chose. M’enfin, on gère tout de même tous les deux. » Et ms chevilles allaient très bien, bien évidemment. M’enfin, je ne pus tout de même pas m’empêcher, de lui faire remarquer qu’il me giflait trop souvent à mon gout. Je préférais pour ma part lui faire une pichenette. Ça faisait moins mal non ? « Viens par-là toi. » Je n’avais même pas le temps de venir à lui, qu’il vint à moi pour me prendre dans ses bras et me serrer tout fort. Faisant de même, un sourire se logea sur mon visage. Je préférais tout de même quand on se faisait de gros câlin. C’était cool les gros câlins, doux, gentil, tendre, c’était remplit d’amour et tout ça. Et on oubliait un peu la dispute qui venait de passer et voilà. Le lâchant, parce qu’on n’allait pas faire un câlin pendant toute la journée non plus, je lui rappelais simplement qu’il me giflait un peu trop souvent à mon gout. « Arrête ça un peu ! Je te gifle pas souvent ! » Mouais, si tout de même. Plus souvent que moi en tout cas. « Tu devrais sûrement appeler les services sociaux… » Le regardant, je le poussais l’air de rien avant de rire. « Mais bien sûr. Un mec de vingt-six ans qui appel les services sociaux, je vais passer pour un fou complet. » dis-je en secouant la tête. Ils allaient même me raccrocher au nez, croyant une blague, ou autre connerie du genre. Le regardant longuement je me rapprochais de lui, mes yeux ne quittant pas les siens, avant de sourire faiblement. « On va toujours à Brisbane ensemble hein ? » Oui parce que ça me trottait toujours dans la tête, et que merde, c’était mon idée à la base, alors je ne voulais pas qu’il y aille sans moi. Ça me ferait bien chier, et parce que s’il le faisait je serais capable de faire pire, rien que par vengeance et pour prouver que moi aussi, je pouvais être con quand je le voulais. « Brisbane sans moi, c’est plus Brisbane. » Dis-je en faisant ressortir ma lèvre inférieure. Pas que Brisbane soit nulle sans moi, ce n’était pas le cas, mais moi sans lui, là-bas.  

Je vais te buter.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L&R ~ Je vais te buter. Mar 10 Mar - 3:26

Je vais te buter
RENJI & LENZO
« Bien sûr ! Elle sera choquée de voir que tu me gifles et que tu abuses de moi comme bon te semble. » Ben tiens ! Maintenant, c’était carrément de l’abuse. « Qu’est-ce qu’il faut pas entendre franchement… » Tout ce que ferait maman, ça serait de nous dire ‘arrêtez vos gamineries!’ et de nous raccrocher au nez. On n’était plus ses bébés maintenant, elle savait bien qu’on se gérait tout seul comme des adultes responsables, alors il fallait qu’on en adopte le comportement, pleinement, dans toutes les situations, et encore plus dur : entre nous. Ouais, entre Renji et moi, c’était quasi impossible de se conduire en êtres humains réfléchis. Comme dans toutes les fraternités, mais je crois que l’ADN faisait exprès de doubler la dose pour les jumeaux. Foutues sciences quand même. En parlant d’ADN, je crois que le mien avait un truc en moins — ou en trop, surtout quand je me mettais à faire ce genre de déclarations amoureuses à Renji. Amour fraternel hein, qu’on soit bien d’accord. Non parce que quand même… Et le fait que je l’appelais le ‘meilleur’ lui décrocha un sourire. « Hum. Arrête d’en faire trop, genre, je suis le meilleur, tu dis ça pour m’amadouer, je suis sûr que tu penses être le meilleur de nous deux. Et je ne t’en veux pas si tu le penses. Je pense la même chose. M’enfin, on gère tout de même tous les deux. » A mon tour de sourire niaisement. « Non, j’te jure, je pense pas que c’est moi le meilleur, mais toi. Et je dis pas ça pour t’amadouer ! J’ai qu’à te sortir je t’aime, pour ça. » Tout ça, qui s’ensuivit d’un long et gros câlin plein de tendresse. « Je t’aime, Renji. » Oui, j’avais ressenti le besoin de le dire, là, comme ça. Il me lâchait, non sans omettre une énième remarque sur ma gifle, à laquelle je lui répondais, sarcastique, qu’il devrait même appeler les services sociaux. Il me poussait gentiment en riant, alors que moi, j’affichais un air totalement innocent. « Mais bien sûr. Un mec de vingt-six ans qui appel les services sociaux, je vais passer pour un fou complet. » J’hochais la tête, un grand sourire satisfait aux lèvres. « Exactement ! » Pause. Il me regardait longuement en silence, avant de s’approcher de moi, les yeux dans les yeux. Oh mon dieu, je détestais ça, ça me faisait peur. Faible sourire. Qu’est-ce qu’il a encore? « On va toujours à Brisbane ensemble hein ? » Je levais les yeux au ciel. Il n’avait pas oublié. « J’ai été vexé par ta remarque. Je déconnais pas à ce niveau là. La prochaine fois que tu me dis un truc comme ça, c’est pas seulement une gifle que tu recevras, c’est clair? » Et là, j’étais sérieux. Vraiment sérieux. « Brisbane sans moi, c’est plus Brisbane. » ajouta-t-il en faisant ressortir sa lèvre inférieure. Je soupirais longuement et tournais les talons pour aller dans le salon, regardant dans les papiers sur le buffet, brandissant devant moi ce qui s’apparentait à un billet d’avion. « Bah alors, tu viens le chercher? » lui lançais-je en souriant en coin. Une fois qu’il l’eut récupéré, je retournais dans la cuisine et buvais quelques gorgées d’eau de la bouteille dont il s’était servi un peu plus tôt. « Ah, au fait. » commençais-je. Autre gorgée d’eau. « J’ai revu Greer, et jmetapequelqu’un. » Ce dernier bout de phrase, je l’avais débité vachement vite, comme si je voulais qu’il passe à la trappe. Je me reconcentrais sur la bouteille, continuant de m’abreuver comme si je n’avais pas dit que j’avais revu mon ex qui me trottait dans la tête depuis toutes ces années, ou encore que j’avais ce qu’on appelait plus communément un sex friend. Bien sûr, j’étais dos à lui. Bien que je voulais voir sa réaction première, je n’avais pas le cran. Je savais pas vraiment si je le voulais ou pas, en fait. « Bon, sinon, j’dois aller bosser moi. » Ouais ouais Lenzo, fais genre qu’il a pas entendu ce que t’as dit… Je rangeais la bouteille, enfilais ma veste en cuir, prenais clés, téléphone et porte-feuilles, et sortais de mon appartement, incitant Renji à faire de même, étant déjà en bas de l’immeuble quand il se décidait seulement à bouger pour me rejoindre. Youpi, de l’air frais. Allez, respire, il a rien entendu…
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L&R ~ Je vais te buter. Lun 16 Mar - 14:32


Lenzo & Renji
« Qu’est-ce qu’il faut pas entendre franchement… » Je souris l’air de rien, juste pour me foutre de lui. J’aimais bien le taquiner, c’était cool de le taquiner, vraiment ! Il faisait de même aussi, on était comme ça. On pouvait paraitre bizarre, mais bon, c’était comme ça. «  Non, j’te jure, je pense pas que c’est moi le meilleur, mais toi. Et je dis pas ça pour t’amadouer ! J’ai qu’à te sortir je t’aime, pour ça.  Je t’aime, Renji. » Un sourire se logea sur mes lèvres. « Moi aussi je t’aime mon Zozo. » dis-je en lui faisant même un petit clin d’œil, pour plus d’intensité dans la déclaration. « J’ai été vexé par ta remarque. Je déconnais pas à ce niveau-là. La prochaine fois que tu me dis un truc comme ça, c’est pas seulement une gifle que tu recevras, c’est clair ? » « Arrête de vouloir me frapper. Tu vas finir par devenir violent. » Dis-je en lui tirant la langue. Je déconnais bien évidemment. C’était pour le taquiner et avant tout, pour détendre un peu l’atmosphère. Parlant de Brisbane, je le vis partir, un peu plus loin avant d’agiter les billets devant moi. « Bah alors, tu viens le chercher ? » Fallait pas me le dire deux fois ! Sans perdre de temps, je me jetais sur lui et récupéré le billet que je regardais en long, large et travers pour voir si rien manquait. « Ah, au fait. » Hm ? « J’ai revu Greer, et jmetapequelqu’un. » What ? Hein ? Il revoyait Greer ? Really ? Wouha. Après tout ce temps ?! Mais… « Hey qu’est-ce que… » « Bon, sinon, j’dois aller bosser moi.» Hein ? ni une ni deux, il partit, me laissant alors en plan. « Oye ! » Crachai-je en courant vers la porte d’entrée pour l’ouvrir. Il n’était déjà plus là. Je rêve ou il venait de me dire qu’il c’était tapé quelqu’un ? Quoi ? Lenzo ? Coucher avec une fille, sans sortir avec ? Wow. Je l’avais influencé ? Enfin ? Après tant d’années ? Non… Pas possible. C’était surement une blague n’est-ce pas ?

Je vais te buter.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L&R ~ Je vais te buter.

Revenir en haut Aller en bas

L&R ~ Je vais te buter.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-