It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

(Pv Alexia Mills) A ghost is coming out

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: (Pv Alexia Mills) A ghost is coming out Sam 14 Fév - 18:06




Alex & Max 
LA VIE NOUS ENVOIE DES ÉPREUVES MAIS ELLE NE SAIT PAS EXACTEMENT À QUI ELLE A AFFAIRE, ELLE VA EN CHIER !

Je montais dans la voiture rouge satiné de ma mère jetant mon sac à l'arrière, de très mauvaise humeur. Rien qu'en me levant, j'avais remarqué que j'avais 10 mn de retard sur mon planning prévu. Déjà, il y avait de quoi me rendre hors de moi puis, en prenant mes habits pour la journée, je m'étais pris le gros orteils dans le pied de mon lit et en sautillant, je m'étais rétamée sur une pile de bouquin que j'avais oublié de ranger. Non, je m'étais complètement endormie sur mon bureau, la lumière allumée. C'etait deux heures plus tard que je m'étais réveillée pour me plonger dans mon lit, je n'avais pas calée que mon réveil n'était pas actionnée. C'était donc en me frottant vigoureusement les fesses que je m'étais rendue dans la salle de bain pour faire ma toilette matinale. Ma mère ne m'avait pas loupé lorsque j'étais arrivée à l'étage en dessous : "Maxine, tu vas finir par me rendre chèvre, tu es encore en retard. A quoi penses-tu ?" Elle m'avait tendu mon déjeuner et une autre boite qui contenait mon petit déjeuner. "hum. je ne sais pas. A mon examen de fin d'année ?" j'avais dit, ironique mais peu encline à la plaisanterie. J'avais regardé lentement autour de moi : "Papa n'est pas là ?"  avais-je demandé et lorsque je l'avais vu blêmir, je préférais la laisser tranquille en lui baisant délicatement la joue puis en lui souhaitant la bonne journée. En ce moment, ce n'était pas la forme entre eux. Je les entendais se disputer régulièrement ce qui me n'arrangeait en rien au stress que j'éprouvais ces derniers temps.

Donc je mis le moteur en marche pour faire chauffer la voiture et je m'allumais une cigarette. Cela m'arrivait rarement mais je préférais ne pas le faire devant elle. Elle sautait déjà au plafond quand je lui disais que j'allais à une soirée organisée par la fac alors si elle me voyait fumer, la bombe à retardement qu'elle était en ce moment allait vite exploser. Durant le trajet, je m'empressais de vérifier ce que mon cerveau avait enregistré la veille et je me rendais compte qu'il n'y avait pas grand chose à part les engueulades de mes parents. Une véritable plaie. Ils voulaient m'épargner une séparation alors qu'ils me rendaient folle à rester ensemble pour se déchirer encore un peu plus. Une énorme plaie oui ! Je pris une sortie et me concentra sur la route en roulant modérément. Je n'étais plus une jeune conductrice depuis mes 17 ans cela dit, mon permis pouvait m'être retirée aussi sec et à la moindre infraction. C'était improbable pour moi de perdre ce que j'avais réussi à me payer à la sueur de mon putain de front.

Tranquille, j'arrivais devant le campus, me garant à une place de libre. J'étais contente, la tempête m'avait permis d'approfondir mes révisions, de travailler de nouveaux morceaux à la guitare et d'avoir fait de nouveau cliché photographique pour ma collection. Dans mon album, j'avais rajouté des paysages blanc, pur et bucolique, j'avais vraiment apprécié cette différence qui n'apparaissait presque jamais à New-York. Je sortais de la voiture après avoir chopé mon sac à l'arrière et un bref coup d'oeil dans le rétroviseur central de ma voiture. Je réalisais que mon look d'aujourd'hui était un peu pris à la volo, histoire que je me rappelle de mon réveil tardif et que mes lunettes de soleil m'étaient indispensable à cause de violent rayon qui m'agressaient sournoisement les yeux. Je parcourais le chemin de terre impeccable du campus quand je me rappelais plus si j'avais emporté mon appareil photo. Dans la course, j'avouais avoir pris mes livres de cours mais pour le reste, je me doutais que j'en avais oublié la moitié. Pas manqué, il était restée dans ma chambre. Par précaution, je voulais m'assurer que ma trousse n'était pas restée au même endroit quand je sentais quelqu'un me percutait l'épaule ce qui fit volé ce que je tenais brièvement dans cette même main. "Putain"

Ma trousse vola à quelques mètre tandis que je m'empressais de la récupérer et de la fourrer dans mon sac. Je me tournais vers la personnes et j'eus un arrêt sur image. Le temps ne s'était pas arrêtée autour de nous puisque les étudiants grouillaient comme des fourmis en sortant ou entrant dans l'énorme fourmilière mais on était restée bouche-bée l'une face à l'autre. "Alex ?" Me surprenais-je enfin à dire à voix haute, comme si j'étais sûr que je me trompais. Je retirais mes lunettes de soleil et mes écouteurs en les laissant pendre sur la bandoulière de mon sac de cours. "Que... Wouah ! Une revenante !" lançais en gardant mes lunettes dans ma main gauche. Je n'étais pas de bonne humeur ce qui m'encourageait pas d'être accueillante cela dit, sa réapparition m'avait carrément chamboulé : "Comment vas-tu depuis le temps ? Tu es inscrite depuis longtemps à Colombia ?" demandais-je aussitôt, ayant peur de la réponse. Aurait-elle osé m'ignorer et depuis combien de temps. Je sortis une bouteille d'eau de mon sac, qui contenait encore mon petit dej et mon déjeuner. Ma gorge était sèche, la surprise était complète.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Pv Alexia Mills) A ghost is coming out Dim 15 Fév - 0:21


   

   


    Max & Alex
   
May the dreams of your past be the reality of your future.


   L'hiver. Voilà une période que j'aimais particulièrement. J'aimais m'emmitoufler dans des couches et des couches de vêtements et me fondre dans la masse de ces manteaux noirs et grisonnants. Ce que j'aimais beaucoup moins en revanche, c'était de devoir me faufiler à travers les gens dans le métro. Les gens ne marchaient plus l'hiver et même pour de courtes distances ils préféraient s'entasser dans cette boite de métal géante. Personnellement je n'avais pas le choix, je ne pouvais pas me rendre à la fac à pieds c'était bien trop loin. Et on avait pas les moyens de s'acheter une voiture donc je devais me contenter de ces dizaines de minutes sous terre.

Les cours avaient repris il y a peu après la tempête de neige qui avait paralysé New York. Personnellement ça ne m'avait pas gêné, j'avais pu finir des dessins et tableaux commencés il y a un moment déjà. Et puis louper des cours sans avoir de représailles ce n'était pas ce qui allait me déranger. J'avais revu quelques amis aussi, comme des vacances improvisées en somme. Niveau boulot bizarrement j'étais à jour. Je ne voulais pas décevoir Ryu et donc je me donnais plus à fond dans ce que je faisais et surtout les études. Je voulais qu'il soit fier de moi et qu'il voit que je me donnais à fond pour avoir mon diplôme. J'avais cherché aussi du job et avais réussi à dégoter du baby sitting. Ce n'était pas grand chose mais c'était un début.

Quoiqu'il en soit j'avais cours aujourd'hui et comme d'habitude le métro était bondé. J'étais en retard ça c'était sur. Et pour une fois ce n'était pas de ma faute. Je me faufilais à travers les étudiants particulièrement grognons ce matin pour rejoindre ma salle de classe. Evidemment fallait qu'elle soit à l'autre bout de la fac. Sinon c'était pas drôle. Je pestais silencieusement continuant mon avancée en fixant le sol. Je n'avais aucune envie de croiser les regards hagards de ces gosses de riches décuvant de leur soirée de la veille. Bien sur eux n'avaient pas besoin de bosser à la fac, pour la plupart papamaman veillaient sur eux. Je soupirais chassant les idées noires de ma tête en continuant d'avancer.

Et la je ne vis pas la fille qui arrivait en face de moi et je lui rentrais littéralement dedans. " Merde " m'écriais-je récupérant mon sac qui avait glisser de mon épaule à ma main. " Je suis déso.." commençais-je en relevant le regard vers la personne que j'avais bousculée. Mais je fus stoppée dans mon élan en reconnaissant Max. Visiblement elle m'avait reconnu aussi car je l'entendis prononcer mon prénom. Elle enleva ses écouteurs et ses lunettes et je ravalais mon air hébété. C'était la dernière personne que je pensais voir aujourd'hui et même les prochains jours. Elle était aussi surprise que moi et le ton sur lequel elle me traitait de "revenante" n'était pas encourageant. "Comment vas-tu depuis le temps ? Tu es inscrite depuis longtemps à Colombia ?" Me demanda-t-elle ensuite.

Je me rendis compte que j'étais restée stoïque face à elle. Je n'avais pas bougé ni dis quoique ce soit. Je n'avais pas revu Maxine depuis 4 ou 5 ans maintenant. Et j'étais partie sans vraiment lui expliquer pourquoi d'ailleurs... Je reprenais mes esprits en me souvenant de sa question. " Et bien ça va et toi ? Ca fait un an et demi maintenant que je suis ici. " Je n'étais pas très loquace mais je ne savais pas comment réagir face à elle. C'était une des rares personnes qui me connaissaient réellement. Je jetais un rapide coup d'oeil à ma montre voyant que j'avais loupé mon cours. Bon tant pis je le récupérerai sur quelqu'un, ce n'était pas bien grave. Je préférais parler avec Max, c'était plus important pour moi. "Et toi ? Comment tu vas ? " lui demandais-je alors.


   
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Pv Alexia Mills) A ghost is coming out Dim 15 Fév - 12:36




Alex & Max 
LA VIE NOUS ENVOIE DES ÉPREUVES MAIS ELLE NE SAIT PAS EXACTEMENT À QUI ELLE A AFFAIRE, ELLE VA EN CHIER !

J'avais vraiment pris du retard mais en générale, je ressemblais à ce lapin dans Alice au Pays des Merveilles qui chantait : "Je suis en retard, je suis en retard, je suis toujours très en retard..." Je l'avais dans la peau et si une comédie musicale se mettait en place, je postulerai les doigts dans les nez. Je farfouillais dans mon sac à la recherche de mon appareil photo et de ma trousse quand je me sentis bousculer de plein fouet par quelqu'un. Je n'avais pas été sonné, j'étais juste hébétée. Je perdais encore plus de temps à devoir ramasser mes affaires étalées sur le sol. Le temps que je fourrais tout dans mon sac, j'entendis quelqu'un s'excuser et je m'arrêtais pour lever les yeux vers cette voix qui ne m'était pas inconnue. Ne la voyant pas, je préférais tout remettre à l'intérieur, me relever et de confirmer ce que j'avais ressenti à l'entente.

C'était une grande surprise, je bouillonnais de l'intérieur en me rendant compte qu'elle était là et que je ne m'en étais même pas rendue compte avant. L'espoir qu'un jour elle me redonnerait signe de vie était peut-être un peu trop ancrée en moi que la déception devait se lire sur mon visage. Il n'y avait aucun doute, j'étais déçue de voir qu'elle était là mais qu'elle n'avait pas pensé à moi. Dans un dernier espoir, je lui demandais depuis combien de temps elle était à Columbia. Elle aurait pu arrivé que maintenant, peut-être il y a deux jours, pour s'installer. Bref, qu'elle n'avait pas eu le temps de revenir vers moi, sait-on jamais ? Il était sûr que je ne pourrai jamais passé l'éponge sur cinq ans d'absence inexpliquée. "Et bien ça va et toi ? ça fait un an et demi maintenant que je suis ici." Et elle n'avait pas l'air gênée d'avouer qu'elle était là depuis plus d'un an. Je carrais la mâchoire, je sentais comme un pincement au coeur, je lui en voulais tellement de m'avoir relégué au second plan que ça m'avait limite rendue folle de rage.

Je ne savais pas quoi lui répondre sans que je ne crache ma frustration et ma colère au visage. Elle m'avait tellement déçue alors que j'attendais tellement d'elle. Je posais mon regard ailleurs que sur elle, m'accrochant à la bandoulière de mon sac comme d'une bouée de sauvetage. Mes doigts serré à blanc, je reportas mon attention sur elle qui me re-redemanda si j'allais bien : "Et ? Comment tu vas ?" J'imaginais qu'elle me demandais plutôt ce que j'étais devenue depuis tout ce temps et à vrai dire, la nostalgie n'était pas au rendez-vous. "Pas grand chose, en tout cas, pas ces cinq dernières années.. Non mais.." Je passais une main dans mes cheveux pour canalyser ma colère, ça fonctionnait parce que je respirais normalement. Il  y avait peut-être que le fait que je le mordais la lèvre inférieur qui pouvait me trahir. "Tu n'es pas sérieuse. Tu n'es pas entrain de me dire que ça fait un an et demi que tu es à New-York et que tu n'as même pas pensé me passer un coup de téléphone. Où étais-tu ? Pourquoi es-tu partie ?"
Je détendais mes bras en laissant mes lèvres tranquille. 

Je préférais partir, je me sentais tellement mal et je n'aimais pas me donner en spectacle, je n'aimais tout simplement pas m’énerver : "Je ne pensais pas que tu aurais eu le culot de me faire un coup pareil, peu importe les raisons que tu pensais  valable pour agir comme tu l'as fait ! Je ne vais pas te gêner plus longtemps. A la prochaine !" je soufflais en n'hésitant pas à donner un coup d'épaule pour passer et reprendre ma course de folle. J'étais réellement bouleversée par ces retrouvailles accidentelles. Je pensais compter un peu plus que ça pour elle.
code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Pv Alexia Mills) A ghost is coming out Lun 16 Fév - 1:49


   

   


    Max & Alex
   
May the dreams of your past be the reality of your future.


  En me levant ce matin je ne pensais pas que la journée commencerait ainsi. J'étais en retard, j'avais du supporter les aisselles de mecs louches dans le métro, j'ai failli me faire renverser un café dessus et là je tombais sur Max. Non pas que c'était une mauvaise chose mais ce n'était pas ce à quoi je pensais en me levant ce matin. Je n'arrivais pas à savoir si elle était contente ou pas de me revoir. Elle ne s'était pas jeté dans mes bras ni ne m'avait cognée. Elle restait juste là en face de moi. Sa réflexion sur le fait que j'étais une revenante m'avait un peu frappée mais c'était tout ce qui paraissait froid venant d'elle. Et je n'allais pas m'en plaindre. Mais elle ne répondit pas de suite lorsque je lui demandais si ça allait. Elle évita même mon regard et je du le lui redemander.
"Pas grand chose, en tout cas, pas ces cinq dernières années.. Non mais..Tu n'es pas sérieuse. Tu n'es pas entrain de me dire que ça fait un an et demi que tu es à New-York et que tu n'as même pas pensé me passer un coup de téléphone. Où étais-tu ? Pourquoi es-tu partie ?"

Outch. Okay elle était enervée. C'est vrai que j'étais partie précipitamment mais à l'époque ça me paraissait être la meilleure chose à faire. J'étais tombée dans la drogue et m'étais faite enrôlée par un mac pour gagner de l'argent pour me barrer de ma famille d'accueil. Je ne voulais pas lui en parler pour ne pas l'inquiéter mais visiblement c'était une connerie. Et puis comment je pouvais lui dire qu'à 14 ans je m'étais mise à faire le tapin pour m'en sortir ? Elle elle était si pure et innocente. J'avais peur qu'elle me rejette que j'avais préféré partir. Comme une voleuse si j'puis dire. Sa voix me sorti de ma réflexion instantanément. "Je ne pensais pas que tu aurais eu le culot de me faire un coup pareil, peu importe les raisons que tu pensais  valable pour agir comme tu l'as fait ! Je ne vais pas te gêner plus longtemps. A la prochaine !"

Merde Alex bouge où elle va partir !
me criais-je mentalement. "Max attends !" Je lui attrapais le bras voulant m'excuser et lui expliquer mais parler de ça au milieu de la fac avec tous les étudiants qui passent ce n'était pas une bonne idée. "Viens." Je ne lui laissais pas le choix lui prenant la main et l'entrainant derrière le bâtiment. Je ne savais pas si elle avait cours ou pas, en tout cas moi le mien était définitivement commencé. " Je suis désolée ok? J'étais dans la merde jusqu'au cou et je ne voulais pas que tu trempes la dedans avec moi. Je n'avais pas le choix. " Je soupirais avant de continuer. " On vient de deux mondes différents et j'avais pas le droit de te faire ça. Et je ne pouvais pas te laisser m'en dissuader non plus parce que tu l'aurais fait. Et je t'aurais écouté. "

C'était la seule personne qui avait le droit de me juger avec Ryu. J'étais forte, indépendante et solitaire mais pas lorsqu'ils étaient là. Ce sont mes repères, mes points d'ancrage dans ce monde tordu et dans la vie de merde que j'avais. Je n'arrivais même pas à lui dire ce que j'avais fait. C'était trop dur. J'en avais terminé avec toutes ces conneries mais j'avais honte. Honte d'avoir du en arriver là pour m'en sortir. Honte de m'être à nouveau renfermée dans cette coquille que j'avais quitté quand Max est entrée dans ma vie. Avec ses grands yeux pétillants et son sourire enjôleur c'était dur de lui résister bien longtemps. Mais aujourd'hui elle était différente. Elle était froide et en colère. " Et après j'avais trop honte pour te recontacter..." lâchais-je finalement.


   
BY .SOULMATES

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (Pv Alexia Mills) A ghost is coming out

Revenir en haut Aller en bas

(Pv Alexia Mills) A ghost is coming out

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-