It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

(hot) I hadn't planned that... Partie 2 | PV Amélia Cooper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: (hot) I hadn't planned that... Partie 2 | PV Amélia Cooper Sam 14 Fév - 17:06




     

   
I hadn't planned that... ♥
similis sensus exstitit amoris, si aliquem nacti sumus cuius cum moribus et natura congruamus, quod in eo quasi lumen aliquod probitatis et virtutis perspicere videamur. Quapropter a natura mihi
 


Cette requête s’était exprimée librement, en toute sincérité et douceur. Il avait besoin de la sentir contre lui, la garder à ses côtés comme pour se prouver que cette soirée n’était pas un leurre de son cœur ou de son esprit. Il avait encore tant de mal à y croire, pourtant, elle se trouvait bien là, au creux de ses bras, si merveilleusement lotie. L’odeur qui se dégageait de sa nuque, enivrait ses sens, embaumait son cœur d’une douce chaleur qu’il ne voulait quitter à aucun prix. Son cœur battait promptement dans sa poitrine, si délicieusement attiré par cette femme qu’il serrait au creux de ses bras. Il n’avait pu s’en empêcher. Il l’avait tellement désiré durant le trajet qu’ils avaient passé éloignés pour ne point attirer l’attention. Pourtant, elle était désormais chez lui, avait franchi cette frontière qui le menait dans son monde où peu de personnes y avaient accès. Il avait envoyé bien entendu un SMS à Kate pour la rassurer sur son absence, lui indiquer qu’il était rentré, mais qu’il allait bien. Il n’était pas rentré dans les détails, se promettant de lui en parler lorsque lui-même aurait pris pleinement conscience de ce qu’il se produisait dans sa vie.

A cet instant, il ne réfléchissait plus, se contentait seulement de profiter de l’étreinte qu’il était venu lui voler. Ses bras autour de ses hanches, il était venu se rapprocher d’elle pour coller son torse à son dos, l’enlacer par l’arrière. Tout en douceur ses bras s’était enroulé autour de ce ventre pour la garder contre lui, son visage s’engouffrant dans cette nuque qu’il se plaisait tendrement à humer. Il adorait le parfum qui s’en dégager, l’expression d’intense bonheur que les effluves de celui-ci apportait à son âme, son cœur. Il se sentait délicieusement bien, à sa place, terriblement dépendant de cette drogue innocente qui avait tant manqué à son bonheur. Il avait appris à s’en passer, la remplaçant par des substances beaucoup moins douces, plus addictives et dangereuses. Il avait même développé une addiction pour celles-ci, mais leur manque ne se faisait pas sentir à cet instant. Il oubliait totalement que sa maison était remplie de ces différentes substances, cachées un peu partout. Personne ne venait ici, si ce n’était les membres de son groupe et son manager.

Et ils savaient, quand bien même avaient-ils à de nombreuses reprisés essayer de l’en dégager, en vain. Il en avait besoin. Du moins en avait eu besoin jusqu’alors. Tout ceci lui semblait dénué d’intérêt à cet instant. Toute son attention était portée sur cette femme dont l’odeur envahissait son âme, faisant remonter tout un tas de souvenirs merveilleux qui rendaient son cœur fou. Il inspira profondément en murmurant son prénom, ses bras enlaçant plus fermement ce corps si fin contre le sien. Il laissa ses lèvres parcourir sa nuque, la naissance de son omoplate avec une douceur infinie. Il la couvrait de cette douceur qui lui avait tant manqué, la sentir contre lui, à sa portée : c’était si merveilleux. Il laissait son nez frôler sa peau chaude et dénudée de son dos. Elle portait un bustier qui mettait ses fines épaules en avant, si douces et à sa merci. Il en profitait donc avec bonheur, agissant de façon sensuelle avec elle. Il laissa sa bouche, glisser contre la naissance de sa colonne vertébrale pour y déposer une multitude de baisers, partir à la conquête de l’autre côté de sa nuque. Il la couvrait de baisers, ne retenait nullement ce besoin insatiable de le faire.

Il desserra son étreinte autour de ses hanches pour venir déposer ses mains sur ses épaules, glissé au creux de ses bras dans des mouvements très doux et amoureux. Son visage s’était de nouveau engouffrer contre sa nuque, profitant de la soumission de celle qu’il aimait pour se nourrir de sa présence, sa chaleur, le bonheur qu’elle provoquait en lui. Il caressait sa nuque du bout de son nez dans de douces étreintes amoureuses et emplies d’affection. « Tu m’as tant manqué, Amelia… » Souffla-t-il dans une voix éteinte par l’émotion. Il laissa ses pouces caresser ses bras dans une action tendre et envoutée. « Je me sens si bien contre toi. Pourquoi ne suis-je pas venu te chercher plus tôt… Si tu savais comme je m’en veux. » Il ne pouvait s’empêcher d’exprimer ses regrets. Il savait bien qu’il ne pouvait pas revenir en arrière, mais la sentir contre lui, semblait si irréel. Il avait l’impression d’être dans un de ces rêves où il revivait son bonheur avec elle. Il laissa son nez glisser contre les traits de son visage pour les dévorer de doux baisers. « Veux-tu boire quelque chose ? Tu peux faire comme chez toi. C’est ce que je désire, au fond de moi. Que cela puisse devenir l’endroit où tu te sentiras à ta place. Ton refuge. » Sur ces mots, il laissa ses lèvres embrasser sa joue avant de venir s’éloigner d’elle pour lui laisser la possibilité de découvrir les lieux, si elle le souhaitait. Il voulait qu’en se sente libre et chez elle. Pour sa part, il se contentait de l’observer, la contempler avec douceur et amour. Son cœur s’enivrait de cette vision, la marquant au fer vif dans ses prunelles. Il ne voulait pas oublier que c’était la réalité. C’était juste si perturbant et merveilleux.
TENUE & LIVE
(c) fiche:WILD BIRD & Chocolate cookie & edite blast


Dernière édition par Nathan Turner le Dim 15 Fév - 10:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (hot) I hadn't planned that... Partie 2 | PV Amélia Cooper Sam 14 Fév - 19:56




     

   
I hadn't planned that... ♥
similis sensus exstitit amoris, si aliquem nacti sumus cuius cum moribus et natura congruamus, quod in eo quasi lumen aliquod probitatis et virtutis perspicere videamur. Quapropter a natura mihi
 


Amelia aurait été incapable de refuser cette invitation. Tant pour elle, elle avait besoin de le voir, d'entendre sa voix, de réaliser que cette rencontre était bien réelle... que tant pour lui. Elle savait qu'il ressentait ce même besoin, qu'il partageait la même angoisse qu'elle, de se réveiller et de s'apercevoir que tout cela n'était qu'un rêve... Elle n'avait pas envie de s'imposer une telle interdiction et pire encore, elle ne voulait pas lui imposer ce qu'elle-même ne voulait pas vivre.

Et à cet instant, elle n'aurait regretté ce choix pour rien au monde, malgré la difficulté que cela avait été de se montrer discret en quittant l'hôtel... face à l'étreinte de Nathan, peu de chose aurait fait le poids. Elle pouvait sentir son torse contre son dos, la réchauffant doucement... Réfugiée contre lui, son coeur battait douloureusement tant il lui avait manqué. Ses bras étaient sa maison, son parfum la douce des senteurs. Elle accompagna se mouvement tellement bienvenu, le rejoignant, posant ses mains contre les siennes sur son ventre, les caressant lentement. Elle les redécouvraient du bout des doigts, ces mains dont il prenait si soin, capable de jouer de merveilleux morceaux contre une guitare. Mais il y avait une autre mélodie qu'elle préférait, celle de ses doigts contre son corps, si doux, toujours si attentifs...
Le simple murmure de son prénom suffisait à faire frémir chaque parcelle de sa peau. Elle c'était un instant trouvée trop habillée, vêtue d'une robe trop sophistiquée tandis qu'elle montait dans la voiture... Mais finalement, cette tenue n'était pas si mal ; la serrant contre lui, Nathan avait accès à ses épaules, sa nuque ... Son coeur attendait ses baisers, son souffle contre sa peau lui fit retenir l’air dans ses poumons dans l'attente inexorable de son contact.

La jeune femme pencha sa tête sur le côté, dégageant sa nuque, lui offrant une zone de peau. En douceur, il frôla son sa peau. Elle éprouvait pour lui une attirance magnétique, c'était pour elle l'envie la plus naturelle du monde que de se laissait aller aux bien êtres que seul Nathan savait lui procurer. Son nez la frôla, doux frisson sensible contre le haut de son dos. En sentant ses lèvres venir rencontrer sa chair, Amelia ferma ses yeux, laissant échapper un tendre soupire de bien être sous ses baisers qu'il déposait, léger comme des papillons, avec soif et avec une grande sensualité. C'était entièrement lui, elle le retrouvait, enivrée en une seconde par ses baisers. Son coeur palpitait de bonheur.  

Ses bras remontèrent pour entourer ses épaules et elle suivit son mouvement, levant sa main pour venir rejoindre le bras opposé de Nathan, le caressant doucement à travers le vêtement. Elle devinait son émotion, elle même avait la gorge presque nouée. C'était si surprenant, tellement inespéré et pourtant, elle respirait enfin, comme si elle n'avait attendu que cela pour se sentir à nouveau vivante après toute ses années.
Nathan cacha son visage contre sa nuque et elle l'y laissa s'y réfugier. Elle souhaitait le protéger de toutes les douleurs de ces dernières années, le couvrir de douceur, de baisers, des heures entières, tout la nuit et la journée suivante, et la nuit d'après encore, encore et encore, inlassablement, jusqu'à effacer ce manque dont elle réalisait la force. La voix nouée, il le lui avoua. Elle mordit sa lèvre, remontant sa main jusque sa nuque pour pouvoir la caresser, de petits gestes lents, remontant ses doigts entre ses cheveux.

Il se sentait si bien contre elle... Il regrettait de ne pas être venue la chercher plus tôt, il s'en voulait. Plus qu'il ne l'avouait c'était sûr. Elle referma ses doigts contre sa nuque, un peu plus fort, le coeur serrer. Elle n'aimait pas cela, cette erreur, leur stupidité, elle aurait voulu remonter le temps. Mais c'était sûr que c'était une erreur partagée, elle non plus n'avait pas fait demi tour.. Elle ne voulait pas que Nathan en porte le poids seul, c'était bien trop lourd.
Se rapprochant encore un peu, Nathan vient déposer des baisers conte sa joue. C’était ainsi qu'elle l'aimait, tendre et amoureux, l'amant parfait. Attentionné, il lui demandant si elle voulait boire quelque chose. Elle pouvait faire comme chez elle ici. Il voulait qu'elle puisse s'y sentira à sa place, que ce soit son refuge... C'était ce qu'il désirait au fond de lui. L'émotion noua la gorge d'Amelia. Quand il s'exprimât, Nathan trouvait parfois des mots si beau... Elle aurait menti si elle avait prétendu ne pas être un peu apeurée à cette idée, hantée par les souvenirs des mois seule passé à l'appartement sans lui, son appartement... Mais ce soir ce doute n'avait pas sa place. L'intention et le désir de Nathan la touchait et elle espérait qu'ils viendraient ensemble à bout de leurs peurs.

Si l'idée et la proposition était plaisante, la femme ne s'éloigna pas pour autant de lui. Au contraire, elle tourna doucement sur ses talons pour lui faire face. A son tour, elle s'approcha de lui comme il l'avait fait, venant joindre sa poitrine à son torse, revenant contre lui en douceur. Elle lui sourit, levant sa main pour caresser son visage. Elle caressait ses traits avec émerveillement, le coeur rempli de millions de papillons. "Ni pense plus Nathan, ne pense plus à ce qu'on aurait dû faire, nous avons été idiots, tout les deux..." Elle embrassa ses lèvres, lentement. "Ne pense qu'à ça d'accord, je suis là, promis." C'était réel, ils devaient se concentrer là dessus. Elle fit glisser ses doigts contre sa nuque, les joignant doucement pour venir les enlacer. Elle se délectait de son parfum, du goût de sa peau, incapable de s'en éloigner elle revient l'embrasser, laissant sa langue s'imiter entre ses lèvres. Elle l'embrassa longuement, intensément, comme pour l'assurer qu'elle n'était pas un fantasme irréel.

Finalement, elle se résolue à reculer légèrement, sans détacher son regard du sien. " Ta maison semble jolie et grande, et j'adorerais pouvoir réaliser ton souhait bientôt mais pour l'heure... c'est de toi dont j'ai besoin.". Elle lui sourit et rit doucement. "Et je crois que toi aussi tu en as besoin, pourquoi tu ne me montrerais pas ton refuge plus tard ? Tu dois bien avoir un canapé ici !" Délaçant ses doigts de sa nuque, elle lui offrit un beau sourire, venant attraper entre ses doigts une des mains du chanteur autour de ses hanches. Elle la tira légèrement avec entrain. " Je te laisse choisir une pièce confortable, j'avance et tu me dis si je chauffe ou si je refroidis, ok ?" Avancer était un grand mot, incapable de lui tourner le dos, elle recula vers la première pièce à laquelle elle avait accès, amenant Nathan avec elle. Ne cherchant nullement à se contenir elle en profita pour laisser ses lèvres se joindre aux siennes une nouvelle fois.


TENUE

(c) fiche:WILD BIRD & Chocolate cookie & edite blast
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (hot) I hadn't planned that... Partie 2 | PV Amélia Cooper Sam 14 Fév - 20:00




     

   
I hadn't planned that... ♥
similis sensus exstitit amoris, si aliquem nacti sumus cuius cum moribus et natura congruamus, quod in eo quasi lumen aliquod probitatis et virtutis perspicere videamur. Quapropter a natura mihi
 


Cette scène, il en avait rêvé d'innombrables fois. Elle lui semblait si irréelle qu'il avait du mal à y croire. Cela semblait tout droit sorti d'un de ses songes. La beauté d'Amelia était toujours envoutante. Elle lui semblait bien plus belle que par le passé. Elle le faisait fondre comme neige au soleil. Son coeur n'était plus qu'une bombe prête à exposer. Le bonheur qui s'immisçait dans ses entrailles, ses veines, le moindre de ses muscles rendait cet instant d'autant plus merveilleux. Aucun concert, aucun mouvement d'ola de foule ne pouvait avoir le même effet qu'elle à cet instant. Elle était un véritable objet de contemplation, telle une oeuvre d'art dont il ne pourrait jamais se lasser d'observer les traits. Il la dévorait donc du regard, savourant les formes féminines de celle qu'il avait tant chérie durant toutes ses années, se nourrissant de son souvenir pour tenter de pallier à la solitude de son âme. Elles avaient pris en perfection, devenues plus féminines que par le passé. Il ne pouvait que s'en enivrer, savourer la sensualité et la magnificence de ses gestes. Elle se trouvait toute aussi émue qu'il ne l'était. Ses prunelles brillaient alors qu'elle venait lui faire face. Elle s'approcha de nouveau de lui, laissant sa douce poitrine rencontrer son torse en douceur et toute sensualité. Nathan se perdait dans ses prunelles, l'expression de ce visage qui lui avait tant manqué, qu'il avait tant de plaisir de trouver si près du sien.

Il savoura le contact des phalanges de la désormais actrice contre son visage, les traits de sa mâchoire. Avec la même douceur et le même émoi dont il était victime, elle l'observait avec émerveillement, lui susurrant de ne plus penser à ce qu'il venait de dire, ce qu'ils auraient dû faire. Ils avaient été idiots. De véritables têtes de mules, bornées et bien trop blessées par ce manque de communication qui les avait éloignés l'un de l'autre. Il savoura le contact doux de ses commissures contre les siennes, contre lesquelles elle la priait de ne penser qu'à cela, qu'elle se trouvait là. Elle le lui promettait. Des mots si doux qui ne purent que gonfler son coeur alors qu'il sentait les fines menottes de sa tendre Amelia glisser sur ses épaules pour venir les enlacer autour de sa nuque. Il pouvait s'enivrer de son odeur, sentant les effluves de son parfum titillait ses narines, le charmer par la même occasion. Il lui était entièrement soumis, trouvant cette femme si belle, si merveilleuse. Son coeur battait vivement dans sa poitrine. Il était tel un fou, prenant à peine conscience qu'il avait retrouvé cet être qu'il lui avait tant manqué. Les yeux clos, il se laissa embrasser de nouveau, ses bras glissant autour des hanches d'Amelia pour la coller à lui, sentir son échine frêle, mais si sensuelle se mouvoir contre la sienne. Il savoura ce baiser sensuel et intense, venant y répondre avec intérêt. La chaleur, leur contact, leur goût, tout ceci envoutait le chanteur qui ne songeait plus à rien, si ce n'est à la douceur de ce corps si parfait qu'il redécouvrait de nouveau avec une émotion si profonde.

Il laissa les commissures de sa tendre Amelia s'éloigner des siennes pour reprendre son souffle, son regard tremblant retrouver celui si tendre de la jeune femme. Elle lui souffla que sa maison lui semblait grande et jolie et qu'elle adorerait pouvoir réaliser son souhait bientôt, mais pour l'heure, c'était de lui dont elle avait besoin. Elle lui souriait et riait à la suite de ses paroles. Il la trouvait si magnifique, si envoutante avec cette expression. Sa propre expression se fit plus douce, moins stressée, plus sereine. Elle prenait une expression plus coquine alors qu'elle lui soufflait qu'elle pensait également qu'il en avait besoin. Pourquoi ne lui montrerait-il pas son refuge plus tard. Il devait bien avoir un canapé ici. Elle vint lui offrir un très beau sourire alors qu'il venait lui rendre. Elle vint attraper entre ses doigts l'une de ses mains pour le tirer légèrement à l'intérieur de l'appartement. Elle lui laissait choisir une pièce confortable. Elle avançait donc et il lui disait si elle chauffait ou refroidissait. Il vint rire tendrement, attendri par cette expression si naturel qu'elle lui offrait. Il ne put que répondre positivement à son baiser, laissant ses pas avancer avec ceux de sa tendre Amélia, les lèvres scellaient aux siennes. Il se sentait si bien contre elle qu'il en oublierait presque tout le passé sombre qu'ils avaient traversé l'un sans l'autre. Il la retrouvait telle qu'il l'avait connu et indirectement cela réchauffait son coeur, l'embaumant d'un bonheur incommensurable. Il la guida dans le couloir qui les mena dans une embouchure où il vint l'inviter à se diriger vers le salon où il vint se laisser choir sur le canapé.

Il rompit ce baiser, lui offrant un doux sourire alors qu'il venait l'attirer vers lui pour qu'elle s'assoie sur ses cuisses. Il laissait sa main libre dégager le visage d'Amelia, ses prunelles l'observant avec tant de douceur. « Tu es encore plus belle que par le passé. J'ai l'impression que mon coeur va imploser tant il bat si fort dans ma poitrine. » Il caressa sa nuque avec douceur alors qu'il venait s'emparer de nouveau de ses commissures avec sensualité. « Je t'aime tellement Amélia. » Il laissa ses lèvres glisser sur sa nuque, embrassant tendrement et émotion cette peau délicate qu'il adorait tant sentir sous la sienne. Il s'enivrant de son odeur alors que sa menotte qui s'était glissée contre la cuisse de la jeune femme remontait cette dernière dans de douces étreintes. « Je ne veux plus jamais te voir partir. Je te veux. » Il la désirait si cruellement, si profondément. Elle était tout pour lui. Elle était l'autre partie de son coeur qui lui avait tant manqué au cours de ces années.

(c) fiche:WILD BIRD & Chocolate cookie & edite blast
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (hot) I hadn't planned that... Partie 2 | PV Amélia Cooper Dim 15 Fév - 1:13




     

   
I hadn't planned that... ♥
similis sensus exstitit amoris, si aliquem nacti sumus cuius cum moribus et natura congruamus, quod in eo quasi lumen aliquod probitatis et virtutis perspicere videamur. Quapropter a natura mihi
 


Souriante, l'attirent vers elle, Amelia semblait inviter Nathan vers un doux jeu, celui de leur trouver une place convenable dans sa maison. Et pourtant, la jeune actrice était à des années-lumière de considérer ce moment comme un jeu. Il était tout ce qu'il y a de plus sérieux, son âme l'avait espéré prié et attendu depuis bien trop longtemps pour tout gâcher. Mais elle ne pouvait laisser le nuage sombre du passer prendre le dessus sur leur soirée. Car oui, c'était la leur, à eux deux et rien ni personne ne pourrait leur voler leurs retrouvailles. Elle lui souriait, visant une seule chose : envouter Nathan, le faire sourire, lui apporter le soulagement qu'elle était empressée de ressentir. Elle voulait se laisser engloutir par les vagues de sentiments qui battaient dans sa poitrine.

Elle aimait cet homme, comme une folle, au-delà de la raison. Elle humait son parfum à chaque baiser. Le goût de la cigarette s'évaporait du corps de Nathan pour ne laisser que lui. Un souvenir qui l'avait hanté chaque nuit d'insomnie. Pas un seul autre homme n'avait su occuper ses pensées lors de ses soirées de solitude. Il avait laissé un trou dans sa poitrine en partant, en disparaissant à sa vie et elle voulait l'emplir, tout entier, avec impatience, une soif terrible qui attendait depuis trop longtemps. Mais elle essayait de se contenir, de refréner cette envie. Ce moment était unique, précieux. Innéspéré et pourtant... Nathan, son Nathan et bien là. Il la couvrait de son regard bleu si profond, son souffle chaud caressait sa peau. Elle pouvait lire au fond de ses yeux la douleur qui l'avait rongé tout ce temps et elle la comprenait, si fort... Elle n'avait pas de mots pour expliquer combien elle aurait voulu le dégager de cette peine, combien elle voulait se rapprocher de lui pour lui faire oublier tout cela. Pour cela, elle ne connaissait qu'une seule façon, qui était de loin la meilleure d'entre toutes...
Il était comme elle l'avait toujours connu, entier, sensible et délicat, bien loin de ses hommes dénués de respect qu'elle détestait ardemment. Tremblante, elle l'embrassa. Il l'aurait suivi au bout du monde à cet instant, elle le savait. Et il n'y avait rien de mal à cela tant la réciproque était vrai. Ses lèvres venaient trouver les siennes, goutant sa langue avec gourmandise, les rejoignant, parfois délicatement, laissant à d'autres moments une envie plus sauvage, plus impatiente l'emporter. Elle était sienne autant qu'il était sien.

À reculons, Nathan la guida vers un salon où il s'installa sur un canapé. Naturellement, elle joint son mouvement, glissant sur ses genoux pour venir l'embrasser à nouveau. Être contre lui à nouveau était si bon, si simple et pourtant son coeur brûlait de bonheur, battant follement. Une sensation qu'elle n'avait plus ressentie depuis ses nuits d'amour avec lui, seuls tout les deux dans un petit appartement, loin de tout le luxe qui les entourait à présent.

Amelia recula quand Nathan rompit ce baiser, le laissant l'observer. Elle sourit, flattée sous son regard, heureuse de pouvoir le laisser profiter de cette vision qui avait dû tant lui manquer. Elle n'était pas en reste, observant les traits de l'élu de son coeur. Son regard avait un peu changé, mais elle l'aurait reconnu entre mille. Quelques rides d'expressions avaient faire leur apparition, elle les aimait bien. Ce visage qui avait gagné en maturité, laissant  derrière le jeune adolescent qu'il avait été avec elle et pourtant l'amour dans ses yeux restait le même. Elle leva doucement sa main pour dessiner cette mâchoire devenue plus masculine. Il la sortit de sa torpeur alors qu'il murmura qu'elle était encore plus belle que par le passé. Il avait l'impression que son coeur allait exploser.
La jeune femme plongea à nouveau son regard dans le sien, se laissant aller à la douceur de ses doigts  contre son visage. Elle aussi avait changé, elle le savait. Elle repoussa sa question, son inquiétude, essayant de l'ignorer même si elle ne pouvait la fuir que quelques minutes de plus. Il la trouvait plus belle, mais une fois cette robe tombée, il ne pourrait que voir les cicatrices apparues contre son flanc droit. Elle n'avait pas vraiment peur qu'il fui, elle avait appris à vivre avec, plus d'un homme les avaient vus sans pour autant se résigner. Mais elle savait que cela risquer de le troubler. Et elle n'était pas prête à avouer ce qui avait causé cela.

La main de Nathan glissa dans sa nuque et elle vient l'embrasser à nouveau, cherchant son réconfort. Il l'aimait tellement. Elle glissa sa main dans la nuque de son amant, la caressant tendrement, enlaçant son visage de son autre main. Elle suivit son mouvement tandis que ses lèvres glissaient dans sa nuque, comme une douce danse qu'ils connaissaient d'instint, se redressant légèrement au dessus de lui pour lui offrir plus facilement accès à sa nuque... et surtout à sa gorge, si simplement dévoilée. Les yeux clos, la femme avait repoussé ses questions, ses craintes, les niant avec force. Les lèvres de Nathan couraient contre sa peau, si délicatement, douce caresse débordant de sensualité qui la faisait frémir. À son tour, elle lui murmura « Je t'aime aussi Nathan... Ne t'arrête pas s'il te plaît. » Elle se laissait enivrer, sous le charme de cet homme contre lequel elle s'était tant de fois serrée la nuit. Un frisson coquin parcouru son échine quand la main de Nathan glissant contre sa cuisse dénudée. C'était si simple avec lui, chaque de ses gestes dégagés un érotisme particulier. Elle se sentait déjà brûlante de désir, elle devait lutter de toutes ses forces pour ne pas glisser ses cuisses de chaque côté de siennes pour sentir une pression terriblement tentante contre son intimité.

Nathan la désirait également, elle le savait. Elle essayait de ne pas le presser de prendre ce temps qui leur avait tant manqué. Il ne voulait plus jamais la voir partir. Il la voulait. Des mots séduisants, qui éveillaient en elle une soif de sa personne, une envie de le dévorer, de se laisser entièrement faire sous ses doigts, un dilemme qu'elle ne pouvait résoudre tant les deux scénarios lui semblaient délicieux.
Elle céda à son envie, glissant ses jambes de chaque côté de Nathan, s'asseyant face à lui. Elle prit son visage entre ses doigts. « Je ne pars plus, c'est juré Nathan. Je t'aime tant, je mourrais de te quitter à nouveau. » Elle l'embrassa, s'emparant de ses lèvres, laissant sa langue caresser la sienne sensuellement. Ses doigts glissèrent depuis sa nuque pour déboutonner la chemise de Nathan. Ses doigts tremblaient d'impatience, mais elle essayer de rester méthodique, pour ne pas perdre de temps. Elle fit glisser sa chemise en même temps que sa veste, dégageant ses épaules. Elle se recula légèrement pour observer cette vue, sourire aux lèvres avant de venir l'embrasser dans le cou à son tour « Tu es devenue plus virile encore Nathan... je suis vraiment fière de pouvoir être celle que tu aimes, tu le sais ? » Elle caressa délicatement le haut de son torse. Elle remonta vers son oreille pour lui murmurer tendrement « Si tu me veux... rien ne te retiens Nathan, je n'attends que ça. » Cela faisait même trop de temps qu'elle attendait.



TENUE

(c) fiche:WILD BIRD & Chocolate cookie & edite blast
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (hot) I hadn't planned that... Partie 2 | PV Amélia Cooper Dim 15 Fév - 10:37




     

   
I hadn't planned that... ♥
similis sensus exstitit amoris, si aliquem nacti sumus cuius cum moribus et natura congruamus, quod in eo quasi lumen aliquod probitatis et virtutis perspicere videamur. Quapropter a natura mihi
 


La peau d'Amelia se trouvait toujours aussi douce et délicate comme par le passé. Du bout de ses doigts, il frôlait cette peau de pêche, savourant sa texture qui éveillait ses sens. Malgré la douceur de ses gestes, il n'y avait aucun doute sur ses intentions. Prétendre le contraire serait un épouvantable mensonge. Il avait envie d'elle, avait besoin de la retrouver ainsi après toutes les émotions qu'il avait ressenties au cours de cette soirée. Elles avaient été si vives, si déroutantes et pourtant si nécessaires. Il savourait cet instant de répit, cette occasion unique de retrouver celle qu'il avait laissée l'échapper durant tant d'années. Il avait été lâche, sans doute sot et orgueilleux, mais ses sentiments à son attention n'avaient nullement changé. Il était toujours profondément attaché à elle et toute son âme désirait rencontrer, découvrir la femme qu'elle était devenue. Son coeur était une bombe à retardement, prêt à exploser à tout instant. Elle avait un tel pouvoir sur lui, sur son coeur, son esprit et sa chair. Elle était bien plus vivifiante que n'importe quelle drogue qu'il infiltrait dans son être depuis des années. À cet instant, cette réalité n'effleurait nullement son esprit, qui était enivré par la présence merveilleuse de ce corps si fin contre lui.

Il laissait sa main glisser sur sa cuisse, remontant délicatement le voile de cette robe sophistiquée qui lui allait à ravir. Elle était magnifique et le regard qu'elle lui tendait était un merveilleux objet de contemplation. Le regard tremblant, fébrile et heureux d'être enfin à elle, du moins de nouveau, il laissait son inclinaison se transparaitre sur son visage. Elle était si belle lorsqu'elle souriait de cette façon. Ses prunelles sombres pétillaient de bonheur, lui offrant un spectacle merveilleux à contempler. Les années l'avaient d'autant plus embellie. Ce n'était plus la jeune femme qu'il avait connu, découvert à la fleur de l'âge, mais bel et bien une femme aux formes somptueuses dont il avait tant le désir de retrouver le contact. Ses commissures étaient venues rechercher les siennes, se mêlant avec douceur avec elles. Sa main posée contre la nuque d'Amelia, il sentit celle de la jeune femme en faire tout autant, caressant ses traits avec cette douceur qu'il lui avait toujours connue. Dire qu'il s'était privé de ce contact, de ce bonheur durant tant d'années. Il désirait tellement s'enflammer de nouveau à ses côtés, sentir son âme s'évader avec elle, découvrir de nouveau ses monts merveilleux qui les conduiraient jusqu'au paradis terrestre. Il dévorait donc sa nuque de baisers, ses lèvres parcourant cette peau si délicate et délicieuse qui se présentait sous ses yeux.

Il sentait Amélia réceptive, sa peau frémissant sous la texture de ses touchers, de ses caresses. Il se montrait doux et sensuel avec elle, voulant la traiter comme une princesse ou plutôt comme une reine. Elle lui souffla à son tour qu'elle l'aimait, le priant de ne point s'arrêter. Sa voix était si envoutante, il n'avait nulle envie de résister à cette ambition, bien au contraire. Il laissait sa main glisser avec tendresse, savourant le peu de contact qu'il pouvait avoir dans cette position, lui avouant son désir. Il n'avait nulle honte, ne l'avait jamais été avec elle à ce sujet tant il s'était toujours senti à sa place à ses côtés. Il savait que la situation avait changé, mais il désirait s'ouvrir de nouveau à elle, lui offrir l'opportunité de retrouver cette complicité qu'ils avaient tant eue par le passé. Il voulait qu'elle devienne de nouveau celle qu'il avait connue et tant aimé, désiré, comme l'unique femme à pouvoir emplir son âme d'un bonheur incommensurable avant qu'il ne se laisse dévorer par sa passion. Cela ne serait pas facile, mais il la sentait céder à son propre dessein, ses jambes glissant autour de ses jambes. Elle s'assaillit en face de lui, attrapant son visage entre ses doigts avec une sensualité qui l'émouvait. Elle lui murmura qu'elle ne partait plus, elle lui promettait. Elle l'aimait tant qu'elle mourrait si elle devait le quitter à nouveau.

Le coeur de Nathan s'ébranlait à cette pensée, son coeur se gonflant profondément dans sa poitrine. Il se laissa de nouveau embrasser, ses commissures retrouvèrent le contact voluptueux de celle de sa belle, ainsi que de cette délicieuse langue qui était venue s'emparer de la sienne. Il savourait ce baiser, y répondait favorablement alors qu'il glissait ses délicates phalanges contre l'arrière des cuisses de l'actrice. Elles remontaient cette peau, savourant le toucher des doigts de son amante contre sa nuque, sa clavicule pour déboutonner sa chemise. Il la sentait tremblante, ses phalanges étant sujettes à des frémissements à ses passages sur sa peau. Cela le touchait, l'émouvait profondément comme ce jour où il était venu s'emparer de son innocence. Il s'en était senti si ravi, si bouleversé également, bien plus encore qu'il ne l'était à ce jour. Elle finit par lui retirer complètement sa chemise et sa veste, dégageant son torse de tout vêtement avant de s'éloigner de lui légèrement. Le sourire qu'elle lui tendait la rendait si belle, si envoutante. Il en demeurait bouche bée, son coeur tremblant dans sa poitrine, quand bien même tout son être savourait ce contact. Il ne put que profiter du contact des lèvres d'Amelia contre sa nuque, du ton si doux et sensuel de sa voix près de son oreille, le toucher délicat de ses doigts sur son torse. Il était devenu plus viril à ses yeux tant et si bien qu'elle était vraiment fière de pouvoir être celle qu'il aimait.

Des paroles si délicieuses qui ne pouvaient que le toucher, le tenter également. La suite de son aveu ne put que le troubler d'autant plus. Elle lui demandait de ne pas se retenir, que s'il la désirait, il devait se laisser aller, car elle n'attendait que cela. Comment résister à une telle proposition, soufflait si tendrement au creux de son oreille ? Il en était bien incapable alors qu'il laissait ses phalanges remonter le long de ses cuisses pour rejoindre les formes rondes, mais fines de sa belle. Il caressa cette partie avec sensualité alors qu'il venait retrouver de nouveau sa nuque. Que répondre à une telle invitation ? Avait-elle besoin d'avoir une réponse alors qu'il était évident qu'il avait envie d'elle. Il laissa le bout de ses doigts remonter d'autant plus le tissu de sa robe pour frôler la peau de ses reins au-dessus du tissu de son sous-vêtement, mais sous la mousseline de sa robe. Elle était si belle, sentait si merveilleusement bon. Il s'enivrait de son odeur, ses lèvres ayant rejoins sa nuque pour les baigner de baisers, la dévorait avec sensualité. Ses baisers et actions se trouvaient sensuels, réalisant des mouvements circulaires sur sa peau. Il oscillait entre ses reins et ses fesses, frôlant ses hanches alors qu'il déposait mil et un baisers sur la nuque, la clavicule d'Amelia. Ses lèvres avides de contact glissaient contre sa peau de pêche en suivant la ligne qui descendait vers le creux de sa poitrine, soigneusement caché par ce bustier qu'il avait hâte de découvrir, dévorer de ses lèvres. Ce qu'il ne comptait pas se gêner, ses lèvres frôlant la courbe de ses seins ronds. Il était si bon de pouvoir la toucher ainsi de nouveau, son coeur et son corps s'impatienter de la retrouver, mais désirait tant profiter de ces préliminaires.
(c) fiche:WILD BIRD & Chocolate cookie & edite blast
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (hot) I hadn't planned that... Partie 2 | PV Amélia Cooper Mer 18 Fév - 23:07




     

   
I hadn't planned that... ♥
similis sensus exstitit amoris, si aliquem nacti sumus cuius cum moribus et natura congruamus, quod in eo quasi lumen aliquod probitatis et virtutis perspicere videamur. Quapropter a natura mihi
 


Nathan était son tout, son monde, la seule personne dont elle avait besoin pour vivre. Elle s'en sentait dépendante, perdait le nord au touché de sa peau. Ses lèvres y goûtaient, avidement, tentant vainement de faire preuve de retenue sans vraiment y parvenir. Elle l'embrassait comme si sa vie ne tenait plus qu'à cela, au toucher de son corps, comme si cela pouvait effacer toutes les années tenues loin séparée de lui. Ses lèvres revenaient à lui, comme un aimant, laissant son coeur battre comme un fou, s'affoler. Elle inspirait son odeur, se sentait bien plus vivante que durant les années qui avaient suivi son départ.
Amelia aimait la douceur des gestes de Nathan, sachant parfaitement ce qu'il retenait en lui. Il savait être l'incarnation de ce magnifique contraste, la désirer plus que n'importe qui d'autre au monde, l'avoir attendu et espérer tout ce temps autant qu'elle l'avait fait et savoir pourtant prendre son temps. Elle s'inspirait de ces gestes, suivant ces mouvements doux, savourant la caresse de ses doigts sur sa peau, plus attentive que jamais. Elle restait sensible à son souffle contre sa peau, à chaque mouvement qui l'effleurait comme la première fois où il l'avait embrassé. Peut-être avait-elle lu trop de livres romantiques, mais elle lui avait donné son cœur à ce premier baiser et il était resté le seul à en détenir les clés. Sa présence seule pouvoir raviver les couleurs du monde autour d'elle.

Avec lui, elle était en terrain allié. Les craintes et les angoissent restaient derrière. Am' n'avait besoin que d'un regard ou un soupire de Nathan pour sentir son émotion, savoir combien il appréciait ses gestes. Elle ne comptait pas s'arrêter, le coeur gonfler, prêt à exploser, elle voulait ressentir sa proximité. Sa présence contre elle n'était jamais de trop.
Elle sourit, devinant le trouble que sa dernière phrase avait dû éveiller en lui. Non il ne refuserait pas une telle offre, il était là, avec elle et ils partageaient cette ivresse qui montaient un peu plus en eux, à chaque baiser, à chaque soupire, à chaque caresse. Les doigts de Nathan ne se firent pas prier deux fois, remontant le long de ses cuisses, gagnant du terrain, venant visiter des lieux qu'ils avaient abandonnés trop longtemps. Incapable d'y être insensible, Amelia sentit un picotement de désir dans le creux de reins alors qu'elle sentait ses doigts s'infiltrer entre les deux épaisseurs de vêtement qu'elle portait, glissant au travers de la petite nuisette simple qui lui faisait encore barrage.
Elle voulait provoquer son avidité, s'offrant à ces caresses. Elle éviter soigneusement de trop penser, elle essayait de ne pas noter à quelle distance les doigts de Nathan était des marques qui témoignaient de certaines étapes de sa vie. Avec le vêtement en intermédiaire, elle doutait qu'il puise les sentir, sans elle savait qu'il sentirait les petites rainures qui bombaient sa peau à un endroit qu'il avait connu lisse. Elle craignait qu'il ne s'arrête à ce moment-là. Et elle avait plus que tout besoin qu'il n'en fasse rien qu'il poursuive ses baisers et ses caresses.

Son corps se réchauffait alors qu'il lui offrait ce toucher de ces doigts contre ses hanches, épousant ses formes avec tant de perfection. Pour lui faciliter la tâche, Amelia sépara un peu son corps du sien, remontant ses hanches, lui laissant la possibilité de faire remonter un peu plus le tissu au-dessus de ses reins. Naturellement, elle courba son dos sous ses caresses, basculant sa tête en arrière pour s'offrir à ses baisers. Des frissons doux et chauds l'envahissaient alors que son souffle s'accélérait. La femme soupire de plaisir alors que ses lèvres embrassaient la peau de son cou. Elle se sentait si belle sous ses doigts, femme sensuelle qu'il éveillait, lui donnait envie de lui faire part du moins de ses frissons délicieux qu'il créait en elle. Il descendait le long de sa gorge et Amelia laissant ses doigts se pendre sur son torse, descendant doucement vers le creux de ses reins puis l'effleurer d'une caresse légère. Nathan frémissait à ces touchés, à fleur de peau tout comme elle.

L'envie de se débarrasser tout deux de tout vêtement la taquinait, mais elle laissait les choses avancer lentement, sachant combien cette douce torture valait le coup d'être vécue. Seul lui pouvait lui apporter ce bien-être promis. Elle se pencha vers lui laissant ses cheveux effleurer le torse masculin alors qu'elle venait à son tour se délecter du contact de sa peau,, s'enivrant de son parfum. Près de son oreille soupira alors que les doigts de Nathan parcourant ses hanches goutaient à nouveau à ses formes.

Les lèvres de Nathan descendirent, coquines et sensuelles, vers son décolleté. Amelia ne put que se ravir de cette attention, sentant monter en elle un rien d'impatience à l'idée de le sentir venir faire sa poitrine sienne à nouveau. Une partie d'elle à qui le temps avait fait cadeau de quelques rondeurs supplémentaire et qu'elle voulait lui faire partager. Amelia glissa sur les jambes de son amant, venant rapprocher un peu plus ses hanches des siennes. Avec lenteur, elle vient embrasser ses lèvres, taquinant sa langue avec plaisir.
Elle désirait réveiller son appétit plus encore. Ses lèvres se séparèrent un instant de Sienne, alors qu'elle venait plonger son regard dans le sien pour capter son attention. Elle lui sourit doucement et glissa sa main dans son dos pour trouver la fermeture de sa robe, laissant les mains de Nathan où elles étaient si bien. D'un geste lascif et sensuel, elle fit glisser le haut de sa robe pour révéler à ses yeux sa poitrine. Le rose qui teintait ses joues trahissait le désir qu'elle avait pour lui. Elle sourit un peu plus à son regard, venant caresser sa joue. Du regard, elle l'invita à ne point s'arrêter, elle voulait se laisser aborder outre entière par sa présence.


TENUE

(c) fiche:WILD BIRD & Chocolate cookie & edite blast
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (hot) I hadn't planned that... Partie 2 | PV Amélia Cooper Dim 22 Fév - 16:21




     

   
I hadn't planned that... ♥
similis sensus exstitit amoris, si aliquem nacti sumus cuius cum moribus et natura congruamus, quod in eo quasi lumen aliquod probitatis et virtutis perspicere videamur. Quapropter a natura mihi
 


Il la désirait. Cette évidence ne pouvait que transpirer au travers de ses actions et baisers. Il prenait un plaisir à redécouvrir ses formes, le goût sucré-salé de sa chair comme le doux parfum qui s’en dégageait. Elle lui semblait bien plus belle que le passé, ses formes ayant acquis celles pour devenir une déesse. Elle était la sienne, l’avait toujours demeuré, quand bien même avait-il passé de longues nuits auprès d’autres qu’elles. Aucune ne lui avait apporté la plénitude, ce bonheur qui venait s’immiscer insidieusement dans ses entrailles présentement. Il avait l’impression de revivre, tel un phœnix renaissant de ses cendres. Il sentait son cœur battre vivement dans sa poitrine alors qu’il venait acquiert ce qu’il avait tant eu envie de posséder de nouveau. Elle était somptueuse sous son toucher, si désirable qu’il sentait son désir s’accroitre délicatement, devenir plus gourmand. Pourtant, il patientait face à son appétit, désirant profiter de ses préliminaires pour se délecter du contact charnel entre leurs deux êtres. Cette ambition semblait réciproque, il le sentait dans les souffles et actions d’Amélia. Elle venait frôler son torse, caressait ses traits avec une sensualité qu’il adorait particulièrement.

Il la sentit approcher ses reins plus intimement de son bassin, venant capturer de nouveau ses lèvres dans un baiser résolument doux et sensuel. Il se laissa manier par sa beauté, sa sensualité, venant répondre délicatement à ce baiser qu’elle lui offrait. Il vint mêler sa langue à la sienne, les faisant valser dans une danse envoutante qui ne pouvait que lui plaire. Son cœur battait la chamade dans sa poitrine, sa chair frémissait sous le contact des phalanges de l’actrice. Il la trouvait merveilleuse et elle avait toute son attention à cet instant lorsqu’elle vint s’éloigner de ses lèvres pour plonger son regard dans le sien. Elle était magnifique, il en avait le souffle coupé alors qu’il voyait les menottes de sa déesse glisser dans son propre dos pour venir jouer avec la fermeture de sa robe. Il avait un instant hésité à le faire lui-même, mais ses mains étaient délicieusement bien loties contre ses hanches. Elle le faisait à sa place et la vue qu’elle lui offrait était particulièrement agréable. Il savourait ce défeuillage avec attention, ses prunelles découvrant la peau si ferme et douce de cette poitrine qu’il avait tant pu caresser par le passé.

Les phalanges d’Amélia vinrent frôler sa joue avec délicatesse. Un toucher délicat qui le fit sourire à son tour, le regard brillant d’émerveillement pour cette belle fleur qu’il tenait entre ses doigts. Il pouvait voir les joues de sa délicieuse amante rougir, se teinter de cette couleur qu’il avait tant adorée par le passé. Il laissa donc ses lèvres retrouver de nouveau sa nuque, glissant dans de multiples caresses au cœur de cette peau dévoilée, mise à jour. Il embrassa son sternum, sentant les formes rebondies de ses seins caresser les traits de son visage. Ses mains quant à elles, poursuivaient leurs caresses sur le haut de ses cuisses, ses hanches. Ses commissures vinrent se glisser contre l’un de ses seins, embrassant sa douce chair de la sienne, savourant son goût chaud et plaisant. Il laissa sa langue découvrir de nouveau sa pointe, la sentant réceptive à cette action, le rendant particulièrement gourmand. La robe gênait ses actions. Elle lui semblait encombrante, empêchant la fluidité de ses mouvements. Il émit le désir de la retirer entièrement, laissa ses doigts remonter les hanches, le ventre de sa belle pour répondre à son souhait. C’est à cet instant qu’il sentit des imperfections sur la chair de son amante. Des formes anciennes de plaies, laissant des cicatrices sur le corps de sa belle. Des marques qu’il n’y avait pas eu par le passé. Cela le troubla, l’interrogeait tandis qu’il venait lui retirer ce tissu en rompant ses baisers sur sa poitrine.

Il laissa son regard se porter sur ses marques, les découvrant avec un léger malaise. Elles n’étaient pas naturelles, c’était une évidence. Il se pinça les lèvres, résolument troublé par leurs présences. Il vint remonter ses prunelles vers celles de son amante, laissant le bout de ses doigts frôler ses marques, légèrement craintif à l’idée qu’elles puissent lui faire encore mal. « Que s’est-il passé, Amélia… ? » souffla-t-il en venant porter sa main libre contre ma mâchoire pour la caresser. Il ne voulait pas la brusquer, ni quoi que ce soit, mais il ne pouvait passer à côté de cela. Il sentait son cœur se comprimer dans sa poitrine alors qu’il venait caresser son visage. Que lui était-il arrivé pour être marqué de la sorte, comme si elle avait reçu des éclats de verre ? Indirectement, il avait peur de la réponse, mais voulait la connaitre…
(c) fiche:WILD BIRD & Chocolate cookie & edite blast
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (hot) I hadn't planned that... Partie 2 | PV Amélia Cooper Lun 2 Mar - 23:10




     

   
I hadn't planned that... ♥
similis sensus exstitit amoris, si aliquem nacti sumus cuius cum moribus et natura congruamus, quod in eo quasi lumen aliquod probitatis et virtutis perspicere videamur. Quapropter a natura mihi
 


Nathan n'était pas son homme parfait, non, elle savait que ce n'était pas le bon terme. La notion d'homme parfait comme celle d'homme idéal était basée sur une image, irréelle et perfectionniste où les défauts étaient gommés. C'était un rêve, un objectif impossible à atteindre qui confronté à la réalité ne pouvait trouver de terrain d'entente. L'homme parfait d'Amelia avait disparu de son esprit depuis son adolescence. Cette notion faussée, elle l'abandonné. Elle avait trouvé mieux, bien mieux. Nathan n'était pas parfait, mais il avait tout ce dont elle avait besoin. Jeune femme à l'époque, elle n'avait pas douté de lui quand il était venu à elle. Pas plus qu'elle ne pouvait douter maintenant. C'était la réalité qu'elle préférait.

Sentir son souffle contre sa peau était délicieux. Elle frissonnait à chaque fois que ses doigts l'effleuraient. Ces gestes éveillaient en elle ce désir inassouvi depuis trop longtemps. Un besoin qu'aucun autre que lui n'aurait pu combler. En dépit de toute raison qui aurait dû lui crier qu'ils n'avaient pas assez parlé, que des milliers de non-dits devaient être enfouis encore en eux, malgré le fait qu'elle aurait dû écouter cette voix qui hurlait que peut importe combien elle le voulait à cet instant, les choses ne pouvaient être aussi simple qu'avant... pour une raison simple, si simple... parce qu'ils avaient changés, parce qu'ils s'étaient manqués trop longtemps, comme une personne immobilisée ne pouvait remarcher immédiatement.... parce qu'elle avait changé, corps et âme, sans aucun doute... et que son Nathan se rapprochait dangereusement de cette phase de sa vie qu'elle n'était pas prête à lui révéler, ni maintenant ni en un tel instant...

Aucune raison ne pouvait se faire entendre à cet instant, tant elle avait besoin de ses lèvres sur sa peau. Elle ne pouvait se passer de cela, assoiffée par cette perfection, s'offrant à ses lèvres qui embrassaient sa nuque. Elle pouvait l'attention qu'il lui portait dans chacun de ses baisers, son attirance dissimulée sous tant de sensualité et de douceur. Elle l'encourageait à poursuivre, laissant ses doigts caresser inlassablement sa nuque. Son autre main se laissait aller à des élans de curiosité, courant sensuellement contre le torse de Nathan, en appréciant le relief ferme et chaud. Son coeur s'emballait tandis qu'elle réalisait qu'elle était si proche de lui. De délicieux frissons rendaient ses hanches plus sensibles à la moindre de ses caresses. Amelia soupira, ravie de ces caresses exquises. L'envie de l'embrasser à son tour la démangeait... les lèvres de Nathan descendaient, faisaient leur chemin vers sa poitrine, délicieusement. Son souffle, la chaleur douce de ses baisers la remplissait de frissons et de bonheur.

Amelia courba la nuque pour venir taquiner du bout de lèvre le lobe de l'oreille de Nathan, jouant délicatement dans un premier temps avant de venir le mordiller légèrement, le chatouillant du bout de sa langue. Partageuse, elle soupira dans le creux de son oreille alors de ses mains caressaient son ventre, se laissant griser par cette envie que ces mains continues de la visiter entièrement. Hormis un petit détail. Un détail multiple sur sa peau qu'elle aurait souhaité qu'il ignore, qu'il ne l'effleure même pas. Pourtant à l'instant où ses doigts passèrent là, Amelia sentit les choses changer.

Les lèvres de Nathan se séparèrent de sa peau. Elle ne lutta pas, le laissant retirer sa robe habillement, la laissant passer au-dessus de sa tête. Elle pouvait voir son trouble sans difficulté et son cœur se serra à cette idée. Elle essayait d'imaginer ce qu'il pouvait ressentir en voyant ces cicatrices, vestiges de sa confrontation avec ce dealer. Ce tesson de bouteille qui avait été planté dans sa chaire avant que la chute au sol au milieu des morceaux de verre de viennent ajouter d'autres cicatrices contre sa hanche. Amelia avait longtemps détesté cette marque. Elle pouvait voir la peur dans les yeux de Nathan, il cherchait des réponses. Il était le mieux placé pour savoir que ces cicatrices n'avaient pas toujours été là.

Doucement, il effleura à nouveau les marques du bout des doigts. Un geste qui rassura Amelia. Il le voyait et n'en fuyait pas le toucher pour autant. Il se montrait précautionneux, craignant de lui faire mal. Il vient prendre son visage dans le creux de son autre main, lui demandant dans un murmure ce qui s'était passé. C'était la question qu'elle redoutait. Si elle savait regarder ces cicatrices et y trouver une nouvelle force, elle n'avait jamais eut le courage de dire à voit haut ce qui s'était passé. Elle avait parlé par demi-phrases aux enquêteurs avant d'enterrer ce jour de sa vie. Amelia pencha légèrement la tête, trahissant son hésitation. Son ancien petit ami ne serait sans doute pas dupe, elle n'agissait ainsi que lorsqu'elle se retrouvait acculée face à une situation délicate.

Elle ne voulait pas le laisser sur un silence ou refuser de répondre à sa question. Mais elle n'aimait pas cette question, de façon générale, quand bien même elle était parfaitement légitime de sa part à lui. Elle ne savait pas y répondre. La jeune femme pinça ses lèvres, glissant sa main sur le dos de celle de Nathan, près de sa joue. Lentement, sa seconde main rejoignis celle près de son ventre, glissant sa main dans la sienne, interrompant son touché des cicatrices. « C'était... une sorte d'accident... il y'a longtemps Nathan. » Elle secoua sa tête presque imperceptiblement. Elle ne cherchait pas à minimiser la chose, mais n'avait aucune envie de l'alerter ou de le poignarder avec la vérité. Plus que tout, elle ne souhaitait pas que cette vieille histoire le blesse. « Ça appartient au passé... Ça ne fait plus mal ne t'en fais pas. » Elle lui sourit tendrement, venant embrasser ces lèvres. Plongeant son regard dans le sien, elle lui murmura « C'était plus joli avant, je sais... mais... Ça ne te dérange pas, n'est-ce pas ? » Elle en était presque sûre, l'idée qu'elle est souffert ne pouvait lui plaire, mais elle savait qu'il ne la rejetterait pas pour ces marques. Elle préférait qu'il se concentre sur cette idée plutôt que les causes de ces marques.

TENUE

(c) fiche:WILD BIRD & Chocolate cookie & edite blast
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (hot) I hadn't planned that... Partie 2 | PV Amélia Cooper Dim 15 Mar - 13:15




     

   
I hadn't planned that... ♥
similis sensus exstitit amoris, si aliquem nacti sumus cuius cum moribus et natura congruamus, quod in eo quasi lumen aliquod probitatis et virtutis perspicere videamur. Quapropter a natura mihi
 


Il n’avait pu rester de marbre face à ses cicatrices qui marquaient à vie le corps de celle qu’il aimait. Comment aurait-il pu l’être alors qu’il voyait clairement que ces dernières n’étaient pas naturelles ? Amelia était pratiquement dénudée sous ses yeux, se trouvant toujours si belle, si magnifique, mais quelque peu différente. Ces cicatrices ne l’enlaidissaient nullement, mais le troublait, le touchait au plus profond de son être. S’il était resté à ses côtés, s’il avait eu le courage d’aller à sa rencontre, mettre son orgueil de côté, il aurait été au courant de leur existence, des raisons pour lesquelles elles se trouvaient sur ce corps. Cela le frustrait de ne pas le savoir, d’ignorer ce qui s’était passé pour sa belle. Il voyait clairement que sa question la mettait mal à l’aise. Il l’entrevoyait dans son regard, dans ce léger mouvement de recul qu’elle avait lorsqu’elle se sentait acculée. Cela ne le rassurait en aucune manière, bien au contraire ! Son regard se fit plus intense, plus brillant d’émotion. Ses phalanges vinrent trembler contre la chair douce, mais marquée de la femme qu’il aimait. Il voulait la réponse, mais la redoutait d’un seul coup. Cet inconnu le rendait particulièrement agité, son cœur se comprimant dans sa poitrine malgré qu’il batte fortement. Il sentait cette inquiétude s’immiscer dans ses veines, prendre possession de ses sens. Il l’observait avec émotion, son regard l’interrogeant en silence tant il attendait une réaction de sa part…

Amelia pinça ses lèvres, la délicatesse de ses doigts venant glisser le long de son dos pour rejoindre son visage, sa nuque, sa joue. Un toucher qui le troublait, mais apaisait légèrement son angoisse. Son autre menotte vint glisser lentement sur son autre bras, venant rejoindre sa main posée contre ses cicatrices pour interrompre ce contact. C’était une sorte d’accident selon la jeune femme. Une « sorte » d’accident ? Que voulait-elle dire par là ? Nathan fronça légèrement les sourcils, sans pour autant dire un mot. C’était il y a longtemps, mais il était évident que cela avait profondément marqué la jeune femme. Il le voyait clairement, sans équivoque. Elle ne voulait pas en parler et cela ne venait nullement amoindrir son appréhension à ce sujet. Elle tentait d’amoindrir la chose, en lui soufflant que cela appartenait au passé, que cela ne lui faisait plus mal. Il ne devait pas s’inquiéter, mais il ne pouvait s’en empêcher. Il ne disait mot, mais ses pensées n’en étaient pas moins agitées. Elle lui souriait tendrement, venant déposer ses lèvres contre les siennes un bref instant avant de plonger son regard dans le sien. C’était plus joli avant. Elle le savait, mais elle espérait que ça ne le dérangerait pas. « Bien sûr que non, Am’… » Souffla-t-il contre ses lèvres, le regard brillant. « Tu es magnifique… qu’importe la présence de ses marques… ça te rend unique… sublime… précieuse… »

Il caressait sa mâchoire avec fébrilité, douceur en venant l’observer avec intensité. « Mais, cela me trouble, m’inquiète, car je sens que ce n’est pas rien, que cela te trouble… que ça t’ai difficile de l’aborder. » Il serra sa menotte dans la sienne pour venir la poser contre sa poitrine. Elle pouvait clairement sentir les battements effrénés de son cœur sous la peau de ses doigts. « J’aimerai juste comprendre, savoir ce que j’ai loupé, ce qui a pu les causer, mais… je patienterai… attendra que tu te sentes prête à m’en parler. Je ne veux en aucun cas te contraindre et te rendre mal à l’aise. » Il lui offrit un doux sourire en venant poser son front contre le sien, laissant leurs souffles s’entremêler avec douceur. Il laissa sa main glisser contre sa nuque, suivre la ligne de sa clavicule pour rejoindre le creux de sa poitrine, son ventre. Il laissait le bout de ses phalanges taquiner la peau nue de sa belle avant de laisser sa comparse rejoindre sa cuisse, frôler le flanc de son aine recouverte. Ses lèvres quant à elles vinrent embrasser sa joue, glisser contre sa joue, son oreille dans des touchers délicats et doux. Il se montrait particulièrement attentif alors qu’il ajoutait : « j’ai toujours envie de toi, de te chérir comme par le passé… j’ai besoin de te retrouver de la sorte. » C’est pour cela qu’il était venu glisser ses doigts sous ses cuisses pour la soulever en se relevant. Il lui offrit un doux sourire pour la mener jusqu’à sa chambre où il vint l’allonger sur son lit, la surplomber de tout son corps en venant l’embrasser. En effet, qu’importe la présence de ces marques sur ce corps, il comptait la bénir de son amour comme il l’avait fait par le passé, ses doigts caressant ses cuisses, ses aines avec douceur et ambition alors qu’il savourait chaque contact avec sa chair.

(c) fiche:WILD BIRD & Chocolate cookie & edite blast
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (hot) I hadn't planned that... Partie 2 | PV Amélia Cooper Dim 22 Mar - 19:54




     

   
I hadn't planned that... ♥
similis sensus exstitit amoris, si aliquem nacti sumus cuius cum moribus et natura congruamus, quod in eo quasi lumen aliquod probitatis et virtutis perspicere videamur. Quapropter a natura mihi
 


Si Amelia avait longtemps détesté ces marques pour ce qu'elles lui rappelaient, pour cet instant affreux et cette trahison qu'elle portait sur elle chaque jour, l'élan de hais qu'elle ressentie à cet instant venait de quelque chose de différent. Elle détestait l'inquiétude qui était apparu sur le visage de Nathan, l'empathie qu'il ressentait à son égard ne pouvait que le rendre plus inquiet, elle le voyait. Plus que ça, elle le savait, au fond d'elle. Elle ne pouvait que comprendre son regard, la crainte qu'il avait de lui faire mal, son angoisse face à ce que cela pouvait cacher. Il ne la connaissait que trop bien. Assez pour savoir qu'elle lui avait toujours parlé facilement et comprendre que ce petit "rien" n'en était pas un. C'était une montagne qu'elle avait dû franchir. Et sur laquelle elle allait devoir revenir. Pour lui, lui expliquer, pour qu'ils puissent se comprendre mieux qu'avant. Elle tremblait à l'idée de ce qu'il devait ressentir. Comprendre que des choses étaient arrivées et qu'il n'en savait rien, laissant la porte ouvertes à toute imagination, toute inquiétude. La jeune femme aurait voulu pouvoir y mettre des barrières, la limité pour l'appaiser. Mais elle savait qu'il ne pourrait que souffrir de la vérité. Elle n'avait pas vérité intermédiaire pour le soulager à lui offrir hormis minimiser les choses, qualifié son agression de "sort d'accident". C'était sans doute loin d'être un soulagement pour lui.

Elle ne pouvait que lui offrir son amour, l'éloigner de cette idée, de son esprit qui pouvait essayer de combler les vides durant leurs absences mutuelle. Elle avait apprit à gérer cet incident, ce moment de sa vie. Cela lui avait prit de nombreux mois. Et de l'entrainement. Elle avait eut besoin d'un défouloir, les cours de self-défense et de boxe avaient étaient sa sortie. Elle ne pouvait jeter tout ça au visage de Nathan. Pas ce soir. Elle ne pourrait éviter de la blesser quand il apprendrait la vérité mais elle pouvait faire en sorte de choisir son moment. Il avait besoin de réponse, elle le savait. Son froncement de sourcil l'en assurait mais elle ne pouvait rien pour l'instant. Elle ne lui en voulait pas de s'inquiéter. C'était une des raisons pour lesquelles elle l'aimait. Il tenait à elle, si fort, elle l'avait toujours su. Cela avait était flouté un temps, brouillé mais... le regard qu'il avait pour elle depuis ce soir ne lui laissait aucun doute. Son propre cœur reprenait vie en sa présence, chaque de ses regards ou de ses gestes pouvaient la combler de bonheur ou la faire plonger dans l'inquiéter. Il lui donnait un rythme, une raison de battre.

Même si elle avait chercher à ne pas l'alerter, elle le sentait fébrile contre elle quand il lui murmura qu'elle était magnifique, qu'importe ces marques. Plus encore, il glissa contre ses lèvres que cela la rendait unique, sublime, précieuse. Elle voulait l'embrasser, lui apporter du réconfort, mais le laissait continuer, fermant les yeux sous ses doigts qui caressait son visage avec tant de douceur. Il lui confessa que malgré cela, il était inquiet, car il voyait que c'était quelque chose de difficile pour elle. Amelia ne voulait pas lui mentir, hochant doucement sa tête contre son visage. Elle comprenait son inquiétude et son trouble, elle savait été transparente sous ses yeux, il savait lire en elle comme nul autre. Les doigts de son amant se resserrent contre sa main, venant la guider contre son torse, là où son coeur battait. Il était là, sous ses doigts, palpitant à tout vitesse. En douceur, il lui expliqua pourquoi il voulait savoir et comprendre. Et pourquoi il attendrait. Son front contre le sien, elle lui rendit son sourire avant de venir embrasser ses lèvres, dans une intense doucement. Elle lui souffla un remerciement. Elle ne pouvait nier qu'elle n'était pas prête. « Un jour Nathan, je te le promet. » Elle avait besoin d'apprendre à le dire à voix haute. Tout comme elle devait savoir comment il allait lui. Il avait toujours été plus secret, plus discret sur ses émotions lui plus fortes qu'il pouvait enfermer en lui. Elle l'aimait ainsi.

Il fit glisser ses doigts contre son corps, délicieusement, de sa nuque, descendant contre sa poitrine, son ventre pour se frayer un chemin jusque ses cuisses. Troublée et sensible, elle se délecter de la vue qu'elle avait de lui, cette chemise entre-ouverte sur ce torse fabuleux. Elle mordilla sa lèvres, détaillant son visage, ses traits si parfaits et la beauté de son regard troublée par sa présence. Elle vit ses lèvres trembler une seconde avant de venir rejoindre sa peau, embrasser sa joue et venir s'enfouir contre son oreille. Elle soupira, si fébrile à sa présence. Elle sourit quand il murmura contre qu'il avait toujours envie d'elle, de la chérir comme par le passé. Il avait besoin de la retrouver de la sorte. Un sourire vieux, qu'elle avait laissé enfouie dans le passé, parmi ses souvenirs, un sourire qui n'était que pour lui alors qu'elle le laissait la soulever pour l'amener. Où il voulait, cela n'avait pas d'importance, elle enroula ses jambes autour de sa taille, abandonnant dans ce salon les différentes pièces de sa robe de soirée. Elle n'en aurait plus besoin ce soir.

Elle ne regardait pas autour d'eux, ne regardant que lui, souriant aux anges, laissant transparaitre le bonheur de l'entendre dire ces mots. Son coeur battait la chamade. Les bras enroulés autour de son cou, elle caressa ses cheveux avant de profiter vilement qu'il soit occupée pour plonger son visage dans son cou, embrassant sa chaire, la couvrant de baisers, chaud et humides, soufflant un je t'aime près de son oreille. Son corps trouva appuis contre un lit, lui offrant une vue sur Nathan au dessus d'elle. Elle avait envie de partager son amour, de ressentir sa présence, comme une personne au milieu du désert avait besoin d'eau. Cette envie, si proche d'être comblée, l'envahissait complètement. Ses hanches remontèrent doucement conte le corps masculin, épousant la forme de ses hanches un instant, l'appelant, l'invitant à se rapprocher d'elle plus encore. Elle venait au contact de ses doigts, fiévreuse, gourmande de sa douceur et pourtant impatiente, tentée à l'idée de le tenter.

D'un geste sensuel, elle se redressa pour retirer pleinement la chemise de Nathan, embrassant le haut de son torse. Ses mains désirer le caresser, sentir chaque parcelle de sa peau et le faire frémir à son toucher... lui apporter ce bien-être qu'il lui offrait à cet instant. Elle glissa ses doigts vers le bas de ses reins, caressant ses hanches, délicatement. « Tu es ce dont j'ai besoin Nathan... toi, tout entier... »  Elle secoua sa tête, elle n'avait pas de mots pour expliquer les sentiments qui la bouleversaient en ce moment. Elle glissa sa jambe par dessus la sienne, venant entremêler sa cheville contre son mollet, l'appelant pour qu'il lui offre le plaisir du contact de sa peau contre la sienne. Elle voulait tout de lui.


TENUE

(c) fiche:WILD BIRD & Chocolate cookie & edite blast


Dernière édition par Amelia Cooper le Lun 13 Avr - 22:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (hot) I hadn't planned that... Partie 2 | PV Amélia Cooper Mer 1 Avr - 0:19




     

   
I hadn't planned that... ♥
similis sensus exstitit amoris, si aliquem nacti sumus cuius cum moribus et natura congruamus, quod in eo quasi lumen aliquod probitatis et virtutis perspicere videamur. Quapropter a natura mihi
 



Elle lui avait manqué. Cette réalité le frappait brutalement, marquait son esprit au fer chaud. Un fait dont il avait conscient, se rendant compte que son être ne pouvait se sentir vivant sans elle à ses côtés. Son âme, son cœur l’avaient tant réclamé au cours de ces dernières années. Son manque avait plongé son esprit dans un état second, déconnecté de la réalité. Il s’était replié sur lui-même, mettant toute ses forces dans sa création musicale, sa carrière pour tenter d’échapper à ce vide qu’il avait tant ressenti durant près de neuf ans. Une torture psychologique qui semblait prendre fin, ce soir, tandis qu’il retrouvait cette femme qui lui avait fait tant défaut dans sa vie. Il voulait la retrouver de nouveau de cette façon intime, malgré ces marques qui lui indiquaient cruellement qu’elle avait connu des périodes sombres. Des moments de douleur qu’il ne connaissait pas, n’entrevoyaient nullement, mais qui pourtant envahissaient son âme de questions. Il n’osait pas imaginer ce qu’il s’était déroulé dans la vie d’Amelia, se connaissant bien trop pour envisager le pire. Il voulait des réponses à ses questions, mais ne souhaitait pas la brusquer. Il attendrait le temps qu’il faut. Du moins, il espérait pouvoir être en mesure de patienter jusqu’à que la jeune femme lui en parle, car elle le jugeait digne de savoir, qu’elle se sentait assez forte pour en parler.

En attendant ce jour, il s’efforçait de se montrer doux avec elle en se laissant enivrer par son désir. Ses ambitions masculines prenaient le contrôle de ses actes. Il avait envie d’elle, de la couvrir de toute son affection, de sa passion. Il l’avait amené jusqu’à sa chambre avec douceur, savourant les baisers humides et tendres de sa belle contre sa nuque, sa mâchoire, son oreille. Des touchers délicieux qui rendaient son cœur euphorique, si endiablé dans sa poitrine. Le bout de ces doigts frôlait la peau de ses cuisses tandis qu’il sentait son cœur s’emballait grâce aux trois mots qu’Amelia venait de souffler contre son oreille. Il l’avait allongé avec douceur, venant prendre le dessus sur ce corps pratiquement nu et si délicieux à ses yeux. Elle était sublime, bien plus féminine et divine que dans ses souvenirs. Le temps avait rendu ses formes plus délicieuses au regard, au toucher. Cela émouvait son âme, rendait sa chair si sensible, si tentée par cette femme qui avait occupé ses pensées depuis tant d’années. Il laissait ses phalanges glisser sur ses cuisses, frôlant cette peau chaude ô douce qui éveillait ses sens. Il désirait captiver ceux de la jeune femme, provoquait en elle de doux et exquis frisons qui sauraient raviver son cœur, lui rappeler le bonheur qu’elle avait toujours éprouvé d’être sienne.

Il semblait y parvenir et cela ne pouvait que le rendre d’autant plus enchanté tant cela la rendait magnifique. Il savourait les frisons qui parcouraient l’échine de cette femme, satisfait de sentir sa chair si réceptive, si quémandeuse de son toucher. Il n’avait de cesse de dévorer sa nuque de baisers, satisfait de troubler cette femme qu’il avait tant envie de retrouver de cette manière. Il voulait néanmoins prendre son temps, profiter de ces touchers, de ces caresses, de ces baisers pour rattraper le temps perdu, lui permettre de prendre conscience que tout ceci était bien la réalité. Elle se tenait face à lui… Enfin, après tant d’années. C’était si incroyable, merveilleux. Son cœur palpitait dans sa poitrine, rendant sa respiration si vive et difficile. Dans un geste sensuel, Amelia vint se redresser pour retirer pleinement sa chemise. Nathan savoura ce toucher délicat tout comme de ces lèvres contre le haut de son torse. Il se pliait obligeamment au désir de sa belle, laissant ses lèvres parsemer sa chair de baisers, la bénissant de son toucher. C’était enivrant, délicieux tout comme les frôlements de ces phalanges contre ses pectoraux, ses côtes, ses reins. Tous ces gestes n’étaient que délicatesse et douceur, provoqués de doux frisons dans ses muscles.

Elle lui susurrait qu’il était tout ce dont elle avait besoin. Elle le voulait tout entier. Lui aussi le désirait et il lui souriait avec douceur, émotion. Il l’embrassa, savourant le toucher de cette jambe contre la sienne qui venait s’entremêler autour de sa cheville, rendant cet instant d’autant plus vrai, délicieux. Sa langue était venue se guérir de sa comparse avec douceur. En appui sur un de ses bras, il laissait sa menotte libre remonter la peau délicate de son amante, de son genou jusqu’à sa hanche dans des caresses légères, presque frivoles. Il cherchait à éveiller sa chair, s’en amusait délicatement alors qu’il venait éloigner de ses lèvres pour glisser contre sa nuque, son oreille, sa clavicule. Il n’avait de cesse de parsemer sa chair, n’hésitant pas à la mordiller avec douceur en soufflant son prénom. Il sentait le souffle d’Amélia devenir de plus en plus fort, emprunt du plaisir qu’il faisait monter en elle. Il s’en sentait ravi, n’avait de cesse de taquiner sa chair avec sensualité. Ses lèvres glissaient sur la clavicule nue de son amante, sa menotte libre n’ayant de caresse d’effleurer le creux de cette cuisse avec douceur. Il adorait les frisons qui parcouraient ce corps si délicieux tandis qu’il la bénissait de ces touchers voluptueux, presque frustrants. Il laissa sa menotte glisser au creux de sa cuisse pour flatter son aine avec sensualité, ses lèvres suivant la ligne vers le creux de sa poitrine.

Il embrassa cette parcelle avec douceur, sensualité, satisfait de retrouver les rondeurs de sa belle. Il laissa ses lèvres les effleurer de nouveau avec douceur dans des baisers frivoles. Il sentait le cœur d’Amelia battre si vivement contre ses commissures. C’était délicieux. Il resta de longues secondes à agir de cette façon, heureux de voir ce corps se soumettre à son toucher, le chercher en venant se cambrer délicatement pour retrouver sa chaleur. Il la taquinant tendrement quelques instants avant de venir recouvrir l’un de ses seins de ses lèvres, embrassant sa pointe avec douceur pour le gouter, le savourer, le taquiner de nouveau. Nathan s’enivrait de ce toucher qui le rendait dingue tandis qu’il laissait sa menotte libre retrouver le jardin intime de sa belle pour le frôler au travers du tissu, cherchant par tous les moyens de lui procurer ce plaisir qu’il avait tant éprouvé l’envie de lui offrir et qu’il s’efforçait de la bénir en se montrant particulièrement sensuels.
(c) fiche:WILD BIRD & Chocolate cookie & edite blast
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (hot) I hadn't planned that... Partie 2 | PV Amélia Cooper Mar 14 Avr - 23:49




     

   
I hadn't planned that... ♥
It's like you're my mirror, My mirror staring back at me
I couldn't get any bigger with anyone else beside of me
And now it's clear as this promise that we're making two reflections into one
 



Il était là, tout entier, dans un élan violent de réalité qui contrastait avec la douceur et lenteur de chacun de ses gestes. Nathan pouvait prendre toutes les précautions qu'il souhaitait, cela ne changeait en rien la violence du trouble qu'il éveillait en elle. Il faisait vibrait son âme pendant que son coeur palpitait à un rythme fou et endiablé. A chaque instant où ses lèvres venaient rencontrer sa peau, un choc électrique la parcourait, agitant tout son être. Avec lenteur, elle ressentait tant de chose, certaines avec une précision si forte que cela en venait à troubler sa perception. Son corps se perdait dans sa présence. Celle-ci contrastait bien trop avec la manque de lui qu'elle avait ressenti pour la laisser sobre. Ce qu'elle percevait et ce que son esprit acceptait comme étant réel se chevauchait, se séparait, son corps brulait de ce contact et son esprit chancelait, comme perdue.

Mais perdue au cœur de draps frais qui l'accueillaient naturellement pendant que Nathan l'y déposait. Elle ne cherchait pas à voir autour, obnubilée par l'homme auquel elle se savait appartenir. Une réalité évidente qu'elle avait cherché à traiter et considérer de toutes les façons possibles et imaginables. De l'attente d'un an à fréquenter des hommes qu'elle n'aimerait jamais, de la solitude à la compagnie d'hommes très bien en tout points, aucune n'avait jamais aboutie. Jusque maintenant. Son cœur battait et reprenait vie pour la première fois depuis le soir où elle avait comprit qu'il l'avait quitté. Ce soir elle pouvait recevoir tout l'amour qu'il avait contenu pour elle depuis lors. Elle le sentait à son corps tendue, ses bras qui l'entourait tremblants de son manque, fort de l'envie qu'il éprouvait pour elle. Et malgré tout cela, chacun de ces gestes étaient dictés par une douceur qu'il s'imposait naturellement, faisant fondre le coeur d'Amelia devant cet homme masculin dans toute cette attention qu'il lui offrait.

Elle se sentait grisée à le voir la surplombait ainsi, profitant tant de la vue qu'elle avait de son torse que de son regard perçant qui parcourait son corps.  Elle rougit dans un doux sourire, ressentant une indéniable pointe de fierté à pouvoir lui plaire ainsi. Amelia perdit ses doigts dans la chevelure masculin, parcourant sa nuque, sa mâchoire, le temps d'un instant, le temps de pouvoir s'élever jusque lui et capturer ses lèvres. Elle caressait son visage, assoiffée de ce contact, de sentir chaque changement et chaque ressemblance sous ses doigts. Ces lèvres attiraient les siennes, comme un aimant, l'embrassant voluptueusement, avide de se mêler à lui. Une obsession dont elle perdit le fils tandis que les doigts de Nathan se glissaient contre ses cuisses, en caressant les parcelles les plus tendres et les plus sensible. Am' soupira contre ses lèvres, tremblante en proie à un frisson sur lequel elle n'avait aucune emprise. Son corps s'éveillait sous ses doigts, docilement, ayant toujours été sienne, retrouvant ce chemin qu'il connaissait par coeur.

Son dos se courba délicatement, laissant sa poitrine venir effleurer son torse sensuellement. Il était encore trop loin à son goût. Pourtant il était plus près qu'il ne l'avait été depuis des années, soupirant dans son cou, l'embrassant sans fin, dévoré par la même envie qu'elle partageait. La jeune femme glissa ses doigts dans le dos de Nathan le redécouvrant, caressant ses omoplates, du boulot des doigts, éveillant des frissons dans la nuque de cet homme qu'elle voulait être sien. Sa main glissa le long de son dos, savourant sa chaleur et la musculation qu'il avait développé depuis leur adolescence. Un dos plus large qu'avant, plus excitant encore alors qu'elle descendait vers la chute de ses reins, caressant le bas de son dos sensuellement, la respiration agitée.

Les baisers de Nathan pleuvaient contre sa peau, avaient goutés le long de son cou jusqu'à rejoindre le creux de sa poitrine. Le coeur d'Amelia s'agita de plus belle, priant pour ce contact, face à ces délicieuses caresses elle ne pouvait que se cambrer. Elle demandait à être cajolée plus encore, à sentir ses lèvres prendre possession de sa peau et de ses sens. La jeune femme rendait cette envie plutôt évidente, parcourant la nuque de son amant de douces caresses incitatives. Elle souhaitait que ses lèvres continuent de parcourir son corps, se soumettant à cette envie, ce besoin de se laisser aller, portée par les frissons qu'il éveillait en elle, soupirant d'aise et de bien-être à chaque fois qu'il l'effleurait. Nathan était-il satisfait de ce qu'il retrouvait après toutes ces années ? Elle l'espérait à chaque battement de coeur. Son envie de se laisser dévorer ainsi n'avait d'égal que sa soif de lui faire ressentir le même bien-être, se laissant allée à enlacer son torse. Elle sillonnait ses côtes, ses hanches délicieuses qui la surplombait, venant dans un mordillement de lèvres longer la bordure de son pantalon, du bout du doigt, dévoilant son désir de faire tomber cette barrière. Torturée entre son besoin de le sentir contre elle et l'érotisme que ce jeu lent contre le bas de ses hanches dégageait, elle tardait à déboutonner le vêtement de son homme. Les lèvres de Nathan le lui rendaient bien, embrassant sa poitrine, titillant son bouton pour la faire frémir sous lui.

Amelia laissa échapper un gémissement d'impatience quand enfin sa main glissa contre son entre-jambes, s'introduisant près de son intimité. Elle se cambra légèrement vers lui, l'accueillant avec toujours plus de ravissement, enivrée par sa présence et ses caresses. Malgré le tissu qui séparait encore leur deux chairs, il parvenait à la faire vibrer, soupirant face à ce délicieux supplice et cette tension qu'il venait de faire monter dans son bas ventre. Amelia glissa sa main dans sa nuque, ayant besoin de ce contact, de s'accrocher à lui, tandis que son autre main venait rejoindre celle de Nathan, le temps d'une seconde, le suppliant de persévérer ce voyage comme il l'avait toujours fait, sachant si bien la faire sienne. Elle abandonna son poignée pour venir effleurer l'entre-jambe de Nathan, frôlant subtilement a travers le tissu le renflement sous le tissu. Eprise des gestes de l'homme, elle n'osait l'interrompre pour chercher à le débarrasser de ce vêtement, tremblante, bien trop troublée par ces caresses contre son intimité. Ses doigts agrippèrent tendrement les cheveux de Nathan alors usait de la concentration dont elle disposait pour le cajoler avec un peu plus d'impudence.



TENUE

(c) fiche:WILD BIRD & Chocolate cookie & edite blast
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (hot) I hadn't planned that... Partie 2 | PV Amélia Cooper

Revenir en haut Aller en bas

(hot) I hadn't planned that... Partie 2 | PV Amélia Cooper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-