It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

vernissage - sujet commun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
MessageSujet: vernissage - sujet commun Jeu 12 Fév - 1:13




Il aurait peut-être fallu que je dorme un peu. Ne serait-ce qu’un peu. Mais avec un bébé et le vernissage le lendemain, je n’avais pas fermé l’oeil de la nuit. Au moins, j’étais, à chaque fois, super opérationnelle dès que mon vampire réclamait sa bouffe toutes les trois heures. Sauf que, désormais, j’avais le sentiment de devoir maintenir mes paupières ouvertes avec du scotch. C’était du sport d’organiser une exposition, c’était du sport de haut niveau que d’organiser un vernissage. On avait accroché les derniers tableaux, il y a moins d’une heure, et, quelques instants auparavant, à quelques minutes de l’ouverture, je passais un coup de balais sur le sol, perchée sur quinze centimètres semellés de rouge, et engoncée dans cette robe qui, Solal le jurait, m’allait très bien. J’avais opté pour du un peu ample et court. Ample parce que j’avais accouché moins de trois semaines auparavant, et court parce que mes jambes détourneraient l’attention du reste. Y avait le décolleté, aussi, pour si jamais mes jambes ne suffisaient pas. J’étais toujours pas Pamela, mais j’en avais plus que d’ordinaire. Les joies de la maternité ! Je jetais un dernier regard à la ronde, la jauge de stress à son maximum, avec cette impression tenace d’accoucher une deuxième fois, d’un nouveau bébé, mon expo, avant de me convaincre que tout était fin prêt. Solal s’était occupé de pas mal de truc, et sur ce coup, je lui avais fait une confiance aveugle. Je voulais une réception à la fois pointue et décontractée, une nonchalance à la française, une lumière douce pour aller avec le thème, et créer des espaces presque intimes, propice au tête-à-tête entre l’oeuvre et l’observateur. On avait réorganiser la galerie en méandre labyrinthique, favorisant les coins et les recoins, afin que les invités puissent passer la soirée à découvrir, plutôt que de tout embrasser du regard d’un simple coup d’oeil. Alors, les cernes planquées grace aux talents d’une maquilleuse, trois employées de la galerie avec leurs gommettes à la main, le DJ engagé par les soins de mon frère ambiançant les lieux d’une suave et vaporeuse symphonie, on faisait péter les bouchons de champagne en même temps que l’ouverture des portes vitrées. Et, après un dernier regard à mon fils dans les bras de son père, je cherchais, à l’aveugle, la main de mon frère, l’attrapais et la serrais fort. Allez-y, j’suis prête. Ou presque.  


with: ceux qui veulent | date: 19/02/15
cassie at atf.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Jeu 12 Fév - 4:46

VERNISSAGE D'ASTARIA
SUJET COMMUN
Je détestais être en retard. Je crois que, plus ponctuel que moi, ça relèverait d’une problème psychologique. C’est donc tout naturellement que ce soir, à 19h59, je me trouvais dehors, faisant face aux portes vitrées qui, une fois ouvertes, me donneraient l’accès à l’exposition d’Asta. Je n’avais beau l’avoir rencontrée seulement deux jours auparavant par pur hasard en me frayant dans le bureau de mon jumeau, on s’était tout de suite bien entendus et j’avais eu une confiance aveugle en la petite française. Elle m’avait présenté son fils, on s’était gentiment moqué de mon frangin, et on avait parlé de tout et de rien, de choses importantes entre d’autres qui l’étaient moins. Et elle m’avait tendu un carton d’invitation. « Juste toi. » m’avait-elle dit, bannissant Renji de son travail. Et moi, j’avais acquiescé. Les portes s’ouvraient enfin, accompagnée par les bruits de bouchons de champagne volant, inaugurant le bal. Et alors que je m’engouffrais entre la foule conviée, pénétrant dans la salle, j’écarquillais quelque peu les yeux. Waouh. Elle avait fait un travail formidable, rien que de ce que j’en voyais de loin. L’intimité, m’avait-elle dit pour le thème. En tout cas, ça se ressentait rien que dans l’atmosphère. Lumière tamisée, musique suave et suggestive. Oh, je notais les amuses-gueule made in France, et je ne pus m’empêcher de sourire en levant les yeux, la revoyant m’insulter dans sa langue natale en croyant que j’allais être aussi stupides que ces américains qui lui répondaient ‘merci’, pensant qu’elle les complimentait. Je la cherchais du regard. Je voulais déjà la féliciter, même si je n’avais pas encore parcourue les oeuvres. Elle l’avait fait. Elle était allée au bout, et ce malgré le stress et la pression qu’elle avait subi entre ça et le bébé. Je la repérais finalement après plusieurs minutes, un peu en retrait. Je m’avançais vers elle, venant dans son dos. Approchant mes lèvres de son oreille pour qu’elle m’entende, je lui glissais, le sourire accroché aux lèvres : « Félicitations Lara. Tu l’as fait. » Je croyais bien que ce petit surnom allait rester.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Jeu 12 Fév - 11:47

Vernissage
Sujet commun

Le champagne, les petits-fours à la française, la musique… tout y était. Solal ne pouvait s'empêcher de vérifier et re-vérifier plusieurs fois chacun des éléments dont il devait s'occuper, mais le moment était bel et bien arrivé, et rien ne manquait. Il fallait dire que le jeune homme avait donné de sa personne pour faire de ce vernissage la soirée dont sa sœur avait tant rêvé. Les quelques connaissances qu'il avait pu se faire depuis son arrivée à New-York lui avaient permis de faire venir le DJ parfait, et pour ce qui était du traiteur… disons que ses charmes n'avaient pas laissé la patronne totalement insensible. Quels que soient les subterfuges qu'il avait utilisés pour y arriver, Solal avait finalement obtenu tout ce qu'il souhaitait, tout ce qu'il avait imaginé avec Astaria depuis plusieurs semaines déjà.

Affublé d'une chemise et d'une veste de costard plutôt classes, Solal n'en finissait plus d'inspecter la pièce, de guetter les moindres faits et gestes des personnes qui terminaient la mise en place du buffet… Bizarrement, il semblait être aussi stressé que sa sœur alors qu'elle seule avait de bonnes raisons pour cela. Stressé, mais aussi terriblement impatient de découvrir la réaction des gens, de toutes ces personnes qui allaient enfin pouvoir partager le talent d'Astaria, jusqu'ici bien gardé. Et alors qu'il jetait un dernier coup d'œil en direction du buffet pour s'assurer une énième fois que rien n'avait été oublié, Solal sentit une main se glisser dans la sienne. Main qu'il serra immédiatement en adressant un sourire entendu à sa propriétaire, sur laquelle il portait un regard rempli de fierté. Sans pouvoir se retenir, il planta un bisou sur la joue d'Astaria et serra sa main un peu plus fort lorsqu'il vit les portes s'ouvrir et les premières personnes entrer dans la galerie. Quelques minutes plus tard à peine, le premier invité aborda la jeune femme d'une manière qui aurait en temps normal fait sortir les griffes à Solal… Mais c'était la soirée où le rêve de sa sœur se concrétisait, et il n'avait décemment pas le droit de la faire débuter par un règlement de comptes. Alors il ravala sa méfiance, son côté possessif et protecteur, et préféra se reconcentrer sur les autres convives et leurs premières réactions, sans pour autant lâcher la main d'Asta.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Jeu 12 Fév - 13:33

VERNISSAGE D'ASTARIA
SUJET COMMUN
Depuis que j'avais annoncé à Sophie que je souhaitais prendre ma retraite du monde de la mode, les invitations aux événements où il fallait être vu pleuvaient. Comme si elle pensait que plus de strass et de paillettes était la solution pour me garder dans son agence ou plus généralement dans le milieu des mannequins. Si elle savait. Depuis que j'avais informé mon agence de l'arrêt de ma carrière, j'étais comme soulagé d'un poids. Bien sûr, le rythme trépident de ma vie de mannequin me manquait légèrement mais cette fois je ne pouvais plus trouver de prétexte pour ne pas m'essayer à l'écriture. J'étais seul une partie de la journée face à mon mac. A mon blog fraîchement créée. Et je devais sauter dans le vide. Mais mon ancien agent aurait été désappointé par mon choix récent en matière de sortie. Parmi toutes les "invitations" reçues une seule avait retenu mon attention, celle de ce vernissage. Parce que l’invitation émanait d'Ebba, qu'elle induisait que je sortirais avec ma soeur aînée et parce qu'elle était teintée d'aucune obligation mondaine ou "mannequinesme". De quoi désappointer mon agent mais faire plaisir à mes soeurs. Je devais aller a cet événement. Parce que des photos d'Ebba avaient été prises et que je me souvenais en avoir parlé avec elle. Je voulais voir ces photos et peut être ... en acheté une. Pour qu'elle complète la série de portrait de chaque femme et homme de la famille dans le couloir menant aux chambres. Elle avait sa place sur ce mur. Elle était de la famille. Pour l'occasion je portais un costume sobre et j'avais discipliné mes cheveux qui n'avaient pas vu le coiffeur depuis un certain temps. J'étais arrivée avec Nastazia mais nous nous étions séparée le temps d'explorer l'exposition. J'errais dans la galerie, une coupe de champagne que je ne boirais pas à la main. Examinant chaque tableau, impressionné par la sensation d'intimité qui se dégageait de chacun. L'artiste était talentueuse. Le cliché d'Ebba que je vis en premier était étonnant de justesse, comme si le photographe avait capturé un fragment de son âme. Je restais fixe devant un long moment Au point qu'une hôtesse finit par s'approcher de moi. "Monsieur, puis-je vous renseigner ?" Je hochais la tête. "Je voudrais acheter cette photo. Combien en demandez-vous ?" Comme ma sœur l'avait fait remarquer l'argent n'avait jamais été un problème pour moi. Son prix serait le mien. Elle consulta un petit fichier qu'elle portait sur elle. "1000$ Monsieur." Je hochais à nouveau la tête et sortit de la poche de mon costume une carte de visite. "Je le prends, vous pourrez la livrer à cette adresse." Elle hocha délicatement la tête et la carte disparue dans une poche de son tailleur après en avoir lu le contenu. Alinovitch. On me demanderait plus tard l'empreinte de ma carte de crédit. Une petite pastille fut apposée sur le cartel de l'œuvre. Je souris. Elle était vraiment magnifique cette photographie. Je cherchais l'artiste des yeux, la repérant dans la foule : l'air stressée, entourée de ceux qui devaient faire partie de sa famille. Captant son regard je levais ma coupe de champagne à hauteur de mes épaules et lui portait un toast "imaginaire", souriant doucement. Ma façon de la remercier et de complimenter son travail. Je me demandais, en buvant une seule gorgée à sa santé, si un jour je serais moi aussi stressé pendant que d'autres analyseraient mon travail. Probablement. Quittant le cliché de ma soeur des yeux, j'entrepris de continuer ma visite de l'exposition. Fortement impressionné par ce que je voyais.
electric bird.


Dernière édition par D. Ambroise Alinovitch le Sam 14 Fév - 11:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Jeu 12 Fév - 14:15


Vernissage - Asta
Ce soir était une soirée plutôt importante. Pas que je connaisse cette femme qui faisait le vernissage de sa galerie. Mais voilà, Ebba avait posé pour cette fille, alors elle était importante pour moi. Je me devais d’y aller et ayant reçu l’invitation d’Ebba même pour Ambroise et moi-même, autant y aller. Solanà, elle, gardait Marilys, de toute façon, même invitée, elle ne serait pas venue, j’en doutais fortement. M’habillant d’une robe noire s’arrêtant au-dessus des genoux j’enfilais mes Louboutin avant de prendre ma petite pochette assorties aux chaussures pour partir avec mon frère. Une fois arrivés, nous nous séparions, préférant pour ma part trainer dans la galerie plutôt sombre, et d’ailleurs plutôt pas mal, me faisant même sourire. Mon regard tournant sur une femme et deux hommes à ses côtés, j’en déduisis que c’était elle là, femme du vernissage. Ne la connaissant pas je préférais ne pas m’y aventurais, m’inclinant simplement en guise de bonjour avant de regarder les autres photos. C’était beau, je ne pouvais pas le nier, et il me tardait déjà de voir la photo d’Ebba, parce que bien évidemment ça m’intriguait. Arrivant à bon port, je clignais des yeux devant la photo d’Ebba avant de sourire en coin. Magnifique. Mon regard se porta sur l’étiquette à côté du tableau. Pas de doute, Ambroise n’avait pas perdu de temps ! Il avait déjà acheté le tableau ! Me tournant, je le cherchais des yeux avant de trotter vers lui, le prenant par le bras tout en me collant à lui. « Je vois que tu as déjà acheté la photo d’Ebba. » susurrai-je à voix basse, histoire de ne pas déranger les autres. « Tu crois qu’il y a d’autres photos d’elle ? » Demandai-je en fronçant les sourcils. Si oui, je comptais bien acheter.  

vernissage - sujet commun


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Jeu 12 Fév - 22:04




J’étais pas simplement stressée, ni un peu, ni beaucoup. J’étais terrorisée. Et si ça ne plaisait pas ? Et si je découvrais que je n’étais pas faite pour ça, et venais de sacrifier près d’un an à un truc qui ne rimait à rien, qui ne parlait à personne d’autre qu’à moi-même ? Et au-delà de ça, c’était passablement terrifiant que d’observer ces gens entrer là, et directement laisser leurs yeux sonder mon âme. Parce qu’au travers de mes modèles, de mes atmosphères et de mes décors, c’était moi que je dévoilais, ma vision du monde, ‘mon oeil’ comme avait eu l’habitude de dire ma mère. D’ailleurs, c’était elle qui m’avait poussé dans cette voie, elle qui m’avait soutenue, qui avait cru en moi, ne cessant de répéter ô combien j’avais du talent, même du haut de mes treize ans -ce qui, finalement, prouvait bien son manque d’objectivité-. Et si elle s’était trompée ? La main de Solal se resserra autour de la mienne, et j’oubliais temporairement ma future crise de panique. Même que je souriais un peu à son baiser sur ma joue. Par contre, je frôlais la crise cardiaque lorsqu’une voix se fit entendre à mon oreille. « Félicitations Lara. Tu l’as fait. » Putain, le con ! J’avais faillit crever, là ! Ce qui ne m’empêchais pas de lui sourire en pivotant légèrement, et de lui offrir une étreinte approximative puisqu’incapable de lâcher la main de mon frère. « T’es venu ! » je m’étonnais presque, tout comme je m’étonnais de voir tant de monde entrer dans la galerie. « Sol’ ! » j’appelais mon frère, dans mon dos, tout en tirant sur sa main dans la mienne, pour le ramener à ma hauteur avec brusquerie. « Sol, je te présente Lenzo, c’est... » C’était qui, au juste ? J’pouvais pas lui dire qu’il s’agissait du frère de Renji, puisque je ne lui avais jamais parlé de Renji, et je n’avais absolument pas l’intention de le faire. Donc... « Il possède un restaurant-club dans Brooklyn. C’est bien ça ? Un resto qui fait club passé une certaine heure ? » A vrai dire, j’étais plus au fait des activités de son frère que de lui. Enfin, les activités non-clandestines, évidemment. « Lenzo, je te présente mon petit frère, Solal. C'est lui qui a tout organisé ce soir, du traiteur jusqu'au DJ. » Et j’insistais sur le ‘petit’ juste pour faire chier, avant que mon attention se reporte sur un type me saluant de loin, et quelques instants plus tard, une jeune femme faisant de même. J’étais pas très habituée à ça, d’ordinaire, si les gens m’observaient, c’est parce que je venais de lâcher un juron ou d’hurler sur quelqu’un. « T’as vu la grande blonde, là-bas ? » je chuchotais à mon frère tout en désignant ‘discrètement’ la jeune femme en question. « Je crois que un genre de super-top-modèle super connue. » Et si je ne me trompais pas, ça devait même être la soeur d’Ebba. « C’est fou, elle a trois mètres de jambes. » voir douze. « J’suis contente, que tu sois là ! » je sautais du coq à l’âne, offrant une petite tape sur l’épaule du Lenzo. « T’as été jeter un oeil ? T’en penses quoi ? Sois franc ! Comme pour mon fils, si c’est moche, tu dois me le dire ! » Sauf que mon fils était beau, et que s’il me disait que mon expo ne l’était pas, j’étais pas certaine de m’en remettre.


with: ceux qui veulent | date: 19/02/15
cassie at atf.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Jeu 12 Fév - 22:43

VERNISSAGE D'ASTARIA
SUJET COMMUN
A l’ouverture, alors que la plupart des invités se dirigeaient évidemment vers les oeuvres, moi je choisissais de me diriger vers l’artiste. Rien que l’atmosphère me plaisait énormément et reflétait l’image d’un travail de longue date — que je n’avais pas encore vu, mais soit. Arrivant dans son dos, je lui glissais mes félicitations non sans omettre de l’appeler Lara. Ça m’amusait franchement, ça. Et je lâchais un rire à son sursaut. Apparement, j’avais surpris, et tant mieux puisque c’était le but. Je bouclais son étreinte d’un bras, non sans être surpris de ce geste. C’est vrai, on ne se connaissait pas tellement après tout. Enfin, pas de longue date du moins, mais on en savait pas mal l’un sur l’autre en y repensant. « T’es venu ! » Je lui montrais mon carton d’invitation, signe ironique. « Bien sûr que je suis venu. Je t’ai dit que je ne manquerai pas ça. » Elle rappelait à l’ordre le gars qui se trouvait à ses côtés, celui duquel elle serrait fermement la main. Et elle cherchait à me présenter, mais n’avait pas l’air sûre de quoi dire. Je me doutais bien que le sujet Renji était à éviter, alors je la laissais m’introduire par mon boulot. J’hochais la tête quand elle demandait confirmation. « Lenzo, je te présente mon petit frère, Solal. C'est lui qui a tout organisé ce soir, du traiteur jusqu'au DJ. » J’affichais un sourire sincère, tendant ma main droite pour serrer celle du jeune homme en face de moi. « Enchanté. Rencontrés par total hasard. » précisais-je en voyant le regard sur-protecteur de son frangin. « Super travail en tout cas, vous pouvez être fiers. » Et par ça, je parlais pour les deux. Ils avaient l’air de former une équipe de choc, vu le succès que l’exposition connaissait à peine les portes ouvertes. Je suivais le regard d’Asta et vis les personnes qui la saluaient de loin. Elle commentait ensuite la jeune femme, et me tirais de mes rêveries lorsqu’elle m’offrait une tape sur l’épaule. « J’suis contente, que tu sois là ! T’as été jeter un oeil ? T’en penses quoi ? Sois franc ! Comme pour mon fils, si c’est moche, tu dois me le dire ! » Elle allait me faire chier encore longtemps avec ça? « De un, je t’ai dit que j’étais toujours franc. De deux, je n’ai pas encore fait le tour, je voulais te saluer en première. J’ai mes priorités, tu vois? » lui lançais-je dans un petit sourire amusé, accompagné d’un clin d’oeil. « Et enfin, moi aussi je suis content de te voir. Promis, je vais aller voir tout ça et je reviendrai te voir pour t’offrir ma crue vérité. Ça te va? » Il fallait sérieusement qu’elle se détende. Si ça faisait un flop, peu importe, elle aurait tenté le coup. Mais on n’allait pas se voiler la face non plus, il fallait être aveugle pour ne pas voir que son expo était un triple top.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Ven 13 Fév - 0:33


Vernissage
J’avais joué ma rusée, sur ce coup. Du moins, espérais-je l’avoir été assez. Pour ma participation à l’oeuvre d’Astaria, j’avais reçu un carton d’invitation pour deux. Le seul hic, c’est que... J’en avais parlé à trois personnes, déjà, et... Des personnes pas réellement supposées se croiser, en ce moment. Sauf que, justement, j’avais l’intention de les imposer l’une à l’autre, ces personnes, et en terrain neutre, si possible. Le vernissage offrait toutes ces options. Alors, j’avais donné mon carton à Nastazià en lui demandant d’inviter Ambroise avec elle, et que, pour ma part, je n’avais pas besoin d’invitation. Mensonge ! Mais j’espérais que ma tête suffirait à me faire rentrer. Cette même tête qu’on affichait à l’intérieur de la galerie. Je ne pouvais pas accepter que Nastazià se considère comme mon plus un, sinon je n’aurais pas pu emmener mon réel plus un : Esteban. Du coup, patientant devant l’entrée de la galerie, je faisais preuve de tous mes talents d’actrice -très peu, donc- en soupirant tout en fouillant mon sac. Je devais jouer la fille qui avait égaré son carton, alors autant me mettre en condition, et faire en sorte qu’Esteban y croit lui aussi. Je fouillais, fouillais, et fouillais encore une fois parvenu en face du gros monsieur. Alors, et seulement alors, je relevais lentement le regard vers lui, la lèvre inférieure coincée entre mes dents. « Je crois que j’ai oublié mon carton à la maison... » je soufflais, presque dans un murmure, mes sourcils formant un accent circonflexe au-dessus de mon nez. « Je suis désolée, j’étais persuadée de l’avoir pris en partant, mais... Et puis, je peux pas rater ça, je suis dans l’expo, regardez ! » je tentais, en attrapant le catalogue d’une femme ressortant fumer sa clope, et feuilletant les pages jusqu’à... Moi ! « Wahouuuu ! 1000$ ? Je vaux 1000$ ? » je réagissais, cessant de tendre le catalogue au gros monsieur pour le montrer à Esteban. « T’as vu ? Je suis à 1000$. C’est beaucoup, hein ? » Moi, je trouvais ça beaucoup, en tout cas. J’étais fière et gênée à la fois. Le videur ayant certainement décidé que je n’étais une menace pour personne, à part pour son absence de migraine, nous fit signe de rentrer, et ce fut avec un large sourire et entrain, que j'obtempérais. En plus, comme j’avais oublié de rendre le catalogue à la dame, ça nous en faisait un gratuit. Je valais donc 1000$ + plus le prix d’un catalogue à... « Ha bah non, c’est gratuit, en fait. » j’apprenais à Presque-Presque, absolument convaincue qu’il avait suivi mon raisonnement interne. Une fois au chaud, je lissais les pans de ma robe, soufflais un bon coup, et attrapais le bras de mon accompagnateur. Maintenant, le plus dur restait à faire : trouver Nastazià, lui coller Esteban dans les pattes, les isoler, et prier pour qu’ils ne cassent rien. Oui, sauf que... Si elle nous voyait arriver ensemble, qu’allait-elle penser ? Immédiatement, je lâchais le bras de Presquinou, et envisageais la possibilité de lui proposer de faire bande à part. Oui, non, c’était idiot, on n’invitait pas quelqu’un pour le lâcher seul en plein expo inconnue. Au lieu de quoi, j’optais pour le plan B. « Tu veux pas aller nous chercher du champagne ? » C’était ça, le plan B. Peut-être, qu’en chemin, il croiserait Nastazià. Sinon, dans le pire des cas, j’aurais droit à une coupe de champagne. Win-Win.


with: tout plein de gens | date: 19/02/15
cassie at atf.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Ven 13 Fév - 11:29


Vernissage - Asta
Aujourd’hui je n’irais pas au club, et Jack était prévenu. Je devais aller à l’exposition d’Astaria. D’ailleurs exposition dont j’avais eu vent en allant rendre visite à Lenzo à l’improviste. J’avais vu l’invitation sur son bureau. Le postier avait dû se tromper, ça arrivait souvent après tout, c’est au nom Wellington, s’il ne lit pas le nom du lieu, ce con se trompait souvent. M’enfin, on avait rien à cacher à l’autre, alors ça ne me dérangeait pas. Enfilant un jean bleu délavé et troué, j’attrapais mon polo Gucci et l’enfilais. Me coiffant, tirant un peu mes cheveux en arrière mais les laissant tout de même volage, j’enfilais mon écharpe à carreau noir et vert foncé avant de mettre ma veste en cuir tout aussi noir. Prêt à partir, je troquais mes chaussons contre mes richelieu, et parti définitivement de chez moi. Le froid n’était pas trop saisissant c’était déjà ça. Soufflant dans mes mains, je décidais d’y aller à pieds, puisque ce n’était pas bien loin. Mains dans les poches je fis ma route dans la tranquillité, zigzaguant entre les passants avant d’arriver devant le lieu du vernissage. Bon, seul bémol, c’est que j’ai totalement oublié de prendre l’invitation dans le bureau de Lenzo. Secouant la tête, je regardais les gens montrer leur invitation pour rentrer alors que moi comme un con, je ne l’avais pas. Soupirant, je m’approchais du videur, ou dieu sait quoi avant qu’il ne me fasse un signe de tête. Comme pour dire… tout est okai ? Fronçant les sourcils, je regardais autour de moi avant d’entrer. Okai, pas besoin de carton. J’étais privilégié ? Peut-être. Après tout, elle avait pris des photos dans mon club, alors elle pouvait bien me rendre privilégier. Entrant, je regardais autour de moi avant de soupirer. Je n’aimais pas ce genre de sortie, mais soit. Je voulais venir à celle-là. Boguant sur Astaria, je l’observais de haut en bas, alors que mon regard se posa sur sa poitrine. Plus décolleté encore. Mais… Ou était passé son gros ventre ? Elle avait pondu ? Soupirant, je m’approchais avant de reboguer. Lenzo ? Qu’est-ce qu’il foutait là ? Et en plus avec Astaria ? Il avait pris l’invitation pour lui ce con ? Et elle me prenait pour lui ? Forcément, nous étions jumeaux alors… Pressant le pas, je ne saurais dire pourquoi, je m’approchais de Lenzo avant de le séparer d’Astaria, me mettant bien entre eux deux l’air de rien. « Eh bien. Ça semble être une soirée parfaite. » Dis-je en tapant le dos de mon frère Alors que je prenais mon accent Australien. Me tournant vers Astaria, je regardais l’homme à qui elle tenait la main avant de pencher la tête tout en réfléchissant. C’était lui le père du mioche ? Non, ça ne semblait pas être lui. Ils avaient un air de famille non ?

vernissage - sujet commun


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Ven 13 Fév - 12:16

Vernissage d'Astaria
Sujet commun
Pantalon de cuir et chemise blanche, elle termina d’entourer ses yeux d’hivers d’un fin trait noir avant de se hisser sur ses hauts talons noirs. Attrapant son carton d’invitation et son long manteau bleu électrique, elle quitta la chaleur de son appartement pour rejoindre la tranquille froideur d’une nuit d’hiver. Ce soir fut le premier où J ne se rendit pas à son travail. Hélant un taxi elle prit, non sans une certaine angoisse, le chemin du quartier de Manhattan ou son amie organisait ce soir-là, son premier vernissage. Elle était heureuse. Heureuse qu’Astaria est enfin osée franchir le pas mais anxieuse à l’idée de voir son image placardée sur les murs. S’offrir à l’œil d’un photographe était une expérience étonnante d’autant plus quand ce regard était celui d’Astaria. Parce qu’elle parvenait à capturer l’essence même de l’âme, parce qu’elle se saisissait d’un instant de vie, de l’éclat d’un regard, de la douceur d’un mouvement comme aucun ne savait le faire.
Néanmoins, elle ne pouvait décemment ne pas participer à cet instant qui, elle en était persuadée, marquerait peut-être le début d’une grande carrière artistique pour son amie. Aussi, Jénova s’arma d’une tranquille nonchalance lorsqu’elle présenta son carton d’invitation à l’œil du vigile qui, dans un sourire poli, la laissa pénétrer dans l’entre de la création.

Une lumière tamisée l’accueillit alors que son regard glissait sur les quelques œuvres offertes à la gourmandise du regard. Souriante, elle repéra bien vite la jeune femme qui se tenait, droite comme un i, entourée de trois garçons dont Solal, tenant fermement sa main dans une étreinte d’encouragement. Elle s’approcha d’un pas tranquille, le claquement de ses talons sur le sol marbreur annonçant son arrivée.
Sa main frôla le dos d’Astaria avant qu’elle ne vint plaquer un tranquille baiser sur sa joue. « Félicitations demoiselle, tu as presque réussi à rendre ton frère beau. » Elle offrit un clin d’œil au concerné avant de l’embrasser à son tour. « Tu peux être fier de vous Sol. » Murmura-t-elle d’une voix tendre à son ami lorsque son regard rencontra celui de son patron. Un air surpris se peignit sur son visage, vite remplacée par une moue dubitative. A son coté, se trouvait son parfait sosie tant dans la posture que dans le regard. Demeurant discrète et masquant sa surprise, Jénova se contenta d’hocher la tête, saluant brièvement son patron d’un signe de tête avant de se rapprocher d’Astaria. « C’est sympa qu’il soit là, au moins je ne me sens pas trop dépaysée. » Sourire ironique et question dans le regard : « mais… Faudra que tu m’explique qui c’est son double là… »
Elle se saisit d’une coupe de champagne, marquant fin à l’apparté avant de se concentrer sur les quelques personnes déjà présente puis, sur les œuvres offertes à son regard, un sourire flottant aux lèvres.
crackle bones


Dernière édition par Jénova Arov le Sam 14 Fév - 11:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Ven 13 Fév - 15:04

Vernissage
Sujet commun

Esteban ne savait pas exactement ce qu'il faisait ici, en compagnie d'Ebba devant une galerie d'art alors qu'il n'avait encore jamais mis les pieds dans ce genre d'endroits. A vrai dire, il n'avait jamais été de ce monde-là, et l'était encore moins aujourd'hui. Il avait vécu dans la rue, il enchainait les menus travaux pour survivre et payer son loyer au black, alors autant dire que l'idée de se payer un portrait pour décorer son intérieur ne lui traversait même pas l'esprit. Mais Ebba avait lourdement insisté pour qu'il l'accompagne, et Esteban avait bien du finir par céder. Après tout, elle lui rendait bien service lorsqu'il avait besoin de parler de sa relation échouée avec Nasta… Et puis il l'aimait bien, Ebba. Alors l'optique de passer une soirée avec elle ne le dérangeait pas, bien au contraire. Cela dit, la soirée risquait d'être compromise puisque la jeune femme semblait incapable de remettre la main sur son carton d'invitation. Mais elle ne manquait pas de ressource, et en se saisissant d'un catalogue dans les mains d'une greluche de passage, elle prouva au videur que sa présence ici était bel et bien légitime. « T’as vu ? Je suis à 1000$. C’est beaucoup, hein ? » s'exclama Ebba en tombant sur son portrait, constatation qu'Esteban ne put que confirmer en hochant la tête d'un air légèrement médusé. En effet, il n'était vraiment pas de ce monde-là.

Quelques minutes plus tard, les deux individus se retrouvèrent donc dans ladite galerie, entourés d'une foule déjà conséquente de visiteurs. Impressionné par tout ce qu'il voyait, le colombien n'avait de cesse de laisser aller son regard à droite, à gauche, devant lui, derrière lui… réalisant à peine que son acolyte lui saisissait le bras, avant de le relâcher prestement et de lui demander d'aller chercher deux coupes de champagne. « Oui, si tu veux… J'arrive. » Refermant le bouton de son costume (le seul qu'il possédait, en fait), Esteban commença donc à fendre la foule mais s'immobilisa après quelques pas seulement. Là, juste devant lui, de dos, se trouvait une silhouette qu'il connaissait bien. Elle n'avait pas besoin de se retourner, par besoin de lui montrer son visage pour qu'il la reconnaisse… D'un geste vif, le colombien tourna les talons, presque paniqué, pour rejoindre en vitesse Ebba en fronçant les sourcils. La saisissant par le bras, il l'attira un peu à l'écart comme pour s'éloigner le plus possible de Nastazià (car il s'agissait bel et bien d'elle), et s'indigna : « Elle est là ! Pourquoi elle est là ? Tu le savais ? » Le regard d'Esteban se faisait de plus en plus suspicieux, à mesure qu'il échafaudait tout un tas de théories dans son esprit. « Ebba… T'as pas fait ça ?!    

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Ven 13 Fév - 15:32

Vernissage
Sujet commun

La soirée venait à peine de commencer et déjà, la galerie se remplissait à vue d'œil d'une foule de curieux, tous sur leur trente-et-un, ce qui fit sourire Solal. Finalement, c'était peut-être bien lui le moins classe de tous… Mais il n'en avait que faire. Après tout, il n'avait jamais eu besoin de vêtements pour être classe. C'était en tous cas ce qu'il se plaisait à penser, et que ses nombreuses conquêtes n'avaient jamais démenti. Sans tarder, Astaria entreprit de présenter son frère à l'individu qui venait de l'aborder, lui apprenant par la même occasion qu'il était le patron d'un étrange restaurant de Brooklyn. L'homme, Lenzo donc, tendit une main dont Solal se saisit pour le saluer, tout en hochant la tête au moment où l'inconnu tenta de justifier sa rencontre avec sa sœur. Pourquoi éprouvait-il le besoin de faire ça d'ailleurs ? Est-ce qu'il avait des choses à cacher ? Est-ce qu'il voulait rassurer Solal ? Et pourquoi le ferait-il ? Tant de questions qui furent vite effacées par Astaria qui désignait une grande blonde aux jambes interminables (Nastazià), en apprenant à son frère qu'il s'agissait d'un mannequin de renom. « Hm… ouais, elle est pas mal ! » répliqua-t-il, avant d'apercevoir le parfait sosie de ce Lenzo qui s'approchait vers eux (Renji). Et en plus il y en avait deux ? C'était une blague ou bien ? Quelque peu intrusif, le nouveau s'immisça entre Astaria et son double avant de dévisager Solal. Ce dernier, pas certain d'apprécier une telle attitude, s'empressa de demander sans même s'en cacher : « Et lui, c'est qui ? » Mais avant même qu'Asta ait pu répondre, une nouvelle silhouette connue fit son apparition, en la personne de Jénova qui déclara tout en embrassant l'artiste : « Félicitations demoiselle, tu as presque réussi à rendre ton frère beau. » Accueillant à son tour son baiser avec une grimace et son grognement habituel, Solal flanqua un coup de coude à J, tout en lui offrant un sourire plein de gratitude lorsqu'elle lui assura qu'il pouvait être fier d'eux. « Ouais, je suis surtout fier d'elle ! » répondit-il en désignant sa sœur d'un signe de tête, sans pouvoir s'empêcher de sourire à nouveau. Mais son attention se reporta bien vite sur Tic et Tac, toujours plantés devant Astaria. « Alors ? » s'enquit-il, bien décidé à savoir qui était ce nouvel arrivant, qui paraissait étonnamment bien connaître sa sœur.  

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Ven 13 Fév - 15:55

VERNISSAGE D'ASTARIA
SUJET COMMUN
Assez proche d’Asta physiquement parlant dû à notre précédente étreinte et au fait que je chuchotais presque pour parler pour éviter de déranger les autres et aussi pour garder cette atmosphère d’intimité qui collait au vernissage, je la taquinais toujours, habitude que tous les deux avions sûrement pris le jour de notre rencontre. C’était si simple de parler avec elle. Sauf que je fus bien coupé court quand un individu me sépara brusquement d’elle. « Wow, qu’est-ce que…?! » Et Renji se postait entre elle et moi. Renji?! Bordel, qu’est-ce qu’il foutait là lui? Et puis, comment il avait pu entrer vu que j’avais embarqué le carton d’invitation? Oh merde, le physique. Le videur n’a quand même pas cru que j’étais sorti et que je voulais entrer à nouveau? Quel con celui là, j’en toucherai deux mots à Asta plus tard. « Eh bien. Ça semble être une soirée parfaite. » lança-t-il, accompagné d’une tape sur mon dos. Accent australien? Il est perché ou quoi? « Qu’est-ce qui te prend? A quoi tu joues? » lui rétorquais-je, avec mon vrai accent australien. Et là, il se rendrait bien compte de ce qu’il se passait. Je savais très bien à quoi il jouait en fait. Il croyait que je me faisais passer pour lui, et que l’invitation était sienne. En même temps, Asta aurait du écrire le prénom quand elle me l’a offerte, parce que « M. Wellington », considérant le fait que j’avais un jumeau qu’elle ne voulait surtout pas voir à son expo, c’était jouer avec le feu… Du coup, Renji se glissait dans ma peau en imitant — très mal, on est tous d’accord sur ça — mon accent australien. Non mais je rêve. Ça me paraissait tellement absurde. Devant n’importe qui d’autre je me serais prêté au jeu. Mais pas devant Asta. Pas devant Asta, sachant que j’avais essayé et que ça avait été un magnifique fail total. Elle m’avait direct grillé, avait directement su que je n’étais pas Renji. Et il lui avait fallu une tentative de baiser pour le lui confirmer définitivement, puisque, alors que Renji aurait sauté sur l’occasion, je l’avais vivement repoussée. Je regardais Asta pendant que mon frère bloquait sur le gars à qui elle tenait la main, soit son frère, et lui dis silencieusement sur mes lèvres : « Je te jure que j’ai rien dit. » Et je savais qu’elle verrait que j’étais sincère. Mais je lui avais bien dit que Renji ferait tout pour assister à l’expo, étant donné qu’elle avait photographié son club…

Une jeune femme s’approcha et flanqua un bisou sur la joue d’Asta ainsi qu’un autre sur la joue de Solal. J’avais l’impression de l’avoir déjà vue. Oh, je sais. Mes visites chez Renji quand on s’amusait à échanger nos peaux. Ce qui se confirma quand elle lui adressait un signe de tête respectueux. « C’est sympa qu’il soit là, au moins je ne me sens pas trop dépaysée. Mais… Faudra que tu m’explique qui c’est son double là… » Je tournais la tête vers elle. « Lenzo. Le jumeau. » Bah oui, comment voulez-vous que je me présente? Tout le monde connaissait Renji, et j’avais l’impression de dépendre de lui dans ces cas là. Mais elle s’éloignait déjà, coupe de champagne à la main. Bon… Je reposais le regard sur Renji et Astaria. Merde. Je sens que ça allait mal finir tout ça.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Ven 13 Fév - 23:09




Il y avait beaucoup de monde, beaucoup trop de monde, surtout pour une claustrophobe comme moi. Beaucoup de monde dans la galerie, et beaucoup de monde autour de moi, aussi. Et c’était arrivé si brusquement. Une seconde auparavant je présentais Solal à Lenzo tranquillement, désignait Nastazià à mon frère qui semblait la trouver à son goût -je m’étonnais, d’ailleurs, qu’il ne soit pas empressé d’aller la draguer, il devait être vraiment stressé-, puis discutais objectivité avec Lenzo, et puis... Brusquement ! Beug général ! Sans déconner, mon cerveau venait de freezer et je crois que le vide c’était même fait dans mes yeux. Lenzo était en train de me dire que « Promis, je vais aller voir tout ça et je reviendrai te voir pour t’offrir ma crue vérité. Ça te va? » et je n’eus pas le temps de répondre Lenzo bis, donc par élimination forcément Renji, venait de surgir de je ne sais pas où, pour acculer son frère dans un accent tout chelou. Heu.... Et puis, voilà qu’il se tournait vers moi, suivait mon bras du regard jusqu’à ma main, et remontait le long de celui de mon frère pour lui offrir un regard qui, en temps normal, m’aurait donné envie de le gifler. À la place, je..... Heuuuuu...  Là-dessus, Lenzo m’offrait un regard qui transpirait l’innocence.... Heuuuu... Et quelqu’un plantait un bisou sur ma joue.... Heu.... Quoi ? « Et lui, c'est qui ? » me demandait mon frère. « Félicitations demoiselle, tu as presque réussi à rendre ton frère beau. » me soufflait la voix de Jénova. Est-ce que quelqu’un pouvait mettre cette soirée sur Pause, s’il vous plait. Jénova avait l’air ravie de constater que son boss se trouvait là, avant de réaliser qu’ils étaient plus d’un. « mais… Faudra que tu m’expliques qui c’est son double là… » Moi j’aimerais qu’on m’explique ce qu’il foutait là, surtout. « Lenzo. Le jumeau. » répondait Lenzo, « Alors ? » insistait mon frère. Ok, c’était trop ! STOOOOP ! « STOOOOOP ! » Ah, tiens, je l’avais hurlé à voix haute ? « Temps mort ! » je réclamais en ponctuant le tout en mimant le temps mort de mes deux mains. « J ? » j’appelais en tournant sur moi-même, à la recherche de ma muse et amie, avant de remarquer sa tignasse blonde à plusieurs mètres de là, se frayant un chemin parmi la foule. « C’est malin, vous m’avez fait rater J ! » je les accusais alors, tous ! Puis, reprenant une inspiration en même temps que mes esprits, je récapitulais l’ordre des choses à faire. « First thing first. Voici l’homme de ma vie ! » j’annonçais en levant ma main qui tenait celle de mon frère, l’obligeant à lever le bras, du coup. Voilà, il était content, le Sosol ? Il allait peut-être cesser de mitrailler du regard tout individu mâle s’approchant un peu trop près de moi. « Ensuite... » j’enchainais en baissant le bras. « J’sais que t’es pas en cause, Lenzo, t’en fais pas. » Non, je le connaissais suffisamment, maintenant, pour savoir qu’il n’aurait pas pris ce risque, ni affiché cette tête en voyant son frère, s’il était au courant de quoique ce soit. Et maintenant, le principal... « Qu’est-ce que tu fais là ? » Cette fois, c’était à Renji que je m’adressais directement, ne laissant pas le moindre doute sur la question. « D’où sort cet accent débile ? Et surtout... Sérieux, quand est-ce que tu vas aller te faire couper les cheveux ? » Oui, ok, mon ordre des priorités laissait un peu à désirer, mais... En le voyant, là, c’était plus fort que moi, outre lui foutre une gifle, j’avais surtout envie de lui incliner la tête en avant et faire claquer les ciseaux sur ses pointes. Puis, me rappelant mon frère, brusquement, j’ajoutais à son attention : « Lui c’est Renji, le frère de Lenzo, comme tu peux t’en douter vu que ça se voit un peu... Il possède le club de strip à côté de l’établissement de Lenzo. C’est chez lui que j’ai été prendre quelques uns des clichés que tu apprécies le plus. Et c’est le boss de J, aussi. » D’ailleurs, en parlant de J... « Tu veux pas aller voir où elle est ? » je demandais alors qu’une hôtesse m’approchait pour me glisser un mot à l’oreille. « Sans déconner ? Lequel ? » j’interrogeais tandis qu’elle se penchait à nouveau pour me communiquer sa réponse. « Déjà ? Combien ? » Le prix délivré, elle se retirait tout sourire, plus que satisfaite de ma réaction. Du coup, j’en balançais mes cheveux par-dessus mon épaule, façon vamp prétentieuse, avant de souffler d’un air blasé : « Je viens de vendre une oeuvre à 1000$. » Enfin, faussement blasée, puisque la seconde d’après je pliais les genoux et levais les bras en l’air, façon supporter de foot, avant d’annoncer à mon frère : « On va pouvoir manger ce mois-ci ! » Give me five, bro ! Ok, j’exagérais un peu, mais... 1000$ dès l’ouverture, quoi... « J’parie que même tes meilleures danseuses se font pas autant en 5 minutes. » Booom, dans ta face ! Je me sentais toute puissante, là.


with: ceux qui veulent | date: 19/02/15
cassie at atf.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Ven 13 Fév - 23:38


Vernissage
Il n’avait pas l’air très à son aise. Qu’il se rassure, ce n’était pas mon cas non plus. Je me sentais, à nouveau, comme cet idiot d’albatros de Baudelaire, trop grand, trop gauche. Je veillais à bien rentrer mes coudes pour ne surtout pas embrocher quelques uns sur mes os pointus, et chaque mouvement de ma part réclamait mille précautions préalable. Mettez-moi des projecteurs et une scène, et j’étais la plus agile du monde. Ôtez tout ça et je ne savais plus quoi faire de mon corps. Alors, après qu’il m’eut informé qu’il allait chercher le champagne et qu’il revenait, je restais là, sagement, à l’attendre, droite comme un I, les mains sagement ramenées contre ma robe. Pas bouger. Pas de geste brusque. J’observais les allées et venues, scrutais les gens tous bien habillés et attentifs aux oeuvres, et je me demandais combien était déjà passé devant moi. Enfin la moi en photo, pas la moi, là, toute figée. Parce que la moi toute figée tentait de se rendre invisible, alors autant que ça fonctionne. Ma première pensée lorsqu’Esteban revint vers moi fut de me dire qu’il était très rapide, et de m’interroger sur son record de marche rapide. Mais, à son air affolé, je compris qu’il avait juste fait demi-tour rapidement. Ça et ses mains vides aussi. Sherlock Holmes sors de mon coooorps ! Et puis, il me poussa, me forçant à reculer et, évidemment, à bousculer des gens que je ne voyais pas. « Pardon, pardon. Désolée. Oups. Au temps pour moi. » j’offrais, à l’aveugle, à ces pieds que j’écrasais, ces hanches que je percutais, ces gouttes de champagne que je renversais en cognant un coude. Jusqu’à ce que Presque-Presque s’immobilise enfin. « Elle est là ! Pourquoi elle est là ? Tu le savais ? » Si je répondais « Qui donc ? » c’était crédible ? Non, hein ? Alors, je ne disais rien, me contentant de me mordre la lèvre sans prendre conscience d’à quel point ça me rendait coupable. « Ebba… T'as pas fait ça ?! » Et si je répondais « Fais quoi ? » c’était pas plus crédible non plus, hein ? À la place, je rassemblais tout mon courage pour lui tapoter la joue en lui affirmant que « Tu pourras me remercier plus tard. » avant de lui attraper la main et de le forcer à me suivre le long de ce chemin inversé, ponctué de « Pardon, pardon. Désolée. Oups. Au temps pour moi. » Encore fallait-il que je la retrouve dans cette immensité de coins et de recoins. Mais puisqu’il l’avait vu en prenant la direction du bar, j’en faisais autant, serrant, broyant sa main pour qu’il ne s’avise surtout pas de m’échapper. Le coeur battant, je fouillais, sondais l’espace à la recherche de ma soeur, jusqu’à ce que je la percute de plein fouet, alors que je la cherchais de l’autre côté. « Nasta ? » Genre, j’étais surprise de la voir là. « T’es magnifique ! » ça, c’était un cri du coeur, par contre, spontané et imprévu. Mais après l’avoir croisé de nombreuses fois cernées et pas très apprêtée, cette robe et ces talons la rendaient juste, absolument incroyable. « Oh, Ambroise, t’es là aussi ! » j’entonnais en lâchant la main d’Esteban dans mon dos, pour me décaler, dépasser ma soeur, et rejoindre mon frère en obligeant, de fait, Esteban et Nastazià a un face à face. « T’as déjà vu ma photo ? » j’interrogeais Ambroise en m’éloignant avec lui. Ou, plus vraisemblablement, en le forçant à s’éloigner avec moi.  


with: tout plein de gens | date: 19/02/15
cassie at atf.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Sam 14 Fév - 0:14


Vernissage
sujet commun
J’avais pas vraiment de raison d’être là. Certes, mon bar figurait sur quelques uns des clichés, mais je le voyais déjà tous les jours, donc pas la peine d’en rajouter en allant l’observer en photo durant mon seul jour de repos. Et puis, personne ne savait qu’il s’agissait de mon bar. Pas même Astaria qui ne m’imaginait que dans les fringues d’un simple barman. J’avais été plutôt surprit de recevoir son carton d’invitation, d’ailleurs. Pourquoi moi ? Pourquoi pas Roddy, aussi ? C’était, certes, valable pour deux, mais il était rédigé à mon nom. D’ailleurs, j’étais venu sans lui, ne faisant profiter personne de mon entrée supplémentaire. Je pensais passer en coup de vent, alors à quoi bon convier une autre personne pour un simple passage de politesse. Une politesse qui s’éternisait, en réalité, puisque j’arpentais les allées depuis près de vingt bonnes minutes. Officiellement, j’attendais qu’Astaria soit un peu moins sollicitée pour aller la saluer, la remercier de son invitation, et la féliciter de son travail. Officieusement, je cherchais, depuis tout ce temps, un visage connu, et un corps plus encore. Pas dans les allées, non, mais sur les murs. Elle ne pouvait pas être passée à côté, la brune devait forcément y figurer... Mais je ne la trouvais pas. À la place, je tombais sur... Moi ?! Quand avait-elle prit ce cliché ? De surprise, j’en reculais un peu, percutant une personne de mon dos, et me retournant prestement pour tendre le bras, attraper un coude et éviter une chute. Jolie, blonde, corps fin et élancé, la jeune femme (Jénova) qui se tenait devant moi, me disait quelque chose. Et pour cause, elle était sur le carton d’invitation que je tirais de ma poche pour confirmation. D’ailleurs, elle était triplement devant moi, puisqu’il y avait elle, le carton dans ma main, et le deux mètres par trois juste derrière elle. « Bonsoir, oeuvre 124... » je lui soufflais en déchiffrant l’inscription à côté du cadre dans lequel elle trônait. « Je suis... » reprenais-je en tournant la tête pour lire mon propre intitulé sous le cadre dans mon dos : « Je suis l’oeuvre 113. Enchanté ! » Visiblement, Astaria préférait les blondes, à mon grand damne...     
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Sam 14 Fév - 11:43


Vernissage - Asta
Well, on pouvait clairement dire que ma présence n’était pas là bien voulue au vu de son regard, tout comme celui de mon propre frère. Ça faisait tellement plaisir que j’avais envie de faire demi-tour et me casser sur le champ. S’il y avait bien une chose que je n’aimais pas c’était être pris pour un con. Et là, c’était clairement ce qui était en train de se passer. Et en plus Jenova faisait partie des invités. Bon, quand on voyait le carton d’invitation ce n’était pas surprenant en fait. Et elle n’avait pas l’air d’apprécier que je sois là. Mais soit, pour le moment j’avais d’autres soucis en tête qu’elle et sa présence ici et non au club à se pavaner à moitié à poil sur la scène. « First thing first. Voici l’homme de ma vie ! » Ouais. L’homme de sa vie, qui lui ressemblait. Son frère ? J’hésitais entre le plaindre avec le caractère de chien qu’elle avait, ou le fait de savoir si lui aussi avait un caractère de merde et ce que ça pouvait donner. « J’sais que t’es pas en cause, Lenzo, t’en fais pas. » Lenzo ? Et en plus, elle connaissait, bel et bien mon frère. Tournant un vague regard vers mon jumeau, je me retins de le foudroyer du regard car je n’aimais vraiment pas être pris pour un con, avant de regarder à nouveau Astaria. « Qu’est-ce que tu fais là ? D’où sort cet accent débile ? Et surtout... Sérieux, quand est-ce que tu vas aller te faire couper les cheveux ? » Quel accueil. Ça faisait tellement plaisir. Ben voyons. « D’une que je sache se sont mes cheveux, je fais ce que je veux avec. Je ne vois pas en quoi ça te concerne en fait. Deux, dois-je te rappeler la dernière fois qu’on s’est vu dans mon bureau, tu m’as parlé de ton expo et je t’ai dit que je viendrai vu que tu as photographié mon club. C’est de la politesse, je dirais. Dans les deux sens, je t’ai laissé photographier mon club, je viens donc voir ton travail effectué. Mais apparemment, ma présence dérange. » Dis-je sans la quitter du regard. J’étais déjà énervé ouais. Il m’en fallait peu. Mais pour le coup, ça me foutait hors de moi. L’écoutant nous présenter à son frangin, j’en profitais pour lâcher mon frère, hors de question que je continue de tenir un traitre contre moi. Regardant une nana parler à Astaria, je la vis sourire. « Je viens de vendre une oeuvre à 1000$. » Super. « On va pouvoir manger ce mois-ci ! » Elle est si pauvre que ça ? Et lui ? Il ne ramène pas d’argent ? « J’parie que même tes meilleures danseuses se font pas autant en 5 minutes. » Haussant un sourcil en l’observant, je me mis à rire franchement sans pouvoir me retenir. « Avant même qu’elles ne commencent leur show, j’ai déjà gagné plus de 1000$ sans rien faire. » Entre le prix des entrées les boissons et tout ça. Je gagnais bien plus qu’un tableau vendu. Mais soit. Soupirant, je souris à tout le monde avant de prendre Astaria par les épaules. « Vous m’excuserez cinq minutes ? J’ai besoin de lui parler en priver, ça ne sera pas long. » Dis-je en l’attirant avec moi. « J’vais pas la manger hein. » Ajoutai-je à l’attention du frère sans le regarder. J’sais pas où j’allais mais j’y aller. Je cherchais simplement un endroit ou on serait seul. Voyant la fille qui avait annoncé la vente du tableau sortir d’une porte pour revenir ici, je pris alors cette porte avant de la refermer derrière moi, à clé, histoire d’être tranquille. « Tu m’expliques le délire là ? Depuis quand tu connais mon frangin ? »

vernissage - sujet commun


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Sam 14 Fév - 11:45

Vernissage d'Astaria
Sujet commun
Elle eu tôt fait de filer, la jolie blonde. Bien qu’elle aurait souhaitée s’entretenir plus longuement avec son amie et passer un peu de temps à commenter ces œuvres, elle parvenait difficilement à supporter tous ces hommes dont le taux de testostérones semblaient bien trop élevés. Entre le frère jaloux, le patron casse couille semblant c’être tout simplement invité à cette petite soirée et le double vivant dans l’ombre cela en était trop pour la danseuse. Aussi, nota-t-elle simplement que le fameux doublon se nommait Lenzo avant de fausser compagnie à la joyeuse petite troupe non sans glisser un « à plus tard » à Astaria. Attrapant une coupe de champagne au passage, Jénova fendit la foule, jouant des coudes pour s’éloigner au plus vite de cet attroupement mondain dans lequel elle ne se sentait absolument pas à sa place.

Se perdant dans les dédalles labirintesques du lieu, parcourait les photographies du regard lorsque avant de se figer lorsqu’elle se rencontra au détour d’un couloir. Avalant une gorgée de son champagne, un léger sourire emprunt de nostalgie naquit sur ses lèvres roses face à la puissance du souvenir jaillissant. Cette photo fut prise à Paris alors qu’elle travaillait encore dans cette boîte de strip-tease miteuse dans laquelle elle avait, pourtant, passée les plus belles années de sa vie. Elle se préparait alors à rentrée en scène quand, Astaria, silencieuse c’était glissée dans son dos pour la surprendre durant ses préparatifs. Et elle était à présent placardée là. Le regard absent, la tête penchée et les lèvres à moitié peintes de noir.

Un serveur passa à sa droite, elle en profita pour remplacer sa coupe vide par une coupe pleine tout en reprenant sa route, fuyant le souvenir comme par crainte de ressentir cet étrange sentiment de regret. C’est à cet instant qu’elle fut percuté par un homme. Se dernier l’attrapa prestement, lui évitant une chute certaine alors qu’elle écartait prestement son bras droit parvenant ainsi, à ne pas perdre une seule goutte de champagne. Quelque peu désorienté, J haussa un sourcil et porta son regard sur l’individu dont le visage se trouvait également placardé au mur dans un portrait saisissant. La blonde demeura un instant silencieuse, son regard allant du visage de l’inconnu à sa représentation. Regard bleu saisissant, lèvres charnues, barbe de trois jours et mâchoires carrées, proéminentes, un bel homme.

« Nous voilà réduit à porter des numéros. » Répondit-elle finalement dans un sourire absent avant de reporter son regard d’hiver sur son visage. « Enchanté Mr 113 si tu n’y vois aucun inconvénient, je préférerais que tu m’appelle Jénova. »
Sourire qui s’étend, plus franc cette fois-ci, elle tend sa main de libre tout en se demandant si les personnes découvrant la galerie serait à présent capables de la reconnaître dans la rue. Moue dubitative, finalement, l’idée de n’être qu’un numéro pour les regards inconnus lui convient.
« Et tu es ? A moins que je sois condamnée à t’appeler Mr 113 jusqu’à la fin de mes jours. »
Elle le tutoyait sans gêne non par manque de politesse mais par habitude, ne se perdant jamais en courtoisie faussée.
crackle bones


Dernière édition par Jénova Arov le Lun 23 Fév - 20:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Sam 14 Fév - 11:51

VERNISSAGE D'ASTARIA
SUJET COMMUN
Dans le genre « petit frère protecteur » on pouvait difficilement faire mieux que moi. Je venais d’acheter le portrait de ma demi-sœur, parce qu’il était sublime certes mais également pour éviter que ce portrait « intime » soit exposé dans le salon d’un rustre qui se ferait jouir devant l’image glacée de ma petite sœur. Oui parfois je voyais le mal partout mais j’avais appris à mes dépends que dans ce monde, des mecs étaient des jouisseurs compulsifs. Et puis cette photo était sublime, tellement Ebba. Enfin l’image que nous avions d’elle. En se voyant elle comprendrait peut être à quel point elle était belle, unique, inspirante. Peut-être. « Je vois que tu as déjà acheté la photo d’Ebba. » J’éclatais de rire face à la déconvenue de ma grande sœur, de toute évidence je venais de la battre au dégainage de carte bancaire, une première. « Tu crois qu’il y a d’autres photos d’elle ? » Je pressais son bras et l’entrainait dans la suite de l’exposition. « Pour une fois que je paye plus vite que toi, c’est une première. Je suppose qu’il y en a d’autres, je dois dire qu’elle a hérité du gène photogénique de la famille, non ? » J’étais heureux d’être à cette soirée, avec ma sœur. Il était rare que nous fassions des trucs seuls à seuls elle et moi, nos carrières nous tenaient occupés et puis il y avait Marillys et puis ... Son mec. Enfin son ex-mec. Lui aussi il lui prenait du temps. Et il lui avait brisé le cœur. Ce qui m’autorisait à lui briser le nez, au moins. « En parlant de ça ... Il faut que je te parle de quelque ch... » Mais je ne pus terminer ma phrase. « Nasta ? T’es magnifique ! Oh, Ambroise, t’es là aussi ! » Ok elle avait hérité des gènes photogéniques mais clairement pas des dons d’actrice de ma jumelle. Bien sûr que nous étions là puisqu’elle nous avait invités. Je fronçais les sourcils en voyant qui l’accompagnait. Ohoho. Bien sûr en bonne petite entremetteuse et en sentant surement que des deux j’étais celui le plus susceptible d’avoir une réaction houleuse, après tout ne lui avais-je pas dit que me sentait le devoir de protéger mes sœurs, Ebba se plaça près de moi, me forçant presque à m’éloigner avec elle. « T’as déjà vu ma photo ? » Oh non petite Ebba cela n’allait pas se passer comme ça. « Je l’ai même acheté. » Je l’informais en faisant demi-tour pour revenir aux côtés de ma sœur aînée. « Tu ne me présentes pas ton plus un, petite sœur ? » Je demandais à ma benjamine en levant un sourcil lourd de sens et en posant une main dans le dos de mon aînée pour la soutenir.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Sam 14 Fév - 12:05


Vernissage - Asta
Ce vernissage paraissait plutôt bon, du moins, le monde affluait. Tant mieux pour les personnes qui l’avaient organisé. Tenant le bras de mon frère, je pris une coupe de champagne avant d’en boire une longue gorgée et regarder un des tableaux, avant de pencher la tête sur le côté pour mieux l’observer. C’était vraiment pas mal. Et d’être ici, me donnait de plus en plus envie d’arrêter le mannequinat et de me consacrer entièrement à la peinture, qui jusqu’à présent n’était qu’un passetemps… Soupirant, je lâchais le bras d’Ambroise avant de me tourner pour aller voir d’autre tableau. « En parlant de ça ... Il faut que je te parle de quelque ch... » Pas le temps de finir qu’on me bouscula de plein fouet me faisant alors tituber. Me rattrapant in extrémis à Ambroise, je me retrouvais face à face à… Ebba ? « Nasta ? » Surpris, je me redressais sans la quitter du regard. Oui, c’était moi. « T’es magnifique ! » Souriant faiblement, je posais mon regard sur elle avant de sourire. « Tu l’es encore plus honey. » Dis-je en le pensant sincèrement. Sinon, je ne l’aurai pas dit. Evidemment. « Oh, Ambroise, t’es là aussi ! » Relevant le regard vers ma sœur, je n’eus pas le temps de voir son visage qu’un autre venait d’apparaitre devant moi. Me figeant, je plantais mon regard dans celui d’Esteban. Totalement surprise de le voir, j’avais l’impression que mon cœur c’était arrêté de battre. Déglutissant, la main tremblante, je posais doucement la coupe de champagne histoire de ne pas faire de dégât sous le choc. « Esteban… Je... Ne m’attendais pas à te voir ici. » Surtout ici. S’il y avait bien un lieu où je n’aurai jamais cru le voir c’était bien ici. Mon regard se baissant je l’observais alors. Dans ce costume juste parfait qui… Le rendait cruellement beau, sexy, parfait. Juste… Wow. « Ça te va bien. Tu es… Magnifique. » marmonnai-je en passant une main dans mes cheveux, gardant mon regard rivé sur son costume. Sentant un bras se poser dans mon dos, je me redressais en voyant Ambroise. « Tu ne me présentes pas ton plus un, petite sœur ? » Souriant gêné je me rendais compte, que je n’avais jamais présenté Esteban à Ambroise. Ni Solanà en fait. « C’est un ami, Ambroise. Esteban, Ambroise mon petit frère. Ambroise, Esteban un… ami. » Okai, ma voix venait de trembler. Dire qu’il n’était qu’un ami me fendait le cœur. Okai, j’allais chialer dans trente secondes.

vernissage - sujet commun


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Dim 15 Fév - 14:28


Vernissage
sujet commun
« Nous voilà réduit à porter des numéros. » Oh, il y avait bien un descriptif sous le numéro marchand, mais j’avais eu la flemme de tout lire, et puis, pour le coup, l'appellation aurait été un peu trop longue. Cela dit, oui, elle disait vrai, nous étions des numéros, avec ou sans portrait à l’exposition, nous étions des numéros pour tout, pour le gaz, l’électricité, les impôts, les organismes de santé, l’insee. Triste et impersonnel. Je concédais dans une moue résignée, avant qu’elle ne me tende sa main pour se présenter. « Enchanté Mr 113 si tu n’y vois aucun inconvénient, je préférerais que tu m’appelle Jénova. » avait-elle dit en affichant un sourire plus convaincant, cette fois. « Jénova, donc. » Drôle de prénom pour une drôle de personne. Insaisissable. Comme si le carton d’invitation, comme sur le cliché dans son dos. Ce n’était pas Astaria qui avait créé ça, c’était Jénova qui le dégageait continuellement. Je me demandais, d’ailleurs, si elle était réellement ce que révélait son oeuvre, une artiste peu vêtue. Mais connaissant l’intérêt d’Astaria pour les scènes de vie exposées de manière brute et sans ruse, je doutais qu’elle ait pu imaginer, créer ou même accepter une mise en scène de la sorte. « Et tu es ? A moins que je sois condamnée à t’appeler Mr 113 jusqu’à la fin de mes jours. » Ha oui, j’en avais presque oublié les bonnes manières, trop occupé à comparer l’originale à la version papier glacé. « Pardon. Je suis Islay MacLean, barman au Little Glasgow. » Se présenter... Toujours une plaie. Je ne savais jamais comment m’y prendre et fournissais, probablement, trop d’informations. Surtout que mon métier semblait plutôt évident au vu du cliché exposé dans mon dos. « Ce dont tu te moques probablement. » j’ajoutais, alors, dans un frottement nerveux de ma nuque. « Je suis pas très doué pour tout ça, interactions sociales et réceptions semi-mondaines. J’ai fait un effort vestimentaire, mais pour le reste... » L’effort se résumant à une chemise et un jean pas trop vieux, clairement pas au niveau des autres convives avec leurs costumes trois pièces et leurs robes ajourées de partout. « Je me sens comme... » comme quoi ? « Comme ce que je suis, en réalité, un highlander égaré dans l’Upper East Side. » Trop grand, trop roux, trop massif, trop tout. Déroutant.    
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Dim 15 Fév - 15:22

Vernissage d'Astaria
Sujet commun
Stature colossale, crinière jaillissante, indiscipliné retombant sur un front large, soulignant un regard bleuté aux profondeurs océaniques. Barbes naissantes soulignant des lèvres timides, fines, contrastant avec la rugosité des formes de son visage. L’homme possédait une allure détonante, semblait prit aux pièges dans des vêtements qui se voulaient plus habillés que d’ordinaire mais, qui, de tout évidence, ne parvenait pas à le rendre plus à l’aise. J penche la tête sur le coté, légèrement intrigué par la prestance de l’inconnu hésitant entre force tranquille et douce fragilité. Elle avise son portrait trônant dans son dos, se retourne un instant et observe sa propre image. Quel curieux instant qu’être entouré de son double en papier glacé. J s’en sentirait presque intimidé si elle n’eut pas l’habitude d’être ainsi exposé aux pupilles gourmandes d’autrui. Néanmoins, de son image ne transpirait pas sa sauvagerie sensuelle habituelle. Sur ce cliché elle avait l’air… Perdue, fragile, dépossédée de toute la puissance sauvage dont elle était maître lorsqu’elle se produisait sur scène. Et lui… Sa pupille fixant l’objectif trahissait une certaine surprise. Ses lèvres dessinaient une moue timide, invitant au sourire sans pour autant s’y livrer pleinement. Il était beau, furieusement attirant et à la fois déroutant par la prestance de sa stature.
J sourit, Mr 113 lui faisait penser à ses dieux grecques cependant, elle se doutait qu’il ne devait guère ce sentir à son aise en ce lieu. Elle non plus d’ailleurs, c’était-elle déjà sentie à sa place quelque part ? Rarement pour ne pas dire jamais. A vrai dire, les seuls instants ou J se sentait réellement vivante demeurait dans ses quelques heures passées sur scène à enflammer une foule de chacal en chaleur. C’était triste, sans doute aurait-elle put faire autre chose de son talent, présenter la brutalité de sa danse à un public plus connaisseur qui pourrait, peut-être, apprécier sa recherche artistique à sa juste valeur cependant, elle n’avait jamais osé franchir le cap préférant demeurer dans l’ombre muette d’une existence vouée au vide.

Elle sort de ses pensées, ses billes d’hivers accrochant à nouveau ceux de son compagnon d’infortune. Elle sourit. Le géant d’acier à l’air gêné, se perd dans ses présentations, touchant sa nuque dans un geste nerveux, comme s’il cherchait quoi faire de ses grandes paluches.
« Je ne m’en moque pas non. Bien au contraire. » Répond-t-elle d’une voix douce non sans lui offrir un nouveau sourire sincère. J aimait rencontrer des êtres de sa stature, aussi perdu, aussi hésitant, elle trouvait cela touchant.
« Si cela peut te rassurer, je te trouve bien plus intéressant que tous les convives présents ici. » Elle jette un regard aux hommes et femmes profitant de cette sortie pour faire valoir leurs atouts. « Et puis… Je crois que nous sommes tous des égarés. Certains le cachent plus aisément que d’autres, voilà tout. » Elle lui offre un clin d’œil complice, bien plus à l’aise que lui dans les échanges sociaux avant de l’entraîner dans son sillage. « Allez viens Higlander, on va voir si il y a d’autres clichés aussi réussi de toi. »
Elle s’empare de lui sans gêne, sans crainte, heureuse d’échapper aux mondanités et aux curieux qui pourraient vouloir approcher l’une des muses de l’artiste.
« Je me demande… Pourquoi avoir fait l’effort de venir ici si tu détestes tant ça ? »
Elle relance la conversation, désireuse d’en savoir plus, répondant à l’appel de la curiosité en une délicieuse désinvolture.  
crackle bones


Dernière édition par Jénova Arov le Lun 16 Fév - 12:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Dim 15 Fév - 21:25


Vernissage d'Astaria
AVEC TOUT PLEIN DE CUTE GENS, SUJET COMMUN deden

J'avais reçu une invitation à un vernissage, il y avait quelques temps. Enfin, quelques temps. Quelques jours. Ou semaines. Je ne le savais plus. Hisashi m'avait sorti l'invitation ce matin en me demandant ce que je comptais en faire. Jugeant à la photo choisie pour orner l'invitation que cette photographe dont le nom m'était inconnu semblait faire des photographies intéressantes, je lui avais répondu que je comptais y aller. Et c'était comme ça que, à vingt heures passées, je me retrouvais dans cette galerie avec un gosse dans les pattes. Enfin, dans les pattes... non et encore heureux. Avec pour seule consigne de ne pas toucher au champagne et de ne pas s'amuser à acheter sans mon consentement, j'avais laissé Hisashi m'accompagner et faire son petit tour seul. Depuis le dernier anniversaire de ma fille, la situation était plus... complexe entre nous. À la fois je savais que mon fils m'en voulait pour tout ce que je lui avais fait, à la fois nous réussissions plus facilement à parler. C'était étrange. La perruque blonde, me permettant de garder mon anonymat en plus de l'usage d'un pseudo, que je portais lors de mes shooting sur la tête, j'observais chacun des clichés que je croisais. Cette photographe semblait capturer l'âme de ses modèles en même temps que la lumière. Le noir et blanc rendait merveilleusement bien avec l'atmosphère de ses clichés. Ce naturel contrastait énormément avec mes photos... travaillant dans le domaine de la mode, chaque cliché était minutieusement préparé, organisé, soigné. Il n'y avait pas la moindre place laisée à l'improvisation. Tout était calculé. L'emplacement du ou des mannequins au centimètre près, de même pour les accessoires. Ainsi que la lumière. Rien n'était laissé au hasard, ce qui contrastait avec les photos que je prenais en dehors du travail, simplement pour moi. En tous cas, ça se voyait que toutes ces photos n'étaient pas longuement préparées, réfléchies. C'était intéressant à voir. Tandis que j'observais les clichés autour de moi, mon regard se posa sur une blonde, grande, entourée de plusieurs personnes. Je la reconnus assez vite... Nastazià. Hm. J'allais essayer de ne pas trop me faire remarquer. L'idée de me retrouver face à elle après mes confidences de fin décembre me mettait mal à l'aise... Enfin bon. Je reposai mon regard sur les clichés affichés sur les murs, et fut assez surpris en voyant l'un d'eux déjà réservé. Ceci dit, le cliché était vraiment beau... Ah, j'allais sûrement repartir avec un achat, moi aussi.

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Dim 15 Fév - 23:55

Meika était arrivée en retard. Elle aurait aimé prétendre qu'elle l'avait fait exprès pour que la foule soit décantée, mais ce n'était pas le cas. Elle était en train de peindre, et comme à son habitude, elle n'avait pas fait attention à l'heure. Ce n'était pas pour autant qu'elle partit à la hâte de chez elle. Elle prit le temps de se donner bonne apparence, quittant ses vêtements couverts de peinture pour une petite robe noire, avec lèvres rouges et cheveux en un chignon lâche en supplément. Une fois arrivée, elle avait salué de loin Astaria et Solal. Ils avaient l'air suffisamment entourés pour le moment et elle préférait approcher sa cousine une fois qu'elle aurait fait le tour de l'expo, histoire de lui donner ses impressions. Et elle l'était, impressionnée. Chaque cliché était saisissant. On percevait un bout de l'histoire qu'elle avait voulu capturer, ce qui donnait d'autant plus envie d'apprendre l'histoire derrière chaque image. Elle attrapa une coupe de champagne au cours de son expédition – elle l'avait joué classe Astaria... Meika prenait son temps devant chaque photo, arpentant au hasard la salle. Mais d'un seul coup, son attention ne fut plus du tout tournée vers les photos. Islay. Il était là. Elle n'était pas retournée au bar. Mais ce n'est pas pour autant qu'elle ne l'avait pas cherché. Son regard, toujours curieux, n'avait pas pu s'empêcher de chercher le jeune homme, pensant peut-être que le hasard les réunirait, et maintenant qu'il était posé sur lui, elle ne pouvait plus s'en détacher. Et de la blonde à côté de lui. C'était qui elle ? Elle fit l'association avec le visage sur le carton d'invitation mais ça ne lui en disait pas plus, ni ne lui expliquait pourquoi elle discutait avec Islay. Elle remarqua d'ailleurs la photo du jeune homme accrochée au mur. Cela expliquait sûrement sa présence ici... Les deux jeunes gens s'éloignèrent et Meika ne réfléchit pas vraiment quand elle se mit à les suivre. Elle hésita peut-être une demie-seconde avant de s'approcher et de se tenir à côté de la blonde, grattant la peinture qu'elle avait encore sur les mains avant de dire, l'air de rien, faisant référence aux photos qu'on avait pris d'eux : « Je suis en présence de deux œuvres d'art... » Un bref regard vers Islay, un sourire malicieux, puis un regard plus curieux vers la blonde, plus appuyé. Quoi ? Elle se contentait de l'observer, comme elle observait toujours tout le monde. C'était son excuse à la bête qui rugissait en elle et voulait en savoir plus. Elle était juste curieuse. Oui c'était juste ça.

je ferais plus court au prochain désolée ;-;
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun Lun 16 Fév - 1:40




C’était une caméra cachée, c’est ça ? On m’avait piégé et bientôt un moustachu à l’accent quebecois sortirait de derrière une plante verte pour me dire « bienvenue à surprise-surprise », pas vrai ? Sinon, comment expliquer cette situation rocambolesque avec mon frère, mon coup d’un soir, le jumeau de mon coup d’un soir, ma muse aka l’employée de mon coup d’un soir, et tout ça, autour de moi, s’agressant copieusement du regard, au milieu de la soirée la plus importante de ma vie, putain ? Y avait bien la naissance de mon fils, aussi, mais là, à l’heure actuelle, ça comptait pas, ça comptait plus. Surtout pas lorsque Renji se décidait à faire... Et bien, du Renji ! « D’une que je sache se sont mes cheveux, je fais ce que je veux avec. Je ne vois pas en quoi ça te concerne en fait. Deux, dois-je te rappeler la dernière fois qu’on s’est vu dans mon bureau, tu m’as parlé de ton expo et je t’ai dit que je viendrai vu que tu as photographié mon club. C’est de la politesse, je dirais. Dans les deux sens, je t’ai laissé photographier mon club, je viens donc voir ton travail effectué. Mais apparemment, ma présence dérange. » Sans déconner ? « Tu me parles d’une conversation qui remonte à quatre mois, là ? » Oui, parce que c’était ça, la dernière fois qu’on s’était vu dans son bureau. À moins que ça ne remonte qu’à deux jours ? Là aussi, j’avais parlé de mon expo dans son bureau, sauf que c’était à Lenzo. Non ? Si ! La preuve, Lenzo était là. À moins que... Non ! Je savais parfaitement faire la différence, et les avoir en face, l’un à côté de l’autre, ne faisait que renforcer l’évidence. Ils n’étaient pas identiques, pas à mes yeux. J’allais en rajouter une petite couche, lorsqu’une hôtesse vint me glisser le prix d’une vente à l’oreille. Une vente inespérée sachant que je n’avais pas espéré grand chose, et que nous n’étions ouvert que depuis quelques minutes. Je faisais même référence aux danseuses de Renji... J’aurais pas du. « Avant même qu’elles ne commencent leur show, j’ai déjà gagné plus de 1000$ sans rien faire. » lâcha-t-il, dans un éclat de rire. Pourquoi fallait qu’il soit aussi....haaaaaaa ! Et raaaaaaah ! Et Grrrrrrrrrr ! Et tout le reste aussi ! « Tu vois ? Tu vois ? » j’implosais, pas super impressionnante mais exaspérée. « Tu vois, c’est exactement pour ça que je ne voulais pas que tu viennes ! » J’accusais en enfonçant mon index accusateur, à plusieurs reprises, dans son torse. « Je te parle de tes danseuses, pas de toi ! Et toi ! Toi ! Toi ! » et revoilà l’index marteau-piqueur. « Toi, faut toujours que tu.... Haaaaaa ! Pourquoi t’es aussi.... Raaaaaah ! » je m’énervais, me frustrais, m’épuisais à chercher des mots qui ne venaient pas, passant probablement pour une petite chose très agitée aux yeux du reste du monde. « C’est une soirée super importante pour moi, et même là, faut que tu te montres désobligeant ! » j’achevais, sourcils froncés, moue plus que boudeuse, et bras croisés sur mon décolleté. Et contre toutes attentes, alors qu’il était supposé, je sais pas, se foutre de moi, me crier dessus ou autre, il décida de se contenter d’un soupir et de m’attraper par les épaules. « Vous m’excuserez cinq minutes ? J’ai besoin de lui parler en privé, ça ne sera pas long. » Quoi ? Parler en privé ? Non mais non, j’avais pas de temps pour ça, j’avais une exposition à tenir, moi. Et puis, pour se dire quoi ? Il avait déjà fait son Renji en public, y avait plus grand chose à privatiser, hein. Néanmoins, je me laissais pousser loin de Lenzo et Solal, offrant un signe de main à mon frère censé le rassurer, lui faire entendre que je gérais ça. Sauf qu’une minute plus tard, coincée à l’écart de la foule, par un corps et une porte qu’il fermait à clef -sérieusement ?- j’étais plus totalement sûre de bien gérer ça. « Tu m’expliques le délire là ? Depuis quand tu connais mon frangin ? » Quoi ? C’était pour ça les sourcils froissés et les lèvres pincées ? « C’est pour ça que tu boudes ? Parce que je connais Lenzo ? » Et moi qui croyais qu’il était seulement et légitimement vexé de ne pas avoir été invité. « Si tu réfléchis un peu, je suis certaine que tu trouveras la réponse tout seul, comme un grand, puisque je ne doute pas un seul instant que Jack t’a informé de ma visite d’avant-hier et de la clé de ton bureau que j’ai réclamé. » j’expliquais, patiente, et un peu amusée, je dois bien l’avouer, même si je ne le montrais pas encore. Je ne savais pas réellement ce qui m’amusait, mais.... J’aimais ça. « Tu connais assez ton frère pour deviner le reste, je suppose. » le fait qu’il ait voulu se faire passer pour lui, qu’il n’y soit pas parvenu, etc... Cette fois, je souriais vraiment, avant d’ajouter, plus bas, comme sur le ton de la confidence : « Et si je te dis que je sais même ouvrir le mur, tu vas encore te mettre en colère ? » Et si je souriais, c’est parce que... « J’aime bien quand tu te mets en colère. » Ouai, enfin, avec tout ça, faudrait pas que j’oublie de ressortir, moi. J’avais des bouches à nourrir.   


with: ceux qui veulent | date: 19/02/15
cassie at atf.



pareil, c'est tout de la faute de renji, mais je ferais plus court au prochain.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: vernissage - sujet commun

Revenir en haut Aller en bas

vernissage - sujet commun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-