It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

make her hear ✯ alistair & ainsley.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: make her hear ✯ alistair & ainsley. Mar 27 Jan - 19:11

make her hear
Alistair L. Windsor ✯ ainsley eastwood
Ainsley enroula son écharpe épaisse autour du cou, le dernier accessoire de sa tenue hivernale. Un petit soupir lui échappa des lèvres lorsqu'elle constata à quel point elle avait chaud ainsi déguisée, tandis qu'elle se tenait toujours dans son appartement, consultant l'heure sur son portable. Elle décida de ne pas perdre son temps et claqua la porte avant de descendre les escaliers en colimaçon de sa résidence pour déboucher directement dans les rues New Yorkaises. Elle ne se lassait pas de ce paysage malgré le ciel gris qui cachait le soleil qui cherchait à percer ces nuages. A peine quelques minutes de marche et un renoncement catégorique à prendre le métro, la brune pressa le pas, les mains serrées dans ses poches pour les réchauffer. Elle était vraiment une grande frileuse et arriver chez son ami Alistair au plus vite n'était qu'une bonne chose pour elle, ainsi elle pourrait se réchauffer plus vite. L'idée d'arriver dans un appartement bien chauffé en compagnie de son ami et de son adorable petite fille lui donna le sourire. Cela faisait un petit bout de temps qu'elle n'avait pas passé un moment avec Elizabeth, la croisant simplement dans les couloirs de l'école alors qu'elle était avec ses copines. Idem pour Alistair auquel elle n'adressait que quelques saluts, totalement pressée par son emploi du temps chargé étant donné qu'elle jonglait entre ses deux professions. Puis depuis quelques jours, elle avait demandé  Ali de puis accorder des jours car son père était décédé dans des circonstances assez choquantes, donc ils ne s'étaient pas vu depuis. Mais la Eastwood était plutôt tenace dans son genre, alors elle avait prévu la date depuis une semaine et avait, comme toujours, tenu parole et s'était déplacée directement chez son ami pour qu'ils puissent prendre des nouvelles l'un de l'autre.

Arrivant donc sur Manhattan, l'américaine n'eut même pas besoin de vérifier l'adresse tant elle connaissait le chemin par cœur. Elle l'avait parcouru des dizaines de fois lorsqu'Alistair avait besoin qu'elle le dépanne pour garder sa fille, tâche qu'elle acceptait avec grand plaisir. Elle bifurqua à sa droite pour arriver dans l'allée où habitaient le père célibataire et sa petite. Face à la porte, elle sonna et attendit qu'Alistait vienne lui ouvrir. Lorsque ce fût le cas, un large sourire vint éclairer son visage. Elle retira les mains de ses poches et ôta ses gants pour pouvoir parler convenablement. « Salut ! Je suis vraiment contente de te voir, ça faisait longtemps ! » Voyant Elizabeth rejoindre son papa, Ainsley se mit à croupi et ouvrit les bras pour que la petite vienne s'y loger. Elles se détachèrent et la brune prit la parole. « Comme tu es belle Elizabeth ! Tu m'as beaucoup manquée, tu le sais ça ? » Elle gratifia le tout en l'embrassant sur le front avant de lui remettre les cheveux derrière les oreilles. Un véritable petit ange. Ainsley se leva, toujours un grand sourire accroché aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: make her hear ✯ alistair & ainsley. Sam 31 Jan - 21:08

ainsley & alistair

❝ make her hear ❞


Je raccrochais le téléphone en soupirant. Encore une dispute avec ma famille, parce que je refusais d’aller à Londres pour une soirée royale. En même temps, je devais bien avouer que je n’étais pas honnête avec elle, mais comment le pourrais-je ? Ma famille était en partie responsable de la fausse mort de ma femme. Ils avaient découvert qu’Angie mentait sur son identité et au lieu de venir me voir et de tout me dire, ils avaient décidé que je ne méritais pas de connaître la vérité. Pire que ça même, puisqu’ils avaient menacée Angie de tout me raconter si elle ne disparaissait pas de ma vie. C’était eux qui avaient tout manigancé. Eux qui avaient eu l’idée de la faire passer pour morte en donnant vie à Elisabeth. Eux qui avaient soudoyés les médecins pour qu’ils jouent le jeu et me mentent. Eux qui avait assisté au spectacle de mon cœur brisé, me consolant, étant là pour moi pour me soutenir. Et maintenant que je savais tout ça, maintenant que je connaissais toute la vérité, je n’y arrivais tout simplement plus. Je savais que ce n’était pas bien pour ma fille. Je savais qu’elle méritait de voir ses grands parents, ses oncles et ses arrières grands parents. Je savais à quel point elle aimait les bals royaux, maintenant qu’elle pouvait y participer. Mais comment pouvais-je me retrouver en face d’eux à présent ? Je ne pouvais même pas en parler avec eux, même pas leur demander des explications. Non, c’était impossible, personne ne devait savoir qu’Angie était toujours en vie et qu’elle était revenue dans nos vies à Elisabeth et à moi.

Je sursautais lorsque la sonnette d’entrée retentit, avant de regarder l’heure. Ainsley ! Toute cette histoire avait presque failli me faire oublier sa venue. J’allais lui ouvrir, avant de lui offrir un grand sourire pour la saluer. « Salut ! Je suis vraiment contente de te voir, ça faisait longtemps ! » me dit-elle, après s’être débarrassée de ses gants pour pouvoir accompagner ses paroles de ses signes. « Salut ! Oui, apparemment le fait de travailler ensemble ne nous a pas vraiment rapprochés ! » lui répondais-je dans un rire, tout en signant de mes mains. Ainsley parlait bien, très bien même. Si on ne savait pas qu’elle était sourde, on ne le devinerait probablement pas. C’était différent d’Elisabeth qui n’aimait pas parler, préférant garder le silence. Elle m’avait un jour expliquer qu’elle n’aimait pas ne pas entendre ce qu’elle disait, et préférait donc éviter de parler. Je ne pouvais qu’essayer de la comprendre, et acceptais donc de vivre dans une maison silencieuse. « Comme tu es belle Elizabeth ! Tu m'as beaucoup manqué, tu le sais ça ? » dit son ancienne babysitter à ma fille, qui leva ses bras pour l’enlacer. Je récupérais le manteau d’Ainsley que je rangeais dans le vestibule, avant de me retourner vers elle. « Tu veux quelque chose à boire ? Un thé, peut-être ? » lui proposais-je. J’essayais d’arborer un ton léger, même si en réalité, je ne savais pas réellement comment arborer les choses. Elle venait de perdre son père et je ne pouvais qu’essayer de deviner ce qu’elle ressentait. « Comment ça va ? » finissais-je quand même par lui demander.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: make her hear ✯ alistair & ainsley. Lun 2 Fév - 21:54

Le décès du père d'Ainsley l'avait isolée. Elle ne mangeait plus grand chose et n'avait du temps à accorder qu'à broyer du noir. Elle avait rencontré un des complices du gars qui avait logé la balle dans la cervelle de son père, mais rien de particulier hormis les visites des flics qu'elle commençait à éviter, ayant même simulé deux fois une absence pour être enfin tranquille. Ils devaient se douter qu'elle ne disait pas tout, elle était une piètre menteuse. Quoiqu'il en soit, elle pensait avoir donné le maximum d'informations sur la partie qu'elle désirait exposer au jour. Concernant l'autre partie elle préférait la garder encore un peu, le temps d'y réfléchir. Et les flics avec leur uniforme repassé et leur petite plaquette scintillante la répugnaient pour le moment. C'était donc une des raisons pour laquelle Ainsley était soulagée de quitter son appartement pour rejoindre son ami ainsi que sa fille, à qui elle n'avait pas adressé la parole en direct depuis une bonne semaine. Déjà que les moments où ils avaient l'occasion de se parler dans les couloirs de l'école étaient rares, en plus à cause de la mort de son père, c'était devenu impossible. Aussi car elle avait gentiment demandé à Alistair quelques jours de congé - et elle acceptait de ne pas être payée pour cette durée, chose qu'elle jugeait normale - histoire qu'elle puisse se remettre de la fin violente et inattendue de son père. Lundi, elle allait reprendre le boulot, car vivre dans des conditions pareilles depuis des jours ne pouvait pas durer et qu'elle pensait que reprendre une routine pourrait lui faire passer la tristesse et l'empêcher de ressasser ses idées tristes. Au pire, son ami pourrait toujours faire office de bonne oreille, elle savait que dans le genre des galères il en connaissait un rayon (elle ne connaissait pas tous les détails de ses ennuis et lui laissait le droit de garder tout ça pour lui) donc il se montrait relativement compréhensif sans oublier qu'il avait le cœur sur la main.

Le visage d'un Alistair visiblement en assez bonne forme apparut sur le perron où attendait Ainsley. Elle ôta directement ses gants pour le saluer et il lui répondit : « Salut ! Oui, apparemment le fait de travailler ensemble ne nous a pas vraiment rapprochés ! » Il lui sourit et la brune ne pu que lui rendre son sourire. Elle était vraiment contente d'être là. Revoir ses amis lui faisait du bien, et Ali ne pouvait définitivement être qu'un baume au cœur pour elle surtout en ce moment. Elle ne répondit pas à Alistair car déjà la petite princesse Elizabeth s'approchait timidement. Ainsley la serra dans ses bras en lui collant un baiser sur le front tout en s'exclamant de sa beauté. Elle était la petite la plus mignonne qu'elle ait pu croiser dans l'école, et elle en avait croisé des têtes ! Après ce câlin, le trio décida de se réfugier du froid new yorkais et la brune donna sa veste à son ami, se débarrassant d'une sérieuse couche de vêtements. La maison était très bien chauffée et elle ne constata presque aucune différence que lorsqu'elle était encore emmitouflée. « Tu veux quelque chose à boire ? Un thé, peut-être ? » Elle hocha la tête. « Ça ne serait pas de refus ! » Elle le suivit jusque dans la cuisine, accompagnée d'Elizabeth qui n'était pas très loin d'eux. « Comment ça va ? » La question à mille dollars. A vrai dire, par réflexe la jeune femme aurait répondu "oui super" mais elle ne voulait pas mentir à son ami, surtout qu'il n'aurait pas mis longtemps à comprends qu'elle mentait. Elle soupira en s'installant sur une chaise. « Ça va de mieux en mieux. » Ce n'était que la vérité pour le coup. Sa période sombre commençait à s'estomper ; lentement, mais sûrement. « Je me remets petit à petit quoi. Disons que c'était un peu prématuré et inattendu. Je ne m'attendais pas vraiment à une mort si... choquante pour mon père. » Elle haussa les épaules. Leur signe du mot "mort" avait été remplacé par signe du mot "fleur", un petit code qu'ils avaient instauré quand ils voulaient désigner la mère d'Elizabeth pour ne pas parler de la mort à proprement parler. Elle soupira à nouveau avant de reprendre, signant plus gaiement. « Et toi, quoi de neuf ? J'ai dû en manquer des choses ! » Beaucoup de choses peuvent arriver en une semaine, elle le pensait en connaissance de cause. « Des nouvelles de l'hôpital ? » Concernant les résultats des tests d'Elizabeth qui pourraient lui donner la chance d'avoir un semblant d'ouïe.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: make her hear ✯ alistair & ainsley. Ven 6 Fév - 17:40

ainsley & alistair

❝ make her hear ❞


Ma famille me manquait, je devais bien l’admettre. Mais les voir, ou même simplement les avoir au téléphone me faisait du mal. Je ne pouvais pas m’empêcher de continuer à leur en vouloir pour ce qu’ils avaient pu nous faire, à Angie, Elisabeth et moi. Je savais que, dans leur esprit, ils avaient pensé bien faire. Ils avaient pensé me protéger. Ils avaient découvert la vérité sur Angie, qui elle était, d’où elle venait. Ils avaient découvert sa véritable identité. Ils avaient découvert qu’elle se l’était créée pour me séduire, pour me faire tomber amoureux d’elle, pour m’épouser. Et pour me protéger, ils avaient préféré la rendre morte à mes yeux. Littéralement. Ils lui avaient même donné un médicament pour que, pendant quelques heures, son cœur s’arrête. Pour que je puisse la voir dans son cercueil, et que je crois réellement que ma femme était décédée en donnant naissance à Elisabeth. Et maintenant que je connaissais toute la vérité … il m’était difficile de pardonner. Que ce soit à ma femme, ou à ma famille. Pourtant, je faisais des efforts. Principalement pour notre fille. J’avais fini par prendre la décision d’en parler à Elisabeth, de lui dire que sa mère n’était finalement pas morte. Puis je les avais fait se rencontrer, à Noël. Elle avait été si heureuse. Et, par extension, je l’avais été aussi. Nous avions vécu un véritable moment en famille, même si les choses étaient loin d’être arrangées. Toutes ces histoires me bouffaient, et j’étais fatigué. Je n’arrivais pas à penser à autre chose que ça. J’en oubliais même la venue d’Ainsley, qui me surprit donc en sonnant à la porte. Je l’accueillis et échangeais rapidement les banalités, avant de lui proposer quelque chose à boire, de chaud de préférence, vu le temps qu’il faisait dehors. « Ça ne serait pas de refus !  » accepta-t-elle, tout en me suivant dans la cuisine, suivie d’Elisabeth. Je mettais donc de l’eau à chauffer, avant d’oser lui demander des nouvelles. Son père était décédé, et c’était ce qui nous avait poussé à nous éloigner pendant cette période. Mais j’avais besoin de savoir comment elle allait.

Un petit silence s’installa, et c’est en soupirant qu’elle s’installa sur une des chaises. « Ça va de mieux en mieux. » finit-elle par me répondre. Je posais une main sur son épaule, en guise de soutien, l’invitant à continuer. « Je me remets petit à petit quoi. Disons que c'était un peu prématuré et inattendu. Je ne m'attendais pas vraiment à une mort si... choquante pour mon père. » continua-t-elle. Je lâchais un petit soupire, comprenant ce qu’elle vivait. Même si c’était totalement différent, bien sûr. Son père avait été assassiné. Et de mon côté, ma femme était revenue à la vie. « Si tu veux en parler, te confier … Tu sais que je serais toujours là, hein ?» lui rappelais-je, sincère avant de la prendre rapidement dans mes bras.  « Et toi, quoi de neuf ? J'ai dû en manquer des choses !  » me demanda-t-elle, justement. J’avais envie de lui en parler. Réellement. Elle était mon amie, et j’avais bien besoin de me confier. Cela faisait plusieurs mois que ce secret me m’envahissait. Mais personne ne pouvait savoir qu’Angie était encore en vie. C’était ça, sa couverture, à présent. « Des nouvelles de l'hôpital ? » continua-t-elle, me faisant réaliser qu’elle parlait en fait d’Elisabeth. Entendant l’eau bouillir, je nous préparais le thé, avant de nous servir et de m’installer en face d’elle. « Oui. Comme je te l’ai dis, Elisabeth a passé ses tests auditifs. » répondais-je en regardant ma tasse que je tenais entre mes deux mains. « C’est une bonne candidate pour une prothèse. » Je marquais une pause, avant de regarder mon amie. « Mais j’hésite. J’hésite vraiment. Elle est si fragile … »

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: make her hear ✯ alistair & ainsley. Mer 11 Fév - 13:51

Dire qu'elle allait bien en ce moment serait clairement mentir. Alors qu'elle se remettait tout juste de la mort de sa mère emportée par la maladie quinze années auparavant, voilà qu'on lui rouvrait la plaie avec le décès pour le moins inattendu de son père. Elle avait presque oublié la douleur que cela procurait au cœur que de perdre un être cher. Sa mère avait toujours été là pour elle jusqu'à sa mort, mais son père l'avait été encore plus : il avait dédié sa vie à Ainsley. Il ne lui restait plus que lui, et il avait endossé son rôle comme un chef en la laissant passer avant tous ses propres besoins. De nature peu demandeuse, la seule chose qu'Ainsley avait demandé à son père était de l'amour. Mais pour ses vingt ans il décida de lui offrir un mois au Mexique, ce qui eut un effet conséquent sur leurs économies et qui le motiva certainement à s'engager dans tous ses trafics illégaux, trafics qui furent en partie la cause de sa mort. La brune avait décidé de ne pas culpabiliser vis-à-vis de cela. Il s'agissait des choix de son père, pas des siens. Elle se remettait doucement de cet incident tragique, heureusement que sa famille et ses amis étaient d'un grand soutien avec elle, d'ailleurs Alistair était l'exemple parfait. Ainsley lui répondit donc en toute honnêteté lorsqu'il lui demanda comment elle se sentait. Elle n'allait pas débiter un mensonge à son ami tout ça pour sortir la phrase "je vais bien" alors qu'elle n'avait absolument pas lieu d'être. Sentant alors la main réconfortante de son ami sur son épaule, la jeune femme se pinça les lèvres avec une petite mine. « Si tu veux en parler, te confier … Tu sais que je serais toujours là, hein ? » Sincèrement heureuse d'entendre de telles paroles, de savoir qu'elle avait toujours quelqu'un sur qui compter, Ainsley lui rendit son accolade. « Merci, t'es un type en or. » Lui murmura-t-elle au creux de son oreille.

La brune s'installa dans la cuisine, posant ses fesses la première chaise qu'elle trouva. La décoration était sobre et choisie avec goût. Elle eut presque envie de rire quand elle regardait autour d'elle et qu'elle comparait avec sa propre cuisine, avec sa tapisserie florale délavée et sa gazinière qui marchait un coup sur deux. Engageant alors la conversation, elle demanda à Alistair ce qu'il y avait de nouveau dans sa petite vie. Une semaine s'était écoulée sans qu'ils puissent s'agresser la parole, et une mois entier presque sans qu'ils puissent réellement parler en tête à tête comme ils s'apprêtaient à le faire. Aussi, Ainsley s'enquit des résultats de l'hôpital concernant l'ouïe d'Elisabeth. C'était en partie elle qui avait insisté pour que son ami fasse passer les tests à sa fille. Cela tenait à cœur à la jeune femme. Il posa la tasse en face d'elle et elle s'en empara pour se réchauffer les mains. « Oui. Comme je te l’ai dis, Elisabeth a passé ses tests auditifs. C’est une bonne candidate pour une prothèse. » Un soupir de soulagement traversa les lèvres de la brune. C'était vraiment rassurant. « Mais j’hésite. J’hésite vraiment. Elle est si fragile … » La mine d'Ainsley se fit plus renfermée. Elle réfléchit aux mots qui allaient suivre. Il fallait qu'elle tâche de le convaincre de faire poser cette prothèse pour la petite Elisabeth. « Crois moi, si tu lui mets maintenant, elle te sera à tout jamais reconnaissante. » Signa-t-elle avant de boire une gorgée de son thé. « Tu sais, elle a l'air fragile comme ça, mais si t'attends encore ça sera trop tard et elle n'aura plus de chance d'entendre. Et là, ça sera dommage pour le coup. » Et Alistair ne s'adressait pas à n'importe qui. Elle avait parlé à de nombreux médecins spécialistes pour leur demander leur avis sur cette prothèse, et tous semblaient assez d'accord : c'était mieux que rien. « Elle ne pourra jamais entendre parfaitement, mais ça sera déjà ça. Tu sais, c'est frustrant de pas entendre quelques fois ! » Se plaignit-elle avec un rire. Mais au fond c'était vrai, quelques fois Ainsley aurait bien aimé avec cette petite chose dans ses oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: make her hear ✯ alistair & ainsley. Lun 16 Fév - 18:09

ainsley & alistair

❝ make her hear ❞


L’état d’Ainsley m’inquiétait. Si je ne savais pas ce que l’on ressentait lorsque l’on perdait un parent, je savais ce qu’il en était de perdre un proche. Et encore, je ne savais pas ce que cela faisait d’en perdre un dans ces terribles conditions. Je ne connaissais pas toute l’histoire, ne savais pas réellement ce qu’il s’était passé. Je ne connaissais que le minimum, en somme. Son père avait été assassiné, et son meurtre avait été prémédité. Autant dire qu’Ainsley ne devait vraiment pas se sentir bien. Elle m’avoua la vérité, me disant qu’elle allait mieux, même si, bien sûr, elle n’en était pas encore remise. J’aimerais tellement faire quelque chose pour elle, pour l’aider. Malheureusement, à part être une oreille attentive et une épaule sur laquelle pleurer, je ne pourrais pas faire beaucoup plus. Je lui rappelais qu’elle pouvait me parler, se confier, si elle en ressentait le besoin, avant de la prendre dans mes bras. « Merci, t'es un type en or. » me murmura-t-il. Je levais la main en l’air, pour lui indiquer que ce n’était rien. Après tout, c’était réellement le minimum que je puisse faire pour elle. Je lui proposais ensuite un thé, et prenais la direction de la cuisine pour le lui préparer. Nous n’avions pas parlé depuis longtemps, il fallait bien l’avouer. A l’exception de quelques banalités, notre dernière réelle conversation datait d’il y a près d’un mois. Autant dire que beaucoup de choses s’étaient passées depuis. Bien sûr, il y avait Angie. C’était probablement la plus grande nouvelle de ma vie, même si celle-ci datait de plusieurs mois maintenant. Mais je ne pouvais pas vraiment me confier à ce sujet-là, même si j’en ressentais réellement le besoin. Non, tout le monde devait croire que ma femme était morte, et que j’étais un veuf s’occupant de sa fille comme il le pouvait. Et j’avais beau accorder une confiance aveugle à Ainsley, il ne s’agissait pas de moi, dans l’histoire, mais bien de ma femme.

Alors je lui parlais de la deuxième nouvelle qu’il y avait dans ma vie. Elisabeth avait enfin passé des tests médicaux, pour savoir si elle serait une bonne candidate pour des prothèses auditives. Ces tests avaient d’ailleurs été une idée de la jeune femme, elle-même étant sourde à cause d’une méningite. Et j’avais donc les résultats. Ils étaient positifs : Elisabeth était une bonne candidate. Mais à la vérité, j’hésitais beaucoup. J’avais lu beaucoup de témoignages négatifs, et je ne voulais pas qu’Elisabeth puisse souffrir plus qu’elle ne le faisait déjà. Et puis, et si cela se passait mal ? Ma fille était fragile, physiquement tout comme moralement. Et je ne voulais pas qu’elle ait de l’espoir pour que celui-ci soit anéanti si la prothèse ne fonctionnait pas. « Crois moi, si tu lui mets maintenant, elle te sera à tout jamais reconnaissante. » signa-t-elle, me faisant lâcher un soupir. Oui, peut-être qu’elle avait raison. « Tu sais, elle a l'air fragile comme ça, mais si t'attends encore ça sera trop tard et elle n'aura plus de chance d'entendre. Et là, ça sera dommage pour le coup. Elle ne pourra jamais entendre parfaitement, mais ça sera déjà ça. Tu sais, c'est frustrant de pas entendre quelques fois ! » Oui, il était certain que c’était mieux que de ne rien entendre du tout. Mais je ne voulais pas non plus qu’elle ait de faux espoirs. Je ne savais même pas si Elisabeth se souvenait de ce que cela faisait d’entendre. Elle n’avait que quatre ans lors de sa méningite, et peut-être qu’elle ne se souvenait plus du son de ma voix.  « Et si cela ne fonctionne pas ? » Ma question était plus rhétorique qu’autre chose, mais mes doutes et inquiétudes étaient réels. C’était mon rôle de la protéger, et j’avais déjà failli à ce rôle deux ans auparavant. « Et si elle a de faux espoirs, et que finalement, son appareil lui fait mal ? J’ai lu beaucoup de témoignages négatifs, et je ne veux pas qu’elle ait mal. » signais-je de mes mains, avant de soupirer. « Et puis … Je ne veux pas non plus qu’elle croit que je ne l’aime pas telle qu’elle est. Que je veux qu’elle soit différente, qu’elle soit comme avant … » finissais-je par avouer.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: make her hear ✯ alistair & ainsley.

Revenir en haut Aller en bas

make her hear ✯ alistair & ainsley.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-