It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

ezio & linoä ❝ sex then movie, perfect evening ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: ezio & linoä ❝ sex then movie, perfect evening ❞ Sam 10 Jan - 22:50

ezio & linoä

❝ sex then movie, perfect evening ❞


« T’as pas vu ma culotte ? » demandais-je simplement vêtu de mon tee-shirt, les cheveux encore mouillés de la douche que nous venions de prendre, balayant du regard la chambre d’Ezio. Je fis un sourire en coin alors qu’il me la tendait d’un air malicieux. « Merci. » roulais-je des yeux tout en l’enfilant, avant de terminer de me rhabiller. Je crois que je ne comprendrais jamais les personnes qui allaient draguer dans un bar simplement pour un coup d’un soir. Les rares fois où je l’avais fait, j’en étais ressortie très déçue. Comment réussir à prendre son pied alors que le partenaire ne connaît pas ce qui nous fait frissonner ? Comment prendre son pied alors que, tout simplement, le partenaire ne connaît pas notre corps ? Non, clairement, ce n’était pas pour moi ! C’était pour ça qu’avec Ezio, c’était bien. Nous étions pareil, avions la même vision des relations. Et nous nous connaissions bien. Je n’avais pas beaucoup d’amis, mais il en faisait partie. En même temps, je n’étais pas vraiment la fille la plus chaleureuse et avenante qui puisse exister sur terre, mais bon, il fallait faire avec. Et niveau sexe … nous nous entendions bien, très bien même. Cela faisait un peu plus d’un an que nous avions franchi le pas, et sérieusement je ne le regrettais pas. D’une, il me donnait des orgasmes pratiquement à tous les coups – et que demander de plus, sérieusement ? – et de deux, il n’y avait aucun risque de dérapage entre nous. Nous pouvions coucher ensemble autant de fois que nous le voulions, cela ne changerait rien entre nous. Aucun de nous deux ne voulait une relation, ni d’investissement. Bref, nous voulions simplement ce que nous avions, et c’était très bien ainsi.

Je le suivis dans le salon, avant de m’avachir sur le canapé à ses côtés. « Bon, on fait quoi ce soir ? Pizza et film ? » proposais-je en haussant des épaules. Je sortais une cigarette de mon paquet avant de l’allumer et de la porter en bouche. « Oh, tu connais la nouvelle ? On va être voisins ! » commençais-je, fière de moi. « Enfin presque. Tu te souviens de la mission que j’ai ? Draguer The mannequin Alinovitch pour pouvoir faire un dossier sur lui ? » reprenais-je, sachant pertinent qu’il s’en souvenait, vu le nombre de fois où je lui en parlais. « Et bien ma couverture, c’est d’être une riche héritière qui veut devenir romancière. Et donc pour cela, il faut que je sois riche … Donc tadaaaam … j’ai un magnifique nouvel appartement à Upper West Side, rien que pour moi. » fanfaronnais-je avant de tirer sur ma cigarette.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ezio & linoä ❝ sex then movie, perfect evening ❞ Ven 30 Jan - 16:55

one thousand lonely stars

« T’as pas vu ma culotte ? », demanda Linoä et mon sourire s’afficha instantanément alors que je ramassais ladite culotte sur le sol de mon appartement. Une serviette autour des hanches, preuve d’une douche plus que satisfaisante venait de se dérouler dans ma salle de bain. Linoä n’était rien d’autre qu’une amie avec qui je partageais mon lit, amis avec bénéfices si vous voulez. Pas d’engagement, pas de scènes de jalousie, pas de cris, pas d’implications, voilà ce dont j’avais besoin avec le boulot que je faisais. J’avais besoin d’une amie à qui parler – en plus de Marley – et qui savait ce dont j’avais besoin pour décompresser. C’était donnant-donnant, à notre plus grande satisfaction. Personnellement, cela ne me gênait pas le moins du monde de ramener une fille différente chaque soir dans mon appartement, mais je savais que mon Linoä, sa vision des choses étaient différentes. Après avoir passer un tee shirt, et mon pantalon de jogging, je me dirigeais vers le salon pour m’affaler sur le canapé, Linoä ne tarda pas à me rejoindre. « Bon, on fait quoi ce soir ? Pizza et film ? », proposa t-elle, et je tournais ma tête vers elle un nouveau sourire sur les lèvres. « Adjugé, vendu ! », déclarais-je avant de me saisir de mon téléphone portable. L’avantage avec la technologie d’aujourd’hui, je n’avais même pas besoin de téléphoner à qui que ce soit, il suffisait de commander sur internet. Pas besoin d’interrompre une conversation. « Oh, tu connais la nouvelle ? On va être voisins !  ». Je levais instantanément le nez de mon téléphone, arrêtant de pianoter. « Enfin presque. Tu te souviens de la mission que j’ai ? Draguer The mannequin Alinovitch pour pouvoir faire un dossier sur lui ? ». Je hochais la tête, signe que je me souvenais parfaitement de ce qu’elle parlait. C’en était presque le sujet majeur de conversation que nous avions. «Et bien ma couverture, c’est d’être une riche héritière qui veut devenir romancière. Et donc pour cela, il faut que je sois riche … Donc tadaaaam … j’ai un magnifique nouvel appartement à Upper West Side, rien que pour moi.  ». Je pouvais bien voir qu’elle en était très contente, et  un nouveau sourire s’épanouit sur mes lèvres. « Tu va pouvoir mener la grande vie, félicitation ma belle ! », avant de pianoter une dernière fois et  finir ma commande de pizza. Je levais à nouveau les yeux vers elle, reprenant la conversation. « Dis-moi, j’espère que tu garderas du temps pour moi ? Sinon, je risque de me vexer Madame la-riche-romancière … », lâchais-je, malicieusement. « Du coup, t’es prête pour ton dossier ? Je veux tout savoir de ta couverture. ». J’aimais parler du travail de Linoä, c’était tellement plus intéressant que le mien à la mafia. Cela me permettait de penser à autre chose, qu’au seul fait merdique de ma vie. Bien entendu, j’avais un autre travail, une couverture en quelques sortes. Je travaillais en tant que responsable de la sécurité informatique d’une grosse boite New Yorkaise. C’en était risible puisque si mon père avait des comptes à régler avec le boss de ma boite, je pouvais le faire couler en un claquement de doigts. Mais je ne voulais pas y penser, pas maintenant alors que j’étais en bonne compagnie. « Alors la pizza est en route. Tu veux boire quelque chose ? Qu’est ce que tu veux regarder ce soir ? Tu choisis pour fêter ta ‘nouvelle vie’. », dis-je en souriant toujours.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ezio & linoä ❝ sex then movie, perfect evening ❞ Sam 31 Jan - 21:10

ezio & linoä

❝ sex then movie, perfect evening ❞


J’aimais bien les soirées chez Ezio. Elles étaient toujours simples et agréables, sans aucune prise de tête. Elles commençaient par du sexe – forcément – et une fois notre dose euphorique prise, la tension sexuelle retombait et nous n’étions qu’amis. C’était pour ça que je préférais faire les choses dans cet ordre-là, d’ailleurs. Je savais pertinemment que si nous regardions un film et mangions avant de le faire, nous ne penserions qu’à ça, tels deux animaux en rut. Bon okay, j’exagérais … Mais c’était mieux ainsi. Pas de risque que je m’endorme après l’acte ou que j’aie tout simplement la flemme de rentrer chez moi. Non, on passait une soirée entre amis, et ensuite c’était chacun chez soi. C’était ce que j’aimais avec Ezio, on était parfaitement sur la même longueur d’onde concernant notre relation, et il n’y avait aucun risque d’ambiguïté. Je lui proposais alors un film et une pizza pour ce soir, histoire de savoir ce que nous ferions ensuite. « Adjugé, vendu ! » dit-il tout en sortant son téléphone pour passer commande. Puis je ne retins plus la nouvelle que j’avais en tête depuis que j’avais posé un pied dans son appartement. Nous allions être voisins ! Grâce à ma couverture, j’avais eu le droit à un magnifique appartement, dans un immeuble proche du sien.   « Tu va pouvoir mener la grande vie, félicitation ma belle ! » Je lui fis un grand sourire en guise de réponse. Oui, j’étais vraiment contente. Lorsque l’on ne me connaissait pas, on pourrait penser que j’étais une femme froide à la limite de la sociopathie. Et peut-être que c’était vrai, parfois. Mais il y avait des opportunités qui me rendaient véritablement heureuse, et celle-ci en faisait partie. J’allais enfin pouvoir faire mes preuves au sein du magazine, et gravir les échelons. « Dis-moi, j’espère que tu garderas du temps pour moi ? Sinon, je risque de me vexer Madame la-riche-romancière … » dit-il d’un air espiègle, me faisant rouler des yeux. « Ça dépend ? Qu’est-ce que tu as à m’offrir ? » répondais-je en battant des paupières, avant de lâcher un rire franc. « Du coup, t’es prête pour ton dossier ? Je veux tout savoir de ta couverture. » me demanda-t-il. « Je ne sais pas vraiment si je suis prête … Enfin, il y a peu d’informations sur lui et je n’arrive pas à me décidé sur quel type de femme il aimerait que je sois … » commençais-je en fronçant des sourcils. Je n’aimais clairement pas cela, d’ailleurs. J’avais toujours su quelle direction prendre, et le fait de ne pas le savoir aujourd’hui m’agaçait réellement. « Quant à ma couverture, elle est fin prête ! Donc comme je te l’ai dit, je suis une riche romancière. Tu peux encore m’appeler Linoä, puisque je ne change pas d’identité. En fait, pour être au plus proche de la réalité, j’ai décidé de ne changer que peu de choses … Mon métier, bien sûr. Et mon héritage. J’ai une tante qui est décédée et qui m’a tout légué, étant en froid avec mes parents depuis qu’ils m’ont jeté à la porte. » lui expliquais-je rapidement. « Alors la pizza est en route. Tu veux boire quelque chose ? Qu’est ce que tu veux regarder ce soir ? Tu choisis pour fêter ta ‘nouvelle vie’. » me proposa-t-il. « Je veux bien du vin, si tu en as ! » lui demandais-je dans un sourire. « Et pour le film … Hmm … « Douze hommes en colère » ? » proposais-je à mon tour. Bon okay, voir un jury de douze hommes qui délibère sur si oui ou non ils devraient donner la peine de mort à un gamin, accusé d’avoir tué son père, c’était pas ce qu’il y avait de plus joyeux. Mais étrangement, j’aimais beaucoup ce film. « Et toi ? Quoi de neuf de ton côté ? » lui demandais-je. « Le boulot … ta sœur … tout ça quoi. » Je savais qu’il n’aimait pas vraiment parler de son travail, c’était d’ailleurs pour cela que je laissais une porte ouverte vers sa sœur.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ezio & linoä ❝ sex then movie, perfect evening ❞ Dim 1 Fév - 4:56

one thousand lonely stars


L’avantage avec la relation que j’entretenais avec Linoä, c’est que je n’avais pas besoin de me prendre la tête. Je n’avais pas besoin de réfléchir à « comment la virer de chez moi après l’acte ». Linoä était simplement mon amie, amie avec qui je prenais plaisir à me détendre entre des draps. J’étais d’ailleurs ravi d’apprendre que nous allions devenir voisin dans un futur proche. Oui, parce que des fois – en mettant de coté mes nombreuses conquêtes et les visites de Marley – je me sentais bien seul dans cet appartement de grand luxe. Alors que je lui demandais si elle allait encore avoir du temps pour moi sous couverture, je la vis rouler des yeux, ce qui me fit rire. « Ça dépend ? Qu’est-ce que tu as à m’offrir ?», me provoqua t-elle en battant des paupières et en riant à son tour. J’arquais un sourcils avec une fausse moue mécontente sur le visage. « Cela me vexe que tu ose poser la question, mais je peux te faire une liste : du très bon sexe, une grande collection de dvd, et une cave à vin exceptionnelle. Qu’est-ce que tu dis de ça ? », affirmais-je, un sourire fier sur le visage. J’étais loin d’être modeste et on me l’avait souvent reproché mais cette fois tout était sur le ton de la plaisanterie. Quoi que. Je l’interrogeais alors sur son dossier et sa couverture, parce que je savais pertinemment que Linoä était particulièrement heureuse d’avoir une chance pareille au niveau du boulot. « Je ne sais pas vraiment si je suis prête … Enfin, il y a peu d’informations sur lui et je n’arrive pas à me décidé sur quel type de femme il aimerait que je sois … », je sentis l’agacement de Linoä émané de son corps et je lui souris. « Je suis sûr que tu sauras trouver son point faible. », l’encourageais-je, toujours le sourire aux lèvres. Linoä avait toujours été – depuis que je la connaissais – une femme au caractère bien trempé et qui ne se laissait pas marcher sur les pieds. C’est ce qui m’avait vraiment plu chez elle, et j’étais persuadé que le mannequin en question, ne résisterait pas longtemps aux charmes de la jeune femme. « Quant à ma couverture, elle est fin prête ! Donc comme je te l’ai dit, je suis une riche romancière. Tu peux encore m’appeler Linoä, puisque je ne change pas d’identité. En fait, pour être au plus proche de la réalité, j’ai décidé de ne changer que peu de choses … Mon métier, bien sûr. Et mon héritage. J’ai une tante qui est décédée et qui m’a tout légué, étant en froid avec mes parents depuis qu’ils m’ont jeté à la porte. », m’expliqua t-elle, et je hochais la tête avec un sourire. « Au moins, je suis sûr de ne pas me mélanger les pinceaux. », blaguais-je avant de lui proposer à boire et le choix du film de ce soir. « Je veux bien du vin, si tu en as ! », et je me levais presque instantanément avec un air ‘est-ce-que-tu-sais-à-qui-tu-parles-là ?’ sur le visage. « Et pour le film … Hmm … « Douze hommes en colère » ? », et je hochais de nouveau la tête en signe d’approbation. J’avais déjà vu ce film, une fois. Ce n’était pas un navet, et heureusement. Je fouinais dans ma cave à vin, écoutant toujours la voix de Linoä. « Un Antinori Solaia 2010, ça te va ? », lui demandais-je à mon tour en lui montrant la bouteille que je tenais entre mes mains. C’était un excellent vin italien, un vin magnifique qui vieillira pendant des décennies, avait-on dit sur ce millésime. Il était temps de voir si les personnes qui avaient dit cela, avaient dit la vérité. « Et toi ? Quoi de neuf de ton côté ? Le boulot … ta sœur … tout ça quoi. », m’interrogea t-elle, et mes lèvres formèrent une ligne mince. Je n’aimais pas parler de mon boulot, et Linoä, le savait bien mais je ne pouvais pas lui en vouloir de demander des nouvelles, c’était humain après tout. Je débouchais alors la bouteille avant d’inspirer lentement, tout en ouvrant un placard pour me saisir des verres à vin. « Le boulot, toujours pareil. Pas de nouveauté. », lançais-je platement, en revenant vers le canapé pour m’assoir aux cotés de mon amies et déposé les verres sur la table basse. « Pour Marley, rien de nouveau non plus. Elle est toujours aussi présente et parfois chiante, mais bon je fais avec. », souris-je. « J’ai l’impression de voir ma mère en elle, parfois. », finis-je, en versant le vin dans nos verres et en tendant un à Linoä, une expression un peu nostalgique sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ezio & linoä ❝ sex then movie, perfect evening ❞ Dim 1 Fév - 15:37

ezio & linoä

❝ sex then movie, perfect evening ❞


«Cela me vexe que tu ose poser la question, mais je peux te faire une liste : du très bon sexe, une grande collection de dvd, et une cave à vin exceptionnelle. Qu’est-ce que tu dis de ça ? » dit-il dans un sourire fier. Un sourire prit place sur mon visage, et je secouais la tête, amusée. « Si tu mes prends par les sentiments, aussi … » répliquais-je en levant les mains en l’air, avant de lâcher un rire. « Donc okay, je garderais quelques minutes de mon précieux temps pour toi. » abdiquais-je dans un sourire. Voilà, c’était ça, Ezio et moi. Simple, amusant, sans prise de tête. On était nous-même, sans masque – bien que celui-ci refaisait surface quelques fois – parce que l’on n’en avait pas bien. On se connaissait, que ce soit notre histoire, nos qualités et nos défauts, et on s’acceptait. J’avais peu d’amis. Enfin de vrais amis. Ceux avec qui je pouvais être moi-même, lâcher mes barrières sans avoir peur. Deux, en fait. Renji et Ezio. Et c’était bien, même si je ne l’avouerais pas à haute voix. On parlait ensuite de ma mission, à savoir devenir la petite amie d’Ambroise Alinovitch. Si au début mon idée m’avait parue brillante et simple à mettre en place, je n’en étais plus si sûre, à présent. Je ne savais pas comment l’appréhender, en fait. Je ne savais pas ce qu’il aimait, ni qui il aimerait que je devienne. Et j’avais beau avoir des talents d’actrice innés, si je ne savais pas quoi jouer, cela allait être compliqué. Et je détestais cela. «Je suis sûr que tu sauras trouver son point faible. »  répondit-il dans un sourire, m’encourageant. Il me demanda ensuite de décrire un peu ma couverture.C’était mieux qu’il sache tout, d’ailleurs. Après tout, je restais Linoä Heland, et donc gardais mes amis. Ambroise risquait donc de le rencontrer, et il valait mieux qu’Ezio ne se trompe pas. Heureusement, ma couverture était simple à retenir : je n’en avais presque pas. Je restais moi, avec mon histoire. La seule chose qui changeait, c’était que j’avais hérité d’une grande fortune, et qu’au lieu d’être journaliste, j’étais romancière. «Au moins, je suis sûr de ne pas me mélanger les pinceaux. » dit-il dans un rire, me faisant hocher la tête. « Oui, il manquerait plus que ça ! » répondais-je dans un rire. Il me demanda ensuite ce que je voulais à boire, et je lui demandais du vin. Oui, le vin était mon péché mignon. Je ne m’en lassais jamais. Et puis, ceux d’Ezio … C’était les meilleurs, tout simplement. Il disparut quelques instants, avant de revenir une bouteille en main. «Un Antinori Solaia 2010, ça te va ? » Je levais mon pouce en l’air, mimant un « parfait » de mes lèvres. Je ne mentais pas quand je disais que je pouvais être moi-même. Après tout, je parlais quand même de manipuler un homme pour arriver mes fins, et il m’encourageait. Bon, en même temps, lorsque l’on connaissait Ezio … Enfin, disons simplement qu’il n’était pas le mieux placé juger mon mauvais comportement. Y pensant, je lui demandais d’ailleurs des nouvelles. De son boulot, tout d’abord, puis de sa sœur. Je savais qu’il n’aimait pas parler de son travail, donc je lui laissais une porte de sortie. «Le boulot, toujours pareil. Pas de nouveauté. » annonça-t-il. J’opinais du chef, puis le laissais me servir du vin. «Pour Marley, rien de nouveau non plus. Elle est toujours aussi présente et parfois chiante, mais bon je fais avec. J’ai l’impression de voir ma mère en elle, parfois. » Je lâchais un petit rire amusé. « Toujours pas de petit ami à l’horizon ? » demandais-je, me doutant qu’il préférait largement ça. Mais j’avais toujours trouvé ironique qu’une escort girl soit en fait presque la pureté incarnée. « Tu crois que je vais y arriver ? » changeais-je de sujet en baissant la tête.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ezio & linoä ❝ sex then movie, perfect evening ❞ Lun 2 Fév - 4:18

one thousand lonely stars


Alors que j’exposais mes ‘meilleurs’ atouts pour qu’elle m’accorde encore du temps malgré sa nouvelle couverture, je la vis sourire amusée. Je savais très bien que nous trouverions du temps quoi qu’il en soit, si cela se trouvait je pouvais même l’aider avec sa couverture. « Si tu mes prends par les sentiments, aussi …», déclara t-elle, en levant les mains en l’air. « Donc okay, je garderais quelques minutes de mon précieux temps pour toi. », et je pris un air choqué et j’haussais les sourcils en signe d’étonnement. « Quelques minutes ? Je t’en prie, blesses encore plus mon amour propre si c’est possible ! », me moquais-je, en levant les yeux au ciel. Je ne pouvais pas m’empêcher de la taquiner, parce que c’était tellement simple de blaguer sur tout et n’importe quoi. Mon égo n’avait pas sa place durant nos conversations parce que je n’avais pas besoin de l’impression, ni quoi que ce soit et si je dépassais les bornes, elle ne se gênait pas pour me le faire comprendre. Je mettais aussi un point d’honneur à l’encourager, même si elle agissait souvent comme une jeune femme très sûre d’elle, je savais bien que cela ne faisait jamais de mal d’être encourager par un ami. « Oui, il manquerait plus que ça ! . », et son rire se joignit au mien. Je lui proposais alors à boire, sachant pertinemment que nous allions nous servir du bon vin. C’était une des choses dont j’étais fier puisque cela me rappelait mes origines. Lorsqu’elle me demanda des nouvelles sur mon travail, je restais toujours un peu évasif. Je détestais mon boulot, et si je pouvais le troquer contre rester dans mon lit avec une jolie fille toute la sainte journée, je n’hésiterais pas une seule seconde. « Toujours pas de petit ami à l’horizon ? », continua t-elle, et ma réaction de grand-frère protecteur ne tarda pas à se faire sentir. Si cela ne me gênait pas que Marley me surprenne au lit avec une femme, je ne pouvais pas me résoudre à l’imaginer au lit avec un homme, cela me donnait envie de vomir. Bien entendu, je savais que Marley était une très belle femme, qu’elle adorait plaire et tout cela, mais que quelqu’un touche à ma petite sœur … J’avais du mal à me résoudre à l’idée. J’avais l’impression d’être à la place de mon père dans ces moments là. « J’en sais rien, et je ne veux pas savoir parce que si elle me le présente et qu’il lui fait du mal, je vais voir rouge … », lâchais-je, en tentant de me détendre en chassant les sombres pensées qui avaient envahies ma tête à l’instant. Linoä changea alors de direction, et je ne lui en voulu pas le moins du monde. « Tu crois que je vais y arriver ? », dit-elle en baissant la tête. J’avalais une gorgée de mon vin avant de saisir doucement son menton pour qu’elle me regarde. « Bien sûr que tu vas y arriver. C’est sûr, si tu pars défaitiste comme ça, ça ne va pas trop le faire … mais j’ai confiance en toi. », commençais en cherchant les bons mots pour la rassurer parce que j’étais presque certain que c’était ce qu’elle attendait de moi, et c’était ce qu’un bon ami se devait de faire. « Où est passée la Linoä que j’ai vu pour la première fois ? Celle qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et qui n’a besoin de personne pour obtenir ce qu’elle veut ? », lui rappelais-je. Lors de notre première rencontre, elle avait pris en grippe, un des associés de la mafia avec qui j’étais entrain de déjeuner parce qu’il lui avait mis la main aux fesses – et j’avais bien compris la fureur de la jeune femme – et depuis que je la connaissais, Linoä avait toujours prouvé qu’elle n’avait besoin de personne d’autre qu’elle-même pour réaliser ce qu’elle voulait faire. « Ce mannequin va te manger dans la main. », affirmais-je avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ezio & linoä ❝ sex then movie, perfect evening ❞ Mar 3 Fév - 16:52

ezio & linoä

❝ sex then movie, perfect evening ❞


Si j’aurais encore du temps pour lui une fois que je serais en « couple » avec Ambroise Alinovitch ? Bien sûr que oui. Mais j’aimais bien le faire mariner un peu, et puis, me sentir courtisée, aussi, parfois. Cela faisait du bien au moral. Et là, il me prenait clairement par les sentiments en abordant la liste du sexe, de la collection de dvd et de sa cave à vin, je n’allais pas résister bien longtemps, moi ! J’abdiquais donc, lui promettant de garder quelques minutes de mon précieux temps pour lui. « Quelques minutes ? Je t’en prie, blesses encore plus mon amour propre si c’est possible ! » se moqua-t-il, me faisant froncer des sourcils. Puis je compris, et éclatais de rire. Je lui donnais une petite tape sur le bras. « Toi alors ! Très bien, quelques heures alors. » concluais-je en roulant des yeux. Les hommes et leur égo, sérieusement … J’abordais ensuite le sujet de ma couverture. Elle était simple : c’était moi, à quelques détails près. Au moins, mon entourage était certain de ne pas s’emmêler les pinceaux et de faire de gaffe. Comme l’homme galant qu’il était – il n’avait pas vraiment le choix, en même temps – il alla me chercher une excellente bouteille de vin, avant de me servir un verre. Je lui demandais ensuite des nouvelles de son côté. Tout d’abord du boulot, bien que je me doutais qu’il n’en parlerait que vaguement. Puis de sa sœur. Elle était escort girl, et était pourtant toujours vierge. Je devais bien avouer que c’était quelque chose qui m’avait toujours amusée. « J’en sais rien, et je ne veux pas savoir parce que si elle me le présente et qu’il lui fait du mal, je vais voir rouge … » Je fis un sourire amusé. J’étais fille unique, donc je ne comprenais pas grand chose aux grands frères protecteurs. Mais cela m’amusait toujours, je devais bien l’avouer. « Je pense qu’elle est assez grande pour se protéger toute seule et ne pas se faire avoir, tu sais ? » lâchais-je dans un petit rire, avant de secouer la tête. Puis je changeais immédiatement de sujet, submergée par le doute. Cela ne me ressemblait pas. Moi qui étais si sûre de moi, normalement. Mais il y avait quelque chose qui n’allait pas avec ce mannequin, et j’étais incapable de mettre le doigt dessus. Et je me demandais sincèrement si c’était une bonne idée et, surtout, si j’y arriverais. Il prit mon menton entre ses doigts, et le releva pour que je le regarde. « Bien sûr que tu vas y arriver. C’est sûr, si tu pars défaitiste comme ça, ça ne va pas trop le faire … mais j’ai confiance en toi. » C’était probablement stupide, et je me détesterais probablement pour cette faiblesse plus tard, mais cela faisait beaucoup de bien à entendre. Je lâchais un long soupir, avant de boire une gorgée de mon verre de vin. «Où est passée la Linoä que j’ai vu pour la première fois ? Celle qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et qui n’a besoin de personne pour obtenir ce qu’elle veut ? »  reprit-il. Je fis un sourire en coin, avant de me mordiller la lèvre. « Le problème, c’est que dans ce plan, je vais avoir besoin de lui, pour obtenir ce que je veux. » constatais-je en soupirant. Et c’était la vérité. «Ce mannequin va te manger dans la main. » reprit-il. « J’espère. On verra, de toute façon. » Je lâchais un grand sourire, avant de me lever pour mettre le dvd dans le lecteur, puis me réinstallais à ses côtés. « T’es prêt pour un film bien déprimant comme il faut ? » reprenais-je dans un petit rire.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ezio & linoä ❝ sex then movie, perfect evening ❞ Sam 21 Fév - 4:38

one thousand lonely stars


Dés la première fois que j’avais vu Linoä, j’avais su que je m’entendrais bien avec elle, si j’avais l’occasion de la connaitre. J’avais eu raison, puisqu’elle est l’une des rare personnes avec qui j’ai une amitié aussi forte. Parce que oui, travailler pour la mafia, cela ne vous aide pas tellement à vous attachez. Les discussions sans chichis, les soirées sans prise de tête, c’était une des rare chose que je pouvais savourer à l’aide de ma très chère Linoä. J’aimais l’entendre parler de son travail, cela m’évite de parler du mien ou simplement d’y penser. « Toi alors ! Très bien, quelques heures alors. », acquiesça t-elle, me donnant une tape sur le bras, alors que je la taquinais sur son temps à me consacrer par rapport à sa ‘future-pseudo-relation’ avec le mannequin Alinovitch. Je fis une grimace exagérée pour montrer ma douleur face à son attaque. « Voilà, je préfère ! », lançais-je, encore en mode taquin. Mais je redevins vite sérieux pour en savoir plus sur la future couverture de mon amie. Certes, ce n’était pas vraiment respectable de se faire passer pour une personne que l’on est pas vraiment pour atteindre quelqu’un mais quand bien même, elle n’allait pas lui ôter la vie, ou lui faire du mal alors, je n’avais rien à y redire. Je finirais même par trouver cela amusant puisque la plupart des mannequins et toute la clique sont généralement imbu de leur personne, cela ne lui ferait pas de mal de redescendre un peu sur terre. Tout en continuant de discuter de divers sujets, je vis l’aller-retour entre le salon et la cuisine pour une bouteille de vin. Je ne ratais pas son sourire lorsque je parlais de ma sœur, et de ses ‘conquêtes’ ou peu importe … « Je pense qu’elle est assez grande pour se protéger toute seule et ne pas se faire avoir, tu sais ? », intervint Linoä, mais je fronçais les sourcils. Peut être bien – non, non, c’était vrai – mais Marley resterait à jamais ma petite sœur, même lorsqu’elle aurait cinquante ans, elle sera à jamais la petite fille à papa, aux tresses et robes à fleurs … Je secouais la tête pour chasser ces pensées avant de reprendre doucement la parole. « Peut être bien, mais on dit que l’amour rend aveugle alors je me méfie. », soufflais-je dans un haussement d’épaule. Je ne pouvais pas savoir, je n’étais jamais vraiment tomber amoureux. Je ne me l’étais jamais permis et pour le moment, je ne m’en portais pas plus mal ! Le doute quant aux relations de ma petite sœur fut vite chasser par le manque de confiance de Linoä. Cela ne lui ressemblait que trop peu, et je mis un point d’honneur à la rassurer parce qu’il ne fallait pas qu’elle parte dans cette optique là. Sinon sa ‘mission’ était complètement fichue. « Le problème, c’est que dans ce plan, je vais avoir besoin de lui, pour obtenir ce que je veux. », et je levais les yeux au ciel. Non pas pour me moquer d’elle, mais juste parce je savais que peu importe la difficulté, elle réussirait à faire n’importe quoi avec la volonté qui l’habitait quotidiennement. « Si tu arrives à le charmer, tu auras tout ce dont tu as besoin ! ». Et alors que je finissais ma phrase, la sonnette retentit, ce qui annonçait probablement l’arrivée de la pizza. Nous nous levâmes tous les deux du canapé, Linoä pour mettre le dvd dans le lecteur et moi pour ouvrir la porte d’entrée, et donner le pourboire au livreur. « J’espère. On verra, de toute façon. T’es prêt pour un film bien déprimant comme il faut ?», repris-t-elle et j’eus un petit rire avant de retourner vers le canapé, la boite à pizza dans la main. Je la déposais sur la table basse, à coté du papier essuie-tout. « On est dans l’humeur alors oui, je suis prêt ! », me moquais-je, légèrement. Je savais que Linoä n’était pas déprimée mais qu’elle avait seulement des doutes par rapport à un job important.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ezio & linoä ❝ sex then movie, perfect evening ❞ Dim 8 Mar - 22:19

ezio & linoä

❝ sex then movie, perfect evening ❞


Parler avec Ezio me faisait toujours du bien. Ou alors, peut-être était les endorphines que je venais de recevoir à fortes doses après notre début de soirée … animale. Oui, animale était le bon terme. C’était toujours ainsi, entre nous. Nous nous fixions une date, puis j’allais chez lui – c’était mille fois mieux que mon ancien studio calamiteux et hideux – et la soirée pouvait débuter. Après quelques galipettes bien nécessaires pour lui comme pour moi, nous choisissions un film et mangions devant. J’aimais bien notre routine, je devais bien l’avouer. Elle me rassurait. Je savais que si j’avais besoin de lui, il n’était qu’à un coup de téléphone. Il y avait très peu de personnes à qui je pouvais accorder ma confiance. Cette confiance qui avait été si bafouée pendant tant d’années que je n’arrivais plus à les compter. Ezio en faisait partie. Je savais que je pouvais tout lui dire et que jamais il ne me jugerait. Je pouvais me montrer tant cruelle que faible, sans jamais avoir l’impression qu’il émettrait un quelconque jugement sur ma personne. Peut-être que c’était parce que je ne me permettais pas de le faire lorsque cela le concernait ? Après tout, sa vie à lui n’était pas vraiment toute rose, il fallait bien l’avouer. Donc peut-être qu’il me rendait la pareille. Un retour de l’ascenseur, en somme. Et puis, les taquineries ne manquaient pas, entre nous. C’était léger et sans prise de tête. Comme maintenant, en fait. « Voilà, je préfère ! » dit-il taquin, alors que j’abdiquais sur le temps que je continuerais de lui accorder pour nos escapades sexuelles. C’était vrai que nous étions plus proches des heures que des minutes. Après tout, notre record avait bien été de près de cinq heures – oui, nous étions réellement en forme, ce jour-là – donc ne lui accorder que quelques minutes de mon précieux temps n’en serait que plus frustrant. Pour lui, comme pour moi. Le sujet dériva ensuite vers sa sœur. C’était mignon de voir comment il pouvait s’inquiéter pour elle. Peut-être était-ce parce que je n’avais pas de famille, mais j’étais toujours touchée. Et envieuse, aussi. J’aurais aimé que quelqu’un puisse ressentir cela pour moi. Que quelqu’un ait envie de me protéger, moi aussi. Que, pour une fois, je puisse baisser la garde, sans avoir peur de me blesser. « Peut être bien, mais on dit que l’amour rend aveugle alors je me méfie. » Je haussais des épaules. Je n’en avais aucune idée. Je n’avais été amoureuse qu’une seule fois, et vu comment cela avait tourné … Autant dire que je n’avais pas expérimenté ça une nouvelle fois. Je lui parlais ensuite d’Ambroise, ma mission. Je devais le séduire. Je devais m’immiscer dans sa vie, le faire tomber amoureux de moi. Au point qu’il me dirait tout, et que je saurais tout de lui. Mais cela voulait donc dire que mon avenir dépendait de lui. Autant dire que ce n’était pas une perspective qui me plaisait réellement. «Si tu arrives à le charmer, tu auras tout ce dont tu as besoin ! » Je lâchais un soupir. « Encore faut-il que j’arrive à le charmer … J’arriverais à coucher avec lui, tu sais. Ça, je ne me fais aucun problème de ce côté-là. Mais là, il faut qu’il tombe amoureux de moi … Ce n’est pas vraiment la même chose. » répondais-je dans un nouveau soupir. Et c’était la pure vérité. Après tout, personne n’était jamais tombé amoureux de moi. Alors, pourquoi lui ? Voulant enfin me changer les idées et perdre tous ces doutes qui semblaient me posséder ce soir, je proposais que l’on se regarde enfin ce film. « On est dans l’humeur alors oui, je suis prêt ! » Je lâchais un petit rire, avant de mettre le dvd en route, puis je me réinstallais dans le canapé à ses côtés. Je soulevais son bras pour me glisser contre lui, posant ma tête sur son épaule. Et commençais déjà à m’endormir, sans réellement m’en rendre compte.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ezio & linoä ❝ sex then movie, perfect evening ❞

Revenir en haut Aller en bas

ezio & linoä ❝ sex then movie, perfect evening ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-