It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

hannes&april ~ le démon sur pattes, le retour.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: hannes&april ~ le démon sur pattes, le retour. Mer 22 Oct - 0:18


le démon sur pattes, le retour.
AVEC APRIL C. YAMAMOTO

21 octobre, 17h10 Ton oncle t'avait encore obligé à aller travailler. Comme à chaque fois, tu avais eu l'impression que ton heure allait sonner. T'obliger à travailler était inhumain, voilà ce que tu avais l'habitude de répéter à Sveinn, qui n'en n'avait strictement rien à faire. Il faisait ça pour t'aider, avec l'espoir que te confronter au quotidien avec des inconnus aurait l'effet d'un déclic ou quelque chose comme ça, et que tu finirais par ne plus avoir autant peur de l'inconnu, mais tu ne voulais rien entendre. Pour toi, il faisait ça uniquement pour t'ennuyer. Pourtant, parfois, tu sortais de toi-même, te promener en trottinette. Mais pas seul, non. Tu n'avais pas envie de devoir te bourrer encore de tranquillisants, tu ne voulais pas finir drogué, bien que tu pensais commencer à l'être. Après tout, le responsable, c'était Sveinn, c'était lui qui t'obligeais à aller travailler. Ah, il avait bon dos ce Sveinn, n'est-ce pas ? Tu semblais oublier que sans lui, tu aurais été obligé de travailler de longues heures, tous les jours, au milieu d'un grand nombre de personnes. Pour un salaire de misère, car vu tes diplômes à l'époque inexistants, tu n'aurais pas été accepté dans une grande entreprise, en Chine. Hormis, peut-être, en temps qu'ouvrier. Ce qui n'avait rien de bien réjouissant. Et oui. C'était grâce à Sveinn que tu avais la belle vie, maintenant. Même si tu trouvais toujours ton métier aussi étrange, grâce à ton oncle qui t'avait gentiment embauché et te laissait de nombreux jours de vacances non déclarés, tu pouvais vivre. Ce qui n'aurait pas été le cas en Chine. Tu en avais bien conscience, dans le fond. C'est juste que tu ne supportais pas d'être entouré d'inconnus. Tu avançais tranquillement, Shaolan te suivait en faisant attention à ce que personne ne t'approche de trop près. Tu savais que tu avais de la chance d'avoir un petit ami si attentionné envers toi, et dans ces moments-là, tu t'en voulais encore plus de l'avoir trompé. Mais après tout, tu n'aurais pas pu deviné seul qu'il ne donnait pas de nouvelles involontairement. Vous avanciez donc tranquillements dans les rues de Manhattan, main dans la main, en bavardant, quand soudain, ton regard se posa sur une passante juste devant toi. Elle était petite, avec un lapin en peluche dans les mains, deux yeux bridés et des cheveux roux coupés au carré. En la reconnaissant, tu te figeas. Puis tu serras encore plus fort la main de ton petit-ami, qui te demanda ce qu'il t'arrivait. Tu ne l'entendis pas, les souvenirs qui te revenaient absorbant toutes tes pensées. Cette fille, c'était celle qui t'avait fait cette cicatrice à l’œil, cachée derrière un bandeau. April Yamamoto, un vrai démon. Tu étais au bord de la crise de panique, mais tu n'arrivais pas à t'enfuir car justement, tu paniquais trop pour te mettre à courir. Mais le pire, c’était que tu voyais à son regard qu’elle t’avait reconnu.

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: hannes&april ~ le démon sur pattes, le retour. Mer 22 Oct - 16:22

Le démon sur pattes, le retour
Oh que le monde est beau ! Ah mais vraiment, vraiment. Oui oui. Pourquoi ? Parce que, c'est comme ça. C'est juste mon ressenti du moment. Ça a peut-être un rapport avec le fait que je viens de retrouver un vieux truc que j'ai perdu il y a très longtemps. En fait, il a disparu du jour au lendemain et je n'en ai plus jamais entendu parler. J'y tenais plus ou moins, pourtant. C'était ma poupée préférée. Je jouais tout le temps avec tellement elle était amusante. Elle pouvait faire plein de bruits rigolos et elle servait aussi de distributeur d'alcool. Alors je m'en servais pour jouer toute la journée. Et puis un beau jour elle s'est évaporée, comme ça, pouf ! Quand je demandais ce qu'il s'était passé et où elle était, personne ne voyait de quoi je parlais ou faisait mine de ne pas savoir. J'ai fini par abandonner en me disant que j'avais dû l'égarer quelque part. J'ai été drôlement déçue, évidemment. Et comme je n'étais pas contente, j'ai fait voir l'enfer à toutes les personnes présentes au manoir – pas si nombreuses, somme toute considérée. Il fallait bien que je trouve quelque chose pour me distraire et me défouler, non ? Surtout que même si je me disais que c'était ma faute pour avoir perdu mes affaires, je ne pouvais pas m'empêcher de penser que les domestiques avaient une part de responsabilité là-dedans. Il y avait une sorte d'espagnole un peu ridée et coincée qui faisait le ménage ( Carlotta, qu'elle s'appelait ). Je me suis mis en tête que c'était elle la fautive. Avec sa tête de pauvre victime, on n'allait pas me faire croire qu'elle n'y était pour rien, hein ! Être aussi godiche, c'est impossible. À moins d'en faire exprès. Alors Carlotta en faisait exprès, voilà. Du coup, c'était elle la responsable de la perte de ma poupée, na ! Bien évidemment, un crime aussi grave ne pouvait pas rester impuni. Alors j'ai cessé de torturer les autres domestiques pour me concentrer exclusivement sur elle. J'ai bien vu qu'au début ça les a dérangé que je m'acharne sur elle. Mais quand ils ont vu que je les laissais tranquille, ils n'ont pas osé s'interposer. Braves bêtes. Pendant un an tout entier, Carlotta a été mon souffre douleur. Je me vengeais sur elle. Elle en a vu de toutes les couleurs. C'est allé des serpents dans son lit au produit vaisselle dans sa soupe en passant par les chutes inexplicables dans l'escalier. Au début j'y suis allé tranquillement, je tâtais plus ou moins le terrain. Et puis c'est allé en empirant. Non mais oh, ma poupée préférée, quand même ! Et puis, au bout d'un an de supplice, les autres domestiques ont commencé à trouver que l'état dépressif de Carlotta et ses nombreux séjours à l'hôpital étaient de trop. Alors ils ont insisté auprès de Monsieur Yamamoto pour que j'arrête. Je me souviendrais toute ma vie du moment où il s'est retourné vers moi avec son regard furieux et méprisant et qu'il m'en a collé une avec le revers de sa main. J'étais tellement hors de moi que je suis partie me cacher dans l'immense forêt derrière le manoir. J'y suis restée pendant cinq jours. J'avais ma cachette secrète dans un grand trou sous trois arbustes massifs avec à manger, des couvertures bien chaudes et une tonne de livres. Il était tellement grand que je pouvais me tenir debout dedans. C'était ma cachette rien qu'à moi. Quand je suis revenue, personne n'a été étonné. Je me sauvais souvent quand je n'étais pas contente et je revenais toute seule quand je n'avais plus à manger ou que j'avais fini de bouder. Par contre, Carlotta n'était plus là. Plus tard, j'ai entendu les grandes personnes dire qu'elle faisait une grosse dépression et que Monsieur était obligé de payer les soins de l'hôpital psychiatrique. Finalement, j'ai décidé d'oublier cette histoire. Je n'ai plus jamais revu ma poupée préférée et je n'y ai jamais repensé. Alors qu'elle ne fut pas ma surprise, quand après avoir été expressément invitée à ficher le camp d'un restaurant, je me retrouvai face à ma poupée perdue ! « Ooooh ! » Sveinn Hannes Olafson, le pire domestique de la terre toute entière mais la meilleure poupée qu'une petite fille puisse rêver d'avoir ! Je voyais bien à sa tête dépitée et à son expression choquée qu'il m'avait vu... et qu'il savait qui j'étais. Un vilain sourire carnassier étira mes lèvres tandis que je m'approchai de lui et de son... petit ami ? Ooooh, que c'est mignon ! « Coucou, Hannes ! Alors, on dit pas bonjour à son bourreau préféré ? Après tout ce temps, quand même ! D'ailleurs, tu étais passé où, hein ? Je t'ai cherché tu sais ? Ça m'a beaucoup ennuyée d'avoir perdu mon jouet préféré ! Du coup, Carlotta a fait une dépression tellement j'ai été vilaine avec elle. J'ai cru que c'était de sa faute. Peut-être bien qu'elle y était pour rien, finalement... Baaah, c'était rigolo de la voir tomber dans les escaliers, après tout ! »
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: hannes&april ~ le démon sur pattes, le retour. Mer 22 Oct - 18:19


le démon sur pattes, le retour.
AVEC APRIL C. YAMAMOTO

Elle n'avait pas changé d'un poil, elle était toujours aussi terrifiante à tes yeux. Pourtant, c'était toi le plus vieux de vous deux, tu ne devrais pas avoir de raisons d'avoir si peur. La réalité était cependant toute autre. Au lieu de lui hurler dessus qu'elle n'était pas dans son droit en t'ayant traumatisé à vie lorsque tu servais sa famille, tu restais là, sans rien dire, et ce n'était pas au bord de la crise de panique que tu étais désormais, mais en pleine crise de panique. Tu sentais des gouttes de sueur perler dans ton dos, sur ta nuque, sur ton front. Tu sentais ton corps trembler, le monde tourner, ta respiration se dérégler. Enfin, pour ce dernier point, ce n'était qu'une illusion causée par la panique, tu réussissais malgré tout à respirer. Tu sentais ton rythme cardiaque s'accélérer comme jamais, tandis que ta main serrait toujours plus fort celle de Shaolan, au point que tes ongles se plantèrent dans sa peau, le faisant presque saigner, mais tu ne t'en rendais pas compte. La seule chose dont tu te rendais compte, c'était qu'April était juste devant toi. Pourquoi avoir si peur ? Regarde, n'a-t-elle pas l'air adorable, avec sa peluche dans les bras ? Tu vis ses lèvres bouger, mais le son ne parvint pas à tes oreilles. Shaolan te secoua l'épaule, pour te faire revenir à toi. Lentement, tu repris contact avec la réalité, tandis qu'April s'avançait vers vous. Tu eus un mouvement de recul. Tu souhaitas de t'enfuir en courant. Hors de question. C'était impossible, tu ne voulais pas, tu ne voulais pas. Malheureusement, tu fus incapable de fuir. « Coucou, Hannes ! Alors, on dit pas bonjour à son bourreau préféré ? Après tout ce temps, quand même ! D'ailleurs, tu étais passé où, hein ? Je t'ai cherché tu sais ? Ça m'a beaucoup ennuyée d'avoir perdu mon jouet préféré ! Du coup, Carlotta a fait une dépression tellement j'ai été vilaine avec elle. J'ai cru que c'était de sa faute. Peut-être bien qu'elle y était pour rien, finalement... Baaah, c'était rigolo de la voir tomber dans les escaliers, après tout ! » C'était bien ce que tu pensais. Elle était complètement folle. Le fait d'être comparé à un vulgaire jouet te laissais de marbre, cependant, il n'en n'était pas de même pour l'annonce qu'elle te fit à propos de cette pauvre servante stupide et maladroite, aussi maladroite que toi. Pourtant, il fallait y aller pour t'égaler dans ce domaine. La présence de personnes te stressait tellement que les objets t'échappaient souvent des mains, à cause de tes mains tremblant en quasi-permanence lorsque tu n'étais pas seul, ou avec Shaolan.  Shaolan qui te regardait, après avoir dévisagé April pendant plusieurs instants. « C'est elle la fameuse April, la cause de ta cicatrice ? » Lentement, sans quitter ton bourreau du regard, tu hochas la tête. Tu voulais t'enfuir, que tout cela ne soit qu'un rêve, que ce démon ne vive pas dans la même ville que toi. C'était la vie, tout n'était pas toujours rose. Il fallait voir le bon côté des choses, tu aurais pu tomber sur elle seul. Comment aurais-tu fait, dans ce cas ? Tu n'en n'avais aucune idée. Tu ne voulais pas le savoir. Il fallait que tu répondes quelque chose... mais quoi ? Tu n'allais pas dire qu'à toi aussi, elle t'avait manqué ? Et puis quoi encore ? Alors, lui dire que si tu étais parti, c'était par sa seule faute, que tu t'étais fait viré parce que tu avais eu la bêtise de lui obéir ? Non plus. Ça serait lui faire trop plaisir, voyons. Ta main serra encore un peu plus fort celle de ton petit-ami. « Sh-shaol-lan... s-sors-m-moi de l-là... », murmuras-tu d'une voix encore plus tremblante qu'à ton habitude, tandis que tu commençais à reculer.

© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: hannes&april ~ le démon sur pattes, le retour.

Revenir en haut Aller en bas

hannes&april ~ le démon sur pattes, le retour.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-