It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

Hanako - April - Kuan - Alexia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Administrateur
Date d'inscription : 11/02/2009
profilplus
MessageSujet: Hanako - April - Kuan - Alexia Sam 4 Oct - 23:52

Hanako
YC
2014




C'est la fête sur Chinatown, Et vous en profitez pour vous y incrustez. Parait que c'est gratuit, alors tant qu'à faire. Vous vous éclatez, la bouffe asiat c'est super bon. Et puis en traînant par ci par là, vous entendez les gens parler. Il parait qu'il y a une légende dans le bâtiment... le fantôme d'une fille aux cheveux noir et long ensanglanté hanterait les toilettes de l'étage supérieur. Il parait même que si vous toquez à la troisième porte des toilettes en demandant "Fantôme es-tu là?" elle répondrait d'une voix froide et aiguë. Et pire, si vous poussez la dite porte par la suite, elle apparaîtrait devant vous pour vous attirez dans les toilettes et tenter de vous tuer. La peur ? Non... vous décidez d'aller là-bas. De voir ça par vous même. Et quelle surprise. Il y a quelques gens devant la porte des toilettes mais personne n'osent entrer à cause de la fameuse légendes... Qui de vous tentera et sera le courageux ? A ces risques et périls.



Participants : April C. Yamamoto, Kuan Xia & Alexia "Alex" Mills

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hanako - April - Kuan - Alexia Mar 21 Oct - 0:12

Hanako [ ft. Kuan & Alexia ]
« Mister Marshmallow, si tu vois quelqu'un qui s'approche à moins de trois mètres de moi, tu le décapites ! » Ma phrase à peine terminée, un sombre crétin me fonçait dedans. Bonjour l'efficacité ! Je vais changer de garde du corps, je pense... En même temps, mon lapin en peluche n'est peut-être pas la personne la plus apte à me protéger des violeurs. Mais, présentement, c'est plus des voleurs dont je me méfie. Je suis en plein cœur de Chinatown, dans une espèce de fête qui illumine tout le quartier. Il y a des lampions, de la musique, à manger et tout plein de gens. Le problème ? En fait, il y en a plusieurs. D'abord, je déteste qu'il y ait plein gens. Ensuite, je déteste les Chinois. Donc beaucoup de gens Chinois, ça le fait pas – mais alors pas du tout ! Ce quartier, je l'évite constamment, d'habitude. Pourquoi est-ce que je m'y trouve, aujourd'hui, dans ce cas ? C'est la question à mille dollars. La réponse tient en deux mots : chat persan. Si si. C'est très simple : je me promenais dehors avec Mister Marshmallow en quête d'un restaurant de sushis dont les gérants seraient de vrais japonais – ça se fait de plus en plus rare, malheureusement ! - quand un chat s'est mis en travers du trottoir. Pas juste je passe par là. Non non non. Mais bel et bien je m'assois au beau milieu du chemin avec la ferme intention de rester là. C'est un peu stupide, mais il m'a fait peur. Déjà, la tête des chats persans ne me revient pas. Elle est toute écrasée ( genre boum! coup de pelle en travers de la face ! ), mais en plus il a fallu qu'il me regarde avec son air supérieur ! Les persans sont d'un prétentieux, c'est incroyable ! Je n'ai pas aimé que ce chat débile me prenne de haut, alors j'ai fait la première chose que mon instinct de non-conservation m'a poussé à faire : je lui ai sauté dessus. C'est là que ça se corse un peu... Parce que sur l'échelle de l'évolution, on a gagné un cerveau mais nos griffes et nos dents pointues sont retournées au fond du tiroir. Quand il a commencé à feuler et à me griffer les avants-bras, je me suis dit qu'un repli stratégique s'imposait. Je me suis sauvée en courant. Un instant, j'ai même cru qu'il me poursuivait – ce diabolique messagers des enfers ! Et c'est comme ça que j'ai fini à Chinatown... Plutôt ridicule, je veux bien l'accorder. Je marchais tranquillement, tentant par tous les moyens de ne me faire toucher par personne. En temps normal, j'aurais rapidement trouvé ma route et serais partie aussi sec. Pas question de prolonger mon séjour au pays des chinois ! Mais il y avait vraiment beaucoup trop de monde. Impossible de me repérer convenablement. Sans compter qu'avec ma taille moins grande que la moyenne ( mais je ne suis pas petite, ok ?! ), je me faisais submerger par la foule. Saleté de quartier surpeuplé. Saleté de chinois. Saleté de fête stupide. De toute façon, le monde finira par exploser. Je venais de me libérer d'entre deux gros lards en sueur qui m'avaient prises en sandwich quand j'entendis des gens parler. Je n'en aurais rien eu à faire si ils n'employaient pas un petit ton de conspirateurs. Alors, évidemment, en ma qualité de sale petite fouineuse, je n'ai pas pu m'empêcher de m'approcher pour écouter ce qu'ils disaient. Ils parlaient du bâtiment devant lequel ils se trouvaient. Un endroit lugubre et un peu délabré, je trouve. Comme le lycée Ishiyama dans Beelzebub. Les abrutis conspirateurs disaient qu'il y avait un fantôme dans les toilettes du premier étage. « J'te jure, mec ! Si tu frappes à la troisième porte en demandant Fantôme es-tu là ? elle te répond ! Et si tu rentres dans les chiottes, elle t'attrape et elle te tue ! » Oh, c'est intéressant, ça ! Mister Marshmallow leva son regard vers moi. Les fantômes, ça n'existe pas. Je roulai des yeux et entrai dans le bâtiment. « Rabat-joie ! » Ce lapin est trop coincé. Il faut qu'il apprenne à vivre, un peu ! L'endroit était vraiment très peu accueillant, avec des couloirs sales et sombres et des fils électriques pendants. Mais, d'abord, c'est quoi ici ? Un vieux lycée ? Une entreprise désaffectée ? Aucune idée. Et puis, après tout, je m'en fiche. Y a pas un chat, alors c'est plutôt pas mal. C'est même mieux que la rue en bas. Je trouvai rapidement un escalier menant au premier étage. C'est rigolo, mes pas résonnent quand je marche. Ça fait tac, tac, tac. Une fois arrivée en haut, je tombai devant les fameuses toilettes supposées hantées. J'ouvris la porte et... déception. Il y avait déjà des gens. Mais qu'est-ce qu'ils font là ?! Y a pas moyen d'être tranquille, un peu. « Oh bah non ! Me dites pas que vous avez eu la même idée, hein ! » fis-je en tapant du pied. Franchement, il n'y a que moi habituellement pour avoir des idées comme celles-ci. En même temps, qui d'autre pourrait avoir envie de venir ici pour le plaisir de déranger un fantôme ? Doivent être fous, comme moi, c'est obligé. Ou peut-être qu'ils sont suicidaires ? Ou juste profondément crétins...
©clever love.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Hanako - April - Kuan - Alexia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-