It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Administrateur
Date d'inscription : 11/02/2009
profilplus
MessageSujet: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Sam 4 Oct - 23:52

Bloody Mary
YC
2014




Halloween ne vous effraie pas bien au contraire, vous en jouez et vous décidez même de participer a une petite fête qu'un ami vous suggère. L'ambiance est parfaite, l'horreur est tellement bien retranscrite que s'en serait presque flippant. Puis vient le moment fatidique. Vous êtes embarqué à jouer à invoquer Bloody Mary devant le miroir de la salle de bains. vous observez la scène avec les autres. Elle tourne, une fois, deux fois, trois fois devant le miroir en invoquant la fameuse légendaire Bloody Mary quand tout à coup, les yeux de cette personne se mettent à pleurer du sang... La légende deviendrait-elle réalité ?

Participants : Samuel Hemsworth, V. Ebba Alinovitch & Emily Sara Douglas

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Dim 5 Oct - 4:51

intrigue
Bloody Mary
Ce n’était pas une bonne idée. Ce n’était vraiment pas une bonne idée. Essentiellement parce qu’il ne s’agissait pas de la mienne. Quoique, j’aurais pu dire non, si j’avais su dire non. La russe en moi s’offusquait sans comprendre le moindre sens de ces festivités. C’était censé être la célébration des morts et de tout ce qui fait peur, non ? Alors pourquoi cette fille arborait-elle une queue et des oreilles de lapin ? Je n’avais, personnellement, jamais eu peur des lapins. Pareil pour celui-là, en costume de policier trois tailles trop étroit. C’était pas un peu rassurant, les policiers ? Enfin, sauf ceux de Ferguson, évidemment. Peut-être qu’il s’était déguisé en policier de Ferguson, du coup ? J’allais le lui demander quand je me fis bousculer par Catwoman. Je n’y connaissais pas grand chose en Comics, mais... Catwoman ?! Quelque chose m’échappait. Avais-je mal saisi le sens de cette fête ? On ne célébrait pas ça chez moi, surtout pas. C’était trop américain pour que Poutine l’autorise. Enfin, ça l’était devenu. D’après mon ami, ça venait de chez lui, dans son royaume celte peuplé d’elfes, de dolmens, et de magie mystique. C’est lui qui avait insisté pour que je l’accompagne à cette soirée, afin qu’il puisse se faire une idée de comment les ‘Yankees’ avaient pervertis son héritage. Et puisque je ne savais pas dire non, j’avais enfilé mon jupon le plus long, mon corset le plus vieux, j’avais constellé le tout d’un peu de faux sang et de suie, cerclé mes yeux de noir, et sur mes cheveux en pagaille, déposé un court voile me transformant en mariée-zombiesque pas très rassurante, contrairement à la soubrette que je venais de croiser. Un verre à la main, perdue au sein de cette foule anonyme et très indécente, je me déboitais le cou à la recherche de mon binôme. Il avait dit aller chercher un verre, et je n’avais plus eu de nouvelles. C’était il y a près d’une demie heure. Depuis, je demeurais immobile, à l’endroit exact où il m’avait abandonnée afin d’être certaine qu’il pourrait m’y retrouver si l’envie lui en prenait. J’essayais de me faire toute petite, de ne déranger personne, mais je n’étais ni petite, ni très discrète dans ma tenue pas vraiment de circonstance, du coup. La musique était inaudible, la bière douteuse, et je ne connaissais personne, si bien que rester plantée là à ne rien faire, attira plus l’attention qu’autre chose. Et n’aimant pas susciter trop d’attention, justement, je décidais de me mettre en mouvement, et de partir à la recherche de mon accompagnateur. Après quoi, je pourrais négocier mon départ de cette soirée, je ne pouvais pas partir sans le lui dire, surtout qu’il était mon chauffeur. Me faxant entre les gens, je tapotais quelques épaules, demandant systématiquement la même chose : « Je cherche mon ami, vous ne l’auriez pas vu ? Très grand, très roux, très en kilt ? » Certains secouaient la tête, d’autres m’ignoraient tout simplement, mais personne n’avait jamais la moindre idée de l’endroit où pouvait se trouver Islay. Le rez-de-chaussée inspecté, je décidais de montrer à l’étage avec l’assurance qu’il devait s’y trouver puisqu’il était inconcevable qu’il ait pu m’abandonner. Dans la salle de bain, je trouvais un attroupement, et tandis que j’interrogeais une jeune femme concernant Islay, une autre me parlait d’une certaine Mary. Mary qui ? Bloody Mary, précisa-t-elle. « Non, merci, je ne bois pas. » je tentais de refuser poliment, allant même jusqu’à désigner mon verre encore plein, que j’avais à la main. Mais visiblement, j’ai du me tromper dans mon interprétation, ce ne serait pas la première fois, puisque ce ne furent que des rires et des sourires qui accueillirent ma remarque. En attendant, la porte de la salle de bain avait été refermée derrière moi, et une fille tournait sur elle-même au milieu de la pièce, répétant encore et toujours ce même prénom sanglant. Elle faisait une crise d’épilepsie ? « On ne devrait pas appeler le 911 ? Elle n’a pas l’air bien. » je confiais, dans un chuchotement, à ma voisine de droite, sincèrement inquiète pour la jeune femme, lorsque brusquement... Nom d’un Kremlin ! C’était quoi, ça ? Une conjonctivite de Tchernobyl ? « Je ne m’y connais pas vraiment, mais il ne me semble pas totalement normal ce liquide rouge qui lui sort des yeux. Je me permets d'insister pour le 911. » j’hésitais, toujours dans un chuchotement, parce que, malgré tout, je ne voulais pas les déranger... Sait-on jamais.
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Dim 5 Oct - 14:26




Intrigue Bloody Mary


RP avec Ebba, Emily & Sam.

Si je n'avais pas trainé dans les rues à cette heure, je ne me serais sans doute pas imaginé passer ma soirée dans une de ces baraques de riche où ont lieux des fêtes sur le thème d'Halloween, tiré malgré moi par un pote qui a décidé d'y taper l'incruste. Une idée qui ne m'a pas emballé derechef, et encore moins lorsqu'on a fait un arrêt par chez lui pour me trouver un déguisement qui conviendrait. Il y en avait un pas mal qui aurait presque pu m'aller si je n'avais pas été si large d'épaules, et du coup j'étais presque soulagé en voyant qu'enfiler les costumes qu'il me présentait se révélaient tous un échec au niveau de la taille. Presque ... car c’était sans compter sur ce costume de pseudo squelette dans lequel finalement je suis arrivé à rentrer.

- Hey bah tu vois ! On a réussi à te trouver un costume au final ! me lance mon pote tandis que je tire un air renfrogné même si j'avoue que ça me rappelle un peu mon adolescence et nos délires avec mon frangin. Et puis avec quelques verres dans le nez, on a tôt fait de se plaire dans cette ambiance festive. Alors autant jouer le jeu ... ! C’est donc comme ça que je suis mon pote dans la rue après avoir quitté son chez lui armé d'une bouteille de whisky que j'ai "emprunté" dans son bar. Chose qui ne lui a pas forcément plu mais qui à mes yeux représente un du pour me plier au genre d'idioties dans lesquelles il m'entraine. Enfin il ne s'agit que d'un fond de bouteille qui est bien vite vidé et dont le cadavre est jeté sur une pelouse une fois la bouteille terminée.

En chemin, je chipe discrètement des bonbecs dans les sauts des gosses qui passent près de moi tel l'éternel petit voyou que je persiste à rester depuis l'adolescence. Mais avouez que ça reste gentillet. Et puis pensez aux caries de ces pauvres mômes, je pense à leur santé, rien de plus. C’est du dévouement ! Rien de plus que du dévouement ... !

Enfin soit, quoi qu'il en soit, nous voilà arrivés dans une baraque où une grande fête bat son plein. C’est littéralement bondé de monde et je me retrouve bientôt largué au milieu de la foule par mon pote qui repère très vite une jolie nana qui lui tape aussitôt dans l’œil. Me voilà seul ... . Bon, au moins je peux profiter des boissons et du buffet. Y'a de quoi grailler, c’est vraiment pas ça qui manque et j’ai d'ailleurs peut-être trop tendance à en profiter vu la façon dont certains me regardent engouffrer bouchée sur bouchée sans même prendre le temps de respirer. A ce train là, je vais vider les plateaux. Je devrais peut-être ma calmer.

Je décide donc de déambuler dans la baraque non sans prendre des provisions pour la route. Il y a pas mal de jolies poulettes mais la plupart sont relativement jeunes, dans les dix-huit ou vingt ans, voir quelques petites années de plus. Décidément trop jeunes pour moi ... . Il y a bien cette fille qui semble ne pas me quitter des yeux depuis tout-à-l'heure mais je préfère encore aller fureter de mon côté que d’aller l'accoster vu l'allure de son déguisement. Je ne sais pas s'il s'agit d'une maitresse SM ou d'une pseudo catwoman ... . Quoi qu'il en soit, me voilà parti en direction de l'étage. Un serveur avec un plateau passe près de moi et j’en profite pour grappiller quelques petits fours supplémentaires au passage. On est jamais assez riche de provisions, surtout en plein ascension. L'ascension étant un escalier interminable dont je ne vois le bout qu'après ce qui me semble une éternité vu le parcours ardu qu'il se révèle devenir alors que je dois passer entre nombre de personnes sur mon chemin, sans compter sur ceux à demi étendus sur les marches que je dois enjamber. Je marcherais bien sur certains d'entre eux au passage mais restons softs.

Arrivé en haut, je visite quelques chambres dont une où un couple s'offre du bon temps sans la moindre discrétion. Ça fait d'ailleurs drôle d'ouvrir la porte d'une chambre et de tomber sur un poney enfourchant une grenouille ... . Enfin bon, leur adressant un signe de la main au passage vu qu’ils se stoppent un instant en me voyant, je leur lance un "ne vous arrêtez pas pour moi, je vous en prie", mais je ne m'attarde pas et sors de la pièce en refermant la porte derrière moi, à moitié hilare.

C’est là que je repère cette pièce où semble s'attrouper un certain nombre de personnes. Par curiosité, je fends la foule et pénètre dans la pièce tandis qu'une fille referme la porte derrière moi. On est quelques personnes ainsi attroupées dans une salle de bain tandis qu'une fille s'offre en spectacle devant le miroir. Je comprends tout de suite ce qui se passe tandis que devant moi, une jolie fille déguisée en zombie en tenue de mariée fait une réflexion amusante à quelqu'un un peu malgré elle en ne comprenant pas tout de suite ce qui se déroule ici et ce qu’a voulu lui dire la personne en question.

Un sourire amusé s'éternise sur mes lèvres tandis que je m'envoie une nouvelle gorgée de bière. Puis mon regard se tourne à nouveau sur cette fille qui nous joue un joli manège devant le miroir. Comme il fallait s'y attendre, la fille se met à saigner tandis qu'un filet de sang coule aux deux coins internes de ses yeux. En même temps, ça n'aurait pas été amusant s'il ne s'était rien passé et je soupçonne là une supercherie. La jolie blonde devant moi me tire un soupir amusé alors qu'elle fait remarquer aux autres qu'il serait peut-être utile d'appeler le 911.

« Je ne m’y connais pas vraiment, mais il ne me semble pas totalement normal ce liquide rouge qui lui sort des yeux. Je me permets d'insister pour le 911. » insiste-t-elle alors dans un chuchotement à qui veut bien l'écouter.

Je me penche alors par-dessus son épaule et lui glisse :

- Si tu veux mon avis, ce n'est ni plus ni moins qu'une mascarade. Et tu sais quoi ? Je vais te le prouver pas plus tard que maintenant ! Je lui tapote l'épaule d'un geste rassurant et me fait un chemin entre les autres alors que la fille qui joue à mes yeux le rôle de la "victime" est désormais repliée dans un coin avec quelques autres attroupés à genoux autour d'elle, visiblement inquiets.
J'attire ainsi leur attention sur moi.

- CONNERIE ! C’est de la pure foutaise, j'adhère pas à votre manège. Ce n'est ni plus ni moins qu'une mascarade savamment organisée d'avance. Voyons voir si ça marche avec moi ! Je me porte volontaire. Je ne connais personne ici, je suis venu me taper l'incruste avec un pote, alors voyons si tout ça est bien réel.

Tout le monde semble d'accord pour que je tente l'expérience, si bien que tout le monde oublie pour un instant la fille dans le coin, recroquevillée sur elle-même. Je me mets ainsi à scander le nom de Bloody Mary en tournant sur moi même avec ma bouteille de bière en main. Bouteille à laquelle je m'abreuve une fois terminé alors qu'il ne se passe rien de flagrant. Si ce n'est que je recrache soudain la gorgée de bière que je viens de prendre, dans l'évier et sur une partie du miroir sous la surprise du goût particulier que j'ai eu en bouche l'espace d'un instant ... recrachant un liquide rouge qui m'a tout l'air de sang.

On se met à crier autour de moi, surtout en voyant mon air dubitatif là où un instant auparavant, j'arguais fièrement que tout ceci n'était qu'un canular. Je suis sceptique et à la fois un brin effrayé. Le goût était bien réel. Il ne peut s'agir de quelqu'un qui m'aurait glissé quelque chose dans la bouteille, surtout qu'en vidant cette dernière dans l'évier, c'est un liquide bien rouge vif et non un pseudo colorant qui apparait à nos yeux.

Je me retourne vers la blonde que j'avais voulu rassurer un instant auparavant, je reste étonnamment silencieux, ne sachant quoi dire face à ce drôle d'évènement. Mais je n’ai pas le temps de rester sur mes interrogations qu'une atmosphère lourde semble soudain tomber sur la pièce. A voir les airs de tous ceux autour de nous, ils doivent ressentir la même chose que moi. La lumière vacille bientôt avant de nous plonger dans le noir et que la fille qui était postée dans un coin et qu'on avait presque oublié l'espace de quelques minutes, se mette à hurler à vous en rendre sourd, obligeant tout le monde à se boucher les oreilles.



(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Dim 5 Oct - 23:33

« Ca alors, quelle originalité. » C'est le commentaire que fit Maddie en voyant apparaître Emily. Elle était installée sur le lit de cette dernière et celle-ci l'avait abandonné le temps d'aller se changer dans la salle de bain. Ca lui avait prit un certain temps mais maintenant, elle était prête et elle paradait devant Maddie. Elle était plutôt fière de son déguisement d'ailleurs. Jusqu'à maintenant en tout cas. Parce que clairement, son amie se moquait d'elle. « Quoi, c'est très bien. » répondit-elle, la moue au visage. Elle fit face au miroir et fixa son reflet longuement. Oui, son déguisement d'infirmière était vraiment parfait (attention pas n'importe quelle infirmière hein, infirmière sexy). Son amie leva les yeux au ciel. « Tu mets ça tous les jours. » lui fit-elle alors savoir. Emily fronça les sourcils. Pas du tout. « Je t'arrête tout de suite, tu ne le sais peut-être pas parce que tu as arrêté la fac de médecine trop tôt mais je suis chirurgienne. Et les chirurgiens et les infirmières ne font pas du tout pareil. » déclara-t-elle alors avant de croiser les bras. « De plus, si les infirmières étaient habillées comme ça. Je pense que les gens à faire des crises cardiaques seraient nombreux. » Soit parce que l'infirmière était trop jolie comme ça, soit parce qu'elle faisait trop peur. Dans les deux cas, ce n'était vraiment pas dans l'intérêt de l'hôpital en fait.

Soit, après quelques palabres, les deux jeunes femmes prirent finalement la destination de la soirée où elles devaient se rendre. Emily traînait un peu les pieds, elle devait bien l'avouer. C'était Halloween ce soir, elle aurait tellement préféré être à l'hôpital. Il y avait toujours des choses tellement excitantes le soir d'Halloween, des opérations de tonnerre. Mais non, elle n'était pas de garde et Maddie avait tenu à l'attirer à cette soirée. Du coup, la blonde n'avait pas eu d'autres choix que de la suivre. Et c'était franchement un drame pour elle. Elles ne mirent pas tellement de temps à arriver. La blonde ne tarda pas à constater que la maison était blindée. Et elle ne connaissait personne évidemment. En même temps, vu qu'elle ne sortait pas beaucoup en dehors de son hôpital, c'était un peu normal ça. Maddie lui faussa compagnie le temps d'aller chercher à boire et Emilly resta immobile dans son coin. Fort heureusement, son amie ne tarda pas à la rejoindre et Emily put avoir son verre. Elle ne tarda pas à le boire et grimaça. « Sérieusement ? Une bière ? T'as rien trouvé de mieux ? » C'était un peu désespérant quand même. Du coup, la jeune femme termina rapidement son verre. « J'ai encore soif. » déclara-t-elle alors avant de fausser compagnie à son amie. Elle s'avança un peu et trouva bientôt quelque chose d'un peu plus fort. Elle failli retourner d'où elle venait après pour retrouver Maddie mais elle était certaine que son amie aurait bouger. En plus, quelqu'un l'interpella. Il y avait donc finalement des têtes connus d'elle ici. C'était une bonne nouvelle ça. Cette soirée ne s'annonçait pas si nase que ça en fin de compte.

Se retrouvant à nouveau seule, Emily monta un peu, explorant un peu la maison. En vérité, elle cherchait surtout des toilettes. Elle en avait trouvé en bas mais il y avait trop de monde qui attendait. Elle espérait donc avoir plus de chance à l'étage. Mais non, tout ce qu'elle trouva, ce fut une salle de bain. Une salle de bain remplie de gens en état d'ébriété avancée avec une des filles visiblement décidée à invoquer Bloody Mary. Les gens étaient stupides. Comme si cela pouvait faire quoique ce soit franchement. Emily était une scientifique. Elle ne croyait donc pas en ce genre de choses là. Cette fois, néanmoins cela fit quelque chose. Les yeux de la fille se mirent à saigner. Emily la regarda sceptique. Elle était persuadée que c'était du bidon et il semblait en être de même pour un gars non loin d'elle. Une fille avait parlé d'appeler le 911 et il évoqua le fait que ce n'était sûrement qu'une farce. Il s'avança ensuite un peu au milieu de l'attroupement. « CONNERIE ! C’est de la pure foutaise, j'adhère pas à votre manège. Ce n'est ni plus ni moins qu'une mascarade savamment organisée d'avance. Voyons voir si ça marche avec moi ! Je me porte volontaire. Je ne connais personne ici, je suis venu me taper l'incruste avec un pote, alors voyons si tout ça est bien réel. » Hmm, pas forcément très malin tout ça. Même si, encore une fois, Emily ne croyait vraiment pas qu'il lui arriverait quoique ce soit. Rien ne se passa au début. Et puis, d'un coup, le jeune homme recracha la bière qu'il venait de boire. Un liquide rouge. Ok, là, ça commençait vraiment à devenir très étrange. Et comme si ça ne suffisait pas, la lumière s'éteignit bientôt et la fille lâcha un hurlement. Emily frissonna. « Ok, ce n'est vraiment pas drôle là, que quelqu'un rallume cette lumière. » déclara-t-elle alors en espérant se faire entendre malgré tout le bruit. Les gens paniquaient, semble-t-il. « Ce n'est vraiment pas drôle. » Gosh, qu'est-ce qu'elle venait faire dans cette galère, elle qui voulait juste aller faire pipi à la base.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Lun 6 Oct - 2:45

intrigue
Bloody Mary
« Si tu veux mon avis, ce n'est ni plus ni moins qu'une mascarade. Et tu sais quoi ? Je vais te le prouver pas plus tard que maintenant ! » Tiens, bonsoir Monsieur. Il avait l’air gentil, et se voulait rassurant. Cela dit, je n’étais pas effrayée, juste un peu inquiète pour la jeune femme qui pleurait du rouge. J’avais vu un épisode de Docteur House où il se passait la même chose, et ce n’était jamais très bon signe. Qu’est-ce qu’il entendait par mascarade, d’ailleurs ? Une sorte de bal masqué ? J’avais encore du mal avec certains termes de leur langue, mais n’osais pas forcément poser la question de peur de passer pour une idiote, ou d’ennuyer tout le monde. « CONNERIE ! C’est de la pure foutaise, j'adhère pas à votre manège. Ce n'est ni plus ni moins qu'une mascarade savamment organisée d'avance. Voyons voir si ça marche avec moi ! Je me porte volontaire. Je ne connais personne ici, je suis venu me taper l'incruste avec un pote, alors voyons si tout ça est bien réel. » Oh, d’accord, je commençais à comprendre. Enfin, je crois. Il s’agissait d’une blague, c’est ça ? Une farce visant à nous effrayer parce que les costumes ne l’étaient pas assez ? Ça avait du sens. Mais dans ce cas, pourquoi ne pas simplement quitter la pièce et passer à autre chose, plutôt que de s’essayer à prouver que c’était faux ? Personnellement, je ne voyais pas ce qu’il y avait de risqué à faire la toupie devant un miroir. À part une légère nausée, éventuellement, si on n’était pas habitué. Moi je tournoyais tout le temps, alors je ne risquais pas grand chose. Peut-être devrais-je me porter volontaire à sa place ? Non, je n’osais pas, et l’observais tourner sur lui-même en répétant le nom d’un cocktail. Islay avait raison, ils étaient parfois vraiment très étranges ces américains. Quand il eut fini, il s’autorisa une gorgée de bière, et visiblement déçu qu’il ne s’agisse pas du breuvage qu’il appelait depuis tout à l’heure, recracha tout. D’ailleurs, il ne s’agissait pas de bière, mais une sorte de jus de tomates qu’il vida dans le lavabo. Pourquoi tout le monde s’affolait ? Le gentil chevelu s’était retourné vers moi, et m’observait comme s’il était sincèrement désolé. Mais de quoi ? Je ne comprenais pas grand chose, le sens des évènements m’échappait totalement, peut-être parce que je n’y connaissais rien en légendes urbaines. Si ça avait été le cas, probablement aurais-je paniqué, au lieu de rester désespérément silencieuse tandis que le reste de l’assistance ponctuait l’extinction des feux par des cris. Il y eut d’abord la jeune pleureuse, et bientôt le reste du petit groupe. Ça criait de partout. Rien de très distinct, à part sur ma droite. « Ok, ce n'est vraiment pas drôle là, que quelqu'un rallume cette lumière. » ordonnait une voix féminine, alors que je fouillais le décolleté de mon corset pour en extraire mon téléphone portable. « Ce n'est vraiment pas drôle. » Poursuivait-elle tandis que j’allumais l’option torche pour la braquer sur le sol. « Je crois pas que ce soit censé l’être, en fait. » je lui avouais, histoire de partager le peu d’information que je possédais. « Pardon, mademoiselle. » je m’excusais auprès d’une petite brune toute en cheveux et au costume vraiment très crédible, tellement plus que le mien, tout en cherchant à me rapprocher de la voix, et accessoirement de la pleureuse qui ne devait pas être loin d’elle. Elle avait crié si fort, elle devait vraiment souffrir. Il fallait faire quelque chose. Sauf que... Impossible de mettre la main sur elle, ou du moins la torche. Le coin où elle était supposée être était désormais vide. Pas la moindre trace de la pleureuse. « Je ne crains pas les mouscarades. » j’avouais en redressant le faisceau, vers le reste de la pièce, écorchant mon nouveau mot au passage. « ... Mais si y a un truc que je n’aime pas, ce sont les gens qui surgissent par derrière en hurlant, parce que ça fait vraiment peur. » je poursuivais dans ma confidence. Alors... « Quelqu’un sait où se trouve la pleureuse ? Et le gentil chevelu ?... Et, attendez... La petite fille, aussi, celle avec les longs cheveux et le super costume ? Elle était juste là, il y a quelques secondes. Quelqu'un l'a vu ? » Faudrait pas que qu'on la bouscule dans un mouvement de panique. Quant à moi, si je parvenais à les voir, je pourrais m’ôter cette appréhension de les imaginer m’attrapant les mollets en hurlant. Peut-être.
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Lun 6 Oct - 12:20




Intrigue Bloody Mary


RP avec Ebba, Emily & Sam.


Autour de nous, tout le monde s'affole. Entre ce qui s'est produit avec la demoiselle avant moi et ma boisson qui a viré en ce liquide à propos duquel je reste encore à moitié sceptique, tous semblent penser que les choses tournent vraiment mal et penchent ainsi pour l'option aussi réelle que cauchemardesque des évènements. Évènements qui me semblent tout à la fois aussi réels à moi aussi ... .

Ça et l'atmosphère oppressante qui semble s'alourdir à chaque seconde dans cette obscurité soudaine, sans compter sur la vague de panique qui habite nombre d'entre nous tandis qu'une très faible clarté provenant d'un téléphone portable perce bientôt dans la pièce. Une fille a demandé à ce que l'on fasse cesser ce vilain tour et qu'on rallume enfin la lumière mais visiblement, le gars derrière moi qui appuie comme un forcené sur l'interrupteur n'arrive à rien. La blonde de tout-à-l'heure fait naitre un sourire au coin de mes lèvres lorsque je reconnais son léger accent quand elle lance à quelqu'un qu'elle ne craint en rien les "mouscarades". A moins qu'elle n'ait voulu dire noix de muscade ?! Soit, ceci ne doit faire sourire que moi quand j'imagine trop bien autour les visages fermés et angoissés dans la faible lumière des autres téléphones que décident d'allumer quelques-uns dans le groupe pour apporter un semblant de lumière.

J'entraperçois un mince filet de lumière sous la porte, ce qui m'indique que le reste de la maison bénéficie d'électricité, et puis on entend encore la musique en bas, nous parvenant tel un échos lointain et fantomatique. Du moins, pour un temps car bientôt la maison est plongée dans le noir et un silence aussi pesant que brutal. Quelques cris proviennent de l'étage en dessous comme pour parer aux cris de la jeune femme qui s’est prêtée à l'exercice devant le miroir un peu plus tôt.
Étonnant d'ailleurs que ses cris se soient si soudainement interrompus tandis qu'en bas, le chaos semble régner. Du moins pour un temps. En ayant assez de tout ceci, je me dirige vers la porte pour l'ouvrir moi-même au vu du peu d'efficacité dont semble faire preuve la personne qui tourne la poignée en tout sens depuis tout-à-l'heure.

- Arrête ton cirque deux minutes et pousse-toi de là ! C'est pourtant pas difficile d'ouvrir une porte.

Enfin presque ... puisqu'à mon tour, rien n'y fait, la porte est belle et bien verrouillée. C'est alors que je songe à l'option de défoncer cette dernière que la blonde attire l'attention de tout le monde par ses propos.

« Quelqu’un sait où se trouve la pleureuse ? Et le gentil chevelu ?... Et, attendez... La petite fille, aussi, celle avec les longs cheveux et le super costume ? Elle était juste là, il y a quelques secondes. Quelqu'un l'a vu ? »

- Moi je suis là. Mais de quelle petite fille tu parles ?? fis-je remarquer en même temps que d'autres tandis que je me rapproche de la demoiselle et d'une autre blonde qui se trouve à ses côtés. Que viendrait foutre une gamine ici ??!

Aucune trace de la pleureuse comme l'appelle cette jolie blonde dont l'accent m'a tout l'air d'être d'origine russe. Tout le monde regarde autour de soi mais il n'y a nulle trace de sa présence. Je n'ai pas mon portable sur moi mais je m'étonne que personne ne cherche à joindre quelqu'un à l'extérieur, quelqu'un qui puisse être de la fête et nous expliquer ce qui se passe en bas. Pas étonnant puisque lorsque je lance cette option, tous semblent dire que leur téléphone ne capte aucun réseau. Le silence qui règne désormais dans la maisonnée n'est pas franchement rassurant, et encore moins ce qui se produit alors sur l'instant alors que le miroir de la salle de bain se met à trembler tandis que certains orientent leurs flashs dans sa direction. Sérieusement ?!

- C'est pas possible ... tout ça ne peut être qu'un canular monté à la perfection. Enfin ... si ce n’est que cette fille a disparu ... fis-je remarquer aux deux blondes en essayant maladroitement de les rassurer. Attendons que cette comédie cesse. Il n'y a pas lieu de paniquer.

Ouais sauf que tout ceci n'est plus crédible quand le miroir explose soudainement et envoie des débris de verres telles des aiguilles ou des lames qui blessent certains en effleurant leurs bras ou leurs visages. Bon ok ... les organisateurs d'un tel un canular aussi savamment orchestré soit-il n'iraient pas jusqu'à courir le risque de blesser même très légèrement des individus. Aussi je comprends que finalement, il y a peut-être du soucis à se faire. J'attire alors l'infirmière sexy et la mariée zombiesque, aussi jolies soient-elles au passage derrière leurs déguisement, en direction de la fenêtre.

- Si on ne peut pas sortir par la porte, voyons s'il y a moyen par là.

C’est là qu'étrangement, la lumière revient, vacillante certes mais apportant tout de même assez de lumière par intermittence pour que tout le monde voit cette fameuse petite fille postée dans un coin, celle-là même qu'a évoqué la supposée russe un peu plus tôt. Elle n'apparait qu'un très bref instant, inquiétante ... indéfinissable. Mais cela suffit pour que tout le monde se rue par la porte qui s'ouvre alors soudain dans un fracas.

Nous trois étant postés à l'autre bout de la pièce, nous nous ruons de même en dernier en direction de la sortie. Et la petite fille disparait alors au moment où la porte se referme sous notre nez, nous bloquant la sortie alors que tous les autres ont réussi à passer. Nous sommes désormais tous trois coincés dans cette salle de bain ... et nous parvient juste les échos du reste du groupe qui se sauve en dévalant l'escalier ... puis plus rien. A nouveau le silence complet. Est-ce encore utile de tenter de les rassurer et de leur dire de ne pas paniquer ?

(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Mar 7 Oct - 18:52

C'était en cherchant des toilettes à l'étage, où elle espérait avoir à attendre un peu moins qu'en bas qu'Emily se retrouva dans cette salle de bain où il se passait des choses pas nettes. Au début, elle avait été en direction de l'attroupement parce qu'elle était quand même curieuse de voir ce qui s'y passait. Qui sait ? Quelqu'un s'était peut-être blessé et avait besoin d'aide et comme elle était médecin (un médecin un peu alcoolisé certes, mais un médecin quand même), elle pouvait peut-être aider. Mais ce qui se passait n'avait rien à voir avec tout ça. Il y avait juste cette fille qui tournait sur elle-même en invoquant Bloody Mary. Elle se mit alors à saigner des yeux. C'est en tout cas ce à quoi ça avait l'air mais ça devait être truqué. Ca ne pouvait qu'être truqué en fait parce qu'il n'y avait aucune explication rationnelle et scientifique à tout ça Et Emily ne croyait qu'en ce qui pouvait être expliqué comme ça. Après la fille, ce fut au tour d'un gars de s'avancer dans la pièce et de se mettre à invoquer Bloody Mary à son tour. Et après avoir fait ça, il rit une gorgée de sa bière qu'il recracha presque aussitôt. Exactement en fait, il recracha un liquide rouge sang qui commença à alarmer un peu tout le monde. En voulant pourtant que tout ça n'était qu'une mascarade, il avait fait augmenter la panique de tout le monde. Et comme si cela ne suffisait, c'est à ce moment-là que la lumière s'éteignit dans la pièce.

Emily n'aimait pas du tout la manière dont tournait les choses et alors que tout le monde paniquait, elle demanda à ce qu'on rallume tout de suite la lumière parce que tout ça n'était pas drôle. Rien dans ce manège ne l'était en fait. Après, elle n'était pas certaine que quiconque l'écoute à vrai dire parce que tout le monde braillait dans son coin. « Je crois pas que ce soit censé l’être, en fait. » Ah si, quelqu'un l'avait écouté en fait. « Je ne pense pas non plus. » répondit-elle alors. Mais dans tous les cas, elle voulait que ça cesse pareil. Mais ce n'était pas gagné parce que bon, certains étaient en train d'essayer d'ouvrir la porte sans aucun succès. La blonde aurait rêvé de sortir de là pourtant. Il y avait la lumière en dehors, de la musique. Et il y avait aussi à boire et des toilettes. En bref, tout ce dont elle pouvait rêver maintenant. « Quelqu’un sait où se trouve la pleureuse ? Et le gentil chevelu ?... Et, attendez... La petite fille, aussi, celle avec les longs cheveux et le super costume ? Elle était juste là, il y a quelques secondes. Quelqu'un l'a vu ? » La voix de la fille de tout à l'heure lui parvint d'un peu plus loin. Enfin, elle ne savait pas, elle avait l'impression. En tout cas, comme elle ne voyait même pas de qui celle-ci voulait parler, elle ne jugea pas nécessaire de lui parler. Quelqu'un d'autre le fit de toute façon et Emily identifia la voix comme étant celle du petit malin de tout à l'heure. « Moi je suis là. Mais de quelle petite fille tu parles ?? Que viendrait foutre une gamine ici ??! » Il faudrait être totalement con en effet mais bon, comme Emily n'avait pas l'impression que les gens ici soient très malins, ça ne l'aurait même pas étonnée.

Emily commençait à être vraiment désespérée (parce qu'elle avait été un peu apeurée au début mais maintenant elle était plus lasse de la situation qu'autre chose, elle comprenait mieux pourquoi elle ne faisait jamais de soirée d'Halloween du coup) et elle pensait que la situation ne pouvait pas être pire que le miroir explosa. Ah bah génial, vraiment. Emily reçut en plus un bout de verre dans le bras ce qui entre nous, ne faisait vraiment pas du bien. Mais comme elle était toujours dans le noir, elle ne pouvait pas évaluer plus l'ampleur des dégâts. En plus, quelqu'un (le petit malin, elle le reconnut encore quand il parla) l'attira vers la fenêtre au fond de la pièce. « Si on ne peut pas sortir par la porte, voyons s'il y a moyen par là. » « Bah oui, bien sûr, ce n'est pas comme si on était au premier étage. » répondit la jeune femme ironiquement. De toute façon, la question ne se posait parce que la lumière revint à ce moment, pas pleine mais bon, ça suffisait. La fille revint aussi brièvement, telle une apparition fantomatique et plus qu'effrayante (celui qui était à la tête de tout ça se donnait vraiment du mal). Et c'est après ça que tout le monde se rua vers la porte qui, comme par magie, s'était soudain ouverte. Mais qui, malheureusement, ne le resta pas très longtemps. Emily ne parvint pas à quitter la pièce (forcément, l'autre l'avait attiré à l'autre bout juste avant) et elle se retrouva coincée avec le mec et la fille de tout à l'heure. Après que la porte ce soit refermé, Emily resta à côté de la porte en tendant de la forcer et de donner des coups dedans. « Pourquoi ça ne s'ouvre pas. Fuck, fuck, fuck. » s'énerva-t-elle. « Je vais sortir de là tout de suite. » Malheureusement, il n'y avait rien à y faire et l'idée de sortir par la fenêtre lui apparaissait tout d'un coup bien meilleure. « Ils vont aller chercher du monde pour nous aider hein ? » demanda-t-elle soudaine pleine d'espoir en se retournant vers les deux autres. Elle avait abandonné sa bataille contre la porte finalement. « Parce qu'ils ne peuvent pas nous laisser moisir là quand même. Ce ne serait vraiment pas très cool. » Il y avait une autre chose qui n'était pas très cool d'ailleurs, c'était cette soirée.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Mar 7 Oct - 23:22

intrigue
Bloody Mary
« Moi je suis là. Mais de quelle petite fille tu parles ?? Que viendrait foutre une gamine ici ??! » Pourquoi ? Halloween n’était pas censé être une fête pour les enfants ? Ce n’était pas ça, le but, distribuer des bonbons ? Visiblement non, puisque personne ne contredisait le gentil chevelu. Il devait donc avoir raison, et la présence d’une fillette devait réellement être étonnant. Ne souhaitant paraître plus idiote que je ne l’étais déjà, je préférais ne pas répondre et me contenter d’un haussement d’épaules. Ce n’était peut-être pas une fillette, finalement, juste une personne de petite taille que je venais, probablement, de vexer en plus. Quoiqu’il en soit, je ne bougeais plus de mon coin, laissant les autres faire ce qu’il fallait faire puisque, ce qu’il fallait faire, je ne le savais pas. Et ce qu’il fallait faire, c’était rien du tout, ou du moins blablater et paniquer pour certains. Ils avaient tous tenté d’ouvrir la porte, les uns après les autres, comme s’ils pouvaient avoir plus de chance à chaque essai. Je ne tentais rien, partant du principe que si elle ne cédait pas à un grand baraqué, il n’y avait aucune possibilité pour qu’elle s’ouvre avec moi. Elle devait être fermée de l’extérieur, voilà tout. Ce qui n’était pas très malin, d’ailleurs. Peut-être y avait-il des claustrophobe parmi nous. La blague risquait de mal tourner. Était-ce la volonté des organisateurs ? Je compris rapidement que les organisateurs s’en foutaient, vraisemblablement, lorsque le miroir explosa et que des éclats de verre allèrent se ficher un peu partout, sur le sol, dans les murs, dans la chair. Pas dans la mienne, heureusement, mais ce n’était pas passé loin, et j’entendais plusieurs se plaindre d’avoir été touché. « C’est pas très intelligent de prendre le risque de blesser des gens. » je m’indignais autant qu’il m’était possible de le faire, à savoir : pas beaucoup. Et si quelqu’un se prenait un éclat dans l’oeil, est-ce qu’ils trouveraient toujours cette blague amusante ? « Si on ne peut pas sortir par la porte, voyons s'il y a moyen par là. » tonna le gentil chevelu en nous entrainant notre duo de blonde en direction de la fenêtre. « Bah oui, bien sûr, ce n'est pas comme si on était au premier étage. » J’étais pas super douée en sarcasme, mais il me semblait bien qu’il en s’agissait, là. « Je peux pas sauter, moi. Je vais vous attendre là. » je prévenais, préférant affronter des éclats de verre tueurs que mon maître de ballet lorsque je lui reviendrais avec une jambe dans le plâtre et un poignet bandé. C’est à cet instant que la lumière revint et le petite fille avec. « Alors, qui avait raison, hein ? Hein ? » je triomphais fièrement alors que tous paniquaient. Pourquoi ? C’était si grave que ça une petite fille à cette fête ? Lorsque la porte se rouvrit, tous en profitèrent pour prendre la tangente tandis que nous restions sur le carreau car trop éloignés au moment des faits. Sérieusement ?! Une porte qui ne s’ouvrait plus malgré les diverses tentatives de la jeune femme. « Pourquoi ça ne s'ouvre pas. Fuck, fuck, fuck. » « Ils ont du refermer derrière eux. » je répondais, calmement, en braquant le faisceau de ma torche vers le plafond. La lumière avait beau s’être rallumée, elle demeurait vacillante. Devant leur regard insistant, j’expliquais : « Je cherche la ou les caméras. » Pour que les organisateurs puissent profiter du spectacle sans être là, il fallait qu’il y ait des caméras. Sauf que non. Au lieu de quoi je remarquais l’éclat de verre fiché dans le bras de la jeune femme. « Ils vont aller chercher du monde pour nous aider hein ? » demandait-elle alors que je me rapprochais de son bras, glissant mon portable entre mes dents pour continuer de m’éclairer tout en cherchant à lui ôter le verre le plus délicatement possible. « Parce qu'ils ne peuvent pas nous laisser moisir là quand même. Ce ne serait vraiment pas très cool. » Moisir ? Je ne connaissais pas ce verbe, mais à l’oreille, déjà, il n’était pas très joli. Je ne l’aimais pas. « Hmumoim, ichimuhm... » je tentais, avant de songer à retirer le portable de ma bouche, et recommencer. « Pardon. Je disais : je ne sais pas ce que c’est de moisir, mais je sais qu’Islay ne laissera pas faire. Et c’est un viking-géant, il a peur de rien, il peut tout faire. » Et j’exagérais à peine. S’il n’était assurément pas le superhéros que je visualisais dans ma tête, il pourrait tout à fait régler son compte à cette porte. « Voilàààà ! » j’achevais en ôtant le bout de verre que j’envoyais tinter dans le lavabo. « Bisou magique ! » j’annonçais en m’exécutant, avant de réaliser mon geste dans un mordillement de lèvres. « Désolée, je soigne les bobos des enfants, d’ordinaire. » Déformation professionnelle. « Aaaaaaah ! J’ai du réseau ! » je m’exclamais soudain, m’empressant de composer le numéro de mon ami qui décrochait dès la première sonnerie, passablement inquiet. Il voulait savoir où je me trouvais « Dans la salle de bain, on est enfermé, et c’est pas drôle. » Qu’est-ce que je foutais dans la salle de bain ? « Je te cherchais. » J’étais pas dans la salle de bain ?! « Bien sûr que si, j’y suis, là. » Non. « Si ! » Non, il y était dans la salle de bain, et je ne m’y trouvais pas. « Celle du haut. » Quel haut ? « Bah le haut de là-haut, comme dans ‘maman est en haut qui fait du lolo.’ » Y avait pas de haut ? « Mais si, tu prends l’escalier, et boom, t’es en haut. » Y avait pas d’escalier, pas d’étage, c’était une maison en plain-pied ? « Islay... J’crois qu’on est pas dans la même maison... Allô ? Allô ? Isl... » Plus de réseau. « Bon, la bonne nouvelle c’est qu’il sait qu’on est coincé dans la salle de bain. La mauvaise nouvelle c’est que là où il se trouve, cette salle de bain n’existe pas. On fait quoi ? » je demandais, finalement, en me balançant d’avant en arrière sur mes pointes et mes talons. Pas complètement inquiète encore. Pas super rassurée, mais pas complètement paniquée. Ça n’allait pas tarder.  
made by pandora.


HJ : désolée pour la longueur, mais vous écrivez beauuuuucoup, tous les deux. 90
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Jeu 9 Oct - 14:56


       
Intrigue Bloody Mary

       
RP avec Ebba, Emily & Sam.



« Bah oui, bien sûr, ce n'est pas comme si on était au premier étage.» lâche la brune sur un ton plein d'ironie tandis que je lui rétorque qu'avec un peu de chance, il peut y avoir un haut-vent en-dessous qui nous offrirait un palier pour descendre en sécurité à l'extérieur, ou quoi que ce soit qui permette de sécuriser un minimum notre descente. Mais les choses vont ensuite très vite alors qu'on a pas même le temps de jeter un coup d’œil par la fenêtre. Et nous voilà désormais de nouveau enfermés comme si ça avait été savamment calculé. Nous ne sommes plus que tous les trois tandis que les autres ont réussi à prendre la fuite.
Histoire de pouvoir mettre un nom sur nos personnes, on se présente vite fait tous les trois, et tandis que l'une d'elle s'acharne après la porte un instant de rage et de frustration, Emily se montre réellement inquiète.

« Ils vont aller chercher du monde pour nous aider hein ? »

- J'en sais foutre rien ... dis-je en retournant près de la fenêtre, tâchant de rester rationnel et de ne pas me laisser empoisonner l'esprit par rapport à tout ce qui vient de se produire. Jetant un regard à l'extérieur, j'ai une impression plus étrange encore face à tout ce qui s'est déroulé jusque là. L'extérieur semble désert et pourtant il donne bien sur la devanture de la maison.
La dénommée Ebba a entre temps réussit à avoir du réseau et a pu joindre un ami à elle, et ce qu'elle nous résume de la conversation après coup a de quoi nous laisser tous plus que sceptique. Toutefois, j'attire l'attention des deux jeunes femmes sur l'extérieur.

- Venez par là deux secondes et observez ... Il devrait y avoir du monde, il devrait y avoir au moins quelques personnes qui se trouvaient à la fête précédemment. Où sont passés ceux qui ont pris la fuite ?? J'imagine mal qu'ils se soient tous barrés à des centaines de mètres, pourtant il n'y a pas l'ombre d'un chat dans la rue. La curiosité en aurait pourtant attiré plus d'un non loin de la maison quelque soit leur frayeur, histoire d'observer. Hors là c'est incroyablement calme. Il n'y a pas un bruit.

Je pose mon avant bras en appui sur le montant de la fenêtre et y colle un instant mon front, me plongeant dans la réflexion.

- Et ton pote qui dit que cette foutue baraque n'a jamais eu d'étage ...  sérieusement, je commence à me poser de drôles de questions là, pourtant croyez-moi, je suis plutôt sceptique face à tel évènement.

Je me retourne et m'appuie un instant contre le mur pis j'adresse un signe de la tête à Emily en lui désignant la blessure à son bras.

- Fais voir deux secondes ? Je me rapproche d'elle mais l'éclat qu'Ebba a retiré un peu plus tôt était vraiment petit et fin et la blessure n'est que superficielle. Ça s'est d'ailleurs déjà arrêté de saigner. Je laisse échapper un soupir puis me laisse glisser contre le mur pour réfléchir un instant. La fenêtre est elle aussi bloquée alors qu'il y a pourtant bien un élément qui permettrait de sécuriser notre descente.

- Je me vois mal péter la vitre s'il s'agit d'un simple canular. J’ai pas vraiment envie de m'attirer des emmerdes. Quoi que dans un sens, leurs dis-je en tournant mon regard dans leur direction, s'il s'agit bien d'une connerie du genre, on aurait toutes les raisons de. Après tout ce n'est qu'une fenêtre ... .

Je me relève et leur adresse un regard interrogateur, quémandant en quelque sorte leur accord pour briser la vitre au cas où l'une d'entre elles auraient une meilleure option.
Puis je remarque soudain cette trappe à linge à côté d'une commode alors que la lumière de la salle de bain semble s'intensifier comme sous le coup d'une trop forte tension. J'attire leur attention ainsi sur cette trappe où nous pourrions très bien passer et qui doit conduire au rez de chaussée ou au sous-sol. Ce genre de trappe sert à acheminer le linge sale plus bas. C’est pratique. Et par chance, ça semble assez large pour qu'on y passe chacun notre tour.

- On tente le coup ?



       
(c) AMIANTE




HRP : J'adore la tournure des évènements que tu as trouvé Ebba. Excellent ! smoke
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Ven 10 Oct - 23:04

Le petit malin (Emily l'appelait comme ça parce qu'elle ne connaissait pas encore son prénom) venait d'avoir la meilleure idée au monde. Ou pas tellement en fait. Il venait ni plus ni moins de suggérer qu'ils passent par la fenêtre. Idée qu'Emily n'apprécia pas du tout et elle ne se gêna pas pour le lui faire savoir d'ailleurs. Passer pas la fenêtre du premier étage était la meilleure idée pour finir la nuit à l'hôpital et la blonde n'avait certainement pas envie qu'une telle chose arrive. Elle ne voulait pas y être en tant que patiente dans tous les cas. Et elle n'était pas la seule en fait. De tout manière, à ce moment-là, la porte s'ouvrir. Malheureusement, Emily n'eut pas le temps de sortir avant que celle-ci ne se referme à nouveau. Il en était de même pour le petit malin qui répondait au nom de Samuel (elle l'apprit juste après) et une autre fille, Ebba.

N'ayant pas le moins du monde envie de rester ici, Emily alla s'énerver après la porte et essaya bien de l'ouvrir mais sans obtenir de résultat vraiment probant. La porte restée bel et bien fermée et il n'y avait rien à y faire. Ce que la jeune femme espérait du coup, c'est que quelqu'un vienne les sauver. Après tout, ils étaient plein dans cette salle de bain à peine quelques minutes plus tôt. Quelqu'un allait bien revenir voir, non ? Elle cherche à se rassurer et elle espérait que les deux autres allaient acquiescer mais ce ne fut pas tellement cas. La seule chose qui se passa fut que la fille s'occupa de lui retirer le bout de verre qui s'était enfoncé dans son bras mais qui ne laissait qu'une coupure superficielle. Après ça, celle-ci réussit à passer un appel à l'ami dont elle avait rapidement parlé un peu avant mais malheureusement, encore une fois, ça ne marcha pas. Emily était vraiment déçue sur ce coup-là. Elle avait beaucoup vraiment cru dans cette histoire de viking qui allait les sauver. « Venez par là deux secondes et observez ... Il devrait y avoir du monde, il devrait y avoir au moins quelques personnes qui se trouvaient à la fête précédemment. Où sont passés ceux qui ont pris la fuite ?? J'imagine mal qu'ils se soient tous barrés à des centaines de mètres, pourtant il n'y a pas l'ombre d'un chat dans la rue. La curiosité en aurait pourtant attiré plus d'un non loin de la maison quelque soit leur frayeur, histoire d'observer. Hors là c'est incroyablement calme. Il n'y a pas un bruit. » Ok... Emily regarda le jeune homme sans trop savoir quoi penser à son sujet. A coup sûr, il n'avait pas toute sa tête sur ce coup. Qu'est-ce qu'il ne fallait pas inventer franchement ! Ouais, du coup, elle décida surtout de s'inquiéter à son propos. « Bah oui, on s'est évaporé dans la quatrième dimension en fait. » fit-il toujours sur un ton ironique. « Et c'est magique, parce que même dans cette dimension là les téléphones captent. » C'était merveilleux en fait. La blonde secoua finalement la tête. « Son ami ne doit juste pas être dans la bonne maison. » C'était la seule explication logique. « Et les autres ont fait la même chose que moi je ferais quand je sortirai d'ici. » Si elle sortait. « Ils ont sauté sur le premier verre d'alcool venu. » Elle donnait là la seule explication rationnelle et c'était la seule envisageable en fait.

Le jeune homme regarda ensuite la blessure d'Emily à son tour et put voir également qu'il n'y avait rien de grave. Fort heureusement d'ailleurs. Parce que si elle savait soigner ce genre de blessures et si dans la salle de bain, elle aurait pu trouver le matériel, elle n'avait confiance en aucune des deux personnes présentes ici pour s'en occuper. « Je me vois mal péter la vitre s'il s'agit d'un simple canular. J’ai pas vraiment envie de m'attirer des emmerdes. Quoi que dans un sens, s'il s'agit bien d'une connerie du genre, on aurait toutes les raisons de. Après tout ce n'est qu'une fenêtre ... » Elle aimait bien le si qu'il employait. Il semblait même en doute le fait que c'était un canular alors que ça ne pouvait qu'en être un franchement. « Moi je casserais la fenêtre, ce serait bien fait pour eux franchement. » On ne faisait pas ce genre de blagues aux gens. Mais elle ne comptait toujours pas sortir par la fenêtre en fait. Elle restait persuadée que sortir par là du premier étage était bien trop risqué. Le jeune homme ne tarda néanmoins pas à avoir une autre idée en découvrant un genre de trappe à linge. « On tente le coup ? » Hum... Emily n'était pas certaine d'aimer beaucoup cette idée non plus. Elle s'approcha de la trappe et posa un regard suspicieux sur cette dernière. « J'imagine que ce n'est notre meilleure option. » répondit-elle alors sur un ton prudent. Elle ouvrit ensuite cette dernière et posa un regard hésitant. Elle n'avait pas tellement envie d'aller là-dedans la première en fait mais bon, elle imaginait qu'elle pouvait faire un effort. « Si je me fais découper par un tueur fou à la hâche, ne me rejoignez pas. » commanda-t-elle avant de s'élancer. Quand elle parvint à ce qui semblait être le sous-sol dans la maison. Qui encore une fois, était vide. C'était étrange quand même. « C'est bon, je suis en vie. » fit-elle alors à l'attention des deux autres, au cas où ça les intéresserait.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Sam 11 Oct - 1:25

intrigue
Bloody Mary
« Venez par là deux secondes et observez ... Il devrait y avoir du monde, il devrait y avoir au moins quelques personnes qui se trouvaient à la fête précédemment. Où sont passés ceux qui ont pris la fuite ?? J'imagine mal qu'ils se soient tous barrés à des centaines de mètres, pourtant il n'y a pas l'ombre d'un chat dans la rue. La curiosité en aurait pourtant attiré plus d'un non loin de la maison quelque soit leur frayeur, histoire d'observer. Hors là c'est incroyablement calme. Il n'y a pas un bruit. » Et si je n’avais pas envie d’observer, moi ? Non, parce que ça commençait à vraiment m’inquiéter tout ça. Je n’étais pas une trouillarde, mais j’avais du mal avec ce que je ne comprenais pas. Et j’aimais pas trop qu’il s’amuse à nous rappeler constamment qu’on ne maîtrisait plus rien. À moins... À moins qu’il ne soit justement là pour ça ? Et si c’était un complice du canular ? Après tout... C’était sa bouteille qui était pleine de liquide rouge, c’était lui aussi qui s’était précipité sur la porte, également lui qui se trouvait à proximité du miroir lorsqu’il avait explosé, et lui toujours qui nous avait entrainé si loin de la porte... Du coup, ce n’était pas la fenêtre que j’observais, mais lui. « Bah oui, on s'est évaporé dans la quatrième dimension en fait. » disait Emily -maintenant que je connaissais son prénom- visiblement pas convaincue par monsieur, tandis que je rôdais autour de lui, l’observant avec suspicion. Discrètement, je l’espérais. S’il était vraiment dans la combine, il était dans mon intérêt de ne pas lui faire savoir que j’avais découvert son manège. Tant qu’il nous imaginait dans l’ignorance, on pouvait toujours en tirer profit. En attendant, il était toujours sur son histoire de fenêtre, s’interrogeant sur la déontologie à l’idée de la briser ou non. « Moi je casserais la fenêtre, ce serait bien fait pour eux franchement. » J’étais d’accord avec Emily, et hochais la tête vivement. « Je pense que s’il s’agit d’un simple canular, les auteurs auraient toutes les raisons du monde de nous relâcher immédiatement en priant pour qu’on ne porte pas plainte pour mise en danger de la vie d’autrui. » j’avançais en prenant bien soin de le fixer lui. Il comprenait mon message subliminal ? Et comme par magie, il trouva une autre sortie. « On tente le coup ? » C’était quoi, ça ? « J'imagine que ce n'est notre meilleure option. » Ha bon ? « Attends ! » je tentais, mollement, avançant un bras pour attraper le sien, mais trop tard, elle ouvrait déjà la trappe. Si Samuel était l’ennemi, ses idées lumineuses étaient forcément à prendre avec des pincettes. « Pourquoi on ne resterait pas ici ? Après tout, tout ce qui devait exploser l’a déjà fait, on est forcément plus en sécurité que... » que dans une nouvelle pièce pleine de nouveaux pièges. C’était ça, la fin de ma phrase, celle que j’avais prononcé tellement à voix basse que personne n’avait eu l’air de m’entendre, au point qu’Emily passait déjà ses jambes à travers la trappe. « Si je me fais découper par un tueur fou à la hâche, ne me rejoignez pas. » « D’accord. » j’approuvais, le plus sérieusement du monde, en hochant vivement la tête. Puis, elle disparue. Je me précipitais sur la trappe, passant la tête au-travers en espérant entrevoir la blonde. Si bien que je fus la première à l’entendre nous annoncer sa survie. Ouf. « J’y vais la première. » j’affirmais sans laisser le choix à Samuel. Quelque chose me disait que c’était la meilleure chose à faire. Une impression qui s’effaça immédiatement tandis que je glissais vers l’inconnu, achevant ma course dans un bac à linge amortissant ma chute. Mais avant qu’Emily ne puisse prévenir Samuel qu’il pouvait y aller, je plaquais ma main contre sa bouche en lui faisant signe de se taire. « Je... Je suis pas sûre de moi, mais j’ai comme l’impression qu’il pourrait ne pas être aussi innocent qu’il veut nous le faire croire. » je lui confiais à voix basse en relâchant la pression sur ses lèvres. « Et s’il était complice ? Ou pire, l’auteur ? Réfléchis-y... Il s’est porté volontaire pour tournicoter face au miroir, c’est lui qui nous a éloigné de la porte... Il aurait très bien pu remplir sa bouteille de faux sang au préalable, il pouvait avoir piégé la pièce avant notre arrivée pour bloquer la porte et faire exploser le miroir. C’est lui aussi qui ne voulait pas briser la fenêtre... S’il est chez lui, c’est un peu normal. » Et puis c’était lui qui n’arrêtait pas d’utiliser le conditionnel lorsqu’il évoquait le canular, comme s’il voulait s’assurer qu’on cesse d’y croire et qu’on panique. Et à force d’exposer mes arguments, je finissais pas être de plus en plus certaine de ma théorie. Un coup d’oeil circulaire dans la cave où nous nous trouvions, et je m’emparais d’une longue planche en bois, et me positionnais à l’extrémité de la trappe. « Prête ? » j’avisais Emily, puis criais bien fort : « C’est bon, tu peux descendre ! » à l’attention de Samuel. On l’attendait... Et lorsqu’il tomba dans un bruit sourd dans le bac à linges, je m’empressais de recouvrir ce dernier de la planche et de m’asseoir dessus, coinçant le méchant à l’intérieur. Ne restait plus qu’à procéder à l’interrogatoire, ou... Juste le coincer définitivement là-dedans, et nous sauver pour aller rejoindre les autres. « Dis-moi, Samuel... Comment as-tu connu l’existence de cette fête ? Et qui est cet ami avec qui tu es soit-disant venu et que personne n’a jamais vu ? Avoue tout ou on te laisse croupir ici. Crache le morceau !! » Ou pas. Mais avec un peu de chance, il y croirait à mon côté super-méchante totalement improvisé.  
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Mar 14 Oct - 10:45




Intrigue Bloody Mary


RP avec Ebba, Emily & Sam.


Les deux miss sont en bas après être passées par la trappe chacune à son tour. Et je suis à la fois soulagé quand vient le mien de pouvoir enfin quitter cette pièce mais également peu rassuré en même temps face à ce qui m'attend. J’ai le sentiment que ce déroulement-ci a été savamment calculé. Aussi à quoi dois-je m'attendre pour la suite ou plutôt à quoi devons-nous nous attendre ... ? Bonne question à laquelle j'aurais sans doute du songer d'une toute autre manière pour éviter de me retrouver aussi surpris que présentement, alors qu'après avoir dévalé la glissière menant à un grand bac à linge, je m'y retrouve enfermé grâce à une planche glissée sur le dessus.
Coincé à l'intérieur, je reste calme un instant en présageant là que toutes deux désirent me faire passer un rapide interrogatoire tout droit né de quelques suspicions qu’elles ont commencé de nourrir par rapport à mon attitude ou à leur esprit de déduction un brin bancale même si les arguments qu'elles me présentent quelques secondes plus tard sont plutôt crédibles en fin de compte. Crédibles malgré moi cependant puisque je n'ai rien à voir là-dedans.

- Je ne crois pas que je serais assez con pour prendre part à une telle combine, encore moins avec le coup du miroir. Quant à cet ami comme tu le dis, j'ai tout autant d'arguments à te fournir pour éveiller les doutes sur ta personne. A-t-on vu ton ami ? Il a l'air tellement tape à l’œil d'après ce que tu dis. Je poursuis et présente la situation selon ma vision des choses, simple et concis, sans chichis puis j'ajoute. Ah et dernière chose ... il en faudra plus pour me retenir ici ma jolie, dis-je en parvenant à la déséquilibrer soudain de sur son support et sortir du bac.

- Bien, si t'as finis l'interrogatoire, on peut peut-être pensé à dégager d'ici ?

Je ne fais pas partie de tout ça, peu importe qu'elles me croient ou non. Je songe juste à en terminer avec tout ça et à rentrer chez moi. Le mystère qui plane autour de tout ceci pourrait très bien ne jamais s'expliquer comme en fin de compte n'être qu'un magnifique canular, à moins qu'on nous ai tous fait prendre des drogues hallucinogènes mais je doute fort dans ce cas que tous auraient eu les même hallucinations. Quoi qu'il en soit, alors que nous arpentons le sous sol avec le peu de lumière qu'offre le portable d'Ebba, nous trouvons bientôt l'escalier menant au premier. Et je jure qu'une fois sorti, je ne me casserais même pas la tête à chercher quelconque explication à tout ceci. A quoi bon ? Il n'y a ni fantômes, ni quatrième dimension ni autres évènements bizarres. Il s'agit juste d'un jeu dont je commence à me lasser après coup sans doute à cause de la fatigue et de cette atmosphère oppressante qui croule toujours sur nos épaules.

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Ven 17 Oct - 22:08

Emily n'avait pas parvenu à quitter la salle de bain en même temps que tous les autres. La porte s'était en effet refermée trop tôt. Heureusement (parce qu'elle préférait toujours ça à rester seule ici), elle ne se retrouva pas seule. Ebba et Samuel n'avait en effet pas pu sortir non plus. Et même si elle ne les connaissait que depuis quelques minutes, leur présence restait tout de même rassurante. Soit, ce n'était pas le problème. Ce qu'il fallait maintenant, c'était trouver une solution pour sortir d'ici. Parce que bon, ils n'allaient pas rester ici pendant des heures encore. La fenêtre était définitivement exclue, pour Emily en tout cas. C'était bien trop dangereux. Le jeune homme repéra alors une trappe à linge. Mouais, la blonde n'était pas non plus très motivée par cette idée mais bon, comme elle imaginait que c'était leur meilleure option, elle accepta. Elle s'engagea même dedans la première.

Avant de descendre, la jeune femme avait mis en garde ses camarades de galère. Au cas où elle se ferait tuer en bas, il ne fallait pas qu'ils descendent. Bizarrement, il n'arriva rien. Aucun psycopathe n'attendait en bas pour la découper en morceau. Emily s'empressa donc de signaler aux deux autres qu'ils pouvaient descendre. Ce fut Ebba qui arriva la première et à peine arrivée, celle-ci posa sa main sur la bouche d'Emily empêchant celle-ci de dire quoique ce soit.  « Je... Je suis pas sûre de moi, mais j’ai comme l’impression qu’il pourrait ne pas être aussi innocent qu’il veut nous le faire croire. Et s’il était complice ? Ou pire, l’auteur ? Réfléchis-y... Il s’est porté volontaire pour tournicoter face au miroir, c’est lui qui nous a éloigné de la porte... Il aurait très bien pu remplir sa bouteille de faux sang au préalable, il pouvait avoir piégé la pièce avant notre arrivée pour bloquer la porte et faire exploser le miroir. C’est lui aussi qui ne voulait pas briser la fenêtre... S’il est chez lui, c’est un peu normal. » Emily plissa les yeux. Oui, elle devait bien avouer que tout ça se tenait. C'était même l'explication la plus probable. Le petit malin faisait ainsi le malin parce qu'il savait parfaitement ce qu'il se passait. Gosh, c'était tellement évident, elle aurait du y penser avant.

Après avoir dit ça, l'autre jeune femme appela finalement le jeune homme qui ne tarda pas à arriver à son tour. Quand il arriva néanmoins, il se retrouva coincé dans un bac à linge par Ebba qui voulait l'interroger. Il se libéra néanmoins bien trop facilement. « Je ne crois pas que je serais assez con pour prendre part à une telle combine, encore moins avec le coup du miroir. Quant à cet ami comme tu le dis, j'ai tout autant d'arguments à te fournir pour éveiller les doutes sur ta personne. A-t-on vu ton ami ? Il a l'air tellement tape à l’œil d'après ce que tu dis. Ah et dernière chose ... il en faudra plus pour me retenir ici ma jolie. » Emily n'était absolument pas dupe devant cette défense qu'elle trouvait plus que minable. Elle ne croyait aucun mot de tout ce qu'il venait de dire mais bon. « Bien, si t'as finis l'interrogatoire, on peut peut-être pensé à dégager d'ici ? » La blonde ne fit aucun commentaire et ils se mirent à avancer lentement dans le sous-sol. Elle avait hâte qu'ils quittent cet endroit enfin. Une chance, ils ne tardèrent pas à apercevoir l'escalier. Rejoindre la fête faisait vraiment très envie à Emily. Elle devança les deux autres pour aller ouvrir la porte mais elle fut incapable d'ouvrir la parole. Ce n'est néanmoins pas ce qui l'interpella le plus à ce moment-là. « C'est bizarre. » souffla-t-elle alors. « On entend plus le moindre bruit. » Et c'était vrai, elle ne s'en était pas rendu compte avant mais c'était ce qui avait du rendre l'atmosphère aussi oppressante. « Vous croyez qu'ils ont insonorisés les murs ou … ? » Ou rien du tout, c'était encore une fois la seule explication possible. Elle n'arrivait néanmoins pas à le croire. L'ambiance de la soirée devait y être pour beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Sam 18 Oct - 1:15

intrigue
Bloody Mary
« Je ne crois pas que je serais assez con pour prendre part à une telle combine, encore moins avec le coup du miroir. Quant à cet ami comme tu le dis, j'ai tout autant d'arguments à te fournir pour éveiller les doutes sur ta personne. A-t-on vu ton ami ? Il a l'air tellement tape à l’œil d'après ce que tu dis. Ah et dernière chose ... il en faudra plus pour me retenir ici ma jolie. » Dans un premier temps, je m’interrogeais sur sa totale absence d’habilité en la recherche d’arguments tant, rien de ce qu’il ne disait, n’était convaincant. Le fait d’être assez con pour...? On ne le connaissait pas. Ni Emily, ni moi, aussi il pouvait bien être suffisamment con pour ça, en effet. Et mon ami ? Certes ils ne l’avaient probablement pas vu, mais il l’avait forcément entendu tant il hurlait fort dans le téléphone. Alors que le sien ? J’étais même sur le point de lui répondre. Mais ça, c’était dans un premier temps, parce que dans un deuxième temps je volais jusqu’au sol, tandis qu’il se relevait sans ménagement. Et à mes yeux, c’était la preuve qu’il n’en avait que faire de blesser les autres, ce qui tendant à consolider mon idée de lui dans le rôle du crétin qui se plait de nous effrayer. D’ailleurs, je lançais un regard à Emily, tâchant de connaître son avis muettement. Et d’après ce que je comprenais, elle restait sur la défensive également, pas vraiment convaincue par ses salades. « Bien, si t'as finis l'interrogatoire, on peut peut-être pensé à dégager d'ici ? » Je fronçais les sourcils en me relevant, sans son aide. Non, réellement, il n’avait plus rien du gentil chevelu de tout à l’heure. Je le trouvais même inquiétant. Tout l’était, en réalité. En particulier Emily secouant la porte en vain. Certes, c’était prévisible, puisqu’on nous avait déjà enfermé à l’étage, mais pendant une petite seconde j’avais eu l’espoir de tomber sur une porte ouverte et que tout cela cesse enfin. J’étais fatiguée, maintenant, je voulais juste rentrer chez moi, retrouver mon chien et mes draps. « C'est bizarre. » Quoi ? Puisque tout l’était, qu’elle trouve le moyen de trouver quelque chose plus bizarre que le reste sonnait plus inquiétant encore. « On entend plus le moindre bruit. Vous croyez qu'ils ont insonorisés les murs ou … ? » Je tendais l’oreille à mon tour, constatant qu’elle disait vrai, avant de tendre ma main vers l’un des murs, et d’entendre un cri... Un cri douloureusement proche et fort, un cri de peur à l’état pur, un cri aiguë me glaçant le sang, un cri... qui sortait de ma propre bouche, tandis que je le sentais s’enrouler autour de mon poignet, ce truc long, froid et visqueux. Un serpent ? Des boyaux ? « Boyaux ! Boyaux ! Boyaux ! » je scandais, criais, en sautillant sur place, secouant les bras en tous sens pour me débarrasser de ces choses immondes. Avant d’y oser un regard en constatant que plus rien ne bougeait, que le truc long, froid et visqueux ne s’apprêtait pas à se jeter sur moi, mais demeurait inerte et pendouillant contre le mur en briques. « Ha non, tout va bien, c’est juste le tuyau d’arrosage. » je m’excusais en riant nerveusement. Très nerveusement, sans pour autant parvenir à me défaire totalement de cette sensation désagréable, ni de mon coeur battant la chamade. J’étais fatiguée, fatiguée de tout ça. J’étais à deux doigts, d’ailleurs, de me rouler en boule dans un angle de mur et d’attendre que ça cesse, lorsque je repérais la petite lucarne de l’autre côté de la pièce. Et, les laissant débattre de je ne sais trop quoi, je m’approchais d’elle en me disant que, sur un malentendu, elle pouvait ne pas être verrouillée, elle pouvait être passée entre les mailles du blagueur fou. Et, en effet, après quelques instants de lutte, je parvenais à faire céder le loquet, entrebâillant la lucarne donnant sur l’extérieur. Le problème ? Trop étroite, elle ne permettrait pas à tout le monde de passer. À personne en réalité, à moins qu’on ne soit une danseuse contorsionniste. « Hey ! » je les interpellais avec hésitation, me trouvant sur la pointe des pieds, maintenant le verre à bout de bras. « Quelqu’un pour me faire la courte-échelle ? » Ce serait Samuel -peut-être souhait-il se racheter de m’avoir envoyé à terre- et en moins d’une minute, pliant mon corps comme ils n’avaient jamais du voir personne plier son corps de cette façon, je me retrouvais à l’extérieur. Frottant mes paumes entre elles puis ma tenue, comme pour la dépoussiérer, j’observais autour de moi avec surprise. « C’est absolument désert. » je les informais en m’adressant à la lucarne. Non seulement il n’y avait pas âme qui vive, pas de fêtard, pas de voisin ronchon etc... Mais surtout, il n’y avait pas d’autres bruits, les bruits usuels de la nuit, la circulation, les klaxons, ou, à défaut, les oiseaux, les chiens, les vents dans les arbres, ou autre. Il n’y avait absolument aucun bruit. Juste ma voix, les leurs, et le son de mes chaussures s’enfonçant dans la pelouse. Après une rapide inspection je repérais une série de marches un peu plus loin, donnant sur une porte qui devait être l’entrée extérieure de la cave. Ce devait être dans une autre pièce, une pièce adjacente à celle par laquelle nous étions arrivés. « Il y a une porte là-bas, je devrais pouvoir l’ouvrir de l’extérieur. Essayer de trouver des objets lourds, une pelle, un bout de bois, une batte s’il y a, et rejoignez-moi juste là... À 20 ou 30 mètres. » je leur indiquais, avant de leur jeter un dernier regard, comme si je craignais de ne plus jamais les revoir, puis de diriger mes pas vers cette fameuse porte. Elle était tout en bois, semblait lourde, très grinçante et la poignée n’était pas de prime jeunesse, mais après quelques efforts, je parvins à la faire céder, tirant sur la porte en même temps qu’ils poussaient dessus. Enfin, en espérant que ce soit bien eux, sait-on jamais...
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Sam 18 Oct - 10:35



Intrigue Bloody Mary


RP avec Ebba, Emily & Sam.


En basculant la planche sur laquelle Ebba est posée pour assurer la fermeture de par son poids, il est aisé vu sa légèreté de la faire basculer et glisser au sol sous le déséquilibre. La chute n'est pas sévère, il ne s'agit que d'une panière à linge d'un peu plus un mètre de haut et elle atterrit ainsi sur les fesses en perdant l'équilibre. Si je n'étais pas excédé par la situation, j’en aurais presque ri. Toutefois un doux rire m'échappe lorsqu'un peu plus tard alors que nous arpentons la cave jusqu'à une porte, Ebba se retrouve en panique en se croyant en proie à un truc visqueux, j’attrape alors son téléphone et braque la lumière sur ce qui n'est qu'un tuyau d'arrosage après qu'elle se soit rendu compte de ce dont il s'agissait.

Mais son rire nerveux s'éteint bientôt alors que la tension entre nous trois semble plus oppressante que l'ambiance des lieux en elle-même. Enfin du moins, c’est cette tension que ces deux filles braquent sur moi, semblant se complaire à trouver en moi le coupable ou le complice idéal dans toute cette histoire. Soit, tandis que je cherche une autre voie de sortie, Ebba est la première à repérer une lucarne. Elle attire ainsi notre attention sur la dite ouverture et à ma grande surprise, elle parvient à se glisser à l'extérieur malgré l'étroitesse du passage. Aussi légère qu'une plume et aussi souple qu'une gymnaste. Quoi qu'il en soit, je serais bien incapable de passer par là à moins de peut être défoncer le cadre complet, ce qui offrirait un peu plus de champ de manœuvre.
Peut-être qu'Ebba trouvera le moyen de nous faire sortir de là, si elle ne prend pas ses jambes à son cou en nous laissant tous les deux derrière elle. Elle n'y a toutefois pas l'air décidée et nous informe de ce qui en est à l'extérieur et visiblement c’est aussi désert que tout-à-l'heure. Mais avec ça, alors que je prête une oreille attentive en restant posté près de la lucarne, je remarque qu'il n'y a pas le moindre bruit. Pas le moindre grillon qui chanterait, pas le moindre craquement de branche ... que dalle.

Mais que ce cauchemar cesse ! je ne suis pas du genre à paniquer mais j’en ai quelque peu ma claque. Ça me frustre de ne savoir le pourquoi du comment. Ebba nous indique bientôt une option et une voie de sortie, aussi, Emily et moi nous dirigeons vers les deux battants à l'autre bout que nous n'avions pas remarqué à cause d'un tas de foutoir placé devant. On dégage alors à deux le passage puis après avoir trouvé ce qui pourrait se révéler utile, on commence à pousser contre les battants tous les deux tandis qu'on entend Ebba s'acharner elle aussi derrière les panneaux.
Puis l'un des battants s'ouvre enfin et nous laisse enfin prendre une véritable bouffée d'air. Je laisse Emily passer en premier tandis qu'Ebba l'aide à sortir puis je sors à mon tour. Comme par réflexe, tous les trois nous éloignons le plus loin possible de la maison pour nous laisser tomber sur la pelouse tout près du trottoir à l'autre bout afin de pouvoir enfin dire de souffler.

- T'as assuré Ebba, lui fis-je remarquer en guise de remerciement pour nous avoir trouvé cette échappatoire.

On reprend un temps notre souffle mais pour autant, persiste toujours cette lueur d’inquiétude dans nos regards.

- Est-il utile de dire qu'aucun canular ne serait assez perfectionné pour parvenir à faire taire tous les bruits de la nature ou de la ville alentours ... . fis-je remarquer alors que nous nous redressons sans vraiment savoir quoi faire maintenant si ce n'est l'option d'aller frapper à la porte d'un voisin ou de se rendre en direction de la ville. Nous pourrions retourner chacun chez nous mais bizarrement, personne ne formule cette option pour le moment. Est-ce que tout comme moi, les deux miss ont l'impression d'être dans un décor familier et qui parait pourtant à la fois complètement inconnu ? Comme si on avait reconstruit les décors dans un endroit désert où nul souffle de vie ne règne.

- Ton téléphone fonctionne Ebba ? Tu as du réseau là ?



(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Lun 20 Oct - 19:40

Ils étaient passés de la salle de bain au sous-sol par une trappe à linge. Au moins, maintenant, il n'était plus enfermé en haut. C'est l'avantage qu'Emily trouva. Sauf que bon, ils étaient coincés au sous-sol donc ça revenait au même. La blonde avait tenté d'ouvrir une porte qui devait mener dans l'entrer mais ça n'avait pas marché. Ce n'était néanmoins pas ce qui interpella la jeune femme, c'était plus le manque de bruit venait de l'extérieur. Soit, ils verraient ça plus tard. Le principal était quand même déjà de quitter ce sous-sol. Ebba ne tarda pas à aviser une lucarne un peu plus loin et après avoir jeté un coup d'oeil (le temps de leur souligner qu'il n'avait pas un chat dehors), elle passa par la lucarne en question en leur indiquant d'aller un peu plus loin où il y avait une porte qui menait vers l'extérieur.

Emily n'était pas tellement ravie de se retrouver seule avec Samuel là. Quand même. Elle restait toujours convaincue que le jeune homme n'était pas étranger à tout ce qui se passait là. Depuis qu'Ebba lui avait fait part de ses soupçons, la jeune femme n'arrivait pas à se sortir ça de la tête. Surtout qu'il n'avait rien fait pour se défendre correctement. Elle fit néanmoins avec et se dirigea avec la jeune homme dans la direction que la blonde leur avait indiqué et l'aida à dégager le passage qui était plus qu'encombré. Pas étonnant qu'ils n'aient pas pu voir cette sortie de l'intérieur.

Après avoir bataillé un peu (beaucoup), ils réussirent à pousser le battant extérieur et purent enfin respirer l'extérieur. La jeune femme en profita bien, elle avait l'impression d'attendre pour ça depuis des heures en fait. Gosh, elle était soulagée. Et il fallait que ça dure. Elle allait se poser un peu ici avant de rentrer chez elle. Ou de retourner dans la fête, elle avisera alors. « Est-il utile de dire qu'aucun canular ne serait assez perfectionné pour parvenir à faire taire tous les bruits de la nature ou de la ville alentours ... » Oh, oui, dans son soulagement, elle n'avait presque pas remarqué ça. Elle avait oublié ce ce léger détail et elle n'était pas ravie de se le voir rappeler maintenant en fait. « Ton téléphone fonctionne Ebba ? Tu as du réseau là ? » A tout hasard, Emily jeta un coup d'oeil au sien, même si ce n'était pas à elle qu'il avait posé la question. Elle constata juste qu'il était éteint. Mais ça n'était pas nouveau ça, c'était arrivé plus tôt dans la soirée, plus de batterie. Du coup, elle ne serait pas fixée à ce sujet tout de suite. Mais elle n'avait pas besoin de savoir ça en fait, elle savait que tout ça était un canular. « Et qu'est-ce que tu suggères ? » demanda-t-elle au jeune homme. « Encore une fois, tout ceci ne peut qu'être qu'un canular. C'est la seule explication logique, rationnelle et scientifiquement possible. Et je crois beaucoup en la science. » Parce qu'il n'y avait que ça de vrai.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Mer 22 Oct - 0:20

intrigue
Bloody Mary
« T'as assuré Ebba. » Oui, enfin, je n’avais pas fait grand chose, si ce n’est me faufiler au travers d’une lucarne qui m’était facile d’accès. Après, j’avais eu beau tirer comme une folle sur la porte, ce n’était pas mes maigres forces qui lui avait permit de céder, mais plutôt celles des deux autres qui avaient poussé de l’autre côté, me faisant retomber sur les fesses sous l’impact, d’ailleurs. Décidément, je n’était jamais autant tombée qu’aujourd’hui. Mais ce n’était pas ce qui m’inquiétait le plus, et assise dans l’herbe, frottant mes paumes l’une contre l’autre, j’observais tout autour en me demandant comment l’instigateur de cette farce avait pu convaincre tout le voisinage de participer à sa mise en scène. « Est-il utile de dire qu'aucun canular ne serait assez perfectionné pour parvenir à faire taire tous les bruits de la nature ou de la ville alentours ... » Je ne me rendais pas bien compte s’il était aisé ou non d’obtenir ce genre de résultat. Probablement pas, après tout, nous étions toujours à New York, certes dans un coin tranquille, mais New York quand même. J’étais habituée au silence dans ma Sibérie natale, mais justement, je n’y étais plus, dans ma Sibérie, et rien de tout ceci n’avait de sens. Samuel me ramena à la réalité en me demandant si mon téléphone fonctionnait. Je le sortais de mon décolleté, et observait les trois barres de réseau avec satisfaction. Sauf qu’une fois le portable à l’oreille, les tonalités n’en finirent pas. « Et qu'est-ce que tu suggères ? » le questionnait Emily tandis que je m’acharnais sur une communication qui refusait de s’établir. « Encore une fois, tout ceci ne peut qu'être qu'un canular. C'est la seule explication logique, rationnelle et scientifiquement possible. Et je crois beaucoup en la science. » Je venais de raccrocher, en désespoir de cause, lorsque sa remarque me parvint. Et d’une voix hésitante, je tentais : « C’est peut-être de la science qu’on connait pas encore. » Après tout, quelques siècles auparavant, prétendre que la Terre était ronde était vu comme pure sorcellerie. « La science n’explique pas tout, encore. Et il y a à peine un siècle, tu aurais tendu ça à quelqu’un, il aurait paniqué. » j’ajoutais en secouant mon portable. « Ha, et il fonctionne, au fait, sauf que les tonalités sont bizarres et que personne ne décroche jamais. J’ai essayé plusieurs numéros. En vain. » Tellement en vain, que je décidais de ranger le téléphone dans mon soutien-gorge, tout en me redressant sur mes pattes. D’un pas tout aussi hésitant que ma voix, j’avançais vers la porte de la maison afin de l’ouvrir sans prendre le risque d’en quitter le seuil. Non, après toutes les difficultés que nous avions eu à en sortir, je n’allais pas me risquer à y entrer à nouveau. Encore moins alors que l’intérieur était vide et silencieux. Il n’y avait plus trace ni des fêtards, ni de la musique, ni de l’alcool. Et vu d’ici, ça semblait même propre et bien rangé. Lorsque tout ça sera terminé, il faudrait que je pense à demander les coordonnées de leur agence de nettoyage. Efficace et rapide. « Je propose qu’on s’éloigne de ce quartier pour rejoindre le centre. S’il s’agit bien d’un canular, ils n’auront pas pu faire taire Time Square. Et si ça n’en est pas un... » Si ce n’en était pas un, je ne savais pas trop ce que ça pouvait être. Un enlèvement extraterrestre durant le temps que nous étions coincés dans la salle de bain ? Une épidémie foudroyante qui tuait et faisait disparaitre les corps ? Ou alors... « On a peut-être été projeté dans une dimension parallèle. Comme dans Fringe. Le monde ne se définissant pas en tant que couche unique, mais comme une multitude de voiles qui se superposent et parfois se croisent ? » Ca semblait complètement dingue, même moi j’en avais conscience. Mais rien de tout ceci, rien de tout ce qu’on avait sous les yeux ne faisait sens. J’avais au moins le mérite de chercher une explication qui soit à la fois étrange et pseudo-scientifique. « Vous venez ? » je les invitais tout en ouvrant la marche sur le bitume d’une rue désertique. « Imaginez qu’on soit les derniers humains sur Terre... Il va falloir que vous appreniez à vous appréciez tous les deux, si vous voulez pouvoir repeupler tout ça. » Et qu’ils ne comptent pas sur moi pour ce genre de... trucs. Grands Dieux, non !  
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Mer 22 Oct - 15:53


       
Intrigue Bloody Mary

       
RP avec Ebba, Emily & Sam.


Ça fait du bien de se griller une petite clope après tout ce bordel. J'en proposes à Ebba et Emily puis je me cale un instant contre le seuil près de l'entrée pour jeter un coup d’œil avec Ebba à l'intérieur de la maison. Pas la moindre trace de quiconque, ni même de quelconques festivités alors qu'un temps plus tôt, il y avait des confettis, banderoles et décorations d'Halloween, des buffets remplis d'alcool et de bouffe et du bordel dans tous les coins. En somme, pas le genre de bordel qu'on peut nettoyer en une heure, pas même en deux vu l'immensité de la baraque, alors encore moins en à peine une demi heure. On est ainsi tous les trois sur le cul. Ça dépasse tout entendement. Mais nous sommes visiblement trop épuisés tous les trois mentalement pour élaborer des hypothèses à tour de bras.

Bref, le temps de voir ce qu'on va faire et quelle option est la meilleure à envisager, Ebba propose que l'on se rende à Times Square et il est clair que s'il y a un lieu où on est sûr de trouver foule, c'est bien là-bas.

- Bonne idée, allons-y !

Plus on s'éloignera d'ici, mieux ce sera.

« On a peut-être été projeté dans une dimension parallèle. Comme dans Fringe. Le monde ne se définissant pas en tant que couche unique, mais comme une multitude de voiles qui se superposent et parfois se croisent ? »

- Fringe tu dis ? Moi je pense qu'on va certainement se réveiller chacun dans notre lit et qu'on comprendra chacun qu'on a rêvé tout ça et que vous deux les miss, vous n'existez que dans mon imagination. Encore que j'aurais préféré vous imaginer en bikini dans ce foutu cauchemar pour qu'il en ressorte un point positif. Hum désolé, plaisanterie à la con.

J'aime bien balancer des conneries, ça aide à détendre l'atmosphère parfois. Alors qu'on arpente le bitume d’une rue somme toute aussi déserte que la précédente, Ebba semble gênée de cette légère tension entre Emily et moi et nous lance :

« Imaginez qu’on soit les derniers humains sur Terre... Il va falloir que vous appreniez à vous appréciez tous les deux, si vous voulez pouvoir repeupler tout ça. »

- Si c'est pour repeupler avec un tas de cons, pas la peine. arguais-je en tirant sur ma clope.

L'humanité est un désastre à mon sens. Pourquoi repeupler ? Quant à Emily, qu'elle m'adresse la parole ou non m'importe peu. Tout ce que je veux, c'est aller dormir dans ma piaule et non m'attarder dans ce bordel tout droit sorti d'une imagination délirante. En l’occurrence, sans doute de mon esprit ... . Ça craint !



Info hors RP: Ebba, concernant l'idée que j'ai esquissé d'arriver à Times Square et qu'on se rende compte que tous les passant sont des clones de la petite fille vu à la fête, selon si ça le fait ou non dans la continuité du rp, tu me tiendras au courant et à ce moment-là, j'en parlerais dans mon post mais je vous laisse y faire référence comme bon vous semble si l'idée vous plait à toutes les deux via vos prochains posts.
       
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Jeu 23 Oct - 19:49


Ils avaient enfin quitté la cave et Emily en était plus qu'heureuse. Elle était soulagée d'être à l'air libr eenfin et pas coincée encore dans une pièce ou une autre. Le soulagement fut néanmoins de courte durée. En effet, Samuel ne tarda pas à mentionner le manque de bruit autour d'eux ni le fait que c'était désert. Et ça n'avait rien de normal, Emily le savait. Mais comme elle voulait une explication logique et scientifiquement possible, elle persistait dans cette histoire de canular. Ebba parla d'une autre science et de elle ne savait pas trop quoi en fait. Mais elle trouvait que la blonde avait un peu l'air de venir d'une autre planète en fait. Elle suggéra aussi qu'ils aillent sur Times Square parce que aucun canular n'aurait pu être étendu jusque là. « Bonne idée, allons-y ! » Emily hocha la tête, approuvant à son tour cette idée. Ebba était décidément celle qui avait les meilleures idées. Même si, en y réfléchissant bien, la blonde aurait tout aussi bien aimé rentrer chez elle.

Ils ne bougèrent pas vraiment tout de suite. Elle n'avait pas hâte d'aller jusque Times Square en fait. Elle était relativement bien pour le moment sur son bout de pelouse et avait peut-être un peu peur de ce qu'elle découvrirait là-bas. Elle écouta vaguement les deux autres parler d'univers parallèle et Samuel dire qu'il aurait préférait les imaginer en bikini vu qu'apparemment, elles étaient dans son rêve. Mouais. Si on voulait. « Imaginez qu’on soit les derniers humains sur Terre... Il va falloir que vous appreniez à vous appréciez tous les deux, si vous voulez pouvoir repeupler tout ça. » C'est ce que venait de dire Ebba et cette foois, la blonde y avait fait un peu plus attention. Emily eut un petit sourire quand même un peu amusée en entendant la jeune femme dire ça. « Si c'est pour repeupler avec un tas de cons, pas la peine. » « Un tas de cons. Comme toi, tu veux dire ? » demanda-t-elle alors. Elle n'avait pas pu s'empêcher de faire cette remarque, ça avait été plus fort qu'elle. « Enfin je pourrais me sacrifier pour le besoin de l'humanité s'il le fallait.» Elle était parfait comme ça.

Après ça, la jeune femme se releva et décida de mettre en route. « Allez, allons jusqu'à Times Square qu'on en finisse. » Elle serait fixée comme ça même si elle n'était pas certaine que ce soit pour le mieux. Enfin ça, elle le saurait très bientôt maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Ven 24 Oct - 0:35

intrigue
Bloody Mary
« Fringe tu dis ? Moi je pense qu'on va certainement se réveiller chacun dans notre lit et qu'on comprendra chacun qu'on a rêvé tout ça et que vous deux les miss, vous n'existez que dans mon imagination. Encore que j'aurais préféré vous imaginer en bikini dans ce foutu cauchemar pour qu'il en ressorte un point positif. Hum désolé, plaisanterie à la con. » En bikini ? Brrrr... Rien qu’à cette idée, j’en frissonnais. Il faut dire que trainer en guenilles dans la rue fin octobre, n’était pas l’idée du siècle non plus. Je savais que j’aurais du opter pour Jeanne d’Arc ! L’armure m’aurait tenu chaud au moins... Mais Islay n’avait pas aimé l’idée, arguant que ça n’avait rien d’effrayant. Brûlée vive pour sorcellerie avant même son premier orgasme, c’était plutôt terrifiant selon moi. Cela dit, c’était assez incohérent sa théorie. Si on n’existait que dans son imagination, alors comment ferait-on pour se réveiller chacun dans notre lit ? Il aurait fallu qu’il dise qu’il allait se réveiller tout seul, et que nous deux, Emily et moi, nous allions juste... POUF... Disparaitre ! « J’existe. » je lui faisais savoir, tout de même, espérant le rassurer, je crois. Si je n’étais que le fruit de l’imagination de quelqu’un, je n’aurais pas autant de souvenirs, c’était évident. En attendant, j’avais une autre théorie, moi : nous étions les derniers humains sur terre, et il allait falloir repeuplé. Samuel et Emily allaient devoir s’y coller. « Si c'est pour repeupler avec un tas de cons, pas la peine. » Pourquoi il disait ça ? « Un tas de cons. Comme toi, tu veux dire ? » Pourquoi elle disait ça ? « Enfin je pourrais me sacrifier pour le besoin de l'humanité s'il le fallait. » hum ? Je les observais sans rien dire. C’était le début d’une romance, là, ou je ne m’y connaissais pas. « Vous êtes déjà fou l’un de l’autre. » j’affirmais dans un sourire rayonnant, oubliant totalement le reste, les rues désertes, les miroirs qui explosent et les portes qui se referment. Cela dit, je gardais en tête mes doutes concernant le chevelu. J’avais beau douter de plus en plus de la théorie de l’arnaque, l’option me restait à l’esprit. Emily finit par se lever, nous invitant à nous diriger vers Times Square. Pas la porte à côté, quoi. Peut-être qu’on pourrait prendre le métro ? Oui mais non... Si nous étions bien les derniers humains sur terre, il n’y aurait pas de conducteur pour diriger la rame. Et c’était vraiment le sentiment que j’avais, en progressant dans les rues : personne. Absolument personne. Tellement personne que je profitais de la porte ouverte d’un magasin de vêtements pour aller récupérer un long manteau gris chiné que je jetais par dessus ma robe de mariée ensanglantée. En échange, je laissais mon numéro de téléphone sur le tiroir caisse, si jamais... Si jamais quoi ? Si jamais les gens revenaient ? On avait beau progresser, il n’y avait pas âme qui vive, à part un cheval qui traversa à un carrefour sous nos regards perplexes. « C’est peut-être ça l’explication, finalement. Réchauffement climatique, couche d’ozone au plus mal, fonte des glaces, espèces en voie d’extinction... L’Homme détruit la Terre, la Terre se venge et détruit l’Homme... Ne reste plus que les animaux et nous... Et pour ce dernier point, je n’ai pas d’explication. » Je ne savais pas pour eux, mais moi je n’avais rien d’exceptionnel, pas de quoi être épargnée par la fin du monde. « Ou alors, un virus a frappé tout le monde durant le temps où nous étions dans la salle de bain, et vont tous revenir sous forme de zombies pour nous manger. » je proposais, encore, tout en attrapant les rênes du cheval. « Faudra que tu nous protèges, Samuel. T’as une tête à savoir quoi faire en cas d’attaque de zombies. » Plus qu’Emily et moi, en tous cas. Une Emily à qui je tendais le bras et la main après être montée sur mon destrier, afin qu’elle se joigne à moi. Samuel, il pouvait marcher. Il nous restait encore à peu près quatre ou cinq kilomètres à parcourir. Heureusement qu’on avait Poutine... Oui, j’avais décidé de nommer notre copain équidé, Poutine. Vlad, pour les intimes.
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily Ven 24 Oct - 9:51




Intrigue Bloody Mary


RP avec Ebba, Emily & Sam.


Ebba échafaude tout un tas de théories tandis que nous sommes en chemin. Ça me parait déjà interminable vu le nombre de kilomètres entre ici et Times Square. La fatigue se fait de plus en plus sentir et les piques d'Emily comme les interrogations d'Ebba glissent sur moi sans que je ne réplique quoi que ce soit. A quoi bon élaborer diverses théories qui ne trouveront aucunes réponses pour le moment ?
D'autant plus lorsque les évènements prennent une nouvelle tournure bizarre alors que nous croisons un cheval au détour d'un carrefour. Un putain de canasson qui n'a rien à foutre là !
Et tandis qu'Ebba choppe les rênes de l'animal, elle argue face à sa théorie des morts-vivants.

« Faudra que tu nous protèges, Samuel. T’as une tête à savoir quoi faire en cas d’attaque de zombies. »

- Tu trouves ? m'amusais-je de sa remarque avant d'ajouter. J'ai surtout une tête de type fatigué.

D'autant plus fatigué au vu des derniers kilomètres qui nous séparent de Times Square. Toutefois nous finissons par y arriver. Les deux miss elles, n'en chient pas trop à dos de cheval.
Times Square est illuminé et il y a foule. Toutefois plus on se rapproche et plus tous les trois sommes ... il n'y a pas de mot pour décrire cette impression et ce que nous nous efforçons alors de comprendre. Il y a du monde mais la foule semble défiler partout autour de nous à si vive allure que l'on ne perçoit que des visages et des silhouettes flou. C’est comme si le temps s'était arrêté pour nous et qu'autour de nous, le monde soit passé en mode avance rapide. On se regarde tous les trois l'air perdus. Puis tout-à-coup, tout s'arrête. Les silhouettes sont immobiles, de moins en moins flou. Puis notre attention est attirée par les écrans géants sur les immeubles qui affichent soudain tous la même image. La petite fille aperçue dans la salle de bain. Sur les écrans, et sur chaque visage de cette foule qui nous dévisage désormais d'un air inquiétant. Ils sont tous elle.

Le cheval se cabre alors que la foule se précipite en un cercle concentrique vers nous et fait tomber Ebba et Emily, et nous avons alors tout juste le temps de prendre la fuite en suivant le cheval qui fend le foule sur son passage. Cette foule improbable qui nous oppresse d'une angoisse profonde. On cours droit devant, toujours plus vite et pourtant c’est comme si nous n'avancions pas. Tout autour de nous, il y a une infinité de silhouette qui la représente elle. Et ils fondent bientôt sur nous alors que tout semble s'obscurcir d'un coup.

L'obscurité, le silence ... la peur ... l'incompréhension. Puis la lumière. Douce lumière qui vient me réveiller alors que je suis à demi étendu sur le sol carrelé d'une salle de bain spacieuse. A côté de moi, se trouvent deux jeunes femmes. Deux jolies blondes que je ne connais pas mais qu'il me semble avoir croisé tout-à-l'heure au milieu de la fête. On se regarde tous les trois.

- Qu'est-ce qu'on fout là ?

Aucune d'elles ne saurait le dire. Nous sommes trois inconnus et visiblement, aucun de nous ne sommes capables de dire comment on s’est retrouvés là. Nous quittons alors la salle de bain pour regagner le cœur de la fête qui bat son plein sans nous poser plus de questions mais envisageant tout de même de questionner les personnes qu'on connait ou les amis qui nous ont accompagné. Nous a-t-on drogués ou jouer un tour ? Pourquoi je ne me rappelle de rien ni du comment j'aurais pu atterrir là ? J’ai néanmoins cette drôle d'impression qui me fait songer que je ne trouverais jamais les réponses.

Aussi, une fois rejoint mon ami et avoir posé quelques questions autour de moi, nous finissons par quitter cette fête dans laquelle nous nous sommes incrustés pour poursuivre la soirée tranquillement chez moi. Je me rappelle simplement être monté à l'étage. J'ai du tourner de l’œil ou un truc dans le genre et me poser dans cette salle de bain. C’est tout ce que je peux concevoir. Et peut-être que les deux autres filles se sentaient mal après avoir bu je ne sais quel foutue boisson, pour peu qu'on y aurait glissé quelque chose de louche et auraient été amenés dans cette pièce aussi. Mouais, de toute façon, peu importe. Ça ne serait pas la première fois que je serais assez cuité pour ne pas comprendre comment je me suis retrouvé dans telle ou telle autre situation. Sauf qu'en général, c’est dans le pieu d'une jolie fille que je me réveille le plus souvent dans ce genre de cas.


(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily

Revenir en haut Aller en bas

Bloody Mary - Samuel - Ebba - Emily

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-