It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

Ebba & Minnie - danse avec les starbucks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Ebba & Minnie - danse avec les starbucks Mar 16 Sep - 22:57

Ebba + Minnie
Danse avec les Starbucks
C’était la tradition. La veille de son passage et donc de sa potentielle nomination, le rat devait offrir le café. En soi, rien de bien méchant, sauf lorsqu’on prend conscience qu’un corps de ballet c’est minimum une trentaine de personne. J’étais censée y passer ce matin, mais mon adorable bestiole ayant décidé qu’il s’agissait du jour idéal pour tenter une fugue dans les rues de Soho, j’avais du lui courir après durant une bonne heure, avant d’enfin l’attraper et me résoudre à l’emmener avec moi au studio pour ne pas me mettre plus en retard. Un chiot dans le sac à main, les cheveux en vrac et légèrement essoufflée, j’arrivais dans une salle de répétition où on n’attendait plus que moi. Alors, évidemment, ils n’allaient pas me faire de cadeau de ces cafés que je leur devais. À la pause, trois heures plus tard, on ne me parlait plus que de ça, de mon retard et de la tradition que je bafouais allègrement. Nous n’avions qu’une demie heure de relâche, et pourtant ils insistaient pour que je m’y rende maintenant, en vitesse, commander et rapporter une dizaine cafés -heureusement il ne s’agissait pas d’une répétition avec l’ensemble du corps-, afin qu’ils aient le temps de les savourer avant la reprise. Pas le temps de me changer, j’étais déjà plus que juste. J’enfilais simplement des sur-chaussons par-dessus mes pointes, et un gilet par-dessus mon justaucorps, et ce fut en jupon de tulle et chignon haut que je me précipitais vers le Starbucks le plus proche. Au milieu de tout ces traders, ces avocats, ces hommes et ces femmes en noir des pieds à la tête et à l’air peu affable, je détonais totalement, ce qui ne faisait qu’accroître mon malaise. J’aimais l’invisibilité, j’aimais me fondre de la masse, sauf qu’en tutu dans une file d’attente, un chiot dont la tête dépassais du sac à main, je n’avais pas ce luxe. Encore moins alors que je me dandinais d’un pied sur l’autre en observant, nerveuse, le nombre de clients me précédant. J’allais jamais arriver au comptoir dans les temps... Yoshi-le-chien semblait du même avis que moi, et dans une vaine tentative de survie, entreprit de ronger l'hanse de mon sac afin de se libérer et de ne pas mourir ici, à attendre. « Maaaaaman ! Regarde, y a une fée !! » tonna une enfant en me pointant d’un index que sa mère lui fit ranger aussitôt. Visiblement, pour cette dernière, j’étais une folle, pas une fée, et je rabaissais cette main que j’avais levé en un salut, dans une grimace désolée. Et maintenant, tous les regards convergeaient sur moi. J’aurais voulu pouvoir me cacher, mais j’avais déjà du mal à ne pas cogner tout le monde avec les rebords de mon tutu. « Pardon... » je murmurais à l’attention de l’homme devant moi, dont je ne cessais d’heurter l’arrière-train. « C’est pas moi, c’est lui. » je tentais de me justifier en désignant l’excroissance de tulle qui me scindait la taille. Devant son air perplexe, je m’armais de ma moue la plus attendrissante, jusqu’au grognement qui le fit se retourner à nouveau vers moi. « C’est pas moi, c’est lui. » je répétais, cette fois en désignant mon chien du doigt. Il avait pas l’air super content, le monsieur. Est-ce que ça valait quand même le coup de lui demander s’il pouvait me laisser passer devant lui ? Probablement pas.     
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ebba & Minnie - danse avec les starbucks Sam 20 Sep - 10:07

Minnie s'amusait à retenir sa respiration le plus longtemps possible. Pourquoi ? Parce qu'il y avait tellement de monde... Un vrai océan plein de poissons aux formes et aux couleurs différentes. Cette explication ne suffisait peut-être pas au commun des mortels pour justifier le jeu de la jeune fille mais avec un peu d'imagination on pouvait s'imaginer sous l'eau. Elle prenait garde à surveiller les alentours, prête à se cacher si un requin surgissait. Elle savait qu'ils n'étaient pas tous vraiment méchants. Les requins dans Nemo n'étaient pas si terribles. Mais ils étaient imprévisibles et la jeune fille préférait être sur ses gardes. Elle gonflait ses joues à chaque fois qu'elle retenait sa respiration et quelqu'un la regarda avec un drôle d'air. Elle essaya de lui sourire tout en ayant les joues gonflées mais la tâche se révéla plutôt difficile et elle relâcha tout son air. Et la personne détourna vite le regard – c'était visiblement un petit poisson peureux. Son attention se porta ensuite sur un poisson un peu plus étrange. C'était une jeune femme avec un tutu. Elle avait apparemment un peu de mal à trouver sa place dans cet océan. Elle pensa à Fantasia mais la jeune fille n'avait rien d'un hippopotame. Au contraire. Elle était toute jolie dans sa tenue ce qui n'empêchait pas pourtant à un monsieur de la regarder d'un air énervé. Un requin, c'était évident. « C’est pas moi, c’est lui. » Minnie baissa les yeux sur le petit chien dans son sac et sourit. Mais le requin ne souriait toujours pas. Un requin sans cœur sans doute. Minnie se pencha alors vers la blonde pour la prévenir à voix basse : « C'est un requin il ne faut pas faire attention. » Il ne serait jamais satisfait. Le mieux était donc de l'ignorer jusqu'à ce qu'il se trouve une nouvelle proie. Elle se redressa pour ensuite parler sur un ton normal, montrant du doigt le tutu de la jeune fille : « Il est joli... Il s'appelle comment ? » Elle ne parlait déjà plus du tutu mais du petit chien. Minnie elle-même avait parfois du mal à suivre le cours de sa pensée. Minnie pensa à Poucelina, le chien qu'elle avait offert à Kovu. Elle aurait pu l'amener avec elle mais elle dormait si paisiblement sur le canapé qu'elle n'avait pas osé faire de bruit pour la réveiller. Elle avait juste eu une envie de chocolat et avait décidé de faire un petit arrêt à Starbuck avant d'aller au cirque. Elle n'aurait pas imaginé une telle foule possible. Mais ce n'était pas si surprenant dans une ville comme New York. Tout ce remue-ménage pour un simple verre de café... Ou un chocolat et du cheese-cake pour Minnie.







Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ebba & Minnie - danse avec les starbucks Sam 20 Sep - 23:42

Ebba + Minnie
Danse avec les Starbucks
« C'est un requin il ne faut pas faire attention. » Quoi ? Qui me parle ? Renonçant à ma première idée m’affirmant qu’il s’agissait de mon chien, je réalisais rapidement que la petite voix appartenait à la petite demoiselle derrière moi. Lui jetant un coup d’oeil, j’échangeais avec elle un regard conspirateur, avant de me retourner vers le requin en question. Peut-être avais-je mal compris, ça m’arrivait souvent, mais il me semblait qu’elle avait bien dit requin. « Vous le connaissez ? » je demandais, quand même, histoire de me faire, discrètement, une idée plus précise de ce qu’elle entendait par-là. Probablement qu’il ne s’agissait que d’une expression désignant un avocat véreux, ou un homme d’affaire mal intentionné, une expression que je ne connaissais pas encore. Ou alors... Oh mon Dieu ! « Il fait partie d’un gang ? » J’avais vu ça dans NY : unité spéciale. D’ordinaire ils étaient tatoués de partout et portaient des bandanas, mais peut-être était-ce un nouveau style, le gang des traders de Manhattan ? « Est-ce que je risque quelque chose ? » j’ajoutais, toujours à voix basse, légèrement inquiète à l’idée qu’il puisse s’en prendre à un membre de ma famille parce que je l’avais contrarié avec mon tutu. Un tutu que la jeune femme observait, à présent. « Il est joli... Il s'appelle comment ? » demanda-t-elle en le pointant du doigt. « Herbert. » je répondais en lissant les pans autour de ma taille, un sourire ravi aux lèvres. Je l’aimais beaucoup, celui-là. Bien plus que Gustave qui s’avérait trop court à mon goût, comme si je n’avais rien de plus qu’un nuage autour de la taille, et fesses et jambes apparentes. Herbert était plus long, Dieu merci, si bien que je n’avais pas complètement l’impression de me promener nue dans les rues de Manhattan. Sauf qu’en relevant le nez, je réalisais qu’elle ne regardait plus mon tutu, mais mon chien. « Oh, lui ? » Evidemment, lui ! Suis-je bête ! Qui donc irait s’interroger sur le prénom du Tutu ? Et qui irait donner un prénom à son tutu à part moi ? « Lui, c’est Yoshi-le-chien, à ne pas confondre avec Yoshi-l’humain. Ils ont les mêmes yeux, mais mon chien est plus souple. » Incroyablement plus souple, même, y avait qu’à le voir se lécher les parties privées pour s’en rendre compte. Cela dit, je n’avais jamais demandé à Yoshi-l’humain de faire pareil pour vérifier. Il allait falloir. « Et moi c’est Ebba ! » j’ajoutais en lui offrant ma main. « Je ne suis pas une fée. » je précisais, histoire de mettre les choses au clair dès le début. « Eventuellement un oiseau, et parfois un chat, mais pas une fée. » Je rêvais d’être un oiseau pour voler toujours plus haut, mais ma soeur disait de moi que je ressemblais à un chat, alors peut-être que j’étais une sorte de... « Sphinx. Un gros chat avec des ailes, c’est un sphinx, non ? » Ou alors, c’était un lion ? Je ne savais plus. « Et toi ? » je demandais alors, afin de connaître son prénom, passant du ‘vous’ au ‘tu’ en réalisant qu’elle avait définitivement un air à ‘tu’.     
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ebba & Minnie - danse avec les starbucks Dim 26 Oct - 11:59

« Vous le connaissez ? » Elle ne connaissait pas vraiment de requins. Elle en croisait souvent mais elle ne pouvait pas dire qu'elle avait tenté de faire plus ample connaissance. Elle dévisagea le monsieur-requin pendant quelques secondes, histoire d'être sûr qu'elle ne le connaissait pas avant de dire « Non. » Il y avait trop de poissons dans le monde pour tous les connaître. « Il fait partie d’un gang ? » Minnie haussa les épaules cette fois-ci, pas vraiment experte en la matière. Elle avait vu un reportage un jour sur les requins. « Peut-être... Je crois que les requins aiment être en bande. » Mais ils partaient souvent à la chasse tout seul. Et celui-là semblait être seul mais on ne pouvait pas vraiment être sûr avec le monde qu'il y avait dans la boutique. « Est-ce que je risque quelque chose ? » Minnie se tourna vers la jeune fille et remarqua son air inquiet. « Non je ne pense pas. Il vient pour se nourrir ici. Il doit préférer les pâtisseries à la chair fraîche. » Sinon il aurait déjà fait un carnage. L'attention de Minnie se porta ensuite sur le tutu de la jeune fille, qu'elle trouvait très joli. La seconde d'après elle avait déjà changé de sujet en demandant le prénom du petit chien qu'elle avait dans son sac. « Herbert. » Minnie observa la jeune fille lisser fièrement son tutu puis regarda le chien en se disant que c'était mignon comme prénom. « Oh, lui ? » Minnie échappa un petit rire. « Moi je donne des prénoms à mes peluches. » Ce qui n'était pas bizarre quand on avait 5 ans, mais quand on en avait presque 23, peut-être un peu plus. « Lui, c’est Yoshi-le-chien, à ne pas confondre avec Yoshi-l’humain. Ils ont les mêmes yeux, mais mon chien est plus souple. » Elle pouvait comprendre. Elle avait aussi Lloyd la peluche à ne pas confondre avec Lloyd l'humain. L'un était une licorne, l'autre était un géant. « Et moi c’est Ebba ! Je ne suis pas une fée. » Minnie serra la main de la jeune femme. « Enchantée, même si tu n'es pas une fée. » Elle rêvait d'en rencontrer une mais elle n'avait pas encore eu cette chance. « Eventuellement un oiseau, et parfois un chat, mais pas une fée. Sphinx. Un gros chat avec des ailes, c’est un sphinx, non ? » Elle réfléchit un instant, essayant de se rappeler si elle avait déjà vu un sphinx. « Je crois bien. Ou bien c'est un Oiseau-chat. Mais je ne sais pas si ça existe. » Une nouvelle fois, elle n'était pas sûre d'en avoir déjà croisé. « Et toi ? » Minnie sourit à la jeune femme avant de répondre : « Moi c'est Minnie. Je ne suis pas une souris. » Elle avait assez souvent eu la blague pour faire la précision elle aussi. « Juste un clown. Mais j'aimerais bien pouvoir voler moi aussi... » Elle se pencha ensuite pour demander à voix basse : « Si tu sais où trouver de la poussières de fées, je suis intéressée. » On ne sait jamais peut-être que Ebba-qui-n'était-pas-une-fée-mais-un-mélange-d'oiseau-et-de-chat-qui-était-peut-être-un-sphinx-ou-pas, savait où en trouver.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ebba & Minnie - danse avec les starbucks Dim 26 Oct - 15:32

Ebba + Minnie
Danse avec les Starbucks
Est-ce qu’elle le connaissait ? « Non. » Dans ce cas, comment savait-elle qu’il faisait partie du gang des requins traders de Manhattan ? Est-ce qu’elle reconnaissait les indices visuels de ce gang ? « Peut-être... Je crois que les requins aiment être en bande. » Je ne voyais pas trop le rapport, essentiellement parce qu’il était seul, lui, mais j’hochais la tête tout de même, par habitude, afin de ne pas laisser voir à mon interlocuteur que j’étais complètement perdue, et qu’il ou elle en déduise que j’étais limitée. C’était pas le cas. Certes, je ne comprenais pas toujours tout, mais beaucoup ne me comprenaient pas non plus, donc... Ça s’équilibrait un peu, non ? Donc, nous avions affaire à un requin solitaire. Est-ce que ça le rendait moins dangereux, ou au contraire, plus dangereux encore ? Est-ce que je risquais quelque chose ? Est-ce que nous risquions quelque chose ? « Non je ne pense pas. Il vient pour se nourrir ici. Il doit préférer les pâtisseries à la chair fraîche. » Parce qu’ils étaient cannibales, en plus, les membres de ce gang ? « Ce qui est bien meilleur, selon moi. » je donnais mon avis, tout de même, trouvant que rien ne pouvait égaler une bonne pâtisserie, et surtout pas un corps humain. « Mais est-ce qu’il ne risque pas de se faire rejeter par les autres, à cause de son alimentation déviante ? » je me renseignais, soudain un peu triste pour ce pauvre petit requin que je visualisais se faire malmener, tel un paria, par les autres requins plus forts, plus grands, plus méchants. C’était jamais simple d’être différent, et j’en savais quelque chose... J’aurais pu rester ainsi, des heures durant, aux confins de mon empathie, si la jeune femme n’avait pas eu la bonne idée d’entrainer mon esprit vers un autre sujet : mon tutu. Enfin, mon chien, mais l’espace d’un instant j’avais cru qu’il s’agissait de mon Herbert. « Moi je donne des prénoms à mes peluches. » Oui, d’accord, sauf qu’on parlait de mon chien, là, du coup. Donc... « Il est pas faux, il est vrai. » j’affirmais en ondulant mon index au-dessus de la truffe de Yoyo pour l’obliger à mordiller dans le vide et prouver à la jeune femme qu’il était vivant. Bon, peut-être qu’elle évoquait le fait que j’avais donné un nom à mon tutu, mais puisque j’étais déjà passé à autre chose, j’avais du mal à faire le lien avec l’historique de conversation. Après quoi, je me présentais, trouvant utile de préciser que je n’étais pas une fée.  « Enchantée, même si tu n'es pas une fée. » Mais j’étais peut-être un oiseau, parfois un chat, ou éventuellement un sphinx, du coup. « Je crois bien. Ou bien c'est un Oiseau-chat. Mais je ne sais pas si ça existe. » « Un Choiseau. » j’avançais en hochant de la tête avec sérieux. « Moi c'est Minnie. Je ne suis pas une souris. » Heureusement ! Vu que j’étais à moitié chat, je m’en serais voulu de devoir la poursuivre en sortant les griffes. À moins que je ne décide de lutter contre ma nature et changer d’alimentation comme le gentil requin végétarien ? « Juste un clown. Mais j'aimerais bien pouvoir voler moi aussi... » Un clown ? Un vrai de vrai ? Avec perruque, nez rouge et chaussures XXL ? J’en avais vu que dans les films, jamais en vrai. Est-ce qu’ils étaient tous aussi menus et choupi qu’elle, sous leur costume ? C’était tellement... inattendu. Pas décevant, juste surprenant. Magique, en fait. « Si tu sais où trouver de la poussière de fées, je suis intéressée. » De la quoi ? Est-ce qu’il s’agissait d’une sorte de drogue sous forme de poudre qui donnait la sensation de voler ? Bien sûr, je connaissais Peter Pan, mais j’avais, également, lu, plein de choses terrifiantes sur NY et ses dangers, et je savais que tout plein de jolis noms cachaient en réalité des choses moins belles. Comme Chlamydia, par exemple. Un jour, on m’avait proposé du MDMA, sauf qu’il ne s’agissait pas du dernier album de Madonna. J’avais été enthousiasmée, puis surprise, et finalement terrifiée, pendant des jours, après avoir jeter le tout dans les toilettes et m’être imaginée, après coup, avoir probablement contaminé une nappe phréatique, ou quelque chose comme ça. « Tu n’as pas besoin de drogue pour voler. Je peux même te montrer, si tu veux. » je lui proposais en déposant une main compatissante sur son épaule, avant que la file ne se remette à avancer, et que le requin puisse passer commande. Un requin sur qui je reportais ma main compatissante après qu’il eut payé. « Vous ne devez pas vous laisser abattre. Vos choix alimentaires n’appartiennent qu’à vous, et personne ne devrait pouvoir vous juger dessus. Vous êtes un bon requin, n’en doutez plus. Soyez fort. » je lui affirmais dans un discours débordant de remotivation. J’affichais même un grand sourire. Pas lui. Bizarrement. Bon, certes, je ne m’attendais pas à des larmes et de grandes effusions, mais un petit hochement de tête ou l’ébauche d’un sourire ? Non ? Tant pis. De toute manière c’était mon tour, et je commandais une dizaine de café, plus un donuts pour mon chien. Ce qui ne me rendait pas encore plus bizarre du tout, c’est bien.     
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ebba & Minnie - danse avec les starbucks Dim 9 Nov - 11:03

Il était difficile de juger si le requin en face d'elles était vraiment dangereux. Peut-être qu'il cachait des crocs d'aciers. Peut-être qu'il avait une arme secrète. Mais à part des nageoires, Minnie avait du mal à imaginer quoique ce soit d'autres. Et ce n'était pas vraiment dangereux. Mais sa présence dans le Starbuck signifiait au moins qu'il n'était pas carnivore. « Ce qui est bien meilleur, selon moi. » Minnie approuva d'un hochement de tête. Difficile de résister au choix de pâtisserie que proposait Starbuck. « Mais est-ce qu’il ne risque pas de se faire rejeter par les autres, à cause de son alimentation déviante ? » Elle n'y avait pas pensé. Les sourcils de la jeune fille se froncèrent, soudain inquiète pour le requin. « Peut-être qu'il n'est pas le seul ? » On croisait tellement de mondes à New York, peut-être que le requin avait trouvé des compagnons comme lui. Elle n'avait pas envie de l'imaginer seul, dans son nid (est ce que les requins avaient des nids ?), à manger ses pâtisseries pendant que les autres se moquaient de lui. La blonde lui présenta par la suite son chien, et son tutu. Minnie confia qu'elle donnait aussi des prénoms à ses peluches. « Il est pas faux, il est vrai. » Elle n'était pas sûre de comprendre. « Elles ne sont pas fausses. » C'était des vrais peluches, Disney pour la plupart. En coton et tout ça. Il ne lui semblait pas qu'elles soient fausses. A quoi ressemblait une fausse peluche ? Est ce que ça voulait dire qu'elles étaient éveillées comme dans Toy Story et qu'elles prétendaient être des peluches ? « Enfin... Je ne sais pas vraiment si elles se réveillent pendant la nuit. Ajouta-t-elle du coup d'un air songeur. » Elle ne pourrait sûrement jamais le savoir. Mais le mystère ne la dérangeait pas. Ebba, qui s'était ensuite présentée, confia être un mélange d'oiseau et de chat. Minnie ne savait pas la combinaison possible mais son esprit restait ouvert à toute possibilité. « Un Choiseau. » Ça sonnait bien. C'est que ça devait bien exister. Minnie se présenta à son tour et conclut qu'elle aussi aimerait bien voler. Elle pensait depuis le début qu'il fallait de la poussières de fées. Même si Peter Pan, lui, était assez doué pour voler sans.  « Tu n’as pas besoin de drogue pour voler. Je peux même te montrer, si tu veux. » Elle fronça les sourcils une seconde, n'ayant pas compris le rapport avec la drogue, mais la fin de la phrase de la jeune fille détourna son attention. « C'est vrai ? » Un sourire enthousiaste égaya aussitôt son visage. « J'ai essayé pendant longtemps... Mais je finis toujours par retrouver le sol. » Elle ne sautait jamais de bien haut. Elle avait essayé le trapèze. Les cordes. Le trampoline. Mais ce n'était toujours qu'une impression de voler, elle savait qu'elle ne volait pas réellement. La queue avançait et le requin devant elles, venait de passer commande. « Vous ne devez pas vous laisser abattre. Vos choix alimentaires n’appartiennent qu’à vous, et personne ne devrait pouvoir vous juger dessus. Vous êtes un bon requin, n’en doutez plus. Soyez fort. » Minnie hocha vigoureusement de la tête pour approuver ce qu'elle avait dit et ajouta : « Hakuna Matata. » Pour lui souhaiter bon courage dans la vie. Ebba passa ensuite commande et les yeux de Minnie s'arrondirent. « Waow. Tu as vraiment soif. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ebba & Minnie - danse avec les starbucks Dim 9 Nov - 17:55

Ebba + Minnie
Danse avec les Starbucks
« Peut-être qu'il n'est pas le seul ? » Pas seul ? Ici ? Je regardais autour de moi, cherchant d’autres requins tapis dans l’ombre, mais... Ça ressemblait à quoi, objectivement, un requin ? Devaient-ils avoir le même style trader que notre requin-végétarien ? À moins qu’elle n’évoque un tout autre type de ‘pas seul’ ? Pas seul dans sa tête ? Ou alors, il était suivi... Il avait des followers ? Comme sur Twitter ? Ou alors façon secte. Toute une tribu de végétariens ? « A part dans Twilight, en général ça ne se finit pas bien pour eux... » je soupirais en secouant la tête de frustration. Parce que c’était dommage quand même ! Pour une fois qu’un requin prenait une bonne décision, il fallait qu’il se retrouve exclu à cause de cette même décision. Et il aurait beau avoir plein de followers et de retweet, ça ne changerait rien, il serait toujours la minorité oppressée par la majorité. « C’est comme pour les afro-américains, l’Histoire se répète. » avec des requins, cette fois. « On est peut-être en face du Martin Luther King des requins, et on le sait même pas. » Un jour, ils en parleraient surement dans les bouquins d’école, mais le phénomène n’était pas assez répandu, pour l’instant. D’ailleurs, moi-même, je serais demeurée dans l’ignorance si cette fille ne venait pas de tout m’expliquer. Bon, ok, elle n’avait pas l’air super équilibrée, du moins c’est la conclusion que je tirais après qu’elle ait pris mon chien pour une peluche. Il était vrai, mon chien, contrairement à ses peluches. « Elles ne sont pas fausses. » Comment ça ? C’était pas des peluches qu’elle possédait ? « Enfin... Je ne sais pas vraiment si elles se réveillent pendant la nuit.  » Je n’étais plus très sûre de bien comprendre. Ou alors c’était elle qui ne me comprenait pas ? « Si elles se réveillent pas la nuit, elles sont fausses. » j’expliquais, dans le doute, afin de m’assurer qu’on utilisait bien les mêmes termes pour qualifier les mêmes choses. « Mais si elles se réveillent, alors elles sont vraies, et tu devrais probablement contacter un zoo... Ou l’héritier Disney. » est-ce que Walt avait eu des enfants, d’ailleurs ? Peu importe. Après avoir décidé que j’étais un choiseau, je lui affirmais que je pouvais lui montrer comment voler. Lui apprendre, pas sûr, mais lui montrer oui, et sans utilisation de drogue au préalable en plus. « C'est vrai ? » Oui, oui, tout ce qu’il y a de plus vrai. J’hochais la tête en répondant à son sourire.« J'ai essayé pendant longtemps... Mais je finis toujours par retrouver le sol. » Ha ça... « On finit toujours par retrouver le sol, c’est normal, on n’a pas d’ailes. » Bah oui, c’était logique, finalement. On aurait des ailes, ce serait bien différent, mais en attendant, on faisait ce qu’on pouvait avec ce qu’on avait. « Faut juste faire en sorte de toucher le moins souvent possible le sol, et si tu t’y prends bien, ça peut devenir presque imperceptible, et tu voles longtemps. » C’est ainsi que j’étais devenue une voltigeuse, aussi légère qu’une plume, seule la pointe de mes pieds frôlait le sol, créant l’illusion pour le public que j’étais dans les airs en permanence. J’allais lui apprendre. Enfin, si elle voulait, et après avoir passé commande. La file venait de se dégager, et j’en profitais pour distribuer quelques mots d’encouragement à notre requin végétarien. « Hakuna Matata. » Whaaaao ! Elle parlait Disney ? Suis-je bête, elle s’appelait Minnie, en même temps. « Supercalifragilistiquespialidoucious. » j’ajoutais à mon tour en levant deux doigts pour former le ‘V’ de victoire. Sait-on jamais, l’encourager dans plusieurs langues-magiques pouvait avoir son utilité. En attendant, je passais commande, c’était mon tour. Une commande groupée, évidemment, que j’allais avoir toutes les peines du monde à transporter. « Waow. Tu as vraiment soif. » « Non, pas vraiment. » Pourquoi elle disait ça ? Pas le temps, de lui poser la question, que le serveur me demandait mon nom. « Vassilissa Ebba Bassyrov Alinovitch. Deux ‘s’, deux ‘s’, deux ‘b’, deux ‘s’, ‘tch’ à la fin. » je répondais docilement. « Vous en avez besoin pour quoi ? » je demandais tout de même, tandis que l’homme s’éloignait en levant les yeux au ciel. Drôle de manières. « Tu voudras venir avec moi après ta commande ? Je retourne voler, et j’aurais bien besoin d’un coup de main pour porter tout ça. » je proposais à Minnie en tournant le dos au comptoir. Deux petites minutes plus tard, le serveur me tendait ma commande dans deux sacs distincts. « Pourquoi y a marqué ‘Rain man’ sur les gobelets ? » j’interrogeais la jeune femme en observant l’un d’eux... Rain Man. Pluie Homme. L’homme de pluie ? L’homme qui fait la pluie ? « Oh, j’y suis... Ça doit être mon nom indien. » Oui, au moins, oui.
   
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ebba & Minnie - danse avec les starbucks Ven 28 Nov - 10:04

« A part dans Twilight, en général ça ne se finit pas bien pour eux... » Il y avait des requins dans Twilight ? Elle ne s'en rappelait pas. Mais il y avait tellement de choses bizarres dans ces films que ça ne l'étonnerait pas. Sûrement un requin loup-garou... Un requin poilu. Elle n'en avait jamais vu mais ça devait sûrement être amusant à voir. « C’est comme pour les afro-américains, l’Histoire se répète. » Elle était triste pour le requin maintenant. Rejeté par les siens juste parce qu'il était différent. Peut-être que c'est pour ça qu'il était aussi froid avec le monde extérieur. Il avait tellement été blessé que maintenant il se protégeait pour ne pas montrer qu'il avait souffert. « On est peut-être en face du Martin Luther King des requins, et on le sait même pas. » Minnie le regarda avec compassion avant de prendre un air plus déterminé. Il ne fallait pas s'apitoyer sur son sort, ça ne l'aiderait pas. Il allait s'en sortir. « Un jour il sera reconnu pour ce qu'il fait. » Il fallait avoir de l'espoir. Minnie en avait aussi. Pour toutes sortes de choses. Voir un jour les nuages se transformer en chantilly, trouver derrière la porte d'une armoire un monde magique, ou encore découvrir que ses peluches se réveillaient la nuit, entre autres choses... « Si elles se réveillent pas la nuit, elles sont fausses. » Comment savoir ? Elle dormait la plupart du temps la nuit. « Mais si elles se réveillent, alors elles sont vraies, et tu devrais probablement contacter un zoo... Ou l’héritier Disney. » Minnie haussa les épaules d'un air un peu embarrassé. « Je ne sais pas si elles sont vraies ou non... Mais je crois que je préfère garder le mystère. » Elle avait peur d'être déçue si jamais elle apprenait qu'elles n'étaient que de simples peluches. Elle préféraient s'imaginer qu'elles avaient une vie bien à elles et profitaient du monde à leur façon. Minnie profitait aussi, mais si ça avait été possible, elle aurait aimé pouvoir voler, pour voir le monde sous un œil encore différent – certes sa vision était déjà bien différente de la plupart des gens. Alors elle demanda tout naturellement à la jeune femme si elle connaissait un moyen d'y arriver. Peut-être que le hasard un jour lui permettrait de rencontrer quelqu'un qui y arrivait et ce jour semblait être aujourd'hui ! « On finit toujours par retrouver le sol, c’est normal, on n’a pas d’ailes. Faut juste faire en sorte de toucher le moins souvent possible le sol, et si tu t’y prends bien, ça peut devenir presque imperceptible, et tu voles longtemps. » Minnie hocha de la tête comme si elle comprenait ce qu'elle voulait dire mais elle avait du mal à imaginer. « Tu peux m'apprendre ? » Elle était prête à essayer toutes les possibilités. Enfin presque. Se la jouer Peter Pan et se jeter dans le vide en espérant qu'une pensée agréable suffira était un peu trop extrême et elle n'était pas folle à ce point. Comme le requin s'en allait les jeunes filles lui lancèrent des encouragements. « Supercalifragilistiquespialidoucious. » Un sourire étira aussitôt les lèvres de la jeune femme. Elle aurait bien enchaîné mais lui souhaiter un joyeux non-anniversaire était peut-être un trop. Ebba passa ensuite commande et Minnie ne put s'empêcher de remarquer qu'elle devait avoir très soif, c'était beaucoup de gobelets. « Non, pas vraiment. » Peut-être que c'était normal de boire autant. Ou peut-être qu'elle faisait des réserves pour l'hiver. « Vassilissa Ebba Bassyrov Alinovitch. Deux ‘s’, deux ‘s’, deux ‘b’, deux ‘s’, ‘tch’ à la fin. » Wow. Ça en faisait des lettres. « Tu voudras venir avec moi après ta commande ? Je retourne voler, et j’aurais bien besoin d’un coup de main pour porter tout ça. » Il fallut à peu près une demie-seconde à Minnie pour réfléchir à sa réponse. « Avec plaisir ! » Elle était supposée aller au cirque mais elle avait le temps – et ses collègues étaient habitués de la voir arriver en retard. « Pourquoi y a marqué ‘Rain man’ sur les gobelets ? » Bonne question. Ça ne ressemblait pas au long prénom qu'elle avait énoncé. « Oh, j’y suis... Ça doit être mon nom indien. » Elle ne savait pas les travailleurs de chez Starbuck des experts en la matière. « Quelle chance ! Je me demande quel est le mien. » Minnie s'avança ensuite pour passer sa commande : une part de cheese-cake et un chocolat. Cannelle en supplément. Quand son gobelet arriva, elle constata qu'il y avait simplement écrit 'Mini'. Elle se tourna vers Ebba pour dire : « J'en ai pas. Ou alors Mini veut dire petite... Peut-être que je suis un schtroumpf. » Parce que c'était la seule explication logique évidemment.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ebba & Minnie - danse avec les starbucks Dim 14 Déc - 3:18

Ebba + Minnie
Danse avec les Starbucks
« Un jour il sera reconnu pour ce qu'il fait. » Je l’espérais sincèrement. C’était une noble cause, une cause dont j’ignorais tout quelques minutes plus tôt, mais étant d’un naturel plutôt confiant, je n’avais aucune raison de douter de l’existence des requins-humains-végétariens. Non, c’était simplement que j’ignorais beaucoup de choses, et que cette jeune femme, elle, connaissait son sujet. Alors oui, cet homme serait reconnu, un jour. Et s’il n’y parvenait pas de son vivant, je m’arrangerais pour qu’il le soit ensuite. Parce que, pour ce que nous en savions, un gang de requins-humains-pas-végétariens, l’attendait peut-être à l’angle de la rue pour lui faire la peau, et planter ses donuts sur des piques pour faire passer un message aux potentiels autres végétariens. Pauvre requinou. M’enfin, pour l’instant, Minnie me parlait de ses peluches qui se réveillaient, peut-être, la nuit. Elle n’était pas très sûre. Pourtant, selon moi, c’était un point important qui pouvait faire toute la différence. Si son tigre était vivant, il valait mieux qu’elle songe à le nourrir, histoire de ne pas finir, elle-même, en tartare. À moins que ce ne soit un végétarien, lui aussi ? « Je ne sais pas si elles sont vraies ou non... Mais je crois que je préfère garder le mystère. » Oui, enfin il y avait mystère, et puis il y avait survie, aussi. Est-ce que les tigres pouvaient être comme nos requins végétariens ? Après tout, y avait bien des requins tigres, non ? Alors, j’hochais la tête, faisant semblant de la comprendre sans réellement la comprendre. Je faisais beaucoup ça, sinon les gens passeraient des heures à m’expliquer trop de choses, des choses qui leur semblaient évidentes et qui, à mes yeux, relevaient du mystère, justement. Et puis, il y avait d’autres choses, des choses que personne ne comprenaient, et que moi, je savais faire. Voler, par exemple. C’était pas compliqué, avec un peu d’entrainement, de la discipline et une volonté de fer. « Tu peux m'apprendre ? » Lui apprendre ? « Je peux te montrer comment je fais, oui. Mais il faut du temps pour apprendre à voler sans ailes. On peut essayer, si tu veux. » Oui, mais d’abord, je me devais de commander et récupérer toute ma commande après avoir salué et encouragé notre requinou-chouchou. Au gentil monsieur derrière le comptoir, j'épelais mes noms et prénoms, puisqu’ils me les avaient demandé, puis demandais à Minnie si elle voulait m’accompagner pour entamer son apprentissage de vol, juste après. « Avec plaisir ! » Super ! Grace à sa paire de bras supplémentaire, j’allais peut-être pouvoir m’en sortir avec ma commande XXL. Une commande sur laquelle ils avaient inscrit mon nom indien ‘RainMan’. C’était vraiment un super service, chez Starbuck, quand même. Nourriture et Culture. « Quelle chance ! Je me demande quel est le mien. » J’haussais les épaules. J’en savais rien. Je venais à peine de découvrir le mien. « J'en ai pas. Ou alors Mini veut dire petite... Peut-être que je suis un schtroumpf. » m’informa-t-elle après avoir récupéré sa propre consommation. « Pourquoi un schtroumpf ? T’es pas bleue. » Parce que c’était un peu la condition sine qua non, pour être un schroumpf, non ? « Tu crois que l’indien c’est comme le latin ? » je questionnais, toujours, en répartissant la charge entre nous. « Mini ça vient du latin Minimum ou plus vraisemblablement de Minimus, ça dépend si c’est du nominatif ou de l’accusatif, mais je les vois mal t’accuser d’être Mini. Mais Minimus, ça peut être aussi du nominatif singulier, mais dans ce cas, ils auraient voulu dire que tu étais une petite quantité, et ça ne ferait pas référence à ta taille, mais à ta composition. Minimum c’est ‘très peu’, alors que Minimus, c’est ‘très petit’... Mais y a aussi Minimum minimorum minimus, et... Oui, enfin bref. » Oui, parce que voilà, c’était le genre de connaissances absolument absurdes et inutiles qui encombraient ma tête. L’éducation selon Vaganova. Je savais, aussi, massacrer les partitas de Bach au violon, par exemple. Une démonstration que je ne lui ferais pas, essentiellement parce que je n’avais pas de violon dans mon sac, juste un chiot machouillant un donuts, et parce que mon monologue avait duré suffisamment longtemps pour nous permettre de rejoindre le studio de répétition vraiment pas loin. Mon tutu et nos bras chargés suffirent au gardien qui nous laissa passer avec un large sourire, et lorsque nous arrivions à la salle qui nous était attribué, la musique avait reprit, et Jorge était à l’oeuvre. Bon, ce n’était pas mes vols à moi, c’était du 100% masculin et donc plus lourd, mais c’était déjà une bonne démonstration. Aussi, je déposais sac et café sur le sol, débarassais Minnie, et l’attrapais par la main pour la conduire au premier rang de la dizaine de danseurs agglutinés pour observer notre collègue voltiger. J’en bousculais certain, mais, en général, mon tutu faisait le travail pour moi, et bientôt nous nous trouvions aux premières loges pour observer l’américain danser. « C’est une nouvelle recrue, il vient juste de nous rejoindre. Il doit encore faire ses preuves. » je soufflais à Minnie en guise d’explication. Jorge était parmi nous depuis deux semaines, remplaçant un ancien danseur du Corps qui venait de passer soliste. Bientôt, il faudrait recruter une nouvelle danseuse du Corps... Enfin, je l’espérais.  
   
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ebba & Minnie - danse avec les starbucks

Revenir en haut Aller en bas

Ebba & Minnie - danse avec les starbucks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-