It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Dim 7 Sep - 20:31


Tu ignores le vide devant toi, les vertiges et la peur tu connais pas... Seule au milieu des loups, tu t'enfonces au bord des précipices. Dans la cité perdue, au travers de la nuit, toi tu vas bien. En travers la douleur et la mélancolie, tout ira bien. Trevor & Abi

« Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer.  »

Cela faisait déjà quelques jours que je broyais du noir. Non, vraiment, je n’avais pas le moral. Laisser Milo partir à Londres pour un contrat avait été plutôt difficile. Mais c’était une opportunité en or pour lui et j’en étais parfaitement consciente. Ce n’était l’affaire que de quelques semaines, quelques mois tout au plus. Voilà ce que je m’étais dit. Et pourtant, les choses avaient soudainement prit une tournure toute autre. Après avoir revu son ex-femme et leur fille, il avait mûrement réfléchi. Et il avait décidé de leur laisser une seconde chance. Il ne voulait que le bonheur de sa fille et cela passait par ses parents à nouveau réunis. Bref, Milo et moi, c’était fini. Et je n’avais rien vu venir… A aucun moment, je n’avais supposé qu’il retournerait vers son ex-femme. Surtout d’après l’avis négatif qu’il avait désormais d’elle. Mais je me doutais bien que c’était davantage pour Marina. Enfin, cela ne changeait pas grand-chose pour moi… J’avais réellement cru qu’avec lui, ça le ferait. Tout semblait parti pour… Clairement, j’étais tombée de haut. Et j’étais, encore une fois, bien déçue par les hommes. L’amour ? Non, je n’y croyais plus. Je m’étais trop fait avoir… Et je n’arrêtais pas, depuis notre rupture, de repenser à cela. Je déprimais de plus en plus et ce n’était pas bon du tout… Je voulais oublier. J’en avais besoin… Et l’alcool pouvait être une bonne solution.

En début de soirée, je filais donc dans un bar. Je ne comptais quand même pas me mettre minable… Juste boire un peu. Suffisamment pour me sentir bien, au moins durant quelques heures. Et puis, je n’allais pas dans n’importe quel bar. Si mes souvenirs étaient bons, Trevor traînait parfois ici. Oh, ce n’était pas pour le voir que je venais ici… Quoi que. Si nos chemins se croisaient ce soir, cela ne serait pas si mal. Ca faisait un moment que nous ne nous étions pas vus. Et là dernière fois, c’était avant que je rencontre Milo. Comme à notre habitude, nous nous étions un peu tourné autour. Enfin, c’était surtout lui qui me draguait. Mais jusqu’à présent, cela n’était jamais allé plus loin. Un baiser la dernière fois. Et encore, nous n’avions pas vraiment eu le choix. J’avais pourtant toujours aimé jouer à ce petit jeu avec lui… Et je finissais par me dire que ce soir, cela me ferait le plus grand bien. Ne serait-ce que passer un moment avec lui, le laisser me draguer un peu… Si ça me permettait d’oublier Milo durant quelques heures, c’était parfait. Je rejoins donc le bar, m’installais au comptoir et commandais une boisson, que je sirotais en observant la salle. Sait-on jamais…
(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Dim 14 Sep - 22:41

Le désir de plaire naît chez les femmes
avant le besoin d’aimer
Abigail & Trevor


Rien n’avait été simple ces derniers temps pour Trevor. Ce qu’il avait toujours craint avait fini par se produire, et alors que l’histoire qu’il vivait avec Jamie le comblait, les hommes qui le cherchaient depuis des lustres l’avaient prise en otage pour le forcer à se livrer à eux. Fort heureusement, il avait pu compter sur le soutien de Marley et de ses hommes pour la sortir de là, mais avait évidemment du lui apporter quelques explications à la suite de cet évènement malheureux. C’est ainsi que Trevor s’était confié à Jamie, lui avouant son lourd secret sans vraiment avoir le choix. Et par la même occasion, il avait apprit que sa belle travaillait pour la CIA, ce qui rendait leur romance définitivement impossible. D’ailleurs, Jamie s’était empressée de disparaître, signant probablement la fin de leur histoire à tout jamais. Cela ne faisait que quelques semaines qu’elle l’avait quitté, et la douleur était encore bien présente dans l’esprit et le cœur de l’italien qui n’était plus que l’ombre de lui-même. Alors, pour tenter d’oublier Jamie même s’il savait d’avance que tous ses essais seraient vains, Trevor arpentait les bars de la ville chaque soir. L’image de Jamie étant encore bien trop ancrée dans sa mémoire, il ne cherchait pas à la remplacer, ni même à combler la place vide dans son lit. Non, il voulait simplement éviter de se morfondre seul dans son appartement, voir du monde mais pas trop, se saouler… juste assez pour ne plus penser à rien.

Installé au comptoir, dans un coin sombre d’un bar où il avait ses petites habitudes, Trevor scrutait donc la salle un verre à la main. Soudain, il le reposa précipitamment devant lui en apercevant une silhouette, puis un visage qu’il connaissait bien. Là-bas, à l’autre bout du comptoir, Abigail s’était installée et semblait elle aussi plongée dans la contemplation de l’assemblée… sans pour autant chercher jusqu’au recoin dans lequel se trouvait l’italien. Ce dernier l’observa pendant un moment, un maigre sourire au coin des lèvres, puis chercha tout autour de lui un moyen d’attirer son attention. Ce fut en apercevant une coupelle remplie de cacahuètes que son sourire s’élargit enfin. Se saisissant d’une cacahuète, il n’hésita pas à la balancer sur Abi tout en restant terré dans l’obscurité de son coin de comptoir. Une, puis deux, puis trois… Trevor n’en finissait plus de la bombarder, jusqu’à ce qu’elle se retourne enfin vers lui, et qu’il puisse lui sourire pour de bon.


Dernière édition par Trevor "Leo" Higgins le Dim 21 Sep - 17:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Lun 15 Sep - 0:02


Tu ignores le vide devant toi, les vertiges et la peur tu connais pas... Seule au milieu des loups, tu t'enfonces au bord des précipices. Dans la cité perdue, au travers de la nuit, toi tu vas bien. En travers la douleur et la mélancolie, tout ira bien. Trevor & Abi

« Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer.  »

Le départ de Milo avait été une véritable surprise. Il devait juste s’absenter quelques mois, pour un contrat… Rien d’inquiétant. Et finalement, il avait prit la décision de rester à Londres. Je n’avais vraiment rien vu venir. Et le pire, c’était que d’un côté, je ne lui en voulais même pas… Ce n’était pas comme si notre relation avait eu le temps de vraiment évoluer… Et je savais que, s’il était resté là-bas, c’était surtout pour Marina, sa fille. Elle comptait plus que tout au monde pour lui. Et elle souhaitait vraiment voir ses parents à nouveau réunis. Voilà pourquoi il était resté là-bas… C’étai t pour elle, pas pour son ex-femme. Mais la situation était la même. Je venais de le perdre… Surtout que je commençais réellement à croire que j’avais trouvé le « bon ». Mais non. Je commençais sérieusement à désespérer et à penser que j’étais faite pour rester seule. En tout cas, dans l’immédiat, je ne me voyais pas redémarrer quelque chose de sérieux. Pour les prochaines semaines, voire même prochains mois, j’avais plutôt l’intention de m’amuser. Ou du moins, ne pas me prendre la tête. Aucune relation sérieuse, donc. J’en avais trop souffert par le passé… Et j’avais besoin d’un peu de temps pour me sentir prête à retenter quelque chose de sérieux. En attendant, je cherchais surtout à me sortir Milo de la tête. Et ce n’était vraiment pas évident… Alors il m’arrivait parfois d’aller chercher du réconfort dans l’alcool. Au moins, au bout de quelques verres, je me sentais mieux. Ce n’était, certes, que temporaire… Mais c’était déjà ça.

Enfin, je ne buvais pas non plus de manière excessive… Une fois par ci par là, lorsque le manque de Milo se faisait trop présent. Et ce soir-là, j’étais donc allée dans un bar. Et cette fois, mon idée était double. Boire pour oublier, mais aussi trouver du réconfort dans les bras de quelqu’un d’autre. A vrai dire, j’avais même quelqu’un en tête. Trevor. Cela faisait une éternité que je ne l’avais pas vu… Et sans parler de coucher avec lui, j’avais tout simplement envie de passer un moment avec lui. Surtout si nous reprenions notre habituel jeu de séduction. Ce soir, j’en avais vraiment besoin… Ce n’était donc pas par hasard que je m’étais rendue dans ce bar. Une partie de moi espérait le croiser. L’autre se sentait coupable de vouloir ainsi oublier Milo… Mais soit. Il était trop tard pour les remords. J’observais donc la salle en espérant y apercevoir Trevor. En vain. Enfin, peu importe. Cela ne m’empêchait pas de trouver un autre jeune homme avec qui je pourrais passer la soirée… Continuant d’observer la foule, je fus interpellée par des petits projectiles qui semblaient venir dans ma direction. Je ne réagis pas vraiment pour les deux premiers, les ayant à peine remarqués. En revanche, lorsque je sentis quelque chose venir se loger dans mon décolleté, je m’interrogeais davantage. Cessant de scruter la foule, j’attrapais rapidement ce que j’avais reçu entre les seins. Une cacahuète ? Je tournais aussitôt le visage du côté où ces cacahuètes semblaient provenir. Après quelques brèves secondes, j’y discernais Trevor, grand sourire aux lèvres. Aucun doute, les cacahuètes venaient de lui. C’était plutôt moyen comme technique d’approche… Mais c’était du Trevor. J’esquissais alors un léger sourire et me levais afin de le rejoindre, n’oubliant pas d’embarquer mon verre avec moi. « C'est une nouvelle technique de drague ? Je ne suis pas sûre que ça fonctionne vraiment… Tu sais, en général, c’est plutôt aux singes qu’on jette des cacahuètes, pas aux femmes… » déclarais-je en prenant place sur le siège libre à côté de lui. « Ca faisait un moment qu’on ne s’était pas vu… Comment vas-tu ? » demandais-je finalement, reprenant mon sérieux. Bon, finalement, il était là. La soirée démarrait donc plutôt bien.
(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Dim 21 Sep - 17:33

Le désir de plaire naît chez les femmes
avant le besoin d’aimer
Abigail & Trevor


Certes, Trevor avait connu plus fin comme technique d’approche, mais cette dernière avait au moins l’avantage de lui redonner un semblant de sourire. Et lorsque son projectile vint se loger tout droit dans le décolleté de sa proie, celui-ci se fit encore plus franc. A peine l’eut-elle démasqué qu’Abigail s’empressa de récupérer son verre, et de fendre la foule pour venir rejoindre l’italien dans son coin de comptoir plus ou moins à l’abri des regards. « C'est une nouvelle technique de drague ? Je ne suis pas sûre que ça fonctionne vraiment… Tu sais, en général, c’est plutôt aux singes qu’on jette des cacahuètes, pas aux femmes… » annonça la jeune femme en s’installant à côté de Trevor, qui feignit d’être surprit en lâchant un « Ah ? » avant d’envoyer valser la dernière cacahuète qu’il tenait entre ses doigts droit sur le front de son interlocutrice. Et alors qu’il reprenait son sérieux et laissait tomber son comportement de gamin de six ans, Abi poursuivit : « Ca faisait un moment qu’on ne s’était pas vu… Comment vas-tu ? »

Comment allait-il ? Pas très bien, a priori. Mais pour l’italien, pas question de s’épancher sur ses propres tracas. Il n’avait jamais eu l’habitude de le faire, et cela n’allait pas commencer maintenant. Alors, pour toute réponse, il se contenta de hausser les épaules en conservant un reste de sourire au coin des lèvres, et de retourner sa question à Abi : « Et toi ? Comment tu vas ? Tu bosses pas ce soir ? » questionna-t-il tout de même, histoire de savoir si elle était juste de passage ou s’ils étaient partis pour passer la soirée ensemble. D’ailleurs, en y songeant, cette optique ne parut pas déplaire au jeune homme, qui réalisa du même coup à quel point les moments qu’ils passaient ensemble lui avaient manqué. Car au-delà de ce petit jeu de séduction auquel Trevor se prêtait depuis des lustres, il considérait aussi Abi comme une amie, ou du moins comme une personne précieuse avec laquelle il aimait passer du temps. Au fond, elle était peut-être même la mieux placée pour lui changer les idées, et faire de cette soirée qui s’annonçait des plus moroses une véritable opportunité pour oublier Jamie… jusqu’au lendemain matin.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Lun 22 Sep - 21:57


Tu ignores le vide devant toi, les vertiges et la peur tu connais pas... Seule au milieu des loups, tu t'enfonces au bord des précipices. Dans la cité perdue, au travers de la nuit, toi tu vas bien. En travers la douleur et la mélancolie, tout ira bien. Trevor & Abi

« Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer.  »

Sur le coup, trop absorbée par mes pensées, je ne réalisais pas que j’étais la cible de quelqu’un. Ce ne fut qu’après quelques projectiles que je commençais à m’interroger. Juste avant qu’une des cacahuètes lancées dans ma direction vienne se loger dans mon décolleté. Génial. Après avoir récupéré le projectile, je me mis à chercher d’où cela pouvait provenir. Et surtout de qui. Rapidement, j’aperçu Trevor et comprit immédiatement qu’il s’agissait de lui. Qui d’autre ? Non, clairement, cela lui ressemblait bien. Sans plus attendre, je récupérais mon verre et me faufilais à travers la foule pour le rejoindre. Et je le taquinais aussitôt sur sa technique d’approche. Avouons-le, il pouvait faire mieux. Et il aurait sûrement eu un accueil moins chaleureux de la part de n’importe quelle autre femme. Moi, c’était différent. Je le connaissais… Et j’avais – tout particulièrement ce soir – besoin de compagnie. Et la sienne me semblait parfaite… « Ah ? » Je lui lançais un regard faussement agacé lorsqu’il fit mine d’être surpris suite à mes propos. Puis, sans me laisser le temps de réagir, il jeta sur moi la dernière cacahuète qu’il avait entre les doigts. « Trevor ! Mais quel âge as-tu ? » râlais-je vaguement. Oui, parce que je n’avais pas la force de lui en vouloir vraiment. Au contraire, j’avais bien l’intention de passer la soirée avec lui…

Redevenant sérieuse, je prenais de ses nouvelles. Après tout, cela faisait un bon bout de temps que nous ne nous étions pas vu… J’avais envie de savoir ce qu’il devenait. Car oui, derrière ce petit jeu de séduction, une amitié se cachait. A sa réaction, j’eus l’impression qu’il n’allait pas si bien que ça. Ou du moins, qu’il avait eu de meilleurs jours. « Et toi ? Comment tu vas ? Tu bosses pas ce soir ? » Je souris vaguement à sa question. Si j’allais bien ? Pas vraiment… C’était la raison de ma présence ici. Mais je n’avais pas vraiment l’intention de m’épancher là-dessus. « Disons que j’ai eu des jours meilleurs…Mais ça peut aller. Et non, je ne travaille pas ce soir… » expliquais-je en changeant volontairement de sujet. Je préférais encore parler de mon ancien boulot d’escort que de ma vie sentimentale. « J’ai arrêté mon boulot d’escort… Je le supportais de moins en moins et le salon fonctionne vraiment mieux. Alors le choix a été vite fait… » soulignais-je avec un vague sourire. De toute façon, étant avec Milo, je n’avais pas voulu continuer… Il fallait bien que je puisse passer un peu de temps avec lui. Et je doutais franchement qu’il apprécie le fait que je passe certaines soirées aux bras d’autres hommes, même sans aller plus loin… « Et toi, qu’est-ce que tu racontes de beau ? » demandais-je en buvant une gorgée de mon verre, ne quittant pas Trevor du regard.
(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Lun 6 Oct - 23:07

Le désir de plaire naît chez les femmes
avant le besoin d’aimer
Abigail & Trevor


Comme à son habitude, Trevor préférait se cacher derrière un sourire, derrière une bêtise ou un comportement de gamin pour ne pas avoir à trop se dévoiler. Car même s’il appréciait Abigail et qu’il lui faisait confiance, c’était plus fort que lui : tout ce qu’il ressentait, en particulier lorsqu’il n’allait pas bien, devait rester secret, enfoui au fond de lui. L’italien préféra par conséquent retourner sa question à son amie, qui fut un peu plus disciplinée que lui puisqu’elle répondit sans attendre : « Disons que j’ai eu des jours meilleurs…Mais ça peut aller. Et non, je ne travaille pas ce soir… » Intrigué, le jeune homme fronça les sourcils, mais il n’eut pas l’occasion d’aller plus loin puisqu’Abi enchaine presque immédiatement, comme pour le dissuader de poser la moindre question superflue : « J’ai arrêté mon boulot d’escort… Je le supportais de moins en moins et le salon fonctionne vraiment mieux. Alors le choix a été vite fait… » Un sourire s’afficha alors sur le visage de l’italien, qui fut étonnamment soulagé qu’elle en ait enfin fini avec ce job qui, selon lui, ne lui correspondait pas vraiment.

« Et toi, qu’est-ce que tu racontes de beau ? » reprit alors Abigail, coupant une nouvelle fois Trevor qui s’apprêtait à la féliciter. Mais en entendant sa question, le regard du jeune homme s’assombrit un peu alors qu’il haussait une nouvelle fois les épaules. Ces derniers temps, absolument rien de beau ne se passait dans sa vie. Tout ce qu’il avait toujours craint semblait arriver en même temps, précipitant le doux rêve qu’il vivait avec Jamie en véritable cauchemar, duquel il ne pensait avoir aucune chance de sortir. Alors, sans aucun enthousiasme, le jeune homme reprit :  « Pas grand-chose… Enfin, tu vois… » fit-il en désignant le comptoir ainsi que son verre d’un geste de la main. « La routine… » Il mentait, et même si cela était un peu devenu une habitude chez lui qui cherchait constamment à se protéger, Trevor fut contraint de détourner les yeux, incapable de soutenir plus longtemps le regard d’Abi. Un long soupir s’échappa alors d’entre ses lèvres, avant qu’il n’avoue à demi-mot : « Disons que j’ai quelques trucs à oublier, alors je suis venu me changer les idées ici… D’ailleurs, je ne t’oblige pas à rester avec moi… » ajouta l’italien, allant à l’encontre du petit jeu de séduction qu’ils avaient instauré entre eux. « Je ne serai certainement pas de très bonne compagnie. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Mar 7 Oct - 13:59


Tu ignores le vide devant toi, les vertiges et la peur tu connais pas... Seule au milieu des loups, tu t'enfonces au bord des précipices. Dans la cité perdue, au travers de la nuit, toi tu vas bien. En travers la douleur et la mélancolie, tout ira bien. Trevor & Abi

« Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer.  »

J'étais venue ici dans l’espoir d’oublier certaines choses. Je voulais me changer les idées, tout simplement. Et je n’avais pas franchement envie de parler ou me confier à qui que ce soit. Même Trevor… Certes, c’était un ami et j’avais confiance en lui. Mais je n’étais pas du genre à m’épancher sur mes propres problèmes. A l’inverse, cela ne me dérangeait pas vraiment d’écouter ceux des autres… Enfin, tant qu’ils ne passaient pas leur temps à se plaindre. Ainsi, je n’étais pas là pour raconter ma vie au premier venu. Non, si j’avais eu envie de ça, je serais allée voir un psy. Là, je voulais juste oublier. Penser à autre chose ne serait-ce que pendant quelques heures… Ca, j’en avais besoin. Ce fut donc tout naturellement que je me rapprochai de Trevor. Pour être honnête, j’étais venue ici dans l’espoir de le croiser. Et c’était réussi ! Il m’avait paru être la personne idéale pour me changer les idées. A peine lui avais-je demandé comment il allait, qu’il me retournait déjà la question. Je lui fis donc savoir que j’avais eu des jours meilleurs et ne lui laissais pas le temps de demander plus de précisions. Inutile. J’enchaînais donc en répondant à sa seconde question, concernant mon travail. Pas celui d’esthéticienne, bien sûr. Celui en tant qu’escort. Je m’en étais enfin débarrassée et je n’en étais pas mécontente. Vu le sourire qu’il afficha à cette déclaration, j’en déduis qu’il était aussi content pour moi. En même temps, cela se comprenait… Il avait déjà eu l’occasion de voir que j’avais parfois affaire à des types plutôt dérangés…

Je repris ensuite la parole en lui demandant ce qu’il racontait de neuf. « Pas grand-chose… Enfin, tu vois…  La routine…» Tiens… Il semblait bizarre. Du moins, je ne retrouvais pas le Trevor que je connaissais… Cela se confirma lorsqu’il détourna le regard. Il n’allait pas si bien que ça. Ou du moins, il cachait quelque chose. Sauf que je ne pouvais pas l’obliger à me dire ce qui n’allait pas. J’étais même mal placée pour faire ou dire quoi que ce soit… J’étais la première à me taire quand ça n’allait pas. Je fronçais légèrement les sourcils et m’apprêtais à lui demander si tout allait bien lorsqu’il reprit la parole après un long soupir. « Disons que j’ai quelques trucs à oublier, alors je suis venu me changer les idées ici… D’ailleurs, je ne t’oblige pas à rester avec moi… » Je me pinçais légèrement les lèvres et secouais la tête, comme pour lui signifier que je n’avais pas l’intention de partir. Sauf s’il préférait rester seul… « Je ne serai certainement pas de très bonne compagnie. » J’haussais les épaules en esquissant un vague sourire navré. Je doutais également être d’une très bonne compagnie ce soir… Mais puisqu’il n’allait pas bien, lui aussi, je ne comptais pas le laisser seul. « Alors nous sommes deux… » déclarais-je doucement en posant le regard dans le vide. « Moi aussi, j’ai besoin de me changer les idées… » déclarais-je avant de lever rapidement le regard vers lui, puis d’attraper mon verre et d’en boire quelques gorgées. « Rien de grave, j’espère… ? » demandais-je finalement, après un bref silence. Oui, j’étais plutôt curieuse et avais bien envie de savoir ce qui pouvait bien le mettre dans cet état.
(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Dim 19 Oct - 22:59

Le désir de plaire naît chez les femmes
avant le besoin d’aimer
Abigail & Trevor


Habituellement, Trevor se comportait plutôt comme un gamin lorsqu’il était en présence d’Abigail. Mais aujourd’hui, tout semblait bien différent. De son attitude jusqu’au ton qu’il employait, tout en  lui trahissait l’état d’esprit dans lequel il se trouvait actuellement. Bien sûr, il aurait voulu dissimuler ce malaise et agir comme il avait l‘habitude de le faire, mais l’épreuve se révélait bien plus difficile que prévu. Car même s’il était venu dans ce bar pour oublier ses soucis, rien ni personne ne semblait être en mesure de lui changer les idées. Pire, l’italien avoua même à son amie qu’il ne serait certainement  pas de bonne compagnie, l’incitant ainsi à aller voir ailleurs si son souhait était de passer une bonne soirée. Mais contre toute attente, la jeune femme haussa les épaules sans broncher de son tabouret. Au lieu de ça, elle planta son regard dans le vide en avouant à Trevor qu’elle n’était pas non plus au meilleur de sa forme. Cette déclaration eut pour effet d’attiser la curiosité de l’italien, qui ne parvint pourtant pas à placer le moindre mot avant qu’Abi ne le questionne la première : « Rien de grave, j’espère… ? » Pour le coup, elle avait été la plus rapide et face à cette constatation, Trevor ne put qu’esquisser un mince sourire. Haussant à son tour les épaules, il lâcha un long soupir avant de terminer son verre d’une seule traite. « Non… enfin, j’imagine que non. » souffla-t-il sans s’étaler sur ce sujet qu’il savait bien trop sensible. Il garda alors son regard fixé sur son verre pendant un long moment, avant de se redresser brusquement sur son tabouret comme pour prouver à son interlocutrice qu’il ne se désintéressait pas d’elle, bien au contraire. « Et toi ? » questionna-t-il tout de même l’air de rien, presque sans montrer la pointe d’inquiétude qui l’envahissait et accompagnait sa curiosité.

Puis, haranguant le premier serveur qui se présenta, Trevor commanda une seconde consommation avant de faire signe à Abigail. « Vas-y, c’est ma tournée… » invita-t-il en souriant. « Puisqu’on doit se changer les idées tous les deux… il faut ce qu’il faut ! » Le jeune homme se retourna un peu plus vers Abigail, s’efforçant de poursuivre une conversation à peu près normale et qui s’éloignait surtout le plus possible des sujets qu’il cherchait à éviter et oublier : «  Tu avais un truc spécial de prévu pour la soirée ? Ou tu as fait comme moi en jetant ton dévolu sur ce bar au hasard ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Lun 20 Oct - 11:35


Tu ignores le vide devant toi, les vertiges et la peur tu connais pas... Seule au milieu des loups, tu t'enfonces au bord des précipices. Dans la cité perdue, au travers de la nuit, toi tu vas bien. En travers la douleur et la mélancolie, tout ira bien. Trevor & Abi

« Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer.  »

Il n'y avait aucun doute à avoir sur le fait que Trevor n'était pas très bien. Sans être excessivement proche de lui, j'avais rapidement remarqué cela. C'était d'ailleurs bien la première fois que je le voyais ainsi. Et dire que j'étais venue ici dans l'espoir de le croiser et qu'il puisse me changer les idées... Il semblait bien que ce soit finalement l'inverse. Ou alors, nous allions tout simplement passer la soirée ensemble, à nous lamenter. D'ailleurs, je ne tardais pas à lui confier que j'étais là pour les mêmes raisons que lui. Au moins, il était prévenu que ma compagnie ne serait pas meilleure que la sienne... Toutefois, je repris rapidement la parole pour le questionner. Je préférais largement que la conversation tourne autour de lui plutôt que de moi. Mais il semblait vouloir la même chose. « Non… enfin, j’imagine que non. » Clairement, il n'avait pas envie de s'épancher là-dessus. Et je ne pouvais que comprendre cela. Je n'étais pas du tout du genre à me plaindre et à raconter mes problèmes. Puis, si justement Trevor n'allait pas bien, je n'avais pas envie d'en rajouter une couche. Et si ces soucis étaient pires que les miens, j'aurais l'air bien bête. J'acquiesçais donc vaguement à sa réponse sans insister davantage. Soit. Il ne voulait pas en parler, c'était son choix et je n'allais pas l'y forcer. Mais le voir ainsi, silencieux et le regard pensif posé sur son verre, me fit mal au cœur. Je n'étais pas insensible, bien au contraire. Je l'étais encore plus depuis que Milo était parti... Et je considérais Trevor comme un ami. Le voir ainsi me faisait donc de la peine pour lui. « Si jamais tu veux en parler... Je suis là... » déclarais-je doucement après un bref silence. C'était le moins que je puisse faire pour lui. Et j'étais presque certaine qu'il aurait fait de même pour moi.

« Et toi ? » Prévisible. Il n'allait pas rester sans s'inquiéter pour moi. Ou au moins faire semblant. Je soupirais en haussant les épaules. « Histoires de cœur... » déclarais-je simplement sans entrer dans les détails. Je n'avais pas vraiment envie d'en parler. Pas pour le moment. Peut-être qu'avec quelques verres de plus... Et encore, je n'étais pas certaine de trouver le courage de parler de ça. « Vas-y, c’est ma tournée… » J'esquissais un léger sourire en guise de remerciements et passait commande auprès du serveur.  « Puisqu’on doit se changer les idées tous les deux… il faut ce qu’il faut ! » Je lui adressais un petit sourire amusé en acquiesçant. « Oui... Et merci ! » lâchais-je finalement. «  Tu avais un truc spécial de prévu pour la soirée ? Ou tu as fait comme moi en jetant ton dévolu sur ce bar au hasard ? » En fait, ce n'était pas totalement par hasard que j'étais venue ici... Mais je ne pouvais pas lui dire que c'était dans l'espoir de le voir. « Non, rien de prévu... Je n'avais juste pas envie de broyer du noir, seule chez moi. » expliquais-je rapidement, songeant que je n'étais jamais autant sortie que depuis le départ de Milo. Il avait vécu chez moi et rester là-bas me rappelait beaucoup trop de souvenirs. Et le soir, c'était bien pire. Pour peu que les seuls fils diffusés soient des histoires à l'eau de rose.... Je me retrouvais vite à repenser à nous et à déprimer. J'essayais donc de me changer les idées autant que possible. Mais ce n'était vraiment pas simple...  



Spoiler:
 
(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Mar 28 Oct - 23:15

Le désir de plaire naît chez les femmes
avant le besoin d’aimer
Abigail & Trevor


Rencontrer Abi ce soir était un peu inespéré pour Trevor mais à bien y réfléchir, il se trouvait ravi de la voir en face de lui. Pour le moment, le cœur n’y était pas vraiment mais s’il y avait une personne capable de lui changer les idées et de le faire redevenir cet incorrigible séducteur qu’il avait toujours été, c’était bien elle. Néanmoins, la jeune femme n’avait l’air plus dans son assiette que lui, et lui avoua rapidement qu’elle était elle aussi victime d’histoires de cœur visiblement compliquées. Un léger sourire prit alors place sur le visage de l’italien. Non pas qu’il veuille être méchant, mais le fait de se retrouver ici dans ce bar, en face d’elle et pour les mêmes raisons avait tout de même quelque chose de très ironique. Pourtant, Trevor décida de ne pas insister et d’éviter à tout prix de s’étaler sur le sujet. Tout comme lui, Abigail était ici pour entendre parler de tout sauf de cet homme qui lui causait tous ces tracas… et du côté de l’italien, il n’était absolument pas question de parler de Jamie. Alors, il embraya en incitant sa voisine à commander une nouvelle consommation en même temps que lui, consommation qui leur furent servies quelques instants plus tard seulement alors qu’Abi expliquait : « Non, rien de prévu... Je n'avais juste pas envie de broyer du noir, seule chez moi. »

Haussant un sourcil en tentant de retrouver ce regard de tombeur qu’il maitrisait pourtant si bien en temps normal, Trevor trinqua avec son amie en déclarant : « A nous… et à personne d’autre ! » précisa l’italien dans un sourire, avant d’engloutir quelques gorgées de la bière qu’il avait commandée. Il laissa ensuite trainer son regard tout autour de lui pour observer les clients de plus en plus nombreux à venir se trémousser dans l’établissement. Il prit également une longue inspiration, comme pour se donner l’élan nécessaire pour passer une bonne soirée sans penser à Jamie, et se retourna finalement vers Abigail un sourire charmeur aux lèvres. « En tous cas, t’as pas changé. T’es toujours aussi … » L’italien se tut quelques instants, juste assez pour se mordre la lèvre inférieure tout en souriant. Et même s’il avait vaguement l’impression d’avoir perdu la main et que cette constatation le consternait plus qu’autre chose, Trevor conclut le plus naturellement possible en se rapprochant de l’oreille d’Abi : « … belle. »




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Mer 5 Nov - 18:33


Tu ignores le vide devant toi, les vertiges et la peur tu connais pas... Seule au milieu des loups, tu t'enfonces au bord des précipices. Dans la cité perdue, au travers de la nuit, toi tu vas bien. En travers la douleur et la mélancolie, tout ira bien. Trevor & Abi

« Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer.  »

Même si lui non plus n’allait pas bien, je préférais de loin passer ma soirée avec Trevor que seule… C’était quand même moins triste ! Et puis, étant donné notre désarroi à tous les deux et cette attirance réciproque, il n’était pas impossible qu’après quelques verres, nous retrouvions notre petit jeu de séduction. Qui, cette fois, pourrait bien déraper un peu plus… Enfin, nous le verrions bien. Peut-être qu’au contraire, trop préoccupés par nos soucis respectifs, nous resterions sages. Pas évident que nous soyons prêts à rentrer à nouveau dans ce jeu de séduction. Je n’étais pas certaine d’avoir cette force là… Sauf que j’étais venue dans l’espoir de voir Trevor car je savais très bien qu’il était le mieux placé pour me faire oublier Milo. D’ailleurs, ni lui, ni moi, de parlâmes vraiment de nos soucis. Inutile de faire baisser notre moral ! Le jeune homme proposa donc de passer commande et m’offrir ainsi un verre. « A nous… et à personne d’autre ! » J’adressais donc un large sourire à l’italien, appréciant de lui retrouver ce regard de tombeur. « A nous ! » répondis-je alors en trinquant, avant de porte le verre à mes lèvres.

Suivant le regard de Trevor, je balayais ensuite la salle du regard. Il y avait déjà pas mal de monde. « En tous cas, t’as pas changé. T’es toujours aussi … » Tiens… Voilà le Trevor que j’avais l’habitude de côtoyer. Amusée, je l’observais – pour ne pas dire le dévorais du regard -  en attendant la suite de sa phrase. Pour sûr, il maintenant volontairement le suspense… « … belle. » Je frissonnais vaguement en sentant son souffle sur ma peau. Il s’était rapproché de mon oreille pour dire cela et avait ainsi dangereusement rapproché nos visages. Mais rien qui ne puisse m’effrayer pour autant. Au contraire… Je trouvais cela très... Intéressant ? Affichant un léger sourire en coin, je ne bougeais pas et profitais simplement de son parfum, que je pouvais aisément sentir tant il était proche de moi. J’avais toujours eu un penchant pour les parfums pour hommes. Et le sien sentait vraiment très bon. « Et toi, toujours aussi… dragueur ? » répondis-je d’un ton amusé, sans pour autant reculer mon visage du sien. « Mais merci pour le compliment… » lâchais-je ensuite avec un sourire sincère. C’était toujours agréable à entendre. Surtout juste après une rupture…



(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Mar 11 Nov - 17:13

Le désir de plaire naît chez les femmes
avant le besoin d’aimer
Abigail & Trevor


Depuis qu’il avait rencontré Jamie, Trevor n’avait pas vraiment eu l’occasion de ressortir ses armes de dragueur dont il usait pourtant si bien et si souvent par le passé. A vrai dire, il n’avait eu d’yeux que pour elle depuis leur rencontre et même si son regard trainait de temps en temps sur une paire de jambes (ou d’autre chose) qui le dépassait dans la rue, cela faisait des lustre qu’il n’avait tenté de séduire une fille. Exception faite de Jamie, bien évidemment. Alors, en tentant de reprendre ses vieilles habitudes aux côtés d’Abigail, l’italien se sentait un peu rouillé. Comme s’il avait trop souvent entendu son propre discours, comme s’il n’avait plus aucune saveur ni aucun intérêt lorsqu’il était prononcé à l’intention de quelqu’un d’autre que Jamie… Bref, malgré tous les efforts qu’il mettait en œuvre pour cela, le jeune homme avait bien du mal à se défaire de l’image de la jolie brune qui hantait encore et toujours son esprit. Pourtant, ce fut le comportement d’Abigail qui retint son attention, et le fit s’intéresser un peu plus à la situation présente. Elle aurait pu reculer en le voyant approcher, détourner le regard ou la tête au dernier moment comme elle avait l’habitude de le faire lorsqu’elle jouait avec lui. Mais au lieu de ça, elle ne broncha pas d’un millimètre, gardant son visage à quelques centimètres à peine de celui de l’italien, qui en profita du coup pour détailler le moindre de ses traits. Et il n’y avait pas à dire, Abi était tout de même sublime.

Jouait-elle toujours avec lui comme elle l’avait toujours fait ? Etait-elle brusquement devenue sérieuse ? Trevor, qui l’avait connue bien moins réceptive à ses avances par le passé, en venait à douter. Et le court instant de flottement qui s’installa entre Abigail et lui ne fut pas là pour le rassurer. Mais finalement la jeune femme reprit la parole, un sourire aux lèvres : « Et toi, toujours aussi… dragueur ? » questionna-t-elle visiblement amusée, avant de le remercier pour son compliment. Mais, restant sur sa question précédente, l’italien arqua un sourcil sans se départir d’un petit sourire en coin et ajouta un « Ca te déplait ? » un brin provocateur, avant de proposer sans vraiment réfléchir : « Je ne sais pas toi, mais je migrerai bien vers un endroit plus calme… genre où on pourrait discuter sans avoir à couvrir la musique… Pour une fois, tu accepterais que je t’invite… chez moi ? » Allait-il trop loin ? Etait-il en train de franchir la limite qu’ils s’étaient tous deux imposée jusqu’ici ? Trevor n’en avait pas la moindre idée et pour le coup, il n’avait aucune envie d’y penser. Après tout, le but de sa soirée était d’oublier Jamie et Abigail était certainement la meilleure personne sur laquelle il puisse tomber pour le faire. Alors cette fois il devait arrêter de réfléchir, et enfin agir comme il l’aurait fait avec n’importe quelle autre femme qu’il aurait connue avant celle qui le tracassait tant ces derniers jours.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Lun 17 Nov - 20:11


Tu ignores le vide devant toi, les vertiges et la peur tu connais pas... Seule au milieu des loups, tu t'enfonces au bord des précipices. Dans la cité perdue, au travers de la nuit, toi tu vas bien. En travers la douleur et la mélancolie, tout ira bien. Trevor & Abi

« Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer.  »

Avant de rencontrer Milo, j’aimais jouer avec Trevor. Mais justement, cela restait un jeu. De la pure provocation. Et jamais nous n’étions allés plus loin. Un baiser à la rigueur. Mais cela s’arrêtait là. Oh, ce n’était pas l’envie qui manquait… Mais j’avais une certaine fierté. Et je refusais catégoriquement de coucher avec lui. D’une part, parce qu’il était plutôt du genre à collectionner les conquêtes, j’en étais quasi certaine et que, de ce fait, je ne serais qu’une aventure parmi tant d’autres… D’autre part, parce que cela mettrait fin à ce petit jeu. Et je l’appréciais trop pour cela. Pourtant, dès que les choses devinrent sérieuses avec Milo, j’en oubliais totalement Trevor et ce petit jeu de séduction. D’ailleurs, nous passâmes même plusieurs mois sans nous voir… Et maintenant que Milo était parti, je réalisais que ça me manquait. Et ce soir là tout particulièrement… Je me retrouvais, à quasiment trente ans, seule. Une bonne partie des femmes de mon âge avaient déjà eu un ou plusieurs enfants. Moi, je n’avais rien. Ni compagnon, ni enfant. Depuis que Milo était parti, je passais quelques soirées à broyer du noir en songeant à cela. Et pour éviter de passer une énième nuit à déprimer de la sorte, je décidais d’aller dans un bar. Et j’espérais sincèrement y croiser l’italien… J’avais vraiment besoin d’oublier Milo et Trevor me semblait être la personne idéale pour cela. Ceci dit, je compris bien vite qu’il était aussi peu en forme que moi. J’en déduis donc que la soirée ne prendrait pas la tournure espérée. Tant pis… Je préférais encore picoler avec lui que de rester seule chez moi.

Pourtant, dans un élan de courage, il sembla prendre sur lui et tenter de redevenir le dragueur que je connaissais. Et celui que j’étais venue trouver ce soir. D’ailleurs, cette fois-ci – et sans doute pour la toute première fois – j’entrais vraiment dans son jeu. Ainsi, lorsqu’il rapprochait son visage du mien, je ne bougeais pas. Au contraire, je profitais de cette proximité pour respirer son parfum. Et l’observer. Il était vraiment très charmant…  « Ca te déplait ? » Non. Son côté dragueur ne m’avait jamais déplu, même si je l’avais souvent repoussé. Je devais pourtant bien l’avouer, j’appréciais cela. Même s’il n’espérait peut-être que me mettre dans son lit, je me sentais désirée. Et c’est toujours hautement appréciable de sentir qu’on plaît à quelqu’un. En tout cas, moi, j’appréciais. Surtout maintenant que je me retrouvais à nouveau célibataire.  « Pas du tout… » déclarais-je finalement en soutenant son regard et sans me départir d’un léger sourire en coin. « Je ne sais pas toi, mais je migrerai bien vers un endroit plus calme… genre où on pourrait discuter sans avoir à couvrir la musique… Pour une fois, tu accepterais que je t’invite… chez moi ? » A cette proposition, je ne pu retenir un sourire amusé. Il n’avait pas perdu de temps ! Et sa proposition était plutôt  alléchante… « Je trouve même que c’est une bonne idée… enfin, ça, ça doit être à cause des deux verres que je viens de boire… » J’avais encore les idées claires. J’étais juste un peu moins raisonnable que d’habitude. Et l’alcool y faisait pour beaucoup. Certes, c’était seulement deux verres mais fortement alcoolisés. Et étant donné que je ne buvais pas si souvent que ça, il ne m’en fallait pas plus pour commencer à perdre la raison. Et puis, je devais bien l’avouer, j’étais venue dans l’espoir que les choses prennent cette tournure là, alcool ou pas.



(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Dim 23 Nov - 22:38

Le désir de plaire naît chez les femmes
avant le besoin d’aimer
Abigail & Trevor


D’ordinaire, le petit jeu auquel Abigail jouait avec Trevor consistait à repousser la moindre de ses avances avec tact, tout en en profitant pour le provoquer un peu. Mais cette fois, et à la plus grande surprise de l’italien, la jeune femme semblait être beaucoup moins réticente qu’à l’accoutumée. D’ailleurs, Trevor ne tarda pas à en avoir la confirmation lorsqu’elle accepta sans ciller son invitation.  Cette situation totalement inattendue le décontenança un peu, si bien qu’il braqua son regard dans celui d’Abi comme pour tenter d’y voir un signe, une preuve qu’elle serait bel et bien en train de se jouer de lui et qu’elle ne tarderait pas à changer d’avis. Mais tout ce qu’il trouva dans les yeux de la jeune femme fut de la conviction, voire même de l’envie. Puis, bien mieux qu’un regard, Abigail lui offrit l’ultime confirmation qu’il attendait en déclarant : « Je trouve même que c’est une bonne idée… enfin, ça, ça doit être à cause des deux verres que je viens de boire… » Trevor ne put s’empêcher de rire en l’entendant, et s’empressa de rebondir sur sa dernière phrase en s’exclamant : « Partons vite alors ! Je ne voudrai pas que tu reprennes tes esprits trop vite et que tu changes d’avis… » Comme pour illustrer ses propos, l’italien interpella un serveur pour régler leurs notes à tous les deux, puis se retourna  vers Abigail armé de son plus beau sourire en lui tendant le bras. « Tu me suis ? »

Ce soir, Trevor n’avait pas choisi le bar le plus proche de chez lui mais pour le coup, il ne regrettait absolument pas ce choix. Seulement voilà, l’air frais qui marquait l’arrivée toute proche de l’hiver se faisait de plus en plus mordant, et pour s’éviter à lui comme à Abi une bonne grippe pour les jours à venir, l’italien préféra haranguer un taxi. La laissant s’installer en premier, il grimpa à son tour dans le véhicule puis énonça son adresse à l’attention du chauffeur qui s’inséra immédiatement dans la circulation New-yorkaise encore particulièrement dense à cette heure. « Tu devrais faire gaffe quand même… je t’ai connue plus tenace ! » plaisanta Trevor à l’attention de sa voisine. « Je pourrai commencer à croire que tu m’aimes bien… » ajouta-t-il en lui lançant un regard en coin, sans pouvoir s’empêcher de sourire de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Mar 25 Nov - 19:27


Tu ignores le vide devant toi, les vertiges et la peur tu connais pas... Seule au milieu des loups, tu t'enfonces au bord des précipices. Dans la cité perdue, au travers de la nuit, toi tu vas bien. En travers la douleur et la mélancolie, tout ira bien. Trevor & Abi

« Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer.  »

Si jusqu’à présent, je n’avais jamais voulu céder complètement à Trevor, c’était surtout par fierté. Il semblait être un tombeur, du style à collectionner les aventures. Et je n’étais pas de celles qui se faisaient aussi facilement avoir. Voilà tout. Je n’avais pas envie de passer pour une fille facile, qu’il pouvait avoir en un simple claquement de doigts. Et pourtant, le jeune homme avait un charme fou qui ne me laissait pas du tout indifférente ! C’était donc pour cela que je ne le repoussais jamais totalement. Enfin, si, je le faisais. Mais je ne me privais pas pour le provoquer et rentrer parfois dans son jeu, ne serait-ce qu’un bref instant. C’était bien plus intéressant que de le rejeter clairement… Mais ce soir – pour la première fois – je ne tentais même pas de le repousser. A vrai dire, j’avais bien trop envie de me changer les idées – et j’étais tout de même venue ici dans l’espoir de l’y croiser – que repartir chez moi, seule, était impensable. Pas maintenant que j’avais Trevor à mes côtés, retentant sa chance. Heureusement qu’il était du genre tenace et qu’il n’avait rien laissé tombé, malgré mes réticences précédentes… « Partons vite alors ! Je ne voudrai pas que tu reprennes tes esprits trop vite et que tu changes d’avis… » J’esquissais un sourire amusé, songeant qu’il y avait peu de chances pour que je change d’avis. Je m’étais toujours refusée à l’italien, désirant une relation sérieuse et pas seulement une aventure d’une nuit… Sauf que j’avais bien vu ce que cela avait donné avec Milo. Et j’avais désormais envie de me faire vraiment plaisir, sans me soucier du reste. Et passer la nuit dans les bras de Trevor semblait être plutôt une bonne manière de commencer cela !


« Tu me suis ? » Sans hésiter, j’attrapais son bras et le suivais jusqu’à l’extérieur du bar. Vu la fraîcheur qu’il y avait désormais, je fus rassurée en le voyant arrêter un taxi. Il faisait bien trop froid pour repartir à pied… Je m’installais ensuite dans le taxi, juste avant que Trevor me rejoigne et que le taxi démarre, prenant la route du domicile du jeune homme. « Tu devrais faire gaffe quand même… je t’ai connue plus tenace ! » Je me mordis légèrement les lèvres, songeant qu’il n’avait pas tort. Enfin, il n’avait pas encore totalement gagné… « Attends, la soirée n’est pas terminée… Tu pourras vraiment dire cela quand je serais dans ton lit… » soulignais-je doucement, sans me départir d’un sourire taquin. Puis, je soupirais légèrement en me laissant retomber contre le siège. « C’est vrai que j’ai pu être plus tenace… Mais là, je n’en ai plus vraiment la force. Ni l’envie… » répondis-je d’un ton plutôt détaché. « Je pourrai commencer à croire que tu m’aimes bien… » Souriant à nouveau, je plantais mon regard dans le sien. Bien sûr que je l’aimais bien… En doutait-il vraiment ? « Je ne suis pas vraiment du genre à passer du temps avec des gens que je n’apprécie pas… Alors, évidemment, je t’aime bien ! » remarquais-je amusée, sans quitter Trevor des yeux.


(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Dim 30 Nov - 17:15

Le désir de plaire naît chez les femmes
avant le besoin d’aimer
Abigail & Trevor


Pour la première fois depuis qu’il connaissait Abigail, Trevor se sentait proche du but. Et malheureusement, il avait fallu que ça arrive ce soir-là… Ce soir où il n’était clairement pas « en condition » et où son esprit tout entier n’était accaparé que par Jamie. Néanmoins, l’italien avait à cœur de se changer les idées, et c fut donc dans cette optique qu’il invita la jeune femme à l’accompagner chez lui. Passée la surprise de cette approbation qu’il n’avait encore jamais eue jusqu’ici, Trevor l’entraina vers l’extérieur pour stopper le premier taxi qui leur passa sous le nez et lui indiquer la direction de son domicile. Une fois installé aux côtés d’Abigail, et certain que le chauffeur les conduisait au bon endroit, le jeune homme se prit à plaisanter un peu à propos du peu de réticences de sa voisine qui l’avait clairement habitué à mieux. « Attends, la soirée n’est pas terminée… Tu pourras vraiment dire cela quand je serais dans ton lit… » rétorqua-t-elle, retrouvant tout  coup un peu de ce mordant qui la caractérisait d’habitude et qui semblait l’avoir abandonnée ce soir. Et face à cette constatation, Trevor ne put s’empêcher d’arquer un sourcil en souriant. Oui, Jamie était toujours bien présente dans son esprit, mais le fait d’entendre cette bribe de phrase qu’il avait attendue depuis des lustres ne pouvait que lui donner le sourire. D’ailleurs, il enchaina rapidement en taquinant Abi sur le fait qu’elle puisse l’apprécier, chose dont il était certain au fond, mais qu’il aimait lui entendre dire. « Je ne suis pas vraiment du genre à passer du temps avec des gens que je n’apprécie pas… Alors, évidemment, je t’aime bien ! » répondit-elle en souriant et en gardant ses yeux rivés vers Trevor.

Tout comme elle, l’italien avait bien du mal à se détacher de son regard et ce fut donc sans la quitter des yeux qu’il laissa courir ses doigts sur la main de la jeune femme. Machinalement, il caressait sa peau du bout des doigts sans cesser de sourire, profitant au maximum de cet instant qu’il avait tant de fois voulu sans pour autant parvenir à ses fins. Pendant tout le reste du trajet qui les séparait de son appartement, la conversation se fit d’ailleurs de la  même façon : main dans la main sans vraiment l’être, le regard rivé vers celui de l’autre sans pour autant s’approcher de trop près… si bien qu’une sorte de tension se fit de plus en plus palpable dans l’habitacle. Et ce ne fut que l’arrêt du véhicule devant l’immeuble de Trevor qui mit un terme à ce moment un pu à part, mais terriblement agréable. Après avoir payé la course, l’italien entraina Abigail à sa suite jusqu’à l’étage où il vivait puis ouvrit la porte de son appartement en la laissant entrer la première. En refermant la porte, Trevor donna un tour de clés puis se retourna vers son invitée, tout sourire. « Voilà… Tu n’as pas loupé grand-chose en refusant de venir à chaque fois, c’est pas un appart’ de luxe ! Mais c’est chez moi…» expliqua-t-il en haussant les épaules, avant de désigner le salon d’un geste de la main. « Vas-y, entre. Fais comme chez toi… »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Dim 30 Nov - 22:45


Tu ignores le vide devant toi, les vertiges et la peur tu connais pas... Seule au milieu des loups, tu t'enfonces au bord des précipices. Dans la cité perdue, au travers de la nuit, toi tu vas bien. En travers la douleur et la mélancolie, tout ira bien. Trevor & Abi

« Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer.  »

Pour le coup, Trevor devrait remercier Milo de m’avoir quitté… Car, de toute évidence, si j’étais aussi réceptive aux avance de Trevor ce soir là, c’était parce que j’étais tout particulièrement malheureuse à cause du départ de Milo. Sans ça, je me serais très certainement contentée de jouer avec lui, le provoquant et le repoussant parfois. Alors que là, c’était tout l’inverse. Sans rechigner, j’avais accepté d’aller chez lui. Et ça, c’était bien la première fois que ça arrivait ! Peut-être même la dernière… Oui, c’était vraiment exceptionnel mais j’avais envie de penser à autre chose, ne serait-ce que pour une soirée. Plus rien ne m’empêchait d’aller plus loin avec l’italien. Et tant pis si, pour une fois, je n’étais qu’une conquête parmi tant d’autres… Cependant, lorsque Trevor lui-même souligna que  j’étais moins tenace qu’auparavant, je ne pu m’empêcher de reprendre mes vieilles habitudes en lui faisant remarquer qu’il n’avait pas encore totalement gagné la partie… J’acceptais juste d’aller chez lui. C’était, certes, une victoire… Mais une toute petite. Restait à voir la manière dont la soirée allait réellement se terminer. De mon côté, je me doutais bien de ce qui allait se passer. Je ne me voyais vraiment pas soudainement changer d’avis et repousser l’italien. Mais lui n’en savait rien… Et je n’avais tout de même pas l’intention de lui laisser comprendre si rapidement qu’il m’avait effectivement eu. Cependant, lorsqu’il mentionna le fait que je devais bien l’aimer, je ne me fis pas prier pour confirmer que je l’appréciais. Et c’était sincère ! Si l’on oubliait un instant ce petit jeu de séduction, Trevor était quelqu’un de vraiment sympa avec qui j’aimais passer du temps. Et je n’oubliais pas qu’il m’avait défendu devant un type un peu trop éméché…

Ensuite, les choses prirent une tournure à la fois déroutante et hautement plaisante…. Sans me quitter des yeux, Trevor entreprit de laisser courir ses doigts sur ma main. Si cela me surprit au début, je ne laissais rien paraître et ne retirais pas ma main, continuant à fixer Trevor avec un léger sourire. En le voyant au bar, à priori le moral au plus bas, je m’étais rapidement dis qu’il n’y avait rien à espérer pour ce soir. Je m’étais peut-être trompé… Et franchement, je préférais cela ! Le trajet se fit ainsi, sans un mot, sans que pour autant le silence devienne gênant… Une fois le taxi arrivé chez le jeune homme, je le suivi jusqu’à son appartement, dans lequel j’entrais sans me faire prier, préférant me mettre rapidement au chaud. « Voilà… Tu n’as pas loupé grand-chose en refusant de venir à chaque fois, c’est pas un appart’ de luxe ! Mais c’est chez moi…» Je levais les yeux au ciel à sa déclaration. Certes, ce n’était rien de luxueux mais c’était tout à fait convenable ! Et mon appartement n’était pas non plus bien luxueux… Donc il n’avait pas à avoir honte de quoi que ce soit ! « C’est plutôt sympa chez toi… » répondis-je en jetant un coup d’œil. « Vas-y, entre. Fais comme chez toi… » Suivant son geste, je me dirigeais vers le salon. « Merci… » J’ôtais ainsi ma veste, que je déposais sur une chaise et posais mon sac dans un coin, m’installant ensuite sur le canapé.


(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Lun 15 Déc - 14:55

Le désir de plaire naît chez les femmes
avant le besoin d’aimer
Abigail & Trevor


Pour la première fois depuis qu’il lui tourait autour, Trevor avait enfin réussi à embarquer Abi avec lui, sans que la jeune femme ne lui oppose une quelconque résistance. Et rien que pour ça, l’italien était plutôt satisfait. Même si cette fois les conditions étaient un peu particulières, et que son esprit était entièrement tourné vers une autre fille, le fait de voir qu’il pouvait obtenir ce qu’il voulait n’en était pas moins agréable. Invitant Abigail à entrer et à faire comme chez elle, Trevor se débarrassa de son blouson avant d’aller la rejoindre sur le canapé. Se laissant choir lourdement à ses côtés, il bascula sa tête vers l’arrière pour la poser contre le dossier, et pivota juste assez pour faire entrer son invitée dans son champ de vision. « Tu veux boire un truc ? » proposa Trevor, plus par simple politesse qu’autre chose. En réalité, il n’avait pas vraiment pour projet de passer le rester de la soirée à picoler avec elle dans son salon. D’ailleurs, quelque chose lui disait que son point de vue était réciproque, et qu’Abigail n’était pas non plus venue pour faire ce qu’elle aurait pu poursuivre au bar sans avoir à se déplacer.

Avec un petit sourire en coin, Trevor ne quittait plus la jeune femme des yeux, bien décidé à en venir aux faits sans pour autant passer pour le gros lourd de service… même si cela faisait finalement un peu partie du rôle qu’il se donnait lorsqu’il était auprès d’Abigail. D’ailleurs, le jeune homme ne tarda pas à reprendre d’un air faussement innocent : « Sinon je peux aussi te faire visiter. La chambre… tout ça… » Là encore, Trevor s’était connu bien plus subtil que ça. Mais face à Abi où tout n’avait toujours été qu’un jeu, il se plaisait à verser dans l’absurde. Au fond, il avait ce soir eu la preuve que même s’il faisait office de pire dragueur de l’année, la jeune femme n’était pas insensible à son charme et qu’elle était venue chercher la même chose que lui en poussant la porte du bar dan lequel ils s’étaient croisés. Alors, décidant de ne pas s’encombrer de détails supplémentaires, Trevor se laissa glisser sur le canapé jusqu’à se coller à Abigail, et approcha dangereusement son visage du sien sans la lâcher des yeux. Sans se départir de son sourire charmeur, il mordilla sa lèvre inférieure en signe d’impatience, laissant néanmoins tout le loisir à Abigail de prendre les choses en main si elle en avait envie.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Mer 17 Déc - 12:56


Tu ignores le vide devant toi, les vertiges et la peur tu connais pas... Seule au milieu des loups, tu t'enfonces au bord des précipices. Dans la cité perdue, au travers de la nuit, toi tu vas bien. En travers la douleur et la mélancolie, tout ira bien. Trevor & Abi

« Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer.  »

Même si rien dans mon attitude ne le laissait supposer, je pensais encore à Milo. Je n’arrivais pas vraiment à me le sortir de la tête… Et c’était bien pour cela que j’étais ici, chez Trevor, prête à lui donner – enfin – ce qu’il désirait. Et ce que je voulais aussi… Car même si je n’avais eu de cesse de le repousser, l’italien m’attirait fortement. Passer la soirée – voire la nuit – avec lui pouvait donc être un bon moyen de penser à autre chose, ne serait-ce que durant quelques heures…  Alors, cette fois-ci, en acceptant de venir chez lui, je faisais bien plus que jouer avec le feu. Clairement, je me jetais dans la gueule du loup ! Car soyons lucides… Il y avait vraiment peu de chances que Trevor et moi demeurions sagement à discuter de banalités. « Tu veux boire un truc ? » Nous venions d’un bar, où, forcément, j’avais eu plus que l’occasion de boire. Je secouais donc négativement la tête. « Non, ça ira, merci… » déclarais-je avant qu’il reprenne aussitôt la parole. « Sinon je peux aussi te faire visiter. La chambre… tout ça… » Je ne pu retenir un léger rire à cette tentative d’approche. C’était bien le genre de Trevor… Enfin, en même temps, nous n’étions pas là pour jouer aux dominos. Le fait était que, sans doute par fierté, je n’avais pas vraiment envie de lui donner ce qu’il voulait aussi rapidement. Même si, vu l’effet qu’il me faisait, je n’allais pas pouvoir lui résister bien longtemps… « Tu m’as connu plus tenace… Et moi, je t’ai connu plus subtil… » soulignais-je l’air de rien avec un sourire amusé, sans pour autant décliner sa proposition.


D'ailleurs, le jeune homme ne semblait pas vouloir perdre de temps puisqu’il ne tarda pas à se rapprocher de moi. A venir se coller contre moi, même. Bref, il n’y avait aucun doute possible sur ce qu’il attendait de moi. Mon souffle se coupa durant un instant. C’était vraiment troublant d’avoir son visage aussi près du mien. Pourtant, je ne reculais pas. J’en étais incapable… Et puis, après tout, j’étais là pour ça. Mon regard passa rapidement de son regard à ses lèvres puis inversement. C’était bien trop tentant. Surtout lorsqu’il décida de se mordiller la lèvre inférieure… Apparemment, il tenait à ce que je craque et fasse le premier pas. Et même si ce n’était pas mon genre, je sentais bien que j’étais en train de faiblir. Et que j’allais craquer d’une minute à l’autre. D’ailleurs, je finis par rapprocher encore un peu nos visages, ne laissant que quelques petits millimètres entre nos lèvres. « Que ce soit clair… C’est la première et dernière fois que je me montre aussi faible avec toi… » soupirais-je avant de m’emparer délicatement de ses lèvres. Et la douceur ne tarda pas à laisser place à la fougue.


(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Mar 23 Déc - 21:20

Le désir de plaire naît chez les femmes
avant le besoin d’aimer
Abigail & Trevor


Par simple politesse, Trevor questionna son invitée sur une quelconque envie de boire quelque chose même si, au fond, il espérait qu’elle refuse pour pouvoir en venir plus vite aux faits. Et visiblement, il n’était pas le seul à être pressé puisqu’Abigail déclina sa première offre. Pour la seconde cependant, sa réponse fut un peu plus réservée. Celle-ci  consistait en une visite plus ou moins poussée des lieux, et alors que l’italien la scrutait en souriant, la jeune femme observa : « Tu m’as connu plus tenace… Et moi, je t’ai connu plus subtil… » Tout sourire, elle n’esquissa aucun mouvement de recul lorsque Trevor vint se coller à elle. Au contraire, elle sembla observer le visage du jeune homme avec la plus grande attention, ce qui ne manqua d’ailleurs pas de lui faire le plus grand effet.

Néanmoins, Trevor avait sa petite fierté et en bon séducteur italien qu’il était, il se plaisait à voir ses conquêtes craquer avant lui. D’ailleurs, il avait toujours joué de son charme pour arriver à ses fins sans avoir à faire le premier pas. Un regard bien placé, un sourire en coin, un petit mordillage de lèvre… tous les moyens étaient bons pour venir à bout des filles dont il voulait partager la couche. Et même si ce soir, la situation était un peu particulière puisqu’il s’agissait d’Abigail, Trevor garda ses bonnes vieilles habitudes. Après tout, elles avaient toujours fait leurs preuves et il n’avait donc aucune raison d’en changer. D’ailleurs, il ne tarda pas à avoir la preuve qu’une fois de plus, ses techniques étaient imparables puisque la jeune femme se rapprocha de lui, presque jusqu’à frôler ses lèvres, en murmurant : « Que ce soit clair… C’est la première et dernière fois que je me montre aussi faible avec toi… » Pour le coup, elle n’avait pas tout à fait tort mais cette constatation ne fit qu’arracher un nouveau sourire à l’italien, qui accueillit bien vite les lèvres d’Abi sur les siennes. Son baiser, d’abord délicat, se transforma rapidement en échange plus profond, plus fougueux, que Trevor s’appliqua à faire durer le plus longtemps possible avant de reprendre son souffle. Cette fois, il y était enfin. Après ses innombrables tentatives, l’italien obtenait enfin ce baiser qu’il avait tant désiré. Et aussi étonnant que cela puisse paraitre, à cet instant, Jamie était loin, très loin au fin fond de son esprit. Un sourire en coin affiché sur le visage, Trevor murmura à son tour un : « Je n’en doute pas… » presque moqueur. Puis, sans lui laisser le loisir de répondre quoi que ce soit, Trevor fit basculer la jeune femme vers l’arrière avant de s’emparer de nouveau de ses lèvres pour lui offrir un baiser à la hauteur de toute la frustration qu’il avait accumulée au cours de ses vaines tentatives de séduction.  
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi Mar 30 Déc - 19:46


Tu ignores le vide devant toi, les vertiges et la peur tu connais pas... Seule au milieu des loups, tu t'enfonces au bord des précipices. Dans la cité perdue, au travers de la nuit, toi tu vas bien. En travers la douleur et la mélancolie, tout ira bien. Trevor & Abi

« Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer.  »

Toute cette histoire avec Trevor durait depuis longtemps. Trop longtemps. Et une partie de moi s’était toujours préparée à l’idée qu’un jour, nous craquerions enfin. Dans un moment d’extrême faiblesse. Ou tout simplement pour assouvir nos désirs. En tout cas, la tournure que prenait cette soirée n’avait rien de surprenant… Et cela faisait plusieurs mois que j’étais attirée par l’italien, même si mon histoire avec Milo l’avait fait passé au second plan. Et maintenant que je me retrouvais de nouveau célibataire, rien ne m’empêchait de m’amuser un peu. Je m’en étais bien trop privé ces derniers mois… Ainsi, tout ce désir ressenti pour Trevor depuis que nous nous connaissions, toute cette provocation entre nous et ces mois d’attente, me poussèrent à accélérer les choses. A quoi bon perdre du temps à boire un énième verre ? Nous savions tous deux pourquoi nous étions là et ce n’était pas pour boire. Contre toute attente, je finis même par céder la première en venant m’emparer des lèvres du jeune homme. Ce n’était déjà pas mon genre de faire le premier pas. Mais le faire envers un homme face à qui j’avais toujours essayé de résister, semblait vraiment incroyable. Oui, c’était assez surprenant de ma part. Mais soit. J’avais vraiment envie de lui… Plus que d’ordinaire, même. Peut-être tout simplement car je voyais en lui un moyen d’oublier Milo, ne serait-ce que quelques heures…


Ne pouvant mettre totalement ma fierté de côté, je soulignais simplement que c’était la première et dernière fois que je me montrais aussi faible. Oui, j’avais besoin de me changer les idées et passer la nuit avec Trevor semblait être une bonne solution. Mais il était hors de question qu’il pense m’avoir réellement dans ses filets. « Je n’en doute pas… » répondit-il après avoir prolongé ce baiser. Et quel baiser ! Le premier que nous échangions réellement… Et le moins que l’on puisse dire, c’était qu’il était plutôt passionné. Ce qui semblait tout à fait logique étant donné la relation que nous entretenions depuis le tout début. Forcément, le jour où nous céderions, ce serait avec passion et ardeur. D’ailleurs, il ne perdit pas de temps de me fit aussitôt basculer en arrière avant de m’offrir un nouveau baiser, que je prolongeais à mon tour. Mine de rien, j’avais tout de même attendu ce moment assez longtemps. Si bien que désormais, je me sentais incapable de faire marche arrière ; D’ailleurs, cela était absolument stupide puisque j’avais moi aussi ce que je désirais…L’une de mes mains vint se perdre dans sa chevelure tandis que l’autre descendait le long de son torse, dans un premier temps par dessus son haut, même s’il allait de soi qu’il ne le garderait pas longtemps…


(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi

Revenir en haut Aller en bas

Le désir de plaire naît chez les femmes avant le besoin d'aimer ~ Trevor & Abi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-