It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

fear is the devil's greatest illusion -ft. Marius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: fear is the devil's greatest illusion -ft. Marius Dim 7 Sep - 13:33


❝ fear is the devil's greatest illusion. ❞



Sa respiration se faisait difficile et tout autour d’elle semblait bouger. Instable, flou. Ses cotes li faisaient un mal de chien malgré les antidouleurs que lui avait administré le médecin. A ce moment précis, Sutton n’était que l’ombre d’elle-même. Pliée en deux, peinant à avancer jusqu’au premier taxi garé en double file, devant l’entrée de l’hôpital. Elle avait cherché les emmerdes, et ils l’avaient finalement retrouvé. Et bien amoché au passage. Combien de fois elle avait entendu que ces fous piratages allaient lui attirer les ennuis. D’abord les flics, puis quelques questions du FBI. Ils avaient mieux à faire que courir après une gosse de riche qui s’éclataient à bousiller sites en tout genre et compte en banque de petites frappes locales ou de qui que ce soit qui ne lui revenaient pas. Un vendeur de chez Barnes & Noble un jour, un prof de son université la semaine suivante, et finalement un pseudo inconnu rencontré au détour d’un tournoi de poker. Elle ne comptait plus les virus informatique qu’elle avait propagé, les sites qu’elle avait croché, ou les comptes qu’elle avait vidé. Partiellement ou dans leur totalité.

Ce soir, elle en payait le prix. Elle ne savait pas comment elle avait été retrouvée. Peut-être avait-elle pris trop confiance en elle au point d’en devenir insouciante et peu méticuleuse dans sa suppression de trace. Ou peut-être avait-elle trouvé meilleur qu’elle. A vrai dire, peu importe. Le résultat était le même. Femme ou non, elle s’était fait tabasser dans les règles de l’art. Ces mecs se foutaient qu’elle appartienne à ce qu’ils considèrent comme le sexe faible, elle avait foutu son nez dans des affaires qui ne la regardaient visiblement pas. Et elle en avait payé le prix.
La jeune américaine s’était engouffrée dans un taxi, se sentant complètement oppressée dans les hôpitaux. Elle se foutait de l’état dans lequel elle se trouvait. Ça aurait été mentir que de dire qu’elle se sentait mieux. C’était plutôt le contraire. Et pour être honnête, elle était totalement flippée. A ce moment précis, il n’y avait qu’un endroit qui la ferait se sentir en sécurité.
Sutton n’avait pas franchement fait gaffe à l’heure. Il devait être aux alentours de minuit, peut-être un peu plus tard. Elle avait complètement perdu la notion du temps. Mais elle se retrouvait à cette heure tardive, pliée en deux, face à la porte de chez Marius. Elle tambourina aussi fort que ses bras le lui permettaient encore.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: fear is the devil's greatest illusion -ft. Marius Mar 7 Oct - 23:14

Marius passait la soirée à s'occuper à rédiger et à lire des papiers concernant la politique de son pays, oh, il avait longtemps détesté se mêler à tout ça, mais maintenant, à force de pratique et d'habitude, ça l'ennuyait drôlement moins. Il était consciencieux et précis dans son boulot, il ne lésinait pas sur le travail à fournir, il savait qu'il était jeune, qu'il avait été privilégié à cause de son statut de prince, cela ne l'empêchait cependant pas d'être bon dans ce qu'il faisait. Il voulait justement faire un pied de nez à tout ceux qui l'avait traité avec condescendance. Dans la cuisine, son garde du corps était occupé à regarder un match pendant que son second gardien avait préféré s'installer dans le salon pour lire. Il n'était jamais seul, n'avait pas l'habitude d'être seule, mais il s'estimait plus au calme qu'au Danemark où la protection était d'autant plus élevé qu'il fallait protéger la Reine, sa mère.

Alors qu'il finissait d'écrire des notes pour ses documents, il fut distrait lorsqu'on tambourina à sa porte. Aussi tôt, ses deux gardes du corps furent en alerte et Marius avait l'habitude de les laisser régler sa protection, il ne bougea pas de sa place alors qu'un de ses protecteurs se retrouvaient à ses côtés tandis que l'autre allait à la porte, vérifier qu'aucune menace n'était dirigé à son encontre. Il regarda par le judas de la porte avant de pousser un soupire, visiblement, il avait reconnu la personne qui venait les... déranger aussi tard. « Miss Webster-Monroe » fit alors le garde en rangeant son arme avant d'ouvrir la porte et laisser rentrer une Sutton... mal en point. Marius se dirigea aussi tôt vers elle et confus, il observa son visage tuméfié avec horreur, il s'était passé quoi ? Il la serra maladroitement dans ses bras, mais il avait tant de mal à trouver les bons mots que cela lui semblait être la meilleure solution maintenant. Il passa sa main dans ses cheveux et se mit à murmurer des mots de réconforts dont il ne se rappelait même plus, il tentait juste de rester calme et de la soutenir du mieux qu'il pouvait. Il se sentait malhabile et un peu gauche, et il osait à peine la toucher de peur de la blesser, mais il voulait aussi lui offrir un réconfort et une protection alors il l'entourait de ses bras. « Sutton... » murmura-t-il tout en lui embrassant le haut du crâne avec affection, une de ses mains glissa le long de son dos avec douceur. « Qui t'a fait ça ? » finit-il par demander, la voix un peu plus dur, il observait ses gardes du corps du coin de l'oeil et ceux-ci se rétractèrent dans leur chambre qu'ils laissèrent toutefois ouverte en cas de danger... Marius ne se faisait pas d'illusion, ils allaient demander un renforcement de la sécurité dans les alentours, pour être sûr que personnes de mauvais n'ait suivi Sutton et ça le rassurait quelque part. Ici, elle serait sous sa protection... pour une fois qu'il la trouvait utile !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: fear is the devil's greatest illusion -ft. Marius Mar 21 Oct - 22:47


❝ fear is the devil's greatest illusion. ❞



Ce soir, sa connaissance des arts martiaux et son addiction pour la boxe ne lui avait pas servi à grand-chose. On l’avait pris par surprise.  Elle avait bien été capable de rendre quelques coups. Mais visiblement l’effet de surprise et leur nombre avait fait la différence.
Il n’y avait qu’un endroit qui lui était venu en tête pour se réfugier. Ni chez sa sœur jumelle, ni chez Peter. Encore moins chez elle. Non, il n’y avait que Marius qu’il lui était venu en tête. Sans pour autant se demander s’il était chez lui, occupé ou non. Les pensées qui affluaient dans sa tête restaient sommaires : survivre et se cacher. Ce fut la protection rapprochée de Marius qui lui ouvrit, visiblement interloquée de l’état dans lequel elle se trouvait. Oui, il était vrai qu’habituellement, elle était plutôt classe, voir totalement sexy.  Aujourd’hui, c’était plutôt tout le contraire. Elle devait même faire peur.  Marius s’approcha pour la serrer dans ses bras. Ça lui faisait mal, mais elle s’en foutait. D’une certaine manière, ça la soulageait tout autant. Il passait sa main dans les cheveux de l’américaine, qui se retenait de ne pas juste fondre en larmes. Elle était assez pathétique comme ça, elle ne voulait pas en rajouter une couche. Elle sentait que Marius tentait de la soutenir du mieux qu’elle pouvait, ses jambes avaient du mal à la tenir debout. Elle était à bout de force. « Sutton... » chuchota-t-il en l’embrassant sur le front. Elle ferma les yeux, essayant de faire le vide, et de ne se concentrer que sur la présence réconfortante de Marius.  « Qui t'a fait ça ? » Elle leva doucement la tête pour le regarder. Elle haussa les épaules. « Je sais pas… J’ai… » Elle se cala un peu plus dans les bras de son ami avant de soupirer. « J’ai fait la conne, Marius. J’savais pas où aller. J’pouvais pas rester à l’hôpital. » Elle tremblait, elle se sentait complètement paumée. « J’suis désolée de débarquer comme ça. J’veux pas t’attirer d’ennuis mais… » elle fut secouée d’un sanglot qu’elle n’arriva à réprimer. « Ils étaient quatre. J’ai rien vu. Mais c’est sans doute les mecs de qui j’ai piraté les comptes… » Un de ses amis s’était fait plumer au poker. Il avait joué contre la mafia. Laquelle, elle n’en savait pas grand-chose. La seule chose qu’elle savait, c’est qu’à cause de ça, il s’était retrouvé dans la merde et il manquait de fric. Pour elle, ce n’était qu’une formalité. Elle s’était imaginé que tout se passerait comme d’habitude. Foutaises.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: fear is the devil's greatest illusion -ft. Marius

Revenir en haut Aller en bas

fear is the devil's greatest illusion -ft. Marius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-