It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

N°2 ; Tonight gonna be a good night [Dora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: N°2 ; Tonight gonna be a good night [Dora] Mer 26 Aoû - 12:39

L’air frais de la nuit me fait du bien, mais la tête me tourne quand même. Je m’accroche à mon sac à main Longchamps, comme si le seul fait de l’empoigner fermement dans ma main droite pouvait m’empêcher de trébucher et de m’écrouler sur le bitume. D’ordinaire, je tiens bien l’alcool, mais cette fois-ci, je ne sais pas ce qui m’est arrivée. Sûrement une personne pas nette qui, discrètement, a versé dans mon verre de limonade-vodka-citron, ma boisson préférée, quelque chose de non-identifé pas spécialement bon pour le corps et pour les méninges. Je tiens dans ma main gauche une cigarette à la vanille – le seul parfum de cigarette que je peux supporter, et dont je raffole, et tire une bouffée. La fumée au goût de vanille pénètre dans mes poumons en me procurant un bien fou. Ce que je peux adorer ces cigarettes. Bien sûr, elles coutent un peu plus cher que des cigarettes normales, mais je peux me le permettre, avec mon compte en banque ; et puis, les cigarettes normales sont tellements horribles. C’est comme si l’on avalait de la fumée de pot d’échappement de voiture mélangée à des particules de goudron et de la poussière de ciment. Délicieux, n’est-ce pas ? Tandis que les cigarettes à la vanille… c’est comme si l’on replongeait dans son enfance, et que l’arôme délicat de la vanille pénétrait au plus profond de nous-même. Comme si l’on avalait un yaourt onctueux parfumé à la vanille, comme si l’on mangeait un gâteau au sucre vanillé. Se revoir, en train d’ouvrir les gousses de vanille et de les préparer pour en faire une mixture pour gâteau… Tout ça, en une seule cigarette. Un délice. La cigarette ne m’éclaircit pas vraiment les idées, mais elle ne me les embrouille pas non plus ; elle me fait juste bien sentir dans ma tête et dans mon corps. Une bonne cigarette, et vous êtes parti pour la journée. Je sais que je n’aurais pas du boire autant, mais le barman était si gentil et si séduisant, dans sa chemise noire à moitié ouverte. Remarque, en y repensant, ce devait être fait exprès. D’ailleurs, ce devrait être interdit, des barmans si séduisants : ça incite à la consommation. Je ne sais plus combien de verre de vodka il m’a resservi. Beaucoup, sûrement, pour que je sois dans un état pareil. A vrai dire, je n’avais pas arrêté de danser, de boire et de fumer. Le serveur surgissait toujours derrière moi pour remplir mon verre de vodka, qui au final n’était plus mélangée de limonade et de citron. J’hélai un taxi et lui donnai l’adresse de mon appartement, où, la connaissant, Dora était sûrement en train de dormir. Je me retenai pour ne pas m’évanouir dans le taxi ou vomir sur la banquette. Ca ne risquait pas de m’arriver, cependant. Même si j’étais parfaitement beurrée, je savais qu’une mésaventure du genre ne m’arriverait pas. Je risquai juste d’être complètement guillerette et de me mettre à hurler.

En arrivant à l’appartement, je descendis du taxi en donnant plus de monnaie que nécessaire au chauffeur : je n’avais pas la tête à compter. Mes pieds étaient assez douloureux à causes des immenses talons de mes chaussures Jimmy Choo, aussi je les retirai pour marcher pieds nus et prendre mes escarpins à la main, une cigarette dans l’autre, mon sac Longchamps calé au creux de mon coude. Ma robe noire bustier était encore bien lisse et non froissée, mes cheveux blonds ondulés tombaient sur mes épaules, un peu emmelés, un peu brousailleux. Je montai les marches de l’immeuble, tanguant un peu sur mes pieds, trouvai mon appartement, enfonçai et tournai la clé dans la serrure, pour pénétrer dans la pièce plongée dans le noir. Dora ne pouvait pas dormir comme ça, il n’était que… - un petit coup d’œil à l’horloge du salon – une heure dix du matin. J’avais envie de la réveiller, que la fête continue ici, avec elle, et même avec l’immeuble tout entier. Mettre la musique à fond, faire péter la vodka, tout ça dans notre appartement. Je n’avais plus les idées très claires, aussi je me mis à chanter – enfin, à hurler plutôt, ma voix déraillant par endroits. J’étais sûre de réveiller Dora. Aussi je me mis à danser.

« I GOTTAAAAA FEELIIIIIING YIHOUUUUUU, THAT’s TOOONIIIIIIGHHHHTT GONNA BEEEE AAAAAA GOOOOOOD NIIIIGHTTT, THAT’S TONIIIIIGHTTTT GONNA BE A GOOOD NIIII-III-IIIGHHHHHTTT ! »
Revenir en haut Aller en bas

N°2 ; Tonight gonna be a good night [Dora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-