It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

it was bound to happen some day (lhoà & lohan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: it was bound to happen some day (lhoà & lohan) Mer 30 Juil - 19:47

Lhoà ∞ Lohan
it was bound to happen some day
« Qu’est-ce qu’on fait maintenant, chef ? » Je lançai un regard noir à Simmons. « Appelle-moi encore une fois ‘chef’, et tu verras ce que je vais te faire. » Mon collègue sourit de toutes ses dents, tout en me filant un coup d’épaule fraternel. C’était une petite blague entre nous depuis que j’étais passé lieutenant tandis qu’il restait sergent. Enfin… une blague surtout du côté de Simmons. Si j’étais fier de ma promotion, parce que ça couronnait des années de travail acharné, je n’en faisais pas tout un plat. J’étais en revanche un peu gêné pour Simmons qui était sorti de la même promotion que moi. Mais il avait apparemment bien accueilli la nouvelle et depuis, m’appelait ‘chef’ pour me charrier. C’était un bon élément de la brigade, fiable, discret et travailleur. Sur cette affaire de règlements de compte qui sévissaient depuis plusieurs mois, il était d’une grande aide… même si l’affaire en question pataugeait. Ce n’était pas la faute de Simmons, bien sûr. Des meurtres avaient lieu partout dans la ville et personne ne savait rien, personne n’avait rien vu, personne n’avait rien entendu. Le tueur ne laissait aucune trace. Un travail propre et sans bavure. La hiérarchie était sur les dents, les journaux nous demandaient des comptes, bref, nous étions tous sur le qui-vive, à la recherche du moindre indice.

C’était justement pour cela que nous étions venus dans Chinatown. Un de nos indics nous avait promis des révélations. Évidemment, rendus sur place, nous avions eu droit au même refrain : rien vu, rien entendu, nous ne parlerons pas, bonjour chez vous. C’est donc un peu découragés que Simmons et moi sortîmes sur Lafayette Street. Nous nous frayâmes un chemin dans la foule quand soudain, il s’arrêta devant un Starbucks. « J’ai faim, tout d’un coup. » Je ricanai. Simmons avait toujours faim. « Dis donc, tu crois vraiment que c’est le moment de… » De longs cheveux bruns attirèrent mon regard et mon cœur manqua un battement. C’était elle. Je n’en croyais pas mes yeux. Était-ce un mirage ? Je fermai rapidement les paupières et les rouvris. C’était bien elle. Je ne l’avais vue que de nuit jusque-là, et pourtant, je l’aurais reconnue entre tous ce jour-là, ensoleillé et clair. Je ne pouvais pas détourner les yeux d’elle.

Lhoà. C’était son prénom. Et c’était la seule chose que je connaissais d’elle. Nous nous étions rencontrés une nuit alors qu’elle faisait le trottoir. J’avais cédé à un instinct primaire et masculin et je l’avais emmenée dans un motel. Nous nous étions revus deux fois, après ça. Trois petites fois. Et pourtant, elle ne voulait pas sortir de mon esprit. La pute et le flic. La belle équipe, hein ? Elle ignorait tout de mon métier, évidemment, je savais que ça mettrait fin à nos rencontres. Et voilà qu’elle venait vers moi. Elle ne semblait pas m’avoir vu, mais il suffisait qu’elle relève la tête pour que nos regards se croisent – j’étais incapable de bouger. Et Simmons qui déblatérait toujours à mes côtés… Je pris une grande inspiration. « Tout compte fait, tu as raison, je ne dirai pas non à un donut. » Je regardai la file d’attente qui s’était formée dans le Starbucks et qui se prolongeait à l’extérieur. Bon, j’avais le temps. « Et un café noir, sans sucre. Pendant que tu iras chercher ça, je vais téléphoner à la brigade pour leur dire où on en est. » Simmons me fixa avec suspicion. «  Tu es sûr que ça va ? » Plus qu’à quelques mètres… J’eus un geste impatient de la main. « Mais oui ! Allez, va chercher ces foutus donuts ! » Après un dernier regard soupçonneux, mais l’appel du ventre étant le plus fort, il se dirigea vers l’entrée du café. Je soupirai de soulagement. Lhoà s’était arrêtée à cinq pas de moi. Regarde-moi ! Regarde-moi ! lui scandai-je silencieusement.
code by Silver Lungs


Dernière édition par Lohan J. Wheeler le Jeu 31 Juil - 13:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: it was bound to happen some day (lhoà & lohan) Mer 30 Juil - 21:34


LOHAN & LHOA
it was bound to happen some day




« Putain de bonne à rien. Tu me fais chier. Crève. » Un bruit se fit entendre. Quelque chose venait de se casser sur le carrelage. Essayant d’émerger de mon sommeil, j’ouvris un œil, ma tête se mettant à tourner. L’impression d’être sourde, je mis quelques secondes avant de comprendre ce qu’il se passait en bas. Sota frappait ma mère après une nuit de beuverie. Me levant d’un bond, je quittais le lit avant de me fracasser la tête par terre. Ah… Portant ma main à ma tête, je me défis les pieds des draps avant de partir de la chambre, dévalant les escaliers avant de glisser sur le sol pour me porter vers le lieu de la bagarre. La cuisine. Ma mère se trouvait au sol, à pleurer, alors que Sota lui donnait des coups de pieds, un couteau de cuisine à la main. Sans réfléchir, je lui sautais dessus pour qu’il arrête de la taper. Plus ça allait et plus il buvait. Pourquoi nous faire souffrir autant ? Je le haïssais tellement. L’étranglant comme je pouvais, je tirais sa tête en arrière avant de recevoir un coup de coude dans les côtes. Tombant, j’eu du mal à reprendre ma respiration avant de le voir venir sur moi. Je préférais qu’il me tape moi que ma pauvre mère qui était usée depuis toutes ces années. Me relevant, je me penchais en arrière esquivant son couteau avant de reculer une seconde fois alors qu’il le fit bouger n’importe comment dans les airs. Me tenant à la rambarde de la porte, je me penchais une nouvelle fois en arrière avant de lui donner un coup de pied dans le ventre le faisant reculer une fois, un second coup de pied dans le tibia pour lui faire perdre l’équilibre, et sans trop réfléchir je lui mis un troisième coup de pied entre les jambes. A terre. Attrapant son couteau, je pris ma mère par la main avant de quitter la pièce. Ça l’avait mis plus ou moins ko. La regardant longuement, sans un mot, je lui rendis le couteau avant de monter dans ma chambre. Je ne lui parlais toujours pas. Elle n’y était pour rien. Mais je ne pouvais pas m’empêcher de lui en vouloir. Je ne savais pas pourquoi. J’étais surement stupide. M’arrêtant devant la salle de bains j’y fis un rapide passage pour me laver. Douche froide oblige.

D’une on avait plus de chauffage dans l’appartement, car ce con avait encore claqué l’argent dieu sait où. Et deux, de toute façon, il faisait bien trop chaud pour prendre une douche chaude. Une fois fait, je me séchais avant de me stopper devant le miroir. Oh. Posant ma main sur ma clavicule je regardais le tracé rosé qui allait de la base de mon cou vers mon épaule. Il m’avait touché avec le couteau ? Je ne m’en étais même pas rendu compte. Désinfectant rapidement ça, je filais m’habiller. Un short et un croc-top feront l’affaire. Des baskets aux pieds, je pris simplement mon portable, mon portefeuille, mes lunettes de soleil et un paquet de clope avant de quitter la demeure. Mon petit frère était dieu sait ou, surement dehors. Il grandissait lui aussi. Il allait sur ses douze ans. Il n’avait pas envie de rester à la maison et je pouvais le comprendre. Une fois dehors en bas de l’immeuble, je m’allumais une cigarette tirant longuement dessus. Lunette de soleil sur le net, je regardais à droite et à gauche, avant de prendre la direction d’en face. Je ne savais pas où aller, mais mes pieds m’y mèneraient. Attrapant mon téléphone, j’envoyais un message au petit frère pour savoir où il était et ce qu’il faisait. Je me sentirais mieux une fois sachant cela. Vadrouillant dans les rues du quartier, je regardais un peu partout avant de sentir mon portable vibrer dans ma poche. Me stoppant en plein milieu du trottoir, je lu son message avant d’y répondre. Il était au parc avec des amis. Bien. Au moins il n’était pas seul. Soupirant, je rangeais le téléphone, avant de relever la tête. Une main dans les cheveux, je me stoppais alors que je fis juste un pas. Lui. J’étais surprise de le voir là en plein jour. Ne bougeant pas, je le regardais à travers mes lunettes de soleil avant de sourire faiblement. Quelle coïncidence. M’avançant de quelques pas, je m’arrêtais devant lui avant de relever mes dite lunettes sur la tête. « J’ai cru une seconde qu’un fantôme apparaissait. La lumière du jour te va bien. » Dis-je en le détaillant de haut en bas. « Qu’est-ce que tu fais dans le coin ? » Demandai-je en haussant un sourcil. Bon j’étais mal placée pour demander. Et puis hors de question que je lui dise que j’habitais à trois rues d’ici. Je mentirais.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: it was bound to happen some day (lhoà & lohan) Jeu 31 Juil - 14:24

Lhoà ∞ Lohan
it was bound to happen some day
Elle avait enfin relevé la tête et m’avait aperçu. Elle s’approcha de moi en souriant légèrement tandis que je m’efforçais de paraître détaché. « J’ai cru une seconde qu’un fantôme apparaissait. La lumière du jour te va bien. » Je lui renvoyai son sourire. « Je te retourne le compliment. » Je ne savais pas quoi dire d’autre. Qu’est-ce qu’on est censé dire à quelqu’un que l’on rencontre par hasard et dont nos relations étaient jusqu’à présent réduites au strict minimum ? Je jetai un coup d’œil rapide vers la file du Starbucks. Je pouvais apercevoir le haut de la tête de Simmons et s’il se retournait, il me verrait taper la discute avec la jeune femme. Bien entendu, il ne pouvait pas deviner la réalité de nos rapports. Mais je ne voulais pas prendre de risque. Je profitai donc qu’un vélo passe sur le trottoir à quelques centimètres de nous pour poser la main sur le bras de Lhoà et la pousser doucement vers un endroit plus calme – si on pouvait dire qu’une rue de New York a des endroits calmes.

« Qu’est-ce que tu fais dans le coin ? » La question à laquelle je ne pouvais pas répondre sincèrement. Heureusement, j’officiais en civil et mon arme n’était pas visible sous ma veste – du moins, l’espérais-je. Je la resserrais quand même un peu, bien qu’il fasse très chaud ce jour-là. « J’aime bien me promener dans Columbus Park », improvisai-je en agitant  la main vers la direction du parc en question. J’espérais qu’elle ne me pose pas de questions sur l’endroit. J’avais beau habiter New York depuis presque toujours, certains quartiers restaient un mystère pour moi. Je connaissais seulement Chinatown parce que j’y avais fait plusieurs descentes et diverses planques, mais ça n’allait pas plus loin. « Et toi, tu te balades souvent par ici ? » lui demandai-je d’un air désinvolte, comme si la réponse m’importait peu. En vérité, de multiples questions se pressaient dans ma tête : qu’est-ce qu’elle faisait là ? Habitait-elle le quartier ? Travaillait-elle dans les environs ? Mais je me gardais bien de les poser. Je ne voulais pas la faire fuir en donnant un côté plus personnel à la conversation. Alors je restai sur du classique. « Alors… il fait beau, hein ? » Je me serai giflé. J’avais l’impression d’être un adolescent lors de ses premiers émois qui ne sait pas quoi dire face à sa copine. Alors que j’avais quand même eu mon lot d’aventures avec les femmes et que je n’avais jamais eu le moindre problème à parler avec elles ! Là était sans doute le problème : mes relations avec Lhoà n’étaient jusqu’à présent dévolues qu’au sexe rémunéré. On s’envoie en l’air, je paie, je m’en vais, fin de l’histoire. J’étais heureux de la voir en plein jour, dans un autre contexte, mais ça me décontenançait.

Un détail attira soudain mon attention. Un tout petit détail. Une fine ligne rosâtre qui allait de son cou à l’épaule. Une blessure récente, apparemment. En tout cas, je ne me souvenais pas l’avoir aperçue la dernière fois que nous nous étions vus. Je fronçai les sourcils en me demandant comment elle se l’était faite. Un accident ? J’espérais que c’était l’explication. Pourtant, au fond de moi, une question lancinante faisait rage : est-ce que c’était un client qui lui avait fait ça ? L’idée me répugnait, mais je savais bien que je n’étais pas le seul à qui elle offrait ses services. Cependant, me représenter un homme la blesser me mettait dans une rage folle. Je serrais les poings tout en me défendant de lui poser la question. Rien de personnel, telle était la règle tacite entre nous deux.  

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: it was bound to happen some day (lhoà & lohan) Jeu 31 Juil - 15:20


LOHAN & LHOA
it was bound to happen some day




« Je te retourne le compliment. » amusée de par sa réplique, je dévoilais faiblement mes dents avant de suivre son regard vers le starbuck à côté. Il voulait manger un bout ou boire quelque chose ? Mah, j’avais le temps de trainer avec lui s’il le voulait. N’ayant pas le temps de dire ou faire quoi que ce soit, il me prit par le bras avant de m’entrainer un peu plus loin, dans une sorte de petite ruelle bien plus calme que la grande rues. Enfin, y’avait tout de même du trafic, mais c’était moindre. Quoi ? Qu’est-ce qu’il avait ? Un truc clochait là, non ? Ou je me faisais un film ? « J’aime bien me promener dans Columbus Park » Fronçant les sourcils, je tournais un faible regard vers Colombus Park. Bien que je ne puisse pas le voir, je savais sa position exacte. Après tout ça faisait un an et demi que je vivais ici maintenant. Je ne l’y avais jamais vu. Ou du moins, peut-être que je n’y avais jamais prêté attention… Ce qui était peut-être fort probable aussi. Ce n’est qu’une fois que l’on connait la personne qu’on se rend compte qu’on la croise plus souvent que l’on croit. « Et toi, tu te balades souvent par ici ? » Tournant le regard vers lui, je le scrutais longuement en fronçant les sourcils. Même si je l’avais vu trois fois. Les trois fois dans un lit, ou nous nous adonnions à un plaisir charnel assez intense, je ne me voyais pas lui dire la vérité. Je ne le pouvais tout simplement pas. La vie de ma famille était en jeu. Sota avait été très clair sur ça. La moindre bourde et mon frère en payait les conséquences. Il fallait donc que j’invente un mensonge et bien rapidement. « Alors… il fait beau, hein ? » Euuh… What ? Le regardant rapidement, je souris sans pouvoir m’en empêcher. Oh my god. Il était mignon tout à coup. Adieu la jolie petite facette d’homme dur à cuir, sexy et j’en passe. En cinq mots, il venait de ruiner son image. Amusée je baissais la tête tout en mordillant mes lèvres. « Ouais, il fait beau, trop chaud même je dirais. » Marmonnai-je en enfouissant mes mains dans mes poches tout en me redressant pour le regarder à nouveau. « Non, je suis rarement dans le coin, mais comme je m’ennuyais, je me promène un peu et je visite ouais. » Dis-je en souriant faiblement. Après tout on le voyait bien à mon accent que je n’étais pas d’ici. Et puis j’avais encore un peu de mal à parler anglais. Surtout certains mots, mon accent laissait clairement à désirer. Raclant ma gorge, je regardais autour de nous, me demandant toujours pourquoi il nous avait amené là. Il avait quelque chose à cacher ? Surement. Mais quoi ? Une femme ? Il avait peur que je révèle nos activités ? Personnellement ce n’était pas mon style, je n’allais pas me vanter de faire le trottoir et de l’avoir en client. Je savais séparer la vie nocturne de la vie du jour. L’observant m’observer, je baissais le regard pour voir ou il regardait. Ma blessure. Souriant faiblement, je sortis mon paquet de clope avant de m’allumer une autre cigarette et tirer longuement dessus. « Alors quoi de neuf depuis la dernière fois ? » ça faisait un petit moment que je ne l’avais pas vu. Enfin, il n’était pas obligé de venir constamment quand il avait envie de sexe… mais je devais avouer que j’aimais bien passer du moment avec lui…


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: it was bound to happen some day (lhoà & lohan)

Revenir en haut Aller en bas

it was bound to happen some day (lhoà & lohan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-