It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me Mer 30 Juil - 18:51


New York New Yooork, et non, on ne pouvait pas échapper à la chanson, auriez-vous oublié qui est Zac ? Dès qu'il le peut, il fait ou dit une bêtise monumentale, chante, danse, tout ça tout ça. Et cela ne changera jamais il s'imagine déjà, âgé de quatre-vingt ans avec cinq ans d'âge mental (soyons généreux !) Peu importe qu'il passe parfois pour un malade, il ne s'en fait pas le moins du monde, au contraire, ça l'amuse. L'un de ses jeux préféré est d’ailleurs de se faire passer pour un débile. Quand Riley n'est pas là, évidemment, parce que c'est beaucoup moins drôle quand elle croise les bras et le regarde avec un air désapprobateur. Au moins, avec un caractère comme le sien, on ne s'embête pas, et les enfants vous adorent. Ça c'est clair, les enfants adoraient Isaac... Enfin, peu importe, tout cela pour en venir au fait qu'après Skagen et Jersey, il vivait aujourd'hui à New York. Il n'avait pas beaucoup de souvenirs des deux précédentes destinations, au fond il avait quitté le Danemark alors qu'il n'était qu'un bébé, et, à Jersey, il avait à deux reprises était frappé d’amnésie. En fait, même s'il avait été grand lorsqu'il vivait à Skagen, il n'en aurait aucun souvenir. Il avait tout oublié, tout. Alors qu'il se remettait à peine de sa première perte de mémoire, un nouveau traumatisme l'avait à nouveau plongé dans l'oubli. Tout était à réapprendre, et il avait encore beaucoup de mal. C'est pourquoi il était tant soulagé d’avoir élu domicile dans une toute nouvelle ville. Bref, encore une fois, ce n'était pas le sujet. Non, le sujet, c'est qu'il venait de sortir de son appartement de Theater District en compagnie de Riley. Je ne vais pas m'étendre sur Riley, ça prendrait des heures, il y a trop de choses à dire, et pas suffisamment de mots pour l'exprimer. Un peu comme No Words de The Script quoi. Ce qu'il est impératif de savoir, c'est qu'Isaac l'aime, et que, normalement, elle aime Isaac. Même si ça, c'est difficile à prouver. Du moins, en public. La preuve: alors qu'il tentait de lui prendre la main, elle ne cessait de se dégager. Ce serait mal le connaître que de croire qu'il allait laisser tomber, un Nielsen ne laisse jamais tomber. Quand ça l'arrange. Au bout d'une dizaine de minutes  de vaines tentatives sans regarder où il allait -car trop concentré- et en ayant oublié le but de leur sortie, Zac émit un borborygme de protestation, avant de se faire comprendre plus clairement: « Laisse-moi faire, sérieux ! », finit-il par lâcher, son petit air boudeur s'affichant sur ses traits. Comme souvent, on aurait dit un enfant et ses protestations n'étaient pas des plus vigoureuses.


Dernière édition par Isaac Z-D. Nielsen le Lun 25 Aoû - 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me Mer 30 Juil - 19:57



Une compétition d'athlétisme venait de changer la vie de Riley. Habituée aux compétitions uniquement sur l'île de Jersey, lorsqu'elle avait apprit qu'elle devait se rendre à New York, Riley avait immédiatement eut l'idée de s'y installer. Ses amis lui manqueraient mais sans plus, ca s'en va et ça revient... Son équipe lui manquerait surtout, vu le temps qu'elle passait avec. Ses parents adoptifs... Elle ne restait jamais avec eux et elle ne souhaitait pas vivre plus longtemps avec eux. Elle voulait prendre son indépendance pour de bon, ne voyant pas l'utilité de s'éterniser chez les Brooks. Riley était reconnaissante au couple de l'avoir sortie de cet orphelinat mais malgré leurs efforts, jamais elle ne s'était attachée à eux comme des parents. Alors bon, partir était la meilleure chose à faire. Mais... Car il y a un mais... Il y avait UNE personne sur cette île qu'elle ne voudrait quitter pour rien au monde: Isaac Nielsen ou Narcisse, pour les intimes. Pour elle, quoi. Uniquement elle d'ailleurs. Isaac l'avait accompagnée pour sa compétition, comme toujours et c'est une fois là-bas qu'elle lui avait proposé de rester à New York.. Il avait, après mure réflexion, décidé de s'installer sur Broadway avec Riley. Un sacré changement pour eux... Riley s'était dit que cela serait plus sain pour son Zac de prendre un nouveau départ après son amnésie. Elle était prête à aller n'importe où et à faire n'importe quoi pour lui... Elle serait restée à Jersey si il l'avait souhaité.

Alors qu'ils se promenaient, Isaac tentait à de multiples reprises de prendre la main de Riley. La jolie australienne avait le regard rivé sur les immeubles et ce décor sublime de Broadway... Et d'un coup elle sentait une main attraper la sienne de manière furtive. Très naturellement et sans gêne aucune, la brune retirait sa main, en la laissant bien molle afin qu'elle tombe. Elle ne voulait pas non plus vexer Isaac, alors elle ne retirait pas brusquement sa main...« Mais quoi ?! », grognait-elle. Elle s'arrêtait en plein milieu du chemin et le fixait sans trop comprendre pourquoi il s'obstinait autant « Qu'est-ce que tu veux faire bon sang. ». Agacée ? Oui, légèrement, cela s'entendait d'ailleurs mais Isaac avait l'habitude. Il savait pertinemment que Riley était une sacrée râleuse, assez impatiente et qui avait une grande gueule. On pourrait rajouter le fait qu'elle était aussi maladroite avec les êtres humains, solitaire et quelque peu misanthrope... Et peu expérimentée au niveau des gestes tendres. Ah et bien sûr, Riley était pudique alors pas simple de le laisser lui prendre la main. Malgré ces défauts -Dieu sait qu'il y en a un tas d'autres-, une chose était parfaitement claire et indiscutable: Riley était amoureuse de son Isaac, et c'est pour cela que l'attitude un peu sauvage de la jeune femme ne provoquait jamais de conflits car Isaac ne remettait jamais en question les sentiments de la brune pour lui dans ce genre de situations... Il savait que sa copine était spéciale et qu'elle était en perpétuel progrès. Enfin cela ne l'empêchait pas de faire son gamin et de montrer son mécontentement, comme maintenant. Riley regardait autour d'elle et haussait les épaules, en disant d'un air quelque peu détaché « Je sais que c'est une grande ville mais quand même. T'as peur que je me perde ? ». Elle avait demandé cela en penchant un peu la tête, ne comprenant pas trop ce besoin qu'il avait de la tenir. Puis le regard de Zac se posa sur un couple qui se tenait la main, Riley suivit son regard et arqua un sourcil en les dévisageant. Ils n'allaient pas du tout ensemble... Bah que voulez vous, on ne peut pas être un aussi beau couple qu'Isley.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me Mer 30 Juil - 20:35


Leur relation avait évolué, même si l'évolution se voyait peu. Très peu. Riley faisait des efforts, elle progressait un peu plus chaque jour dans les relations humaines, c'est vrai. Zac lui était reconnaissant de faire cela pour lui, et il lui répétait toujours qu'il l'aimait comme elle était, qu'il n'avait pas besoin qu’elle se force et devienne un modèle de petite amie. Et il y croyait sincèrement quand il l'affirmait. Sauf que, là maintenant, il était un peu vexé et agacé. Elle aussi, cela s'entendait, mais il avait plutôt l'habitude de son caractère bien trempé. Parfois, ça lui prenait de revenir sur son avis et d'avoir envie qu'elle fasse plus d'efforts, qu’elle soit plus douce,... Il savait que ce n'était pas ce qu'il voulait, qu'au fond Riley ne serait plus sa Riley sans son caractère de cochon. Oui, c'est fou comme beaucoup de choses peuvent se passer dans la tête d'un enfant au corps d'homme. Amoureux, qui plus est. La réflexion de la jeune femme fut de trop, il leva les yeux au ciel et passa une main dans ses cheveux avant de répondre un peu agressivement: « Haha, fous toi de moi, j'ai l'habitude... » Et BAM, il finissait à peine sa phrase lorsqu'un couple se tenant la main passa près d'eux. Il les suivit du regard, ostensiblement, afin que Riley les remarque aussi. Il soupira. « Regarde CA. Tu veux pas faire un effort pour moi ? J'sais pas, ça va te tuer de me toucher ? », fit-il, sarcastique et, il faut l'avouer, un peu blessé. Il savait qu'elle faisait des efforts, mais il aurait aimé que ça se voit plus, et que ce soit plus naturel... C'était le seul souci, si on peut appeler cela ainsi, dans leur couple. Il était très, peut-être trop, démonstratif. Et elle, pas du tout. Mais il estimait que se tenir la main dans la rue n'était pas encore trop audacieux. « Laisse-toi faire et on y va... » soupira-t-il encore. Et non, il ne lâcherait pas l'affaire. Qui ne tente rien à rien, c'est bien ça ? Il parviendrait à ses fins, il y parvenait toujours


Dernière édition par Isaac Z-D. Nielsen le Lun 25 Aoû - 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me Mer 30 Juil - 22:27



Riley fit de grands yeux « De quoi t'as l'habitude ? Que je me foute de toi ? Tu rigoles. », répondit-elle sèchement. Riley n'avait pas du tout apprécié ce qu'il venait de dire... Certes, elle était comme elle était, mais jamais elle ne se foutait de son petit copain. Malgré son fort caractère et sa rancune tenace, elle prit la décision de tirer un trait sur ce que Zac venait de dire. Elle ne voulait pas qu'ils se disputent, encore moins pour si peu. Si elle n'osait pas tenir la main d'Isaac dans la rue, elle se retiendrait de se quereller avec lui en plein milieu des passants. Evidemment au moment où ils parlaient de se tenir la main, un foutu couple passa sous leur nez, main dans la main. Elle souffla en roulant des yeux, comme très souvent, puis dit à Isaac d'un ton hésitant « On dirait que je ne fais rien... T'exagères. C'est juste... une main, quoi. Enfin je sais pas ! ». Elle croisait les bras avant de reprendre en lui lançant un petit regard coquin, qui devint ensuite un regard totalement perdu « Tu peux avoir tout ce que tu veux de moi, mais tu fais une histoire pour une "poignée de main" en marchant... ». Elle haussa les sourcils en entendant une énième bêtise sortir de la bouche du beau Nielsen et s'exclama « Mais dis pas n'importe quoi enfin ! N'inventes pas des trucs comme ça. ». Riley n'avait jamais eut besoin de témoigner son amour ou son affection. Elle faisait tout son possible pour être démonstrative, mais lorsqu'elle ne voyait pas l'intérêt d'un geste ou autre, il était difficile de la convaincre. Et là, en l'occurrence, s'afficher en couple, elle ne comprenait pas. Chacun sa vie non ? Enfin bref. Après un court silence elle dit, étant à la limite de geindre pour supplier Isaac d'oublier cette idée, fronçant les sourcils en se dandinant un peu « Maaais... Je sais pas ça craint ! Après on a les mains moites, puis ça regarde que nous quoi ! Je t'aime c'est bon tu le sais non ? ». Elle lui fit les yeux doux, chose qu'elle ne faisait en temps normal... Ah, bah d'habitude, elle ne faisait jamais ça. Mais là, Riley ne se voyait vraiment pas marcher main dans la main, c'était un délire bizarre. Puis c'est les enfants qui se tiennent la main en sortie scolaire... Riley fixait Isaac, plantant son regard dans le sien. Elle parvint à lire dans celui-ci qu'il était contrarié... Bon, peut-être finirait-elle par la lui tenir, sa main...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me Mer 30 Juil - 23:38


Ils étaient sortis depuis quoi, un quart d'heure ? Et déjà c'était la catastrophe. Il faut dire que Zac aurait pu laisser tomber, ce n'était pas à ce point capital. Mais Riley aussi aurait pu faire cette concession et céder... Isaac était ainsi fait, il n'aimait pas laisser tomber, et lorsqu'il s'agissait d'Isley et de l'affection de Riley à son égard, il était assez obstiné. Et obsédé. La peur de l'abandon, sans doute, après ce qu'il avait traversé. Il ne releva pas sa question, se concentrant plutôt sur la suite et les arguments assez étranges -et incompréhensibles- de Riley. Il ne comprenait toujours pas. Lorsqu'elle eut un regard équivoque en lui disant qu'il pouvait avoir tout ce qu'il voulait d'elle, il ouvrit la bouche pour dire quelque chose puis la referma, scotché. Ça, elle ne lui avait encore jamais dit, et il était pas mal surpris de l'entendre, car le savoir et l'entendre sont deux choses différentes ! « Et tu te contentes de marcher tranquillement à côté de moi, sans plus ? » C'était un peu spécial, non ? La symbolique avait toujours compté pour Zac, et il aimait bien avoir des preuves visibles. « Je le sais, c'est pas la question... » Il chercha quelque peu ses mots. « C'est une question de... je saurai pas l'expliquer, c'est important pour moi c'est tout. » À vrai dire c'était difficile de mettre les mots corrects dessus, il voulait éviter de dire n'importe quoi. Isaac était toujours un peu contrarié, et il avait perdu l'envie de rester là. « En fait je vais rentrer, bonne balade. » C'était le petit côté insupportable d'Isaac, il détestait avoir tort et qu'on lui tienne tête. Dans ces cas-là, il se la jouait solitaire. Souvent, ses réactions prenaient les autres au dépourvu. Haussant les épaules, il fourra ses mains dans ses poches et fit demi-tour. Je l'avoue, il espérait aussi un peu qu'elle le rappellerait ou le rattraperait. Mesquin, je sais.


Dernière édition par Isaac Z-D. Nielsen le Lun 25 Aoû - 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me Jeu 31 Juil - 0:43



Riley laissa un léger rictus étirer ses lèvres en voyant la tête de Zac après ses propos. Avant Isaac, Riley était un peu coquine mais pas franchement à l'aise avec ça... Il faut dire qu'elle n'avait pas de copains, et les coups d'un soir, très peu pour elle. Avec Isaac, elle s'était épanouie et c'était souvent elle qui se retrouvait en petite tenue dans un endroit de l'appartement pour surprendre un Isaac fraichement débarqué. Passons. Réfléchissant un bref instant, elle répondit « Bah malgré ça, c'est pas pour ça que je vais te sauter dessus pour qu'on aille derrière un buisson histoire qu'on nous remarque... C'est pareil que ton histoire de main. ». Cela paraissait un peu dur, mais en vérité, cela ne devait pas l'être. Ne comprenant pas la requête de son copain, elle tentait avec maladresse de comparer afin de lui faire comprendre ce qu'elle ressentait... Mais c'était Riley donc cela sonnait sec... Et un peu agressif. Elle passa sa main dans ses cheveux en se mordant la joue, absolument insatisfaite de sa réponse « Si apparemment tu as besoin que je te le prouve en te tenant la main. C'est bien qu'il y a quelque chose qui va pas. ». Isaac tentait en vain de s'expliquer, de lui faire comprendre en quoi c'était important mais malheureusement... « Je comprends rien. ..», lâcha la jeune australienne à Isaac, désemparé. Bah il faut dire que son explication n'était pas claire du tout. Toute personne normalement constituée aurait compris ce besoin de se promener main dans la main avec sa moitié, et cette difficulté à l'expliquer prouvait que c'était important... N'importe qui aurait craqué. Oui mais pas Riley, elle avait ce besoin presque insupportable de devoir comprendre certaines attitudes et gestes des gens de son espèce avant d'agir. Le regard perdu dans celui de son petit ami, Riley dit, hésitante avec un air désemparé « Je fais bien ce qu'il faut chez nous, quand on est tous les deux pourtant. Pourquoi c'est pas suffisant ? Faut le faire dans la rue pour montrer aux autres ? J'vois pas le délire. ». Et là, Isaac laissa l'enfant qu'il était ressortir et il se braqua. Il prit la décision de rentrer... Capricieux et boudeur, bravo. « T'es sérieux Isaac ? Je cherche juste à comprendre ça va. », dit de manière vive Riley en soupirant. Puis il tourna les talons... Sentant la colère monter elle lui répondit « OK. Ouais t'en fais pas pour ça, je vais pouvoir marcher les mains libres sans qu'il y ait de drame. Le pied ! Pfff. », Riley, ou Enyo, le regardait s'éloigner en secouant la tête, le coeur lourd malgré sa colère. Elle ne voulait pas le laisser partir seul, dans une grande ville avec une telle circulation... Mais sa colère eut raison d'elle, et c'est dans l'autre sens que Riley partit. Elle avait éteint son portable, et avait passé trois heures dehors, a errer tel un fantôme. Elle ne profitait de rien et se contentait de se laisser guider par ses jambes qui faisaient ce qu'elles voulaient. Riley vit un couple et se dirigeait vers eux en petite foulées « Excusez moi !! Attendez !! », s'exclamait-elle pour les interpeller. Elle eut de la chance de tomber sur des gens sympa qui ne prirent pas peur face au phénomène Riley. Après un petit moment à discuter avec eux, elle prit le chemin en direction de leur appartement pour y retrouver son Isaac, sans doute encore entrain de bouder. Elle était au moins sure d'avoir quelques messages de lui malgré cela, sur son téléphone qui jusqu'à présent était resté éteint.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me Jeu 31 Juil - 1:38


Avec l'habitude, Isaac avait appris à distinguer la dureté intentionnelle de Riley de celle naturelle. Il savait pertinemment que, dans le cas présent, elle ne se voulait pas méchante, elle était juste maladroite. Une chance qu'il la connaisse si bien... Mais il avait beau la connaître, il ne la comprenait pas pour autant ! « Tu compares le fait de se tenir la main à ça ? » Il haussa un sourcil, de plus en plus paumé. Elle faisait des liens étranges et ne comprenait pas sa pauvre requête, c'était toujours plus compliqué que prévu lorsque l'un ou l'autre se mettait à vouloir changer l'une de leurs habitudes. Un peu comme la fois où Isaac était entré dans leur chambre et s'était évanoui en l'y trouvant dévêtue. Évanoui, rien que ça ! Plus le temps passait, plus Zac était frustré et agacé de ne pas parvenir à expliquer les choses à Riley. Il savait qu'elle n'agirait pas sans explication valable, et il n'en avait pas vraiment. « C'est juste une marque d'affection ! Et un peu d'appartenance, je sais pas... » L'appartenance ça lui plairait peut-être pas, mais c'était tout ce qui avait accepté de lui venir à l'esprit. Ça n'aurait pas dû prendrez pareille ampleur, ils étaient déjà très bien ainsi, nul besoin de créer des sujets de disputes stupides... « C'est pas un délire Riley, c'est un besoin. » Il savait que cela ne le mènerait à rien mais il continuait de justifier et de répondre. Du moins, avant de décréter qu'il rentrait. « C'est ça oui, profite d'être débarrassée du pot de colle ! » Pfff, n'importe quoi. Cette dernière phrase lui restait en travers de la gorge. De retour à l'appartement, il se prépara à manger et alluma la télévision. Sauf qu'il s'en faisait quand même pour Riley. C'était dur de se la jouer fâché alors qu'il commençait à comprendre qu'il avait exagéré. Il l'appela et, voyant qu'elle ne décrochait pas, pensa qu'elle faisait la tête. Il lui envoya tout de même quelques messages, sans jamais obtenir de réponse. En entendant la clé tourner dans la serrure, il s"allongea dans le canapé avec un air détaché alors qu'il était resté debout à faire les cent pas une heure durant. « Pourquoi tu décroche pas ton téléphone ? » Sous entendu il s'était inquiété, mais comme il boudait encore hors de question de l'exprimer clairement.


Dernière édition par Isaac Z-D. Nielsen le Lun 25 Aoû - 15:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me Sam 9 Aoû - 17:38



Voyant qu'elle non plus ne parvenait à se faire comprendre, Riley dit en soufflant « Laisses tomber. ». Isaac tentait de lui expliquer pourquoi se tenir la main avait tant d'importance à ses yeux mais rien à faire... Soit Riley ne comprenait pas, soit ce qu'elle entendait ne lui plaisait pas. Il faut dire que cette histoire commençait à lui taper sur les nerfs. « D'appartenance ? Ok... C'est drôle ça me plait pas comme terme. », lâchait-elle en secouant la tête. "Appartenance", cela lui rappelait un objet ou un animal. Non ce n'est pas ce que Zac voulait dire, absolument pas mais Riley avait toujours interprété cela ainsi...

« Ca commence à m'énerver cette histoire... », grognait la jeune femme en serrant les dents. Elle détestait ne pas comprendre, et encore plus le fait qu'une explication donnée ne l'aide absolument pas. La réaction de Zac l'agaça au plus haut point... Une fois de plus elle leva les yeux au ciel « Mais oui c'est ça ! », s'exclamait-elle en faisant un geste de la main comme pour balayer ses propos. Qu'il aille bouder, cela n'était pas la première ni la dernière fois qu'il le ferait. Mais si lui aussi devenait impatient, leur couple allait avoir du mal a tenir. Elle avait donc passé un bon moment à discuter avec un couple d'inconnus... Pour essayer de comprendre un peu ce besoin de rester collés. La maladresse de la jeune femme et son peu de connaissance en matière d'amour avait amusé le jeune couple qui avait une étrange ressemblance avec Isley. Après presque une heure de discussion, elle était allée dans une librairie pour feuilleter des bouquins, et s'était aérée l'esprit après trop de niaiseries en si peu de temps. Il fallait qu'elle trouve le moyen de revoir son jugement avant de rentrer à l'appartement... Ne supportant plus de savoir Isaac seul, et n'aimant pas rester fâchée avec lui malgré son mauvais caractère, Riley reprit le chemin de son quartier pour ensuite pénétrer dans l'immeuble, clés à la main.

Rallumant son téléphone une fois dans l'immeuble, elle vit des messages de Zac... Elle s'y attendait. Riley le connaissait trop bien, il boudait mais il se faisait du soucis. Elle avait eu le droit à des messages comme t'es où ? ou encore tu rentres quand ?, réponds moi dès que possible, ce genre de choses. Elle n'y prêta pas spécialement attention, et une fois rentrée, Riley vit Isaac affalé sur le canapé... Il jouait mal la comédie, son attitude détachée était à peine exagérée. Accrochant sa veste à l'entrée elle répondit un peu sèchement « J'avais des trucs à faire. ». Elle passait par la chambre pour enfiler un petit short afin de se mettre à l'aise et un débardeur noir. Elle attachait ses cheveux pour ensuite aller à la cuisine se faire un thé sans regarder une seule seconde Isaac. Riley ne faisait pas la tête, elle était simplement entrain de réfléchir à ce qu'elle allait dire... Et comment elle allait lui dire qu'elle avait tort, qu'elle avait mal réagit et tout le bazar. Une fois près du canapé, elle s'installait avec sa tasse dans les mains puis dit comme-ci de rien n'était, le temps de réfléchir « Alors. T'as fais quoi ? T'as regardé la télé tout ce temps ? ». Son ton s'était radoucit alors qu'elle soufflait pour refroidir sa boisson, avant de boire une longue gorgée. Elle jeta un oeil à la télévision et vit un reportage sur les poulpes... Une preuve de plus qu'il n'avait absolument pas regardé la télé. Ou alors il développait des passions étranges en secret, d'ailleurs elle s'en amusait ouvertement « Tu m'avais caché ta passion pour les poulpes, Narcisse. ». Riley arqua un sourcil, en mode pince sans rire, comme souvent. Elle soupira un peu, sentant qu'elle ne pouvait faire se retenir plus longtemps. Posant sa tasse sur la table basse, Riley se mit à genoux sur le canapé, face à Isaac « Ecoutes.. Je suis désolée pour tout à l'heure. J'aurais pu te tenir la main, mais j'ai voulu comprendre obstinée comme je suis. C'était stupide. ». Elle lui fit un petit sourire et attendit sa réaction... Sans doute allait-il être surpris de la voir s'excuser ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me Dim 10 Aoû - 17:36


C'était une situation frustrante car ils ne se comprenaient pas, et d'autant plus énervante que leur dispute ne rimait à rien. C'était d'un ridicule... Riley aimait être pudique sur ses sentiments en public, et bien c'était raté. Et, dans le cas présent, Zac aurait préféré qu'elle le soit. Il leva les yeux au ciel, il avait su avant même de le prononcer que le mot appartenance poserait problème, qu'elle verrait ça comme quelque chose de péjoratif alors que ce n'était pas du tout ainsi que lui le voyait. Lui ne pensait pas à une chose, un animal, un objet, ce n'était pas dans le sens possession, mais plutôt affiliation... « Ça tu vois je m'en doutais. De toutes manières tu comprendras pas. » Il leva à nouveau les yeux au ciel, s'impatientant. Un rire sarcastique lui échappa, comme si "cette histoire" n'énervait qu'elle ! Il secoua la tête. « Y'a que toi que ça énerve sans doute. » Levant les bras en signe de résignation, il commença à faire demi-tour pour rentrer à l'appartement. Il ne releva pas sa dernière réflexion et s'éloigna à grandes enjambées, mains dans les poches, son iPhone et ses écouteurs lui manquant soudainement beaucoup.

De retour chez eux, Isaac s'était installé devant la télévision, et les reportages sur il ne savait-trop-quoi avaient défilé sans qu'il n'y tête attention. Il avait rapidement eut la bougeotte, s'était saisi de son iPhone pour prendre des nouvelles de Riley. S'était préparé à manger et n'avait presque pas touché à son assiette, l’inquiétude commençant à lui couper l'appétit. Et finalement, il avait passé une heure à faire les cent pas entre le hall et le canapé. Pour revenir s’affaler dans celui-ci dès que la clé avait tourné dans la serrure. Il avait réfléchi et il savait très bien que tout cela avait pris des proportions démesurées, c'était ridicule de se disputer pour une "poignée de main", comme Riley appelait cela. Si ça la dérangeait, tant pis, à l'avenir il le saurait et il allait bien finir par l'accepter. Lorsqu'il demanda, avec un faux air détaché, pourquoi elle n'avait pas décroché son téléphone, il eut droit à une réponse qui le fit soupirer. « Hmm », fit-il simplement, comme s'il n'en avait rien à faire de la conversation. Il fit mine de s'intéresser à ce qui passait à la télévision, alors qu'il n'avait pas la moindre idée de ce qu'il était soit-disant en train de regarder puisqu'il suivait chaque geste de Riley du regard... « Hmm », fit-il à nouveau alors qu'elle s'était assise et lui demandait ce qu'il avait fait, s'il avait regardé la télévision tout ce temps. Bien sûr que non, mais hmm était devenu la réponse à tout. Ce n'est que lorsqu'elle lui parla de poulpes qu'il remarqua effectivement qu'il regardait un reportage débile sur des poulpes débiles et qu'il avait l'air encore plus débile que tout ça. Il fit mine d'être intéressé par le programme. Autant aller au bout de la débilité de la scène... « Hmm » Il était vraiment chiant ce mec, hmm c'est déjà saoulant une première fois, mais alors trois de suite, alors qu'il était apparent que ce n'était qu'un genre qu'il se donnait, c'était carrément insupportable. Ça pour être insupportable, Zac savait très bien s'y prendre. Mais Riley finit par le prendre au dépourvu, et il ne put s'empêcher de se redresser vivement. Trop que pour pouvoir masquer son étonnement, du coup il se rabattit sur l'humour à deux balles: « Tu t'excuses vraiment là ou je suis mort et comme je suis quelqu'un de génial je suis au paradis ? » Hum hum, bravo, c'était nul. Il reprit son sérieux et s'assit correctement face à elle puis, haussant les épaules, il balaya ses excuses d'un geste. « C'est pas de ta faute Riley, j'aurai pas dû insister. Je te connais et je t'aime comme tu es, c'est moi qui ait été stupide d'essayer de te forcer la main - c'est le cas de le dire... » Il passa une main dans ses cheveux et haussa une nouvelle fois les épaules. « Si tu ne me tiens même jamais la main j'en mourrai pas et je ne t'en tiendrai pas rigueur. Je les mettrais dans mes poches et on en parlera plus c'est tout. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me Mer 13 Aoû - 20:29



Cette histoire de mains allait beaucoup trop loin. Ils étaient entrain de se disputer pour une chose futile, et c'était la première fois que cela arrivait. Cela ne rassurait pas Riley de voir qu'une broutille pouvait conduire leur couple à une dispute... Même si ce n'était tout de même qu'un désaccord, elle n'aimait pas ça. Riley aimait que tout se passe bien, surtout dans son couple, c'est pour ça qu'elle voulait absolument savoir pourquoi c'était aussi important pour lui de lui tenir la main. Malheureusement, elle ne comprenait pas... Le mot "appartenance" avait été prononcé et la jeune femme ne parvint pas à se retenir et à manifester son mécontentement face à ce mot. La réponse de son copain l'avait presque outrée. Riley ne parvint pas à retenir un rire mauvais avant de dire « Bah non, c'est vrai, je comprendrais pas ! Je suis bien trop stupide ! ». Il commençait sérieusement à l'énerver, un peu trop d'ailleurs, si Isaac continuait ses réflexions, Riley allait exploser. Elle l'aimait très fort, mais elle pouvait également parler très fort et péter un câble... Il ne fallait pas trop abuser de sa patience. Riley décidait donc de ne pas répondre à la remarque de Zac, et détourna le regard en faisant comme-ci son petit copain n'existait pas. Si Isaac avait l'intention de continuer ainsi, Riley ne parlerait plus ! Il finirait bien par en avoir marre de parler à un mur. Finalement, il tourna les talons pour rentrer à l'appartement. Riley le regardait s'éloigner en secouant la tête, pour ensuite lui tourner le dos et se promener un peu pour se calmer... Sur son chemin vers la sérénité et le calme, elle mit un coup de pied dans une canette qui trainait en râlant.

Une fois rentrée, Riley avait fait l'effort d'adresser la parole à Isaac comme-ci de rien n'était, voulant savoir ce qu'il avait fait en rentrant. Une fois installée confortablement sur le canapé, tasse de thé en main, elle avait remarqué qu'il n'avait pas du tout passé une petite journée tranquillement installé devant la télé... puisqu'il regardait un documentaire sur les poulpes. Riley fit un peu d'humour en pointant le fait qu'elle venait de le démasquer, lui demandant si Isaac avait une passion secrète pour ces bestioles... Et depuis qu'elle était rentrée, il n'avait pas prononcé un mot mais lâchait un hmm. « Je vois que monsieur boude toujours, ça fait plaisir quand on rentre chez soi. », dit-elle avant de boire une autre gorgée de son thé en jetant un œil à la télé. Posant sa tasse, Riley tenait à s'excuser pour son comportement et comme elle s'y attendait, Isaac fut surpris et elle obtint enfin une réaction ! Elle se retint de rire en le voyant se redresser aussi brusquement, puis en entendant ses propos, elle laissa un petit rire lui échapper « Ha-ha, très drôle ! Ne me fais pas regretter mes paroles ! », elle plissa les yeux et lui mit une petite tape sur le bras « Et pour ton information, depuis que tu es à Broadway dans le même appartement qu'une certaine Enyo, tu es en enfer ! ». Elle plaisantait bien entendu... A sa manière quoi. Riley écoutait attentivement Isaac une fois que celui-ci reprit son sérieux. Elle secouait la tête « Non non, t'as pas été stupide, je peux comprendre le fait que tu aies insisté si ça te tenait tant à coeur. », elle soupirait en voyant qu'il passait l'éponge sur tout ça, uniquement parce qu'il l'aimait, se privant de quelque chose qui lui ferait plaisir. Riley lui prit les mains et planta son regard dans le sien « J'ai beaucoup pensé à tout ça, même si j'aurais simplement dû te donner la main... J'ai enfin compris pourquoi ça te tenait tant à coeur. Et j'ai réalisé que... J'ai envie de montrer qui est mon petit ami, et à quel point je suis chanceuse car il est génial... Bien qu'un peu, voire très chiant par moment. ». C'était nouveau pour Riley, tout cela: parler de ses sentiments, ses envies... Alors il fallait forcément qu'elle casse tout, histoire de ne pas montrer ses émotions. Du moins, le moins possible. Enfin pour le coup, qu'elle plaisante ou pas, c'était totalement fichu. « Ça ne va pas te tuer si je ne prends pas la main en public, mais ça ne me tuera pas de le faire. », dit-elle en lui souriant. Elle ajoutait ensuite, un peu timidement, baissant d'ailleurs la tête et baissant d'un ton, chuchotant presque « Je veux te combler au maximum, je déteste te contrarier. J'aime pas qu'on se dispute... Alors je tâcherais de simplement te faire confiance et d'essayer même si je ne comprends pas. ». Haussant les épaules elle poursuivait « Si quelque chose te rend heureux, elle me rend heureuse aussi. ». Riley lâcha une de ses mains pour la passer dans ses longs cheveux bruns, avant de faire un petit geste comme pour s'éventer « Il fait chaud non ? Je meurs là... », elle mourrait de chaud car elle était intimidée et ses joues étaient toutes rouges... Je vous présente Riley, mauvais caractère, râleuse, agressive et pudique, même devant son petit ami !


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me Mer 13 Aoû - 21:05


Plus il y songeait, plus Isaac trouvait leur dispute puérile, stupide et inutile. Mais il n'aimait pas s'avouer vaincu si vite alors même s'il ne faisait plus réellement la tête, il fit semblant. Assez mal d'ailleurs, mais là n'est pas la question. Il ne répondit pas à l'affirmation de Riley, ne lui adressant même pas un regard, sachant de toutes manières qu’elle savait qu'il ne boudait plus (il faut suivre le raisonnement !). Il se détacha de sa fascination feinte pour le documentaire qu'il regardait soit-disant et se redressa brusquement en entendant Riley s'excuser. S'il s'attendait à cela ! Il haussa les épaules avec une petite moue: « Quoi ? Je suis pas génial peut-être ? » Le narrateur de cette histoire est mort en écrivant un si grosse bêtise. Zac sourit légèrement à la tentative de plaisanterie de Riley. Le fait est que, même si elle la lui avait racontée, il ne se souvenait plus trop de leur première rencontre ni de comment les surnoms Narcisse et Enyo s'étaient imposés. A chaque fois, il se retrouvait gêné de pas se souvenir, alors il esquissait un sourire est espérant qu'elle oublie que lui n'en avait aucun souvenir... Un sourire étira ses lèvres lorsqu'elle le qualifia de génial. « Le "chiant" était indispensable ? », interrogea-t-il pour la forme, et surtout pour ne pas lui dire qu'il était touché par son discours. Cette situation le surprenait, habituellement c'était lui qui se lançait dans des déclarations de ce genre. Souvent à des moments imprévus, et quand elle lui demandait pourquoi il avait dit ça, il aimait répondre « parce que tu m'inspires»... Oui, je sais, c'est beau ! Elle le surprenait de plus en plus, et il ne s'aventurerait pas à la contredire de peur que leur dispute revienne, pour une bêtise encore plus... bête. « Et moi je t'emmerderai pas avec mes gamineries, deal ? » Parce qu'il fallait forcément qu'il gâche ça en disant un connerie, autrement cela n’aurait pas été Zac Nielsen. Il sourit, dans le vide puisqu’elle avait le yeux rivés sur le sol. « D'accord... Eh bien c'est parfait. Tu sais quoi, tu es parfaite. Je t'aime. » Il lui caressa la joue et lui releva la tête, mais ne put s'empêcher d'encore déclarer quelque chose de stupide au lieu de l'embrasser. Bah quoi, ç'aurait été trop facile à déduire, on est pas dans un film à l'eau de rose où on sait ce qui va se passer du début à la fin ! « Qui êtes-vous et qu'avez-vous fait de ma Riley ? » Sa question le fit éclater de rire, et un sourire demeura accroché à ses lèvres. « Voilà, je te reconnais ! Tu sais t'es pas obligée de rester habillée si t'as chaud... » C'était du Isaac tout craché, et là il attendait qu'elle le frappe, ce qui le ferait bien rire !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me Lun 25 Aoû - 14:12



Isaac venait de lui demander si elle ne le trouvait pas génial, en parfait Narcisse. Elle fit mine de s'étouffer pour ensuite lâcher un simple « Hmmm... », avant de grimacer légèrement pour le taquiner. Oui, ça pour être génial, Isaac l'était ! Sans l'ombre d'un doute. Seulement, pour éviter qu'il prenne trop la grosse tête, Riley ne lui dirait rien. Puis vint la remarque tant attendue sur le "chiant", elle fut secouée par un rire  moqueur, mais pas méchant pour autant « Oh que oui, faut rester crédible quand même ! ». Riley hochait la tête et dit en lui faisant un clin d'oeil « Deal ! Mais pour le reste, ne change rien... C'est pas toujours un fardeau de sortir avec Peter Pan. ». Riley détournait le regard en l'entendant dire qu'elle était parfaite, c'était loin d'être le cas... Cette gentillesse la mettait un peu mal à l'aise, étant assez timide. Oui, timide, vous avez bien lu. Elle répondait, d'une petite voix « Moi aussi. ». La jeune femme riait un peu en l'entendant dire cela, se touchant le visage comme pour vérifier si elle ne portait pas un masque ou un truc dans le genre « Je sais pas... On m'a droguée tu crois ? On m'a kidnappée pour faire des tests si ça se trouve... J'ai peur Isaac ! », s'exclamait Riley en serrant le bras de Zac en regardant autour d'elle en feignant la paranoïa. En entendant Isaac lui dire qu'elle pouvait se déshabiller si elle avait chaud, elle plissa les yeux « Alors là ! Tu peux rêver sale gosse ! », répondit Riley en râlant un peu, accompagnant ses propos d'un coup dans l'épaule de son copain. « JE suis venue vers toi... Alors à toi l'honneur ! Je sens que t'as chaud toi aussi. », ajoutait-elle en se collant un peu à Isaac. Elle passait sa main dans ses cheveux, avant de la descendre jusque sur son torse pour tirer sur son haut « Hein, tu as chaud Isaac ? », chuchotait-elle dans son oreille avec un air aguicheur.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me Lun 25 Aoû - 15:19


Ne rien changer serait assez simple, de toutes manières: chassez le naturel et il revient au galop. Ils le savaient tout deux très bien, ils avaient beau tenter de changer un peu, ils finissaient toujours par revenir à la case départ. Un sourire étira les lèvres d'Isaac, et, à l'évocation de Peter Pan, une analyse différente de l'histoire présentée dans les dessins animés lui revint à l'esprit. Il n'aurait pas été Zac s'il ne l'avait pas fait partager avec un air fier: « Tu sais que selon certains spécialistes, Peter Pan est en fait un ange qui guide les enfants morts au paradis !? » C'était soudainement beaucoup moins joyeux comme histoire, mais Zac aimait bien exposer sa science, et puis une conversation normale aurait été beaucoup moins intéressante. Il sourit à nouveau lorsque Riley vint s'accrocher à son bras, se laissant finalement aller à rire. « C'est marrant le mot peur dans ta bouche ! » Clairement, Riley et le mot peur ne semblaient pas vraiment aller ensemble ! L'atmosphère était beaucoup plus détendue que quelques minutes plus tôt, c'était reposant. Comme il s'y attendait, elle lui asséna un coup dans l'épaule et il éclata de rire. Ce qu'il n'avait pas prévu, c'est qu'elle finirait par l'aguicher. Son rire fut remplacé par un petit air d'incompréhension qui ne dura pas longtemps. Place ensuite à l'humour, évidemment: «  En fait j'ai un peu fr... » Il s'interrompit lorsque sa main agrippa son haut. Trêve de plaisanteries. « Nan, c'est bon, t'as raison, il fait chaud ici ! » Ce n'était pas une si mauvaise chose qu'ils se disputent parfois ! Même s'il ne fallait pas que ça arrive trop souvent, je vous l'accorde. Le jeune homme ôta son t-shirt avant de capturer les lèvres de Riley, la faisant basculer en arrière avec un léger sourire, pour ensuite se placer au dessus d'elle. Il passa sa mains sous le haut de Riley et parcourut son cou de baisers brûlants.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me Mer 17 Sep - 1:43




Une fois n'est pas coutume, alors que Riley se montrait gentille et lui faisait un compliment, Isaac lança quelque chose pour tout casser. Il était spontané, drôle... C'était pour ça que la belle brune l'aimait après tout. Elle eut envie de rire en l'entendant parler de ça alors qu'ils venaient de se réconcilier, ce qui était, normalement, quelque chose de gai. Riley fit rouler ses yeux avant de dire d'un air faussement enthousiaste « Sans blague !? Woaw ! Super joyeux comme anecdote, pas du tout glauque. J'adore ! Encore une, histoire de bien plomber l'ambiance Nielsen ? ». Elle secouait la tête en le regardant, amusée. Elle avait beaucoup de mal à faire la fille blasée à cet instant, ce qui ne lui ressemblait pas. A vrai dire, Riley s'ouvrait peu à peu et même si elle restait une gueularde, râleuse, impatiente, autoritaire et maladroite, elle parvenait à être plus agréable et à se détendre en compagnie de son petit ami Isaac... Ce qui était une bonne chose. Une autre chose rare: la jeune femme venait de plaisanter ouvertement, en faisant mine d'être effrayée. Un trait d'humour qui avait fait rire Isaac. Pour une fois que ce n'était pas sa maladresse légendaire envers les humains qui le faisait rire, Riley ne parvint pas à cacher sa fierté. Esquissant un sourire, elle lui répondit « Ouais je sais. A moi aussi ça m'a fait bizarre de dire ça, même pour plaisanter. », car oui, il avait raison, jamais elle ne prononçait ce mot. La peur, elle ne connaissait pas... Riley, c'était un peu Terminator, vous voyez ? Non, je plaisante... Quoi que. Etant quelqu'un d'imprévisible -ce qui semblait échapper à Zac-, elle avait, en plus d'un sympathique et délicat coup dans l'épaule du beau Nielsen, commencé à l'aguicher. Après tout, il l'avait bien cherché. Comme elle s'y attendait, Isaac voulait faire son malin et tenta une petite plaisanterie mais il se rétracta immédiatement lorsque Riley se mit à tirer sur son haut. Un large sourire étirait ses lèvres alors que celui-ci ôtait son t-shirt. Victoire de Riley. Elle prolongeait son baiser, lui mordant la lèvre au passage. Elle s'allongeait sur le canapé, initiative de son charmant petit ami et passa ses mains sur son torse une fois qu'il se trouvait au dessus d'elle. Riley souriait en sentant ses mains passer sous son haut, puis frissonna lorsqu'il descendit ses baisers chauds dans son cou, laissant sa tête aller en arrière tant elle appréciait le contact de ses lèvres sur sa peau. Les mains de la brune passaient sur le torse de Zac pour descendre et commencer à déboutonner son jean.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me Mer 17 Sep - 16:23


« Je garde les autres pour plus tard ! », sourit-il, fier de lui comme à chaque fois qu'il lâchait une connerie, ou disait quelque chose au mauvais moment. C'était absolument toujours comme ça avec Isaac, et le pire était que ses bêtises l'amusaient énormément, même plus qu'elles n'amusaient son entourage. Il s'en contrefichait, lui au moins il s'amusait ! Et Riley aussi, il savait pertinemment qu'il l'amusait. Il avait d'ailleurs bien envie de dire une bêtise comme "femme qui rit à moitié dans ton lit" mais s'abstint -avec difficulté. Le proverbe n'avait pas tout à fait tort, en tout cas pas dans leur cas (il faut avouer que c'est plus simple quand celle qui rit n'est autre que sa petite amie), de sorte que le jeune couple se retrouva bientôt allongé dans le canapé. Ils s'embrassaient avec passion et fougue, ce qui faisait oublier le naturel puéril de Zac. On frappa à la porte au moment où Isaac allait ôter son haut à Riley. Il haussa les épaules, mais d'autres coups retentirent à la porte, qu'il finit par ne plus pouvoir ignorer tant cela lui tapait sur le système -facilement irrité notre Isaac. « Je reviens. » Il soupira rien qu'à la pensée de se lever, mais le fit néanmoins. Il rejoignit la porte en enfilant son t-shirt, et lorsqu'il l'ouvrit il aperçut un de leurs amis. Ami ne signifie pas forcément envie de se voir et, là tout de suite, ni Isaac ni Riley n'avait envie d'être dérangé pas qui que ce soit. Après un salut par politesse, le jeune homme attendit de connaître les raisons de la présence de son ami. « Je peux entrer ? » Il haussa un sourcil. « En fait... » Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase, déjà il poussait la porte et pénétrait dans l'appartement. « Merci ! » Zac le regarda sans trop savoir quoi dire, puis posa les yeux sur Riley avec un air un peu désespéré et suppliant. C'était elle la plus apte à lui faire comprendre qu'il n'était pas le bienvenu, non ?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me Jeu 25 Sep - 4:33




Riley prolongeait les baisers fougueux et passionnés de son petit ami quand soudain... On frappa à la porte avec acharnement. Ils tentèrent d'abord d'ignorer, mais la personne insistait. Alors que le quatorze juillet était en préparation du côté du couple Isley Walsen, un autre individu avait prévu de tout gâcher. Riley avait ouvert les yeux pour regarder en direction de la porte, avec un regard agacé, alors que Zac continuait de l'embrasser avec nettement moins d'entrain pour terminer par se redresser. Il remettait son t-shirt pour aller ouvrir alors que la jolie Riley s'asseyait en tentant de se remettre de ses émotions. Elle était tellement dans la lune qu'elle ne suivit même pas ce qu'il se passait à la porte. Elle ne fit attention qu'en voyant quelqu'un arriver près du canapé. « C'est une blague... », lâchait-elle la bouche entre-ouverte. Encore ce squatteur, ce cafard, cet indésirable !? Riley regardait Isaac, resté planté à l'entrée... Elle ne s'était pas trompée, il était entré sans gêne aucune. Jared, le pot de colle, se laissait tomber sur le canapé, heurtant presque Riley qui sursautait face au manque de délicatesse de l'autre abruti « Comment va ? », demandait-il en collant Riley. Elle se décalait en le regardant avec mépris « Ca allait, jusqu'à ce que tu arrives. », puis elle lui fit un petit sourire mauvais. Jared ria aux éclats, manquant de faire saigner les tympans de la pauvre Wagner avant de dire en lui mettant une tape sur l'épaule, la poussant au passage comme si elle était son pote routier « Haha, toujours aussi drôle ma petite Riley ! ». Riley avait été emportée de l'autre côté du canapé mais s'était retenue pour ne pas tomber. Mais malgré tout, elle avait gardé son regard posé sur son épaule, totalement choquée par le fait que Jared avait osé la toucher, et la pousser en plus. Elle détournait le regard et répétait « Ma petite Riley ?? ». Elle se mordait la joue et regardait son petit copain en arquant un sourcil, comme pour chercher du soutien et manifester son mécontentement.

Riley se relevait puis allait rejoindre Isaac, croisant les bras « Puisque t'aimes mon humour, tu ne vas pas le prendre mal si je te dis... Enfin tu le prends comme tu veux je m'en fiche, mais on veut pas de toi ici. Et cherche pas, Isaac non plus. Pas maintenant. Et je trouve que tu passe pas assez de temps chez toi, parce que je te rappelle que oui, tu as un chez toi Jared. Donc ce serait s... », fit-elle avant de se faire couper la parole. Jared était à leur hauteur, et dit en ouvrant les bras pour serrer son pote « Oh ça va j'suis venu voir ton potooo !! Bon j'ai la dalle, on se mange un truc ? ». Exaspérée, elle roulait des yeux et marmonnait dans sa barbe alors que Zac tentait de calmer son ami « Je vais te faire manger tes dents moi... ». Jared riait un peu, ne se rendant absolument pas compte que Riley était à deux doigts de s'exécuter « Nan sérieux, t'as quoi à manger Zac ? ». Riley sentait la colère monter, monter... Elle serrait les dents et les poings. Elle allait bientôt exploser. Isaac d'ailleurs le savait, il le voyait, il la connaissait. A l'extérieur, à part son air blasé, on ne pouvait se douter de rien si on n'observait pas bien la jeune femme. Mais en un coup d’œil, Zac avait compris. C'est pourquoi il avait glissé un petit Jared, tu devrais t'en aller tu vois... Genre maintenant..., en levant son doigt pour le diriger vers la porte d'entrée avec un petit air que je ne dirais pas paniqué, mais affolé, de peur que son ami ne s'en prenne une sans doutes.« Oh.. OH ! J'vous ai dérangé pendant que... C'est ça ? ».

S'en fut trop pour Riley. Elle sortait de son silence et aboya « ZAC ! La porte ! », afin que celui-ci le vire le plus vite possible. Il ouvrait la porte alors qu'elle se précipitait vers Jared pour le mettre à la porte. Elle lui claquait la porte au nez et après quelques secondes à peine, Jared tambourinait à la porte. Riley ouvrit brusquement la porte et lui dit très calmement mais d'un ton quelque peu angoissant, et avec un regard noir « Si tu tu tapes encore UNE seule fois sur cette porte, c'est toi qui va jouer la porte et moi le bélier. T'as compris ? ». Elle haussait les sourcils en attendant sa réponse, qu'elle espérait positive et finalement, elle obtint un « Pas vraim... » qu'elle coupa net. Elle soufflait un peu et se massa une tempe « Ecoute moi bien Jared ! T'es peut-être le pote de Zac, mais t'es pas le mien. ALORS si tu veux pas dévaler les escaliers sur les fesses, ou mieux, sur la tête, je te conseille de dégager ! ». Jared hochait la tête en la regardant bizarrement, pour s'éloigner un peu de la porte avec une démarche hésitante. Alors qu'il avait tourné le dos, sous le regard de Riley qui aurait voulu pouvoir lui mettre un coup de pied aux fesses rien que par la pensée. Jared ne devait pas tenir à sa vie car une dernière fois, il se retournait et levait le doigt comme pour qu'elle lui donne la parole. Elle hurla, ce qui eut le don de le faire sursauter un bon coup « Mais je vais le tuer ! DU VENT !! VA TE TROUVER UNE PETITE AMIE ET ARRETE DE NOUS POMPER L'AIR ! », elle fit mine d'aller près de lui ce qui le fit courir vers les escaliers qu'il empruntait rapidement en la surveillant. Elle claquait la porte et s'appuyait contre celle-ci une fois close, fixant son petit ami amusé et soulagé « Putain, Zac... Je te JURE, la prochaine fois, je le tue pas, je le torture et je le MASSACRE ! Puis je le pends cul nu en bas de l'immeuble pour l'humilier une dernière fois. ». Riley n'était plus enragée, mais elle était blasée par ce mec. Déjà que quand il venait jouer avec Isaac et qu'il ne dérangeait pas spécialement, Riley n'appréciait pas, mais alors pendant un tel moment, ça ne passait pas du tout. Elle soufflait un peu pour se détendre...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me Sam 27 Sep - 10:33


Isaac pouvait avoir beaucoup de caractère lorsqu'il s'y mettait, il pouvait péter un plomb et se montrer d'une méchanceté et d'une violence inouïe, mais il avait surtout un caractère très doux, presque pacifiste, et malgré son impulsivité, il n'était pas du genre colérique et ne s'énervait pas facilement. Il était plus qu'irrité par la présence de Jared ici, car le moment était vraiment mal choisi et qu'il ne semblait pas le moins du monde s’inquiéter de les déranger, mais pas au point de se mettre en colère. Il en fallait beaucoup plus à quelqu'un comme lui pour en arriver là (d'autant plus qu'avec son âge mental à peu près égal à celui d'un enfant de quatre ans, il n'était pas véritablement enclin à se fâcher avec vivacité). Pour finir, Riley était passée maître dans l'art de ficher les gens dehors et, même s'il s'en était occupé, elle aurait tout de même été énervée: autant la laisser passer sa colère sur Jared, ainsi elle se calmerait, se soulagerait, et les soulagerait de la présence d'un indésirable. Un pierre deux coups. Jared s'avança vers le canapé où était toujours assise la jeune femme, et la bouscula comme s'ils étaient amis depuis toujours (et que Riley avait la carrure d'un chauffeur poids lourd). Zac allait s'en offusquer -on ne touche pas à sa Riley, nan mais il s'était cru où lui ?- mais déjà la jeune femme réagissait, avant de se tourner vers lui pour lui montrer à quel point elle désapprouvait la présence de son ami ici. A vrai dire, il s'en doutait un peu...

Bientôt, Riley fut debout à ses côtés, juste devant la porte, toisant Jared avec une sorte de mépris, bras croisés et à la limite de taper du pied. Mais alors qu'elle s'était montrée très clair, leur visiteur lui coupa la parole, semblant prendr tout cela à la rigolade -preuve qu'il ne la connaissait pas. Zac le repoussa lorsqu'il s'avança vers lui comme pour l'enlacer, et leva les yeux au ciel à sa question. Question qu'il reposa malgré l'avertissement d'une Riley totalement excédée. « Pour toi ? Rien du tout. Tu devrais t'en aller. » Un regard à sa petite amie suffit au jeune danois pour comprendre qu'il était véritablement temps de son amie quitte les lieux. Tout du moins, s'il tenait à la vie. « Jared, tu devrais t'en aller tu vois... Genre maintenant... » Il était désormais un peu plus inquiet qu'énervé, et désignait la porte avec une certaine insistance. Et le mot, ou plutôt la phrase de trop fut prononcée. Les deux jeunes hommes sursautèrent lorsque Riley dit à Isaac d'ouvrir la porte, et il s'exécuta malgré sa paralysie momentanée due à la surprise. Ils n'eurent même pas le temps de soupirer de soulagement lorsque la porte fut refermée sur Jared, car déjà il recommençait à y tambouriner. Isaac préféra reculer de quelques pas et laisser sa petite amie régler son différent avec lui... En imaginant la tête de son pote, il était tout simplement mort de rire. Mais se calma lorsque Riley réapparut, fermant la porte afin de s'y adosser. « Waaah ! Tu vois, ça m'avait manqué de te voir dans un tel état, je m'en lasserais JA-MAIS. Bon, par contre, je vais éviter de t'énerver à ce point parce que ça a beau être super sexy, je tiens à la vie. » Quel humour monsieur Nielsen ! Il n'aurait fait aucune réflexion s'il n'avait pas été certain qu'elle n'était plus en colère, mais il la connaissait par cœur et savait pertinemment qu'à cet instant, elle était blasée et non énervée. « Il faut vraiment que je trouve d'autres amis. », constata-t-il en riant légèrement avant de se laisser tomber dans le canapé et de s'y allonger.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me

Revenir en haut Aller en bas

ISLEY + you're the one song left in my symphony, like you were made for me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-