It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

❝ crying lightning ω mason & connor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: ❝ crying lightning ω mason & connor Mar 15 Juil - 22:36

Cette soirée va sûrement être intéressante. Pour commencer j'appelle ça les soirées porte ouvertes. A première vue, il semblerait que toute la fac soit présente ce soir, même i je sais que c'est impossible. C'est juste que vu que la demeure de ce quatrième année en droit est vraiment gigantesque. C'est simple, le salon à lui seul fait mon appartement et pourtant, je suis loin d'habiter dans un placard. Mais ce soir, exceptionnellement, Logan m'accompagne. Ce n'est pas la première fois mais seulement la troisième je crois. Logan commence tout juste à avoir l'âge de sortir, en tout cas sans que maman ne pète un câble si elle l'apprend. Il n'a pas encore l'âge de boire de l'alcool mais bon, soyons réaliste. Je lui fais confiance, tout comme les parents qui n'ont de toute façon pas le choix vu que pour changer, ils sont rarement présents en ce moment. Pour ce genre de choses ils ont eu tendance à nous laisser nous débrouiller seul, ce qui n'est peut-être pas plus mal quand on sait que les interdictions parentales ne servent qu'à exciter un adolescent.

Nous sommes là depuis dix bonnes minutes déjà, chacun avec un verre de bière à la main. Nous avons tous les deux pris notre voiture au-cas-où nos horaires de retour seraient différents. Me doutant et surtout ne voulant pas rester collé à mon frère toute la soirée comme lui n'en a sûrement pas envie non plus, je lui dis de faire attention à ne pas trop boire s'il veut rentrer en voiture et de m'appeler s'il y a un truc car de toute façon mon portable sera sur vibreur. En roulant des yeux, il me dit que c'est la même chose pour moi puis nous nous séparons quand il repère des gens qu'il connaît. J'ai un sourire en coin avant de m'éloigner à mon tour pour aller dehors. Oui parce que forcément, si la maison est immense, il y a un jardin qui l'est aussi, c'est obligé. Le fond de l'air est doux, c'est sûrement pour ça que tout le monde s'est mis en tête de profiter de la piscine. J'espère que les parents du quatrième année ne tenait pas trop à la statue de nymphe qu'il y a près de la piscine justement, parce que si oui c'est un peu trop tard.

Après avoir passé une bonne trentaine de minute sur la terrasse à discuter avec des deuxième année en Histoire, je décide de rentrer un peu. Non pas pour voir si Logan est dans le coin ... Okay, tant qu'à faire j'imagine que je jetterai un coup d'oeil. Que voulez-vous, avant de partir pour la Croatie, j'ai passé toute ma vie à faire attention à lui à cause de sa santé donc certaines habitudes ne changent jamais. Je rentre par la baie vitrée, slalome entre les gens, regarde si je vois Logan des gens que je connais. En même temps je vais me reprendre un verre de bière. Je traverse une partie du salon. Oui parce qu'il a l'air décomposé en trois parties, avec le hall d'entrée au milieu. D'ailleurs je descends trois marches pour descendre dans le hall pour passer de l'autre côté. Et c'est là que je l'ai vu, comme dans un mauvais film alors qu'on ne s'est pas vus ni même parlés pendant des mois depuis que j'ai quitté les toilettes de l'université. Mason, juste en face. Non. Je crois que je vais aller trouver un autre chemin pour reprendre de la bière.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ crying lightning ω mason & connor Jeu 17 Juil - 0:12

Grace n’étant pas en ville en ce moment – elle l’avait lâchement abandonné pour partir en vacances avec des amies, quelque part dans les caraïbes – Mason était affreusement seul. Il ne s’ennuyait pas non plus, loin de là. Il avait toujours ses amis, avec qui il sortait pas mal, puis sa mère qu’il voyait assez souvent aussi. Il profitait du fait que son père ait toujours autant de travail pour ça, sinon il ne prenait jamais le risque de pointer le bout de son nez chez eux. Mais aujourd’hui, il n’avait pas fait grand-chose. Il avait principalement joué à la console en fait. Cela faisait plusieurs jours qu’il ne faisait que ça et il avait commencé à se dire qu’il était grand temps que sa très chère femme rentre à la maison. Son appartement était immense et c’était encore plus flagrant quand il était seul. Quand Grace était là, ça allait encore, mais là… Il s’engouffrait de plus en plus dans l’ennui et il avait peur de finir par y disparaitre s’il continuait comme ça.

Heureusement, ses amis avaient senti son désespoir. Télépathiquement, c’était possible oui. Ou il ne savait pas comment ils avaient fait mais le timing était parfait. Ils l’avaient appelé un peu plus tôt dans l’après-midi pour lui parler d’une fête donnée par un mec de leur promo, en droit. Il avait déjà entendu parler de lui et il se rappelait être allée à cette même fête l’année d’avant. Peu importe qu’il ne soit plus en droit, cette soirée était en général  ouverte à tous les étudiants de la faculté. Plus il y a avait de monde, mieux c’était et le propriétaire des lieux ne semblaient pas se soucier du nombre de personnes présentes. Sa maison était immense en fait et tout Columbia aurait pu s’y réunir – en exagérant un peu, certes. Quoi qu’il en soit, Mason avait décidé de s’y rendre et il ne le regrettait pas. Qu’il connaissait pas mal de monde y aidait et il avait réussi à se débarrasser de son ennui en à peine cinq minutes. Voilà qui était efficace. Bière à la main, il parlait avec un peu tout le monde, à de vieilles connaissances comme à de parfaits inconnus, sans discrimination. Tout cela lui faisait du bien et il n’en voulait plus tellement à Grace de l’avoir abandonné comme ça. Le fait était qu’il ne pensait pas vraiment à elle. Elle s’amusait avec ses amies, à l’autre bout du monde, sans scrupules. Il ne voyait aucune raison de ne pas faire la même chose. Pourquoi devrait-il s’en vouloir après tout ? Il ne faisait de mal à personne, il n’avait pas prévu de faire le moindre excès non plus. Cette soirée s’annonçait parfaite.

Et elle fut parfaite jusqu’à ce que Connor ne fasse son apparition.

« Tu m’excuses un instant ? » La fille avec qui il était en train de parler jusque-là hocha la tête en souriant et alla rejoindre quelqu’un d’autre, laissant  Mason libre de… rejoindre Connor. Il ne savait pas pourquoi il faisait ça mais le voir là, après tout ce temps sans l’avoir vu – des mois, ils ne s’étaient pas parlés depuis leur discussion dans les toilettes – lui faisait… perdre légèrement la tête. Il ne pouvait même pas blâmer l’alcool comme il n’avait pas eu le temps de beaucoup boire et que la bière n’était pas très forte. Non, il s’agissait d’une impulsion, purement et simplement. Connor avait détalé si vite qu’il crut l’avoir perdu mais il le retrouva de l’autre côté du salon, près des escaliers menant à l’étage. Il savait qu’il l’avait vu et il savait également qu’il le fuyait. Ce simple fait aurait pu l’arrêter et pourtant, il ne pouvait s’empêcher de le suivre. « Hey, Connor ! » s’écria-t-il sans savoir s’il pourrait l’entendre ou non. Ça valait la peine d’essayer.

Faut qu'on paaaaarle, j'étais plus sûre d'où il fallait que j'arrête le rp donc je peux changer des trucs/ma fin si nécessaire :sisi:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ crying lightning ω mason & connor Sam 19 Juil - 15:12

Je n'ai pas envie de le voir. Je n'avais vraiment pas prévu de tomber sur lui en allant à cette soirée et pourtant, vu que tout le monde semble s'y être donné rendez-vous, ça me paraît logique tout d'un coup. En le voyant là, tranquillement en train de profiter mon corps s'est paralysé durant une fraction de secondes. Ca m'a coupé le souffle. On avait toujours réussi à s'éviter depuis la scène des toilettes. Tout ce temps sans se parler, à à peine se voir et le voilà juste devant moi, même si quelques mètres et plusieurs personnes nous séparent. En le regardant, le mot "marié" en lettres capitales clignote de partout tout autour de lui comme à Las Vegas. Dire que s'était supposé être une bonne soirée ... Je crois que je suis prêt à sacrifier mon gobelet de bière pour le moment. Nos regards ont à peine le temps de se croiser que je fais demi-tour comme une flèche. J'abandonne totalement d'aller chercher de la bière en fait, le fait de le voir a juste ... je sais pas en fait. Le savoir ici vient de court-circuiter tous mes neurones. Je ne sais plus quoi faire, où aller ... Je sais quand même que je dois rester éloigné le plus possible. Pourquoi ? Vous me demandez pourquoi ? Bah ... parce que, c'est tout.

De toute façon il va faire la même chose hein ? Il ne va pas me suivre hein ? Je ne me retourne pas, craignant de voir que c'est le cas. Non je file vers les escaliers, bousculant quelques personnes au passage. Je sais pas ce que j'ai tout d'un coup. C'est sûrement le fait de ne pas l'avoir vu et de ne pas lui avoir parlé pendant aussi longtemps. Je n'ai pas envie de le voir, je n'ai pas envie de lui parler  ... parce que à quoi ça servirait ? Il est toujours marié à ce que je sache ! Non vraiment, je vais pas avoir la force. Le pire c'est que je ne peux pas mettre ça sur le compte de l'alcool, j'ai juste bu de la bière et ... Je m'embrouille tout seul. En me retrouvant face à l'escalier, je constate, au comble de l'horreur, qu'il me suit. « Hey, Connor ! » Sa voix parvient jusqu'à mes oreilles, légèrement étouffée par la musique à les discussions entremêlées des gens. Je détourne rapidement le regard, faisant semblant de ne pas l'avoir vu en sachant très bien que je ne suis pas crédible. Je monte les escaliers quatre à quatre. Non, il faut qu'il arrête de me suivre ! Je ne suis pas sûr que ... Je prends une longue inspiration en arrivant à l'étage.

J'aimerais bien être capable de pouvoir remettre un putain d'océan là, maintenant, tout de suite. Maintenant ! Seulement c'est impossible. Des bribes de notre conversation dans les toilettes me reviennent en tête. C'est encore pire de le savoir pas loin après les choses qu'on s'est dites ce jour là. L'étage est plongée dans une pseudo obscurité. Il y a tout un tas de pièces, certaines doivent être occupées, j'en sais rien. Je me précipite vers la première pièce vide que je trouve, autrement dit la première porte qui se présente à moi. J'ai besoin de reprendre mon souffle, il faut ... il faut que je me calme avant de péter les plombs. La pièce où je me trouve qui est en fait une chambre est plongée dans l'obscurité mais on y voit assez clair grâce à la lumière de la pleine lune. C'est là que j'entends les pas dans les escaliers. J'ai oublié de refermer la porte.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ crying lightning ω mason & connor Lun 21 Juil - 14:13

Mason ne s’était pas imaginé une seule seconde qu’il allait revoir Connor ce soir. Après tout ce temps, ces longs mois sans le voir ou lui parler, un exploit quand on savait qu’ils étaient censés avoir cours ensemble. Leur discussion dans les toilettes de l’université avait été mouvementée. Il y avait tellement de colère accumulée des deux côtés, de frustrations, de souffrance, qu’il était logique que tout ait explosé ce soir-là. Ils avaient mariné pendant trois longues années… Mason ne s’était pas senti mieux après coup. C’était même pire, il aurait dû se sentir soulagé mais non, ça n’avait pas fonctionné. Enfin au moins, il avait dit à Connor ce qu’il avait à lui dire tout comme Connor avait pu se décharger aussi. Mais ça n’avait rien réglé. Au contraire, il avait plutôt l’impression qu’ils avaient plus régressé qu’autre chose. Ils en étaient revenus au point de départ, à ne plus pouvoir se parler, à faire comme si l’autre n’existait pas alors que c’était absolument ridicule. Mason n’arrivait pas à se sortir Connor de la tête, même en essayant bien. C’était beaucoup trop difficile et il avait du mal à croire que ce soit différent pour le blond. Pas après tout ce qu’ils s’étaient dit.

Le voir ce soir lui faisait ressentir tout un tas de choses. Plutôt contradictoires pour la plupart. Un peu déroutantes aussi. Il n’arrivait plus à se concentrer sur autre chose que lui en fait. Leurs regards s’étaient croisés pendant une demi seconde et pourtant… ça lui avait paru bien plus que ça. C’était fou l’effet qu’il pouvait avoir sur lui. Un peu comme la fois où ils s’étaient revus, l’année précédente, alors qu’ils venaient tous les deux s’inscrire à l’université. C’était exactement la même chose. Il se rendait compte qu’il lui avait manqué et qu’il ne pouvait pas vivre sans l’avoir dans sa vie. C’était bien ça qu’il l’avait poussé à vouloir être son ami alors qu’il savait très bien que ce n’était pas possible. Ils en avaient eu la preuve, ils avaient fini par ne plus se parler pendant des mois après s’en être rendus compte. Et là, si personne ne l’arrêtait, il allait refaire la même erreur. C’était bien là le problème, il n’y avait personne pour l’arrêter et il se mit à suivre Connor qui avait fui depuis déjà un moment. Mason savait que ce n’était bon ni pour l’un ni pour l’autre mais il ne pouvait pas s’en empêcher. C’était inutile, il le savait, mais il devait… il avait besoin de lui parler, de le voir. C’était comme vital et il n’avait envie de rien d’autre pour le moment. La maison n’était pas si grande alors il finirait bien par le retrouver. Et même si en réalité elle était immense, il le retrouverait bien. Il ne se posa pas la question de savoir si Connor, lui, avait envie de le voir ou non. Il savait que ce n’était pas le cas mais il avait envie d’être égoïste. Une fois de plus.

Il repéra finalement en bas des escaliers qui montaient à l’étage. Il tenta de l’appeler pour l’arrêter sans savoir s’il allait l’entendre ou non tant il y avait de bruit dans la pièce. Mais ce fut le cas. Connor avait fait celui qui ne l’avait pas vu mais Mason savait très bien ce qu’il en était. Et il n’avait pas dit son dernier mot. Connor le fuyant encore, il allait le suivre. Il ne pouvait pas faire autrement, il n’y arrivait pas. Il se fraya difficilement un chemin parmi les gens et arriva finalement à son tour aux escaliers. Il n’hésita pas avant de monter. Pas une seconde. Connor était là-haut et même s’il ne savait pas ce qu’il allait lui dire, il devait continuer. La première porte devant laquelle il passa était ouverte et il eut juste à s’avancer légèrement pour constater que c’était là que le blond se trouvait. Son cœur s’arrêta un instant et il se figea. Maintenant quoi ? Qu’allait-il lui dire ? Qu’allait-il faire ? Et surtout, pourquoi hésitait-il maintenant après avoir fait tout ce chemin ? Il était encore plus près maintenant, et il en perdait tous ses moyens. Il prit tout de même une grande inspiration et entra dans la pièce, refermant cette fois la porte derrière lui. Il posa sa bière et fila doit vers Connor, ne lui laissant aucunement le temps de réagir. Une fois arrivé à sa hauteur, il ne réfléchit pas et le poussa contre un mur pour l’embrasser. Enfin il pouvait décharger tout ce qu’il ressentait depuis toutes ces années. Dieu sait à quel point il avait eu envie de le faire, depuis quatre ans maintenant. Il en avait eu tellement envie et c’était toujours aussi naturel, malgré tout. Mais il finit par s’écarter brusquement en réalisant tout ce que cela impliquait. Il ne pouvait pas faire ça à Grace. Enfin, si, il pouvait puisqu’il l’avait fait mais il ne voulait pas lui faire ça. Elle méritait mieux. Elle méritait mieux que lui de toute façon. Il regarda Connor, haletant. Il craignait sa réaction bien sûr mais malgré tout il ne regrettait pas tellement ce qu’il avait fait. « Je te dirais bien que je suis désolé pour ça mais j’ai décidé d’arrêter de mentir, aussi bien à toi qu’à moi. » Surtout à lui, c’était un grand pas. « En revanche toi tu es libre de me frapper si ça peut te faire du bien parce que ce je viens de faire est injuste envers toi. » Et pour ça par contre il était désolé.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ crying lightning ω mason & connor Sam 26 Juil - 15:44

Sur le coup, je me demande surtout pourquoi il me suit, pourquoi il ne reste pas dans son coin à m'éviter comme je pense le faire ... ça me dépasse. Franchement, après ce qui s'est passé ça m'étonnerait qu'il me fasse une nouvelle proposition pour qu'on essaie à nouveau de redevenir amis. Ca me fait mal de l'admettre mais quelque chose s'est définitivement brisée entre nous. Ca a été plus facile qu'on devienne amis au lycée après avoir été les pires ennemis mais là c'est différent. C'est très difficile de redevenir amis alors qu'on a été plus que ça il n'y a pas si longtemps. Tous les mots qu'on s'est balancés dans les toilettes de l'université me reviennent en tête et résonnent en moi, comme pour me torturer encore un peu plus. Je ne me suis vraiment pas attendu à le voir ici ce soir, parce qu'après tout ça fait des mois qu'on ne s'est pas parlés. A force, je suis moins sur mes gardes et quand ça arrive ... voilà ce qui se passe.

Je monte les escaliers en quatrième vitesse. Je ne compte pas me cacher à l'étage toute la soirée mais je veux juste prendre une pause pour voir ce que je vais faire. Mon sang bat dans mes tempes et j'ai du mal à respirer. Si je voulais une preuve comme quoi je n'ai toujours pas tourné la page, la voici. En arrivant dans une chambre, je me pose précipitamment sur le lit pour reprendre mon souffle. On dirait que je viens de courir un marathon alors qu'il n'en est rien. Okay, okay, on se calme, pourquoi tu réagis comme ça ? Merde ! J'ai pas fermé la porte ! Sauf qu'avant d'avoir pu réagir, j'entends du bruit et je sens qu'il est là, derrière la porte. J'en ai le souffle coupé encore pour quelques secondes. Qu'est-ce qu'il veut au juste ? Parler ? Se battre ? Il a été clair la dernière fois et je l'ai été aussi ... alors pourquoi ... ? Je fixe la porte, la bouche ouverte quand elle finit par s'ouvrir totalement. Il est là, juste devant moi. Mon coeur bat encore plus vite. Je le regarde sans comprendre ce qu'il cherche à faire.

Puis, il pose sa bière et se dirige vers moi sans une once d'hésitation. Complètement perdu, je le laisse faire et quand je comprends ce qu'il a en tête, c'est trop tard. Il me pousse contre le mur et quand nos lèvres se rejoignent, c'est l'explosion. Littéralement. On s'est embrassés comme jamais, ou plutôt comme deux personnes qui adoraient s'embrasser auparavant et qui en avaient été privées pendant longtemps. Vraiment très longtemps. J'ai arrêté de réfléchir et lui aussi. Je sais que c'est cliché de dire ça mais le reste du monde a arrêté d'exister et toutes les merdes qui vont avec. A la place, il n'y a plus que nous deux et cette sensation de ses lèvres sur les miennes qui semble tellement naturelle. Je me concentre sur cette sensation, ce qui, pendant quelques secondes me donnent l'impression que tout va bien. Puis soudain, Mason s'écarte brusquement. Inutile d'être devin pour savoir pourquoi. On garde le silence quelques instants, cherchant à reprendre notre souffle. Je comprends toujours pas ce que ça veut dire, ne m'étant pas du tout attendu à ça. « Je te dirais bien que je suis désolé pour ça mais j’ai décidé d’arrêter de mentir, aussi bien à toi qu’à moi. » lance-t-il en me regardant. Je suis bouche-bée. Pendant un instant je crains avoir mal entendu mais non. Un désir plus si profondément enfoui monte de plus en plus. Je ne trouve rien à redire, j'ai complètement perdu l'usage de la parole depuis l'instant où je l'ai vu ce soir. Ma tête est un vrai bordel.

« En revanche toi tu es libre de me frapper si ça peut te faire du bien parce que ce je viens de faire est injuste envers toi. » poursuit-il. Je ne sais plus où j'en suis. La seule chose que je sais c'est qu'il est là, devant moi et qu'il en a envie, sinon il ne m'aurait jamais embrassé. A ce moment, tout le reste, à savoir qu'il est marié n'atteigne plus mon cerveau. J'ai envie de lui, je le veux à tel point que j'en ai mal au ventre, parce que ça fait quatre putains d'années que ça dure. Alors bien sûr que j'ai envie le frapper  pour me faire ça, parce que c'est un putain d'égoïste et que je sais qu'il va rester avec sa femme, mais ... je vous l'ai déjà dit, je suis complètement con. Donc au lieu de l'envoyer se faire mettre, je l'ai saisi par le col, sans difficulté parce que je suis plus grand que lui, et je l'ai poussé contre le premier mur qui venait. J'aurais dû lui envoyer mon poing dans la gueule, sérieusement, parce qu'il joue avec mes sentiments, enfin c'est l'impression que ça donne. Mais je ne l'ai pas fait, je l'ai plaqué à mon tour contre un autre mur sous le coup de la colère mais cette fois ce sont mes lèvres qui ont fondu sur les siennes. Ca fait tellement longtemps que je rêve de faire ça, que j'en crève d'envie, je peux pas croire que ça soit en train d'arriver. Je l'ai embrassé comme si c'était vraiment la dernière fois de ma vie que je le faisais. Je n'ai pas eu la chance de faire ça il y a quatre ans. Je l'ai embrassé comme si c'était la dernière personne que j'allais embrasser de toute ma vie. Je suis sérieux. Mes lèvres restent soudées aux siennes et je me fous de mourir asphyxié. Puis mes mains ... mes mains retrouvent les réflexes d'il y a quatre ans, elles partent en balade comme si elles n'avaient rien oublié du corps de Mason. Elles descendent, descendent jusque ... là quelques secondes avant de remonter pour se glisser en dessous de son haut.

hj: je l'avais dit qu'il serait pas d'humeur à parler x) ->>
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ crying lightning ω mason & connor Ven 1 Aoû - 20:15

Suivre Connor était une mauvaise idée. La pire idée qu’il avait eue de sa vie, sans doute, et Dieu savait à quel point il avait eu de mauvaises idées au cours de sa vie. Pourtant, il n’avait pas pu s’en empêcher. Même en sachant que c’était mal, pour lui, pour Connor, pour Grace, Mason n’avait pas pu rester à discuter tranquillement avec l’autre fille et faire comme si de rien n’était. C’était beaucoup trop lui demander. Ce n’était pas la première fois qu’il suivait le jeune homme alors qu’il n’était pas censé le faire. A chaque fois, ça s’était mal terminé et il y avait de grandes chances pour que ce soit le cas encore ce soir. Il était prêt à prendre le risque… Il allait le regretter mais peu importe. Il devait arrêter d’être le petit garçon qui avait peur de son père, ça durait depuis beaucoup trop longtemps. C’était simplement plus facile à dire qu’à faire. Il avait bien essayé, plusieurs fois, mais il avait toujours fini par le regretter aussi. Sa vie était tellement drôle, belle et facile. Un vrai bonheur !

Quoi qu’il en soit, Mason écouta son instinct et son cœur et suivit Connor à l’étage. Il savait qu’il l’avait vu, il l’avait remarqué même si le blond avait essayé de le cacher. Et qu’il fuie comme il l’avait fait ne faisait que l’encourager à le rejoindre. Comme s’il lui donnait une invitation, sans vraiment le vouloir. Alors qu’il aurait pu le confronter et lui dire qu’il devait arrêter et le laisser tranquille. Il l’aurait fait. Il avait sans doute juste besoin que quelqu’un raisonne mais il n’y avait personne-là. Comme ça il pourrait ne se prendre qu’à lui-même si ça tournait mal et il pourrait enfin assumer quelque chose, pour la première fois de sa vie. Une fois en haut, il continua de suivre son instinct et s’engouffra dans la première pièce qu’il trouva, après avoir vérifié que Connor s’y trouvait. Après ça… Eh bien il ne lui fallut que quelques secondes pour lui rejoindre, le plaquer contre un mur, et l’embrasser. Sans prévenir, sans réfléchir, comme ça. Il l’embrassa comme il avait eu envie de lui faire depuis quatre ans. Une éternité selon lui et pourtant il avait l’impression qu’ils ne s’étaient jamais quittés tant ça lui semblait naturel. En tout cas, ça lui faisait beaucoup de bien, il se sentait mieux. Il avait l’impression qu’on lui avait enlevé un gros poids de la poitrine. Il finit néanmoins par s’écarter. Il s’était allé à réfléchir et il s’était rendu compte que ce n’était pas forcément bien. Ou juste, en tout cas. Envers Grace, envers Connor. C’était égoïste. Il laissa d’ailleurs l’occasion à Connor de le frapper ou de le repousser, au choix. Il accepterait sans broncher. A sa grande surprise, il ne fit rien de tout ça. Il le poussa à son tour contre un mur pour l’embrasser également. Et c’était… Mason se laissait complètement aller, c’était rassurant, libérateur, et il ne voulait en aucun cas que ça s’arrête. Jamais, si possible. Ils avaient perdu tellement de temps… Et là, il ne pensait certainement plus à Grace. Il s’en voudrait plus tard. Pour le moment il avait besoin d’être avec Connor, il avait besoin de le retrouver. Il allait sans doute mourir étouffé tant il refusait de se détacher de lui mais ce n’était pas important pour le moment. Ou… Peut-être un peu, si. Il s’écarta légèrement, juste histoire de reprendre sa respiration. Il en profita aussi pour le tirer par le t-shirt tout en recommença à l’embrasser. Il le guida ainsi jusqu’au lit, sur lequel il le poussa. Il se laissa naturellement tomber sur lui, sans laisser un quelconque espace entre leurs lèvres. Il passait également ses mains sur le corps de Connor, dans son dos, contre sa peau. Puis il se redressa légèrement pour enlever son haut, sans quitter des yeux le jeune homme sous lui. Même ça c’était trop dur en cet instant. Naturellement, il plongea à nouveau sur lui, ne lui laissant aucun répit.

Mmmmh mmmmh mmmh, parler n'est définitivement plus une option J'espère que ça va, je suis une fois de plus pas satisfaite donc je pourrai changer des trucs Arrow
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ crying lightning ω mason & connor Lun 4 Aoû - 16:42

Le temps n'est plus à la discussion, pas après tout ce temps. On a parlé de toute façon, on s'est balancés tout ce qu'on avait à se dire à la figure, toute notre rancune et notre colère et pourtant, nous voilà à la même soirée, dans la même pièce. Je ne comprends toujours pas pourquoi il a cherché à me suivre après notre entrevue dans les toilettes qui date de plusieurs mois déjà. Peut-être a-t-il bu ? Je n'en ai aucune idée et à vrai dire, quand Mason franchit le seuil de la chambre, je n'en ai plus rien à foutre, je suis juste incapable de respirer. Vous n'avez aucune idée de ce qui se passe dans ma tête à cet instant, à tel point ce que je ressens est difficile à expliquer alors qu'on se retrouve tous les deux dans la même pièce après tout ce qui s'est passé. Quand il m'embrasse, je commence à réagir, à réaliser. Je ne me suis pas attendu à ça même si au fond de moi, j'espérais quelque chose dans ce genre je dois l'admettre. Ca m'a fait quelque chose, bien sûr que ça m'a fait quelque chose et c'est un putain d'euphémisme. Ses lèvres capturant les miennes avec force. Toutes les cellules de mon corps ont explosé. Ca fait quatre ans que j'attendais ça, quatre ans de sevrage de lui, de ses lèvres et de sa peau.

Quand il parle, j'entends à peine ce qu'il dit, ou alors je ne veux pas entendre, craignant de retomber brutalement dans la réalité. Je fais une fixette sur ses lèvres que je viens de retrouver et sens malgré tout la colère monter en moins, parce qu'il est marié, pour ce qu'il a fait il y a quatre ans, pour tout ça. Sauf qu'au lieu de lui envoyer mon poing dans la gueule pour ce qu'il vient de faire, je l'ai embrassé à mon tour en le plaquant contre un autre mur. Il semble surpris mais reprends vite ses esprits. Tous les gestes du passé reviennent naturellement avec cette force, ce manque et cette urgence accumulés pendant ces longues années. Mon esprit est en veille, je me fous de tout, mais alors vraiment de tout et je n'ai que lui en tête. C'est tellement bon que je pourrais crever tout de suite sans ciller. Une sorte d'ivresse s'empare de moi, je suis incapable de penser correctement et le manque d'air me monte à la tête mais vraiment, j'en ai rien à foutre. Je pourrais et voudrais faire ça pendant des heures. Il m'a tellement manqué qu'en fait je pourrai faire ça toute ma vie.

Il tire doucement sur le bas de mon t-shirt, m'invitant à le suivre vers le lit. Je me laisse faire docilement tandis que nous nous embrassons toujours sans être capable de s'arrêter. Puis, il me pousse et j'atterris sur le dos sur le matelas, totalement essoufflé mais pas rassasié. Je ne pense à rien à cet instant, me laissant guider par mon instinct. Et mon instinct et insatiable de Mason. Il se positionne au-dessus de moi, s'allongeant doucement et il joint à nouveau nos lèvres pour un nouveau baiser langoureux. Un gémissement meurt dans ma gorge. Je vais mourir d'asphyxie mais j'en veux plus. Ma tête décolle légèrement du lit. Les seuls bruits qu'on entend dans la chambre sont nos respirations haletantes et le bruit étouffé de la musique venant d'en bas. Mason se redresse, me fixe et enlève son haut. Lui au-dessus de moi, en train d'enlever son t-shirt sans me quitter des yeux est sûrement le truc le plus sexy que j'ai jamais vu. Mes mains partent toutes seules en promenade sur son torse alors qu'à nouveau nos lèvres se rejoignent, cherchant toujours un baiser encore plus fort et plus profond que le précédent, comme si on voulait juste s'entre-dévorer. Comme je meurs d'envie de sentir sa peau contre la mienne, je me redresse à mon tour et on se retrouve assis tous les deux, lui sur moi. Je m'écarte, enlève mon t-shirt rapidement avant que ma bouche ne fonde à nouveau sur lui, mais cette fois elle fait un arrêt sur sa mâchoire puis dans son cou pour le couvrir de baisers. Ma main droite est posée dans le bas de son dos. Sa poitrine est pressée contre la mienne et dieu que cette sensation m'avait manqué, tellement manqué. Malgré l'obscurité, ma bouche retrouve naturellement la sienne alors que je m'arrange en le poussant légèrement sur le côté pour me retrouver au-dessus de lui, en appuie sur mes coudes. Je crève de chaud, j'ai l'impression de brûler de l'intérieur. Je suis comme noyé sous une avalanche de sensations retrouvées et incapable de remonter à la surface donc pour le moment, c'est comme si on allait jusqu'au bout.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ crying lightning ω mason & connor Lun 11 Aoû - 0:54

Réfléchir n’était plus une option depuis longtemps. S’il avait réfléchi, il n’aurait jamais suivi Connor. Il ne l’aurait jamais embrassé. Il ne l’aurait pas non plus poussé sur le lit et n’aurait pas commencé à se déshabiller. Il aurait pensé à Grace et aurait réprimé ses envies, ses pulsions. Il aurait dû penser à Grace, elle était sa femme et il lui avait promis fidélité pour la vie. Il n’était pas homme à briser ses promesses, il était respectueux et droit, il valait mieux que ça. Il ne se reconnaissait tellement pas qu’il avait l’impression que tout ceci n’était que chimère. Il avait l’impression qu’il allait se réveiller à tout moment, que tout ceci allait disparaitre. C’était trop beau, trop bon pour être vrai. Il allait se retrouver dans son lit, dans l’immense appartement qu’il partageait avec Grace sur Park Avenue. A ses côtés, comme ça devait être, comme c’était écrit. Mais non. Tout était réel. Le corps de Connor sous le sien. Le contact de sa peau avec la sienne. Le gout de ses lèvres. Son cœur qui s’emballait tellement qu’il allait exploser. C’était réel et il ne voulait pas que ça s’arrête. Jamais.

Il dut néanmoins penser à reprendre sa respiration. C’était quand même important. Moins que de retrouver Connor cela dit, il avait attendu ça pendant quatre longues années, après n’y avoir eu droit que pendant une semaine. Une toute petite semaine à la fin de laquelle il avait tout arrêté. Il s’en était mordu les doigts, ça l’avait littéralement bouffé intérieurement, d’autant plus depuis que Connor était revenu, d’autant plus comme il se rendait compte de ce qu’il avait manqué. Tout ça. Cette chaleur dans tout son corps. Cette explosion dans son cœur. Tout ce bien être. Plus rien ne comptait en ce moment. Les explications houleuses, la rancœur, les quatre années passées éloignés, tout était oublié. Il ne pensait plus qu’à Connor et à son corps. Il en voulait toujours plus, il ne voulait rompre le contact sous aucun prétexte. C’était beaucoup trop difficile. Pas après tout ce temps, pas alors qu’ils venaient à peine de se retrouver.

Connor commença à se dévêtir à son tour et Mason se retrouva à le fixer comme un zombie, le regard plein de désir. Il avait surtout envie de se retrouver contre lui à nouveau et par chance, ils furent de nouveau collés après quelques secondes seulement. Mais là encore, ce n’était pas assez. Ce ne serait jamais assez, c’était bien ce qui lui faisait peur. Connor ne lui laissa pas le temps de réfléchir, ce n’était pas plus mal, il était en train de gâcher ce moment si fort et tant attendu en pensant au fait que ça ne se reproduirait sans doute pas de sitôt. Ça ne resterait qu’un rêve, qu’un secret dont ils ne parleraient plus. A l’image de leur semaine il y a quatre ans. Ce fut à son tour de se retrouver prisonnier du corps de l’autre, Connor au-dessus de lui, les lèvres toujours accrochées. Respirer était difficile mais il s’en fichait, il pouvait bien mourir maintenant, il allait mourir heureux. Son heure n’étant visiblement pas venue, les mains de Mason descendirent le long de son ventre pour aller trouver le bouton de son jean. Ça aussi c’était superflu maintenant, même le sien était de trop. Mais pour l’instant, il devait débarrasser Connor du sien et il espérait recevoir de l’aide.

Pas du tout mon truc, mille pardons, je me rattraperai Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ crying lightning ω mason & connor Lun 18 Aoû - 13:53

Tout s'enchaîne tellement rapidement. Il n'est plus question de penser, de réfléchir et encore moins de parler. Honnêtement là tout de suite je sais à peine comment je m'appelle et où on est. Ca fait quatre ans, quatre putain d'années que je crève qu'un truc comme ça arrive et c'est bien en train d'arriver. Die que j'ai passé plus de trois ans a essayé de tourner la page pour arriver à un tel résultat. Pourtant je sais que c'est mal, au fond de moi je le sais très bien mais comme je l'ai dit, je ne pense plus, en tout cas plus à ça. Mon esprit est en pause, ou plutôt, il est concentré sur Mason. Mon coeur aussi. Ma-son. Ma-son. Ma-son. Nos baisers ne perdent pas de leur puissance et les pauses pour reprendre de l'air sont rares par manque d'envie. J'ai attendu quatre ans pour que ce moment arrive et j'ai l'impression que la moindre seconde passée loin de ses lèvres est une nouvelle seconde perdue et je ne peux pas le supporter. Tout ce qui a pu se passer entre nous, notre semaine d'il y a quatre ans, lui qui arrête tout et nos disputes de l'année écoulée ne sont qu'un vague souvenir. Ce qui est important c'est maintenant, le reste, je n'en vois pas l'intérêt.

Si ce moment pouvait durer éternellement, ça m'irait, franchement. Je crois que c'est tout ce que je demande à cet instant, c'est tout ce qu'il me faut. En quatre ans, c'est peut-être la première fois que je me sens aussi bien. Je suis à la bonne place. On m'a affamé pendant quatre longues années de lui et sur le moment, je ne veux plus jamais le laisser partir, même si je vais réaliser plus tard que ça va être difficile. Tout ce à quoi je peux penser c'est à nos lèvres soudées et à nos peaux réunies. Tout ce à quoi je peux penser ce sont nos corps collés en harmonie et nos coeurs qui ont adoptés la même cadence. C'est tellement bon. Je me retrouve au-dessus de lui, en fait je voudrais me fondre en lui. Nos torses ont beau être collés, j'ai l'impression de ne pas être assez proche. Ma bouche parcourt sa poitrine et son ventre, jamais rassasiée. C'est comme si j'apprenais à redécouvrir son corps mais les automatismes reviennent rapidement, comme si on n'avait jamais été séparés par un océan. Puis, je sens sa main sur le haut de mon jean qui s'attèle à défaire mon bouton. Je frémis de la tête aux pieds.

J'ai presque oublié le risque qu'on soit surpris dans cette chambre parce qu'il y a une fête qui se déroule juste en dessous. Tout mon esprit est concentré sur Mason, sur sa peau et ses lèvres sans qui j'ai cru crever pendant quatre ans. J'ai pourtant toujours du mal à croire qu'il est là, juste en dessous de moi. J'ai presque l'impression d'avoir trop bu alors que je sais très bien que ce n'est pas le cas. Alors quand je sens sa main défaire le bouton de mon jeans, j'ai l'impression que je vais exploser. J'ai tellement chaud  et j'ai du mal à respirer parce que j'en ai tellement envie. Il défait le bouton de mon jeans tandis que mes mains parcourt les muscles de son dos. Je le regarde faire et me demande s'il a conscience de ce qui est en train de se passer. Soudain ça me frappe. Il fait tout ça, il m'a suivi et m'a embrassé sur un coup de tête. Ce qui est en train de se passer en cachette dans cette chambre ne signifie rien. Je le connais il va la regretter. Je continue de l'embrasser mais au fur et à mesure, je perds le fil. Pour être honnête, ce n'est pas comme ça que j'imaginais que ça se passerait ... Bon déjà je n'imaginais pas que ça se reproduirait, mais surtout pas en sachant qu'il est marié.  Il va retourner voir sa femme après ça et moi ... ça va être encore pire si on va jusqu'au bout. Au final c'est moi qui va encore souffrir alors que lui va retourner dans sa petite vie, c'est moi. Mon coeur s'accélère encore une fois mais ce n'est plus à cause de Mason, c'est parce que je suis encore en train de me faire avoir. Maintenant, ma bouche essaie d'éviter la sienne et je pose une main sur sa poitrine pour le repousser. « Wait ... » ai-je fait essoufflé. J'ai encore besoin de quelques secondes pour me remettre les idées en place. Je ne dois pas craquer. Mes yeux vont de lui à tout le reste dans la pièce, parce que j'ignore si je suis capable de soutenir son regard. « Je peux pas faire ça. » Sur ce je m'écarte de lui et me relève immédiatement pour ne pas craquer encore une fois. J'ai été faible de craquer ce soir mais au moins j'ai réagi. « Je refuse d'avoir ce rôle là Mason en sachant que tu vas aller retrouver ta femme après la soirée ... Je suis pas la maîtresse qu'on cache dans le placard et qu'on appelle à trois heures du matin. » ai-je lancé très sérieusement. Il m'a fallu de longues secondes pour réussir à trouver la volonté de tout arrêter. Sur ce, je reprends mon t-shirt pour l'enfiler, sans le regarder parce que si je regarde ses yeux de chien battu je pourrais revenir sur ma bonne résolution. Parce que je sais que c'est le bon choix, je peux pas faire ça. A la fin c'est moi qui vais encore une fois me retrouver tout seul et je peux plus faire ça. J'ai donné trop de moi dans cette histoire alors qu'il s'est toujours protégé. Je me force à dire que le jeu n'en vaut pas la chandelle parce que si on continue comme ça, ça va mal se terminer. Je lui jette un dernier regard avant de me diriger vers la porte en reboutonnant mon jeans. Je ne sais pas ce qui va se passer ensuite, je veux dire si ça se trouve c'est la dernière fois que je le vois parce qu'il va vouloir rester avec Grace, je ... Je veux pas le forcer ! Je sais très bien qu'il n'est pas dans une situation facile avec son père et tout mais à un moment, il s'agit de ma survie à un moment.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ crying lightning ω mason & connor

Revenir en haut Aller en bas

❝ crying lightning ω mason & connor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-