It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream
anipassion.com
Partagez|

❝ dangerous animals ω Ren & Cecilia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: ❝ dangerous animals ω Ren & Cecilia Mar 8 Juil - 17:07

Les filles et moi éclatons de dire quand Elena tente de faire un nouveau mouvement que Masha, notre chorégraphe vient de nous montrer. Quand elle a dit qu'il allait falloir le pratiquer plusieurs fois pour que le rendu soit bien, elle ne plaisantait pas. Masha  nous crie de rester concentrées, puis enchaîne en parlant en russe et Elena, qui est la seule à pouvoir comprendre, lui tire la langue. Ca fait trente minutes que je suis là, il est à présent dix-huit ans et comme tous les jours, on se retrouve bien avant les horaires d'ouverture du Black Diamond pour pouvoir travailler chaque tableau et nos chorégraphies. Contrairement à ce qu'on pourrait penser de l'ambiance d'un endroit où il n'y a que des filles qui travaillent, on s'entend toute bien. Bon il y a quelques embrouilles de temps en temps mais dan l'ensemble, l'ambiance est bonne. J'ai rencontré des filles vraiment cool qui viennent de tous les horizons. Elena tente de m'apprendre le russe, Jess et moi on va souvent au cinéma et on essaie de se faire des soirées toutes ensemble dès qu'on peut. On est un bon groupe et je veux croire que ça se ressent dans nos prestations le soir. Les gens viennent ici pour se détendre et si on fait la gueule, ça risque d'être difficile.

« Les filles ! » lance soudain une voix. On s'arrête toutes pour voir Edgar arrivé. Il semble visiblement de bonne humeur, de toute façon c'est très facile à voir si notre directeur est de bonne humeur ou pas et là, il semble littéralement aux anges. Je fronce les sourcils et regarde les filles qui me rendent mon regard interrogateur. « Je suis désolée de t'interrompre ma chère Masha, mais ça ne prendra pas longtemps. » dit-il en se plaçant à ses côtés. Elle lève les mains pour lui dire qu'il n'y a pas de problème ensuite. Edgar repose son attention sur nous. Je me demande ce qu'il se passe. « Je voulais juste vous dire qu'on m'avait fait une offre pour le cabaret que je n'aie pu refuser. » commence-t-il. Wow, comment ça une offre ? Qu'est-ce que ça veut dire au juste pour nous ? Visiblement je ne suis pas la seule à me poser la question car une certaine angoisse pointe dans les regards de toutes mes collègues. Comme s'il avait lu dans nos pensées, Edgar enchaîne : « Ne vous inquiétez pas, je reste votre directeur seulement, je ne serais plus le propriétaire du cabaret donc au final ça ne va pas changer grand chose à votre travail ici. Normalement. » dit-il avec une pointe d'hésitation dans la voix en disant "normalement". D'accord. Edgar a toujours été le directeur et le propriétaire du Black Diamond pour moi, je sais très bien que ça fait un moment qu'il cherche un acheteur car il avait de plus en plus de mal à assumer financièrement sa fonction de propriétaire et ... c'est bien que quelqu'un ait finalement fait une offre, même si ça me surprend que ça soit aussi rapide. « Donc laissez-moi vous présenter le nouveau grand patron si je puis dire, de notre cabaret et je vous prierais de l'accueillir comme il se doit. » annonce Edgar comme s'il s'agissait d'une célébrité, ce que je trouve un peu ridicule. D'un geste de la main vers la droite, il a accompagne l'arrivée du nouveau propriétaire. Une silhouette se dessine peu à peu et ... A cet instant j'aurais pu me liquéfier sous le coup du choc sur la scène. Je n'arrive pas à cacher ma stupeur sur mon visage. Non, ça ne peut pas être lui ! C'est forcément une erreur !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ dangerous animals ω Ren & Cecilia Ven 11 Juil - 2:32

Ren & Cecilia
dangerous animals


July 2014
the cabaret she works at (and that he now owns)
rp #2
#cabaret #yakuza #provocation #sexualtension


A drop in the ocean ; c'était ce que ce cabaret représentait pour Ren. Planté sur le trottoir, le regard fixé sur la devanture & les mains dans les poches, il était pourtant un propriétaire heureux – et particulièrement fier de son cou. À vrai dire, il avait hâte de voir la tête que Cecilia allait faire en découvrant qu'il était son nouveau patron. Tout ça était savamment calculé et, en plus de ça, ça ne mettait pas à mal ses finances ; il avait eu cet endroit à prix d'or, et il possédait assez d'établissements à Manhattan pour savoir comment en gérer les finances, même si du coup, il avait su s'entourer de gens tout aussi qualifiés pour le faire à sa place.

Il n'avait toujours pas réussi à mettre le doigt sur ce qui lui plaisait vraiment chez Cecilia, mais son attitude avait clairement donné envie à Ren de lui montrer... well, qui était le patron. Si elle pensait en avoir terminé avec lui lors de leur première rencontre, elle allait être sévèrement déçue. Ou le serait-elle vraiment ? Même s'il ne doutait pas qu'elle le nierait farouchement, il avait vu cette once de désir en elle. Il ne savait pas ce qui l'attirait, si c'était... un beau corps, de l'argent, de l'esprit... Il avait tout, donc... il l'aurait, comme il les avait toutes eues. « Ne vous inquiétez pas, je reste votre directeur seulement, je ne serais plus le propriétaire du cabaret donc au final ça ne va pas changer grand chose à votre travail ici. Normalement. Donc laissez-moi vous présenter le nouveau grand patron si je puis dire, de notre cabaret et je vous prierais de l'accueillir comme il se doit. » La chasse était ouverte.

Après avoir fait quelques pas dans le cabaret, Ren s'était arrêté près d'Edgar, jugeant ses nouvelles danseuses avec un sourire tout droit sorti d'une publicité. « S'il te plaît, Edgar. Vous pouvez juste m'appeler Ren. » déclara-t-il avec une familiarité qui ne laissait aucun doute sur la hiérarchie qui avait lieu ; il voyait parfaitement que ce simple sourire avait retourné plus d'une tête. La force qu'il avait sur les femmes pouvait bien être sa plus grande faiblesse, tellement il se plaisait à les voir toutes tomber comme des mouches ; pas parce qu'elles l'intéressaient, juste parce qu'IL faisait cet effet là. « Et je me permets de rectifier sur le fait que... je me donnerais la liberté de... modifier et d'améliorer certaines choses, ici. » Devant la grimace réticente d'Edgar, Ren fut cassant et sans appel. « Cet endroit n'a pas été vendu parce qu'il explosait tous les records, Edgar. Un peu de modernité ne pourra faire que du bien. Quoique ce soit ferait du bien à ce niveau, vraiment. » En se tournant de nouveau vers les danseuses, il avait retrouvé son sourire. « Mais ne vous inquiétez pas ; comme l'a dit votre gérant, ça ne changera pas grand chose à votre travail... sinon une augmentation de salaire, espérons ! » rit-il avec décontraction. Son regard se posait parfois sur Cecilia, mais toujours brièvement, jamais plus longtemps ou plus souvent que sur une autre, & c'est sans plus une considération pour elle qu'il termina. « Edgar, j'imagine que tu as un bureau ? » demanda-t-il ; oh, he was taking over. « Blondie, there. Viens avec nous ? » proposa-t-il en fixant une blonde plantureuse près de Cecilia, plus charmeur que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ dangerous animals ω Ren & Cecilia Sam 12 Juil - 18:08

Je peux pas y croire. Il y a deux secondes on était là avec les filles, en train de plaisanter et surtout, de s'entraîner sous l'oeil intransigeant de Masha, comme si c'était une autre séance normale, et puis l'instant d'après ... l'instant d'après Edgar débarque en nous disant que le Black Diamond a un nouveau propriétaire, et que nouveau propriétaire. Mon première réflexe est de faire les gros yeux puis, de les cligner plusieurs fois pour être sûre que je n'aie pas d'hallucinations. Honnêtement quitte à choisir j'aurais largement préféré que ça soit le cas. Seulement c'est bien la réalité. C'est bien la silhouette de l'inconnu qui se détache de l'obscurité quand Edgar invite le nouveau propriétaire à se présenter. Lui, l'inconnu de la dernière fois, sa manière désagréable de me regarder, maintenant propriétaire du cabaret, dites moi que je rêve, par pitié. Malheureusement, personne n'a pitié pour la pauvre danseuse que je suis. Il s'avance et s'arrête au niveau d'Edgar et Masha, un sourire Colgate figé sur son visage et j'ai l'impression que son regard nous analyse l'une après l'autre. Ou, vu qu'on est en ligne, qu'il nous regarde comme si on était du bétail.

« S'il te plaît, Edgar. Vous pouvez juste m'appeler Ren. » Une phrase qui montrait en elle seule la nouvelle hiérarchie au sein du cabaret. Et puis voilà donc son prénom ... Non ça ne lui va pas, j'aurais plus vu un prénom de psychopathe. Je vais continuer à l'appeler l'inconnu tiens. Je vais me réveiller, ce type ne peut pas être le nouveau propriétaire. Seulement voilà, visiblement je suis la seule à penser une telle chose parce que du coin de l'oeil, je vois bien que ... bah que les filles ont déjà toutes mouillé leurs culottes. Je lèvre discrètement les yeux au ciel, agacée par la facilité qu'elles ont à se laisser impressionner par le premier venu. Nastasia lève la tête, sûrement déjà persuadée qu'elle va se le faire. A côté de moi, Elena est à deux doigts de faire des bruits de gamines de douze ans qui voit un beau garçon pour la première fois. Bref, la plupart sont toutes sous le charme ou vaguement intéressées. Eh oh, il n'y a que moi qui sait réagir en laissant mes hormones de côté ? «  Et je me permets de rectifier sur le fait que... je me donnerais la liberté de... modifier et d'améliorer certaines choses, ici. » continue-t-il. Cette fois-ci, les filles bavent un peu moins et se lancent quelques regards. Tseuh ! Mes bras sont croisées sur ma poitrine et je le regarde d'un air mauvais. Je suis sûrement trop en colère pour réaliser que c'est mon nouveau patron et que je ne suis pas supposée le regarder comme ça, mais je suis persuadée qu'on patron n'est pas supposé flirter avec une employée. Je me donne peut-être trop d'importance mais toute cette histoire ne peut pas être une coïncidence.

Outre le regard mauvais que je lui réserve, ma lèvre supérieure a un espèce de rictus haineux que j'essaie de contenir, comme si j'allais la retrousser pour feuler comme le ferait un chat en colère. « Cet endroit n'a pas été vendu parce qu'il explosait tous les records, Edgar. Un peu de modernité ne pourra faire que du bien. Quoique ce soit ferait du bien à ce niveau, vraiment. » Il prend son nouveau rôle vraiment trop au sérieux je trouve, quelqu'un devrait lui dire. Je vois qu'Edgar en a envie. Il ne s'imaginait sûrement pas que dès le premier discours, cet homme tenterait de modifier toute notre organisation. Je lui en veux sur le coup de s'être laissé avoir par l'inconnu. Comment il a pu lui vendre le cabaret ? Sauf qu'à nouveau, il se tourne vers nous avec son sourire à deux balles ... et je n'ai pas besoin de regarder mes collègues pour savoir que malgré ce qu'il a pu dire, elles mouillent toujours leurs culottes. « Mais ne vous inquiétez pas ; comme l'a dit votre gérant, ça ne changera pas grand chose à votre travail... sinon une augmentation de salaire, espérons ! » rit-il comme s'il avait une bonne plaisanterie. Apparemment c'est le cas vu que presque tout le monde a ri, tant mieux du coup puisque le bruit a permis de couvrir le grondement provenant de ma gorge. Non mais sérieusement, ce n'est pas possible, comment je suis supposée travailler avec lui ? Je suis sure qu'il ne connait rien à la danse et bon sang ! C'est sûrement un psychopathe ! Est-ce que je suis vraiment la seule à m'en rendre compte ?

Tout du long, il me regarde à peine, faisant semblant de ne pas remarquer le regard assassin que je lui porte. Faisant semblant de ne pas avoir demandé une danse personnelle de ma part il y a quelques semaines et aussi de m'avoir manqué de respect. Il pensait qu'avec son argent, j'allais me jeter dans ses bras. Je refuse de croire que cette histoire est une coïncidence, tout en sachant que si je le lui dis de cette manière, il trouvera un moyen de le nier. De toute façon, je ne compte pas lui parler à moins d'y être obligée. « Edgar, j'imagine que tu as un bureau ? » demande-t-il à notre directeur. Ce dernier hoche la tête. « Il est derrière à côté des coulisses. Je veux dire, je garde mon bureau bien sûr mais le tien est juste à côté, prêt à être occupé et surtout, bien plus grand bien évidemment. » dit-il d'un ton calme avec un sourire très respectueux. J'ai un sourire en coin en voyant qu'il ne se laisse pas faire pour montrer. Vas-y Edgar ! Soudain, le regard de l'inconnu se rapproche de moi ... pour s'arrêter au niveau d'Elena qui est à ma droite. « Blondie, there. Viens avec nous ? » Non. Elena met une main sur sa poitrine, étonnée, comme si elle se demandait si c'est bien à elle qu'il a parlé. Mais oui c'est bien à elle. Je ferme mon visage mais reste incapable de cacher la froideur de mes yeux. Elena glousse puis hoche la tête, impressionnée que le nouveau grand patron s'intéresse à elle, puis descend de la scène. Je sens certaines d'entre nous lui lancer des regards jaloux. C'est génial, ce type va ruiner la bonne ambiance entre nous.

Une fois qu'Elena les a rejoint et que le discours d'accueil semble terminé, nous nous rassemblons par petits groupes pour parler plutôt que de rester en ligne comme des moutons. Maya et Jess se tournent vers moi. « Méfiez-vous de ce type, je le sens pas. » ai-je fait en m'assurant que personne ne nous entendent. Elles sont toutes les deux dos à la salle et devant moins, ce qui me cache légèrement mais ne m'empêche pas de jeter quelques coups d'oeil entre leurs têtes pour surveiller le petit groupe de l'inconnu, Edgar, Masha et Elena. Les filles veulent se retourner mais je les retiens. « Pourquoi ? Je sais bien que tous les mecs aussi canons ont toujours des trucs à cacher mais ... pourquoi lui plus que les autres ? » demande Jess visiblement intriguée par mon comportement. « Je le sais c'est tout. C'est le client qui m'a demandé une danse individuelle en haut la dernière fois ... » Les yeux des filles s'arrondissent et elles ne me donnent pas le temps de terminer. « C'est lui !? » « Celui qui t'as passé de l'argent pour la danse et t'es partie avec, well sans faire la danse ? » demande Maya impressionnée. Je soupire. « Oui. » Elles sont soudain inarrêtable. « Celui qui a sous-entendu que tu n'étais pas une vraie danseuse ? » « Oui. » ai-je répété. « Et c'est pour ça que tu réagis comme ça, t'es jalouse qu'il ait choisi Elena ? » demande Maya. « Oui ... Non ! Non ! » me suis-je écriée en tombant dans son piège. Ayant haussé le ton sans le vouloir, quelques visages intrigués se tournent vers moi. Les yeux des filles brillent de malice. « Je vous déteste. Je ne vous raconterai plus jamais rien. » ai-je boudé. Non mais sérieusement, si on ne peut plus compter sur les amies maintenant. Juste après ça, Masha s'avance à nouveau vers nous en frappant dans ses mains. « Mesdemoiselles nous étions en pleines répétitions ils me semblent ! Nous allons travailler le tableau numéro treize, que les filles concernées se mettent en place.  » lance-t-elle d'une voix autoritaire. Le tableau numéro treize, je suis parmi les filles concernées. C'est un tableau à six personnes avec des passages où on danse à deux. Devinez qui est ma partenaire ? Un indice, elle n'est pas sûr scène en ce moment. Incapable de me retenir, je m'avance sur le devant de la scène. « J'aimerais beaucoup Masha mais j'ai perdu ma partenaire. » ai-je lancé d'une voix placide, le regard posé sur la chevelure blonde d'Elena en tentant d'éviter l'inconnu. Oh pardon ... Ren, comme il aime être appelé.

hj: omg, j'avais pas vu que c'était aussi long, pardon 63
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ dangerous animals ω Ren & Cecilia Jeu 17 Juil - 2:21



« J'aimerais beaucoup Masha mais j'ai perdu ma partenaire. » Ren avait entendu la voix de Cecilia claquer, mais il ne se retourna pas. Un bref sourire prit place sur ses lèvres et sa main glissa dans le bas du dos de la danseuse qui venait de la rejoindre pour l'inviter à avancer. « Your name ? » La voix de Ren n'avait été qu'un murmure, il savait à quel point les femmes pouvaient frissonner devant sa voix grave et mesurée. « Elena... » répondit la blonde après un instant, positivement secouée. Un sourire – carnassier – traversa les lèvres du japonais avant qu'il n'emboîte le pas d'Edgar – son employé, que ça plaise à celui-ci ou pas.

Ren sentait vraiment qu'il allait s'amuser, ici, parce qu'il savait que cet endroit n'avait aucune importance pour lui, pas plus que celles qui y gigotaient sur scène. Non, lui, il voulait Cecilia... il ne fermait pas la porte à quelques petits écarts ici & là, les femmes qui dansaient ici étaient pour certaines tout à fait à son goût, mais il n'était pas là pour faire de cet endroit son bordel. D'ailleurs, dès qu'il se retrouva seul avec Elena, il l'invita à s'asseoir en face de lui et il ne lui fallut pas grand chose de persuasion pour que sa langue se délie devant son autorité & qu'elle lui dévoile déjà les caractéristiques des plus fortes têtes de sa bande. Cecilia en faisait partie – évidemment. La blonde dépeignit cependant sa collègue positivement – enfin, tout était relatif, elle se sentait clairement investie d'un rôle particulier et d'une place privilégiée et son discours s'en ressentait.

À vrai dire, il importait peu à Ren d'en savoir plus sur Cecilia – rien de tout cela n'était vital, c'était... un divertissement. Cet endroit qu'il venait d'acheter était devenu son terrain de jeu, et il comptait bien le faire durer. Alors, évidemment, Ren s'y prenait, au jeu. Il se complaisait parfaitement dans le rôle du nouveau propriétaire & il comptait bien poser son empreinte partout autour de ces murs qui, d'ailleurs, avaient clairement besoin d'un coup de peinture – ce qu'il ne manqua pas de faire remarquer à Edgar alors qu'ils retournaient dans la salle principale. Lui aussi, il l'amusait ; il lui faisait penser à un petit animal blessé, il cherchait à garder sa fierté alors qu'ils savaient tous les deux que le japonais était un beaucoup plus gros morceau que lui & qu'il n'en ferait qu'une bouchée.

Elena avait rejoint les autres danseuses dès qu'elle avait quitté son bureau, après lui avoir assuré d'un sourire leur nouvelle complicité ; il avait déjà une personne dans son camp, ce n'était qu'une question de temps pour les autres, il savait se montrer doucereusement convaincant quand il le voulait, et Elena prouvait qu'il en fallait peu pour en embobiner certains. Deux hommes pénétrèrent dans le cabaret pour se poster près de Ren qui s'était installé au bar, et il se plongea dans une conversation prenante pendant une bonne dizaine de minutes avec eux, jetant de temps en temps un regard aux répétitions sans jamais poser les yeux sur l'objet de son désir ; combien de temps tiendrait-elle une ignorance totale ? Une heure, une journée, une semaine, un mois ? Lorsque l'un de ses deux hommes de main repartit d'où il était venu, Ren se consacra de nouveau à la répétition qu'il avait devant les yeux.

Un nouveau sourire traversa ses lèvres, de ceux qui n'annonçaient de bonnes nouvelles que pour lui-même. Il sortit son portable, composa un numéro & resta deux bonnes minutes au téléphone, dictant ses exigences sans ciller. Puis, une fois qu'il eut raccroché, il se leva et s'approcha de la scène, les mains dans les poches, suivi de près par son homme de main ; il les retira pour les croiser contre son torse en s'appuyant contre un siège près de la scène. « Masha, right ? » interrompit-il la chorégraphe, qui hocha la tête, un peu penaude. « Masha, no offense, but you're very... » Il sembla chercher ses mots un instant : diplomatie. « Old School. » lâcha-t-il finalement. « That's why I called for some back-up. Nothing to worry about ! » reprit-il d'une voix toujours aussi mesurée alors qu'il voyait le visage de la femme blêmir. Il se foutait royalement de la savoir sans-emploi, il savait que les filles sur scène ne seraient peut-être pas du même avis. « We'll start with her tomorrow, she'll be of great help. » assura-t-il, souriant en la voyant soulagée de savoir qu'elle conservait son emploi. Une question de temps... Soudainement, il se désintéressa de Masha & se tourna vers les danseuses. « I think we're all done for today. You guys are not performing. » Il se pencha vers son homme de main & lui glissa quelques mots en japonais avant qu'il ne disparaisse à son tour, ordonné d'annuler officiellement la représentation du soir. Anticipant les éventuelles plaintes, il leva une main en direction de ses employées. « Girls ! It's done, be happy, go home and have a good bath, reherseals starts tomorrow. And if you feel like we're going to have a problem, feel free to step by my office. » annonça-t-il avec une autorité telle que toutes les voix se turent quand il se mit à parler. Sans tarder, il tourna les talons pour rejoindre son bureau, très satisfait de son petit effet.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ dangerous animals ω Ren & Cecilia Mar 22 Juil - 17:45

Après avoir réclamé le retour de ma partenaire pour les répétitions, je l'entends demander à ma partenaire: « Your name ? » Il m'ignore royalement. Je sais qu'il le fait exprès mais honnêtement, il commence -ou continue ça dépend du point de vue- de m'énerver sérieusement. Il ne me regarde pas et pourtant, je l'imagine jubiler parce qu'il doit très bien savoir qu'il vient de faire son petit numéro de séduction. Elena lui dit son prénom et ... J'aime beaucoup Elena, elle est très gentille mais là, je ne rêve que d'une chose c'est de la secouer bien fort pour qu'elle arrête de faire sa lèche-cul. Elle est à la limite de baver devant lui. A mon avis ça doit être le coup de la main posée dans le creux du dos. Ca me désespère de la voir comme ça. Au final, ils s'en vont tous les trois, Ren, Elena et Edgar en m'ignorant superbement. Okay Elena, c'est noté. Mes yeux roulent tellement fort dans leur orbite quand ils s'en vont que je crois un instant restée bloquer. Je secoue la tête, désabusée. Je peux vraiment pas croire à ce qui est en train de se passer. Par pitié que quelqu'un me dise que c'est une blague !

Mais visiblement non, dommage. Du coup, Masha prise par surprise me dit de réviser mes mouvements toute seule et de demander aux filles si j'ai besoin d'aide pour quelque chose. Je hoche la tête et serre la mâchoire. Maya semble méfiante maintenant par rapport au nouveau patron. Au moins je sais qu'une m'a écoutée quand je parlais toute à l'heure. Apparemment, il y a toute une partie qui a échappé à Elena. Je passe les prochaines minutes à revoir mes mouvements, ce qui n'a pas grand intérêt comme beaucoup demande à ce que j'ai une partenaire. Je dois être ridicule mais je m'en fous. Je rumine littéralement en insultant mon nouveau patron de tous les noms. J'essaie de me dire que ça n'en vaut pas la peine, que c'est sûrement ce qu'il souhaite mais gosh, j'ai vraiment du mal, sûrement à cause de mon tempérament assez volcanique de latina.

Mais à ma grande surprise, quelques minutes plus tard Elena revient parmi nous ! Certaines lui envoient des regards plein de jalousie, mais d'autres comme Maya et moi la regardons avec méfiance. Enfin la méfiance c'est plutôt Maya, moi c'est plus la colère.  « Très honorée que tu daignes retourner parmi nous. » ai-je fait sarcastique. Je sais que je suis injuste car après tout Ren est le nouveau patron et bon c'était sûrement difficile de lui dire non mais ... disons qu'elle n'a pas montré beaucoup de résistance et qui sait ce qu'elle lui a raconté. Elena m'ignore et je mets ma rancune de côté pour essayer que notre répétition soit productive. Pendant ce temps, IL est au bar en train de discuter avec des types plutôt louches, ce qui me perturbe encore plus. Je ne sais pas ce qu'il a fait à Elena mais elle est totalement ailleurs.

« Masha, right ? » entend-t-on soudain. Nous continuons de danser, seulement toute notre attention est reportée sur notre chorégraphe. Qu'est-ce qu'il fait ? « Masha, no offense, but you're very... Old School. » La tête de Masha se décompose petit-à-petit. Cette fois je me suis arrêtée de danser et les autres ont suivi. Oh mon dieu elle ne mérite pas ça ! Je veux dire elle est sévère parfois mais c'est une très bonne chorégraphe. « That's why I called for some back-up. Nothing to worry about !  » continue Ren. Ma bouche s'ouvre sous le coup de la surprise et de la colère. Quand je pense que ma haine contre lui a atteint son paroxysme, je découvre une minute plus tard que ce n'est pas du tout le cas, qu'il se débrouille toujours pour se surpasser. Nous sommes muettes, impuissantes devant le désarroi de Masha. « We'll start with her tomorrow, she'll be of great help.  » Ce qui veut dire que Masha est supposée garder son boulot mais ça ne me rassure pas pour autant, il serait capable de lui raconter des conneries.

Puis pour mon plus grand bonheur -ironie- son attention se repose sur nous. «  I think we're all done for today. You guys are not performing. » lâche-t-il soudainement. Cette fois s'en est trop. Toutes sous le choc, nous mettons quelques secondes avant d'assimiler la nouvelle. Il le fait exprès ou il est totalement con ? Je vois Nastasia et Maya  qui veulent commencer à se plaindre et certaines se mettre à parler entre elles mais ils les interrompt. « Girls ! It's done, be happy, go home and have a good bath, reherseals starts tomorrow. And if you feel like we're going to have a problem, feel free to step by my office. » Puis il part. Ouah. Quel enfoiré. Les filles ne savent pas si elles doivent être heureuses ou pas d'avoir une soirée de congé. Personnellement j'aurais été heureuse dans d'autres circonstances mais pas là. C'est le chaos total, on cherche à savoir si oui ou non, l'une d'entre nous va aller le voir dans son bureau pour contester. Sentant bien que le débat s'éternise et que je vais bientôt frapper sur quelqu'un si je n'agis pas, je quitte le groupe pour me diriger vers son bureau, sans dire un mot, ce qui fait taire toutes mes collègues. En arrivant devant la porte du bureau de Ren, je prends une profonde inspiration pour me calmer, puis j'ouvre la porte sans même prendre la porte de frapper. Et j'applaudis.  « C'était une très grande performance, très joli numéro. » ai-je lancé avec un sourire hypocrite. J'arrête d'applaudir et me rapproche un peu, en tentant de garder mon calme.  « Je savais pas que vous vous y connaissiez en danse, en tout cas assez pour dire à une très bonne chorégraphe qu'elle est "old school". » ai-je continué en croisant les bras sur ma poitrine. « A quoi vous jouez franchement ? Annuler la représentation de ce soir pour aucune raison ? Vous savez les préjudices que ça peut avoir ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ dangerous animals ω Ren & Cecilia Dim 27 Juil - 1:48


A en juger par la réaction qu'avaient eu les danseuses de son cabaret, Ren comprit qu'il avait frappé fort pour commencer ; oh, il s'en foutait. Tout ce qu'il voulait, c'était Cecilia. Il pouvait donner l'impression de s'intéresser au salaire des employés, au futur de la chorégraphe, tout ça n'était qu'un jeu pour lui et il ne cillerait pas à en virer ou même à fermer l'endroit si les choses devaient s'exécuter selon ce plan. Son avantage était peut-être d'être un très bon acteur, et de savoir être patient, c'était sur ces deux atouts qu'il comptait s'appuyer ici, et à en juger par le dévouement que semblait déjà lui accorder Elena, il était sur la bonne voie. Patient, il ne l'avait pas toujours été, mais... il savait toujours attendre son temps et saisir le bon moment, c'était finalement comme ça qu'il en était arrivé là où il était aujourd'hui. Et puis, en plus de lui avoir légué – un peu indirectement – son empire, Shinoba lui avait aussi appris à penser comme un businessman, et finalement, réussir à ramener de l'argent dans les caisses de cet endroit déserté par la clientèle était un challenge qu'il trouvait presque trop facile à relever, mais pour lequel il ne lésinerait pas sur les moyens. Pas parce qu'il s'intéressait au sort de l'endroit à proprement parler, oh, ça non ! S'il fallait le raser et construire un salon de thé à la place, il le ferait ! Mais chaque chose en son temps... Remettre le cabaret sur pied prendrait du temps, voir les bénéfices arriver encore plus. Alors d'abord... Cecilia.

Il n'eut pas besoin d'attendre longtemps avant de voir la jeune femme franchir la porte de son bureau ; sa pique avait eu l'effet d'un sifflet et, comme il s'était attendu, Cecilia avait accouru jusqu'à lui.* Ouvrant la porte à la volée alors qu'il s'était confortablement assis sur sa chaise, la danseuse avait débarqué et s'était immédiatement mise à l'applaudir avec une ironie qu'il n'aurait pas pu mieux discerner si elle avait été inscrite sur son front. « C'était une très grande performance, très joli numéro. » Imperturbable, le japonais ne la quittait pas des yeux, un sourire en coin plein de suffisance collé sur les lèvres. « Je savais pas que vous vous y connaissiez en danse, en tout cas assez pour dire à une très bonne chorégraphe qu'elle est "old school". » Cette fois, le brun haussa un sourcil, et son sourire s'élargit ; il se retint cependant & la laissa continuer, préférant croiser ses bras sur son torse. « A quoi vous jouez franchement ? Annuler la représentation de ce soir pour aucune raison ? Vous savez les préjudices que ça peut avoir ? » Un petit rire traversa la barrière des lèvres de Ren & il baissa brièvement les yeux en secouant la tête, accablé. Il releva les yeux, toisa Cecilia un instant et lui répondit. « Et je savais pas que tu connaissais... quoique ce soit sur moi. » fit-il remarquer, laissant glisser un tutoiement rabaissant, avant de se décider à se redresser avec mesure, presque lenteur. Le silence qui s'installa renforça les mots qui suivirent & que Ren prononça avec sérieux. « I own six other places like that, and that's just in town. » l'informa-t-il. Il lui tourna le dos et jeta un œil aux papiers qui traînaient là. « The choregraph coming tomorrow was awarded for her shows. By bying the Cabaret and making it sustain until it brings profit, I'll be engaging a FAIR amount of money. I perfectly know what I'm talking about. » Son ton dur ne laissait appel à aucune contestation – pour le coup, le business, ça, il y avait été formé, et depuis que Hayato n'était plus & qu'il était seul à la tête de son clan, l'entreprise se portait vraiment bien. Et soudainement, il s'adoucit & retrouva son sourire en se tournant de nouveau vers Cecilia. Il laissa tomber les feuilles sur son bureau en reprenant. « But you used the right term... It's a game. » sourit-il en haussant de nouveau un sourcil. « Anything else ? » demanda-t-il l'air de rien.

*omg you see how twisted he is '-' I might have given birth to a psychopath '-'
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ dangerous animals ω Ren & Cecilia Dim 27 Juil - 19:36

Sur le coup, je me dis que c'est sûrement ce qu'il attend, que je vienne protester à son bureau, mais le fait est que je ne peux pas rester sans rien faire. Je suis sûrement l'une des seules a être décidée à ne pas me laisser influencer par lui. Je préfère prendre le risque plutôt que de le laisser faire tout ce qu'il veut ici. Je sais qu'une petite danseuse ne fait sûrement pas le poids face à son boss mais je me dois d'essayer. Et puis je suis trop énervée pour simplement rentrer chez moi. Alors je l'ai fait, je suis entrée sans frapper en applaudissant sa performance de patron arrogant et sans coeur qu'il vient de nous faire. Il ne semble pas surpris visiblement, ce qui m'énerve encore plus. Et ce sourire bordel, j'aimerais le lui faire ravaler. Est-ce que quelqu'un a déjà réussi à le lui faire ravaler n'empêche ? A partir de cet instant ça devient mon objectif numéro dans un futur proche. Ensuite j'ai dit ce que j'avais à dire en tentant de me maîtriser un maximum. La vérité c'est que j'ai encore plein de trucs à lui balancer à la figure mais je me suis retenue.

Ce sourire insolent ne le quitte pas pendant que je parle. Il hausse un sourcil quand je parle de Masha puis croise ses bras. Dieu que j'ai envie de le frapper à ce moment. Je ne veux pas t'amuser CONNARD, juste prends moi au sérieux ! Quand j'ai terminé, il se permet de rire légèrement et de secouer la tête. « Et je savais pas que tu connaissais... quoique ce soit sur moi. » Il me tutoie. Il le fait exprès bien sûr, parce qu'il a besoin de ça pour rétablir l'ordre hiérarchique entre nous. J'imagine que j'aurais dû m'y attendre et donc, je ne préfère pas relever, même si ça fait gronder une colère sourde en moi. A la place, je préfère me concentrer sur ses paroles. « Oh, parce que c'est plus subtil que ça peut-être ? » ai-je fait sarcastique. Normalement ma phrase aurait dû être "parce que c'est plus subtil que cette image de con arrogant que vous venez de nous donner ?", mais je ne suis pas folle. Si, si je vous assure. Je veux dire, je sais que je prends des gros risques actuellement, que je risque ma place mais je ne peux pas faire autrement alors j'essaie vraiment de faire attention pour ne pas risquer réellement ma place. Je sais que ma dernière réplique est de mauvaise foi car je ne connais rien de lui, c'est vrai mais je n'ai pas pu m'en empêcher. «  I own six other places like that, and that's just in town. » m'explique Ren en me tournant le dos. Je profite pour le détailler de la tête aux pieds. Je ne dis rien après sa réplique. « The choregraph coming tomorrow was awarded for her shows. By bying the Cabaret and making it sustain until it brings profit, I'll be engaging a FAIR amount of money. I perfectly know what I'm talking about. » Je serre la mâchoire et serre les poings. Bien sûr, il a réponse à tout. Je suis à deux doigts de lui répondre, je veux lui dire que je ne lui parle pas de business mais de danse, mais je sens bien que son ton n'appelle pas forcément à une réponse. Je marche sur des oeufs et j'ai besoin de ce job. Il se tourne à nouveau vers moi avec un air plus doucereux sur le visage  comme s'il parlait à une enfant qui a du mal à comprendre et qu'il cherche à congédier. «  But you used the right term... It's a game. » Ce n'était pas vraiment la bonne chose à dire s'il voulait vraiment me congédier. Mon visage se durcit un peu plus. « Anything else ? » demande-t-il. Je lui donne un sourire hypocrite et m'avance un peu plus. « It's not a game, not for us. On parle du travail de plusieurs personnes qui en ont besoin pour vivre. J'espère que vous pouvez comprendre ça. » Je marque une pause avant de reprendre en croisant les bras sur ma poitrine. « Vous cherchez quoi au juste ? Me faites pas croire que votre visite ici il y a quelques semaines n'est qu'une coïncidence. » ai-je pris le risque de dire en faisant référence à ce qui s'est passé dans les pièces du haut quand il m'a demandé. Il serait capable de nier en me disant que je ne suis pas le centre du monde. « En tout cas vous avez fait votre petit effet là-bas, je suis sûre que toutes les filles ont mouillé leur culotte, surtout Elena. Je préfère vous dire que ça n'a pas marché sur tout le monde, dommage. » ai-je fait ironique. Et je ne parle pas que de moi bien sûr, Maya aussi commence à se méfier. Mon coeur accélère cependant, entre la colère et la peur d'avoir dit le mot de trop. Seulement voilà, il me met tellement en colère, je ne peux pas m'en empêcher.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ dangerous animals ω Ren & Cecilia Mer 6 Aoû - 3:09


Évidemment, que Cecilia allait venir dans son bureau & s'énerver, c'était tellement prévisible... Ren n'avait eu aucun mal à démonter son entrée dramatique & ses paroles venimeuses, avec ce calme olympien qu'il savait si bien jouer. Et les piques de Cecilia n'y faisaient rien, il était bien trop sûr de lui pour que ça l'atteigne. Ça n'avait pas toujours été comme ça ! Plus jeune, il avait été impatient, trop vif, comme il savait encore l'être parfois aujourd'hui, mais l'apprentissage que lui avait enseigné Katsuo Shinoba avait vraiment façonné l'ambition qui dormait en lui, le transformant en cette main dorée avec laquelle il était capable de presque tout. Ça n'avait pas été gratuit, mais ça en avait valu la peine.  

« It's not a game, not for us. On parle du travail de plusieurs personnes qui en ont besoin pour vivre. J'espère que vous pouvez comprendre ça. » avait tenté de défendre Cecilia devait un Ren totalement impassible qui, à vrai dire, jouait sur un tout autre terrain. « Comme je l'ai dit, ce n'est pas la première fois que je m'occupe d'un endroit comme celui-ci Do as I say, nobody gets fired and the place lives on. » répliqua-t-il d'un ton neutre avant de la laisser continuer. « Vous cherchez quoi au juste ? Me faites pas croire que votre visite ici il y a quelques semaines n'est qu'une coïncidence.  » Cette fois, un petit sourire prit place sur les lèvres du japonais : ils y arrivaient. « It's not.  » admit-il en croisant à son tour ses bras sur son torse, défiant Cecilia du regard et très intéressé par la façon dont elle allait amener le sujet. « En tout cas vous avez fait votre petit effet là-bas, je suis sûre que toutes les filles ont mouillé leur culotte, surtout Elena. Je préfère vous dire que ça n'a pas marché sur tout le monde, dommage. » Amusé, le jeune homme s'humecta les lèvres en baissant brièvement les yeux. Il resta silencieux un long moment, toisant Cecilia du regard, avant de partir dans un petit rire en contournant le bureau. « You're trying too hard...  » Il ne tarda cependant pas à retrouver son sérieux et, lorsqu'il ne fut qu'à quelques pas de la danseuse, il chercha son regard avant de reprendre la parole. « Yes, Cecilia, I'm here for you.  » glissa-t-il d'une voix basse et rauque mais totalement contrôlée qu'il savait parfaitement séduisante. « I bought this place to get close to you, because I want you since the first time I saw you. And even though you think you hate me so bad cause I'm such a bad person... » Un léger sourire vint éclairer son visage et il avança lentement de deux pas. « You'll get over it. Because that flame in your eyes that I saw the other night, is right here, right now. » Sa voix n'était plus qu'un souffle alors que quelques centimètres cependant le séparait de Cecilia dont la carapace ne faisait pas du tout illusion pour Ren. « Now that you heard what you came for, go back hating me as you please, you know we'll talk about it again... » reprit-il brutalement en s'éloignant. « … and you'll be the one bringing it up. » termina-t-il d'une voix assurée avant de faire volte-face pour retourner s'asseoir sur son fauteuil de bureau, très décontracté.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ dangerous animals ω Ren & Cecilia Lun 11 Aoû - 21:03

« Comme je l'ai dit, ce n'est pas la première fois que je m'occupe d'un endroit comme celui-ci Do as I say, nobody gets fired and the place lives on. » me répond-t-il totalement calme quand je lui dis que ce n'est pas un jeu pour les employés du cabaret. Je serre la mâchoire un peu plus, passablement énerver qu'il ait réponse à tout et surtout, qu'il reste d'un calme olympien. Alors bien sûr pour ne pas passer pour une cinglée de service, je tache de me maîtriser aussi mais ce n'est pas facile quand vous avez ce genre de type devant vous et surtout quand le type en question est votre patron. Il a dû jouer les patrons tout gentil et tout mielleux devant des filles comme Elena mais avec moi ça ne marchera pas, je sais très bien que ce n'est qu'une chimère. Il ne faut pas me prendre pour une débile. Mais bien sûr comme je ne suis pas tarée et que j'ai besoin de ce job, je me force à garder la bouche fermée après ce qu'il vient de dire. Alors c'est comme ça qu'il va la jouer ? Pourquoi ça ne m'étonne pas ?

Du coup ensuite, j'enchaîne sur ce détail qui me tracasse depuis qu'Edgar nous l'a présenté il y a quelques minutes après. Ca ne peut pas être une coïncidence qu'il soit venu il y a quelques jours et que maintenant, le voilà propriétaire. A ma grande surprise, il ne cherche pas à nier, c'est tout le contraire en fait. Un nouveau sourire s'affiche sur ses lèvres. « It's not. » D'accord. Réflexion faite, j'ignore si je suis réellement satisfaite qu'il l'admette ou si je suis plutôt complètement flippée. Néanmoins j'enchaîne en lui disant qu'il a peut-être réussi à mettre tout le monde dans sa poche mais que certaines d'entre nous savent encore obéir à autre chose que ce qui se trouve dans leur culotte. Il ne répond rien dans un premier temps, baisse même les yeux et en les relevant il se permet de rire alors que ce que je viens de dire est très sérieux. Oh par pitié, est-ce que ça arrive à ce mec de prendre quelqu'un d'autre au sérieux à part lui-même ? « You're trying too hard... » Il ne me croit pas. Bon d'accord il m'est arrivé quelques fois dans des moments de faiblesse de le trouver sexy mais ce n'est rien face à l'aversion que j'ai pour lui. Il s'avance vers moi et je soutiens son regard perçant. « Yes, Cecilia, I'm here for you. » dit-il d'une voix rauque et lascive. Okay ... je m'y attendais pas vraiment à celle-là. Je ne parviens pas à cacher ma surprise, du moins pas à le cacher, je n'y pense même pas en fait parce que ... What the fuck actually ? Et d'accord, il a cette façon de prononcer mon prénom qui me ... Mais le fait est que je me doute qu'il utilise ce ton pour toutes les femmes qu'il peut croiser. Mes yeux reprennent une taille normale et ma bouche se referme. Mon coeur accélère mais je ne baisserai pas les yeux. « I bought this place to get close to you, because I want you since the first time I saw you. And even though you think you hate me so bad cause I'm such a bad person... » continue-t-il. Et comme s'il ne pouvait pas être plus flippant, il sourit et s'approche encore. Je ne bouge pas d'un millimètre, essayant de remettre toutes les pièces du puzzle ensemble. J'ai le souffle court et le coeur qui bat la chamade. Je suis incapable de dire quelque chose étant comme paralysée. Maintenant je sais ce que ressente les futures victimes des tueurs en séries dans les films d'horreur. « You'll get over it. Because that flame in your eyes that I saw the other night, is right here, right now. » Je fais tout ce que je peux pour garder mon calme et encore plus pour ne pas lui foutre un coup dans les parties, parce que même s'il est taré c'est mon patron. Et une flamme ? Quelle flamme ? Est-ce que quelqu'un a a vu une flamme ? C'est bien de prendre ses désirs pour la réalité. Je le répète, d'accord il est peut-être sexy mais le peu de choses que je viens d'apprendre me coupe l'envie. En tous les cas je le laisse finir son petit discours, sentant peu à peu mon souffle redevenir normal.

Le choc laisse peu à peu la place à la colère. « Now that you heard what you came for, go back hating me as you please, you know we'll talk about it again... and you'll be the one bringing it up. » dit-il brutalement en allant se rasseoir à son bureau. Oh. My. God. Je reste une fraction de secondes hébétée avant de rire à mon tour. « Has anyone ever told you that you talk like a psychopath ? » ai-je lancé très sérieusement. Non mais sérieusement, pour qui ce type se prend pour dire qu'il me veut et qu'il m'aura sans problème parce que je le veux aussi ? De cette façon en plus ! Je veux dire ... c'est mon boss en plus ! Je fais quelques pas vers son bureau. Ne jamais énerver une latina, conseille d'amie. « And forget the flame and all your bullshit. Because when a woman says no to you, it means NO. It doesn't mean yes or I don't know, there are no hidden meaning, it just means no. » Et sur ce sujet là je ne plaisante pas. Je suis vraiment fatiguée par les hommes parfois. J'ai moi-même été la victime de ceux qui pensent que "non" veut dire "oui" et je me suis jurée que plus jamais ça n'arriverait. Plus jamais. Voilà pourquoi ma voix est si froide et mes sourcils froncés par la colère. Il a l'air tellement sur de m'avoir que je veux absolument tort. C'est autre chose aussi, il a un côté qui me donne froid dans le dos. « En résumé, ne prenez pas trop vos rêves pour la réalité. » ai-lancé en commençant tout juste à faire quelques pas pour sortir de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ dangerous animals ω Ren & Cecilia Mar 26 Aoû - 23:26


Ren avait parfaitement conscience de ce qu'il venait de dévoiler à Cecilia ; il savait aussi qu'elle ne prendrait pas ses paroles trop au sérieux. Et puis, qu'elle sache ou pas pourquoi il était là... ça ne changeait pas grand chose, à part une petite satisfaction en plus lorsqu'il l'attraperait entre ses griffes acérées.

La jeune femme parut surtout choquée par les paroles de son nouveau patron, et ça ne fit que sourire un peu plus le japonais. « Has anyone ever told you that you talk like a psychopath ? » Un bref rire traversa la barrière de ses lèvres et il refit volte-face en passant un doigt amusé sur ses lèvres. Il avait juste ses hobbies... si seulement elle connaissait un centième de la vie qu'il menait & des gens qu'il était amené à rencontrer ! Là, elle pourrait vraiment mentionner la condition de psychopathe. « And forget the flame and all your bullshit. Because when a woman says no to you, it means NO. It doesn't mean yes or I don't know, there are no hidden meaning, it just means no.   » tenta-t-elle de se défendre encore, faisant hausser un sourcil à Ren qui ne préféra pas répondre. Il serait vraiment inutile de partir dans ce débat maintenant, alors qu'il n'avait abattu aucune de ses cartes, alors qu'elle n'avait aucune idée du pouvoir qu'il avait vraiment. « En résumé, ne prenez pas trop vos rêves pour la réalité.   » avait finalement terminé Cecilia en tournant les talons pour sortir du bureau de Ren, sûrement aussi énervée qu'elle l'était lorsqu'elle y était entré. Le jeune homme la laissa faire, ne chercha pas un seul instant à la retenir ; pourquoi faire ? Elle semblait embourbée dans son discours, ce « no means no » féministe dont il avait brièvement entendu parler et qui, en soi, le faisait doucement sourire. C'est donc toujours avec le sourire qu'il se rassit à son bureau, ne prenant même pas la peine de fermer la porte derrière Cecili.

C'est minuscule mais pf, c'est vraiment juste pour la forme quoi, there's no point ~ 


THE END
TO BE CONTINUED


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: ❝ dangerous animals ω Ren & Cecilia

Revenir en haut Aller en bas

❝ dangerous animals ω Ren & Cecilia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-