It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream
anipassion.com
Partagez|

danjel & kenzi ❝ ghetto baby ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: danjel & kenzi ❝ ghetto baby ❞ Sam 28 Juin - 22:58

Kenzi & Danjel
ghetto baby
July 2014, at night
Rockaway Beach, Queens
rp#3
#fight  #omegarelated #yakuzarelated

Kenzi était fatiguée ; vraiment, pas un petit coup de barre parce qu'il lui manquait deux ou trois heures de sommeil. Elle était épuisée. Travailler avec Adrian, cet « Omega » dont elle ne savait toujours rien, qu'elle n'avait même jamais vu, jouait sur ses nerfs plus que jamais depuis qu'elle s'était « engagée » avec Danjel. Garder son secret ne semblait pas une grosse affaire, mais ça l'était dans la mesure où elle n'avait pas confiance en ses partenaires, encore moins en son boss ; elle savait que si elle faisait un faux pas, elle n'était pas irremplaçable, et que si sa « trahison » était découverte, ils comprendraient instantanément où en était réduite sa loyauté – et règleraient le problème aussitôt. Mais pouvait-elle les en blâmer, après tout ce qu'ils avaient fait pour elle ? Certes, ils ne lui avaient pas vraiment donné le choix, mais depuis qu'elle était entrée au service d'Omega, elle ne pouvait nier qu'elle avait aussi moins peur du « monde », de ceux qui pouvaient démasquer son identité. Sans être en confiance, elle avait accepté le confort que lui offrait Omega & elle ne doutait pas un instant que celui-ci ne soit pas gratuit.

Assise sur les marches reliant la promenade à la plage, Kenzi se délectait que la température anormalement fraîche du début de soirée ait fait fuir la majorité des baigneurs. Elle, emmitouflée dans un gilet qu'elle n'aurait pas pu s'offrir deux mois plus tôt, préférait laisser son regard se perdre à l'horizon, en même temps que ses pensées. Depuis environ une semaine, elle se sentait encore plus tendue. L'ambiance quand elle était avec Adrian n'avait pas vraiment changé, elle ne pouvait pas vraiment dire qu'il se doute de quelque chose, mais... Si c'était le cas, elle ne doutait pas qu'il l'aurait fait suivre, ou quelque chose du genre ; parce que c'était ça, l'étrange sensation qu'elle ressentait, celle d'être constamment observée, épiée. Pour le coup, elle avait développé un sixième sens pour ce genre de choses, à force d'avoir volé dans les étalages ou dans la rue, ou tout simplement pour sa condition en tant qu'enfant. À cet instant, l'impression était toujours là, insistante et particulièrement désagréable.

Est-ce que Danjel le méritait vraiment ? Elle avait l'impression de s'être posé cette question beaucoup trop de fois, ces derniers temps. Elle le connaissait à peine, ce mec, même si il s'était entêté à l'abreuver d'informations à son sujet ; c'était justement celles-ci qui la confortaient dans l'idée qu'il fallait qu'elle reste dans le coin. D'abord, il semblait très doué pour se mettre en danger ; ensuite, ça lui montrait que sa première intuition avait été bonne, qu'il lui ressemblait & qu'elle aurait aimé qu'il ne la laisse pas dans la merde dans le cas contraire – si elle était aussi empotée, pensa-t-elle.

Elle n'eut pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait ; en un instant, des pas à sa gauche attirèrent son attention & elle eut tout juste le temps de se retourner pour recevoir en pleine joue un coup qui semblait décidé à l'arrière de son crâne, probablement pour l'assommer. La violence du choc la fit dégringoler les escaliers, et elle atterrit sur son flanc sur le sable glacé. Elle chercha immédiatement à se relever, son esprit envoyait tous les signaux, mais il fallut un instant à son corps engourdi pour retrouver sa mobilité ; trop lente. « What the... » L'homme, qui était terriblement plus grand qu'elle, ne semblait vouloir faire d'elle qu'une bouchée, et il se dirigeait de nouveau vers l'australienne avec une détermination effrayante.



Dernière édition par Phoenix "Kenzi" Wells le Sam 5 Juil - 23:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ghetto baby ❞ Lun 30 Juin - 21:46


Depuis quelques temps, l’esprit de Danjel était en alerte et à juste raison cette fois-ci. De bouche à oreille, le brésilien avait eu vent qu’une jeune recrue de Ren venait de se voir offrir sa première mission. Grâce au comportement suspect de ses « collègues » lorsqu’il interrompait leur conversation, il avait compris que quelque chose se tramait. Pendant un instant, il avait même pensé que le Yakuza venait d’ordonner son exécution, mais il connaissait suffisamment le milieu pour savoir que son corps ressemblerait à une passoire si tel était le cas. Danjel avait compris que chez les Yakuza, comme partout ailleurs, il y avait une hiérarchie et qu’il se trouvait encore au tout dernier maillon de la chaîne alimentaire. Cependant, grâce à ses expériences passées dans le milieu du grand banditisme, Danjel parvint tout de même à récoler quelques informations, jusqu’à connaître le motif de la mission : Omega. Un nom qui ne lui était pas inconnu. Il devait faire preuve d’un minimum d’impassibilité pour ne pas attiser les soupçons de ses congénères, mais dû néanmoins se faire violence pour contrôler quelques tics nerveux. D’après ce qu’il avait cru comprendre, Omega restait un fantôme dans la mesure où personne n’avait encore réussi à mettre un visage sur son alias. Danjel crut bien défaillir lorsqu’il fut question de ses associés connus. Seul bémol, elle se trouvait là. Du moins, sa photo se trouvait parmi toutes celles des « gros bras » que le dénommé Omega semblait avoir à sa botte et même si l’heure n’était pas vraiment à la rigolade, il ne put contenir un petit rictus lorsque son « collègue » avoua ne pas connaître son identité. Danjel se sentait moins seul, pour le coup. En fait, il l’avait lui-même surnommé Birdie, c’était toujours mieux qu’ « oiseau de mauvais augure ». Un oiseau dont il avait fini par s’attacher. Sans doute parce qu’elle lui avait sauvé la mise.

Lorsque la réunion fut terminée, le brésilien se précipita à l’extérieur du repaire et suivit la recrue – plutôt bien bâtie – que Ren avait placé sur l’affaire. Il était persuadé que ce dernier le mènerait droit à « Birdie » et qu’il pourrait ainsi lui renvoyer la pareille en même temps qu’il redorerait son blason. Danjel se débrouillait plutôt pas mal en filature ; il n’était ni trop près, ni trop éloigné et, durant tout le trajet, le japonais ne sembla pas se sentir épié ou menacé. Sa piste s’arrêta à Rockaway Beach, particulièrement calme en ce début de soirée. Toujours dans l’optique de ne pas se faire repérer, il préféra rester en retrait et suivit le Yakuza du regard jusqu’aux marches de la promenade. Danjel n’avait pas vu qu’une personne y était assise et ce ne fut que lorsque le japonais s’anima qu’il remarqua la silhouette de la jeune femme.

Sans réfléchir plus longtemps, le brésilien se mit à courir vers l’individu en question et le plaqua avec une force digne d’un rugbyman professionnel – ce qui l’étonna lui-même - pour l’écarter au maximum de sa proie. Ils atterrirent lourdement dans le sable et lorsque le Yakuza prit conscience de ce qui venait de se produire, il toisa Danjel avec une totale incompréhension. « Bordel, qu’est-ce que tu fous ? » s’insurgea-t-il, mais pour toute réponse, le brésilien l’assena d’une droite si puissante qu’il put sentir l’os de son nez craquer sous son poing. « Tu travailles pour lui aussi ? » articula-t-il difficilement, mais le brésilien ne l’écoutait déjà plus, il était comme dans un état second. Outre le fait de défendre sa bienfaitrice, Danjel y voyait un moyen de se venger de Ren, de blesser son égo et de le ridiculiser, ce qui le motiva à redoubler d’intensité. Le Yakuza reçut une pluie de coups qu’il tenta de parer et, lorsqu’il reprit contenance, parvint à repousser le brésilien qui perdit l’équilibre. Le japonais en profita alors pour se redresser et, de toute évidence, Danjel était parvenu à le faire entrer dans une colère noire. Le visage ensanglanté et le regard empreint d’une animosité parfaitement décelable dans la prunelle de ses yeux noirs, le japonais pointa le brésilien d’un doigt menaçant. « Tu vas crever. T’entends ?! Tu vas crever et je m’occuperais d’elle après. » cracha-t-il avant de sortir un couteau papillon de sa poche qu’il fit aussitôt tournoyer entre ses doigts habiles. Danjel n'était déjà plus aussi franc, mais il resta immobile et observa les lames fendre l'air dans un bruit métallique caractéristique. « Sympa le cure-dents. Moi qui voulait une nouvelle coupe de cheveux... » dit-il, se risquant à faire sa - possible - dernière touche d'humour de sa misérable existence. « Je te fais même un prix d'ami. Pour une coupe de cheveux, la castration est offerte. » répondit froidement le Yakuza. Tout naturellement, Danjel se plaça devant la jeune femme encore une peu sonnée. « Stay back. » lui recommanda-t-il. Le Yakuza en profita de s'élancer vers lui, mais le danseur esquiva de justesse. « Tu n'en aurais pas un deuxième sous la main ? Parce que c'est un peu déloyal comme combat. Pas digne de l'esprit japonais... » dit-il, essayant de faire diversion comme il le pouvait.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ghetto baby ❞ Dim 6 Juil - 1:32


Kenzi voyait sa dernière heure approcher pour la deuxième fois en quelques mois à peine. En fait, tout ça lui arrivait beaucoup trop souvent. Elle ne pensait pas s'en sortir cette fois mais, si c'était le cas, elle devait vraiment considérer prendre de vraies vacances loin de ce monde qui mettait constamment son existence en sursis. Bien qu'elle ne se souvienne pas d'un moment dans sa vie, même dans sa petite enfance, où elle n'ai marché sur un fil, elle avait l'impression que la mort se précipitait vers elle beaucoup plus souvent depuis qu'elle s'était glissée sous la mystérieuse cape d'Omega.

Soudainement, une autre silhouette intervint dans le décor & vint s'écraser contre le corps de son assaillant, le faisant lourdement tomber à terre. « Bordel, qu’est-ce que tu fous ? » s'exclama la masse avant de se prendre un coup de poing massif qui laissa Kenzi bouche bée. Dans la pénombre, la jeune fille ne réussissait pas vraiment à discerner le visage de celui qui venait de s'interposer, mais sa silhouette ne lui était pas inconnue, et elle retint un hoquet de surprise lorsque son esprit fit le rapport avec l'homme qu'elle protégeait depuis plusieurs semaines. « Tu travailles pour lui aussi ? » Une pluie de coups lui tomba dessus alors que, interdite & impuissante, Kenzi assistait au massacre qui n'en fut bientôt plus un. L'homme qui était venu l'agresser s'était redressé et menaçait désormais Danjel d'un couteau. « Tu vas crever. T’entends ?! Tu vas crever et je m’occuperais d’elle après. » Le rapport avait été fait dans l'esprit de Kenzi, mais ce n'était vraiment pas ça qui la préoccupait. Les yeux bridés de son agresseur & son attitude envers Danjel suffisaient à faire comprendre à la jeune fille qu'il appartenait aux Yakuzas. Ceux-ci avaient mis un prix sur sa tête ? Mais pourquoi ? « Sympa le cure-dents. Moi qui voulait une nouvelle coupe de cheveux... » « Je te fais même un prix d'ami. Pour une coupe de cheveux, la castration est offerte. » Dans d'autres circonstances, Kenzi aurait sûrement ri à la blague ; pas là. Danjel se rapprocha d'elle et chercha à la protéger d'un geste alors qu'elle le regardait avec des yeux complètement hagards. « Stay back. » conseilla-t-il avant d'esquiver une attaque. « Tu n'en aurais pas un deuxième sous la main ? Parce que c'est un peu déloyal comme combat. Pas digne de l'esprit japonais... »

Kenzi devait se ressaisir, ou ils allaient tous les deux se faire tuer. Elle ignorait pourquoi ce mec en avait après elle, encore moins pourquoi Dan avait choisi ce moment pour lui sauver la vie – ou du moins, essayer. Sortant enfin de sa torpeur, l'australienne ignora le conseil que lui avait donné Danjel un peu plus tôt et profita que leur agresseur soit dos à elle & concentré sur son ami pour sauter sur son dos, plaçant immédiatement ses doigts sur les tempes et les yeux de l'homme en pressant de toutes ses forces. Surpris, il tenta de se débattre d'une main en criant de douleur mais dut se résigner à lâcher son couteau pour attraper les doigts agressifs de Kenzi plantés dans son visage. Une fois que sa maigre force fut neutralisée, il se retourna & lui adressa un regard furibond injecté de sang. D'un large et puissant poing, il écrasa sa main dans le ventre de la brune, qui vola sur plus d'un mètre avant d'aller s'échouer lourdement sur le sable, le souffle coupé et probablement quelques côtes cassées, une nouvelle fois totalement sonnée.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ghetto baby ❞ Mar 8 Juil - 23:40

L’humour. Cette forme d’esprit railleuse n’avait probablement pas lieu d’être en cet instant précis et pourtant, désarmé, Danjel s’en servait comme d’une protection ou d’un moyen de faire comprendre à son agresseur qu’il n’avait pas peur de lui. Mais, c’était faux. Il avait peur. N’importe quelle personne saine d’esprit aurait peur face à un Yakuza. Celui-là n’était peut-être pas le plus entraîné de la bande, mais il n’en restait pas moins très dangereux. Le brésilien ne cherchait pas non plus à « gagner des points » en sauvant une « demoiselle en détresse » qui, de surcroît, était beaucoup plus indépendante que lui sur certains points. Il voulait juste l’aider, lui rendre la pareille pour toutes les fois où elle avait accepté de le couvrir alors qu’elle n’y était pas obligé. Bon d’accord, peut-être qu’il se sentait liée à elle d’une certaine manière. Comment pouvait-il en être autrement ? Ils n’arrêtaient pas de se croiser ces dernières temps et jamais dans de très bonnes circonstances, d’ailleurs.

Pour le coup, Danjel s’était laissé guider par son instinct protecteur. Il ne pouvait pas rester là sans rien faire : c’était une promesse qu’il avait faite lorsqu’il avait vu la lumière s’éteindre dans le regard de Felipe à quelques mètres du Christ Rédempteur qui surplombait la ville et lui tendait les bras tel un père retrouvant son fils. Danjel avait compris. Il savait. Ce serait le Yakuza ou lui. Il était même évident qu’à partir du moment où il avait engagé le combat, il n’y avait qu’une seule issue possible. La Mort. Il ne pouvait pas prendre le risque que le Yakuza n’aille tout raconter à son chef. Le brésilien n’était pas toujours très loquace, il n’avait même pas une seule once de violence, mais il était rapide. Très rapide. Aujourd’hui, son talent pour la danse lui était particulièrement utile pour esquiver les coups d’un malabar plus baraqué que lui.

Et c’est le moment que choisit Kenzi pour sauter sur son dos.

Surpris, Danjel marqua un temps d’arrêt tandis que l’asiatique hurlait de douleur à cause des doigts de la jeune femme qui enfonçaient ses yeux dans leurs orbites et pressaient ses tempes. C’était une techniquement totalement désespérée, mais diablement efficace ; il devait bien lui reconnaître ça. Ceci dit, Kenzi ne put guère rivalisée avec l’entrainement que le japonais avait reçu. Danjel n’eut même pas le temps de prendre avantage de la situation qu’il la repoussait de nouveau avec une extrême violence et c’est ce moment que choisit le brésilien pour lui porter le coup de grâce.

Danjel s’avança rapidement et élança son pied de toutes ses forces en plein dans ses bijoux de famille. La puissance du coup porté fut tel que le japonais en eut le souffle coupé et consentit enfin à lâcher le couteau pour porter ses mains sur la partie très douloureuse de son anatomie. Il en profita alors pour le ramasser, mais le japonais réussit à le faire tomber et à ramper jusqu’à lui. Ils luttèrent au sol pendant plusieurs secondes pendant lesquelles Danjel tenta de le poignarder, mais le bougre le maintenait d’une telle force qu’il lui était impossible de se mouvoir facilement. « T’as aucune chance. J’ai plus d’expérience que toi. » cracha le japonais en prenant un plaisir malsain à le voir se débattre. « Peut-être, mais tu ignores les coups défendus. ». Se disant, Danjel lui asséna un coup de boule qui brisa son nez et profita de l’effet de surprise pour passer au-dessus de lui et le poignarder au niveau de la jugulaire, ne lui laissant ainsi aucune chance. Le sang y coulant en abondance, Danjel se prit un jet de sang sur le visage, sur ses vêtements et sur ses mains qui tenaient encore le couteau. Une fois l’adrénaline retombé et lorsqu’il prit conscience de ce qu’il venait de faire, le brésilien se mit à trembler et lâcha l’arme du crime comme si elle venait tout juste de le mordre.

Il avait tué un homme. Par légitime défense, certes. Mais il avait tout de même ôté une vie. Il déglutit avec difficulté, refoulant un sanglot ou un cri de rage. Danjel se sentait mal, mais il devait impérativement se ressaisir. Il se leva et courut jusqu’à Kenzi pour s’enquérir de son état, mais dû tapoter ses joues pour obtenir une réaction. « Hey. Hey. Are you ok ? » demanda-t-il. « On doit partir d’ici. Right now ! ».
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ghetto baby ❞ Sam 12 Juil - 0:56


Non mais, c'était pas une vie, ça. C'était toujours dans les pires moments qu'on s'en rendait compte mais, pour le coup, Kenzi avait vraiment envie de changer d'air maintenant qu'elle se retrouvait sous la menace d'une mort imminente. Arrêter les conneries, peut-être même retrouver son identité, quitte à purger la peine pour laquelle elle était recherchée en Australie, et essayer de faire les choses... normalement, pour une fois. Allongée sur le sable froid, Kenzi n'était pas totalement inconsciente mais, pour le moment, son corps refusait de lui obéir. Une douleur la lançait au niveau des côtes à chaque fois qu'elle respirait, mais elle sentait que ce n'était pas « trop » grave. Et, plus loin, ses oreilles captaient le bruit du combat qui continuait près d'elle. Les paupières toujours closes, la jeune fille était juste trop sonnée pour faire quoique ce soit, même juste ouvrir les yeux. Et puis, merde, elle était bien, là, immobile, par terre ; elle ne risquait rien, n'est-ce pas ? Si elle pouvait seulement échapper à tous ses problèmes comme ça... Toujours incapable de bouger, la brune réussit à battre brièvement des paupières avant de se résigner à garder les yeux fermés ; sa tête tournait tellement ! Mine de rien, l'homme n'avait vraiment pas une force de fillette et quand il l'avait propulsée, Kenz s'était vraiment sentie atterrir lourdement.

« Hey. Hey. Are you ok ?   » La voix de Danjel sortit Kenzi d'un stade de demi-conscience, et c'est en sentant ses doigts taper ses joues que la jeune fille réussit une nouvelle fois à rouvrir les yeux : la vision qui s'offrit à elle dressa ses poils sur ses bras. Danjel était... effrayant. Sa chemise & son visage étaient maculés de sang, et Kenzi n'eut pas besoin d'une autopsie approfondie pour comprendre ce qui venait d'arriver. Aussitôt, l'adrénaline se libéra dans son cerveau. « On doit partir d’ici. Right now !   » Comme si ses mots étaient autant de décharges électriques, Kenzi se redressa aussitôt & son regard tomba sur le corps inanimé de son agresseur, un peu plus loin. Neutralisé. « Oh God...   » murmura-t-elle, étrangement sans la moindre once de moquerie ou d'humour dans la voix, elle qui avait toujours le bon mot pour sortir de n'importe quelle situation. Oui, ils devaient partir au plus vite. Kenzi fit un pas vers la promenade mais s'arrêta. « The knife, do you have the knife ? » demanda-t-elle, la voix plus haute que d'habitude à cause de la panique qui commençait à son tour à l'envahir. Qu'est-ce que ça changerait, qu'ils l'aient ou pas ? Pour le coup, la jeune fille n'avait aucune idée de la marche à suivre, elle n'avait jamais tué quelqu'un et... et Dan l'avait fait pour la protéger, alors elle pouvait bien se sentir un peu concernée par le sujet. Son regard capta la lame près du corps de son agresseur & elle s'y précipita pour s'en emparer avant de revenir tout aussi rapidement sur ses pas. « You have to get cleaned up... » maugréa-t-elle en désignant la mer et le visage de Danjel, avant qu'ils ne se dirigent vers la promenade d'un pas rapide.

Après ça, Kenzi l'avait entraîné vers chez elle ; elle vivait dans le quartier d'à côté et de toute façon, Dan allait devoir... se laver un peu mieux, s'il espérait pouvoir passer inaperçu ne serais-ce que dans la rue, et ils devaient décider... ce qu'ils allaient dire, à qui, ce qu'ils allaient faire de l'arme. «  What did he want from me ? » demanda-t-elle brusquement alors qu'ils avaient trotté jusqu'à quelques blocs de son appartement.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ghetto baby ❞ Dim 13 Juil - 0:43


Fort heureusement, l’adrénaline coulait toujours dans les veines du brésilien ; c’était d’ailleurs grâce à cette hormone qui était capable de tenir debout alors qu’une partie de son âme venait de mourir en même temps que le Yakuza qui gisait au sol et qu’il s’interdisait de regarder. En cet instant précis, Danjel donnait vraiment l’impression de n’être qu’un pantin désarticulé et, l’espace d’un moment, il avait la sensation que des sables mouvants l’empêchaient de quitter la scène de crime. « Oh God… » lâcha-t-elle dans un murmure sans doute rendu inexpressif par le choc émotionnel qu’elle venait de subir. Danjel, quant à lui, déglutit une nouvelle fois et fit un effort surhumain pour éviter que son regard ne croise cette vision d’horreur dont il était responsable.

« The knife, do you have the knife ? » Toujours aussi pantois, Danjel acquiesça d’un signe de tête et ramassa l’arme blanche en veillant à ne pas regarder le macchabée. « You have to get cleaned up… » enchaîna-t-elle. Ses simples mots suffirent à le faire réagir et c’est avec le cœur toujours aussi lourd qu’il se précipita vers l’eau salée. Kenzi était un peu devenue la voix de la raison, son seul moyen de communication avec le monde extérieur. Agenouillé sur la plage, il nettoya son visage au mieux et son T-Shirt en se servant du sable pour se débarrasser de toute cette hémoglobine. Dans une lueur de lucidité, le jeune homme en profita également pour effacer les empreintes laissées sur le couteau en espérant que la marrée haute se chargerait du reste. Danjel essora son haut, le déplia et constata que la tache de sang était toujours visible alors il eut l’idée de se fondre dans la masse comme Felipe le lui avait appris. Il laissa pendre son T-Shirt nonchalamment sur son épaule à la manière d’un véritable vacancier et se trouva même soulagé de la présence de Kenzi qui lui accorderait un peu plus de crédit. Qui soupçonnerait un « couple » d’avoir perpétré un meurtre ?

Une fois de plus, Kenzi le guida dans un dédale de rues sans qu’il n’ait la moindre idée de ce que serait leur destination finale. Désormais, il avait suffisamment confiance en elle pour ne pas poser de question, alors concentra tout son esprit à paraître le plus naturel possible en se disant que, de toute manière, il aurait tout le loisir d’y repenser. Ca le suivrait même toute sa vie durant.  Il n’était pas d’humeur à parler, cependant ce n’était pas le cas de celle qui l’accompagnait. « What did he want from me ? » Danjel lui jeta un coup d’œil en biais et soupira légèrement. C’était malheureusement une question pour laquelle il n’y avait aucune échappatoire, car sa réponse lui servirait aussi de mise en garde. « Some informations about Omega – dit-il, le regard toujours perdu à la contemplation des rues qui défilaient – Now, we’re both in the middle of a war for territory. » Et ce genre de guerre, ça le connaissait ; il y avait même perdu son frère dans les rues de Rio de Janeiro. Sa dernière volonté avait été pour la sécurité de Danjel et, à la demande de celui-ci, il s’était installé à New York pour laisser cette histoire derrière lui. Le brésilien avait promis à Felipe qu’il sauverait sa peau, ne s’impliquerait plus dans des affaires dangereuses voire criminelles et voilà où il en était rendu aujourd’hui…

Non seulement il salissait la mémoire de son frère, mais en plus de ça, il venait de détruire une partie de son âme.

Quelques minutes plus tard, ils pénétrèrent dans un appartement beaucoup plus grand et confortable que le taudis où elle vivait autrefois, mais Danjel se garda de faire le moindre commentaire. Il n’y fit même pas attention car son esprit était ailleurs. Pourtant le bruit de la porte se refermant sur eux sembla le tirer de sa léthargie : ses mains se mirent à trembler et son visage se décomposa en une fraction de secondes, à peine un battement de cils. Cette fois-ci, il n’y avait plus aucune trace de gaieté dans ses yeux rieurs. « Comment tu te sens ? » dit-il, préférant se concentrer sur l’état de santé de Kenzi plutôt que sur son propre état mental.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ghetto baby ❞ Jeu 17 Juil - 0:32


Pour n'importe quel passant, Kenzi & Danjel étaient un couple qui venait de passer un moment intime sur la plage : les deux étaient débraillés & décoiffés, Dan était torse nu & ses cheveux étaient toujours humides ; ses vêtements, comme ceux de sa comparse, étaient couverts d'un sable qui semblait s'être infiltré jusqu'entre les fibres des tissus. Cependant, ça ne rassura pas assez Kenzi pour qu'elle ralentisse le pas, et c'est rapidement qu'elle espérait atteindre son objectif : son appartement, où elle espérait être en sécurité – peut-être naïvement, puisqu'on avait pu la retrouver sur une plage où elle ne venait pas si souvent que ça.

L'esprit loin d'être tranquille, Kenzi n'avait pas résisté à demander la raison de ces soudaines envies de meurtre à son encontre ; de ce qu'elle s'en souvenait, elle n'avait jamais croisé cet asiatique avant ce soir, elle ne lui avait rien fait personnellement. Un soupir avait traversé les lèvres du brésilien avant qu'il ne se décide à lui répondre. « Some informations about Omega. Now, we’re both in the middle of a war for territory.  » avait-il durement déclaré, laissant d'abord la jeune fille silencieuse. Finalement, en prenant conscience des paroles de son complice, elle ne put s'empêcher de soupirer longuement à son tour, évacuant presque tout l'air de ses poumons ; dans quelle merde est-ce qu'ils s'étaient encore embourbés ? Et elle, qui aurait pu se faire tuer pour... rien ! Elle ne savait rien de lui ! Elle aurait d'ailleurs bien voulu le dire à Danjel tout de suite, mais elle voyait bien qu'il n'était pas non plus au top, de son côté. Après tout, il venait de tuer un homme ; Kenz ne pouvait pas vraiment comprendre ce qu'il devait ressentir à cet instant, les ongles encore incrustés du sang de sa victime.

Ce ne fut que lorsqu'ils pénétrèrent dans l'appartement de Kenzi qu'ils se permirent de briser le silence. L'endroit, pas très cosy, l'était cependant assez pour leur donner l'illusion d'être protégés. Quand l'australienne avait vu cet endroit, cependant, elle l'avait adopté : elle n'avait pas besoin de grand chose, elle avait vu les grandes fenêtres près de la kitchenette et elle avait hoché la tête : elle le prenait. De toute façon, elle doutait qu'Adrian lui ai préparé un florilège d'offres immobilières, alors... Elle s'en contentait très bien. Apparemment, l'appartement avait autrefois été un petit atelier : pour chambre, Kenzi avait envahi le petit espace séparé par un demi-mur dont l'autre moitié était coulissante et qui laissait tout juste assez de place pour son lit et quelques grandes boîtes transparentes qu'elle avait acheté pour rien du tout & qui lui servait de dressing. Attenante, la seule autre porte de l'appartement cachait une minuscule salle de bain, qui cependant cachait le bien le plus précieux de la location : une baignoire. Comme toujours, elle avait laissé le demi-mur ouvert sur la pièce principale qui, elle aussi, ne réunissait que le nécessaire en meubles : un canapé, une table basse, quelques lampes débraillées – faire les encombrants des autres n'était même pas une honte pour la brune – et une commode constituaient le salon, alors que dans un coin trônaient quelques plans de travail, un frigo ancestral – un véritable luxe –, un micro-ondes et un grille-pain. Le seul effort de décoration résidait dans l'originalité des murs, où Kenzi avait accroché un peu tout & n'importe quoi : de longs colliers qu'elle avait volé à une actrice, un panneau « pandas crossing » avec lequel elle s'était retrouvé après une excursion nocturne au zoo avec des lycéens éméchés, un autre qu'elle avait gagné dans un bar après un virulent concours de Tequila Paf, … un vrai palace. Et dès qu'elle y entra, Kenzi se sentit chez elle, bien que la panique ne l'ai pas quittée le moins du monde. « Comment tu te sens ?  » demanda enfin Dan, surprenant la jeune femme qui secoua immédiatement la tête. « Fine, fine. » éluda-t-elle avant de chercher le regard du brésilien. Ses côtes la brûlaient toujours et un mal de crâne lancinant la tourmentait, mais elle survivrait ; surtout, ses égratignures n'étaient rien face à ce qu'elle avait peur de trouver dans les yeux de Danjel. « You ? » reprit-elle dans un souffle encore plus bas qu'elle ne l'avait voulu, tellement elle craignait la réponse. Et finalement, sans l'attendre, elle enchaîna rapidement, comme si le besoin de se justifier, de s'excuser, de le remercier était devenu trop fort. Dan venait de tuer quelqu'un, mais s'il ne l'avait pas fait, ç'aurait été son sang qui aurait décoré le sable de Rockaway Beach. « Thank you... for saving me. You didn't... owe me that much.  » grimaça-t-elle, le souffle court et le cœur lourd. « I don't even know shit about Omega.  » reprit-elle en levant les yeux au ciel, excédée. « Never seen him, never talked to him. As far as I know, that guy is an urban legend.  » Elle déglutit & son regard se reposa sur Danjel ; un regard désolé, et pourtant tellement reconnaissant. Sans lui, elle n'aurait clairement pas passé la nuit. « Uh, what's next ? There's probably gonna be an official investigation when the body is discovered... And what about you ? You can't go back there if they know you killed him ! What they would do to you ! » Bien sûr, elle pouvait prendre la faute, elle en était capable et sur le point de lui proposer l'idée, mais elle se mordit la lèvre inférieure en réalisant qu'elle ne devait vraiment pas contribuer à calmer l'esprit de Danjel. Et puis, de toute façon, s'ils pensaient que c'était elle qui l'avait tué, ils partiraient de nouveau à ses trousses - si seulement ils avaient besoin d'un autre motif que celui d'en savoir plus sur Omega. « We can... talk about it later, if you want. You can sleep on the couch, I don't think it's a good idea to go out right now... And if you want to take a shower... » proposa-t-elle d'une voix plus douce et un peu hésitante, pas sûre d'être capable de fermer l'oeil de la nuit.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ghetto baby ❞ Dim 20 Juil - 0:49


Le regard de Danjel était maintenant vide. Presque inexpressif. Pourtant, à l’intérieur, il était aux prises avec un déluge innommable et dans sa tête tourbillonnait des centaines et des centaines de pensées toutes aussi contradictoires les unes que les autres. Il était en morceaux, éparpillés un peu partout entre le temps et l’espace de sorte qu’il ne savait même plus discerner le vrai du faux, le réel de l’imaginaire. Danjel aurait voulu que tout ceci soit un rêve, mais il pouvait encore sentir l’odeur du sang. L’odeur de la Mort. Il la reconnaissait. Elle était âcre, lui donnait envie de vomir et il la porterait sur lui jusqu’à la fin de ses jours. « Fine, fine. » assura Kenzi, le ramenant une fois de plus à l’instant présent. Il lui jeta un regard en biais comme pour s’assurer de la sincérité de ses paroles et acquiesça d’un signe de tête. « You ? » demanda-t-elle. C’était là une question à ne pas lui poser. Elle provoqua un énième élan de conscience chez le brésilien qui retint un sanglot et nicha sa tête dans ses mains comme s’il était en proie à une migraine. « J’ai connu mieux. » répondit-il simplement en ayant réussi à maîtriser le ton de sa voix. « Thank you… for saving me. You didn’t… owe me that much. » Danjel resta silencieux. Elle avait couvert ses arrières une fois, il se devait de lui rendre la pareille. Bien sûr, il ne s’était pas douté que tuer un homme en ferait partie, mais – rien que pour ça – il ne regrettait pas son geste.
« I don’t even know shit about Omega. Never seen him, never talked to hom. As far as I know, that guy is an urban legend. » avoua-t-elle enfin. Décidemment, elle était aussi – voire plus – imprudente que lui pour le coup. « Une légende urbaine qui a failli te faire tuer… » répliqua-t-il, sans pour autant être détestable. Même s’il aurait voulu se donner le ton, il n’y serait pas arrivé ; son esprit donnait l’impression de naviguer au-dessus de son corps et ses paroles de n’être que des échos lointains. « Uh, what’s next ? There's probably gonna be an official investigation when the body is discovered... And what about you ? You can't go back there if they know you killed him ! What they would do to you ! » Danjel passa une main fébrile sur son visage dans une tentative désespérée de remettre ses idées en place, mais l’état de choc ne semblait pas prêt de lui foutre la paix. « Oui, je sais tout ça... » souffla-t-il. « Je pense qu’il serait préférable que je quitte New York – ou mieux – les Etats-Unis, pendant un temps… ». Dans tous les cas, Danjel n’avait que très peu de temps pour prendre une décision, mais – pour l’instant – il se sentait incapable d’agir en conséquence. « We can... talk about it later, if you want. You can sleep on the couch, I don't think it's a good idea to go out right now... And if you want to take a shower... » Pour toute réponse, Danjel poussa un soupir de soulagement et acquiesça d’un signe de tête. « Ouais, je pense qu’il ne serait pas raisonnable de sortir d’ici pour aujourd’hui et une douche n’est pas de refus non plus. Merci… » Il trouva tout de même la force de lui sourire. Kenzi s’était alors empressée de lui montrer la salle de bain et de lui donner ce dont il avait besoin, mais l'état de ses vêtements le préoccupait. « Dis, t'aurais pas des fringues pour moi, par hasard ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ghetto baby ❞ Dim 20 Juil - 2:11


« J’ai connu mieux.  » Évidemment, qu'il allait mal, pensa Kenzi en se mordant la lèvre inférieure : il venait de tuer quelqu'un, elle-même ne pouvait pas savoir comment cet acte la ferait se sentir. Surtout, elle lui était redevable comme jamais, elle lui devait la vie. Le visage empreint d'une tourmente qu'elle partageait avec Danjel sans être capable de la comprendre totalement, c'est mal à l'aise qu'elle chercha à le rassurer. « For what it's worth... It was him or me... and I'm glad it wasn't me. You killed someone, but you saved me... » Une fois sortis de sa bouche, ses mots lui parurent absolument égoïste, et pourtant c'était vrai : l'homme avait peut-être une famille, une vie à laquelle Dan l'avait arraché, mais s'il n'avait pas été là... Elle ne voulait pas mourir ; ça la heurtait encore plus maintenant qu'elle venait encore de faillir se faire tuer – une habitude dont elle devait vraiment se détacher – alors oui, elle préférait que son agresseur soit mort et qu'elle soit en vie.

« Une légende urbaine qui a failli te faire tuer…  » avait enchaîné Danjel quand Kenzi lui avait avoué ne rien connaître de son patron, ne même jamais avoir vu son visage. Pendant un bref instant, la fierté de la jeune fille la poussa à jeter un regard meurtrier au brésilien, mais elle se radoucit bien vite ; il avait raison, et elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même. Surtout, elle ne pouvait rien lui dire : c'était pour ça aussi qu'elle avait voulu l'aider en premier lieu, parce que leurs histoires se ressemblaient, même si contrairement à lui, elle avait gardé énormément de choses secrètes. Kenzi aussi s'était vue offrir un ultimatum, et travaillait pour Omega sans vraiment être consentante, mais profitant pleinement des avantages que ça lui offrait. Elle s'abstint de lui répondre, comprenant qu'il n'était sûrement pas d'humeur pour une joute verbale, mais ne put s'empêcher de chercher à anticiper ce qui allait advenir d'eux pas la suite. « Oui, je sais tout ça... Je pense qu’il serait préférable que je quitte New York – ou mieux – les Etats-Unis, pendant un temps…  » lui avait-il répondu, absolument blasé. Immédiatement coupable & parce qu'elle savait que c'était sûrement sa meilleure option, l'australienne se mordit la lèvre une nouvelle fois en baissant brièvement les yeux. Est-ce qu'elle venait de briser sa vie en l'entraînant dans cette histoire ? Est-ce qu'elle n'aurait pas mieux fait de le laisser se débrouiller seul dès le début, quitte à ce qu'il se fasse battre, plutôt qu'il se retrouve aujourd'hui tâché de sang à cause d'elle ? « Ouais, je pense qu’il ne serait pas raisonnable de sortir d’ici pour aujourd’hui et une douche n’est pas de refus non plus. Merci… » Ils avaient tous les deux besoin de repos, de réflexion, tout venait d'arriver et... et ils avaient besoin de penser plus clairement. Après lui avoir donné des serviettes, Kenzi désigna la porte près de son lit d'un geste de la main. « Dis, t'aurais pas des fringues pour moi, par hasard ?  » «  Sure, je t'amène ça. » répondit-elle alors qu'il se dirigeait vers la salle de bain. Dans sa « chambre », la brune commença son « bal des boîtes » à la recherche de vêtements, même pas sûre d'avoir de quoi vêtir son hôte. Finalement, un tee-shirt attira son attention & elle le fixa quelques instants, le regard nostalgique, avant de le poser près d'elle. Elle réussit à dénicher un bas de survêtement qui semblait assez grand pour lui et se redressa, reprenant le précieux tissu du tee-shirt pour le regarder encore quelques instants.

flashback.
Il avait fallu pas moins d'une heure pour Phoenix pour sortir du bain irrémédiablement vide dans lequel Robby l'avait glissée. L'eau dirigée tout droit sur son corps frêle, l'adolescente avait pourtant l'impression de ne pas la sentir. Elle se sentait tellement conne ! Elle avait été idiote & naïve, voilà ce qu'elle avait été. Une gamine, une stupide petite prétentieuse, comme le lui avait craché Greg un peu plus tôt. Et puis finalement, n'étais-ce pas ce qu'il voulait, la briser de la sorte ? N'était-elle pas plus forte que ça, ne prétendait-elle pas être capable de se suffire à elle-même ? Seulement, ce n'était pas le cas, et le simple fait qu'elle ai besoin de Robby & de ses frères depuis des années le prouvait. Elle se sentait juste tellement... trahie ! C'était ça, de faire confiance aux gens ? Décidémment, il n'y avait bien qu'avec les garçons qu'elle pouvait se sentir en sécurité... comme maintenant.

En culotte & enroulée dans une serviette qui tombait jusqu'à ses pieds, la jeune fille avait quitté la baignoire pour le lit de Robby, sur lequel celui-ci l'attendait avec un visage empreint d'inquiétude. « Better ? » s'enquit-il en se redressant un peu pour se décaler & la laisser s'allonger près de lui. Elle se recroquevilla sur le côté & secoua la tête. « I just feel so dirty, Rob... and stupid. He just wanted to have sex with me, and... and what he said... » Elle sentait les sanglots de nouveau affluer, et en voyant son regard briller, le jeune homme se rapprocha de nouveau d'elle pour venir l'entourer de ses bras. « Shh, shh... It's not your fault, Phoe... And you're way better than that. He's not worth your tears. » Elle le sentit déglutir ; quand il avait connu Phoenix pour la première fois, elle avait à peine douze ans. Lui & ses frères l'avaient accueillis comme un membre à part entière de leur fratrie alors que Gloria n'avait jamais rien fait d'autre que de lui offrir une terrible image de la famille. « There, put that on. » reprit Robby après un moment en se penchant de son lit pendant un instant pour en revenir avec un tee-shirt délavé à l'effigie d'AC/DC. « But it's your lucky shirt. » fit-elle remarquer en essuyant ses joues, intriguée. « And now it's your lucky shirt. Come on, I know you want it since the first time you saw it. » argumenta-t-il avant de déposer un baiser sur sa joue avant de faire mine de se retourner pour que Phoenix puisse se changer.   « No but seriously, you're wet and killing my blanket. » plaisanta-t-il avant de se redresser, appréhendant le « Douchebag ! » annonçant un coup dans son épaule que Phoe réussit tout de même à lui assener dans la cuisse, avant d'obtempérer. Et alors que Rob se rasseyait, Phoenix enroula ses épaules de ses bras ; même pour lui, cet excès tactile était exceptionnel. « Thanks, Rob... You're my favourite.  » dit-elle en déposant un baiser sur sa joue, sans savoir que deux ans plus tard, elle quitterait le pays pour lui.
fin du flashback.

Si elle avait glissé sa main dans la petite salle de bain pour poser le survêtement à l'attention du brun, elle avait gardé le tee-shirt avec elle, perdue dans ses pensées, jusqu'à ce que Danjel ressorte et qu'elle se lève de son lit sur lequel elle attendait pour lui tendre le tee-shirt, comme si elle avait besoin de rendre le moment solennel. C'était con, de tenir à des choses matérielles, mais si il y avait bien une chose qu'elle refusait d'abandonner derrière elle, c'était le tee-shirt porte-bonheur de Robby. « And take care of that shirt, it's my brother's. » ne put-elle d'ailleurs s'empêcher de préciser en lui tendant le bout de tissu avant de lui désigner le canapé où elle avait installé de quoi passer la nuit. « Votre suite est prête ! »

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ghetto baby ❞ Dim 20 Juil - 15:06


C’était souvent dans des moments comme celui-ci que Felipe - son grand-frère de cœur - lui manquait terriblement. Même s’il n’était pas toujours de bonne influence, il l’avait toujours préservé de ce genre de choses et aujourd’hui, il avait besoin de lui plus que jamais pour l’épauler dans ce moment le plus sombre de son existence. Mais on l’avait tué. Quelqu’un l’avait arraché à lui. En y réfléchissant, lui aussi venait tout juste d’ôter la vie à un individu qui – contrairement à lui – avait probablement une vraie famille ; il était peut-être un père, un frère, un fils… Danjel en regrettait presque de s’en être réchappé, surtout si c’était pour traîner ce poids jusqu’à la fin de sa vie. « For what it's worth... It was him or me... and I'm glad it wasn't me. You killed someone, but you saved me... » lui rappela cependant la jeune femme. Effectivement, le brésilien avait tendance à oublier qu’il venait de tuer une personne pour en sauver une autre ; ça lui apportait au moins un peu de réconfort. Il acquiesça et s’efforça de mettre tout ça dans un coin de sa tête pour l’instant en sachant pertinemment que maîtriser le flux de ses émotions lui prendrait beaucoup de temps et d’énergie. Pour l’instant, rester à New York n’était pas une option ; il allait devoir se faire oublier pendant un temps en espérant que ça ne soit pas pour toute une vie non plus. Danjel avait ses amis ici. Sa crew remarquerait-elle son absence ? Peut-être que non. Le brésilien avait été très distant depuis qu’il avait accepté de rejoindre les Yakuza et ses danseurs – Kat en particulier - étaient aujourd’hui bien trop occupés par leurs soucis personnels. Ca l’ennuyait de partir comme un voleur, mais il valait mieux pour eux de ne rien savoir.

Il préférait se concentrer sur un problème à la fois. A l’heure actuelle, c’était de se trouver de nouveaux vêtements. Par curiosité, Danjel demanda à la propriétaire des lieux si elle n’en avait pas à lui prêter. « Sure, je t’amène ça. » Sa réponse l’étonna légèrement, mais à bien y réfléchir, ça ne l’étonnait pas de la savoir en possession de vêtements pour hommes. Sur ce, elle s’éloigna pour fouiller dans ses affaires afin de lui dégoter une tenue d’emprunt pendant qu’il prenait sa douche, pressée de se débarrasser de toute cette hémoglobine qui dégageait une odeur ferrique qui lui donnait la nausée.

Rien que le jet d’eau tiède ruisselant sur son corps meurtri lui fit le plus grand bien et délassa ses muscles crispés et douloureux. Il en sortit quelques minutes plus tard, propre comme un sou neuf, affligé de l’odeur d’un gel douche pour femme dont il n’avait que faire pour le coup. C’était beaucoup mieux que celle de la Mort qui semblait imprégnée dans ses narines malgré tout. Danjel se sécha, se recoiffa du mieux qu’il le pouvait en passant une main adroite dans ses cheveux et sortit de la salle de bain en caleçon. Elle l’attendait, lui tendit ce qu’elle avait déniché et il l’enfila sans rechigner. « And take care of that shirt, it's my brother's. » le prévint-elle. Il jeta un coup d’œil à l’inscription du T-Shirt et esquissa un sourire. « Comme à la prunelle de mes yeux. AC/DC, hein… » dit-il simplement. Ce n’était pas son style de musique, mais Danjel avait tout de même beaucoup de respect pour ce groupe d’anthologie. Elle lui désigna ensuite le canapé du salon qui lui servirait de couchette pour la nuit. « Votre suite est prête ! ». Ce n’était pas le Ritz, mais il s’en accommoderait ; c’était toujours plus confortable que son entrepôt ou la cellule d’une prison. « C’est parfait, merci… » assura-t-il. « Tu devrais prendre une douche toi aussi, ça te ferait du bien après les coups que tu as reçu. D’ailleurs, je vois certaines plaies que tu devrais désinfecter… » A son tour de se montrer prévenant. La situation était absurde, totalement grotesque quand il y pensait et ça le fit sourire malgré lui. « Je viens de me rendre compte que je ne connais toujours pas ton prénom... » lâcha-t-il dans un souffle en secouant la tête de gauche à droite.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ghetto baby ❞ Ven 25 Juil - 2:23


Pendant que Danjel prenait sa douche, Kenzi se laissa aller à se demander ce que les garçons penseraient de la situation dans laquelle elle était actuellement. Est-ce que c'était pire que ce pour quoi elle les avait laissés ? Oui, clairement. Si elle risquait la prison en prenant la faute pour Robby & son frère, c'était aujourd'hui sa vie qui était en jeu. Et en tendant le tee-shirt à Dan, elle eut un petit pincement au cœur ; dans un sens, la situation qu'elle vivait avec les garçons lui manquaient. Depuis qu'elle avait pris cet avion pour les États-Unis, elle avait été... invariablement seule. Elle se devait de l'être, elle ne pouvait faire confiance à personne. Même Marcus, le musicien avec qui elle avait pourtant passé plus d'un an à jouer à la maîtresse/groupie de rockeur, elle avait caché énormément de son passé & de son présent. Elle avait fui Kassandra, la première personne qui l'avait élevée, pour lui éviter d'être entraînée dans ses sales histoires, et elle avait profité de son changement d'identité pour limiter ses contacts avec Néfertari à l'argent qu'elle lui donnait de temps en temps pour rembourser sa dette, bien qu'elle sache parfaitement qu'un lien de sang les unissaient. Elle devait faire ses choix seule, elle n'avait pas le droit de craquer, encore moins de laisser tomber, et... et parfois, elle aurait vraiment aimé que les garçons soient là pour prendre le relais du contrôle de cette vie qu'elle semblait incapable de gérer correctement. « Comme à la prunelle de mes yeux. AC/DC, hein…  » Kenzi haussa les épaules en souriant ; c'était surtout Robby qui aimait ce groupe, ses frères et lui étaient des australiens purs & durs.  Mais justement, à travers eux, elle avait appris à les apprécier et, quand elle se renseignait sur leurs actualités, c'était un peu une façon de... se connecter à eux, parce qu'elle savait qu'ils faisaient de même. « Mh, ils sont cools. » commenta-t-elle simplement avant de lui présenter le canapé où il pourrait passer la nuit. « C’est parfait, merci…  » Kenzi grimaça. « On en reparlera demain matin avec ton dos, okay ? » plaisanta-t-elle ; elle n'avait pas vraiment eu le loisir de choisir la qualité des meubles qui peuplaient son petit appartement. « Tu devrais prendre une douche toi aussi, ça te ferait du bien après les coups que tu as reçu. D’ailleurs, je vois certaines plaies que tu devrais désinfecter…  » Kenzi n'avait plus vraiment mal, elle avait été un peu secouée et clairement choquée mais elle s'en remettrait. Cependant, elle hocha la tête ; une douche lui ferait du bien de toute façon, ne serais-ce que pour retirer tout le sable qui s'était infiltré dans ses cheveux et sous ses vêtements.  « Je viens de me rendre compte que je ne connais toujours pas ton prénom...  » lâcha-t-il soudainement, faisant brièvement sourire la brune ; c'était là tout l'art de la chose, qu'il ne réalise même pas à quel point il en savait peu sur elle. C'était comme ça qu'elle avait survécu – enfin, hors cette fois où il lui avait sauvé la vie, mh. Elle effectua un rictus avec ses lèvres, hésitante, avant de se tourner vers la salle de bain et de s'y diriger. Avant d'y entrer, elle consentit à lui répondre. « You can call me Kenzi. » Après la sincérité dont il avait fait preuve avec lui, elle ne voulait juste pas lui mentir, mais... « Phoenix » n'était pas un prénom qu'elle voulait partager maintenant, avec lui ou quiconque. Kenzi était un bon compromis, et elle ne lui avait pas vraiment menti en ne lui disant pas que c'était son prénom.

Sous la douche, la jeune fille réussit à se débarrasser du sable mais clairement pas de son angoisse. On venait d'essayer de la kidnapper, ou de la tuer... et elle doutait que les yakuzas s'arrêtent là. On déconnait pas, avec ces gars-là, le fait que Danjel considère de quitter le pays suffisait à lui donner des frissons dans le dos que l'eau chaude fut vaine à atténuer. Elle revint dans la pièce principale en serviette, une autre enroulée autour de ses cheveux, et fouilla pour des sous-vêtements propres dans ses boîtes avant d'attraper son pyjama sous son oreiller et de retourner s'habiller ; elle renonça à se coiffer, elle n'en avait clairement pas la patience, et se contenta de secouer ses cheveux d'une main pour en faire partir les dernières gouttes ; le tout sur pilote automatique, l'esprit focalisé sur la menace qui pesait sûrement encore sur elle. Et lorsqu'elle ferma définitivement la porte de la salle de bain, elle s'agenouilla à la tête de son lit pour regarder si Danjel dormait. « If you leave, I wanna leave with you. » Elle se mordit la lèvre inférieure avant de reprendre. « I mean, « too », I wanna leave too. I mean, I don't have a problem with leaving with you, but... urh, that's not the point. » Elle leva les yeux au ciel, nerveuse, et s'avachit un peu sur son lit. « I don't think the Yakuzas will stop... and I don't wanna be here to see round 2. Plus, if the police finds a link at the beach and I'm still in town, things might get ugly... » avoua-t-elle, révélant les réflexions qui l'avaient assaillie sous la douche.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ghetto baby ❞ Sam 16 Aoû - 22:24


Même s’il ne le montrait pas, Danjel était un brin mal à l’aise. Curieusement, ce n’était pas le fait d’empiéter sur son territoire (c’était malheureusement – ou pas – devenue monnaie courante depuis leur rencontre impromptue) mais celui de porter ce T-Shirt. Il n’avait pourtant rien de spectaculaire. C’était un morceau de tissu comme un autre que l’on pouvait trouver dans n’importe quel magasin de vêtement, d’ailleurs lui-même en vendait, mais il représentait un souvenir. Cela en faisait donc un héritage très précieux qu’il avait l’impression de le salir rien qu’en le portant. C’était sûrement ridicule de penser ainsi mais – pour avoir grandi sans attache – il n’avait pas cette notion de souvenir et ne pouvait que s’imaginer l’importance que ce T-Shirt pouvait avoir pour la jeune femme. « On en reparlera demain matin avec ton dos, okay ? » reprit-elle lorsqu’il mentionna le canapé. Danjel lui sourit, mais resta silencieux. Son dos avait connu bien pire que ça. Il avait connu mieux aussi grâce à cette étrange ressemblance avec le très aisé Enzo Donovan. Le brésilien avait fini par se convaincre que ce dernier était bel et bien son frère jumeau, mais une partie de lui se refusait à le considérer comme tel. Ils n’étaient pas similaires. Excepté leur ressemblance physique, ils n’avaient rien en commun. Enzo n’avait pas dû connaitre l’enfer que Danjel avait dû traverser avant même d’avoir atteint l’âge adulte et, quelque part, il était extrêmement jaloux de ce dernier. Pendant qu’il vivait une vie confortable en compagnie d’une belle blonde – d’après certaines rumeurs – son jumeau se retrouvait de nouveau dans la merde.

Ca ne servait à rien de ressasser tout ça. Ca ne ferait que le mettre de mauvais poil et il avait déjà beaucoup trop de choses à encaisser pour le moment. Il préféra donc dévier la conversation en lui rappelant qu’après tout ce temps, son prénom lui était encore étranger. « You can call me Kenzi. »  répondit-elle finalement. « Quelque chose me dit que ce n’est pas ton vrai prénom, mais je ne suis même pas certain que Danjel soit le mien. Ce sera Kenzi alors. ». Il n’était pas non plus d’humeur à lui tirer les vers du nez. D’une certaine manière, moins il en savait et mieux il se porterait. Cette fille était autant poursuivie par les problèmes que lui-même l’était, alors…

Pendant qu’elle prenait sa douche, Danjel s’était posé sur le canapé en constatant qu’il était effectivement peu confortable au regard de ce qu’il avait pu connaître dans les grands hôtels, mais étrangement, il se sentait bien mieux ici. Le simple fait de se dire qu’il était sain et sauf l’aidait grandement à passer outre ce sentiment d’inconfort. Il ferma les yeux, incapable de trouver le sommeil et, quelques minutes plus tard, il sentit un mouvement au-dessus de lui. « If you leave, I wanna leave with you. » . Surpris, il ouvrit les yeux pour contempler le visage de Kenzi qui se figea aussitôt dans une expression de nervosité apparente qui aurait pu le faire sourire s’il n’avait pas été aussi saisi. « I mean, « too », I wanna leave too. I mean, I don't have a problem with leaving with you, but... urh, that's not the point. I don't think the Yakuzas will stop... and I don't wanna be here to see round 2. Plus, if the police finds a link at the beach and I'm still in town, things might get ugly...» expliqua-t-elle, maladroitement. Danjel se redressa pour venir s’assoir en indien sur le canapé afin de lui faire face. Il passa d’abord une main sur son visage qui termina sa course dans ses cheveux et il acquiesça d’un signe de tête. « Je vois très bien où tu veux en venir. » dit-il en usant d’une voix qui se voulait apaisante. « On s’est tous les deux mis dans la merde, on devrait pouvoir s’en sortir ensemble. » approuva-t-il.

Pourtant, il craignait aussi que ça ne soit pas une bonne idée. Danjel avait déjà fait l’expérience de la cavale avec Felipe et ça ne s’était pas très bien terminé, mais il s’obstinait à penser qu’avec Kenzi, les choses seraient différentes. Il ressentait le besoin de garder un œil sur elle. Peut-être parce qu’elle était plus jeune ou tout simplement qu’il avait fini par l’apprécier et se retrouver un peu en elle. Danjel n'avait pas non plus envie de tout recommencer à zéro : quitter ses amis d'ici allait déjà être bien pénible.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ghetto baby ❞ Jeu 21 Aoû - 0:49


Évidemment, Danjel avait deviné que Kenzi n'était pas le vrai prénom de l'australienne. Il s'était pourtant vite fait à cette idée, et la brune l'en avait remercié d'un regard avant d'aller s'enfermer dans la salle de bain pour prendre sa douche. Elle avait conscience que Danjel en savait déjà trop sur elle, alors même qu'il ignorait la grande majorité de qui elle était, mais elle ne pouvait juste pas aborder Phoenix maintenant, pour des tonnes de raisons. Et puis, ce n'était pas nécessaire, et c'était comme ça qu'elle marchait. Les gens, même ceux qui se pensaient proches d'elle, ne savaient finalement pas grand chose. De tout le temps qu'elle aura passé avec lui, son musicien n'aura jamais su comment Kenzi gagnait son pain, ni même ses véritables origines.

Seulement, là, elle ne pouvait pas rester toute seule. Oh, elle le ferait, si elle le devrait ! Elle avait déjà fui seule, elle saurait le refaire. Mais une fois son lapsus révélé à Danjel, Kenz s'était rendue compte d'à quel point l'idée de le savoir à ses côtés pendant qu'elle prendrait ses jambes à son cou était rassurante. La dernière fois, elle n'avait tué personne ; là, la situation la dépassait complètement. Elle ne doutait pas qu'elle dépassait aussi le brésilien, qui ne semblait pas encore s'être remis du choc, mais au moins... ensemble, ils avaient une chance de plus. Aussi maladroit pouvait-il être à ses yeux, deux cerveaux valaient mieux qu'un, et... il avait risqué sa vie pour sauver la sienne, il s'était attaqué à plus fort que lui, sans autre arme que ses poings et son courage, et rien que pour ça... elle ne voulait pas le laisser partir juste comme ça. Elle voulait être le plus en sécurité possible, & elle voulait que Danjel le soit aussi. « Je vois très bien où tu veux en venir. » Même si elle ne le montra pas, Kenzi fut particulièrement rassurée par les paroles de Danjel, même si en fin de compte, elle n'avait pas douté un seul instant qu'ils se comprenaient parfaitement. « On s’est tous les deux mis dans la merde, on devrait pouvoir s’en sortir ensemble. » En y repensant, la brune ne put s'empêcher de déglutir, mais elle finit par hocher la tête avec conviction. Oui, ils s'en sortiraient ; tous les deux.

En voyant le jeune homme se remettre à avoir le regard sombre, Kenzi ne put s'empêcher de se mordre la lèvre inférieure, sans pour autant savoir comment lui changer les idées, ou si seulement c'était possible. Alors, elle resta silencieuse encore un instant, avant de hocher doucement la tête & d'installer ses coussins. « Ok, we should get some sleep now. And if you really need some... just go in the bathroom, first top cabinet, the pills in there will make you sleep for sure. I actually took one after the shower...  » déclara-t-elle doucement. Ses paroles étaient banales, mais le regard mi-inquiet qu'elle lança à Danjel voulait tout dire. Silencieusement, elle hocha une nouvelle fois les épaules, pour lui signifier qu'elle était « là » en cas de besoin, avant de se laisser enfin tomber sur son lit, laissant les cachets faire effet sur son esprit embrouillé.


THE END
TO BE CONTINUED



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ghetto baby ❞

Revenir en haut Aller en bas

danjel & kenzi ❝ ghetto baby ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-