It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

lorenza ~ il est vrai peut-être que les mots nous cachent davantage les choses invisibles qu'ils ne nous révèlent les visibles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: lorenza ~ il est vrai peut-être que les mots nous cachent davantage les choses invisibles qu'ils ne nous révèlent les visibles. Lun 23 Juin - 14:32


il est vrai peut-être que les mots nous cachent davantage les choses invisibles qu'ils ne nous révèlent les visibles.
23 juin, 17h02 J'aimais mon travail, ça oui, la question ne se posait pas. Cependant, ce que j'aimais beaucoup moins, c'était certains de mes patients. Parmi eux, il y avait une cinquantenaire, Ieva Mendel, que je suivais depuis plusieurs années à présent. J'avais cru m'être débarassé d'elle lorsque j'étais revenu à New York, en novembre. En réalité, elle venait juste d'apprendre mon retour. Je ne remercierais jamais assez celui qui a eu le malheur de le lui dire. Après presque un an, je retrouvais avec joie – ou non – le plaisir d'écouter ses soucis quotidiens. Sérieusement, j'avais plus l'impression d'être un confident qu'un psychologue. Elle me racontait tout, absolument tout. Y compris ses folles nuits passées avec des inconnus. J'essayais tout de même de l'aider à trouver pourquoi elle n'arrivait pas à tenir de relation sérieuse, mais à force... je ne savais plus quoi faire. La conseiller sur la bonne conduite à tenir était inutile. Dès que je finissais de parler, elle repartait sur un autre sujet ou sur le même. C'était ainsi qu'on pouvait passer de ses courses du matin à l'énième récit de ce que ses ancêtres Juifs avaient vécu dans les camps de concentration durant la seconde guerre mondiale. Ma mère avait perdu son frère à cause des nazis, pourtant elle n'en parlait pas autant. Je ne savais même plus comment j'étais au courant en fait, vu qu'elle n'en parlait jamais. Enfin bref. Tout ça pour dire que cette femme est insupportable. Je ne sais pas comment j'aurais fait si c'était dès mon retour qu'elle serait revenue. Vu ce que j'avais appris sur mon père biologique... je n'étais pas d'humeur à supporter les déboires de Ieva. Je jetai un rapide regard à ma montre. Et dire que ça ne faisait que huit minutes qu'on était ensemble...
Cette consultation était passée très lentement. Horriblement lentement. Par chance, sa fin finit par arriver. Je partis voir ma secrétaire afin de prendre connaissance de mon prochain rendez-vous. Merveilleux, c'était le dernier de la journée. Je lui avais bien dit de toujours essayer de prendre Ieva Mendel en dernière heure, comme ça, je n'avais pas ou peu de consultations après et je pouvais rentrer au plus vite chez moi continuer de regarder mon anime du moment. C'est du travail, d'aimer les mangas, vu tout ce qui sort et qui a l'air bien ! J'avais aussi la suite de mon one-shot à continuer... Oui, ça faisait du travail tout ça. Et malheureusement, le temps, ça ne se trouvait pas comme de la farine dans un supermarché. Bon et bien, maintenant, je n'avais plus qu'à attendre ma prochaine patiente. Son nom m'était inconnu. Je repartis m'asseoir dans mon fauteuil, dans mon cabinet, et sortis du tiroir de mon bureau le manga que je lisais actuellement. Undertaker Riddle. Ça ne venait pas de sortir, mais c'était bien. Je n'eus pas le temps de l'ouvrir que ma secrétaire vint me prévenir que Lorenza Corleone était arrivée. Plus qu'une petite heure, ça devrait aller. J'espérais juste que ça ne serait pas le genre de patients qu'on forçait à venir voir et qui s'obstinait à se taire. J'en avais déjà eu, des spécimens de ce genre, et pour être honnête je m'en serais bien passé.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: lorenza ~ il est vrai peut-être que les mots nous cachent davantage les choses invisibles qu'ils ne nous révèlent les visibles. Lun 30 Juin - 17:56





















 ❝ il est vrai peut-être que les mots nous cachent davantage les choses invisibles qu'ils ne nous révèlent les visibles ❞
Avec Aaron D. Eliraz ~

 

Je détestais Harry ! A vrai dire, je l’aimais, comme un mentor … mais à l’heure actuelle, il m’avait mis hors de moi. Il pensait que j’avais besoin de faire le deuil de mon ancien amour … Le criminel qu’il était, venait d’être libéré … Mes amis avaient changé mon apparence, m’obligeant à devenir brune pour éviter leurs harcèlements permanent. Par ailleurs, je détestais cette couleur de cheveux, elle était ignoble ! Je détestais devoir me protéger, regarder autour de moi, faire attention …
Harry, voulait que je passe à autre chose, mais comment faire, je sentais que le passé allait me rattraper, qu'importe était ma couleur de cheveux  …

Mon rendez-vous était prévu pour 17.00 heures, je n’avais pas envie d’y aller et pourtant, je ne voulais pas avoir à subir les reproches d’Harry, sachant pertinemment qu’il allait m'appeler dans la soirée.

Arrivant devant le cabinet, je terminais ma clope avant de parler de moi et de mes problèmes intérieurs … Par quoi allais-je bien pouvoir commencer ? Mon père voulant ma mort ou la fuite de ma mère aux USA ?
Je me demandais si les psychologues étaient vraiment tenus au secret professionnel. Vous imaginez si un meurtrier passait par la case psychologue avant de commettre son acte infâme ? Le médecin serait alors en possession d’une information qu’il ne pourrait dévoiler … J’avais fait quelques études sur la gestuels et les tics nerveux, avait même obtenu mon diplôme, mais n’ayant pas poussé dans cette voie, j’ignorais comment ça se passait à ce sujet … Voilà une question à laquelle j’allais devoir répondre, sous peine de passer des nuits blanches à y penser.

Voilà, ma clope était éteinte, il fallait entrer et rencontrer ce Monsieur Eliraz et son stylo prêt à noter n’importe quoi. Je me présentais à sa secrétaire, qui m’amena tout droit dans la salle réservée aux confidences.

« Bonjour, Lorenza Corleone. » Ma main était tendue en sa direction. Allez ! J’avais très envie que les minutes passent pour des secondes, mais pour ça, il fallait que j’ouvre la bouche pour débiter tout un tas de connerie, si vous voulez mon avis.
© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Désolée pour le retard.
Revenir en haut Aller en bas

lorenza ~ il est vrai peut-être que les mots nous cachent davantage les choses invisibles qu'ils ne nous révèlent les visibles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-