It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

Stay close, don't go ~ Dolijah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Stay close, don't go ~ Dolijah Dim 22 Juin - 20:04

Stay close, don’t go
Dolce & Elijah


Deux ans. Deux longues années que la question revenait en boucle dans l’esprit du Docteur Fitzgerald qui ne s’était pourtant jamais résolu à écouter l’avis des médecins qui ‘occupaient de sa femme. Selon eux, Dana n’avait plus aucune chance de sortir du coma dans lequel elle se trouvait depuis l’accident, et la maintenir ainsi relevait de l’acharnement thérapeutique. Dans d’autres circonstances, Elijah aurait  lui aussi préconisé de débrancher le patient mais cette fois, tout était tellement différent… Cette fois, la décision lui appartenait et touchait à la personne qu’il aimait le plus au monde : sa femme. Pendant deux ans, Elijah était allé la voir quotidiennement, passant de nombreuses heures à ses côtés dès que ses pauses le lui permettaient. Il avait fait en sorte que Dana soit transférée au New York-Presbyterian University Hospital, celui-là même dans lequel il travaillait en tant que chirurgien et chef du service pédiatrie. De cette manière, il était au plu près d’elle et pouvait monter lui parler dès qu’il en ressentait le besoin. Il lui racontait tout ce qui le tracassait, tout ce qu’il se passait dans son service, lui parlait de leur fille Ava, et du calvaire qu’était devenue leur vie depuis l’accident. Cet accident dont il était sortit pratiquement indemne mais qui avait plongé Dana dans un profond coma. Un long procès avait eu lieu, et le chauffard qui les avait renversés avait été condamné comme il se devait, mais cela n’enlevait en rien la douleur qu’Elijah ressentait à longueur de journée, dès qu’il pensait à sa femme et à la lourde décision qu’il devrait inévitablement prendre.

Il lui avait fallu des mois de réflexion et d’hésitation avant de se faire une raison, et de réaliser que Dana n’avait plus aucune chance. Jusqu’ici, il ne s’était jamais senti la force d’aller jusqu’au bout mais, soutenu par sa fille Ava, Elijah était enfin prêt à franchir le pas. Bien que « prêt » ne soit pas exactement le mot approprié, puisqu’il ne le serait jamais vraiment. Mais pour le bien de sa femme, il se devait d’écouter les médecins. Le jour était venu, et le docteur Fitzgerald était assis auprès de sa femme, le visage fermé et sa main entrelacé avec celle de Dana. Son autre main serrait celle de sa fille, assise tout prêt de lui et les joues criblées de larmes. Le moment tant redouté était venu mais avant d’éteindre la machine qui la maintenait encore en vie, Elijah voulait profiter une dernière fois de la présence de Dana près de lui. Il ne savait absolument pas comment il pourrait tenir une fois qu’elle ne serait plus là, même s’il n’aurait pas vraiment le choix. Ava était là, et elle avait besoin de lui au moins autant que ce qu’il avait besoin d’elle. Lentement, le regard d’Elijah se porta sur sa fille. Et en la voyant craquer de nouveau, il s’empressa de l’attirer contre lui pour déposer un baiser sur son front et tenter de la consoler, au moment où lui-même se sentait craquer devant la difficulté du geste qu’il s’apprêtait à faire.  
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Stay close, don't go ~ Dolijah Dim 29 Juin - 22:06

elijah & dolce

❝ Stay close, don't go ❞


Mon internat étant bientôt terminé, je n’avais pas d’autres choix que de compléter mes heures dans les autres services. Nous avions en effet un quota d’heures à faire dans chacun des services, et si, forcément, nous pouvions faire plus dans certains services, nous n’avions pas le droit d’en laisser un de côté. Aujourd’hui donc, je me trouvais dans le service des grands comateux. Je ne comprenais même pas en quoi c’était de la chirurgie, puisque la seule chose à faire était d’attendre que certain, par miracle, se réveillent. Certains de ces patients avaient signés un NPR, pour ne pas être réanimé. Oui oui, ne pas réanimé. Donc en gros, si l’un deux faisait un arrêt cardiaque, nous avions juste à admirer le spectacle et ne rien faire. Comme c’était charmant … Donc ce service, en plus de n’avoir rien à voir avec la chirurgie, était un service où nous étions complètement inutile et où on ne pouvait pas sauver de vies. Heureusement, ayant mon examen de fin d’internat à préparer, j’avais prévu d’emmener mes livres avec moi, histoire de réviser un peu. Que cette journée me serve à quelque chose au moins.

Après quelques heures de révisions, entrecoupée par des réanimations lorsque j’en avais le droit, et par deux heures du décès à prononcer, je m’installais sur une chaise en lâchant un grand soupir. Ce service était le service le plus déprimant qui puisse exister. Encore pire que l’oncologie. Au moins, en oncologie, on sauvait des quelques vies. Ici … Et bien ils étaient tout simplement entre la vie et la mort, et on ne pouvait rien faire d’autre qu’attendre. Comme le voulait la réglementation, j’appelais la famille du patient qui venait de mourir, pour lui annoncer la mauvaise nouvelle. Comme je l’ai dit, ce service était sûrement le service le plus déprimant. Voyant arriver le docteur Fitzgerald, je fis un grand sourire accompagné d’un signe de la main. Peut-être qu’il pouvait me faire réviser ? Ou pas … Enfin, je n’allais pas demander à un titulaire de me faire réviser, il avait sûrement bien d’autres choses à faire. D’ailleurs, qu’est-ce qu’il faisait là ? Je me ravisais immédiatement en voyant qu’il n’était pas seul, et surtout, qu’il était habillé en civil. Il ne m’avait pas vu, et rentra avec une jeune fille dans la salle en face de moi. Oh … Je comprenais maintenant. J’avais entendu parler de sa femme, et de son état. Je déglutissais lentement, une boule au ventre. C’était probablement rien. Il allait sûrement lui parler. Peut-être que c’était son anniversaire ? Et donc sa famille était là, tout simplement.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Stay close, don't go ~ Dolijah Sam 12 Juil - 20:19

Stay close, don’t go
Dolce & Elijah


L e moment qu’Elijah appréhendait depuis deux longues années était donc enfin arrive. Le chirurgien avait l’impression de ne jamais s’être senti aussi triste, anéanti et impuissant mais pourtant, il devait s’efforcer de ne rien montrer de son état d’esprit. Pour Ava. Pour la soutenir dans cette épreuve qui était pour elle aussi extrêmement difficile. Mais Elijah avait beau mettre tous les efforts du monde en œuvre, il savait que sa résistance avait des limites. En regardant sa femme pour ce qui serait l’une des dernières fois, en posant ses yeux sur sa fille en pleurs, toutes ses forces semblaient l’abandonner. Mais il n’avait plus le choix. Pendant deux ans il s’était opposé à la décision des médecins qui s’occupaient de Dana, il leur avait tenu tête en prétextant qu’elle pourrait encore s’en sortir, se réveiller miraculeusement et les faire mentir. Mais rien de tout cela ne s’était jamais passé et aujourd’hui, il se devait d’abandonner et d’accepter cette réalité déchirante.

Tenant Ava tout contre lui, Elijah resta silencieux pendant de longues minutes, se contentant de contempler une dernière fois sa femme en caressant la chevelure de sa fille pour essayer de calmer ses sanglots. Puis, sentant que le moment était venu, le jeune homme se redressa en lâchant un énième soupir avant de serrer la mâchoire. Il lança un bref regard en direction d’Ava tout en déglutissant, puis se tourna vers la machine qui maintenait encore sa femme en vie. Une énorme boule sembla se former dans sa gorge, et alors qu’il actionnait un à un tous les boutons qui allaient mettre fin à l’existence de Dana, ses premières larmes se mirent à rouler le long de ses joues. Travaillant dans le milieu hospitalier depuis toujours, il connaissait la procédure par cœur et même si l’exercice était pénible, il ne lui avait jamais paru aussi insurmontable. Pourtant, Elijah continua machinalement jusqu’à presser le dernier bouton qui coupa court au bruit engendré par les machines disposées tout autour du lit. Le chirurgien ferma les yeux pendant quelques secondes comme pour se donner le courage de se retourner, puis fit rapidement volte-face pour enlacer sa fille. Posant son menton sur la tête de celle-ci, il laissa glisser son regard vers le visage de sa femme et sans pouvoir se contrôler, éclata à son tour en sanglots.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Stay close, don't go ~ Dolijah Lun 14 Juil - 16:35

elijah & dolce

❝ Stay close, don't go ❞


Bientôt, je pourrais commencer un début de spécialisation. Un début seulement. Après tout, j’aurais toujours un quota d’heures à faire dans chaque service, mais c’était bien plus libre. Ainsi, je pourrais décider où passer la majorité de mes heures. Autant dire que je me réjouissais d’avance d’être bientôt résidente en chirurgie. Et pour cela, il fallait que je termine mes heures, dont dans celui du service des grands comateux. Pour moi, ce n’était clairement pas de la chirurgie. C’était un mouroir. Je ne comptais même plus les appels aux familles que j’avais dû passer depuis que ma journée avait commencé. Je détestais vraiment ce service, encore plus que celui d’oncologie. Après tout, les cancéreux avaient toujours une chance de s’en sortir … Alors que je commençais à désespérer de cette journée, j’apercevais le docteur Fitzgerald se diriger vers une des chambres, me demandant ce qu’il faisait là. Je savais que sa femme était dans le coma, donc dans ce service, mais je me demandais ce qui l’amenait ici.

Je ne pouvais pas m’empêcher de jeter discrètement des coups d’œil dans la chambre de Mme Fitzgerald. Et je culpabilisais à chaque fois que je détournais mon regard. Je ne saurais expliquer pourquoi je le faisais d’ailleurs. Mais j’étais inquiète. En fait, je ne savais pas pourquoi le docteur Fitzgerald était présent, en tenue de civil, avec celle qui semblait être sa fille. Et cela m’inquiétait. Je ne connaissais pas vraiment son dossier. Je savais ce que tout le monde savait, les rumeurs des couloirs de l’hôpital en somme. Elle avait eu un accident de voiture il y a deux ans et était dans le coma depuis. Je ne connaissais même pas son état, rien. J’essayais de me convaincre que c’était peut-être son anniversaire, ou celui de sa fille et que c’était donc la raison de leur présence. Mais j’entrevis rapidement le visage de mon titulaire, et une boule se forma au creux de mon ventre. Ce n’était l’anniversaire de personne. Et alors que je le voyais actionner un à un les boutons de la machine, je baissais la tête, détournant définitivement mon regard. J’aurais voulu aller là-bas, poser ma main sur son épaule, ou encore le prendre dans mes bras. Bref, le soutenir dans ce moment qui devait être le plus dur qu’il ait vécu. Mais ce n’était pas mon rôle. Et ce n’était pas parce qu’il m’avait une fois consolée dans la cage d’escaliers que nous étions devenus les meilleurs amis du monde. Et puis, il connaissait mon numéro de biper au pire. Donc s’il voulait me parler, ou être consolé, ou autres, il pourrait toujours me le faire savoir. Même si je doutais fortement qu’il le fasse.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Stay close, don't go ~ Dolijah Dim 3 Aoû - 16:11

Stay close, don’t go
Dolce & Elijah


Cet instant était de loin le pire moment qu’Elijah n’ait jamais eu à vivre jusqu’à present. Pourtant, sa famille avait déjà été frappe par le Malheur, lorsqu’il était enfant et qu’il avait perdu son jeune frère peu après sa naissance. Mais à l’époque, il n’avait pas pleinement prit conscience de ce qui arrivait, bien trop jeune pour saisir à quel point cette disparition avait été douloureuse. Mais aujourd’hui, il perdait la femme qu’il aimait le plus au monde, sa femme, et malgré la présence d’Ava à ses côtés le chirurgien ne put s’empêcher de fondre en larmes. Bien sûr, il aurait voulu rester fort, représenter le roc sur lequel sa fille pouvait s’appuyer, mais tout cela était bien au-dessus de ses forces à cet instant précis. Laissant la peine le submerger, il serra Ava un peu plus fort contre lui et dévisagea Dana une dernière fois.

Plusieurs dizaines de minutes plus tard, le père et la fille se décidèrent à quitter la chambre. Et une fois de plus, l’épreuve fut déchirante. Presque autant que le moment où Elijah avait actionné un à un les boutons qui avaient ôté la vie à Dana. Cette fois, c’en était terminé et pour lui comme pour Ava, il valait mieux s’éloigner de cette foutue chambre d’hôpital dans laquelle ils avaient trop longtemps séjourné dans l’espoir de la quitter un jour le sourire aux lèvres. Malheureusement, l’inverse s’était produit, comme l’avaient prédit tous les médecins qui s’étaient occupés de Dana et qu’Elijah s’était toujours refusé à croire, persuadé que sa femme finirait par s’en sortir. Les joues criblées de larmes et les yeux rougis, il quitta donc la chambre en soutenant Ava, inconsolable. Soudain, son regard complètement perdu se posa sur une silhouette qui lui était familière, et pour cause. Dolce était là, que faisait-elle là d’ailleurs ? Elle était tout près de la pièce dont il venait de sortir, mais le chirurgien n’eut pas le cœur d’esquisser le moindre geste à son égard. Il se contenta de détourner son regard empli de larmes et de continuer son chemin la gorge nouée pour fuir au plus vite loin de cette atmosphère qui devenait insupportable.

❄❄❄

Plusieurs jours étaient passés depuis qu’Elijah avait débranché sa femme, et l’heure de son enterrement était venue. Comme s’il ne se rendait pas encore compte de ce qu’allait être sa vie sans Dana, le jeune homme paraissait totalement ailleurs, perdu, le regard hagard sur ces dizaines de gens habillés en noir qui venaient lui serrer la main en prétextant être désolés, en lui souhaitant bon courage et en serrant Ava dans leurs bras. Las de toute cette compassion provenant de gens qui reprendraient leur train de vie habituel comme si rien ne s’était passé une fois la grille du cimetière passée, Elijah n’attendait qu’une chose : pouvoir partir. Et ce fut lorsque sa cousine Bonnie s’approcha de lui pour le prendre dans ses bras qu’il réalisa que tout le monde ou presque avait quitté les lieux. D’une voix anormalement rauque, il s’adressa alors à Bonnie en lui demandant : « Est-ce que tu peux t’occuper d’Ava ? Je…  dois passer à l’hôpital, il faut que je récupère ses affaires… » expliqua-t-il en détournant les yeux en direction de la fosse dans laquelle le cercueil de sa femme venait d’être enfoui. « Je passerai la chercher chez toi. » Puis, sans attendre, il tourna les talons et fila vers sa voiture pour rallier l’hôpital, et son bureau dans lequel les affaires de Dana avaient été déposées. Le teint blafard, les traits tirés par le manque de sommeil, Elijah attirait tous les regards sur lui et il pouvait clairement entendre les messes basses qui se faisaient dans son dos. Mais il n’en avait que faire et tel un zombie, il se dirigea vers son bureau. Sans prendre la peine de refermer la porte derrière lui, il attrapa le grand sac posé sur la table et sas pouvoir s’en empêcher, l’ouvrit pour en sortir un bout de tissu, puis un autre. Lentement, ses yeux se fermèrent à mesure qu’il faisait glisser ces habits entre ses doigts, se remémorant une multitude de souvenirs, des bons comme des mauvais qui firent de nouveau se nouer sa gorge.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Stay close, don't go ~ Dolijah Lun 4 Aoû - 11:55

elijah & dolce

❝ Stay close, don't go ❞


Je ne pouvais pas m’empêcher de repenser à ce jour-là. J’avais assisté, malgré moi, au pire jour de la vie de mon titulaire. Pourquoi est-ce que j’étais restée pas loin de la chambre, à jeter des petits regards, lors de ce moment plus que privé ? Et le pire, c’était probablement le fait que le docteur Fitzgerald m’avait vue en sortant de la chambre. Nos regards s’étaient croisés pendant quelques secondes. Je revoyais la scène se dérouler devant mes yeux, encore et encore, à tel point qu’il m’était impossible de me concentrer sur quoique ce soit que je faisais. Mon année était presque finie, je serais bientôt en « vacances », si l’on pouvait appeler un mois entier sans rien faire des vacances, sans avoir la possibilité de savoir comment il allait, ni pouvoir m’excuser. Peut-être que je pourrais lui cuisiner quelque chose ? Cela faisait longtemps que je n’avais cuisiné, n’ayant clairement plus le temps, mais lorsque l’on avait enterrée ma grand-mère, beaucoup de personnes nous avaient apporté tout un tas de plats différents. Je n’avais aucune idée du pourquoi. Peut-être parce, qu’ainsi, nous n’avions pas à nous préoccuper des jours à venir et pouvions faire notre deuil tranquillement ? Cela semblait être une assez bonne théorie. Oui, j’allais lui cuisiner quelque chose, comme ça lui et sa fille aurait de quoi manger. C’était la moindre des choses pour m’excuser de mon comportement, non ?

Sans vraiment m’en rendre compte, je me retrouvais devant son bureau, comme un automate. C’était ainsi depuis ce jour-là. Je déambulais dans les couloirs de l’hôpital jusqu’à arriver ici, devant cette porte, qui était toujours fermée. Je ne savais même pas pourquoi je faisais ça, pourquoi je voulais à ce point vérifier qu’il allait bien malgré tout. Je déglutis en voyant que, cette fois-ci, la porte était ouverte. Je jetais un regard à l’intérieur, et me figeais en le voyant. Il était là. Il était revenu. Je déglutis de nouveau, et regardais aux alentours. Est-ce que je devais entrer, et lui donner mes condoléances ? Ou est-ce qu’il valait mieux que je le laisse, et que je n’assiste pas de nouveau à sa vie privée ? Je lâchais un soupir, et levant les yeux au ciel, je tapais doucement à la porte avant de rentrer sans qu’il m’y ait invitée. A quoi bon, j’avais de toute façon assisté au moment le plus intime et privé de sa vie, je n’étais plus à ça près. « Docteur Fitzgerald ? » demandais-je d’une petite voix, presque tremblante. Je m’approchais doucement de lui, en qu’il sortait des vêtements de sa femme. Et, sans vraiment m’en rendre compte, je posais ma main sur son épaule, comme pour lui dire que j’étais là, qu’il pouvait parler s’il en avait envie, que tout irait bien.
© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Stay close, don't go ~ Dolijah Dim 10 Aoû - 19:36

Stay close, don’t go
Dolce & Elijah


Depuis quelques jours, le docteur Fitzgerald était Presque méconnaissable. La fatigue le défigurait, trahissant ainsi l’état second dans lequel il se trouvait sans avoir besoin de dire quoi que soit. En débranchant sa femme, il avait su que les jours qui suivraient seraient difficiles. Mais il n’avait jamais imaginé que la douleur puisse l’affecter à ce point. Chaque minute, chaque seconde, il ne pensait qu’à elle, qu’à son visage et à ses yeux qui resteraient désormais fermés pour toujours. Il revoyait son cercueil descendre en terre, et tous ces gens autour de lui quelques heures plus tôt, à l’enterrement. Mais bizarrement, tout cela lui paraissait irréel. Enfermé dans sa propre peine, Elijah avait l’impression d’être détaché de toute réalité, si bien qu’en arrivant à l’hôpital, il traversa les couloirs tel un zombie sans prendre la peine de saluer qui que ce soit. Il n’avait pas encore reprit le travail mais pour l’heure, ce n’était pas sa priorité, même s’il lui arrivait parfois de se demander comment de quelle manière il pourrait revenir travailler après ça.

Debout dans son bureau, la main plongée dans le sac qui contenait les affaires de sa femme, Elijah se laissait aller à quelques souvenirs, tous aussi mélancoliques les uns que les autres. Le chirurgien était loin, très loin dans ses pensées et ce ne fut qu’en tendant frapper à la porte qu’il en sortit, en partie. « Docteur Fitzgerald ? »  Sans même se retourner, le jeune homme n’eut aucun mal à reconnaitre cette voix qui, aussi étrange que cela puisse paraître, fut la première à l’apaiser ne serait-ce qu’un peu. Et avant même qu’il n’ait pu dire quoi que ce soit, il sentit la main de la jeune femme prendre place sur son épaule à mesure qu’elle avançait vers lui. Lentement, Elijah tourna la tête pour croiser le regard de Dolce et s’y perdre pendant quelques instants. Puis, ses yeux retombèrent indéniablement vers les affaires de Dana et soudain, sa gorge se serra. Il avait du retenir ses larmes toute la journée et bien plus encore. Vis-à-vis d’Ava, il devait également se retenir constamment, faire illusion en montrant qu’il était fort et qu’elle pouvait s’appuyer sur lui autant qu’elle en avait besoin. Mais la réalité était toute autre et sans pouvoir s’en empêcher plus longtemps, Elijah laissa échapper quelques larmes. Etrangement, le jeune homme n’avait pas honte de se laisser aller ainsi sous les yeux de son interne. Sans bien savoir pourquoi, il pensait pouvoir s’en remettre à elle, lui faire confiance et agir sans avoir à se cacher ou à feindre que tout allait bien. Après tout, il l’avait déjà vue pleurer et l’avait même consolée, mais ce n’était pas une raison. Il restait son supérieur et dans un éclair de lucidité, fila vers la porte de son bureau pour la fermer. Elijah se tourna ensuite pour faire face à Dolce, et s’effondra de nouveau avant même d’avoir eu l’occasion de prononcer le moindre mot.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Stay close, don't go ~ Dolijah Lun 11 Aoû - 21:07

elijah & dolce

❝ Stay close, don't go ❞


Il fallait que je fasse quelque chose pour le docteur Fitzgerald, même si je ne savais pas ce que ce serait. Je m’en sentais obligée. J’avais besoin de faire quelque chose pour lui. Je ne le connaissais pas vraiment, pourtant. Et puis, il en avait probablement rien à faire qu’une de ses internes lui présente ses condoléances. Surtout une interne comme moi, qui s’immisçais dans la vie privée des gens. Pas que je l’ai fais exprès, ni que je n’en ai eu vraiment l’intention. Je m’étais simplement retrouvée au moment endroit, dans le mauvais service, au mauvais moment. Mais rien ne m’avait forcée à dévier mon regard vers la chambre où lui, sa fille et sa femme se trouvaient. Rien ne m’avait forcée à les regarder, pendant le moment le plus dur de sa vie. J’aurais pu faire comme si un patient avait eu besoin de moi. J’aurais pu faire comme si mon bipper sonnait et aller faire un tour aux urgences pour voir si l’on avait besoin de moi. Oui, j’aurais pu faire tout cela, au lieu de simplement rester plantée là, à le regarder débrancher sa femme. Qu’est-ce qui m’était passé par la tête exactement ? J’avais tellement honte de moi, tellement honte de mon intrusion dans sa vie. C’était pour cela qu’il fallait que je m’excuse, que je lui donne mes condoléances et pourquoi pas un plat avec ? Ainsi, il n’aurait pas à s’occuper de cuisiner, tout serait fait. Il n’aurait qu’à poser les pieds sous la table et ne s’occuper de rien d’autre que ça.

Comme tous les jours depuis, je déambulais dans les couloirs de l’hôpital, me demandant ce que je pourrais faire pour qu’il me pardonne. Et comme tous les jours, je me retrouvais devant la porte de son bureau, espérant qu’il soit revenu. Espérant qu’il aille bien, qu’il se soit remis et qu’il reprenne le travail. Espérant que je ne devrais pas devoir attendre un mois avant de le revoir. Et aujourd’hui, il était là. La porte était ouverte. Je déglutissais en le regardant, puis regardais mes mains. Elles étaient vides. Je ne pouvais pas aller le voir sans rien lui donner, non ? Et pourtant, sans vraiment savoir comment, je me dirigeais vers lui, assez rapidement, avant de poser une main sur son épaule. Ma respiration se faisait bien trop irrégulière à mon goût, alors que je n’avais aucune idée de ce que je faisais. Il ne voulait probablement pas me voir. J’étais même probablement la dernière personne qu’il voulait voir en ce moment. Et comment le blâmer pour cela, alors que je m’étais montrée si indiscrète. Et que je recommençais aujourd’hui. Mon cœur se serra alors que je croisais son regard, et je déglutissais lentement en voyant quelques larmes s’échapper. D’un revers de la main, je m’apprêtais à les lui essuyer, comme hypnotisée, lorsqu’il se décala rapidement de moi. Je le suivais du regard, incapable de bouger, ayant de peur de faire quelque chose de mal. Je le vis fermer son bureau à clé, et je serrais la mâchoire en le voyant ainsi. Il ne pouvait pas être comme ça. Il devait aller mieux. C’était obligé. Lorsqu’il s’effondra au sol, je lâchais une larme sans m’en rendre compte, et accourrais presque vers lui. Je m’abaissais à son niveau, avant de passer une main sur son épaule. J’étais entièrement figée, incapable de faire quoique ce soit d’autre que de caresser son bras dans un espoir de réconfort.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Stay close, don't go ~ Dolijah Dim 24 Aoû - 12:03

Stay close, don’t go
Dolce & Elijah


Elijah était clairement en train de craquer, et ce même s’il n’en avait pas vraiment le droit. Pas devant son interne, pas ici, dans son bureau avec elle comme seule compagnie. Mais il se l’était interdit depuis si longtemps… Craquer devant Ava était inconcevable pour lui qui devait, au contraire, faire figure de roc, d’épaule sur laquelle elle pouvait pleurer sans crainte. Alors, Elijah avait accumulé bien trop de tristesse, bien trop de retenue qu’il avait besoin de relâcher. Et même si le moment était mal choisi, il fut incapable de lutter contre les larmes qui sillonnaient déjà ses joues. Dans un dernier élan de fierté, il fila néanmoins fermer la porte de son bureau. Quitte à craquer, autant éviter que la moitié de l’hôpital soit spectatrice de ce triste spectacle. Et une fois qu’il se trouva isolé du reste du monde, Elijah lâcha totalement prise, allant même jusqu’à se laisser glisser au sol contre le mur. Dans la seconde qui suivit, il put sentir la main de Dolce se poser sur son épaule puis caresser son bras sans qu’il n’ose lui accorde le moindre regard. En réalité, il ne tenait pas spécialement à ce qu’elle croise ses yeux rougis par les larmes, trouvant qu’elle en avait déjà vu beaucoup trop aujourd’hui.

Mais après quelques instants d’un silence plus que pesant, le jeune homme lâcha un long soupir  sans pourvoir s’empêcher de prendre la parole d’une voix anormalement rauque et cassée. « Je suis désolé. » confia-t-il en secouant légèrement la tête. « C’est le fait de récupérer ses affaires… de me dire que je ne la verrai plus, je… » Cette fois, Elijah osa enfin tourner la tête pour accrocher le regard de Dolce d’un air clairement désespéré. « Comment je vais faire ? Comment je suis censé pouvoir vivre sans elle ? Et Ava… elle ne méritait pas ça… » déclara-t-il sans même se soucier du fait que Dolce ignorait probablement qui était Ava. Puis, en enfouissant son visage entre ses main pour tenter de cacher le nouveau flot de larmes qui l’assaillait, le jeune chirurgien conclut d’un air coupable : « J’aurai jamais du la débrancher. Il y avait surement encore un espoir… ça ne peut pas être autrement, j’aurai pas du… » Cette réflexion, il se l’était faite un bon million de fois voire même plus avant de prendre sa décision et pourtant aujourd’hui, alors qu’il s’apercevait de la difficulté de cette vie sans Dana, Elijah venait encore à douter du fait qu’il ait fait le bon choix.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Stay close, don't go ~ Dolijah Lun 1 Sep - 18:40

elijah & dolce

❝ Stay close, don't go ❞


En voyant ainsi le docteur Fitzgerald, s’effondrer au sol contre le mur, je ne pus m’empêcher de déglutir lentement. Puis j’accourais presque vers lui avant de poser ma main sur son épaule, puis de caresser doucement son bras dans un effort de réconfort. Qu’est-ce que je pouvais bien faire pour l’aider ? Je n’en avais aucune idée. J’essayais de me triturer le cerveau, mais rien ne venait. Je m’installais donc à ses côtés, silencieusement, sans cesser mes caresses sur son bras. « Je suis désolé. C’est le fait de récupérer ses affaires… de me dire que je ne la verrai plus, je… » finit-il par rompre le silence avant de me regarder. Je secouais la tête en signe de négation. Il n’avait pas à s’excuser. Il avait le droit de craquer. C’était même normal qu’il finisse par craquer. Sa femme était morte. Je ne pouvais même pas imaginer ce qu’il pouvait ressentir en cet instant. « Comment je vais faire ? Comment je suis censé pouvoir vivre sans elle ? Et Ava… elle ne méritait pas ça… » reprit-il avant de détourner son regard pour cacher son visage entre ses mains. Les secousses provenant de lui m’indiquèrent qu’il pleurait de nouveau. Je fis une petite pression sur son bras de nouveau, sans savoir que faire d’autre, à part l’écouter. « J’aurai jamais du la débrancher. Il y avait surement encore un espoir… ça ne peut pas être autrement, j’aurai pas du… »


Je laissais le silence s’installer, me demandant si je devais le rompre, dire quelque chose, ou si je le laissais reprendre la parole. Parler ne pouvait que lui faire du bien, en tout cas. Je retirais ma main de son bras pour la déplacer sur ses cheveux, puis réitérais les caresses. Je lâchais un soupir, tentant de trouver mes mots. « Elle n’était plus votre femme depuis son accident … » commençais-je presqu’en murmurant. « Son état de conscience était minimal … Et les chances pour qu’elle se réveille un jour … presque inexistantes. » Je levais les yeux au ciel en me rendant compte que je reprenais ses propres mots, ceux qu’il m’avait appris à dire aux parents d’un ancien patient. Mais je me doutais bien que ce n’était pas ce qu’il avait envie d’entendre. Il n’avait probablement pas envie de se retrouver en face d’un médecin, récitant ce qu’on lui avait appris à dire dans une situation comme celle-ci. « Je pense que vous avez pris la meilleure décision pour votre femme. Bien sûr, ce n’est pas la meilleure pour vous, ou pour votre fille. La laisser vivre à travers des machines, c’est la solution de simplicité. Mais vivre ainsi … Ce n’est pas une vie. » reprenais-je ensuite, sans cesser de caresser ses cheveux dans un geste réconfortant. « Je pense que vous devriez vous concentrer sur les moments de bonheur que vous avez vécu avec elle. » Je marquais une petite pause, avant de reprendre. « Et si vous me parliez d’elle ? Comment l’avez-vous rencontrée ? » lui proposais-je, bougeant un peu pour mieux me caler contre le mur.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Stay close, don't go ~ Dolijah Dim 21 Sep - 16:57

Stay close, don’t go
Dolce & Elijah


Elijah ne prêtait plus vraiment attention à Dolce, ou plus exactement, à son statut d’interne qui était censée être sous ses ordres. Pour une fois, il semblait avoir oublié cette distance hiérarchique qui les séparait, pour ne se concentrer que sur cette personne qui tentait de le réconforter… en vain. Car malgré tous ses efforts, le jeune homme était tombé bien trop bas, il était envahi par bien trop d’émotions pour pouvoir remonter la pente instantanément. Elijah avait tenu jusqu’ici mais n’avait eu d’autre choix que  de lâcher prise, enfin, et ce même s’il aurait préféré le faire seul. Sans vraiment réaliser ce qu’il était en train de dire, le chirurgien énonça à voix haute les phrases qui tournaient dans son esprit depuis des lustres. Il parlait sans attendre de réponse, juste pour lui, juste pour se décharger de ce poids devenu bien trop lourd à porter. Mais contre toute attente, Dolce, qui l’avait rejoint pour le réconforter, osa enfin reprendre la parole. Dans un premier temps, elle lui livra les mots bateaux qu’ils avaient tous les deux prit l’habitude d’utiliser dans les moments les plus pénibles qui faisaient aussi leurs métiers. Mais bien vite, alors qu’Elijah n’avait pas bougé d’un pouce, elle se reprit pour faire preuve d’un peu plus de perspicacité.

Tout en parlant, la jeune femme caressait les cheveux d’Elijah qui se laissa aller à fermer les yeux doucement, en tentant de se laisser bercer par sa voix si douce. « Je pense que vous devriez vous concentrer sur les moments de bonheur que vous avez vécu avec elle. Et si vous me parliez d’elle ? Comment l’avez-vous rencontrée ? » Interpellé par sa dernière question, le chirurgien releva son regard rougi vers Dolce et marqua un temps d’arrêt, avant d’entamer une réponse timide : « Je… je l’ai rencontrée en arrivant ici… on a fait nos études ensemble… on avait à peu près votre âge. » débuta Elijah sans pouvoir retenir une larme supplémentaire qui roula sur sa joue avant de venir s’écraser sur sa chemise. Prestement, le jeune homme essuya son visage d’un revers de main avant de renifler discrètement, et de se tourner pour accrocher son regard à celui de sa voisine. « P… pourquoi vous faites ça pour moi ? Vous n’êtes pas obligée de rester, je ne suis pas vraiment de bonne compagnie… e vous suis très reconnaissant pour ça mais… vous devez avoir des millions de choses plus intéressantes à faire… » balbutia-t-il en prenant brutalement conscience de l’étrangeté de cette situation dans laquelle ils se trouvaient tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Stay close, don't go ~ Dolijah Dim 28 Sep - 11:29

elijah & dolce

❝ Stay close, don't go ❞


En voyant le docteur Fitzgerald ainsi, mon premier instinct avait été de lui sortir ce que lui-même m’avait appris à dire lors de situations similaires. Lorsque l’on est chirurgien, on nous apprend à ne pas laisser transparaitre notre peine, notre chagrin. Tout simplement parce qu’ils ne sont rien en comparaison de ceux de la famille. Lorsque je perdais un patient, j’avais forcément envie de pleurer, c’était quelque chose de naturel. Et pourtant, ce que je ressentais moi n’était pas important. Ce qui était important, c’était de soutenir la famille du défunt. Donc forcément, mon premier instinct dans cette situation avait été médical. Lui dire qu’elle n’était plus sa femme depuis bien longtemps, qu’il avait pris la meilleure décision, celle qui n’était pas égoïste. Puis je m’étais ravisée. Il n’avait pas besoin de ça. Il n’avait pas besoin de paroles apprises par cœur au fil des années. Il avait besoin de soutien, d’un vrai soutien. Tout en caressant ses cheveux, je lui demandais de me parler d’elle. Il fallait qu’il se concentre sur les moments heureux qu’ils avaient vécus ensemble. Sur leur vie à deux, sur leur amour. Pas sur sa mort qui entrainait la fin de leur relation. Il releva son regard rougi vers moi, avant de me répondre d’une petite voix. « Je… je l’ai rencontrée en arrivant ici… on a fait nos études ensemble… on avait à peu près votre âge. » dit-il avant d’essuyer une larme qui venait de couler. « Oh, elle a également fait médecine ? Dans quel domaine ? » lui demandais-je ensuite dans un petit sourire que j’espérais réconfortant.

Il se tourna vers moi, me faisant froncer des sourcils ? Est-ce que j’allais trop loin dans mes questions ? Je n’avais jamais réconforté quelqu’un après un enterrement, et n’avais donc aucune idée de si ce que je faisais était bien ou non. J’espérais l’aider, mais peut-être que je ne faisais qu’aggraver les choses ? « P… pourquoi vous faites ça pour moi ? Vous n’êtes pas obligée de rester, je ne suis pas vraiment de bonne compagnie… e vous suis très reconnaissant pour ça mais… vous devez avoir des millions de choses plus intéressantes à faire… » me demanda-t-il. La vérité, c’était que je n’en avais aucune idée. Mais le voir comme ça me donnait une boule au ventre et je n’avais qu’une envie : le réconforter. Alors je le faisais, ou du moins j’essayais, tout simplement. Et puis, il ne devrait pas être seul pour affronter ça. Et je doutais fortement qu’il se laisse aller ainsi devant sa fille ou une autre personne de sa famille. « Parce que vous avez besoin de parler. Et que je pense que vous concentrer sur les souvenirs heureux que vous avez avec votre femme vous aidera à faire votre deuil. » lui répondais-je doucement. « Quant aux millions de choses plus intéressantes que j’aurais à faire … » Je haussais nonchalamment des épaules. « Tant que mon biper ne sonne pas, je suis toute à vous. » affirmais-je en plantant mon regard dans le sien, avant de le détourner. « Donc … Comment est-ce que vous avez fait votre demande en mariage ? » redirigeais-je la conversation vers ses souvenirs heureux.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Stay close, don't go ~ Dolijah Mar 7 Oct - 18:54

Stay close, don’t go
Dolce & Elijah


Même si au fond, il appréciait qu’elle prenne le temps de rester à ses côtés pour parler et tenter de lui remonter le moral, Elijah avait un peu de mal à comprendre le but de la manœuvre. Non pas qu’il pense Dolce capable d’agir ainsi dans le seul but de se faire bien voir, mais les raisons profondes de cette compassion poussée à l’extrême lui échappaient. Elle était douce, attentionnée, et c’était tout ce dont il avait besoin à ce moment précis. Pourtant, le jeune homme sentait toujours cette sorte de retenue, et ce même après avoir littéralement craqué devant son interne sans pouvoir s’en empêcher. Tous les éléments qui se bousculaient dans sa tête étaient bien trop en désordre pour que le jeune médecin puisse prétendre y voir clair, et ce fut d’un air plutôt distrait qu’il écouta la réponse de Dolce qui lui offrit des raisons plus ou moins valables pour justifier son excès de bienveillance. Bien sûr qu’il avait besoin de parler, bien sûr que le fait de se remémorer des souvenirs heureux finirait par atténuer sa douleur un jour, mais Elijah avait simplement l’impression qu’il était trop tôt pour cela. A vrai dire, il n’avait pas encore réalisé que Dana n’était plus là auprès d’Ava et lui et en parlant d’elle au passé, il ne faisait que rendre sa disparition plus réelle. Ce qui lui était tout simplement insupportable à l’heure actuelle. Alors même s’il était conscient que Dolce faisait de son mieux pour l’aider, et qu’il lui était particulièrement reconnaissant pour cela, Elijah se trouvait incapable d’évoquer ainsi son passé plus longtemps.

« Donc … Comment est-ce que vous avez fait votre demande en mariage ? » Les yeux du médecin se fermèrent lentement, alors qu’il lâchait un soupir presque douloureux. Il avait beau essayer, rien ne parvenait vraiment à le faire sortir de cette sorte de torpeur dans laquelle il s’était plongé depuis plusieurs jours. Ce ne fut qu’en rouvrant les yeux, et en les posant sur Dolce, que le jeune homme reprit la parole, plus fébrilement que jamais : « Ecoutez… je… j’apprécie ce que vous êtes en train de faire pour moi, vraiment. Mais… je ne me sens pas capable de… enfin, vous voyez. » articula-t-il en plantant un regard désespéré dans celui de Dolce, la suppliant presque silencieusement de le comprendre. Puis, comme pour se justifier, le jeune homme ajouta à mi-voix : « Je ne devrai pas trop trainer ici, il faut que j’aille retrouver Ava… » Presque à contrecœur, Elijah se redressa lentement avant de tendre sa main en direction de Dolce en affichant un mince sourire ressemblant presque à une grimace tant il reflétait toute la tristesse qu’il ressentait. Puis, après avoir récupéré le sac qu’il était venu chercher, le médecin s’effaça sans un mot, se contentant d’adresser un dernier regard plein de reconnaissance en direction de son interne.

The End
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Stay close, don't go ~ Dolijah

Revenir en haut Aller en bas

Stay close, don't go ~ Dolijah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-