It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

Astaria & Valentino - strike a pose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 29 Juin - 17:15

Astaria & Valentino : strike a pose.

Utiliser le langage des signes pour discuter avec une personne qui n'était ni sourde ni muette, c'était presque une nouveauté pour moi. En fait, à part avec ma soeur, ce n'était jamais arrivé. Trop rares étaient les personnes à savoir utiliser ce moyen de communication, vu que ça n'avait que rarement de l'intérêt de l'apprendre. Enfin, ils n'en voyaient pas forcément l'intérêt, jusqu'à ce qu'ils fassent la connaissance d'une personne sourde ou muette, ou les deux. J'étais donc surpris mais de façon très agréable, de constater que Liliane maîtrisait parfaitement cela. Et c'était donc une réel plaisir pour nous autres, que de discuter avec elle. Surtout qu'elle s'avérait être, tout comme sa petite nièce, une femme fort intéressante et intrigante. Très drôle aussi, par la même occasion. Mais ça, ce n'était pas un point si surprenant que cela finalement. Bientôt, Astaria en eut terminée avec Steven et ne tarda donc pas à nous rejoindre en sa compagnie. Elle sembla vouloir reprendre le fil de la conversation. Et la réponse de Liliane me surprit. Ah bon, vraiment ? BIzarrement, ce n'était pas ce dont je me rappelais moi. Que je sache, ce n'était pas là ce que nous étions en train de nous raconter m'enfin ... J'ouvris la bouche en O surpris, avant de poser un regard interrogatif sur Astaria. Comme pour lui demander si c'était normal que sa grand tante dise une chose qui n'était pas vraie. Je ne dirais pas qu'elle mentait, non plus. Ou alors en fait elle ne comprenait pas tout ce que je lui racontais ? Ce n'était pas impossible ça non plus ! Même si ses réponses avaient toujours été en parfaite adéquation avec mes propres paroles. Je fis un petit non hésitant, pour ne pas dire carrément timide, à la jeune femme qui m'interrogea. Je craignais de froisser Liliane maintenant ! J'ouvris de grands yeux ronds aux paroles d'Astaria. Est-ce qu'elle était sérieuse ? J'avais parfois tendance à me montrer bien naïf et j'en étais bien conscient. Mais là, oui, j'étais en train de la croire un peu trop sérieusement.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 29 Juin - 17:57

Astaria + Valentino
Strike a pose
A l'air affiché par Valentino, je compris rapidement que ma grand-tante faisait encore des siennes. C'était un de ses grands tours, prétendre que son interlocuteur avait dit quelque chose pour le forcer, par politesse, à accepter de faire ce quelque chose. Là, en l'occurrence, elle voulait que Valentino lui apprenne la pâtisserie, aussi plutôt que d'avoir à essuyer un refus qui serait plus que légitime -sérieusement, passer ses aprem enfermé dans une cuisine avec une vieille femme, il avait certainement mieux à faire-, elle prétendait qu'il avait déjà accepté pour que, par timidité, il finisse par vraiment le faire. “Liliane... Qu'est-ce que je t'ai déjà dit ?” je grondais en forçant un regard sévère en direction de ladite Liliane. “Je suis la seule autorisée à abuser de sa gentillesse. Toi, tu le laisses tranquille.” L'éclat de rire de ma tante laissa entendre que mes tentatives d'intimidation étaient pour le moins foireuses, mais le message semblait être passé. “Dommage, j'y étais presque. Un peu plus, et on avait un chef à domicile. Tu ne sais pas ce que tu perds, gamine.” Voilà comment elle obtenait absolument tout ce qu'elle désirait, avec ses techniques de sioux et son sourire enjôleur. On ne pouvait jamais rien lui refuser... Du moins, lorsque je n'étais pas dans les parages. “Et toi...” je reprenais en me tournant vers Valentino. “... Ne perds jamais cette naïveté, c'est ce qui te rend si... toi.” Oui, j'avais conscience que la suite logique de ma mise en garde aurait du être positivement l'inverse de ce que je venais de lui dire, à savoir se renforcer, devenir plus méfiant, etc... Je supposais même que tout le monde devait lui dire ça tout le temps. Pas moi. Je n'avais pas l'intention de le changer, et pire encore, je n'avais aucun droit de lui demander de le faire. “Cela dit, si tu veux rester Yang, tu vas avoir besoin d'un Yin.” Il était trop bon, trop altruiste, trop lumineux, il ne cesserait de se faire avoir par des gens comme Liliane, si quelqu'un d'autre, trop méfiant, trop sauvage, trop obscure, ne l'aidait pas à maintenir l'équilibre. Sans avoir la prétention de dire qu'il aurait besoin de moi, j'étais certaine de pouvoir lui être utile, et convaincue, également, que moi, j'aurais besoin de lui pour apporter un peu de sa lumière dans mes ténèbres. “A partir de maintenant, je suis ton Yin... enfin, si tu veux bien de moi, évidemment.” j'ajoutais en me relevant. “Liliane, je peux te laisser seule avec eux le temps de m'occuper de Michael sans que, pour autant, tu ne proposes à Valentino de refaire les peintures de la salle de bain ? Ou bien c'est trop te demander ?” je lançais à ma tante tout en indiquant à Michael de se diriger vers le studio improvisé. “Non, ça, je comptais justement le demander à Steeve.” je l'entendis me répondre dans mon dos. Provocante, comme d'ordinaire. 
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 29 Juin - 23:01

Astaria & Valentino : strike a pose.

Est-ce que Liliane était vraiment en train de se jouer de ma naïveté, ma trop grande gentillesse et ma timidité, pour tenter de me manipuler un peu ? Oh rien de bien méchant non plus, je ne pouvais décemment pas dire le contraire. Mais quand même ... ! Je ne savais trop comment le prendre. Et comme je n'étais vraiment pas du genre à me vexer pour un oui ou pour un non, je ne le pris finalement pas si mal que ça. Trahit par les rougeurs qui s'étalèrent bien vite sur mes joues, je souris quand même un peu aux propos d'Astaria. J'espérais que c'était juste une façon de parler quand elle disait pouvoir profiter de ma gentillesse. Enfin d'un côté, tant qu'elle ne se jouait pas de moi ni rien, ça ne me dérangeait pas plus que ça. Parce que c'était avec un très grand plaisir que je lui rendais service ! Je rougis de plus bel quand, en se tournant vers moi, Astaria mentionna ma naïveté. Elle était bien la première personne à me conseiller de demeurer de la sorte, plutôt que de vouloir me faire remarquer que l'on risquait de profiter de moi si je continuais d'être ainsi. Et pour le coup, je ne pouvais nier que ses paroles me firent grand bien. C'était forcément une chose très plaisante que d'apprendre que ce n'était pas uniquement négatif d'être de la sorte. Ma soeur me donnait tellement l'impression du contraire, tout le temps ! Je souris encore un peu et eus un mouvement qui mêlait un hochement positif de tête, et un haussement d'épaules, quand la jeune femme me proposa d'être mon yin. Est-ce qu'on ne risquait pas surtout de d'éteindre l'un sur l'autre, plutôt que de former un certain équilibre ? Ouais ... Non, en fait non. Nous étions vraiment deux opposés l'un et l'autre. Difficile, pour ne pas dire impossible, de changer complètement ! Je suivis Michael du regard quand il s'éloigna avec Astaria, avant de reposer les yeux sur Liliane.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Lun 30 Juin - 0:36

Astaria + Valentino
Strike a pose
Je n'accordais pas facilement ma confiance, à vrai dire, je ne l'accordais quasiment jamais. Ca représentait un travail de longue haleine que de m'apprivoiser, pour ne pas dire me dompter. Je partais du principe que le monde était pourri et que tout homme naissait dans le but d'accroitre son pouvoir à quelque prix que ce soit. C'était un instinct naturel, après tout. Survie et Domination. Un instinct si profondément enfoui dans notre code génétique que, qu'importe les trésors d'évolution que nous avions subis, nous restions indubitablement programmés pour cet égoïsme latent. Alors, en partant de ce postulat, j'étais à peu près certaine que 99% des personnes croisant ma vie n'allait pas me faire ou me vouloir du bien. Dans ces conditions, comment avoir confiance ? Valentino était mon exact contraire, il fallait s'armer de patience avant de le décevoir. Il projetait ses propres intentions -forcément bonnes- sur son prochain, qu'il rendait bon à son contact. Dans un sens, j'avais tort, toute personne ne pouvant pas être profondément mauvaise, et dans un autre sens, Valentino avait tort, toute personne ne pouvant pas être profondément bonne... Je remettais cette discussion, que nous devrions avoir, à plus tard, et m'occupais de Michael. Plus serein, plus sûr de lui aussi, il su immédiatement ce qu'il avait à faire, et sa séance se déroula sans l'ombre d'une hésitation. En réalité, elle se déroula même plus rapidement que les trois autres. Avec lui, j'observais le résultat et réalisais qu'il se plaisait sur quasiment tous les clichés et que les pertes seraient infimes. “T'as fini ?” me demanda, bientôt, Liliane dans mon dos. “Avec ta permission, j'aimerais essayer moi aussi.” Je me retournais pour la contempler avec surprise. “Essayer quoi ? De poser ? T'as fait ça toute ta vie, c'est pas un essai.” “Non, je voudrais essayer de prendre quelques photos, moi aussi.” Elle voulait se mettre derrière l'objectif ? Après tout, pourquoi pas ? Je récupérais la carte mémoire, la remplaçais par une vierge, et lui laissais les rênes. Mon ordinateur portable sur les cuisses, j'étais retourner m'asseoir près des autres, avant que ces autres ne décident de rejoindre Liliane. A croire que ma tante était plus fun que moi... En fait, oui, c'était même évident. J'étais occupée à transférer les clichés sur mon écran, lorsque je remarquais la présence de Valentino. “Tu ne vas pas les rejoindre ?” je lui demandais, surprise qu'il reste auprès de moi. “Tu n'as pas à te sentir obligé de me tenir compagnie, je sais qu'elle est bien plus divertissante, je ne le prendrais pas mal.” j'affirmais dans un sourire. “Tu sais, je ne la connais pas vraiment. Avant de débarquer à New York, je ne l'avais vu qu'une fois, et je devais avoir 5 ou 6 ans... J'suis vraiment contente que tu sois là, parce qu'en temps normal, ça me fait parfois l'effet de vivre avec une parfaite étrangère.” Oui, c'était étrange mais, Valentino m'était, quelque part, plus familier et rassurant que ma propre tante. C'était quoi son secret ? 
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Lun 30 Juin - 20:30

Astaria & Valentino : strike a pose.

A être aussi différents l'un de l'autre, comme nous l'étions Astaria et moi, on avait sans doute beaucoup à apprendre. Vu comme nous étions deux véritables opposés, nous n'avions donc pas du tout la même vision des choses, pour sûr. Or, c'était toujours très intéressant d'avoir des échanges avec des personnes qui n'étaient pas forcément du même avis. Personnellement, je trouvais ça plus intéressant et bien plus enrichissant encore que de discuter avec une personne qui était toujours d'accord sur tout. Même si je ne niais pas que c'était aussi très intéressant. En même temps, tout semblait l'être pour moi ! Bientôt, la dernière séance photo fut terminée et Liliane décida de se mettre à la place d'Astaria, pour prendre tout ce beau monde en photo. Je les regardais s'éloigner pour la suivre avec un entrain qu'ils n'avaient pas forcément quand ils étaient arrivés ici, quelques temps plus tôt. J'allais les suivre, quand je réalisai qu'Astaria était demeurée à sa place. Je m'arrêtai donc pour la regarder. Quand elle le réalisa, ses paroles me firent lever les yeux au ciel. Certes, j'étais bien du genre à pouvoir me forcer pour faire plaisir à quelqu'un. Mais ce n'était pas comme si je n'appréciais pas la présence de la jeune femme ! Et finalement, je préférais encore sa présence à celle de Liliane, qui mettait un peu trop ma timidité à rude épreuve. Même si elle était fort sympathique et intéressante également ! Je fus surpris par ses paroles suivantes, ne sachant trop comment prendre le fait que j'étais mentionné dans ce court récit. Est-ce que ça signifiait qu'elle se sentait plus à l'aise et à sa place quand j'étais là, que quand elle était seule avec sa grand-tante ? C'était étrange. Mais en même temps, son histoire tenait la route, puisqu'apparemment elle ne la connaissait pas depuis si longtemps que ça. Par les gestes, je tentai de lui faire comprendre que Liliane me faisait un peu peur. Toutefois, je ne le fis que lorsque je fus bien certain que cette dernière avait le dos tourné. Sait-on jamais ... Mon but n'était pas de blesser. Même si je n'étais pas certain qu'elle soit du genre à se vexer comme ça.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Lun 30 Juin - 22:22

Astaria + Valentino
Strike a pose
J'avais du mal avec la simple idée que l'on puisse avoir envie de passer du temps avec moi. Il y avait bien mon frère, évidemment, mais ce n'était pas pareil, il était ma chaire et mon sang, il avait des devoirs envers moi. Valentino, lui, ne me devait rien du tout, et le fait qu'il s'obstine à me venir en aide de la sorte était absolument fascinant. Ce n'était pas un complexe d'infériorité, c'est juste que j'estimais que tout le monde avait toujours mieux à faire. Evidemment, lorsque je lui signifiais qu'il n'était pas obligé de rester avec moi, il levait les yeux au ciel comme si ce que je venais de dire était la pire connerie qui soit. Ce qui me fit sourire et me poussa à me confier un peu plus, lui expliquant que, finalement, je ne connaissais pas vraiment cette femme, et que, quelque part, la plupart du temps passé avec elle me plongeait un peu plus dans un scénario à la Lost in Translation. D'un geste, il exprima son sentiment envers Liliane et la légère trouille qu'elle lui inspirait. J'hochais la tête. Oui, je comprenais parfaitement. Elle était imprévisible et tellement directe que le malaise pouvait être présent à chaque tournure de phrase. “Elle n'est pas méchante, mais considère un peu trop la vie comme une immense rave sous acide.” j'affirmais en vérifiant qu'elle ne pouvait pas m'entendre. Après quoi, je désignais la place libre à mes côtés pour qu'il s'y installe. Nous avions droit à un instant de répit, tous deux isolés au sein de ce grand n'importe quoi qu'avait été cette dernière heure. Sur mon écran, j'abaissais la fenêtre de mon logiciel photo pour en ouvrir un autre, de traitement de texte. Le curseur clignotant sur la page blanche, je relevais les yeux vers Valentino et lui confiais : “J'ai envie d'en apprendre plus sur toi. Mais je ne veux pas savoir ce que tout le monde sait déjà. Alors, je te propose un truc... Je te dis quelque chose sur moi que je n'ai jamais dit à personne ou à très peu de personnes, et tu en fais de même. Ca n'a pas besoin d'être un truc absolument vital, même les détails sont importants... Je commence.” Je baissais la tête sur l'écran, et tapais 5 mots : mon frère me manque terriblement. Puis me ravisais, effaçant ce que je venais d'écrire pour le remplacer par ce que j'avais, inconsciemment, besoin qu'il sache : Je viens de perdre ma mère. Sans me laisser le temps de changer d'avis, j'attrapais l'ordinateur portable et le faisais passer de mes cuisses aux siennes. Je n'aimais pas évoquer ça, et je le regrettais déjà, mais quelque part, j'avais besoin, aussi, qu'il comprenne pourquoi j'étais comme ça. Pourquoi j'étais moi. 
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Mar 1 Juil - 22:55

Astaria & Valentino : strike a pose.

Un instant j'étais là à discuter joyeusement avec Liliane l'excentrique et attachante vieille femme. Et l'instant d'après, j'avouais à sa petite nièce qu'elle me faisait un peu peur. C'était en grande partie une façon de parler toutefois. Disons simplement qu'elle était un brin trop imprévisible pour moi. Nettement plus que ne l'était Astaria en tout cas. Et puis elle, ça demeurait gentillet encore. Je préférais donc sa présence à elle. Elle avait également nu quelque chose qui parvenait à me mettre très à l'aise, quand il le fallait. J'étais pourtant d'une nature assez timide en temps normal ! Je n'avis plus cette impression quand j'étais en sa compagnie pourtant. Ce qui était fort agréable. Je souris à sa remarque sur Liliane, avant de détourner un instant le regard pour les observer. Ils semblaient bien s'amuser. Mais je n'étais pas mécontent de ne pas faire parti de leur petit 'délire'. Mon regard vola de nouveau du côté de la jeune femme, quand elle reprit la parole. Je fronçai un peu les sourcils devant son idée qui me fit grandement hésiter. Je n'étais pas du tout certain que cela soit une bonne idée. Qu'avais-je à avouer sur mon compte ? Pas grand chose. Enfin si, des tas. Mais peu que j'avais sincèrement envie de partager. Et en lisant sa phrase à elle, je me mordis la lèvre inférieure, songeur. Je me demandais si je devais ou non lui avouer pour ma mère à moi. C'était assez ... C'était très tragique en fait ! Après un bref soupir, je lui répondis un simple : J'ai perdu la mienne à neuf ans." Ce n'était ni trop en parler, ni éviter tout à fait le sujet. Quitte à lire des révélations très importantes sur elle, autant en faire de même en retour, non ? Ca me semblait logique. Toutefois, je n'irais pas jusqu'à tout lui raconter non plus à ce sujet !

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Mar 1 Juil - 23:45

Astaria + Valentino
Strike a pose
L'idée me paraissait bonne. C'était un moyen comme un autre de se découvrir l'un l'autre, et par écrit, tout me semblait toujours beaucoup plus simple. Je ne savais pas formuler les choses à voix haute, je n'osais pas, je n'y parvenais pas. Par écrit c'était différent. Bien sûr, lorsque j'évoquais le fait de confier des choses qu'on ne disait pas ou à très peu de personne, je n'avais pas pour ambition de le forcer à me parler d'évènements douloureux, pas plus que je n'avais l'intention de le faire moi-même... Et pourtant, ce fut bien le décès de ma mère que je lui confiais en tout premier lieu. Pourquoi ? Certainement pour qu'il comprenne que si j'étais Yin, ce n'était pas totalement sans raison, et qu'un jour, j'avais été Yang... Enfin, un peu, quoi. Ce fut en lisant son propre aveu que je réalisais mon erreur, ou du moins appréhendais qu'il puisse y voir ce qui n'était pas là. Il avait perdu sa mère à neuf ans... S'était-il sentit obligé de me confier ceci en raison de ma propre confession, ou bien était-ce quelque chose qu'il avait envie de me dire ? Dans le doute, je récupérais l'ordinateur, le reposais sur mes cuisses, et profitais du mouvement pour attraper la main de Valentino et la serrer fort dans la mienne un court instant. Une façon de le remercier pour ça, mais pas seulement... Quelque part, je me sentais un peu plus proche de lui désormais que je savais qu'il pouvait comprendre, qu'il pouvait me comprendre. Repartant à la conquête du clavier, je réfléchissais un instant avant de taper, un sourire aux lèvres : J'ai sucé mon pouce jusqu'à l'âge de 9 ans. Forcément moins dramatique, je l'informais, de cette manière, que le détail secret pouvait être ridicule, et pas forcément tragique. Je serais peut-être amenée à lui confier d'autres choses sur moi, des choses pas forcément drôles ou joyeuses, mais qu'importe ce que je décidais de faire, il détenait un pouvoir de décision également. Et puisque j'étais sur ma lancée, j'ajoutais, après quelques sauts de lignes : Mon frère m'appelle Mickey à cause de mes oreilles décollées. Je lui rendais l'ordinateur portable, et après lui avoir laissé le temps de lire, soulevais une mèche de cheveux pour lui dévoiler une de ces oreilles que je planquais, d'ordinaire. 
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Ven 4 Juil - 22:18

Astaria & Valentino : strike a pose.

L'idée d'Astaria n'était pas bête du tout. C'était une excellente façon d'apprendre à se connaître, sans être bloqués par le fait que j'étais muet. Certes je n'étais pas sourd et pourrais donc l'entendre m'interroger ou me faire part de quelques informations la concernant elle. Mais je ne pouvais pas lui répondre en retour par la parole, alors c'était tout de suite plus chiant. J'étais donc vraiment ravi de son idée. Je ne l'aurais moi même pas eus. Depuis toujours, je me contentais de considérer mon mutisme comme un handicap contre lequel je ne pouvais vraiment rien faire du tout. Quand j'avouai pour ce qui concernait ma mère, elle me prit la main pour la serrer. Je lui lançai un regard surpris, avant d'afficher un léger sourire. Heureusement, cette perte remontait à vingt ans maintenant. Je ne le vivais donc plus aussi mal. Même si j'étais toujours ... Muet. Désespérément muet. Je ris un peu devant ses deux nouvelles révélations. Mais fis un peu la moue quand elle me montra l'une de ses oreilles, pour lui faire comprendre que je ne trouvais pas ses oreilles si décollées que ça. Bon, ça l'était quand même un peu, soit. Mais rien de choquant ou de carrément moche. Et puis de toute façon, personne n'était tout à fait parfait de la tête aux pieds. Chacun ses complexes et petits défauts physiques ! Je porte toujours des chaussettes dépareillées ... et de couleurs ! Appelons ça de l'excentricité timide. Ecrivis-je avant de lui rendre l'ordinateur. Et à mon tour, j'attendis qu'elle ait lu cela pour montrer de quoi il était question. Et ce, en tendant les jambes pour que l'on aperçoive juste un peu que je portais une chaussette verte foncée et une bleue marine. Je replaçai ensuite mes jambes, l'air de rien. Les gens qui réalisaient ça, pensaient généralement que je souffrais d'un certain retard mental. Ce qui n'était pourtant pas du tout le cas !

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Ven 4 Juil - 23:13

Astaria + Valentino
Strike a pose
Mes oreilles n'avaient jamais été un très gros complexe, plus un prétexte pour me charier. Mais à force de me le répéter sans cesse depuis l'enfance, à force de me coller des pichenettes à l'arrière de celles-ci, à force de démultiplier les blagues vaseuses à base d'envol par temps de grands vents ou d'antennes relais pour la NASA, j'avais fini par prendre l'habitude de ne plus les montrer. Et mes cheveux trop longs étaient une parfaite excuse pour ça. Bien sûr, je les attachais de temps en temps, essentiellement pour pouvoir photographier à mon aise. Comme je le disais, ce n'était pas un très gros complexe. Juste une marque de fabrique. Visiblement, Valentino était du même avis, du moins c'est ce que moue laissa entendre, et tandis qu'il tapait sur le clavier, je m'activais pour remettre en place mes cheveux. Lorsqu'il me rendit l'ordinateur, j'affichais très clairement mon impatience teintée d'excitation. J'avais hâte d'en apprendre plus, et ce que je lu me tira un rire franc qui ne fit que décupler lorsque je le vis étirer les jambes pour me laisser voir ses chaussettes dépareillées. “J'adore ! Je fais pareil avec mes...” je commençais vivement, avant de me rendre compte de ce que je m'apprêtais à dire, et de baisser la tête et la voix “... sous-vêtements.” Ok, il n'y avait rien de très indécent dans cette révélation, mais tout de même, la pudeur et la pudibonderie de ce côté de l'océan n'étaient plus à prouver. Il fallait que je fasse plus attention, j'étais parfois trop française. “Désolée.” j'ajoutais, discrètement, avant de me mettre à réfléchir à ma prochaine révélation... Techniquement, je venais de lui en offrir une, mais elle ne comptait pas, elle était totalement involontaire. Aussi je tapais : Le soleil me déteste. En plus de faire des allergies solaires et de devoir me badigeonner d'écran total, il s'avère que je suis photophobe, mes yeux ne tolèrent pas les trop fortes luminosités... Mon frère (toujours lui) a une théorie là-dessus, il pense que je suis une sous-race de vampire. Je lui tendais l'ordinateur, et me contentais de l'observer lire mon aveu. Je n'avais pas besoin de lui montrer quoique ce soit, il suffisait d'observer ma pâleur cadavérique pour ça. Je ne pouvais pas vraiment la cacher.  
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 6 Juil - 14:17

Astaria & Valentino : strike a pose.

C'était bien la première fois qu'on me proposait de faire un truc pareil. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que j'aimais beaucoup. Personnellement, je trouvais ça vraiment très intéressant. Et puis le fait est que ça ne me dérangeait pas du tout de lui faire quelques révélations sur ma petite personne. Surtout s'il s'agissait de trucs tout à fait marrants et pas forcément très intimes. Comme le coup de mes chaussettes, quand je fini par lui montrer que je n'en portais que des dépareillées. Je n'étais très certainement pas la seule personne sur terre, à faire ce genre de chose. En fait, j'étais même carrément certain du contraire. Et quand Astaria m'avoua qu'elle faisait pareil avec ses sous vêtements, je fus surpris dans un premier temps. Mais au moment où elle s'excusait d'avoir lâché cette information aussi soudainement, je ne pu retenir un véritable rire amusé. Je trouvais toujours sa fâcheuse tendance à parler sans réfléchir au point de faire quelques révélations inattendues, fort intéressante. Au moins, aucun risque de s'ennuyer avec elle. Et c'était là une chose que j'adorais ! Quand elle me fit une nouvelle révélation à son sujet, je ris encore une fois. A croire que je ne faisais que rire. Elle allait vraiment finir par croire que j'étais simplet ou un truc du genre. Enfin je posai quand même le regard sur elle, constatant qu'en effet, elle était bien pâle. Mais ça ne m'avait pas plus choqué que ça jusque là. Je ne m'étais même pas demandé pour quelle raison elle l'était tant ! Jusqu'à mes vingt ans, j'ai gardé les cheveux très courts, parce que j'avais honte de mes bouclettes. Alors que ma mère les adorait et voulait que je les garde. Mais j'en ai eus assez d'être surnommé le mouton, alors je les ais coupé moi même. Elle a du se résoudre à m'emmener au coiffeur. Ecrivis-je à mon tour, avant de lui rendre l'ordinateur. Aujourd'hui, je me foutais bien de savoir ce qu'on pensait de mon physique.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 6 Juil - 16:53

Astaria + Valentino
Strike a pose
Au moins, je le faisais rire, c'était toujours ça de prit. En général, les gens prenaient mes maladresses pour autant de provocations voir carrément de la bêtise. Ca n'avait pas l'air d'être son cas. Pourtant, je n'avais même pas l'excuse d'être mal à l'aise en sa présence, c'était même totalement l'inverse. Me sentais-je à l'aise au point de parler plus vite que mon ombre ? Qu'importe, le mal étant fait, il me suffisait, à présent, de faire un peu plus attention. Et mon attention, actuellement, était toute consacrée à l'observer taper sur le clavier après s'être amusé de mon appartenance à une sous-race de vampires. Il tapait plus que d'ordinaire, aussi, lorsqu'il me tendit le portable, ce fut avec une impatience non dissimulée que je m'en emparais et commençais à lire avant même que ce dernier n'ait touché mes cuisses. Mouton ?! Jamais de la vie ! Je relevais un regard stupéfait sur lui, à la limite de la panique. “Tu y touches plus, hein ?” je le questionnais sous forme d'ordre tacite. Interdiction de couper ses boucles ! Bon, ok, j'avais pas forcément un droit de regard là-dessus, comme à peu près sur tout ce qui le concernait, mais les cheveux... j'avais un très long passif avec les cheveux. Il n'y avait qu'à observer les miens ou encore ceux de mon frère. Les cheveux, du moment qu'ils sont beaux et pas abimés, sont une véritable parure. Trop longtemps réservés aux femmes, les cheveux longs sont tout autant attractifs sur un homme, et ce depuis toujours à l'exception de quelques récents siècles où la folie des genres s'est emparées des esprits soit disant bien pensant. “Ils sont parfaits, on a envie de les toucher en permanence. Je me retiens, j'te jure que je me retiens, je sais par expérience à quel point c'est gonflant les tripotages spontanés et continuels.” Oh oui, j'en savais quelque chose. Je le menaçais encore une petite seconde du regard, pour la forme, puis reprenais l'ordinateur en main, et tapais à mon tour : Je ne suis pas réellement somnambule, mais il paraît que j'ai une activité nocturne fort passionnante. Je bouge, je frappe, je parle. Je n'en garde aucun souvenir, mais il m'arrive très souvent de m'endormir à un endroit et me réveiller à un autre. Mais jamais lorsque je dors avec quelqu'un, toujours lorsque je suis seule. D'ailleurs, s'il avait une théorie à ce propos, j'étais prête à l'entendre, n'y comprenant, moi-même, pas grand chose. Je lui tendais l'ordinateur tout en le question sur une interrogation soudaine que ses cheveux m'avaient fait oublier. “Tu as quel âge, désormais ?” parce que oui, il avait arrêté de se couper les cheveux à 20 ans, mais quel âge ça lui faisait maintenant ? 25 ? 27 ? Moins ? Plus ? 
made by pandora.


Dernière édition par Astaria S. de Salignac le Lun 7 Juil - 1:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 6 Juil - 23:01

Astaria & Valentino : strike a pose.

La réaction d'Astaria à ma nouvelle révélation, ne tarda vraiment pas. A peine avait-elle lu mes mots à propos de mes cheveux, qu'elle posait un regard presque paniqué sur moi. Et moi, je fus tellement surpris, que j'écarquillai les yeux. Avant de rire doucement. parce que quand même, réagir à ce point pour de simples cheveux -qui n'étaient même pas les siens !- c'était quand même un peu fort. Mais ça me faisait bien rire, c'est le moins que l'on puisse dire ! Je hochai quand même négativement la tête, pour la rassurer sur le fait que, non, je ne comptais pas les couper de nouveau. Enfin si, quand même, je ne comptais pas les laisser pousser trop longs non plus. Mais plus jamais je ne les couperais aussi courts que je pouvais le faire avant. Finalement, je les aimais bien maintenant mes cheveux ! Et quand elle m'avoua qu'elle était en train de lutter pour ne pas y glisser ses doigts, je lui lançai un regard alarmé et eus même un mouvement de recul. j'adorais tellement mes cheveux maintenant, que je ne voulais pas qu'on joue trop avec. Ca foutait en l'air mes bouclettes et là j'avais tout de suite un peu plus de mal à les supporter. M'enfin si vraiment elle luttait, il n'y avait pas de raison pour qu'elle craque en cours de route ! Sa nouvelle révélation fit naître un énième sourire sur ma bouche. Elle n'était pas un peu hyperactive elle ? Même dans son sommeil elle ne pouvait pas s'empêcher de bouger à tout bout de champ. Elle était vraiment un cas très intéressant dans son genre ! Et moi je dors si profondément, que je ne bouge quasiment pas du tout et que je ne fais pas le moindre bruit. Pendant longtemps, ma soeur venait vérifier que je n'étais pas mort ! Ecrivis-je ne songeant que c'était quand même presque glauque pour le coup ! J'allais lui rendre l'ordinateur, quand elle m'interrogea. Je le récupérai donc pour y noter mon âge. 29 ans. Mais il paraît que je fais moins. Et toi ? Je pense que t'es plus jeune que moi ! Et je lui rendis enfin l'ordinateur.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Lun 7 Juil - 1:22

Astaria + Valentino
Strike a pose
Sa réaction me fit rire à mon tour. Le fait qu'il recule de la sorte, presque paniqué, lui ôta, une fraction de seconde, toute virilité. On eut dit une nana et son brushing impeccable. Voilà qui rétablissait l'équilibre après mon aveu involontaire de sous-vêtements dépareillés. Lorsque je récupérais l'ordinateur, ma curiosité alla droit tout à la fin, histoire de répondre rapidement à ma question concernant son âge. 29 ans ? En effet, il ne les faisait pas. Il ne faisait pas beaucoup plus jeune non plus, mais la presque trentaine... “Je te donnais 26-27 ans, en fait. Ni plus, ni moins. Tu les portes bien, tes presque 30 ans.” Non pas qu'à la trentaine on devienne soudain vieux et bedonnant, mais à lui ça allait bien mieux qu'à d'autre. Enfin bref, préférant ne pas avoir à m'expliquer quant à cette dernière repartie, j'en revenais à sa question. “J'ai 25 ans. Et pareil que toi, on pense souvent que j'en ai moins... genre 13 ans.” Et je ne plaisantais qu'à moitié, mon allure et mes tâches de rousseurs trompaient bien souvent tout le monde, et je me retrouvais constamment à devoir sortir ma pièce d'identité chaque fois que j'entrais dans un bar, ici. Un sourire léger aux lèvres, je reprenais ma lecture, l'esquissant davantage à mesure que je me représentais la scène nocturne, la soeur venant surveiller la respiration du frère. Ca m'arrivait à moi aussi, mais seulement lorsque mon frère rentrait ivre mort et que le coma le guettait. Et je réfléchissais à ça aussi, à ces similarités entre lui et moi, malgré nos dissemblances, est-ce que...? Je tapais : T'as une soeur, j'ai un frère. Il est tout pour moi, et d'après ce que je lis entre les lignes, tu sembles très proche de ta soeur, aussi. Est-ce que tu penses que c'est pour ça qu'on s'entend si bien ? Oui, parce que c'est ça ma révélation : je me sens vraiment bien quand t'es là. Enfin normale, à l'aise, absolument pas sur la défensive. Et c'est rarement le cas. Jamais, en fait, à part avec ma famille et le peu de gens que je connais depuis toujours. Je ne suis pas quelqu'un de très facile de prime abord. Je lui rendais l'ordinateur, et nous resservais en café et thé le temps de sa lecture. 
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Lun 7 Juil - 21:23

Astaria & Valentino : strike a pose.

Elle riait ... Parce qu'elle se payait ma tête ? Ou juste parce qu'elle était amusée par mon mouvement de recul ? Aucune idée. Bien que je ne l'imaginais pas trop être du genre à se moquer non plus. Enfin j'espérais que ce n'était pas ce genre de personne en tout cas ! Je serais assez déçu si j'apprenais que si, finalement. Je souris quand elle mentionna l'âge qu'elle m'aurait donné. En effet, je faisais un peu plus jeune. Mais de deux ou trois ans seulement. Ce n'était pas bien grave donc. En tout cas je ne le vivais pas mal du tout ! Au contraire, je me disais que ça pourrait finir par être très bien à la longue, si je continuais de faire plus jeune ! Je ne fus pas surpris d'apprendre qu'elle était un peu plus jeune que moi, comme je m'y attendais. Enfin je ne lui aurais quand même pas donné treize ans. Et je ne doutais pas qu'elle exagérait ! Vingt ans à la rigueur. Parce qu'elle avait encore un quelque chose de presque enfantin. Sa révélation me fit un peu froncer les sourcils. Je ne pensais pas être au centre d'une révélation de sa part. Et surtout pas apprendre une chose pareille. Mais j'aimais bien savoir ça. Sérieusement, je pense que mon mutisme y est pour beaucoup. Ou en tout cas, il fait de moi celui que je suis. J'ai remarqué qu'on me faisait confiance assez rapidement. Bon en même temps, je crois que les gens me prennent souvent pour un simplet ... C'était une sorte de révélation ça, non ? Parce que oui, les gens pensaient parfois que j'étais un simplet, sous prétexte que j'étais muet. Pourtant, mon cerveau était en excellent état de marche ! En tout cas, je n'ai pas encore remarqué tes défauts ! Avouai-je en sautant une ligne, sourire au coin des lèvres. Avant de lui rendre l'ordinateur et la remercier pour le café, d'un levé de pouce.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Lun 7 Juil - 23:21

Astaria + Valentino
Strike a pose
Est-ce que je me moquais ? Certainement un peu, oui, mais rien de bien méchant. C'était plutôt sa réaction qui prêtait à rire. Cela dit, je m'en remettais rapidement et lui offrait ma révélation. Une révélation qui lui froissa les sourcils. Pourquoi ? J'avais dit quelque chose de mal ? Peut-être avais-je été trop présomptueuse en supposant qu'il se sentait autant à l'aise avec moi que je me sentais à l'aise auprès de lui ? Sûrement, même. Après tout, je ne le connaissais que très peu, et s'il prodiguait des miracles sur mon caractère sauvage, il n'en allait pas forcément de même pour lui. Il était peut-être juste comme ça avec tout le monde, et je me prenais pour je ne sais quoi sous prétexte qu'il se montrait un peu trop gentil avec moi. Soit. Légèrement décontenancée, tout de même, et un peu honteuse aussi, je récupérais l'ordinateur pour lire sa propre révélation. Simplet ? Je relevais les yeux et secouais la tête, muette à mon tour. Simplet ? Comment pouvait-on le croire simplet ? Son regard transpirait l'intelligence et la vivesse d'esprit. Bien plus que n'importe qui, d'ailleurs, puisque tout passait par ce fameux regard. “Les gens sont complètement dingues.” je concluais, un peu plus déçu de l'humanité. Voilà, un de ces fameux défauts qu'il prétendait ne pas avoir remarqué, encore. Je détestais le genre humain, cette superficialité mégalomaniaque propre à chaque individu, à quelques exceptions près. Je tapais : Je suis chiante, méfiante, j'ai une très faible confiance en moi, je suis possessive, paranoïaque parfois, vulgaire quand je m'énerve, je suis maladroite, solitaire, silencieuse, sauf quand je suis à l'aise, là je deviens trop bavarde. Je suis hyper-protectrice, parfois trop. Ma loyauté va bien au-delà des conventions habituelles, et parfois j'ai tendance à en attendre autant de la personne en face. J'ai un humour pourri, je ne sais pas cuisiner, je suis bordélique, et je me décourage facilement. Et ceci est une liste non-exhaustive. Je soulevais l'ordinateur pour le lui tendre. “T'as le droit de prendre la fuite, maintenant.” j'affirmais dans un sourire. Oui, je n'étais clairement pas un cadeau.  
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Mar 8 Juil - 22:55

Astaria & Valentino : strike a pose.

J'aimais bien les réactions d'Astaria, face à mes révélations. Premièrement, parce qu'elles ne se faisaient vraiment pas attendre ! Et deuxièmement, parce qu'elles étaient toujours en parfaite adéquation avec mes propres pensées ! En effet, sa soudaine exclamation par rapport aux gens qui disaient de moi que je devais être un simplet, suffit à amener un sourire amusé et rassuré à mes lèvres. C'était toujours rassurant de pouvoir constater par moi même, que certaines personnes sortaient assez du lot pour ne pas penser comme tout le monde ! En même temps, de sa part, je ne m'attendais pas à autre chose ! Quand elle me rendit l'ordinateur, je n'eus pas même le temps de lire un mot, qu'elle me confirmait que je pouvais maintenant prendre la fuite. Je lui lançai un regard surpris, qui se transforma en regard inquiet quand je risquai un oeil sur l'écran. Mais ... Non en fait ça allait très bien. Rien de trop bizarre ni de choquant. Bon d'accord, elle avait l'air d'avoir un sale caractère et de très mauvais défauts ! Mais puisque je n'étais, au mieux qu'un ami, je ne devais pas risquer grand chose. Ce n'était pas comme si on était colocataires ou simplement voisins. Je n'avais pas à la "supporter" tous les jours ! Même moi qui trouve toujours quelque chose de sympa à dire, je ne sais pas quoi te répondre là ... Tu m'as quand même l'air d'être un sacré cas. Ecrivis-je dans un premier temps, un sourire toujours fermement accroché à mes lèvres. Avant que je ne poursuive mon petit mot pour lui révéler mon propre caractère. Beaucoup plus facile que le sien en fait ! Si je suis quelqu'un de calme, à l'écoute, généreux, naïf et tout ça, j'ai également mes défauts ! Par exemple, je suis un feignant, adepte de la procrastination ! Mais vraiment ! Je passe un temps fou dans mon canapé à ne rien faire (souvent avec même la télévision éteinte, c'est dire !) Je suis, moi aussi, très bordélique du coup. Et du coup, heureusement que je vivais avec ma soeur qui, heureusement, n'était pas aussi bordélique que moi et m'obligeait à ranger et laver en temps et en heure !

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Mer 9 Juil - 2:52

Astaria + Valentino
Strike a pose
J'allais lui faire peur, c'était certain. J'allais lui faire tellement peur qu'il allait jeter l'ordinateur en hurlant -parce que oui, il retrouverait sa voix pour l'occasion- et partirait à toutes jambes, Lauren sous un bras, Steeve sous l'autre, et le troisième dont j'avais oublié le prénom, autour des hanches... C'est pour cette raison que je l'y avais autorisé, histoire de dédramatiser le caractère que j'étais sur le point de lui révéler. Mais à mesure qu'il lisait, ses sourcils se défroissaient. Preuve que je n'étais pas si effrayante que ça ? Ne souhaitant mettre la charrue avant les boeufs, j'attendais sa réponse avant d'être rassurée totalement, et lorsqu'il me tendit enfin l'ordinateur, je me mordais la lèvre d'impatience et d'appréhension. Quoi ?! Comment ça, un sacré cas ? C'est qu'il savait faire preuve de provocation, le Valentino. Il cachait bien son jeu, et j'en souriais de soulagement et d'amusement. Je lui offrais un regard noir très peu crédible, avant de retourner à ma lecture, découvrant qu'il avait décidé de faire l'inventaire de ses qualités avant ses défauts. “C'est de la triche !” m'insurgeais-je. “Tu m'as demandé mes défauts, pas mes qualités. Si j'avais su, je t'aurais fait un petit topo en introduction, moi aussi.” Mensonge ! J'étais incapable de me trouver la moindre qualité... Loyale, peut-être ? Oui, éventuellement. D'une fidélité maladive ? Aussi. Ha bah non, j'avais déjà mis tout ça dans ma liste de défauts... J'avais les qualités de mes défauts, finalement. J'attaquais la suite de ma lecture, et éclatais de rire, comme ça, spontanément, bêtement. Il devait me prendre pour une folle, aussi je m'expliquais rapidement : “Désolée, c'est... c'est le mot "procrastination". J'adore ce mot. Je sais, c'est complètement idiot, mais je trouve ce mot fascinant, surtout pour qualifier ce genre d'habitude. Il aurait fallu un mot plus court, un mot moins compliqué, un mot qu'on a pas envie de garder pour demain tellement il est chiant à prononcer. C'est ridicule, tu ne trouves pas ?” Non ? Bon, ok, je venais clairement de perdre des points dans son estime, et de me rapprocher dangereusement du niveau de santé mentale de ma grand-tante. Je tapais : Bon, et bien, comme tu viens de le découvrir par toi-même, je suis pas très équilibrée comme fille, mais je ne suis pas méchante, donc ça compense. Bref, je suis l'ainée d'une tribu de garçons... enfin non, pas exactement. J'ai un frère plus jeune et deux cousins, un plus grand et un de l'âge de mon frère. On a tous été élevé ensemble, donc j'ai tendance à les considérer plus comme des frères que comme de simples cousins. Tout ça pour dire que... tu me rappelles beaucoup mon frère, mon vrai frère. Vous ne vous ressemblez pas du tout, ni physiquement, ni mentalement, mais tu as une faille en toi qui me rappelle la sienne, un truc qui donne envie de te protéger de tout le reste. J'ai conscience de passer encore plus pour une folle à lier en te confiant ça, et j'espère que tu ne vas pas me trouver déplacée ou te sentir insulter. Parce que je ne suis pas entrain de te dire que je te trouve faible, au contraire. Je sais que pour vivre avec une faille de cette ampleur, il faut une sacré dose de courage. Et ça me touche. J'hésitais un instant entre l'envie de lui tendre ma révélation et celle de tout effacer sur le champ, mais finissais par me résoudre à me séparer de l'ordinateur pour le lui offrir. “Je ne dis pas ça pour que tu m'en parles, Valentino. Tu le feras si tu veux et quand tu le voudras.” j'ajoutais tout de même, pour qu'il ne se méprenne pas sur mes intentions. “Et si tu as besoin de rebondir sur un aveu plus léger, tiens, regarde, j'ai un auriculaire qui fait des zigzag !” Et sur ce, je tendais mon petit doigt qui, certes, n'était pas très droit, mais pas difforme non plus. 
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Mer 9 Juil - 18:12

Astaria & Valentino : strike a pose.

J'adressai un regard tout à fait innocent à Astoria, quand elle même me lança un regard noir. Je savais qu'elle n'était pas sérieuse. Et elle se doutait que mes propos à son sujet, n'avaient franchement rien de méchant. Ce n'était vraiment que pour la taquiner. Aucun doute à avoir là dessus. Je levai les yeux au ciel à sa remarque. En même temps, mes défauts étaient justement mes qualités. Parce que j'étais bien trop gentil, bien trop généreux, bien trop naïf et ainsi de suite. Rien que des trucs qui se trouvaient être dans l'excès et qui finissaient généralement par me jouer des tours. Malheureusement ! Mais comme je ne pouvais pas changer, je ne le tentais tout simplement pas. C'était aussi bien comme ça ! J'haussai les sourcils de surprise, quand elle éclata de rire sans me dire pourquoi. Enfin, elle m'expliqua la raison de son rire et encore une fois, je levai les yeux au ciel. Quand je disais que c'était un cas ... ! Je plissai un peu le nez pour lui faire comprendre que pour ma part, je ne trouvais pas forcément ce mot très drôle ni rien. A vrai dire, il ne me faisait ni chaud ni froid ! Quand bien même je comprenais plus ou moins son point de vue. Je la laissai me répondre sur l'ordinateur, avant de récupérer celui ci pour lire et lui répondre en retour. Je ne me sentais pas prêt à lui avouer les raisons de mon handicap actuel. Ou plutôt "la raison" puisqu'il n'y en avait qu'une. Et pas forcément très jolie à raconter. Je ris un peu quand elle me montra son doigt, pour m'assurer que je pourrais bien faire une révélation stupide si je voulais. Il y a ce sujet que je n'aborde jamais parce qu'en parler est trop difficile. Peut-être qu'un jour j'y arriverai. En attendant, je peux toujours avouer que je ne supporte pas la vue du sang. Ca me fait avoir des crises d'angoisse. Et tout était parfaitement lié d'ailleurs.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Mer 9 Juil - 23:19

Astaria + Valentino
Strike a pose
Peut-être n'aurais-je pas du lui parler de ça, ou alors attendre un peu. Après tout... on n'était proche que dans ma tête. Mais quelque chose me disait qu'il ne s'en offusquerait pas, ni ne prendrait la tangente. Il avait une idée assez précise de mon degré de démence, et puisqu'il n'avait pas encore prit la fuite, qu'il s'obstinait à rester, à m'écouter, à rire de mes conneries et à me faire grâce de sa présence apaisante, je n'avais aucune raison de croire qu'il changerait brusquement de comportement désormais. J'avais, aussi, un peu besoin de lui dire ça, pour qu'il comprenne et surtout qu'il ne se méprenne pas sur mes intentions. Bien sûr, je ne le forçais à rien, et mon petit doigt était là pour lui offrir une porte de sortie s'il le souhaitait. J'étais curieuse, mais pas d'une curiosité malsaine, et je savais parfaitement que certaines histoires ne pouvaient être contées, qu'on les gardait pour soi, en soi, pour en atténuer la douleur. Toutefois, je le fixais tandis qu'il tapotait sur le clavier, observant ses traits, ses expressions, afin de deviner à l'avance s'il donnait dans le léger ou le plus lourd. Vu le sérieux affiché, j'imaginais sans mal qu'il ne me confiait pas un autre secret concernant ses sous-vêtements. Aussi, lorsqu'il me tendait l'ordinateur, je pinçais mes lèvres d'appréhension, et marquais une petite hésitation avant d'entamer ma lecture. Il ne me confiait rien, ou presque, mais ce qu'il m'y disait me semblait déjà colossal. Du sang ? Je n'osais imaginer l'épreuve traversée. Je relevais les yeux vers lui et l'observait. Pas avec pitié, pas avec inquiétude, pas avec compassion non plus. Seulement avec compréhension... Alors, je décalais l'ordinateur pour soulever mes fesses à moitié et me tendre vers lui. Il y avait plusieurs manières d'exprimer ses intentions, et puisque je n'avais pas les mots, je me contentais de déposer mes lèvres contre sa joue, avant de me laisser retomber à ma place. Puis je tapais : J'ai pas besoin de savoir et je respecte totalement ton besoin de ne pas en parler. Le jour où tu auras envie de le faire, je serais là. Moi ou quelqu'un d'autre. En attendant, merci de m'avoir confié ça. Pour ma part, je n'ai pas trop de problème avec le sang, par contre je déteste les lieux clos, je ne supporte pas d'être enfermée, coincée, ni oppressée par la foule. J'y fais des crises de panique. Ascenseur, métro à l'heure de pointe, concert en fosse... Tout ça m'est interdit. Parfois, avec mon frère, j'y parviens, mais uniquement en me focalisant sur lui. Seule, je suis tout simplement incapable de le faire. Claustrophobie cumulée à de l'agoraphobie, j'étais bonne pour une psychanalyse sur dix ans. 
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Jeu 10 Juil - 21:28

Astaria & Valentino : strike a pose.

Quand je fis cette annonce à Astaria, par écrit, j'eus quand même une longue hésitation. Qui se transforma en appréhension quand je lui tendis l'ordinateur. Tendu, je l'observais l'air de rien, attendant de savoir quelle serait sa réaction. Si elle était assez intelligente -et je n'en doutais franchement pas-, elle allait faire le lien avec le traumatisme que j'avais traversé voilà des années, et qui ne pouvait qu'être la raison de mon mutisme depuis. Toutefois, il y avait encore peu de chance pour qu'elle fasse également le rapprochement avec la perte de ma mère quand j'étais enfant. Pourtant, tout était bel et bien lié. Sauf qu'il ne fallait pas compter sur moi pour le lui faire remarquer de sitôt ! C'était bien trop difficile pour moi d'en parler, contrairement à ce que l'on pourrait penser ou imaginer de prime abord ! Toutefois, je fus bien rassuré par sa réaction. Plutôt que d'afficher de la pitié ou autre état d'âme de ce genre qui m'aurait seulement mis mal à l'aise, elle semblait seulement ... Difficile à dire. Comprendre ? Ouais ou quelque chose dans ce goût là. En tout cas, rien qui était susceptible de me mettre mal à l'aise. A tel point, que j'eus un léger sourire amusé et ravi quand elle vint déposer un délicat baiser sur ma joue. Elle n'était pas juste une hystérique complètement givrée. Elle savait être douce et ... Gentille. Ou quelque chose comme ça quoi. En tout cas, je ne doutais pas qu'elle était du genre à être là pour les personnes qu'elle appréciait sincèrement. A la lecture de ses mots, je pâlis un peu. Je me raclai inutilement la gorge et passai mes doigts sur mon front, pour essuyer une sueur qui ne s'y trouvait même pas. A la vérité, je tâchais de ne pas trop penser : lieu clôt et sang en même temps. C'était un cocktail détonant, qui me faisait avoir quelques flashs tout à fait douloureux. Je tâchai quand même de faire bonne figure et lui répondis, sans jamais tourner le regard vers elle. Je ne sais pas si ce jour arrivera. La seule personne à savoir est ma soeur. Et c'est uniquement parce qu'on était ensemble ! Pour ma part, je préfère les lieux bondés de monde. Quand je peux me fondre dans la masse sans souci. Moins il y a de gens et moins je suis à l'aise. J'ai horreur des rues désertes par exemple.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Jeu 10 Juil - 22:56

Astaria + Valentino
Strike a pose
Je n'avais pas l'intention de le mettre mal à l'aise, et je ne l'obligeais en rien à se plier à l'exercice des révélations-confessions. Je ne cessais de lui rappeler qu'il pouvait faire dans le léger, tout comme je lui répétais, une fois encore, que je n'avais pas besoin de savoir ce qui lui était arrivé, j'avais juste besoin qu'il sache que je serais présente pour lui, qu'importe ce dont il aurait la nécessité, conseils vestimentaires ou épaule sur laquelle s'écrouler. Quoique... niveau conseils vestimentaires, je n'étais peut-être pas la personne idéale. Je lui rappelais tout ça par écrit, lui confiais mes propres phobies, et lui tendais le tout, parfaitement sereine. Enfin, sereine jusqu'à ce qu'il se mette à lire et que j'en perde mon sourire. Il avait l'air mal, comme si ma lecture lui rappelait d'évidents mauvais souvenirs. Etait-ce la claustrophobie ou l'agoraphobie ? Zut ! Je me sentais tellement imbécile, en cet instant, idiote d'avoir réussi à le mettre mal à l'aise sans le vouloir. J'aurais du rester dans le léger et ne même pas le tenter avec ces confessions à la con. Aussi, lorsqu'il me tendait à nouveau l'ordinateur, j'hésitais un instant, cherchant son regard, avant de m'attaquer à la lecture. S'il évoquait la foule, il ne parlait absolument pas des lieux clos, et je tirais mes propres conclusions. Il lui fallait donc éviter le sang et les endroits clos, et qui plus est, le sang dans les endroits clos. Je notais tout ça mentalement, afin de n'avoir jamais à commettre d'impairs, et poursuivais ma lecture... J'entrevoyais le profond traumatisme qu'il avait vécu, je n'en connaissais pas les détails, juste les contours, mais surtout la gravité. Il me faisait l'impression d'un homme en cavale, rassuré que dans l'anonymat des grandes foules. Rien que d'imaginer la foule en question, j'esquissais un frisson. Je tapais : Si on doit traverser une foule ensemble, il faudra que tu me tiennes la main et me chantes une chanson, d'accord ? Je me relisais, constatais ma connerie, et effaçais "chantes" pour le remplacer par "mimes" en laissant échapper un rire. Imaginer Valentino me mimer une chanson avait quelque chose d'à la fois drôle et attendrissant. Il serait capable de le faire, je le soupçonnais d'être capable de faire n'importe quoi pour le bien-être de l'autre. Astaria de Salignac, 25 ans, française, scorpion ascendant vierge, ex-étudiante en droit, aspirante photographe, un frère : Solal, 24 ans. J'aime le chocolat, je déteste la pistache, chanson du moment : radioactive - imagine dragons, couleur préférée : vert, si j'étais un animal je serais une louve, et si j'étais une fleur, je serais du freesia.
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 13 Juil - 0:33

Astaria & Valentino : strike a pose.

Si je ne tenais pas du tout à raconter les choses les plus sombres de ma vie, à Astaria, je lâchai quand même quelques indices. Le dernier fut celui concernant les lieux clos. Ce n'était vraiment pas prévu du tout que je laisse échapper un petit détail de ce genre. Mais le fait est qu'à sa mention desdits lieux clos, je n'avais pu retenir l'expression de mon visage, entre autres. J'espérais qu'elle n'avait rien vu. Mais c'était un espoir vain. Non seulement j'étais beaucoup trop expressif pour mon propre bien ... Mais en plus, son regard était posé sur moi un peu trop souvent. A chaque fois que je lisais ce qu'elle m'annonçait par écrit, pour être plus précis. Le fait qu'elle passe son temps à guetter la moindre de mes réactions, ne me dérangeait pas le moins du monde ! Mais du coup, elle ne manquait pas grand chose et je ne pouvais rien lui cacher. D'autant plus que j'étais vraiment un livre ouvert moi ... Je fus donc presque soulagé quand elle détourna enfin le regard de ma petite personne, pour me lire et me répondre dans la foulée, avant de me rendre encore une fois l'ordinateur. Je ris un peu à la lecture de ses premières phrases, ayant déjà oublié les mentions et flashs précédents concernant certaines de mes phobies encore à l'ordre du jour en raison d'un certain épisode de mon passé. Est-ce qu'elle pensait vraiment que je pourrais lui mimer une chanson pour lui faire penser à autre chose qu'à la foule très dense autour ? Non mais vraiment ! Comment veux-tu que je te tienne par la main ET te mime une chanson en même temps !? Oui pas bête ça. C'était à se demander si elle n'avait pas écrit "chante" avant de se rappeler que j'étais muet. Ca n'aurait rien de bien surprenant dans le fond, si elle n'était pas habituée à fréquenter des personnes muettes. Et je n'avais aucun doute à ce sujet ! Je pris le temps de réfléchir aux info simples que je pouvais lui donner, comme elle même venait de le faire. Valentino Ramirez, 29 ans, brésilien et irlandais. Une soeur : Vera, 27 ans. Je suis pâtissier dans un grand restaurant et animateur dans une école pour enfants sourds et muets. J'adore les gâteaux et les bonbons ! J'ai horreur du poisson et ne mange que très peu de viande. La seule raison pour laquelle je ne suis pas végétarien, c'est que ma soeur est une carnivore et trouverait insultant que je mange pas de viande. J'aime les couleurs vives, mais aucune plus que les autres. Mon groupe du moment, c'est Walk the moon.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 13 Juil - 2:58

Astaria + Valentino
Strike a pose
Le fait est que j'avais tellement peu de mal à communiquer avec lui que j'en oubliais, parfois, sa particularité si précieuse. C'était bien simple, rien qu'en fermant les yeux j'étais persuadée qu'en me concentrant un peu, je parviendrais à entendre sa voix. A l'imaginer tout du moins. Alors oui, l'espace d'une seconde j'avais trouvé normal de lui demander de me chanter une chanson, parce que dans ma tête, il pouvait le faire. Dans ma tête, il pouvait tout faire. Il ne s'agissait pas d'un manque d'attention, ou d'un manque d'habitude, c'était juste lui. Peut-être qu'avec l'un des trois autres actuellement entrain de jouer les mannequins pour ma grand-tante, les choses auraient été bien différente, mais avec Valentino tout devenait simple, même la communication. Je pouvais même aller jusqu'à dire qu'il s'agissait du dialogue le plus intéressant qu'il m'est été donné d'avoir depuis très longtemps. Enfin depuis mon arrivée sur le sol américain, au moins, c'était certain. Je laissais échapper un éclat de rire en lisant sa réflexion face au mime, et répondais immédiatement par écrit : T'as deux mains, non ? Tu peux me mimer une chanson rien qu'avec un bras libre, j'ai une confiance absolue en tes talents. J'aurais pu lui répondre à voix haute, évidemment, mais comme ça, par écrit, ça avait quelque chose de plus délicieux, comme une conversation secrète rien que pour nous. Comme des mômes. Une conversation qui échappait au reste du monde. J'achevais ma lecture avec concentration, m'essayant a mémoriser chaque détail, chaque information qu'il m'offrait pour qu'il n'ait pas à me les répéter plus tard. C'était le seul inconvénient, et encore, la nécessité de ne pas lui faire répéter les choses. Ainsi, chaque mot avait son importance, chaque phrase avait un sens. Pas de bavardages incessants, juste l'essentiel. Du coup, j'essayais d'en faire de même de mon côté, et réfléchissais rapidement à ce que je pouvais bien lui apprendre sur moi... Ha mais oui ! Evidemment ! Je suis baronne ! J'ajoutais rapidement. Enfin, mon père est baron, et je le deviendrais après lui. Ce qui est particulièrement ridicule vu les problèmes de fric qu'on se tape, mais voilà, on a un titre. Il ne sert strictement à rien, mais c'est pas grave, il est là, il fait joli sur les faire-parts de mariage ou de naissance. Visiblement, j'avais des ancêtres trop classes, avec châteaux fortifiés, départ pour les croisades et armures luisantes sur cottes de mailles, mais clairement ça s'est perdu en route. Des fois, j'aime les imaginer observant leur descendance depuis là-haut et se taper la tête de désespoir contre un nuage. Oui, enfin, dans la mesure où je ne croyais pas en l'au-delà, je n'y pensais que très rapidement...
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 13 Juil - 22:28

Astaria & Valentino : strike a pose.

La réponse d'Astaria concernant l'idée de lui mimer une chanson tout en la tenant par la main, me fit quand même rire de bon coeur. La lui mimer avec une seule main, c'était quand même assez dingue. En fait, c'était juste impossible. Puisqu'il n'y avait pas beaucoup de signes qui se faisaient avec une seule main. Elle avait vraiment des idées trop bizarres quand elle s'y mettait ! D'un côté, je pensais être déjà en train de bien m'habituer à ça. Elle était étrange dans son genre. Et même si ce n'était pas franchement désagréable ni rien, c'était toujours aussi drôle et surprenant, aussi. Tu sais, c'est assez bizarre ... Comme comme si je te demandais de parler sans utiliser les voyelles ! Bon c'était un chouïa exagéré, bien sûr. Mais c'était juste un petit exemple comme ça, à défaut de pouvoir en trouver un plus exacte. Le fait est qu'on ne pouvait quand même pas avoir quelque chose de tout à fait parfait pour faire une comparaison qui soit bonne. Baronne ? Est-ce que je lisais bien ? Elle, baronne !? Je lui lançai un regard franchement surpris, sans pouvoir m'en empêcher. Puis fronçai quelque peu les sourcils. Baronne. Soit. Pourquoi pas ? Je dois bien avouer que si tu ne me l'avais pas dis, je n'aurais jamais deviné une chose pareille ! Bon, elle ne me semblait pas être du genre à se vexer trop facilement. J'espérais donc qu'elle ne prendrait pas mal ma franchise même sur un point pareil. Ce serait quand même bien dommage que je fasse une bêtise de ce genre, susceptible de la blesser ou la vexer. Mais je continuais d'en douter pas mal. Moi, rien d'aussi dingue. Famille pauvre et sans grand intérêt. Je dirais même très pauvre, puisque mon père trempait dans des affaires louches. Finalement, heureusement que ma soeur a eut l'intelligence de m'obliger à quitter le Brésil avec elle, je pense ... !

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose

Revenir en haut Aller en bas

Astaria & Valentino - strike a pose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-