It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

Astaria & Valentino - strike a pose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
MessageSujet: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 15 Juin - 2:15

Astaria + Valentino
Strike a pose
Impossible de me souvenir de ce foutu code, et encore plus de comprendre le fonctionnement du visio-phone. Voilà plusieurs minutes que je m'employais à appuyer sur tous les boutons en hurlant dans le combiné, coincé entre mon épaule et mon oreille, d'attendre, de ne pas bouger, que j'allais y arriver. Sauf que j'étais aussi près d'y arriver que de comprendre la théorie des cordes. Pourquoi fallait-il que ma grand-tante se soit procuré le tableau de bord d'Apollo 11 en guise de digicode ? Et Valentino qui patientait sagement en bas de l'immeuble. Comment je savais qu'il ne s'agaçait pas ? Parce que je le voyais via le retour sur le petit écran dont était doté cette machine de guerre. Ca je savais le manier puisque, observer les passants sursauter dans la rue lorsque je gueulais 'BOUH !!' à l'instant où ils apparaissaient dans l'angle de la caméra, était devenue ma nouvelle occupation favorite. Sauf que je ne savais pas débloquer la porte d'entrée. Peut-être aurais-je du commencer mon apprentissage par là. A bout de patience, je finissais par récupérer les clefs dans la coupelle en forme de poule sur la commode façon Louis XVI, et m'apprêtais à descendre les chercher et ouvrir cette porte moi-même, lorsque l'écran de contrôle me renvoya une rue vide. Ils étaient passés où ? Agacés, ils s'étaient barrés ? Ha non ! Je n'avais pas passé trois heures à tenter d'aménager un peu d'ordre dans l'appartement-brocante de la tante pour qu'une satanée porte à code me barre la route ! Oui, j'étais quelque peu stressée et tendue, parce que ce projet me tenait à coeur, mais aussi parce que je ne voulais pas décevoir Valentino. Il avait tenu promesse, il avait parlé de mon idée à quelques unes de ces connaissances, et finalement, à peine une semaine après notre rencontre, tout prenait forme grâce à lui. C'était inespéré, il était inespéré, et... Il frappait à la porte ?! Trois coup contre la porte de l'appartement situé au dernier étage attirèrent mon oeil au judas. Son visage déformé m'apparu, et je compris rapidement qu'un voisin entrant ou sortant avait du leur maintenir la porte ouverte. Rassurée, mais toujours aussi tendue, je leur ouvrait en m'armant de mon sourire le plus confiant. J'avais eu beau passer des heures à ranger, l'appartement, dès l'entrée, demeurait toujours un joyeux bordel de bibelots et vestiges du passé en tout genre. “Je tiens à préciser que la déco n'est pas mon oeuvre.” J'annonçais, en guise de salutation, en les invitant à entrer. Puis, forte de plusieurs heures d'entrainement, je me fendais d'un 'bonjour' en langue des signes, avant de jeter un regard interrogateur en direction du jeune homme. J'avais bon ?
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 15 Juin - 14:50

Astaria & Valentino : strike a pose.

J'avais accepté la proposition d'Astaria, sans l'ombre d'une hésitation. Et depuis, je n'avais envisagé d'annuler, à aucun moment. Et même le jour j, j'étais toujours aussi partant. A tel point, que j'étais parvenu à faire suivre trois autres personnes. Une femme et deux hommes, qui travaillaient au sein de l'institut pour enfants sourds et muets, dans lequel je bossais moi même. Ils avaient accepté sans être tout à fait certains de savoir dans quoi ils se lançaient. Mais ils avaient tout de même accepté. Au moins pour tenter et voir ce que ça allait donner. Ils étaient tout de même assez méfiants, ça sautait aux yeux. J'osais espérer que ça n'allait pas trop mettre Astaria, mal à l'aise. Surtout que c'était elle qui m'avait proposé ce projet qui était, selon moi, plutôt bien intéressant. En tout cas, ça changeait. Et puis pour une fois que quelqu'un s'intéressait au langage des signes sans pour autant savoir le parler ! Personnellement, je trouvais que c'était une très bonne chose. Et puis peut-être que ça allait aider la jeune femme à sortir un peu du lot dans son domaine, que de mettre au point un tel projet ? Et de notre côté, ça allait peut-être inciter certaines personnes à apprendre au moins les bases du langage des signes. Ce qui ne serait vraiment pas une mauvaise chose, puisqu'il nous était vraiment difficile de nous faire comprendre des gens qui n'étaient ni sourds ni muets. Enfin peu importe. La chose était plus à but artistique, qu'autre chose. Bon avant de commencer, il faudrait déjà qu'elle nous ouvre la porte. Ce qui ne semblait pas gagné. Jusqu'à ce qu'enfin, un habitant passant le seul de la porte de l'immeuble, ne nous tienne celle ci ouverte.  Nous pûmes donc enfin monter jusque chez la jeune femme, qui nous accueillit dans ... un bazar pas croyable. De la déco, selon elle. Mouais, ce n'était pas vraiment mon avis. Je me contentai d'un sourire poli pour lui indiquer que ce n'était rien, de toute façon. Avant de hocher positivement la tête et lui retourner son geste pour la saluer. Mes compagnons en firent de même, avant que nous n'entrâmes enfin dans son appartement.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 15 Juin - 21:33

Astaria + Valentino
Strike a pose
J'avais hésité, longuement, avant de les inviter ici, mais n'ayant pas les moyens de m'offrir un studio pour la journée, je n'avais, finalement, pas eu le choix. L'endroit n'était pas idéal, il était même le contraire de ça. Encombré, surchargé, étouffant même, et pas du tout à mon image, évidemment. Cela dit, il était grand et lumineux, on ne pouvait pas lui ôter ça, et après de longues heures de ménage et réorganisation, on pouvait à nouveau y circuler sans se cogner dans un meuble/statue/caisson à chaque pas. Dès l'entrée, on pouvait prendre conscience de la bizarrerie de sa propriétaire. La large porte blindée se trouvait entravée d'une lourde tapisserie que je maintenais en l'air le temps que mes invités-slash-sujets pénètrent dans cette antre. Finalement, elle n'était qu'un  long couloir troué d'une multitude de portes de droite et de gauche donnant sur diverses pièces, et aux interminables murs ponctués de peinture de diverses époques. Le portrait d'un ancêtre en armure se retrouvait à cohabiter avec un autre de ma grand-tante façon Warhol. Evidemment, je précisais que la déco n'était pas mon crime, mais le sourire poli de Valentino me laissa craindre le pire. “Au moins, maintenant, tu sais pourquoi je passe mon temps à errer dans les parcs.” Je lui avouais à voix basse, avant de leur faire signe de me suivre. J'avais oublié de demander s'ils étaient tous sourds ou non. Auquel cas, Valentino devrait me servir de traducteur, puisque je n'avais eu le temps d'apprendre que 'bonjour', 'comment ça va ?', 's'il te plait' et 'peux-tu me passer le sel', bien que je doutais de pouvoir replacer cette dernière notion. Je les conduisais vers la dernière porte du couloir, celle à double-battant, et les précédais dans une grande pièce aux incroyables proportions pour New-York. Moi aussi j'avais été surprise la première fois, en y pénétrant. J'avais imaginé un appartement minuscule et terne, comme dans les films, et non une brocante d'une bonne centaine de mètre carré. J'avais opté pour le salon du fait de cet espace, justement, mais aussi de son exposition plein sud, la lumière inondant les lieux en traversant la grande verrière donnant sur une terrasse un peu trop verdoyante. “C'est un ancien atelier que ma grand-tante a obtenu de l'artiste dont elle était la muse dans les années 60.” j'expliquais, avant de voir l'un des deux hommes jeter un coup d'oeil à la toile d'un mètre sur deux trônant au-dessus de la cheminée. “Oui, c'est elle.” Ma grand-tante, la petite trentaine, dans une pose lascive, portant qu'un boa autour du cou, et ne portant que ça... malheureusement. “Elle a 70 ans, maintenant.” je soupirais en détournant le regard de cette hypnotique croûte, et me dirigeais vers le grand piano à queue sur lequel, en plus du bordel habituel, j'avais déposé mon ordinateur portable. Dans un coin de la pièce, à vrai dire sur tout le mur opposé à la cheminé, j'avais aménagé un studio improvisé, fond blanc tendu, générateur, parapluie, torche et bien évidemment, mon appareil sur trépied et un autre, à proximité. Mais avant ça... “Je voudrais vous montrer un peu de mon travail, afin que vous sachiez où vous mettez les pieds.” Je leur expliquais en allumant mon ordinateur sur mon book en ligne. Je tournais l'écran vers eux et les invitais à surfer à leur guise pendant que je reculais en attrapant Valentino par le poignet. “Je suis un peu nerveuse.” je lui avouais sans lâcher mes visiteurs du regard. En réalité, je l'étais énormément. “Tu penses que ça va aller ? Dis-moi que ça va aller.” Ou assomme-moi, au choix. C'était la première fois pour moi, et j'étais terrifiée. Et si mon père avait raison ? Et si je n'étais pas suffisamment douée pour en faire un métier, mon métier ?
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Lun 16 Juin - 18:21

Astaria & Valentino : strike a pose.

Si c'était le bordel chez elle ? Non, pas du tout ... C'était nettement pire que ça encore ! C'était un véritable bazar, sans queue ni tête. Tout était sans dessus dessous. Quoi que ce n'était pas vraiment mal rangé ni rien...C'était juste une accumulation pas croyable d'objets divers et variés, qui cohabitaient les uns avec les autres, sans pour autant se ressembler ou aller ensemble. Pas du tout même. Aucun doute que si elle avait fait une vente aux enchères, la jeune femme aurait pu devenir riche en un rien de temps. Bon ... Je n'étais pas certain que tous ces objets soient de valeur ni rien. Mais un et un et encore un, ça pouvait très vite chiffrer. Et puis la moitié des objets étaient des trucs complètement excentriques. Ce qui signifiait que ceux qui aimaient ... Ce genre de trucs, pourraient bien y mettre l'argent pour l'obtenir. Mais soit, si vraiment ça ne lui appartenait pas du tout à elle, elle ne voudrait sans doute jamais les vendre. Ou ne le pouvait pas, je n'en savais rien moi. Je ris doucement, sincèrement amusé, quand elle mentionna son réel besoin de quitter le plus souvent possible ces lieux, pour aller se promener dans les parcs. En effet, je comprenais très bien un tel besoin. Rester ici devait être vite étouffant. Un véritable calvaire. Et ce, quand bien même l'appartement était vraiment de très bonne taille, comme je pu le constater alors que nous rejoignions une autre pièce. Au delà du bordel monstre, ce n'était pas si mal que ça. Cet 'atelier' était même très intéressant. Avec des trucs vraiment bizarres quand même. Comme le tableau de sa tante, entièrement nue. Je ne pu m'empêcher de sourire du coin des lèvres, devant le ton que prenait la jeune femme pour parler de tout ça. Elle semblait presque désespérée. Mais bientôt, ce fut la panique qui prédomina chez elle. Quand elle demanda mon attention pour m'étaler toute sa peur à l'idée que ça ne soit pas une bonne idée. Je posai une main sur la sienne qui me tenait, comme pour la calmer. Ou au moins lui demander son attention à son tour. De mon doigt, je la désignai, avant de lever le pouce pour tenter de lui faire comprendre qu'elle allait parfaitement s'en sortir. Je lui fis ensuite signe d'attendre, et désignai mes amis qui prenaient le temps d'observer son book. Bientôt, la jeune femme qui nous avait accompagnés, se redressa, tout sourire et pouces en l'air. Et je lançai un regard à Astaria, pour lui faire passer un message du genre "tu vois !?".

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Lun 16 Juin - 19:01

Astaria + Valentino
Strike a pose
A défaut de mon frère, Valentino était ce que j'avais de plus rassurant sous la main. J'avais déjà remarquer ça la première fois, et désormais j'en obtenais confirmation. Il avait un don pour apaiser les gens. Ou, du moins, pour m'apaiser moi. J'avais toujours été sujette à l'anxiété et la nervosité, probablement parce que je doutais énormément de moi, et aujourd'hui ne faisait pas exception. J'avais de nombreux clichés à mon actif, quelques expositions en galerie, et quelques ventes aussi, mais jamais encore je n'avais fait la démarche de la photo posée. Les individus que j'immortalisais ne se savaient pas épié, ils étaient naturel, et j'étais dans l'urgence. Qu'en serait-il lorsque je devrais donner des directives, les inviter à feindre une émotion ? Ce n'était pas une bonne idée. Ca ne pouvait pas être une bonne idée. Valentino me tira de mes sombres pensées en réclamant mon attention. Je lui avais demandé de me dire que tout allait bien se passer, et c'est ce qu'il fit, me signifiant que j'étais top. Bon, d'accord, ce n'était probablement pas exactement ce qu'il avait du me dire, mais je décidais de le prendre ainsi. “T'es sûr ?” j'insistais tout de même, avant qu'il ne m'invite à me taire et à observer. Observer quoi au juste ? La réaction de ses invités, évidemment. La seule femme du lot venait de m'offrir, à son tour, deux pouces en l'air et un superbe sourire. J'en soupirais de soulagement. J'attendais la réaction des autres en resserrant ma prise sur sa main. Et lorsque ce fut fait, que les visages furent tous souriants, je levais un regard reconnaissant vers le jeune homme. “Merci.” je soufflais avant de remarquer l'enchevêtrement de mains et poignet façon 'bataille corse' vers lequel ma nervosité nous avait conduit, et de l'en libérer précipitamment. “Bon, alors je suppose que Valentino vous a déjà expliqué ce que j'attendais, plus ou moins...” je commençais, me rapprochant d'un pas, tout en parlant lentement de manière à ce qu'ils puissent lire sur mes lèvres au besoin. “On va faire quelques essais et on verra ce que ça donne, donc pas de pression. Est-ce que l'un de vous souhaite commencer ?” Dans un premier temps, je devais juste faire des test lumière et également observer leurs réaction face à l'objectif. Les choses sérieuses débuteraient plus tard.
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Mar 17 Juin - 21:10

Astaria & Valentino : strike a pose.

Si j'avais accepté de faire cette séance photo avec et pour la jeune femme, c'était forcément parce que je croyais sans l'ombre d'une hésitation, en son talent indéniable. Ce n'était donc pas maintenant et pour aucune raison, que j'allais faire demi tour. Surtout pas alors que j'étais parvenu à convaincre trois collègues, de participer à cette expérience pour le moins inédite. Je n'allais clairement pas abandonner la jeune femme comme ça. Non, elle pouvait compter sur moi ! Et je tâchai de la rassurer quand elle fut prise de panique. Et quand mes collègues sourirent à leur tour, apparemment bien emballés par l'idée contre toute attente, je fus vraiment soulagé. Ils auraient bien pu ne pas aimer du tout l'idée finalement. Et alors je me serais retrouvé dans une situation assez embêtante quand même. Mais bon, ce n'était apparemment pas le cas et tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes ! Ce fut donc un sourire confiant que je lui offris en réponse à son merci, avant de poser les yeux sur mes amis quand elle prit la parole. Elle parlait de façon suffisamment claire et en articulant assez, pour que tous les trois la comprennent sans trop de mal. Quand elle demanda si quelqu'un souhaitait commencer, je n'eus pas dans l'idée de me porter volontaire. Mais trois regards se tournèrent à l'unisson vers moi. Soit. Le message avait au moins le mérite d'être clair ! Je levai les yeux au ciel puis haussai les épaules. Dans le fond, peu m'importait d'être le premier à tester un peu le tout pour voir ce que ça allait donner et comment on allait s'y prendre pour la totalité de la séance. Après tout, c'était moi qui avais accepté cette mission, dans un premier temps. je posai donc un regard interrogateur sur la jeune femme, attendant ses instructions.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Mar 17 Juin - 23:22

Astaria + Valentino
Strike a pose
Bon, et bien, visiblement, il s'agirait de Valentino. J'avais eut beau préciser qu'il ne s'agissait que d'essais et qu'il n'y avait pas de pression à avoir, mais bizarrement, mon discours n'avait pas vraiment convaincu, et les regards avaient immédiatement convergé vers le jeune homme dans mon dos qui surjouait, pour l'occasion, la résignation. Parce que je le savais déjà photogénique, j'aurais préféré commencer avec quelqu'un d'autre, quelqu'un dont j'ignorais tout du rapport à l'objectif. Mais, ils avaient besoin d'être rassurés, et je pouvais totalement le comprendre. Moi aussi, j'en avais besoin. Et puisque Valentino était l'équivalent d'une tablette de lexomil, il était, dans un sens, totalement légitime qu'il passe en premier. D'un geste exagéré proche de la révérence, je lui désignais le studio aménagé, et plus précisément ce tabouret glissé sous le fond blanc qui s'étalait sur le mur et se répandait sur le sol. D'un nouveau mouvement ample de bras, je montrais aux trois autres fauteuils et canapés dépareillés faisant face à mon lieu de travail. “Dans un premier temps, je vais simplement faire des tests lumières et régler mes appareils en fonction de la luminosité et de la carnation de Valentino.” j'expliquais, tournée vers eux, sachant que lui n'aurait pas besoin de voir mes lèvres pour m'entendre. Après quoi, j'allumais un à un les deux torches et le générateur. “Ferme les yeux dans un premier temps, s'il le faut, je sais que la lumière est un peu violente au début, mais tu vas vite t'y faire.” A l'aide d'un petit boitier, et me sentant un peu ridicule dans ce rôle très sérieux, je venais prendre les mesures à proximité de son visage, et satisfaite du résultat, quittais le périmètre blanc pour retourner me loger bien à l'abri derrière mon objectif. “Regarde-moi, s'il te plait.” je demandais, afin de pouvoir régler le premier appareil, avant de relever le nez en fronçant les sourcils. Oui, j'aurais du penser à ça, tous les photographes pro pensaient à ça. Ca m'avait bien frôlé l'esprit, mais le manque d'argent m'avait fait l'occulter rapidement. Heureusement, j'avais prévu le coup, et bien que dépourvue d'assistante, je devrais pouvoir m'en sortir seule. Après tout, j'étais une fille, ça devait bien se trouver quelque part dans mes gènes. Sur le piano, je récupérais pinceau et poudrier, et m'approchais de Valentino avec une moue désolée. “Tu brilles.” je chuchotais en guise d'excuse, avant de lui faire relever le visage vers moi. Ce n'était pas sa faute, dans un tel cadre, tout le monde brillait. Un peu de poudre matifiante suffirait à résoudre ce léger souci. “Ferme les yeux, la bouche et le nez.” j'ordonnais doucement avant de jouer de mon pinceau. Une professionnelle aurait su faire ça mieux que moi, et sans obliger son sujet à l'apnée, mais je n'étais pas une professionnelle, et ça se voyait. “Il ne s'agit que d'une poudre translucide, ça ne teinte pas ta peau, ça l'unifie juste assez pour que l'objectif ne te transforme pas en vampire version Disney.” Je préférais le rassurer, qu'il ne s'imagine pas que j'étais entrain de le dénaturer. Surtout pas. Il était absolument parfait tel quel. “Voilà, tu peux respirer.” D'un sourire, je lui relâchais le menton, estompais au doigt un peu de surplus de poudre, ici et là, puis regagnais ma place, derrière l'objectif. On allait pouvoir commencer les choses sérieuses. “Parle-moi.” Fut ma seule et unique consigne.
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Mer 18 Juin - 18:14

Astaria & Valentino : strike a pose.

J'aurais du m'y attendre que mes amis et collègues demandent à ce que ce soit moi qui passe le premier. Même s'il ne s'agissait encore que d'essais. Même s'ils commençaient à être bien intéressés par le projet de la jeune femme, il n'en demeurait pas moins qu'ils étaient encore un peu méfiants. Ce que je pouvais comprendre dans le fond. Ils ne la connaissaient pas du tout après tout. Bon, moi non plus, soit. Mais je savais plus ou moins dans quoi je me lançais après tout, puisque je n'avais pas accepté son idée, juste sur un coup de tête comme ça. Et même encore maintenant, je ne regrettais pas du tout de lui avoir dis oui. Même si je devais vraiment passer le premier. Ce n'était pas bien grave et ça n'allait pas me faire fuir ! Même si, quand je pris place, ses paroles me firent quelque peu froncer les sourcils. Et bien vite, même si ce n'était pas un choix conscient, je fus bien forcé de fermer les yeux pour les protéger de la lumière. Mais je les rouvris bien vite, une fois la surprise passer. Pour voir alors la jeune femme revenir vers moi, avec un pinceau et un poudrier. J'eus quand même un court instant d'hésitation devant ça, mais la laissai faire. Soit, j'aurais du y penser. Même si je n'avais jamais fais de photo pro, je savais plus ou moins ce qu'il en était point de vu maquillage et tout ça. Je la laissai donc faire sans broncher. Fermer les yeux et la bouche, c'était faisable. Le nez par contre ... Ne pas respirer durant de longues secondes, me sembla être un calvaire. Sans aucune exagération de ma part, promis ! Je hochai vaguement la tête de haut en bas, aux informations qu'elle cru bon de me communiquer. Et quand elle se recula enfin, je pris une lente inspiration ... Qui me fit éternuer. Rien qu'un petit éternuement à cause d'un trop plein de poudre. Ou mal mise, j'en savais rien. Je la laissai ensuite frotter les surplus, avant de s'éloigner. J'eus un moment de silence -pour ne pas changer, ahah ...- et d'immobilité complète, avant de tenter une phrase.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Mer 18 Juin - 23:44

Astaria + Valentino
Strike a pose
Prendre des photos studios ça n'a rien de simple pour moi, pour une première fois. Mais prendre des photos studios avec trois paires d'yeux rivées à mon dos, c'était juste l'enfer sur terre. J'avais beau essayer de me concentrer, impossible d'en faire abstraction. Pourtant je mitraillais, accumulant les clichés qui n'auraient probablement aucun intérêt, simplement pour me faire la main. Le sujet était idéal, comme toujours, non le problème venait de moi, de mon anxiété qui me transformait en petite chose si facilement distraite. En pleine nature, j'oubliais tout, et n'existait plus que l'objet de ma fascination. Tout semblait si différent, coincés entre quatre murs, avec un sujet fixe et consentant... Il fallait que je me concentre... il fallait que je me concentre... il fallait que... “Bonjour ! Bonjour ! Pets-de-nonne ? Tarte tatin ? Je me suis dit que vous auriez une petite faim !” Eeeeet merde ! Après avoir tenté de m'assommer avec mon appareil, je me composais un sourire de façade avant de pivoter sur mes talons pour faire face à la nouvelle venue. La septuagénaire en robe de chambre à la soie multicolore, brandissait un plat dans chaque main, ses lèvres carmins s'étirant d'une oreille à l'autre. “Liliane, je te croyais partie...” Du moins, c'est ce qu'elle m'avait dit quelques heures plus tôt, tout comme elle m'avait promis de me laisser l'appartement pour moi seule. “Je t'ai déjà dit de m'appeler Lilly. Et puis, heureusement que je suis là, tu serais capable de les laisser mourir de faim ! Regarde-le, lui, il est tout maigre !” C'était Valentino qu'elle qualifiait de maigre ? Je suivais son regard pour constater que oui, puis haussait les épaules de résignation. “Dans ce cas, parle doucement pour qu'ils puissent lire sur tes lèvres, et surtout parle-leur en anglais, pas en français, en italien, ou en Dieu sait quelle langue sortie de ton esprit étrange et... Oooh, et zut ! Fais ce que tu veux. Tout le monde, voici ma grand-tante...” “Sa grande soeur.” “... Liliane...” “Lilly.” “... La même que sur le tableau, mais 40 ans...” “4 ans.” “...plus tard. Servez-vous, n'hésitez pas, s'il y a bien quelque chose qu'elle sait faire à la perfection, c'est cuisiner.” Deuxième avantage de sa présence : maintenant qu'elle accaparait l'attention de tous, je pouvais me concentrer sur mes clichés sans me sentir épiée. Aussi, j'enchainais toute une série relativement satisfaisante. Du moins, jusqu'à ce que 'Lilly' rentre dans le cadre, tendant une assiette en direction de Valentino. “Quoi ? On me voit ?” S'étonnait-elle face à ma réaction désemparée. Je ne faisais même pas l'effort de répondre, et libérais Valentino temporairement, le temps d'observer mes essais et de le laisser goûter le festin préparé par mon excentrique grand-tante.
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Jeu 19 Juin - 20:24

Astaria & Valentino : strike a pose.

Je voyais bien que quelque chose semblait turlupiner la jeune femme. Mais je ne pouvais pas faire grand chose pour elle. Si elle était nerveuse à propos de la séance qui n'avait pas encore commencé pourtant, je ne pouvais rien changer à la situation. Après tout, c'était son idée à elle que de monter un tel projet. A elle, maintenant, d'assumer jusqu'au bout. Et si jamais elle venait à changer d'avis pour x raison, il était toujours temps de tous nous mettre dehors après tout. Même si je doutais fortement qu'elle soit du genre à changer d'avis comme de chemise. Surtout quand elle semblait si emballée par une idée. Enfin c'était encore à voir bien sûr. Dommage que l'on soit ainsi coupés par l'arrivée soudaine d'une dame fort ... Différente, dirons nous. Je fronçai légèrement en laissant aller mon regard de l'une à l'autre. Elles avaient des échanges fort ... Intéressants. Ou juste très bizarres en réalité. Mais c'était amusant. Et un léger sourire fini par prendre place sur mon visage. Tout comme mes trois amis qui, eux aussi, observaient la petite scène avec grand intérêt. En même temps, je ne pouvais nier qu'il y avait largement de quoi pour le coup. La jeune femme me prit au dépourvu quand elle entreprit de recommencer ses prises de photo, alors que sa grand-tante était encore là. Celle ci fini d'ailleurs par nous interrompre de force, quand elle se plaça entre l'appareil et moi, pour me donner une assiette. Que je n'eus guère le courage de lui refuser. Si j'étais soit disant maigre, selon ses dires, c'était plus parce que je faisais du sport,que parce que je ne me nourrissais pas assez. Pour ce dernier point, vu mon métier, c'était tout bonnement impossible. Je remerciai tout de même la dénommée Liliane, d'un léger sourire, et pris le temps de manger la part qu'elle m'avait donné. Une fois mangé, j'offris un sourire appréciateur à Liliane, avant de reprendre place, pas trop certain de savoir ce que je pouvais faire d'autre.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Ven 20 Juin - 0:13

Astaria + Valentino
Strike a pose
Liliane, tout un programme. Elle était la soeur de mon grand-père maternel, la tante de ma défunte mère, une femme que j'avais du voir deux ou trois fois dans ma vie, à une époque où j'étais trop jeune pour m'en souvenir. Elle avait quitté l'Europe très tôt, et était bientôt devenue "la tata américaine" de ma mère. Je la savais excentrique, mais avant de frapper à la porte de son appartement, je n'avais jamais imaginé à quel point. Une vieille femme au passé flamboyant qui vivait dans ces vestiges, refusant d'accepter son âge, ou plutôt les clichés qu'on imposait à son âge. En robe de chambre improbable, elle proposait ses pâtisseries à tout ce petit monde, agissant en hôte parfaite lorsque tout ce que je voulais c'était imposé une ambiance studieuse. Elle jugeait Valentino trop maigre et n'hésitait pas à entrer dans le cadre pour le forcer à manger. Tout d'abord, il n'était pas maigre, pas même un peu ou de loin, et ensuite... on était entrain de bosser, là ! Baissant les bras, je laissais mon sujet se servir tandis que ma tante circulait, ses plateaux à la main, la soie de sa robe de chambre voletant autour de ses chevilles. Et, bizarrement, ce fut cet instant que choisi mon inspiration pour revenir. Mon deuxième appareil en main, j'enchainais les clichés de cette femme étonnante au milieu de ces gens parfaitement normaux oscillant entre amusement et réel intérêt. Je chopais les expressions, l'étonnement, la fascination, les sourires, et tout ce qu'on pouvait lire, encore, au travers de ces regards qui ne se décrochaient jamais de ma tante. Puis, décidant de profiter de la diversion offerte, je me retournais vers Valentino qui avait eu la présence d'esprit de revenir à sa place après sa session dégustation, et, d'un index contre mes lèvres, je l'invitais à ne pas attirer l'attention sur nous, avant de reprendre mon mitraillage de sa personne, grandement plus convaincue que la première fois. J'étais dedans, je n'étais plus distraite par les regards dans mon dos, et parvenais à ne me concentrer que sur ce qu'il était entrain de me dire. C'était frustrant et fascinant, essentiellement parce que je n'avais aucune idée de ce qu'il me racontait et que je passais mon temps à chercher la réponse dans son regard. En secret, nous enchainions les essais. Des essais si convaincants qu'ils deviendraient, sans nul doute, des clichés utilisables et utilisés. J'enchainais encore un moment avant que Liliane ne revienne à la charge. “Je peux voir ?” me demanda-t-elle en tapotant de son index sur mon épaule. Evidemment, après ça, plus rien n'était possible, et je reculais pour lui céder la place devant l'écran digital, invitant les autres à se joindre à elle pour observer le résultat. Sous ses commentaires et autres “vous savez, dans mon jeune temps, j'étais modèle, j'ai fréquenté les plus grands photographes, et...” je rejoignais Valentino, m'accroupissais à ses côtés, et lui tendais discrètement un bloc-note et un stylo. “Tu peux me donner leur prénom ? Ca risque de m'être utile...” je lui demandais. “Et j'aimerais avoir ton avis, aussi, ainsi que le leur, mais surtout le tien.” Sur les clichés que je venais de faire, évidemment. Enfin, si Liliane n'avait pas tout effacé entre temps, puisque de Modèle elle venait de passer photographe en nous fixant sur pellicule sans discontinuer. Son rire aiguë avait attiré mon attention, et en moins de 30 secondes, je me tenais à sa place, vérifiant qu'elle n'avait pas fait de grosse bêtise. “La prochaine fois, je louerais un studio !” je finissais par râler entre mes dents, tout en revenant aux photos initiales, heureusement intactes.  
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 22 Juin - 10:53

Astaria & Valentino : strike a pose.

J'étais venu retrouver Astaria pour cette séance photo, sans l'ombre d'une hésitation. Je l'avais même fais avec grand plaisir. Ma soeur n'avait pourtant de cesse de me mettre en garde contre ma trop grande sympathie et générosité selon elle. Pourtant, je ne pensais pas que la jeune femme puisse être une manipulatrice, une profiteuse ou je ne savais trop quoi. Donc moi, je m'en fichais un peu. Et puis avec une grand-tante comme la sienne, j'avais un peu de mal à la penser garce dans son genre. Je ne pouvais d'ailleurs m'empêcher d'être très amusé par leurs échanges et par le côté loufoque de la vieille femme. Et aussi par le fait que sa petite nièce avait l'air bien désespérée par son comportement. Elle était pourtant très gentille. Un peu timbrée sur les bords ... Mais vraiment sympathique ! Et c'était bien parce qu'elle l'était que je ne pouvais refuser la part de gâteau qu'elle avait amené. J'étais friand de gâteaux de toute façon. Ce n'était pas pour rien que j'étais devenu pâtissier. Je me hâtai quand même de terminer ma part, pour vite me remettre en place et laisser la jeune femme reprendre les photographies sans s'arrêter. Elle avait l'air sacrément dedans. Plus encore que précédemment me semblait-il. C'était au moins la preuve qu'elle était inspirée .Ce qui me semblait être une très bonne chose d'ailleurs. Mais encore une fois, nous fûmes interrompus par Liliane qui voulait voir et donner son avis. Je ne pu m'empêcher de sourire en la voyant faire, avant qu'Astaria ne revienne vers moi. Je hochai positivement la tête et récupérai bloc note et stylo, pour y noter "Lauren, Steeve et Michael" avant de les lui rendre en souriant. Mais bien vite, elle du se hâter pour récupérer son appareil que sa grand tante n'ait le temps d'y mettre une pagaille sans nom, occupée qu'elle était à prendre des photos et à farfouiller dedans. Je ne pu retenir un léger rire avant de rejoindre Astaria pour regarder avec elle le rendu. Je la fis s'arrêter sur quelques unes pour lui signifier celles qui étaient géniales. Même si j'avais un peu de mal à trouver des photos de moi, géniales.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 22 Juin - 13:31

Astaria + Valentino
Strike a pose
Lauren, Steeve et Michael, donc. Lequel était Steeve ? Lequel était Michael ? Qu'importe, j'aviserais en temps et en heure, ou plus exactement, j'improviserais. Avant toute chose, je me devais de retenir ces prénoms, histoire de ne pas avoir à sortir le bloc note pour faire l'appel, ce qui aurait été légèrement mal-venu. Certes, ils ne pouvaient pas m'entendre, mais savaient, probablement, très bien lire leur propre prénom sur les lèvres de n'importe qui. Cela dit, mon apprentissage devrait attendre puisque ma Grand-tante venait de se lancer dans la destruction minutieuse et obsessionnelle de tout mon travail. Se prenant pour Robert Doisneau, elle enchainait les photos sans intérêt en riant comme une enfant. J'allais peut-être l'envoyer passer un scanner, sous peu, son comportement m'apparaissant de plus en plus loufoque. On pouvait être un peu original, ce n'était pas bien grave, mais par moment, elle ressemblait presque à une enfant. Je connaissais ces symptômes, ou du moins les reconnaissais, je savais les effets dévastateurs que pouvait avoir n'importe quelle grosseur sur un cerveau. Mais peut-être étais-je trop disposée à voir dans sa bizarrerie une maladie qui n'existait que dans ma trouille viscérale et paranoïaque ? Il fallait sérieusement que je me débarrasse de cette négativité. Aussi, je soufflais un coup, la virais de devant mon appareil, et invitais Valentino à prendre sa place. Il me fallait son avis, et je l'obtins. Bien évidemment, les premiers clichés étaient sans grand intérêt. Trop stressée, je n'avais pas su saisir ce qu'il m'offrait. Mais les suivants étaient bien meilleurs, et Valentino parvint même à s'illuminer à la vision de quelques uns. Il faudrait le retravailler légèrement -bien que je déteste Photoshop- mais il avait raison, l'essentiel était là. Rapidement, j'invitais les trois autres à donner leur avis, également. C'était plus un avis éthique dont j'avais besoin, que d'un avis artistique. Je voulais savoir s'ils se reconnaissaient dans ces clichés, si je retranscrivais bien leur langage sans leur faire insulte. Je voulais que ce soit beau et attractif, mais aussi que cela puisse servir, autant que possible, d'objet de sensibilisation. La langue des signes n'était pas, à mes yeux, preuve de handicap, mais singularité fascinante. “Jack, photographiez-moi comme vos françaises...” scanda la voix théâtrale de ma tante depuis la zone de drap blanc. Un bras au-dessus de la tête, l'air sensuel, elle nous sortait les classique d'une génération qui n'était pas la sienne. Et je soupirais. “Il pourrait être ton arrière-petit-fils, tu veux bien cesser ta parade amoureuse ?” Parce que oui, c'était pour Valentino qu'elle se mettait en scène de la sorte, ou à défaut, pour Steeve et Michael qui ferait très bien l'affaire. Si elle n'avait rien d'une cougar, comme toutes les femmes qui avaient été sublime, elle avait ce triste besoin d'être rassurée, de savoir qu'elle pouvait encore plaire. Et belle, elle l'était encore avec sa longue crinière argentée et sa ligne svelte et élancée, sa grâce évidente, et l'élégance de chacun de ses gestes. Elle aurait fait la fierté et le bonheur de n'importe quel homme. Mais un homme entre 60 et 70 ans, pas un trentenaire. “Et si tu allais nous faire du café et du thé pour faire passer tes pâtisseries ?” je proposais pleine d'espoir. Une proposition sur laquelle elle sauta rapidement en se redressant prestement, passant de carrément boudeuse à investie d'une mission divine. “Ciel ! En effet, je manque à tous mes devoirs !” Et dans un nuage de N°5 de Chanel, elle quitta le salon. Soulagée, j'accrochais un sourire à mes lèvres et me tournais vers les spectateurs. “Qui sera le suivant ? Lauren ?” Oui, au moins, avec elle, je ne risquais pas de me tromper de prénom.  
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 22 Juin - 14:08

Astaria & Valentino : strike a pose.

C'était aussi amusant qu'intriguant, de voir la grand-tante de la jeune femme, parader et faire tout le spectacle, à elle toute seule. Pour sûr, elle était une femme vraiment très sympathique. Oh, certes, un peu -beaucoup- loufoque sur les bords. Mais pas le moins du monde méchante me semblait-il. En tout cas personnellement, j'appréciais beaucoup les personnalités qui sortaient autant du lot. Sans compter qu'elle avait su faire l'impasse sur notre handicap à tous les quatre. Ce qui était une chose à noter. Ca nous changeait des gens qui nous prenaient en pitié. Voir carrément qui pensaient qu'être muet, et sourd pour certains, faisait de nous de parfaits idiots, incapable de réflexion, carrément simplet sur les bords et même illettré. Je n'avais jamais été en mesure de comprendre la logique des gens. Mais j'avais cessé de le souhaiter. Ce n'était que perte de temps ,encore et toujours. Or, le temps était précieux. Je préférais le consacrer à des personnes bien plus intéressantes, comme l'étaient inévitablement Astaria et Liliane. C'était la seule chose qui comptait en cet instant. Ca et la séance photo qui, malgré le comportement excentrique de la vieille femme, se passait plutôt très bien ! En tout cas, j'étais vraiment ravi et emballé par toutes les photos que la jeune femme venait de me montrer. ou au moins pour la plupart en tout cas ! Je souris encore une fois devant les folies de Liliane. Je n'étais aucunement mal à l'aise. Seulement amusé. La jeune femme trouva les bonnes paroles à dire pour faire disparaître sa grand tante et l'occuper pendant un petit moment. Celle ci ne se fit pas prier pour déguerpir sur le champ et Astaria en profita pour reprendre les reines de la séance et proposer à Lauren de passer à son tour devant l'objectif. Je lui offris un sourire quand elle pris ma place et m'éloignai pour assister à la séance photo.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 22 Juin - 15:07

Astaria + Valentino
Strike a pose
Si j'avais, dans un premier temps, réellement espéré que ma tante me laisserait les clefs de l'appartement pour partir en vadrouille, c'est que je savais qu'elle pouvait représenter un véritable calvaire, une menace pour ma patience et celle des autres. Heureusement, ils étaient tous incroyablement à l'aise en sa présence. Ses facéties en auraient agacé plus d'un, et pourtant, ils demeuraient, tous autant qu'ils étaient, résolument amusés. Certes, ça ne faisait pas très sérieux pour une aspirante photographe professionnelle qui n'avait, déjà, pas de studio à leur offrir, mais mes clichés de Valentino, semble-t-il, avaient achevé de les convaincre qu'ils ne s'étaient pas fait avoir. Maintenant, restait à savoir si j'y parviendrais aussi bien avec un autre modèle. Sitôt la grand-tante disparue, je proposais à Lauren de prendre la place de Valentino, et sa promptitude à s'y installer me rassura totalement. Après un coup d'oeil dans l'objectif, je m'armais de mon pinceau et de ma poudre pour reproduire le même exercice que, précédemment, sur Valentino. La femme, absolument ravissante, était bien plus âgée que mon sujet antérieur. La petite quarantaine, un sourire à toute épreuve et des fossettes qui se creusaient dans ses joues chaque fois qu'elle étirait ses lèvres. Comme je l'avais demandé à Valentino par texto, tous avaient opté pour un haut uni, gris, noir ou blanc, afin de ne pas saturer la photo de couleur et permettre à l'oeil de se focaliser sur l'être et non la tenue. Lauren portait du blanc qui, avec ses cheveux blonds et sa coupe au carré flou, créait une aura angélique tout autour d'elle. Après l'avoir fardé de poudre, je retournais dernière mon objectif, et vérifiait une énième fois la lumière. “On va commencer.” j'annonçais en articulant bien dans sa direction. “Raconte-moi un évènement marquant de ta vie, une naissance, une rencontre, un mariage... Tu es mariée, Lauren ?” Et c'était partit, la blonde profitant de l'occasion pour évoquer ses noces. Du moins, je le supposais, puisque incapable de traduire ses signes. Il allait vraiment falloir que je m'y mette. Ce n'était pas tout de les prendre en photo et de les admirer de loin, il allait falloir que je montre l'exemple. “Valentino !” J'appelais, l'oeil toujours rivé à l'objectif, sans cesser d'enchainer les clichés. “Je veux apprendre. Tu voudras bien m'apprendre ?” Ce qu'elle racontait semblait magnifique, tout dans ses traits trahissait les diverses émotions fortes que son récit engendrait. Et moi, je ne comprenais pas. Je voulais comprendre, je devais comprendre.  
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 22 Juin - 18:03

Astaria & Valentino : strike a pose.

Quand bien même Liliane avait vraiment une personnalité qui en imposait beaucoup et qui ne lui permettait aucunement de passer inaperçue, sa présence n'était pas désagréable. Sans doute moins encore pour des personnes comme nous, qui avions plutôt pour habitude d'être totalement invisibles aux yeux des autres, justement. Alors qu'elle même nous accordait quand même un certain intérêt, ce qui était un point négligeable. Oh je ne doutais pas qu'à la longue, il y avait sans doute quelque chose de très ennuyeux à avoir une personne comme ça dans son entourage. Elle devait taper sur les nerfs à bien des personnes à force. C'était là le souci quand on était une personne trop exubérante sans doute. Donc je comprenais bien les réactions parfois d'agacement pur, de la part d'Astaria elle même. Je ne pourrais lui en vouloir de réagir ainsi à certains moments ! Par contre, j'étais épaté de voir qu'elle parvenait à conserver son professionnalisme incroyable, malgré tout. C'était un très bon point pour elle et ça nous permettait de garder en tête la raison première de notre présence, à tous les trois, ici même. Lauren ne se fit d'ailleurs pas prier pour prendre place devant l'objectif et j'eus un léger sourire quand Astaria lui proposa de raconter son mariage. Ce qu'elle ne tarda pas à faire avec une joie non dissimulé. Décidément, Astaria savait bien choisir ses sujets, semblait-il. Quand elle m'interrogea, j'eus le réflexe de hocher positivement la tête. Mais elle avait le regard rivé sur Lauren. Je lui aurais bien répondu, donc, mais je ne risquais pas de le faire à voix haute. Amusé, je levai les yeux au ciel. Soit. De toute façon, ma réponse était évidente. Je ne risquais pas de lui refuser une chose pareille. D'autant plus que j'adorais rendre service alors c'était évident que je le ferais ! Et puis je n'avais pas pignon sur rue moi. Donc, tout le temps pour ça !

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 22 Juin - 18:51

Astaria + Valentino
Strike a pose
Il était toujours là pour moi. Sérieusement, cet homme que j'avais rencontré à peine une semaine plus tôt en lui volant son visage, ses émotions et chacun de ses gestes, était absolument et irrévocablement toujours présent pour moi. Quelle que soit ma demande, il répondait toujours par la positive. Le pire, c'est que je savais qu'il le faisait de bon coeur. Non pas que je l'imagine capable de dire non à qui que ce soit, simplement je le savais suffisamment peu doué pour cacher ses émotions et donc pour me vendre un sourire là où il n'y aurait que de la résignation. Venir ici, aujourd'hui, l'avait réellement emballé, il s'était même démené pour me dégoter trois autres sujets alors que, finalement, j'étais quoi pour lui ? Rien de plus qu'une vague connaissance, en toute logique. Sauf que la logique n'avait plus sa place entre nous, désormais. Il me devenait indispensable et sa présence me faisait réellement du bien. Je savais parfaitement ce que j'étais entrain de faire, et qu'il prenait de plus en plus les traits de mon frère absent. Pourtant je ne savais rien de lui, ou presque, et je devais impérativement rattraper ce manque. Mais chaque chose en son temps. “Je prends ton silence pour un 'oui'.” je lançais dans mon dos. Une plaisanterie qu'il saurait prendre pour ce qu'elle était : une volonté de ne pas m'apitoyer sur son sort ou celui de Lauren, Steeve et Michael. “Deal ?” j'ajoutais tout de même en balançant un bras un arrière, à l'aveugle, paume offerte à sa main pour qu'il tape dedans. Puisqu'on frappa dans ma main, je décidais de partir du principe qu'il s'agissait de lui, et retrouvait toute ma concentration pour le récit de Lauren. J'avais beau ne pas comprendre, les émotions que trahissait son regard me donnait une bonne idée de son contenu. Et cette émotion fut si communicative que j'achevais ma série avec les yeux qui piquent. Je la remerciais en langue des signes et laissais un rire m'échapper en frottant mes paupières. “On va faire une pause.” J'annonçais en cherchant à ravaler ce trop-plein d'émotivité, avant de céder la place à Lauren pour qu'elle puisse observer le résultat elle-même et qu'elle me signale lesquelles lui plaisaient le plus.  
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Dim 22 Juin - 20:01

Astaria & Valentino : strike a pose.

Sur le coup, je ne su trop comment prendre les paroles de la jeune femme. Du moins, le fait qu'elle me posait une question qui méritait réponse, sans pour autant me regarder. Elle savait pourtant bien que je ne risquais pas de lui répondre par la parole, mais bien par un geste. Pourtant, elle ne se retourna pas. Et j'ignorais bien si c'était juste une maladresse qui, de toute façon, ne risquait pas de me blesser. Ou si c'était sa façon de plaisanter. Parce que, par contre, je ne l'imaginais vraiment pas faire quoi que ce soit pour me blesser ou autre de ce genre. Je ne me posais même pas la question en tout cas ! Et finalement, à ses mots suivants, je compris sans mal qu'elle plaisantait bel et bien. Et à ce constat, ainsi qu'à ses paroles, je laissai échapper un nouveau doux rire. J'aimais beaucoup son humour. Et le fait qu'elle ne se sentait pas -ou plus- gênée vis à vis de ma mutisme et ne craignait pas de mettre les deux pieds dans le plat. Décidément, j'appréciais beaucoup cette jeune femme pleine surprises. Finalement, elle voulu connaître ma véritable réponse et pour lui répondre que j'étais d'accord, je tapai doucement dans sa main, à sa demande. Ce n'était pas comme si je risquais de lui refuser une chose aussi simple. Surtout qu'elle s'intéressait quand même à une part importante de moi et des 'miens'. Ne serait-ce pas génial que de plus en plus de personnes prennent la peine d'apprendre le langage des signes. Selon moi, si ! Quand la seconde prise de clichés prit fin, j'hésitai entre sourire et être peiné de voir la jeune femme se mettre dans un tel état. L'hyper-émotivité des artistes ... ! Je décidai finalement de faire mine de rien et m'approchai pour regarder les photos par dessus l'épaule de Lauren.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Lun 23 Juin - 0:01

Astaria + Valentino
Strike a pose
Il parait que je souffrais d'une incapacité aux larmes. Du moins, c'était la théorie de mon frère suite au décès de ma mère qui ne m'avait pas tiré la moindre larmichette. J'étais pourtant dévastée, anéantie, en ruine... Mais mes yeux refusaient de s'épancher. J'étais peut-être trop en colère pour ça. Révoltée contre Dieu, le Destin, la Fatalité, ou qu'importe le nom de cette chose qui avait décidé de priver le monde de sa présence à elle. Cela faisait donc plusieurs mois que mes yeux étaient à sec, et voilà que le récit d'un mariage dans une langue que je ne comprenais pas me tirait mes premiers picotements. Oh, rien de bien méchant, pas de liquide lacrymal à l'horizon, mais bien ces affreux prémices se traduisant par picotement de l'oeil et démangeaison de la paupière que je frottais. Je frottais parce qu'il était hors de question que je verse la moindre larme sur l'histoire d'un mariage lorsqu'un décès de marbre. Je riais, aussi, de mon émotivité soudaine que je trouvais Ô combien ridicule, me reculant pour leur laisser la place. Juste à temps pour voir les breuvages arriver sur un plateau porté par Dame Liliane. “Bah qu'est-ce qui se passe, mon bouchon ? T'as un gros chagrin ? Ils t'ont fait des misères ? Tu veux que j'en prenne un pour taper sur l'autre ?“ Demanda-t-elle en déposant le plateau sur la queue du piano. “Oui, bien sûr, et après tu pourras me chanter une berceuse en me filant mon bib' ?” je rétorquais dans un raclement de gorge censé me rendre splendeur et contenance. “Je suis juste un peu fatiguée, ça va passer.” j'ajoutais plus doucement. “Ca tombe bien, j'ai fais du café... Café ? Thé ?” Proposa-t-elle aux autres qui venait de prendre conscience de sa présence. “Installez-vous, servez-vous, n'hésitez pas. J'en ai profité pour vous faire un peu de pain perdu.” désignant tour à tour les divans et son plateau, elle se faisait hôtesse parfaite. “Tu sais, je pense qu'ils se nourrissent chez eux, tu n'as pas besoin de leur faire prendre huit kilos en un après-midi.” je soufflais sans, pour autant, résister à une tranche de pain perdu et une tasse de café. “Vous en avez pensé quoi ?” je reprenais, plus sérieusement, à l'attention de Lauren, évidemment, mais des trois garçons également. “Ils ont adoré, évidemment !” S'impatienta la vieille femme en se posant délicatement sur l'accoudoir d'une méridienne. “Cesse de leur poser des questions stupides et interroge-les plutôt sur leurs vies qui doivent être fascinante. Vous faites quoi dans la vie ?” Bah oui, et elle comptait entendre leurs réponses comment, au juste ? Alors que je m'apprêtais à faire, une fois de plus, preuve de sarcasmes, je vis, avec stupéfaction, mais grand-tante complètement cintrée produire une série de signes avec ses mains. Et pas n'importe quoi au vu des hochements de tête des uns et des autres, et de la réponse, dans la même langue, que lui formula Steeve... Ou Michael. Enfin l'un des deux, quoi. “Tu connais la langue des signes ?” j'hoquetais avec surprise. “Evidemment !” me répondit-elle comme s'il s'agissait de la chose la plus évidente au monde. “Pourquoi ? Pas toi ?”... Heu... Bah non... “Elle sait vraiment ?” je préférais demander confirmation à Valentino en qui j'avais plus confiance qu'en ma propre tante.  
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Lun 23 Juin - 17:34

Astaria & Valentino : strike a pose.

C'était quand même assez étrange qu'une personne se mette dans un tel état, pour une histoire dont elle ne comprenait rien du tout. Et pourtant, c'était bien ce qui était en train d'arriver. Astaria me semblait à la limite des larmes, devant le récit de Lauren qui racontait son mariage. Ce n'était pourtant pas comme si elle pouvait y comprendre quoi que ce soit. Ou alors elle avait apprit le langage des signes dans la minute. Ce qui était, autant le dire, parfaitement impossible. En tout cas, je n'étais pas en mesure de bien saisir pourquoi elle se mettait dans un tel état, avant d'en conclure que c'était juste le côté hyper émotif d'une artiste. Comme c'était souvent le cas. Enfin j'avais toujours vu les artistes de cette façon en tout cas. Et j'étais en train de regarder les photos que venait de faire celle ci ,quand Liliane revint dans la pièce et vit de suite qu'Astaria n'était pas tout à fait dans son assiette. J'eus un léger rire amusé à ses paroles et menaces à peine dissimulées et reposai les yeux sur la jeune femme qui réagissait déjà au quart de tour. Sourire aux lèvres, amusé devant les paroles qui se voulaient plus moqueuses que vraiment méchantes, de la part de la jeune femme, je pris place pour me servir une tasse de café. Plus pour ne pas la vexer que par réelle envie. Et quelle ne fut pas ma surprise quand Liliane entama une conversation par langage des signes, avec mes amis. J'écarquillai les yeux, et manquai en lâcher ma tasse. Alors celle là, je ne m'y attendais vraiment pas ! A la question d'Astaria, je posai un regard vraiment surpris et hochai positivement la tête, en faisant même un signe pour lui dire qu'elle le parlait même très bien.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Lun 23 Juin - 21:05

Astaria + Valentino
Strike a pose
Elle comprenait et parlait la langue des signes ! Ma grand-tante complètement cintrée et totalement déconnectée de la réalité, pratiquait la langue des signes ! Existait-il quelque chose qu'elle ne sache pas faire ? Sidérée, je demandais à Valentino confirmation, mais avant même qu'il ne me réponde, l'expression de son visage parlait pour lui. Je croyais bien ne jamais l'avoir vu aussi surprit. Pourtant, Dieu sait que j'avais capturé une bonne palette de toutes ses émotions, mais celle-ci était particulièrement inédite. D'ailleurs, si je n'avais pas été surprise moi-même, l'air affiché par ce dernier m'aurait fait rire aux éclats. Mais voilà, pour le moment, j'oscillais seulement entre stupéfaction et fascination. Les pouces en l'air de Valentino m'affirmèrent que, non contente de pratiquer, elle pratiquait à la perfection. “Où...? Quand...?” je parvins difficilement à articuler en direction de Liliane. Des questions approximatives qu'elle comprit parfaitement, et auxquels elle répondit sans cesser de tout traduire par signes. “Dans les années 70, j'avais un amant muet. Il était né sans cordes vocales... Mais pour le reste, tout était absolument à sa place.” le sourire entendu qu'elle m'offrit me tira une grimace. Je ne voulais rien savoir de sa vie sexuelle passée. “D'ailleurs, il fut le meilleur amant que j'ai jamais connu... Il ne parlait pas, mais savait occuper sa bouche autrement...” Poursuivit-elle en lançant une oeillade de provocation en direction de Valentino, sur les yeux duquel je plaquais mes mains. “Liliane !!” je grondais alors. “On ne veut pas savoir !” “Il était comme un bonbon qui pique... Doux et fort à la fois...” poursuivait-elle, malgré tout, rêveuse. “Mais il est mort.” Brutal et sans transition, elle revenait à la réalité, son éternel sourire toujours accroché aux lèvres. “C'est pour et avec lui que j'ai appris. D'ailleurs, tu devrais t'y mettre, si tu vois ce que je veux dire.” Non, elle voulait dire quoi ? J'haussais un sourcil et libérais les yeux de Valentino, désormais que la cougar se trouvait apaisée... Secouant la tête de désolation, ma tante se tournait vers ce dernier et l'interrogeait à son tour sur sa vie. Du moins, je le supposais, puisque bien incapable de traduire ce qui se disait entre eux. M'emparant discrètement de mon appareil photo, je décidais d'immortaliser cet instant pris sur le vif. Leurs sourires, leurs rires, et chacun de leurs gestes spontanés se trouvaient alors capturés sur ma pellicule. “Je pourrais avoir la traduction simultanée, Liliane ?” je demandais quand même, sans pour autant lâcher mon appareil puisque personne ne me prêtait la moindre attention. Ils devaient se focaliser sur les gestes des uns et des autres, et je ne m'en plaignais pas le moins du monde, réalisant de superbes clichés.  
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Mar 24 Juin - 17:42

Astaria & Valentino : strike a pose.

Apparemment, je n'étais pas le seul, dans cette pièce, à être surpris par le fait que Liliane maîtrisait le langage des signes. Mais amis eux ne réagissaient pas plus que ça, puisqu'ils ne s'étaient pas posé la question de savoir si oui ou non elle savait parlait dans notre "langue". Mais moi j'étais persuadé qu'elle ne devait pas savoir. Qu'Astaria nous aurait sans doute prévenu si ça avait été le cas. Je n'aurais alors pas forcément été l’interprète entre mes amis et la jeune femme, mais sa grand tante aurait tout à fait pu le faire. Enfin quoi qu'il en soit, j'étais surpris et la jeune femme elle même, semblait assez choquée. J'étais même maintenant étonné de songer qu'elle ignorait ça chez cette dame qu'elle était quand même supposée bien connaître puisqu'il s'agissait d'un membre de sa famille. Mais de toute évidence, elle aussi était en train d'apprendre ça de sa part. Je ne pu retenir un léger rire à son début d'exclamation, mais posai une main sur ma bouche pour m'empêcher de rire plus encore. Décidément, parler sexe et faire des sous entendus à ce sujet, ne la dérangeait vraiment pas du tout. Ce qui était assez rare pour une personne de son âge ! Mon sourire flancha quand même quelque peu quand elle me lança un regard provocateur et entendu. Mais difficile de ne pas rire de nouveau quand Astaria s'occupa de me boucher la vu. J'avais presque envie de dire que j'avais bien de la chance qu'elle soit là pour me protéger de sa grand tante. Est-ce qu'elle racontait toujours sa vie sexuelle avec autant de détails ? Aucune idée. Mais ça devait en déranger plus d'un, à commencer par sa petite nièce. Enfin, la jeune femme daigna me rendre la vu et je lui lançai un regard amusé avant de reposer les yeux sur Liliane qui voulait m'interroger, à mon tour, sur ma vie. Je ne me fis évidemment pas prier pour lui répondre et discuter avec elle, heureux de pouvoir échanger avec une personne qui maîtrisait le langage des signes sans pour autant être sourde ou muette.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Mer 25 Juin - 22:56

Astaria + Valentino
Strike a pose
Etais-je la seule à trouver le comportement de ma grand-tante totalement déplacé ? Gênée, je me tortillais en tout sens, allant même jusqu'à protéger les yeux chastes de Valentino au passage, tandis que tous les autres, ce dernier compris, riaient volontiers de ses agissements et dires. Elle n'était pas folle, seulement très décontractée. Depuis sa méridienne, la soie de sa robe de chambre répartie autour d'elle, elle présidait l'assemblée, elle amusait la galerie. Finalement, n'était-ce pas ce qu'elle avait fait toute sa vie ? Elle dégageait quelque chose d'extraordinaire, et je comprenais un peu mieux, désormais, le statut de “muse” qui lui collait, aujourd'hui encore, à la peau. N'y résistant pas, je m'étais emparé de mon appareil photo et immortalisais, discrètement, cette scènes, ou ces scènes imprévues et impromptues. Ils étaient beaux, tous, ils étaient surtout très naturels. Profitant de l'inattention générale, je demandais la traduction simultanée à la tante. Elle discutait avec Valentino, et j'aurais pu crever d'envie de la voir faire. Moi aussi j'aurais souhaité pouvoir hocher la tête à chacun de ses gestes, sourire et rire après un signe ou deux... Mais moi, je ne comprenais rien, si ce n'est à quel point Lauren devait se sentir exclue lorsque nous parlions entre nous sans faire l'effort de bien articuler dans sa direction. Ne pas comprendre, ne pas 'entendre' engendrait un sentiment de solitude que j'expérimentais pour la première fois. Liliane, toutefois, accéda à ma demande, me rapportant comment Valentino gagnait sa vie et comment il connaissait les trois autres. La réaction de ma tante face au métier de Valentino prêta à sourire : de la pointe du pied elle fit glisser l'assiette de pain perdu sous l'un des canapés, vraisemblablement beaucoup moins fière de ses pâtisseries, maintenant. Son geste n'ayant rien de discret, il était là pour amuser la galerie. Une galerie qui ne bouda pas son plaisir et que j'immortalisais, une fois encore. Lorsque Liliane voulu reprendre son travail de traductrice, je la stoppais. “Non, ne me dis plus rien. C'est pas drôle quand c'est toi. Je préfère l'apprendre par lui.” Il parlait avec elle, il lui expliquait à elle, et, bizarrement, j'avais envie qu'il me dise tout ça à moi. C'était facile de tout se faire traduire par ma tante, mais trop facile, justement. Et puis, elle ne serait pas là à chaque fois. “Tu me raconteras tout ça plus tard.” je lançais à Valentino dans un sourire, pour qu'il ne se méprenne pas sur mes intentions. “Mais continuez, allez-y, moi je vais vous enlever Steeve.” J'annonçais ensuite, attendant que l'un ou l'autre traduise ce que je venais de dire au fameux Steeve et que, par extension, je sache enfin lequel des deux était Steeve. Lorsque ce fut chose faite, je m'éclipsais vers le studio aménagé, les trois autres dans notre dos, et passais à la séance de Steeve.  
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Ven 27 Juin - 16:09

Astaria & Valentino : strike a pose.

Le naturel et la simplicité avec Liliane échangeait désormais avec nous quatre, était à la fois surprenante et à la fois, vraiment plaisante. Pour ma part, je ne me lassais déjà plus de parler avec elle tant ça faisait tout simplement plaisir. Elle était vraiment une personne très intéressante et également très drôle. J'espérais qu'elle allait rester jusqu'à la fin de la séance finalement. Enfin ce n'était pas non plus comme si sa petite nièce n'était pas également très intéressante et tout ça ! Loin de là, puisque j'avais tout de suite beaucoup apprécié sa personnalité. Non, c'était simplement le fait que Liliane savait parler le langage des signes, et qu'en plus de ça elle était vraiment intéressante dans son genre, qui faisait que j'appréciais déjà beaucoup sa présence. Elle était certes parfois trop franche et me mettait presque mal à l'aise; Mais ce n'était pas non plus la fin du monde pour moi. En tout cas, ça ne me dérangeait pas plus que ça. Juste ça me surprenant de temps à autre. Quand, par contre, elle poussa de façon bien visite son assiette sous le canapé, je ne pu m'empêcher de rire aux éclats comme les autres. Mais quand Astaria reprit la parole, je me redressai et lui lançai un regard surpris. Comment souhaitait-elle que je lui raconte tout ce que je venais de raconter à Liliane, au juste ? Voilà qui allait s'avérer long et compliqué. Mais soit, si elle y tenait vraiment, je ne voyais pas de raison de refuser de faire certains efforts pour lui expliquer les choses ! Finalement, je hochai positivement la tête avec un sourire et m'adressai à Steeve pour qu'il suive Astaria qui souhaitait maintenant passer à lui pour la suite de la séance photo. Tout en leur lançant parfois quelques regards pour m'assurer qu'ils n'avaient pas besoin d'une aide quelconque, je repris ma conversation avec Liliane et les deux autres, parlant alors vraiment de tout et de rien, mais surtout de cuisine, maintenant que j'avais dis tout ce que j'acceptais de raconter à mon sujet.

realised by morphine.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose Sam 28 Juin - 0:45

Astaria + Valentino
Strike a pose
Quoi ? Il s'inquiétait ? Pourtant, je l'étais nullement. Il existait un milliards de modes de communication autre que vocal ou gestuel. Je ne doutais pas une seconde que nous trouverions une idée simple et aussi originale que nous pouvions l'être, l'un et l'autre, pour apprendre tout de l'autre. Ma tante ne serait pas toujours présente. Aujourd'hui peut-être, mais demain ? Et puis c'était nul qu'il lui raconte à elle et pas à moi. Possessive ? Pas du tout. C'est juste qu'il était ma trouvaille à moi, et pas celle de Liliane. Bon, ok, j'étais peut-être un peu capricieuse sur ce coup, mais tant pis. Après tout, je ne demandais pas grand chose, simplement de décaler le moment où j'apprendrais ce que je dois savoir. En attendant, je récupérais Steeve, qui s'avérait être le grand brun, et l'invitait à me suivre. Dans mon dos, si je n'entendais pas les conversations, je percevais les rires, et ça avait quelque chose de très agréable. Finalement, j'étais ravie que Liliane soit présente, elle permettait à ce shooting de se dérouler dans les meilleures conditions. Steeve se montra plus tendu que les deux premiers, mais je parvins à le détendre rapidement à grand renfort de compliments pas très crédibles. “T'inquiète pas, tu présentes tellement mieux que Valentino, et t'es sincèrement bien plus souriant que Lauren... C'est bien simple, j'hésite à te prendre en photo tant ces clichés risquent de susciter une émeute.” je lui disais avec une telle nonchalance qu'il en vint à oublier l'appareil et à rire de mon manque de crédibilité. J'en profitais pour le mitrailler à cet instant, avant de lui faire signe de venir me rejoindre pour constater le résultat par lui-même. Détendu et souriant, il rendait si bien sur mon petit écran, qu'il retourna prendre la pose avec plaisir, et la suite du shoot s'avéra d'une simplicité déconcertante. Je lui demandais, comme à Lauren, de me raconter un évènement marquant de sa vie, et visiblement celui-ci devait être particulièrement comique puisqu'il ne cessait de s'esclaffer en silence. Lorsqu'on eut fini, il vint, comme les autres, faire l'inventaire des clichés à conserver, avant que nous allions rejoindre les quatre autres. “On en est où ?” demandais-je en me servant un verre d'eau avant de me laisser tomber dans le canapé que j'avais quitté, un quart d'heure plus tôt. “On en est à Valentino qui me propose de me donner des cours de pâtisserie.” annonça Liliane rayonnante. “Sérieusement ?” je demandais à mon tour à ce dernier, pas certaine qu'il ne s'agisse pas d'une technique sournoise de la part de ma tante pour le forcer à faire ce qu'elle voulait. “Tu sais que l'étape suivante c'est une chambre à demeure et plus de vie sociale, hein ? J'te préviens, je garde la grande chambre, tu te débrouilles avec la petite sans télé.” Bon, d'accord, c'était peut-être légèrement exagéré, mais il n'avait aucune idée du potentiel sangsue de ma tante. Cela dit, de la bonne pâtisserie dès le petit dej, j'étais pas contre.  
made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Astaria & Valentino - strike a pose

Revenir en haut Aller en bas

Astaria & Valentino - strike a pose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-