It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞ Mer 21 Mai - 0:39

Jazz & Benjamin
don't hold back, you know I like it rough

summer 2014
private house/beach, anguilla island
rp #7
#dreamplace #awayfromeverything #holidays #secretlove #hawtppl #medias #family

No heels, No shirt, No skirt, All I'm in is just skin. No jeans, Take em off, Wanna feel your skin. You a beast, oh. You know that I like that. Come here baby, All I wanna see you in is just skin.





Jazz n'avait aucune inquiétude à avoir : tout allait bien. Depuis quelques mois, elle s'attirait les faveurs de toute la populace médiatique en jouant à fond la carte professionnelle, et ça marchait à merveille : sa musique ne s'était jamais aussi bien vendue, ses clips n'avaient jamais été autant visionnés & partagés sur les réseaux sociaux, et elle regorgeait de nouveau de projets. Maintenant que la promotion de son album était terminée, elle était retournée en studio enregistrer quelques titres, et avait reçu plusieurs scénarios de films et de séries télévisées dans lesquels on voulait la voir apparaître. Les invitations aux talk-shows ne manquaient pas non plus, et Jazz avait eu quelques mois très chargés, dernièrement. Du coup, personne n'avait eu quoique ce soit à redire lorsque la jeune femme avait requis des vacances, des vraies. Pas de manager ou d'attaché de presse toujours collé à ses basques pour lui demander son avis sur ci ou sur ça, pas de garde du corps qui ne lui laisserait aucun moment de repos, elle avait requis un espace où elle pourrait être seule – pour se ressourcer, évidemment. Elle était tellement épuisée & stressée ! Qu'ils pensaient... Depuis cinq mois, elle enchaînait les plateaux de télé & de radio pour promouvoir ses chansons & sa personne ; on lui posait des tonnes des questions, même les plus indiscrètes, et elle les affrontait sans ciller. Elle abordait à quel point sa rupture avec Ben, quelques années plus tôt, l'avait fait souffrir, et l'amitié qu'ils partageaient depuis – elle évoquait avec un regard malicieux les photos de soirées qu'on retrouvait d'elle dans les magazines people & où elle posait avec des célébrités masculines du moment avec qui on lui prêtait des aventures, juste pour laisser le doute planer, mais elle se revendiquait désormais célibataire, et définitivement pas prête à s'attacher de nouveau à un homme comme elle l'avait fait avec Ben. À la place, affirmait-elle, elle préférait de loin se concentrer sur sa carrière. Du coup, oui, elle était fatiguée... et ils n'avaient pas idée à quel point. Le choix s'était finalement porté sur une propriété discrète mais luxueuse de l'île britannique d'Anguilla, dans la mer des Caraïbes ; domaine & plage entièrement privés, de quoi vivre deux semaines sans avoir à sortir du territoire... l'idéal.

Jazz émit un soupir de satisfaction en grimpant la colline qui cachait l'arrière de la propriété où elle avait posé ses valises une semaine plus tôt. La course matinale qu'elle venait de faire avait été vivifiante ; pendant une heure, elle avait été totalement seule – pas de paparazzi pour la déranger, de journaliste pour lui poser la mauvaise question, d'employé à avoir besoin d'elle pour tout & n'importe quoi, juste le soleil, la chaleur, la nature, et ses pas dans le sable immaculé. C'est avec un large sourire que la chanteuse pénétra dans la maison, construite et décorée dans un style à la fois tropical &  luxueux, paradisiaque & sobre. Elle retira ses chaussures dans l'entrée et but une longue gorgée d'eau fraîche en passant par la petite cuisine ; en montant les escaliers jusqu'à l'étage, elle retira ses écouteurs et se glissa dans la chambre principale. Le lit, défait et désordonné, était vide, mais elle pouvait entendre l'eau de la douche couler. Un sourire audacieux prit alors immédiatement possession de ses lèvres et elle retira son short avant de se diriger vers la salle de bain, sur le sol de laquelle échoua bien vite la brassière de la brune ; de toute façon, elle avait besoin d'une douche, n'est-ce pas ?

Depuis cinq mois, elle mentait à la presse & à ses proches ; c'était le prix à payer pour être tranquille, et la chanteuse l'avait compris. Elle se faufila dans la douche et en referma la porte en verre, venant immédiatement embrasser l'épaule de Benjamin, dos à elle. Ses doigts glissèrent le long de son dos et elle glissa un « Hey » en souriant contre sa peau, l'embrassant de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞ Mer 28 Mai - 15:00

En ouvrant les yeux, je me demande une fraction de seconde où je peux bien être. Quand on a connu une multitude de maison comme ça, ce sont des choses qui peuvent arriver. Puis avoir cligné une ou deux fois des paupières, je me souviens. Les Caraïbes. Les vacances. Jazz. D'ailleurs je grimace légèrement en voyant que la place à côté de moi dans le lit est vide mais ça ne m'étonne pas vraiment, elle doit être partie faire un jogging autour de l'île. Je reste un moment allongé, pas très bien réveillé avant de trouver la force de me redresser dans le lit et de bâiller. L'immense chambre est plongée dans l'obscurité. Je reste un moment assis dans le lit avant de réussir à faire l'effort de me lever pour aller tirer les rideaux. Aussitôt, la lumière envahit la pièce me laissant aveugle pendant quelques secondes avant que je ne réussisse à m'habituer. Le paysage qui s'étend devant moi me laisse alors rêver, entre le soleil, le ciel bleu, les palmiers et la mer à l'horizon. J'ai du mal à croire que nous sommes dans ce lieu paradisiaque, rien que Jazz et moi.

Il y a cinq mois, on jouait encore le jeu des parfaits amis jusqu'à cette fameuse nuit où je suis venu chercher mes affaires chez elle où on a bu et ... On a laissé nos désirs prendre le pas sur notre raison. Dès lors, je savais que c'était impossible de repartir à notre relation amicale d'avant, aucun d'entre nous n'en avait envie et nous avons donc décidé que ce qui s'était passé n'était pas un accident. Seulement pour être plus tranquilles on a dû se décider aussi à garder notre nouvelle relation secrète, histoire d'éviter les paparazzis et ma famille, parce qu'on se souvient très bien de la façon dont notre histoire s'est terminée la première fois. On s'est mis d'accord seulement il y a un prix à payer. Avant ces vacances je n'ai pas pu voir Jazz souvent, après tout il a fallu sauver les apparences et elle s'est concentrée en priorité sur son boulot et moi sur mes examens. J'ai dû accepter de passer de longues périodes sans la voir, même si on essayait de se voir dès que possible. Mais maintenant ce n'est plus important car nous sommes tous les deux, rien que tous les deux sur l'île d'Anguilla.

Finalement je réussis à me lever et pour achever mon réveil, je décide d'aller prendre une douche. Jazz ne devrait pas tarder à rentrer de toute façon. J'enlève mon boxer, me glisse dans la cabine et soupire en sentant l'eau chaude couleur sur ma peau. Depuis que nous sommes en vacances tout se passe tellement bien que j'ai parfois du mal à y croire. J'ai presque l'impression que nous sommes deux personnes totalement normales. C'est pour cette raison que je sais très bien qu'il faut qu'on en profite, car dès qu'on sera de retour à New-York, le monde va recommencer à tourner alors que depuis que nous sommes ici j'ai l'impression qu'il s'est arrêté. Des fois, je me dis que je donnerai beaucoup de choses, voire tout pour que ça reste comme ça, juste elle et moi. C'est le reste du monde qui nous a séparés la première fois, et s'il le faisait une deuxième fois ? Plongé dans mes pensées, je sursaute presque en sentant le corps de Jazz se glisser contre le mien puis souris en sentant son baiser dans mon dos. « Hey » souffle-t-elle les lèvres contre ma peau avant de planter un nouveau baiser sur mon épaule. On reste comme ça quelques secondes avant que je ne me retourne vers elle. « Bonjour. » ai-je fait en blottissant son corps contre le mien. Un frisson me parcourt de la tête aux pieds. Si seulement tous les matins pouvaient ressembler à celui-là et ce, jusqu'à la fin des temps. « Bien couru ? Promis demain matin je fais un effort et je viens avec toi. » ai-je lancé en embrassant le bout de son nez.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞ Sam 31 Mai - 1:29


« Bonjour. » avait-elle entendu dire Benjamin alors qu'il collait un peu plus leurs corps nus ; bientôt, celui de Jazz fut trempé, et elle apprécia la chaleur de l'eau qui coulait & qui effaçait les kilomètres qu'elle venait de courir. Les caresses et le baiser que Ben posa sur son nez aidèrent aussi. « Bien couru ? Promis demain matin je fais un effort et je viens avec toi. » Un léger sourire prit place sur les lèvres de la jamaïcaine qui répondit par un baiser, avant d'échanger leurs place pour diriger l'eau vers son propre dos. « It's okay, I get it, you're a grandpa... you need some rest if you're too shaken at night. » se moqua gentiment la jeune femme, un large sourire sur le visage. Elle lui adressa un regard amusé avant de sceller leurs lèvres, enroulant ses bras autour de sa nuque pour les entraîner dans une danse charnelle. [Oh oh mais c'est que je suis poétique !]

Elle ne mentait pas à la presse par plaisir – encore moins à ses proches & à sa famille. Seulement, c'était le prix à payer. Si ça pouvait rester comme ça pour toujours ? Probablement pas. Même si il se retenait, Jazz pouvait voir que Ben n'appréciait pas vraiment qu'ils ne se voient qu'irrégulièrement, qu'elle soit constamment en train de travailler, ou en déplacement... Seulement, elle avait tellement peur de ce qu'il adviendrait d'eux si ils laissaient de nouveau les évènements les balloter ! Elle ne voulait pas entendre de nouveau qu'elle n'était pas digne de lui parce qu'elle n'avait pas fini le lycée, ou lire dans la presse toutes les spéculations qui pouvaient exister sur des potentielles disputes qui, une fois abordées, en devenaient de vraies. Non, là, au bout du monde & pourtant si près de leur foyer, elle sentait que rien ne pouvait les atteindre. Et si ça ne pouvait pas durer pour toujours, elle voulait au moins en garder l'illusion le plus longtemps possible.

Tout comme Benjamin, elle eut un mal fou à sortir de la douche, à se sécher & à s'habiller ; ils vivaient dans l'innocence des relations fraîches, tout en se connaissant par cœur, et passaient leur temps à se taquiner & à batifoler. C'est aussi excités que des adolescents qu'ils rejoignirent la cuisine pour un petit-déjeuner sur le pouce, avant qu'ils ne s'affalent de nouveau devant le large lit empli de coussins qui servait de canapé au centre du salon ; les fenêtres ouvertes laissaient passer un vent doux et en se laissant bercer par les bruits des vagues, elle se blottit contre le corps de Benjamin. Elle enroula une jambe autour de la sienne et se hissa jusqu'à sa mâchoire pour y déposer un baiser, avant de glisser son cou contre sa nuque. « I don't want these holidays to end... » souffla-t-elle en laissant ses doigts dessiner presque de mémoire les recoins du torse de l'anglo-russe. « Also, I'm exhausted and not getting up until like, sundown. » maugréa-t-elle en gigotant un peu.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞ Mer 18 Juin - 18:42

On mène la grande vie depuis qu'on est ici, rien que tous les deux, isolés du monde. Tous les matins sont comme ça et j'aimerais que tous les suivant le soient aussi, tout en sachant que ça va être difficile. Mais quand je la sens se glisser tout contre moi dans cette douche, j'ai envie de croire que c'est possible et d'oublier tout le reste. « It's okay, I get it, you're a grandpa... you need some rest if you're too shaken at night. » lance-t-elle amusée. Je ris légèrement comprenant bien évidemment ce à quoi elle fait allusion. C'est vrai qu'on profite un maximum de l'un et de l'autre depuis notre arrivée sur l'île, dans tous les sens du terme et avoir été disons séparés pendant aussi longtemps nous a donné l'envie de rattraper le temps perdu. « Tu sais ce qu'il te dit le grand-père ? Mmm d'ailleurs en parlant de ça, je ne me souviens pas de ce qui s'est passé cette nuit, ça t'ennuierait de m'aider à me rappeler ? » ai-je fait d'un ton malicieux parce que je me souviens très bien de ce qui s'est passé la nuit dernière. Nos lèvres mouillées se rejoignent à nouveau, ses bras s'enroulent autour de ma nuque pour un baiser langoureux et sensuel, tandis que nos deux corps se fondent un peu plus l'un dans l'autre.

Mentir à tout le monde, surtout à Rory et ma famille n'est pas la chose que je préfère dans cette situation mais pour m'aider dans cette tâche, me rappeler qu'ils ont fait partis de ceux qui nous ont séparés à l'époque. J'imagine que pour le moment, il faut faire quelques sacrifices pour ne pas reproduire les mêmes erreurs du passé. Alors si ça doit se passer comme ça qu'il en soit ainsi, même si ça signifie mentir et accepter qu'il y ait de longues périodes sans voir Jazz, ce n'est certes pas évident. Mais comme elle je pense, je sais bien qu'un jour la vérité refera surface et quand ça sera le cas, j'ignore ce qui me fera le plus peur, ma famille ou de retrouver une nouvelle fois ma vie de couple à la une des journaux people ? Mieux vaut ne pas penser à toutes ces conneries pour le moment.

Sortir de la douche a pris plus de temps que d'habitude. Après s'être mutuellement séchés et nous être habillés, direction la cuisine pour prendre un petit déj rapide. Sans se soucier de quoique ce soit, nous nous réinstallons ensuite dans le salon. Même si je sais que ça ne va pas durer toujours, je ne me suis jamais senti aussi serein qu'à cet instant précis. Affalés dans le lit qui sert de canapé, elle se serre contre moi et je passe un bras autour de ses épaules. La chaleur de nos corps se mélangent puis, sa bouche que je reconnaitrai entre mille vient déposer un baiser sur ma mâchoire avant de glisser dans mon cou. Je ferme les yeux quelques instants pour mieux en profiter tout en me demandant comment j'ai fait pour me passer de ces lèvres pendant tant de temps. « I don't want these holidays to end...  » souffle-t-elle alors que ses doigts entreprennent une balade sur mon torse. Mmmmm. « Me neither. » ai-je murmuré. Si seulement c'était possible. Mes doigts descendent, passant de son épaule jusqu'à caresser son bras. « Also, I'm exhausted and not getting up until like, sundown. » J'ai un léger sourire en coin en l'entendant. Voilà pourquoi j'ai préféré rester au lit ce matin. Je fais une moue approbatrice. « It seems to be a very good idea to me. » ai-je répondu. De toute façon, l'art de ne rien faire est devenu notre activité préférée depuis que nous sommes ici et ça me va très bien. « On pourrait aller s'étaler sur la plage pour profiter du soleil et ensuite ne plus bouger de toute la journée. » ai-je proposé en faisant une pause presque entre chaque mot pour pouvoir embrasser son épaule, son cou, son décolleté.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞ Lun 23 Juin - 2:13


« Tu sais ce qu'il te dit le grand-père ? Mmm d'ailleurs en parlant de ça, je ne me souviens pas de ce qui s'est passé cette nuit, ça t'ennuierait de m'aider à me rappeler ? » Un rire traversa les lèvres de la jamaïcaine & elle secoua doucement la tête en entourant la nuque de Ben des ses bras. « See, just ilke a grandpa... » sourit-elle contre sa bouche avant de lier leurs lèvres dans un baiser fiévreux.

La vie à New York ne manquait même pas à Jazz. Elle chantait un peu ici, de temps en temps, et elle avait tellement travaillé ces derniers mois qu'elle appréciait vraiment que son téléphone ne sonne pas toutes les deux minutes parce qu'elle était attendue quelque part. Pour ce qui était de ses amis, il était devenu difficile de passer du temps avec eux sans leur avouer ce qu'elle vivait avec Ben. Alors, être ici, au milieu de nulle part, avec lui... C'était vraiment tout ce qu'elle voulait, maintenant. Et sincèrement, si elle devait mourir aujourd'hui, elle se dirait vraiment qu'elle mourrait heureuse : elle vivait de sa passion, et malgré les critiques, sa carrière globale était une véritable référence ; elle avait une famille & une poignée de proches qu'elle aimait vraiment & qui étaient prêts à tout pour elle, sans parler des tonnes de personnes qui l'admiraient ; surtout, elle avait Ben. Ses baisers, sa tendresse, ses discours, son côté sauvage aussi, cet accent anglais qui la rendait folle. Il était son ami, son amant, son amour. « Me neither.  » avait-il murmuré en caressant son épaule, descendant jusqu'à son bras, laissant une marque invisible mais brûlante sur son passage. En soupirant de plaisir, elle évoqua l'idée de rester allongée toute la journée. « It seems to be a very good idea to me. On pourrait aller s'étaler sur la plage pour profiter du soleil et ensuite ne plus bouger de toute la journée. » Jazz mit un temps fou à lui répondre ; elle préférait de loin profiter des baisers qu'il lui prodiguait, n'osant pas sonner la fin de ses caresses par de quelconques paroles. Aucun homme ne l'avait jamais rendue comme ça, elle était sensible à chaque effleurement de leurs peaux. Les yeux clos, elle se décida enfin à se redresser un peu. « Ouh, sex on the beach, what a great idea ! » s'exclama la jeune femme en venant embrasser les lèvres de l'anglo-russe, malicieuse. Un instant plus tard, elle sautait sur ses pieds et ils filaient jusqu'à la chambre pour enfiler leurs maillots de bain, une opération qui leur prit encore une fois une éternité & qui leur donna une excuse pour explorer de nouveau le corps de l'autre. Vêtus de leurs maillots, ils réussirent néanmoins à sortir de leur demeure pour s'installer quelques pas plus loin, à quelques mètres à peine de la mer turquoise. Un léger vent soufflait sur la plage, pas assez pour soulever leurs serviettes mais suffisamment pour qu'ils ne sentent pas trop le soleil taper sur leurs peaux. Après une demi-heure à se câliner, se chauffer par simple malice sans pour autant aller au bout de leur désir, ils sautèrent à l'eau et s'enroulèrent l'un à l'autre dans l'eau transparente. Et, les lèvres, les dents & les ongles contre la peau de Ben, Jazz avait recommencé son petit jeu.

Ils n'étaient sortis de l'eau qu'une heure plus tard, épuisés, et Jazz s'étala de nouveau sur sa serviette en rajustant son maillot de bain, éprouvé pendant sa baignade. Lorsque Ben la rejoignit, elle vint instantanément coller son corps contre le sien, posant sa tête contre son torse en l'embrassant. « On va vraiment devoir considérer de dormir dans des chambres séparées pour VRAIMENT avoir un peu de sommeil. » souffla-t-elle, les yeux clos. « Je sais pas comment on est censés retourner à la « vraie vie » après ça... »

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞ Mer 2 Juil - 22:07

Ses vacances sont comme un putain de rêve éveillé. Depuis que nous sommes ici, j'oublie tout le reste, que ce soit ma famille ou les journaux people. Ces derniers mois n'ont pas été facile mais rien que pour ce paradis, ça en valait la peine. « See, just ilke a grandpa... » souffle-t-elle d'un ton taquin avant d'unir nos lèvres à nouveau, pour une nouveau baiser puissant et langoureux. Je n'arrive pas à m'expliquer comment, après le le centième ou le millième baiser de ce genre, la force de ce que je ressens est toujours intacte. Comme si on ne s'était jamais quittés. Puis nous discutons sur notre programme de la journée. Enfin discuter n'est peut-être pas le mot exact quand on y réfléchit, parce que de un la décision est rapidement prise et ensuite, quand j'évoque l'idée d'aller nous étaler sur la plage pour la journée, chacun de mes mots est séparé de l'autre par un baiser de ma part sur la peau douce et chaude de Jazz. Des rayons de soleil coulent à flot dans la pièce, réchauffant un peu plus chaque parcelle de nos corps déjà fiévreux.

« Ouh, sex on the beach, what a great idea ! » répond-elle après une éternité parce que nous sommes tellement occupés  que parler devient quelque chose de futile. Je souris contre ses lèvres, sachant dès le départ qu'elle allait apprécier l'idée. Nous remontons donc dans notre chambre. Notre chambre. L'opération maillot de bain se complique légèrement et prend un peu, voire beaucoup de retard quand je laisse trainer un peu trop mon regard sur son corps parfait quand elle dévoile peu à peu sa peau en se déshabillant. Jazz en train d'enlever ses vêtements est sûrement la chose la plus sexy que j'ai jamais vu. La seule chose qui peut l'être plus c'est quand c'est moi qui le lui enlève ... ou bien j'ai autre chose en tête mais c'est quelque chose qui restera entre elle et moi. Alors forcément la tension monte à nouveau entre nous et ce qui devait arriver arriva, comme si ça faisait des semaines que nos peaux ne s'étaient pas touchées, avides de l'autre, alors qu'en fait ça ne fait que quelques minutes. Depuis que nous nous sommes retrouvés, j'ai l'impression que je ne pourrai jamais être rassasier d'elle.

Après un certain temps, nous sortons tranquillement de la villa pour aller nous installer un peu plus loin, juste devant la mer. Le Paradis je vous dis. On installe nos serviettes et ensuite ... et bien on fait ce qu'un couple totalement normal ferait sur une plage déserte ferait. La suite est un concert de caresses et gémissements. Nous nous retenons, faisons durer le plaisir car après tout, nous avons tout le temps.  Nous finissons par aller dans l'eau et nos corps se retrouvent bien vite quand elle s'enroule autour de moi et que nos lèvres s'unissent à nouveau. Je ne pourrais jamais me lasser de tout ça. On est comme des gamins dans l'eau, on s'amuse sans pouvoir rester longtemps séparer l'un de l'autre pour que les choses sérieuses reprennent. J'ignore combien de temps nous sommes restés dans l'eau, une bonne heure sûrement, mais j'aurais pu y resté pour le reste de de l'éternité avec elle. Bizarrement, malgré notre passage dans l'océan, mon corps est toujours aussi fiévreux qu'avant. Elle se rallonge sur sa serviette la première et je l'observe rajuster son haut de maillot de bain avec envie, puis m'installe sur ma serviette à mon tour. Automatiquement, elle colle son corps mouillé au mien et m'embrasse à nouveau. « On va vraiment devoir considérer de dormir dans des chambres séparées pour VRAIMENT avoir un peu de sommeil. » murmure-t-elle. Je souris, comprenant totalement ce qu'elle veut dire, même si ... hum. « Je pense que c'est de votre faute, vous êtes tellement insatiable mademoiselle Dallaway.  » ai-je fait amusé en prenant un air de victime. Inutile de préciser que de nous deux, ce n'est pas la seule insatiable, bien au contraire. Je n'ai jamais eu autant envie de quelqu'un de toute ma vie, jamais. « Mais avoue ça serait quand même dommage non ? Et puis qui a besoin de sommeil pendant les vacances, franchement ? » ai-je continué contre sa peau avant d'embrasser son épaule puis son cou. Bon dieu, des fois je me dis que c'est trop beau pour être vrai. « Je sais pas comment on est censés retourner à la « vraie vie » après ça... » Je fronce les sourcils et grimace en y pensant. Face à ça, la vie à NYC me paraît tellement compliqué. Tout est si simple et calme ici, quand il n'y a que nous deux. Je n'ai aucune envie de retourner là-bas tout en sachant qu'il va bien falloir à un moment. J'embrasse le sommet de son crâne. « N'y pense pas, on est toujours là et personnellement, je compte profiter de cet endroit et de toi jusqu'à la dernière seconde, d'accord ? » ai-je fait très sérieusement. C'est à ce moment que je l'ai vu, comme un scintillement très court, à l'autre bout de la plage privée, presque un mirage. Ca vient de trop loin pour voir exactement de quoi il s'agit mais c'était comme quand on met une surface réfléchissante sous les rayons du soleil ... Je fronce les sourcils, en ayant peur de comprendre. « T'as vu ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞ Mer 9 Juil - 3:16


Dans les bras de Benjamin, Jazz était tout simplement bien. Elle qui passait son temps à êtreactive & productive profitait pleinement du temps qu'elle passait avec celui qu'elle avait un jour appelé son petit-ami & avec qui, désormais, elle devait se cacher pour pouvoir espérer être heureuse. Leur relation actuelle était remplie de compromis lorsqu'ils étaient à New York, mais là, seuls sur cette plage paradisiaque, ils étaient presque comme n'importe qui, libres de s'aimer sans devoir se cacher en haut d'un building, entre quatre murs. « Je pense que c'est de votre faute, vous êtes tellement insatiable mademoiselle Dallaway.  » Jazz rit à l'évocation de sa soit-disant insatiabilité, ne cherchant même pas à se défendre. Quoi, c'était vrai ! Elle était jeune, en bonne santé, en très bonne forme physique, et elle se trouvait sur une propriété privée & déserte pour seule compagnie l'homme qu'elle considérait comme le plus attirant qu'elle connaisse. « Si seulement tu arrivais à me rassasier... » piqua-t-elle en reposant son regard sur lui, provocatrice. Oh, il y arrivait ! Même si elle avait un teint radieux, on ne pouvait pas manquer les petites cernes qui avaient élu domicile sous ses yeux et, même si elle ne s'en plaignait pas, ses reins étaient pour le moins courbaturés. « Mais avoue ça serait quand même dommage non ? Et puis qui a besoin de sommeil pendant les vacances, franchement ? » avait-il repris, mêlant les gestes à la parole en venant l'embrasser de l'épaule au cou avec une douceur qui la fit frissonner.

Absolument insatiable, la jeune femme se glissa un peu plus contre Ben & embrassa sa nuque avant de caler sa tête contre son épaule, une main sur son torse qu'elle connaissait désormais par cœur. « N'y pense pas, on est toujours là et personnellement, je compte profiter de cet endroit et de toi jusqu'à la dernière seconde, d'accord ?  » lui répondit-il lorsqu'elle aborda la « vraie vie », celle qu'ils allaient devoir inévitablement reprendre à un moment ou à un autre, agrémentant sa réponse d'un baiser sur son front qui fit sourire Jazz qui finit par hocher la tête, un peu plus sereine. Pas pour longtemps.

« T'as vu ça ?  » Jazz releva immédiatement la tête vers Ben avant de chercher des yeux ce sur quoi les siens étaient fixés. « Quoi ? » demanda-t-elle, laissant son regard se balader à l'horizon. Et puis, elle le vit ; ce fut bref, mais parfaitement reconnaissable pour la chanteuse qui s'en prenait plein les yeux à longueur de journée. « Oui... Je l'ai vu. » reprit-elle plus doucement, le souffle court, comme si le paparazzi pouvait les entendre de l'autre bout de la plage. « Let's get in. » enchaîna-t-elle avec empressement, se redressant tout aussi vite pour attraper la serviette sur laquelle ils avaient été étendus et remonter jusqu'à la maison dans un silence pesant.

Lorsque Jazz se tourna de nouveau vers Ben, après avoir fermé la porte, son visage était grave. Elle resta indécise un instant, se mordit la lèvre inférieure et finalement, avec la sensation totalement déraisonnée de se sentir prise en faute, elle s'affaira à remettre son short & son tee-shirt. Ce ne fut que lorsqu'elle fut de nouveau habillée qu'elle reprit la parole. « What are we gonna do ? Parce que ce cliché, on le retrouvera sûrement dans la presse dès demain, ou même avant... How the fuck did they find us ? » commença-t-elle à paniquer en passant une main sur son front.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞ Sam 12 Juil - 16:40

A New-York tout semble plus compliquée du coup je me dis que ces vacances sont la meilleure idée qu'on ait jamais eu. C'est juste dommage qu'on ait dû aller aussi loin pour être enfin tranquille parce que sinon, ça serait sûrement plus facile à organiser ... mais moins dépaysant, et moins sûr. New-York me semble être sûr une autre planète à cet instant. Je veux dire, j'ai du mal à croire qu'on partage le même soleil. Le corps de Jazz serré contre le mien tandis qu'on regarde les vagues s'écraser sur le sable fin, je pousse un soupir de tranquillité. Et puis la conversation dévie comme ça sur nos nuits agités quand elle suggère qu'on prenne des chambres séparées. Avec un sourire en coin je rejette la faute sur elle et son insatiabilité. « Si seulement tu arrivais à me rassasier... » lance-t-elle d'un ton provocateur. Je lui lance un regard faussement vexé en plissant les yeux. « Haha, very funny. But what I can see now is that you can't follow the rythm ... grandma. » lui ai-je répondu sur le même temps pour me venger de toute à l'heure. Mais c'est vrai que depuis qu'on ici, rien que tous les deux on essaie de rattraper tout le temps qu'on a perdu en étant séparés, sans jamais avoir l'impression d'avoir réussi. J'enchaîne en disant que de toute façon, qui a besoin de dormir en vacances. C'est dans ce genre de moment que je déteste être un être humain n'empêche. Vous imaginez tout ce qu'on pourrait faire de plus si nous n'étions pas obligés de dormir à un moment ?

La vraie vie me semble être quelque chose de lointain, voire de quasi-inexistant. En regardant l'horizon azur et l'océan à perte de vue briller sous un soleil éclatant, j'ai du mal à me souvenir de l'agitation de New-York et de son ciel gris. J'ignore à quoi ressemble le Paradis mais ça ne m'étonnerait pas qu'il ressemble à ça. Je dis donc à Jazz de ne pas s'inquiéter et de surtout ne pas y penser, en tout cas pour le moment. Comme elle, je sais qu'à un moment il va falloir y penser. Nous n'allons pas pouvoir rester tous les deux sur cette île jusqu'à la fin de nos jours malheureusement et de retour à New-York ... Nous cacher va être encore plus difficile. Je soupire en y pensant avant de le voir, cet espèce de flash à de nombreux mètres de nous, au loin sur la plage. Je me redresse, le regard alerte, et demande à Jazz si elle ne l'a pas vu pour être sûr de ne pas avoir rêvé. « Quoi ? » dit-elle en braquant ses yeux vers la même direction que les miens. Pendant quelques secondes encore, je me dis que j'ai rêvé, que ça ne peut pas être ce que je croise, mais quand ça se reproduit une nouvelle voilà et surtout, quand je vois son visage se décomposer ... « Oui... Je l'ai vu. » murmure-t-elle. Franchement je suis sonné et même si la situation paraît évidente, j'ai du mal à croire à ce qui est en train de se passer. « Let's get in.  » Je hoche péniblement la tête, ne réagissant pas aussi vite qu'elle. Elle prend la serviette et nous nous dirigeons tous les deux vers la villa. Comment ... comment ils ont fait ? J'ai vraiment perdu l'habitude, à croire que j'avais oublié à quel point ces gens étaient capable de faire de tels coups bas, se moquant totalement de la vie privée des gens.

Nous rentrons dans la villa dans un parfait silence, sûrement trop abasourdis l'un et l'autre en pensant à tout ce que ça implique. Tout comme Jazz, je me rhabille, perdu dans mes pensées. C'est dingue de penser à quel point tout peut basculer parfois. Il y a à peine une minute, on était en train de profiter de nos vacances et là ... nous revoilà en train de nous cacher à nouveau, alors que c'était précisément ce qu'on était supposés ne pas être obligé de faire. « What are we gonna do ? Parce que ce cliché, on le retrouvera sûrement dans la presse dès demain, ou même avant... How the fuck did they find us ? » dit-elle en passant une main sur son front, visiblement paniquée. Je m'approche, enroule mon bras autour de sa taille et attire son corps contre le mien. « Shhhh, calm down. » Elle panique déjà si on pouvait ne pas être deux à paniquer. Oui parce que je flippe légèrement aussi, surtout quand elle me fait réaliser qu'il y aura des clichés de nous partout dans la presse dès demain. Ma famille. Ma famille qui n'a jamais aimé Jazz. C'est génial. Le retour des paparazzis qui vont nous suivre partout n'est rien à côté. « Ces types sont des fouteurs de merde, ils ont que ça à foutre de leur vie de toute façon. J'aurais dû me douter qu'ils finiraient par nous trouver. » ai-je craché en essayant de maîtriser un minimum de ma colère. Puis tout est retombé brusquement et je soupire, soudain très fatigué. Je la regarde, lui caresse la joue avec mon pouce en lui souriant doucement. « Ne t'inquiètes pas, c'est rien ... on va ... Hum, on va prendre le temps d'en parler pour voir ce qu'on va faire, ensemble. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞ Lun 14 Juil - 2:59


Jazz était complètement paniquée. Elle se laissa pourtant faire lorsque Benjamin susurra un « Shhhh, calm down. » en attirant leurs corps l'un contre l'autre. Elle s'abandonna à son étreinte pendant un instant, cherchant à oublier la perturbation qui venait de transformer leur paradis en enfer, mais elle en était totalement incapable. « Ces types sont des fouteurs de merde, ils ont que ça à foutre de leur vie de toute façon. J'aurais dû me douter qu'ils finiraient par nous trouver.  » La brune déglutit & se détacha un peu de Ben, pour pouvoir le regarder. « Ne t'inquiètes pas, c'est rien ... on va ... Hum, on va prendre le temps d'en parler pour voir ce qu'on va faire, ensemble. » Il lui caressa la joue avec tendresse mais, malgré son air rassurant, Jazz savait bien qu'il n'avait pas de plan miracle pour leur sauver la mise. Incertaine, elle grimaça avant de maugréer un « D'accord... Laisse-moi prendre une autre douche avant... » et de monter les escaliers vers leur chambre, un peu sonnée.

La douche eut le mérite de retirer tout le sel de ses cheveux, mais certainement pas le terrible sentiment qui lui collait à la peau. Combien de chances y avait-il qu'ils se soient trompés, qu'ils aient tous les deux halluciné ou qu'ils aient pris pour des flashs ce qui n'était en fait qu'un reflet sommaire ? Ça avait été sa première interrogation, qui avait vite trouvé une réponse évidente. Ils allaient bientôt devoir faire face aux secrets qu'ils gardaient depuis plusieurs mois, et Jazz était... effrayée. Elle voulait se dire que maintenant, Ben & elle étaient plus forts, plus matures, mais l'étaient-ils ? Ben n'avait déjà pas caché à quel point le travail – certes imposant ces derniers mois – de la jeune femme les avait empêché de passer du temps ensemble, et elle savait parfaitement que malgré tous ses efforts, elle ne réussirait jamais à gagner les grâces des O'Maley, alors pour ce qui était de la patience qu'elle aurait avec eux – et avec elle, cette terrible grand-mère qui se prenait pour la Reine elle-même & qu'elle avait envie d'écraser comme un moustique – elle ne pouvait vraiment rien assurer. Sa famille & ses proches, elle pourrait gérer ; ils comprendraient, ou finiraient par comprendre. Son attaché de presse & son manager allaient s'arracher les cheveux en voyant les couvertures du lendemain, pensa la chanteuse en se mordant la lèvre, glissant une nouvelle fois sa tête sous le jet d'eau pour tenter de noyer ses pensées, en vain. Et qu'en était-il d'eux ? Seraient-ils capables de tenir sous la pression, alors qu'ils en avaient été incapables la première fois & qu'ils avaient justement voulu éviter tout ça en gardant leur vie privée secrète ? Elle ne pouvait croire que leur histoire s'arrête à ça, et pourtant... pourtant, les obstacles se dressaient de nouveau devant eux comme des murs infranchissables.

La jamaïcaine s'était changée avant de redescendre ; sans un mot, elle s'assit sur le canapé, se glissant dans un coin, sur le côté, en remontant ses jambes contre elle et en enroulant ses bras autour. « I can't think about anything else... » souffla-t-elle, les yeux dans le vide, lorsque Ben la rejoint, avant de retrouver rapidement de l'entrain. « Je vois vraiment pas comment quiconque nous a trouvé... » reprit-elle, dégoûtée, avant de lancer un regard hésitant vers Ben. « Je suis tellement désolée... Je sais pas d'où vient la fuite mais... » Elle soupira et posa sa tête sur ses genoux. « What are you gonna tell your folks ? » demanda-t-elle sans relever la tête.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞ Sam 19 Juil - 17:49

Nous voilà de retour dans la maison en train de se cacher comme si rien n'avait changé. J'aimerais tellement qu'on ait rêvés tous les deux, que ce flash de lumière n'était que le fruit de notre imagination ... mais c'est peine perdue et je le sais. C'est juste que je n'ai pas envie de l'accepter. On a été tellement bien, rien que nous deux jusqu'à présent, comme hors du temps et du monde, sauf que voilà, en quelques secondes on a été projeté dans la réalité à nouveau. Cette réalité où Hazel est harcelée par des types sans scrupules qui cherchent la moindre nouveauté sur elle. Autant dire que le mec de la plage a tiré le jackpot. « D'accord... Laisse-moi prendre une autre douche avant... » dit-elle après que j'ai suggéré qu'on allait prendre le temps pour en discuter en essayant de ne pas céder à la panique. Je hoche la tête en me mordant l'intérieur de la joue. Puis je la laisse partir et ne la quitte pas des yeux alors qu'elle monte à l'étage.

Une fois seul, ma tête bascule vers l'arrière et je soupire, tout aussi sonné que Jazz par la tournure des évènements. Je m'affale en travers le fauteuil, les jambes posés sur l'accoudoir. J'arrive pas à croire que ça arrive, pas maintenant, voire même j'aurais préféré jamais. J'imagine déjà les unes des magazines demain. Pire, j'imagine la tête de ma grand-mère et du reste de ma famille ... Gosh, ils vont me faire la guerre et je ne suis pas sûr que je puisse encore le supporter. Et tous ces paparazzis qui vont revenir à la charge, tout va recommencer. Ca va être l'enfer mais je veux croire que je suis mieux préparé à tout ça que la première fois. Je sais à quoi m'attendre et j'ai muri. Je peux réussir ... pas vrai ? Je soupire une énième fois. J'en ai envie en tout cas et notre histoire ne peut pas s'arrêter une nouvelle fois pour cette raison. Seulement c'est moins facile à dire qu'à faire. Et puis ma famille, tellement butée. Enfin cette fois normalement je pourrais compter sur le soutien de Rory vu qu'on s'est réconciliés. Je voudrais juste disparaitre quand je repense à toutes les prises de tête avec ma famille et à l'idée qu'elles recommencent.

Seulement voilà, quand je la vois redescendre, les cheveux mouillés et le regard inquiet, quand je la vois comme ça aussi vulnérable en me disant que les trois quarts des gens n'ont jamais vu cette facette d'elle, je me dis que je ne suis pas prêt à tirer une croix sur elle, pas encore une fois et pour les mêmes raisons. Elle va s'asseoir sur le canapé en face de moi, ramène ses genoux contre sa poitrine tandis que je n'ai toujours pas bougé dans le fauteuil. «  I can't think about anything else... » finit-elle par dire. Je la regarde, triste que nos vacances se terminent ainsi. Je me redresse et vais la rejoindre sur le canapé. «  Je vois vraiment pas comment quiconque nous a trouvé... » continue-t-elle passablement dégoûtée. C'est vrai que si je tenais celui qui a balancé notre location ... « Je suis tellement désolée... Je sais pas d'où vient la fuite mais... » Elle me lance un regard hésitant, craignant sans doute ma réaction. Mais je n'ai qu'un sourire triste et je dépose ensuite un léger baiser sur son épaule. « Don't worry, it's not your fault. » ai-je lancé en acceptant mal le fait que ce soit elle qui s'excuse alors que c'est elle la victime dans l'histoire. Oui j'imagine que ça devait forcément arriver de toute façon ... enfin j'espérais quand même que ce ne soit pas le cas, que le temps qu'ils apprennent pour cet endroit, nos vacances auraient déjà été terminées et on aurait été de retour à NYC entre temps. Apparemment c'était trop demander. « What are you gonna tell your folks ? » me demande-t-elle en fixant un point invisible devant elle. Blasé, je m'enfonce au fond du canapé et me mets à regarder le néant aussi. « J'en sais rien. Après tout j'ai pas à me justifier et puis ils vont pas tarder à le découvrir. » Je fais mine d'avoir une réflexion intense. « Je pense que je vais éviter leurs appels dans un premier temps parce que ça me fera gagner du temps ... jusqu'à ce que l'un d'entre eux  vienne me rendre une visite. Là j'aviserai. » Ce n'est pas le meilleur plan du monde on est d'accord et éviter leurs appels n'est sûrement pas faire preuve de maturité mais ... je veux juste retarder le moment le plus possible. Je soupire une nouvelle fois, ayant envie de mettre les choses bien au clair. Je me lève du canapé et viens me placer devant elle, accroupi pour pouvoir la regarder dans les yeux. « Ecoute-moi bien, je ne suis pas prêt à faire une croix sur nous, pas encore pour les mêmes raisons. » ai-je fait très sérieusement avant de lui prendre la main.  « Je veux croire que cette fois on va y arriver parce qu'on est plus forts et plus mature que la dernière fois, t'es pas d'accord ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞ Ven 25 Juil - 0:14


Jazz sentait la chaleur de la peau de Ben tout contre la sienne alors qu'il se rapprochait d'elle pour déposer un baiser sur son épaule, & elle voulait en profiter ; encore combien de temps pourrait-elle le faire ? Elle n'était pourtant pas du genre fataliste, et son parcours était l'exemple même de sa détermination : si elle voulait quelque chose, elle finissait par l'avoir. Seulement... elle avait l'impression qu'avec Ben, rien n'était impossible ; la dernière fois aussi, elle les pensaient invincibles. « Don't worry, it's not your fault. » la rassura-t-il, incapable cependant de la faire sourire ; elle doutait de trouver un jour l'auteur de la fuite qui leur avait causé de transformer leur après-midi détente en angoisse interminable, et pourtant, elle aurait bien aimé pouvoir jeter le tort sur quelqu'un d'autre. Maintenant, elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle même – qu'à eux-mêmes – pour avoir caché leur relation à leurs proches. Parce que c'était ça, qui était important ; maintenant que la presse savait, ça allait certes sûrement amener des situations qui, autrefois, les avait fait grincer des dents, mais c'était surtout contre la famille de Ben qu'ils allaient sûrement devoir se battre le plus.

D'ailleurs, Jazz ne put pas s'empêcher de demander à Ben ce qu'il comptait faire par rapport à eux, et à cette grand-mère qui donnait froid dans le dos à la chanteuse. « J'en sais rien. Après tout j'ai pas à me justifier et puis ils vont pas tarder à le découvrir. Je pense que je vais éviter leurs appels dans un premier temps parce que ça me fera gagner du temps ... jusqu'à ce que l'un d'entre eux  vienne me rendre une visite. Là j'aviserai. » Jazz ne put s'empêcher de soupirer. « Avoiding the problem won't solve it... » Elle ne savait pas trop quoi penser de l'attitude de Ben, même si elle pouvait comprendre ce qui le retenait de leur balancer qu'il se foutait de leur avis. Et ça la mettait de nouveau dans cette inconfortable position, elle ne voulait pas non plus lui demander de choisir entre sa famille & elle. « Ecoute-moi bien, je ne suis pas prêt à faire une croix sur nous, pas encore pour les mêmes raisons. » Ben s'était levé pour s'agenouiller en face d'elle et prendre ses mains dans les siennes, et Jazz se détesta : il avait l'air si sûr de lui, et elle aurait tellement aimé partager cette assurance ! « Je veux croire que cette fois on va y arriver parce qu'on est plus forts et plus mature que la dernière fois, t'es pas d'accord ? » Silence ; Jazz garda le regard baissé un instant avant de le relever vers Ben, une expression douloureuse au fond des yeux. « Are we, really ? » Elle savait que ce n'était sûrement pas ce à quoi il s'était attendu, et pour atténuer la dureté de ses paroles, elle lui adressa un petit sourire désolé ; ils ne pouvaient pas s'obstiner à enfoncer leur tête dans le sable alors qu'on prenait leurs fesses en photo !  « T'es déjà agacé par mes horaires, Ben, et... le bal des paparazzis va recommencer. » Elle se mordit la lèvre inférieure, nerveuse, avant de lâcher les mots suivants.  « Et je compte toujours pas... changer ou « m'assagir » pour les tiens. » glissa-t-elle en évitant de nouveau le regard de Ben.  « J'ai envie qu'on soit plus forts & plus matures, comme tu dis, mais... I mean, ton plan est d'éviter ta famille et d'improviser... » osa-t-elle encore.



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞ Dim 27 Juil - 17:43

« Avoiding the problem won't solve it... » dit-elle en soupirant après que je lui ai exposé mon plan imparable pour parler à ma famille. J'ouvre la bouche pour contester, pour dire que je ferai au mieux mais rien ne sort. Je finis par détourner les yeux, serrer la mâchoire puis soupirer. Je sais qu'elle a raison et je redoute le moment où je ne vais plus pouvoir éviter le problème comme elle dit. Je finis par reprendre la parole.« Je sais , je sais ... Je vais voir comment les choses vont se passer quand on rentrera et je verrai. Mais je suis sérieux quand je me dis que je me fous de leur avis. » ai-je redit très sérieusement. Je ne sais pas vraiment quoi dire d'autre en fait. Sur le coup, je me sens tellement abattu. Ces vacances avaient tellement bien commencé et voilà qu'en un flash, tout a été réduit à néant. Le retour à la réalité est assez violent et nous voilà, à nouveau en proie à la peur que les médias ruinent tout une nouvelle fois. L'impuissance que je ressens à cet instant me donne envie de frapper dans quelque chose. A ce moment, c'est comme si elle et moi attendions maintenant à quelle sauce le reste du monde va nous manger à notre retour.

Mais je me suis repris, j'ai été m'agenouiller devant elle pour lui répéter une énième fois que je ne suis pas prêt à ce que notre histoire se finisse comme la dernière fois. La vie nous a offert une seconde chance et je refuse de faire une croix dessus. Je refuse de répéter les erreurs du passé et de laisser le reste du monde me dicter ma vie. Sauf qu'elle baisse les yeux un instant puis les relève et me lance un regard douloureux. Mon coeur se serre parce que j'ai peur de ce qu'elle va dire. « Are we, really ? » me demande-t-elle soudainement. Ne m'attendant pas à ça du tout, mon assurance laisse place à une expression blessée. « Jazz ... » ai-je murmuré sans être capable de continuer. Je voulais enchaîne en disant que si elle n'y croyait pas ... mais ma gorge s'est nouée avant. « T'es déjà agacé par mes horaires, Ben, et... le bal des paparazzis va recommencer. » continue-t-elle en se mordant la lèvre inférieure. Je détourne les yeux à nouveau et soupire une énième fois. J'arrive pas à croire qu'on ait cette discussion à nouveau. Ca me tue. « Je sais mais je suis mieux préparé cette fois, je sais à quoi m'attendre ... j'avais juste perdu l'habitude. » me suis-je défendu. Je sais que la situation n'est pas rose et qu'il faut voir la vérité en face mais je ne m'étais pas attendu à ce qu'elle réagisse comme ça. « Et je compte toujours pas... changer ou « m'assagir » pour les tiens. » me dit-elle sans me regarder dans les yeux. Je lève les yeux au ciel, soudain fatigué par tout ça. Jusque là accroupi ou agenouillé, je change de position et m'assois par terre. « Je le sais ça, je te le demande pas d'ailleurs. Je sais très bien que ma famille a des attentes un peu trop sévères ... » J'ai mal au crâne, ça doit être un mélange entre la chaleur et la situation. « J'ai envie qu'on soit plus forts & plus matures, comme tu dis, mais... I mean, ton plan est d'éviter ta famille et d'improviser...» termine-t-elle. Légèrement agacé, l'expression de mon visage se fait un peu plus dur. « Tu veux que je te dise quoi hein ? Je vais faire ce que je peux. Ca te suffit pas que je te dise que je suis pas prêt à nous abandonner encore une fois ? Pour être honnête je sais pas ce que je vais faire parce que je sais pas comment ça va se passer à notre retour là-bas ... » ai-je fait perdu avec la désagréable impression d'être tout seul. J'ai baissé les yeux à mon tour. « Mais si je suis tout seul à croire en nous faut me le dire. » ai-je poursuivi doucement.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞ Lun 28 Juil - 3:34


« Je sais , je sais ... Je vais voir comment les choses vont se passer quand on rentrera et je verrai. Mais je suis sérieux quand je me dis que je me fous de leur avis. » Jazz ne montrait clairement pas la même conviction que lui dans la façon dont ils étaient capables de gérer la situation, et Benjamin sembla vite le remarquer. La jeune femme, elle, ne pouvait tout simplement pas se résoudre à imaginer les choses se dérouler pour leur bénéfice, depuis quand les journalistes les épargnaient-ils ? Depuis quand les O'Maley se montraient-ils complaisants avec leurs héritiers ? Aux dernières nouvelles, ils en avaient renié une parce qu'elle s'était mariée à un roturier, ne pouvaient-ils pas faire de même avec Ben ? Elle ne voulait pas qu'ils en arrivent à là, c'était pour ça qu'elle avait voulu garder le secret le plus longtemps possible, même si aujourd'hui, elle se maudissait de n'avoir pas réfléchi à la suite, cherchant juste un bonheur immédiat & personnel à la place.    « Jazz... » chercha à la raisonner Ben, en vain. Sans pouvoir s'en empêcher, la chanteuse se mit à énumérer les sujets qui étaient toujours aussi sensibles que des années plus tôt, quand ils s'étaient mis ensemble une première fois. « Je sais mais je suis mieux préparé cette fois, je sais à quoi m'attendre ... j'avais juste perdu l'habitude. » Oui, Ben semblait pourtant avoir réponse à tout. « Je le sais ça, je te le demande pas d'ailleurs. Je sais très bien que ma famille a des attentes un peu trop sévères ... » Et Jazz aurait dû arrêter là, vraiment. Elle savait bien qu'il n'y avait pas de raison d'accabler Benjamin de quoique ce soit et pourtant, elle rejetait la faute sur lui, et elle se mordit la lèvre en arrêtant de parler lorsque le jeune homme s'éloigna d'elle pour s'asseoir par terre, le visage dur. « Tu veux que je te dise quoi hein ? Je vais faire ce que je peux. Ca te suffit pas que je te dise que je suis pas prêt à nous abandonner encore une fois ? Pour être honnête je sais pas ce que je vais faire parce que je sais pas comment ça va se passer à notre retour là-bas ...  » Le cœur de Jazz se serra ; elle détestait cette situation, elle détestait que la simple idée de la publication d'un cliché la mette dans un état tel qu'elle se mette immédiatement à blesser Ben. « Mais si je suis tout seul à croire en nous faut me le dire. » lança-t-il d'une petite voix, achevant la brune qui objecta immédiatement un « No, Ben, no... » en glissant du canapé pour le rejoindre par terre. Ses mains vinrent se lier à celles du blond et elle baissa les yeux en secouant la tête, dépitée. « I just... I can't think straight, and even though I wish I wouldn't... - elle marqua une pause & déglutit – I'm scared as shit right now, exactly because I don't know what's gonna happen... » avoua-t-elle avant de relever les yeux vers l'anglo-russe. « But I love you, Ben.  » glissa-t-elle alors qu'une de ses mains venait caresser les cheveux de  Ben. De son pouce, elle caressa doucement sa tempe et son regard se fit brièvement admiratif. « And I am absolutely not ready to give up on you... » souffla-t-elle. Elle l'aimait, plus qu'elle n'avait aimé quiconque, plus qu'elle-même n'avait jamais considéré aimer quelqu'un. Au début, entre eux, ça avait été beaucoup de paillettes, de fêtes, ils étaient jeunes, riches, célèbres et tous les deux magnifiques. Seulement, une fois que les masques étaient tombés, et encore plus depuis qu'ils s'étaient retrouvés, Jazz s'était découvert une nouvelle connexion avec Ben, beaucoup plus intense, et la passion dont elle était animée en sa présence n'était que la partie immergée de l'amour qui grondait en elle. Elle déglutit encore et un petit sourire gêné vint prendre place sur ses lèvres. « I know it's not like me to be scared, least of all of paparazzis, but... they're taking it as a game, when... you're so important... » déclara-t-elle maladroitement.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞ Lun 28 Juil - 15:18

« No, Ben, no... » dit-elle après que je lui ai dit de me dire si elle n'y croyait pas. Je sais que ce n'est pas le cas mais ce n'est pas vraiment l'impression qu'elle vient de me donner. Je ne prétends que tout va bien se passer, loin de là, mais je préfère me dire qu'on va faire ce qu'il faut et que ça ne se passera pas comme la dernière fois Je préfère me dire ça plutôt que de penser au pire tout de suite et de m'avouer vaincu. Mais en écoutant Jazz, je me demande si je ne suis pas le seul à vouloir garder espoir un minimum. Mais quand je la vois réagir, ça me rassure un peu. Elle glisse me rejoindre par terre. Mon coeur se calme un peu quand je sens que ses mains viennent se joindre aux miennes, à cause du soulagement. Ni l'un ni l'autre pendant quelques secondes arrivons à regarder l'autre dans les yeux. « I just... I can't think straight, and even though I wish I wouldn't...  I'm scared as shit right now, exactly because I don't know what's gonna happen.. » poursuit-elle. Ma gorge se noue. Je ressens exactement la même chose qu'elle. L'idée que tout recommence me terrorise, mais comme je l'ai dit, je ne suis plus le même qu'avant. « But I love you, Ben. » dit-elle en relevant les yeux vers moi. Je lève les yeux à mon tour pour la regarder et les referme quand sa main caresse mes cheveux et ma tempe. Le geste m'apaise et j'arrive déjà à mieux espérer. « And I love you too. » ai-je répondu doucement, soudain accablé. J'ai envie de croire que c'est suffisant tout en étant conscient que ça serait légèrement naïf de le penser. « And I am absolutely not ready to give up on you... » Mes doigts jouent avec les siens et je les serre. Je veux y croire parce que je ne suis pas prêt à nous abandonner à nouveau. Je n'ai aucune idée de ce qui va se passer, c'est sans doute ce qui est le plus effrayant. Pour l'instant, tout est si calme mais quand on va rentrer, ça va être la folie. Et puis le métier de Jazz n'a pas changé, parfois je passerai de longues périodes sans la voir ... Mais des couples arrivent à gérer le distance et nous feront pareil. On a beau avoir été en couple auparavant, beaucoup de choses ont changé. Ce n'est plus la même relation. « I know it's not like me to be scared, least of all of paparazzis, but... they're taking it as a game, when... you're so important...  » J'esquisse un petit sourire avant de l'embrasser doucement. « Tu es très importante pour moi aussi. C'est pour ça que je veux croire que cette fois les choses vont se passer différemment. Je peux gérer cette fois. Ensemble on peut y arriver. On va y arriver, d'accord ? »

hj : gosh, c'est nul, pardon, j'aurais dû attendre pour te répondre ...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞ Mar 12 Aoû - 0:49


« And I love you too. » Les paroles de Benjamin, ses doigts qui jouaient avec les siens, son regard sur le sien, furent autant de fateurs qui aidèrent Jazz à se rassurer. Parce qu'en soi, même si elle avait peur, elle ne voulait certainement pas abandonner l'histoire qu'elle vivait avec l'anglais, et elle ne manqua pas de le lui faire savoir. Elle voulait tellement qu'ils soient capables d'outrepasser tout ça ! Ils devaient s'en donner les moyens, et avec l'attitude qu'elle adoptait, elle ne les aidait pas. Pourtant, elle ne voulait vraiment pas tourner la page sur le rêve dans lequel Ben l'avait projetée lorsqu'il était « venu récupérer ses affaires » au retour de tournée de la chanteuse. Elle avait connu des hommes, avant & après la première fois qu'elle était sorti avec Benjamin, mais elle n'avait jamais eu de relation aussi forte avec quelqu'un, elle n'avait jamais voulu être avec quelqu'un à ce point. Elle n'était pas non plus du genre à s'engager, et elle avait conscience que tout ceci était hypothétique et très lointain, mais ce futur dont tous les gens normaux lui parlaient, elle le voyait bien avec lui – enfin, en matière de normalité, il y aurait sûrement beaucoup à revoir, mais ils s'aimaient comme ça. Elle l'aimait, elle le voulait, et elle le défendrait.

La brune tenta donc d'expliquer à quel point les paparazzis pouvaient la terroriser, justement dans leur façon de voir tout ça comme un jeu, prêts à tout dévoiler pour une belle couverture alors que ça pouvait briser des vies – et ça en avait déjà brisé. Ils les avaient brisés, eux, quelques années plus tôt. « Tu es très importante pour moi aussi. C'est pour ça que je veux croire que cette fois les choses vont se passer différemment. Je peux gérer cette fois. Ensemble on peut y arriver. On va y arriver, d'accord ? » Encore une fois, Ben le rassurait – elle répondit à son baiser avec douceur, faisant durer le moment autant que possible. Elle voulait y croire, vraiment. « D'accord... » souffla la jeune femme en posant son front contre celui de son amant, fermant les paupières un instant. Oui, ils y arriveraient... Ses doigts retrouvèrent ceux de Ben & les serrèrent plus fort – elle ne le lâcherait pas, peu importe ce qui viendrait encombrer leur chemin. « Viens ? » demanda doucement la jeune femme avant de s'allonger sur le canapé, l'invitant à la rejoindre pour venir se lover dans ses bras.

Ses lèvres à quelques millimètres de la clavicule de Benjamin, les yeux clos & le souffle calqué sur celui du jeune homme, Jazz resta comme ça un long moment, silencieuse, à profiter de sa chaleur, le cœur plus serré qu'elle ne l'aurait voulu. Finalement, elle se décida à briser le silence &, sans bouger, elle glissa un « I think we should head back now... » du bout des lèvres. Elle s'écarta finalement pour s'expliquer. « I know it looks like a victory for them, but... yeah, they ruined it anyway. We should go back to New York... Hiding here won't help us dealing with it. » Elle alla chercher l'une des mains de Ben dans son dos en le prenant par le poignet & l'approcha de sa bouche pour l'embrasser, rassurante. « I'm not giving up on us... I can't wait to fight for it. » déclara-t-elle, serrant le poignet du jeune homme avec conviction.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞ Dim 24 Aoû - 16:51

« D'accord... » souffle-t-elle, son front contre le mien. Je refuse qu'on abandonne déjà, pas encore une fois. Bon bien sûr j'aurais préféré qu'elle y croit aussi tout de suite parce que sûr le coup je me suis senti assez seul à vouloir essayer de positiver les choses. Mais j'ai réussi à la rassurer et c'est le principal. Et puis vu comment les choses se sont passées la première fois, je ne peux pas vraiment la blâmer d'avoir eu un moment de panique.  Nos mains sont toujours blotties l'une contre l'autre et elles le sont encore un peu plus quand elle serre mes doigts. Je ne peux pas imaginer que tout ça s'arrête encore une fois. Le pire dans tout ça ? C'est que ce n'est pas à cause de nous, c'est à cause du reste du monde que notre couple est si fragile, et personnellement je trouve ça injuste. « Viens ? » me demande-t-elle soudain en allant s'allonger sur le canapé. Bien sûr, je la rejoins. Nous restons comme ça, dans les bras l'un de l'autre sur le canapé pendant un moment dans le plus parfait des silence. La chaleur de son corps se mélange à la mienne et le rythme de sa respiration va en cadence avec la mienne. Je me dis que ce moment me fait du bien, elle est là, dans mes bras et c'est tout ce qui compte. Mais pour être honnête ça ne m'empêche pas d'avoir mon moment de panique non plus, même si je réussis à ne pas le montrer. Parce qu'être positif ne veut pas dire ne pas être réaliste. Je suis conscient du danger, et penser à ce danger me coupe le souffle. Jazz est là contre moi et j'imagine soudain ce que ça serait si elle ne l'était plus. Après ce qu'on vient de vivre ces derniers mois, si ça venait encore à s'arrêter ... ça serait bien pire que la première fois. Beaucoup plus douloureux.

Puis elle finit par mettre un terme au silence qui régnait depuis  de longues secondes dans la villa. « I think we should head back now...  » murmure-t-elle. Ca me fait un coup qu'elle dise ça même si je sais qu'elle a raison. Disons que l'idée de rester "cachés" ici encore un peu est assez plaisante. Jazz s'écarte un peu pour pouvoir me parler en me regardant. «  I know it looks like a victory for them, but... yeah, they ruined it anyway. We should go back to New York... Hiding here won't help us dealing with it. » Quand je disais que je savais qu'elle avait raison. Je pousse un long soupire. « You're probably right. Même si on restait ici, ça ne serait plus vraiment pareil malheureusement. J'ai l'impression qu'on va dans l'inconnu, je sais pas à quoi m'attendre d'eux quand on sera de retour. » J'imagine que je devrais plutôt m'attendre au pire, rien de bon ne peut venir des paparazzis. « I'm not giving up on us... I can't wait to fight for it. » dit-elle en embrassant ma main. Je souris, bien sûr que je souris et j'en profite pour déposer un baiser dans son cou. On va peut-être dans l'inconnu mais on y va tout les deux et ça me rassure. « Je suis impatient de me battre aussi. » Je marque une courte pause avant de reprendre. « Donc qu'est-ce que tu veux faire ? On profite de notre dernière soirée ici et on prend le premier vol demain matin ? » ai-je murmuré à son oreille.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞

Revenir en haut Aller en bas

jazmin ❝ don't hold back, you know I like it rough ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-