It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

danjel & kenzi ❝ ooh na na, why you gotta act so naughty ? ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: danjel & kenzi ❝ ooh na na, why you gotta act so naughty ? ❞ Dim 18 Mai - 1:24

Kenzi & Danjel
ooh na na, why you gotta act so naughty ?
May 2014, at night
some dirty old building, South Bronx
rp#2
#badboysbadboys #watchagonnado #burglary #omegarelated #yakuzarelated #awkward

Kenzi devait rester concentrée : elle avait l'impression que sa vie en dépendait. Si ça se trouvait, sa vie en dépendait vraiment, Omega avait été tellement vague lorsqu'il lui avait donné cette mission ! À elle, en plus ! Certes, elle savait se débrouiller avec un ordinateur, et Adrian n'avait cessé de l'entraîner depuis qu'il s'était décidé à la recruter – elle ne savait toujours pas vraiment pourquoi, d'ailleurs. Elle ne pouvait cependant pas s'en plaindre ; où serait-elle à l'heure actuelle, dans le cas contraire ? Probablement toujours à se décomposer dans la ruelle où Adrian l'avait retrouvée. Du coup, voilà où elle avait atterri : au cœur d'un quartier mal famé, une lampe électrique à la main et un couteau (elle ne savait pas encore assez bien viser) glissé dans sa poche.

La mission était risquée, mais fort heureusement, elle n'aurait pas à jouer les gros bras pour cette fois – de toute façon, malgré tout ce que lui mettait son nouveau mentor dans la tête, elle restait une frêle gamine et ils en avaient tous les deux conscience. Du coup, elle le soupçonnait d'avoir ajouté lui-même un « coéquipier » pour ce coup – l'armoire à glace qui l'accompagnait n'avait rien de commode, et elle était ravie d'être de son côté, du coup. De toute façon, tout ça devait se passer très vite : le bâtiment à l'allure abandonné devait être vide à l'heure qu'il était, et son gros bras – Hector -  n'avait eu aucun mal à s'occuper du seul « garde » (un peu fatiguée après toute une journée à traîner en fumant) & s'était positionné dans un recoin (autant que faire se peut) près de l'entrée. Entrer, brancher, télécharger, débrancher, déguerpir. Ça n'était vraiment pas compliqué. En gravissant les escaliers qui menaient au premier étage silencieux, Phoe n'eut aucun mal à discerner les signes d'un taudis – elle avait vécu dans l'un d'entre eux pendant la majorité de sa vie. Et puis, il n'était pas impossible que la brune ait déjà traîné dans le quartier encore mal famé malgré les efforts de la municipalité.

Un peu déboussolée, par l'obscurité, la jeune fille se laissa quelques instants pour habituer ses yeux avant de continuer. La majorité des pièces avaient l'air totalement laissées à l'abandon, et Kenzi voyait très bien pourquoi ce genre d'endroit était celui où on voudrait cacher quelque chose, parce que si elle n'y avait pas été obligée par le « contrat » qui l'unissait à Omega (et qui consistait à l'imaginer comme un Dieu qu'elle ne verrait jamais & dont les paroles étaient rapportées par son fidèle évangile, Adrian), elle n'aurait jamais mis les pieds dans la bâtisse.

Devant l'obstacle d'une pièce fermée, la brune sentit qu'elle se rapprochait du but. Quelle idée, franchement ! Elle comprenait tout ce délire de vouloir cacher des pièces compromettantes loin de son domicile, au cas où la police débarquerait, mais au cœur d'un quartier mal famé ? C'était à la fois du génie & totalement stupide. Elle ne trouva aucune résistance en appuyant sur la poignée, et ouvrit silencieusement mais rapidement la porte pour se glisser dans la pièce avant de la refermer, braquant immédiatement sa lampe à la recherche de sa cible : un ordinateur. À la place, sa lampe heurta une forme humaine et elle ne put s'empêcher de lâcher un « Holy shit ! » pendant que son cœur, lui aussi, semblait sur le point de lâcher. Dans la panique – après tout, elle jouait dans la cour des grands maintenant, il ne s'agissait plus de voler de petites babioles, c'était des données informatiques probablement précieuses pour son boss... et pour son propriétaire – elle mit un instant à ajuster sa lampe. « Donovan bis ? » souffla-t-elle, le souffle court mais sentant son cœur repartir. « Are you fucking kidding me ? Are you just gonna be there everytime I'm breaking somewhere ? » Dans d'autres circonstances – si elle n'était pas encore totalement sous le coup de la frayeur qu'il lui avait faite – elle aurait pu en sourire.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ooh na na, why you gotta act so naughty ? ❞ Mer 21 Mai - 23:56

Si Danjel était nerveux ? C’était un euphémisme : il était terrifié. Cette fois-ci – ou plutôt cette fois encore – le brésilien s’était foutu dans la merde jusqu’au cou à un tel point que ses anciennes frasques (comme embrasser son ex, mariée à un autre, par exemple) passaient pour des futilités. S’il devait résumé tout ça en un mot ? Yakuza. Il avait passé un accord avec les Yakuza. LES YAKUZAS, BORDEL ! Un groupe du crime organisé japonais qui ferait presque passé l’Enfer pour le Club Med. Qu’est-ce qui lui avait pris ? CE QU’IL POUVAIT ÊTRE CON, PARFOIS ! Depuis qu’il avait pactisé avec le Diable aka Ren, le mystérieusement nommé, Danjel ne cessait de se repasser la scène de leur rencontre en mémoire. Quelques mois auparavant, il avait eu vent qu’un groupe squattait l’un des entrepôts voisins au sien et s’était aussitôt mis en tête de les y déloger. Ce coin du Queens était son territoire et il n’avait jamais eu besoin de pisser sur les murs ; tout le monde le savait. Danjel ne pouvait pas risquer que ses nouveaux voisins n’attirent l’attention des autorités ; jusqu’à présent, il avait su éviter les démêlés avec la justice et comptait bien poursuivre sur cette voie. Et forcément, lorsqu’il était question de défendre son intérêt – quel qu’il soit – Danjel n’avait pas pu s’empêcher de confronter le groupe en ouvrant sa grande gueule. Il en réchappa avec coups et blessures, mais vivant. Ren avait stoppé ses chiens de garde à l’instant où le brésilien lui jura allégeance. « I’ll help you ! » avait-il dit, recroquevillé sur lui-même en position fœtale pour se protéger des coups qui continuaient de pleuvoir sur lui. « Say that again ? ». Danjel avait déglutit douloureusement. « I’ll help you… » repeta-t-il avec amertume. Comme il s’y était attendu, sa phrase provoqua le rire de l’assemblée. En quoi un danseur de rue pouvait leur être utile ? Il s’était alors lancé dans une argumentation assez convaincante en leur expliquant qu’il connaissait déjà le milieu et que personne ne soupçonnerait qu’un brésilien puisse faire partie des Yakuzas. Dès lors, il s’était souvenu d’un vieux dicton entendu dans les couloirs de l’orphelinat : « Quand on remue trop la merde, ça éclabousse ». Peut-être n’avait-il que ce qu’il méritait ? C’était le naturel qui revenait au galop en lui rappelant ce qu’il avait toujours été : un gosse des rues sans foi ni loi. Jusqu’à présent, la crew avait toujours été son point d’ancrage, mais par crainte de voir ses amis ciblés dans la ligne de mire des Yakuzas, Danjel s’était volontairement éloigné d’eux. Ce qui s’était passé avec Kat – même après s’être promis que rien ne changerait entre eux – lui servait plus ou moins d’excuse. Aujourd’hui, il se retrouvait définitivement seul avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Le brésilien savait qu’il perdrait sa seule famille à agir de cette façon, mais c’était ça ou les entraîner avec lui dans sa chute…

Aujourd’hui, et après qu’il eut fait ses preuves, Ren avait ordonné à Danjel de se rendre dans un bâtiment délabré situé dans le Bronx afin de récolter des informations. Son job était simple : « Entrer, brancher, télécharger, débrancher, déguerpir. »*. Rien de compliqué à l’aire de l’informatique. Le tout lui prit exactement 3 minutes et 20 secondes. Peut-être 20 secondes de trop…

Il s’apprêtait à quitter la pièce – toujours dans le noir complet – lorsque la porte s’ouvrit à la volée et qu’une personne le percuta. Aveuglé par le faisceau de la lampe qui lui agressait la cornée, le brésilien ne parvint pas à apercevoir le visage de l’intruse, mais le son de sa voix lui sembla étrangement familier.  « Holy shit ! Donovan bis ? ». Il n’y avait qu’une personne à New York pour le surnommer ainsi ; à savoir la petite brunette qui s’était incrustée dans « sa » chambre d’hôtel pour le dépouiller. « Oh no…  » murmura-t-il. Bien que plutôt satisfait de recroiser le chemin de cet « oiseau de mauvais augure » comme il se plaisait à l’appeler, il se serait bien passé de cette situation. « Are you fucking kidding me ? Are you just gonna be there everytime I’m breaking somewhere ? ». Sa tirade, aussi risible soit-elle, ne le fit que rouler des yeux. « You're not the only one who needs money. I use a new method since you have blew up my cover. ». Il jeta un coup d’œil à la pièce, prenant conscience de l’état délabré de celle-ci et du fait que ce n’était pas un endroit de prédilection pour un vol sauf si l’on est avisé de la valeur de ce qu’elle cache. Danjel fronça les sourcils et se tourna vers le PC qui trônait toujours sur le bureau. « Alors toi aussi, tu es venue pour ça... » dit-il en le désignant d’un signe de tête nonchalant.

*: oui, oui, j’ai plagié cette partie ! MDR.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ooh na na, why you gotta act so naughty ? ❞ Ven 23 Mai - 1:36


« Oh no… » avait-elle entendu murmurer Danjel lorsqu'il la reconnut à son tour. « This is so fucked up... » maugréa, plutôt pour elle-même, la brune, en continuant d'agiter la lampe devant le jeune homme pour le détailler de haut en bas – quoi, Adrian lui enfonçait dans le crâne qu'elle devait toujours vérifier la présence d'armes !

Kenzi n'avait pas revu Danjel depuis le soir où ils avaient partagé un bout de poulet & quelques frites dans la suite d'Enzo Donovan, l'un en prétendant être la star, l'autre en s'improvisant brièvement réparatrice. Et à vrai dire, elle avait vraiment pensé que leurs chemins ne se recroiseraient pas ; ils étaient tous les deux des ombres à New York, Kenz était à peine une vraie personne ! Bien sûr, depuis qu'elle avait accepté l'offre d'Adrian & qu'elle travaillait pour Omega, les choses s'étaient un peu arrangées et, en l'occurrence, elle avait pu mettre un toit sur sa tête. Mais elle restait... en dessous de tous les radars, ou du moins elle essayait, et elle se doutait que le sosie de la célébrité « espagnole » (ça faisait toujours sourire Kenz) en faisait autant. Et il fallait qu'ils se retrouvent là, maintenant ?  « You're not the only one who needs money. I use a new method since you have blew up my cover. » se justifia le jeune homme lorsqu'elle lui fit remarquer à quel point le schéma de leurs rencontres était redondant. « I did what now ? » répliqua-t-elle immédiatement, un peu sur la défensive. Elle, détruire sa couverture ? « If anyone blew up your cover, you did ! » enchaîna-t-elle ; non mais, il allait pas bientôt l'accuser aussi de la faim dans le monde ? Si il avait déconné, ce n'était absolument pas sa faute – après tout, c'était lui qui s'était vendu auprès d'elle, lui qui avait avoué une fois qu'il s'était emmêlé les pensées.

« Alors toi aussi, tu es venue pour ça...  » reprit finalement le brun, faisant réaliser à Kenzi qu'elle avait pendant un instant totalement oublié le principe de sa mission, déstabilisée qu'elle avait été de croire pendant un moment qu'elle allait mourir dans d'atroces souffrances, puis surprise de se retrouver en face de Danjel. « No, I'm here for the open house. » répondit Kenzi avec sarcasme en se dirigeant sans ciller vers le dit ordinateur. Elle y glissa sa clé USB et, en quelques clics, son téléchargement commença. « So, why do you need it ? Who do you work for ? With ? Nah, I don't picture you being at the helm. » commenta-t-elle, curieuse, bien qu'elle se doute qu'il ne lui dirait rien. Pour vouloir les mêmes infos, ils avaient sûrement aussi reçu les mêmes ordres.

Alors que son téléchargement était sur le point de se terminer, elle entendit des pas lourds dans l'escalier. « Fuck ! Hector ! » pesta-t-elle. Danjel ; il ne pouvait pas le voir. À cet instant, elle ne réalisa pas vraiment que ça impliquait mentir, à travers lui, à Adrian, et du coup à Omega, risquant par la même sa propre fin, puisque son « contrat » avait des termes plutôt stricts. Tout ce à quoi elle pensait, c'était à la forme qu'aurait le corps du jeune homme une fois qu'il aurait été remodelé par le monstre à tête humaine qui lui servait de « complice ». « Long story short : didn't come alone, he can't see you, he's gonna crush you, you gotta go hide. Now. » pressa-t-elle Danjel en balançant de nouveau sa lampe-torche pour essayer de trouver un endroit où se cacher. Finalement, elle le poussa dans un placard près de la porte et ouvrit celle-ci au moment où Hector allait poser sa main sur la poignée – ou juste la détruire, qui sait. « You're taking forever, kid. » déclara-t-il d'une voix grasse. Kenzi se doutait que son corps ne représentait aucune barrière si il voulait pénétrer dans la pièce, mais elle resta devant l’entrebâillement. « Yeah, and I'm not gonna go faster if the guy supposed to watch my back isn't cause he's telling me I'm taking forever. It's almost done, I'll be there in a sec, gotta erase the evidence of the download. » répliqua-t-elle avec cette fausse assurance dont elle avait tout le secret. Hector grogna un instant mais tourna les talons et Kenzi put refermer la porte. Elle poussa un soupir de soulagement et retourna à l'ordinateur, retirant la clé USB et pianotant sur le clavier pour effacer ses traces. « Look, I don't know what your exit plan was, but you might wanna avoid the front door. » reprit-elle sans se retourner, se doutant que Danjel n'était pas resté dans le placard. « I guess you want me to erase your traces too ? You're pretty clumsy, you know. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ooh na na, why you gotta act so naughty ? ❞ Dim 25 Mai - 16:34


Danjel ne s’était pas attendu à croiser de nouveau le chemin de la délinquante dont il ne connaissait toujours pas le prénom. Cependant, le brésilien ne pouvait pas vraiment se dire étonner de la retrouver dans de telles circonstances ; il avait bien compris qu’elle volait pour survivre et se demandait à qui pouvait bien profiter les précieuses données récoltées. « This is so fucked up… ». Danjel lui donna raison en acquiesçant d’un signe de tête avant de pousser un long soupir de lassitude. « Oh, you think ? » maugréa-t-il à son tour avant de passer nerveusement une main dans sa nuque. Une fois encore, ça sentait les emmerdes à plein nez. Passablement frustré, Danjel blâma l’inconnue pour avoir détruit sa couverture ; il ne pouvait plus se faire passer pour Enzo aussi aisément à présent. « I did what now ? If anyone blew up your cover, you did ! ». Outch. Elle était méritée celle-là. Effectivement, tout était sa faute. C’est lui qui s’était laissé attendrir et qui avait fini par cracher le morceau sans en mesurer les conséquences, mais elle l’avait troublé. Elle le troublait encore d’ailleurs et il avait la désagréable sensation de passer pour un con à chaque fois qu’ils se trouvaient dans la même pièce. Le brésilien lui donna raison d’un simple geste de la main, boudeur, et enchaîna sur la raison de sa présence ici. « No, I'm here for the open house. » railla-t-elle sur un ton qui lui fit serrer les dents et rouler des yeux. Si, quelques mois plus tôt, Danjel savait apprécier le sarcasme et se serait amusé de son comportement, ce n’était plus le cas aujourd’hui alors que sa vie était en jeu. Parce qu’elle l’était, malheureusement. « So, why do you need it ? Who do you work for ? With ? Nah, I don't picture you being at the helm. ». Danjel se mit à grogner et à bouder de plus belle. Tout ceci ne faisait que confirmer ce qu’il pensait ; le brésilien s’était vraiment fait passer pour un con auprès de l’inconnue et aujourd’hui sa réputation le suivait. « Eh bien, merci pour le vote de confiance et désolé, mais à part ta kleptomanie et ton penchant pour le poulet-frites, je ne sais rien de toi. » répondit-il, fermé et froid.

Soudain, des bruits de pas se firent entendre dans leur direction. « Fuck ! Hector ! Long story short : didn't come alone, he can't see you, he's gonna crush you, you gotta go hide. Now. ». Contre toute attente, la brunette poussa le brésilien dans un placard sans crier gare. Danjel s’était fait docile ; il avait compris que la voleuse ne travaillait pas en freelance pour le coup et que son accompagnateur n’était pas du genre indulgent. Il écouta l’échange entre la jeune femme et le dénommé Hector d’une oreille distraite, encore surpris qu’elle l’ait couvert. Lorsque la porte fut refermée, il attendit que les bruits de pas s’éloignent pour sortir de sa cachette, encore sous le coup de la surprise. Danjel n’était plus le voleur d’antan, il s’était un peu rouillé et manquait d’expérience dans certains domaines, à commencer par l’informatique qui n’était pas du tout son truc. « Look, I don't know what your exit plan was, but you might wanna avoid the front door. » dit-elle tout en pianotant le clavier avec une dextérité incroyable sans pour autant le regarder. « ‘kay… » murmura-t-il. « I guess you want me to erase your traces too ? You're pretty clumsy, you know. ». De nouveau, Danjel roula des yeux, mais lui adressa un geste de la main un peu théâtral pour l’inviter à le faire. Il soupira, puis reprit : « Yakuza. I work with the Yakuza – and I know – this is not good for me. So thank you to watch my back on this one. » grommela-t-il. Danjel n'était pas censé le dire à quiconque, mais ce secret était devenu trop lourd pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ooh na na, why you gotta act so naughty ? ❞ Lun 26 Mai - 1:53


Heureusement que Phoenix ne croyait pas au destin ; après un instant de flottement, la jeune fille était passée au-dessus du fait que Danjel semblait constamment se retrouver sur son chemin, en ce moment. Déjà, lorsqu'ils s'étaient rencontrés pour la première fois, l'australienne avait remarqué leurs similitudes. Est-ce que c'était pour ça qu'elle se montrait aussi gentille ? Elle qui ne voulait jamais mettre un pied dehors pour défendre quelqu'un au risque de se mettre en danger depuis sa mésaventure avec la police australienne, se montrait plus bonne avec lui qu'elle l'avait été avec son propre sang, quelques mois plus tôt. « Eh bien, merci pour le vote de confiance et désolé, mais à part ta kleptomanie et ton penchant pour le poulet-frites, je ne sais rien de toi. » Kenzi laissa échapper un petit rire à l'entente des paroles du brésilien. « I do love a good piece of chicken. » commenta-t-elle avec humour sans que son regard ne quitte l'ordinateur et la barre de téléchargement qui progressait bien trop doucement à son goût.

Et alors qu'elle s'apprêtait à reprendre la parole, Hector avait fait son apparition ; et même lorsqu'elle avait entendu ses pas descendre les escaliers, la jeune fille ne cessa plus de tendre l'oreille. Elle n'avait pas réfléchi avant d'agir, il lui semblait juste tout naturel de ne pas laisser Danjel dans la merde, parce qu'elle savait qu'Hector, Adrian et Omega ne déconnaient pas, ils n'étaient pas... du même monde qu'eux. Ils étaient sérieux, et si Hector l'avait trouvé, Dan ne serait certainement plus en un seul morceau à l'heure qu'il était. Ce fut cependant avec une apparente détente qu'elle reprit la parole pour avertir de nouveau Danjel. « ‘kay… » lui répondit-il simplement avant qu'elle ne l'informe aussi qu'elle l'effaçait du radar des propriétaires de l'ordinateur.

Et c'était comme ça que ça aurait dû se terminer. Chacun partait de son côté, donnait son butin à qui de droit, à espérer encore une fois ne plus croiser le chemin de l'autre. Seulement, Danjel avait repris la parole. « Yakuza. I work with the Yakuza – and I know – this is not good for me. So thank you to watch my back on this one. » Kenzi fit soudainement les gros yeux en se retournant. « I, what – Why did you tell me ?! » s'exclama-t-elle dans un virulent chuchotement, luttant pour ne pas taper du pied. « Now I know, and that means I'm not protecting just you anymore, I'm protecting the Yakuza too. Oh lord, the Yakuza, really, that's all you found ? They didn't have worse on sale ? » maugréa-t-elle en passant une main sur son front. « Fuck, Danjel, fuck ! » Réalisant que ce contre-temps ne la mettait pas en avance, elle s'approcha de la porte avant de se tourner de nouveau vers le jeune homme. « Just... Urh. Meet me between Bayard & Mott Street tomorrow, at 4, it's in Chinatown. » termina-t-elle en ouvrant la porte pour se faufiler à l'extérieur, ne lui laissant pas le temps de prononcer un mot de plus.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ooh na na, why you gotta act so naughty ? ❞ Mar 27 Mai - 17:02


Epaules voûtées et tête baissée, Danjel affichait un air profondément accablé par sa situation actuelle. Sa rencontre avec la mafia japonaise avait chamboulé sa vie à juste titre ; il était devenu distant, sur la défensive et développait une certaine forme de paranoïa. Jeter un coup d’œil par-dessus son épaule était devenu un réflexe, une habitude. Il savait que sa vie était en jeu. Lorsque Ren jugerait leur coopération inutile ou dangereuse, il le ferait tuer. Pourquoi l’épargnerait-il ? Danjel était une version moderne d’Oliver Twist et, avec un peu de chance, personne ne chercherait à comprendre les raisons de sa disparition. Le brésilien n’y tenait pas non plus. Il n’avait pas envie de voir ses proches creuser et devenir des cibles potentielles, mais il ne cessait de ruminer sa décision. Quoi qu’il en dise ; il avait besoin d’aide. Pourquoi le dire à une parfaite inconnue ? Il n’en était pas totalement sûr, mais – d’une certaine manière – Danjel sentait qu’elle le comprenait. Du moins, plus que Kat sur certains points. Ils étaient deux âmes brisées. Pourtant, on ne pouvait pas dire que le brésilien se sentait à l’aise en compagnie de la brunette ; elle était tellement plus intelligente et mature que lui. « I, what – Why did you tell me ?! Now I know, and that means I'm not protecting just you anymore, I'm protecting the Yakuza too. Oh lord, the Yakuza, really, that's all you found ? They didn't have worse on sale ? Fuck, Danjel, fuck ! ». Danjel poussa un soupir, affichant même un « puppy face » devant l’air passablement énervé de la voleuse qui prenait un malin plaisir à lui rappeler son imprudence. « Hey but… ! » tenta-t-il de se défendre avant d’être brusquement coupé. « Just... Urh. Meet me between Bayard & Mott Street tomorrow, at 4, it's in Chinatown. » conclut-elle en le laissant en plan dans une pièce sombre et vide. Elle avait raison, ce n’était pas un endroit pour discuter ; surtout pas avec l’armoire à glace qui attendait derrière la porte que sa protégée termine le travail. Danjel attendit quelques instants avant de quitter l’endroit à son tour et, à défaut de pouvoir passer par la grande porte, opta par l’une des fenêtres du sous-sol. Les mains dans les poches et la tête cachée sous une capuche, il héla un taxi qui le déposa à quelques pâtés de maison des entrepôts du Queens, puis se rendit à celui où les Yakuza avaient élu domicile pour leur donner la clé USB. Pendant quelques instants, il crut ne pas pouvoir honorer son « rendez-vous » avec la brunette, que Ren ne lui laisserait pas la vie sauve, mais contre toute attente, le malfrat sembla plutôt satisfait de sa nouvelle recrue et le laissa repartir.

C’est la mine déterrée qu’il se pointa à 4h tapante au croisement des rues Bayard et Mott, en plein cœur de Chinatown. Il tremblait et ce n’était pas seulement dû à toute la caféine qu’il avait ingéré pour rester en éveil, mais bien parce que les asiatiques ne lui inspiraient plus confiance. Elle n’aurait pas pu choisir un autre endroit ? Rumina-t-il une énième fois avant de prendre une nouvelle gorgée de son précieux breuvage. Danjel se dopait à la caféine pour rester alerte, mais fut forcé de constater que ça n’était pas d’une grande efficacité ; il n’avait pas même pas remarqué l’arrivée de la jeune femme qui se trouvait maintenant à ses côtés, le faisant sursauter. « Balls ! » cracha-t-il, encore surpris. « Bon alors, pourquoi est-ce que tu voulais me retrouver ici ? » dit-il, engageant tout de suite le sujet sur la raison de sa présence dans un quartier asiatique. « Parce que, personnellement, c’est pas l’endroit que j’aurais choisi. ».
railla-t-il, plus nerveux que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ooh na na, why you gotta act so naughty ? ❞ Jeu 29 Mai - 23:29


Depuis que Phoenix avait quitté Danjel, elle n'avait pas été capable de fermer l'oeil. Elle avait passé la nuit à ruminer sur le triste choix qu'il lui avait donné. D'un côté, Phoe était encore « nouvelle » chez Omega, et si Adrian l'avait jusqu'à présent épargnée, elle l'avait assez bien cerné pour savoir qu'il n'hésiterait pas à la tuer, surtout maintenant qu'elle était vraiment entrée dans le système & qu'elle était impliquée dans des missions. Grâce à ce nouveau « job », Phoenix avait pu obtenir une nouvelle identité, et Kenzi Butler était... indétectable. Elle avait un appartement décent dans le Queens, où elle vivait avant que le ciel ne lui tombe sur la tête, ou plutôt sur celle de Tyler. Elle gagnait de l'argent, elle n'avait plus besoin de voler, ou du moins, elle n'était plus adepte du vol à l'étalage pour subsister. Mais d'un autre côté, il y avait Danjel. Rien d'autre ne la rattachait à lui que cet étrange sentiment qu'elle aurait tout à fait pu être à sa place ; bon, il semblait particulièrement maladroit, mais même, il avait apparemment les mêmes plans qu'elle... et pas qu'une fois. Cacher à Omega qu'elle avait fait affaire à un membre des Yakuza lui faisait risquer gros, mais l'avouer mettait à coup sûr la vie de Danjel en jeu, et si elle était pleine de vices, elle ne voulait certainement pas devenir une tueuse.

Le temps était passé étrangement jusqu'à ce qu'elle retrouve le brésilien à Chinatown, où elle lui avait donné rendez-vous la veille. Pendant toute la journée, elle s'était affairée à faire un choix : soit lui dire qu'elle le balançait et lui donner une chance de partir de New York avant que l'engrenage ne soit lancé, soit elle s'engageait dans un terrain plus dangereux ; et ce ne fut que lorsqu'il lâcha un « Balls ! » alors qu'elle était assise à côté de lui depuis plus de trente secondes qu'elle prit sa décision. « Bon alors, pourquoi est-ce que tu voulais me retrouver ici ? » Encore un peu foggy, Kenzi ne lui répondit pas et déposa quelques pièces sur la table avant de se lever. « Parce que, personnellement, c’est pas l’endroit que j’aurais choisi.  » « Tant mieux, on reste pas. » répondit-elle du tac au tac avant d'avancer de quelques pas. Trouvant Danjel trop lent, elle lui prit le poignet et traversa la rue au bout du bloc pour s'engager sur Mulberry Street, beaucoup plus calme. Elle salua un enfant qui passait par là en tapant dans ses mains pendant qu'il passait en rollers, et s'arrêta devant un restaurant à l'allure un peu délabrée dont le nom en néon s'allumait à moitié : Xe Lua. « Stay close. » dit-elle simplement avant de l'entraîner dans la ruelle qui jouxtait directement le restaurant ; elle s'arrêta devant une entrée – la porte en bois, ouverte, ne l'était que parce que deux malaisiens d'une vingtaine d'années étaient postés sur les escaliers, fumant un joint : les protecteurs. Kenzi hocha la tête lorsqu'ils la reconnurent et l'un d'eux se leva pour les laisser passer, non sans rire brièvement, s'imaginant sans doute que la jeune femme venait profiter de ses derniers jours dans son taudis pour s'envoyer en l'air.

Après un escalier qui les mena au sous-sol, ce fut une suite de couloirs malodorants ; presque toutes les portes étaient ouvertes pour faire circuler l'air, et Kenzi, par habitude, retint son souffle jusqu'à atteindre le bout d'un couloir qui lui était particulièrement familier. Elle sortit de sa poche une clé, qu'elle enfonça dans le cadenas qui protégeait autant que faire se peut l'entrée, et invita silencieusement Danjel à entrer avant de fermer brutalement la porte ; par réflexe autant que par nécessité, elle replaça la serviette sale en bas de la porte pour bloquer les odeurs. En se tournant, un bref regard à la pièce lui suffit : sur cinq mètres carré, la jeune fille avait réussi à ne conserver qu'un matelas et une large bassine – tout ce qu'elle avait amassé en biens avait été déplacé dans son nouvel appartement du Queens. « There. You said you didn't know anything about me, so... this is where I've been living since the beginning of the year. » déclara-t-elle, pas gênée pour un sou. « I actually got kinda lucky, I have the ''window'' - reprit-elle en désignant l'ouverture similaire à une bouche d'évacuation, en haut du mur en face d'eux - It can get pretty messy when it's raining, but... AIR. » Elle s'assit sur son matelas et s'appuya contre le mur.  « Since I've found my new ''job'', I've moved. I have a new place, I have... food, I have a bathroom, so many things that seems ''normal'' to everyone. » Elle déglutit et releva les yeux vers Danjel. « I took you here to make you realise in what position you're putting me. Assuming they're not just gonna kill me for not saying anything about you being there yesterday, THIS is where I'm going back to... » Elle releva les jambes contre son ventre et les entoura d'un bras, sans quitter Dan du regard. « So just... think before you speak next time. Please. » lâcha-t-elle finalement.

Je me répète mais omg ils me font tellement kiffer ces deux là Laughing

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ooh na na, why you gotta act so naughty ? ❞ Sam 14 Juin - 23:00


Danjel était plus nerveux que jamais, regardant sans cesse par-dessus son épaule pour être sûr que personne ne le dénoncerait auprès de ses « employeurs ». « Tant mieux, on reste pas. » répondit la jeune femme avant de le prendre par le poignet et de l’entraîner dans la rue sans crier gare. Danjel ouvrit la bouche, prêt à émettre une objection, mais celle-ci mourut dans sa gorge avant même d’avoir eu le temps de franchir la barrière de ses lèvres. Il était capable de la suivre n’importe où du moment qu’ils s’éloignaient de Chinatown. Le brésilien avait un peu de mal à saisir ce qui lui arrivait, mais ce n’était pas très étonnant compte-tenu de la personne qu’il l’accompagnait. Il se laissa faire docilement et la suivit sans se plaindre. « Stay close. » le prévint-elle, ce à quoi il répondit : « On ne peut pas faire plus prés… », tout en désignant d’un signe de la tête cette main qui serrait toujours son poignet.

Après quelques minutes de marche, ils pénétrèrent finalement dans un logement insalubre et dont l’odeur lui souleva le cœur. Danjel se demandait même par quel miracle cet endroit n’avait pas encore été rasé par les autorités sanitaires. Il n’aurait su décrire ce qu’il voyait, ce qu’il sentait : un mélange d’urine, de gerbe, d’alcool, d’herbes et que sais-je encore qui l’obligeait à se protéger le nez de sa main pour tenter de bloquer les effluves qui lui brûlaient même les yeux. Danjel terminait de se dire que l’endroit n’était pas recommandable lorsqu’il vit sa compagne d’infortune ouvrir l’une des portes donnant sur un maigre espace vital. A sa demande, le brésilien entra à l’intérieur et observa rapidement les lieux – il n’y avait pas grand-chose à voir de toute façon – avant qu’elle ne reprenne enfin la parole.  « There. You said you didn't know anything about me, so... this is where I've been living since the beginning of the year. I actually got kinda lucky, I have the ''window''. It can get pretty messy when it's raining, but... AIR. Since I've found my new ''job'', I've moved. I have a new place, I have... food, I have a bathroom, so many things that seems ''normal'' to everyone. I took you here to make you realise in what position you're putting me. Assuming they're not just gonna kill me for not saying anything about you being there yesterday, THIS is where I'm going back to... So just... think before you speak next time. Please. ». Danjel se mit à déglutir avec difficulté. Il ne doutait pas que la situation de la jeune femme était compliquée : elle ne pouvait que l’être lorsqu’on était amené à voler pour subvenir à ses besoins, mais il avait du mal à l’imaginer vivre dans de telles conditions. Elle qui paraissait tellement cultivée, propre sur elle… Danjel se sentait plus ridicule que jamais. « Je ne me rappelle pas t’avoir demandé de me couvrir. Ça n’aurait rien changé pour moi, dans tous les cas, j'ai jamais été une lumière alors je préfère ne rien te dire. Pas si ça t'enlève tous tes nouveaux privilèges. »

La large bassine, elle ne l’aurait pas surnommé Alain à tout hasard ? xD
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ooh na na, why you gotta act so naughty ? ❞ Lun 23 Juin - 2:14


« Je ne me rappelle pas t’avoir demandé de me couvrir. Ça n’aurait rien changé pour moi, dans tous les cas, j'ai jamais été une lumière alors je préfère ne rien te dire. Pas si ça t'enlève tous tes nouveaux privilèges. » Danjel n'aurait rien pu dire qui aurait plus énervé Kenzi que ça – dès lors qu'il eut prononcé ses mots, la jeune fille prit un air incrédule. « I'm sorry, what ? My privileges ? » fulmina-t-elle en croisant les bras, sur la défensive. Pour le coup, elle ne s'était pas attendue à ce que Dan se braque & l'envoie bouler alors qu'elle lui dévoilait enfin quelque chose sur elle. Elle était en train de lui sauver la mise, et probablement la vie, et lui ne trouvait rien de mieux à faire que de rejeter l'aide qu'il lui avait imposée ? Des privilèges... Kenzi en croyait à peine ce qu'elle entendait. Depuis toute petite, elle avait vécu dans un taudis, elle avait appris à faire de partout son chez-soi, et depuis son arrivée à New York, elle s'était battue pour garder son identité, pour rester en vie une fois que la couverture de Tyler s'était déchirée. Ces « privilèges » dont il parlait dépassaient tout ce qu'elle avait connu, tout ce que ses « grands frères » avaient pu lui offrir avec toute la bonté qui les avaient habité le jour où ils avaient fait d'elle leur protégée, et même si c'était via des réseaux illégaux, elle avait gagné de sa sueur de vivre de nouveau dignement. « Sans moi, tu serais sûrement déjà mort. Tué par quiconque possède le disque dur sur lequel t'avais laissé tes grosses empreintes informatiques. Ou par ton propre boss, le putain de yakuza. Ou bien par le mien. Plus probablement par le mien. Mais de rien, hein. » déclara-t-elle sombrement en fronçant les sourcils, blessée. Pour le coup, elle se sentait conne maintenant, de l'avoir emmené jusqu'ici – elle lui tourna le dos, et c'était tout ce qu'elle pouvait faire. « J'arrive pas à le croire, tiens. Moi non plus, je suis pas très bonne pour bosser en équipe, mais ça ! C'est sûr, t'es pas une lumière. » répliqua-t-elle, acide, avant de se tourner de nouveau vers Danjel. « T'as des tendances suicidaires, c'est ça ? T'aimes pas ta vie ? Parce qu'à ce rythme là, tu vas vraiment pas tenir longtemps sur tes pattes. » Elle se sentait bouillonner et, excédée, elle fit deux pas pour se placer de nouveau près de la porte & faire de nouveau face à Danjel. « Je voulais juste t'aider. Tu m'as pas demandé de te couvrir, certes, mais je voulais pas te laisser dans ta merde. T'as l'air de kiffer te dépatouiller avec alors... Bon vent, hein. » termina-t-elle en faisant glisser la serviette en bas de la porte avec son pied, prenant une inspiration avant de l'ouvrir.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ooh na na, why you gotta act so naughty ? ❞ Mar 24 Juin - 15:45


Les paroles de Danjel n’avait pas été très assurée. Le brésilien se doutait que ce qu’il venait de dire ferait entrer son accompagnatrice dans une colère noire et il ne pouvait que comprendre. Ce geste était en fait prémédité, mais il ne savait pas ce qu’il cherchait à faire en la blessant de la sorte. Il se plaisait à croire que tout ceci était purement désintéressé, qu’il voulait juste la protéger des Yakuza en l’éloignant de lui ou simplement parce qu’il avait honte des circonstances qui l’avaient conduit à accepter de leur servir de marionnette. Danjel préférait sauver son honneur – ou plutôt sa virilité – plutôt que sa propre vie. C’était stupide, et le pire, c’était qu’il en avait pleinement conscience. Sans avoir la regarder, le brésilien comprit qu’il avait réussi à l’énerver pour de bon et se sentit aussitôt mal à l’aise. « I’m sorry, what ? My privileges ? » dit-elle en croisant les bras sur sa poitrine pour mieux le toiser avec dédain. Danjel venait sans doute de gagner le award du salaud de l’année ; il venait tout juste de l’envoyer paitre alors qu’elle lui confiait enfin un petit bout de sa vie. Elle en avait gros sur le cœur et il savait que ce n’était plus qu’une question de temps avant qu’elle n’explose et ne lui crache tout ce qu’elle pensait de lui. Il amorçait déjà le compte-rebours dans sa tête, mais eut à peine le temps d’arriver à 0 qu’elle lui sauta à la gorge. Contrairement à ce qu’il aurait cru, elle n’élevait pas la voix et c’était sûrement pire que si elle lui avait hurlé dessus en le frappant de toutes ses forces. « Sans moi, tu serais sûrement déjà mort. Tué par quiconque possède le disque dur sur lequel t'avais laissé tes grosses empreintes informatiques. Ou par ton propre boss, le putain de yakuza. Ou bien par le mien. Plus probablement par le mien. Mais de rien, hein. J'arrive pas à le croire, tiens. Moi non plus, je suis pas très bonne pour bosser en équipe, mais ça ! C'est sûr, t'es pas une lumière. T'as des tendances suicidaires, c'est ça ? T'aimes pas ta vie ? Parce qu'à ce rythme là, tu vas vraiment pas tenir longtemps sur tes pattes. Je voulais juste t'aider. Tu m'as pas demandé de te couvrir, certes, mais je voulais pas te laisser dans ta merde. T'as l'air de kiffer te dépatouiller avec alors... Bon vent, hein. ». Danjel écarquilla les yeux. Sa colère était parfaitement justifiable, mais il ne s’attendait pas à ce qu’elle se montre aussi blessée. Elle qui paraissait pourtant si indépendante ; pourquoi se soucier de ce qu’un quasi-étranger pouvait bien penser d’elle ? Un étranger qui se trouvait bien souvent sur son chemin et qui gênait ses affaires, en plus de ça. Danjel était une épine dans le pied plus qu’autre chose à ses yeux et pourtant, elle semblait vraiment tenir à lui venir en aide. Jusque là, peu de personne n’en avait fait autant pour lui. Peut-être parce que peu de personnes ne l’avait côtoyé dans sa misère.

Alors qu’elle s’apprêtait à sortir, Danjel resta de marbre jusqu’à ce que l’horrible odeur ne lui chatouille de nouveau les narines. Kenzi venait tout juste d’enlever la serviette qui « protégeait » son « appartement » des effluves extérieurs. Lui non plus n'avait jamais eu pignon sur rue, mais il devait bien reconnaître que l'endroit était de loin le pire qu'il n'ait jamais visité. « Attends ! » dit-il en s’élançant vers elle. Il saisit son bras pour l’éloigner de la porte et s’empressa de remettre la serviette en place avant de rétablir le contact visuel. « Je suis désolé. Une fois de plus, je viens de réagir comme un con. J'ai un don inné pour me foutre dans la merde et je voulais pas t'entraîner la dedans. Il y a ça et aussi le fait que... j’ai vraiment honte de la manière dont je me suis fait avoir. » dit-il en passant une main dans ses cheveux qui donnait l’impression de ne jamais avoir été discipliné. « Tout comme toi, je n’ai jamais habité au Ritz - bon, d’accord, une fois en me faisait passer pour Donovan, mais ça compte pas ! – depuis que je suis arrivé aux USA, je vis la plupart du temps dans un entrepôt désaffecté qui sert de repaire à ma crew. Jusqu’à présent, les flics n’ont fait aucune descente, et puis, récemment, j’ai eu de nouveaux voisins. J’ai voulu défendre mon territoire… et je me suis fait sérieusement tabassé. Ce n’est qu’après je me suis aperçu que c'était des mafieux. Comme j'ai déjà un CV bien garni - de l'expérience dans les favelas brésiliennes - mon instinct de survie leur a peut-être suggéré de travailler pour eux. Voilà. » expliqua-t-il, en rougissant de honte cette fois-ci.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ooh na na, why you gotta act so naughty ? ❞ Ven 27 Juin - 0:27


Kenzi avait vraiment été idiote de croire que... quoi, exactement ? Elle n'avait même pas vraiment de plan, elle s'était juste dit comme une conne qu'elle allait aider Danjel, et ça lui retombait dessus. Elle était blessée, et elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même pour avoir voulu jouer les superhéros du dimanche. Ah,ça ! On ne la reprendrait pas deux fois à vouloir aider son prochain, tiens.

« Attends ! » s'était pourtant exclamé Danjel quelques secondes seulement après que l'australienne ait ouvert la porte ; pas très résistant, le yakuza en herbe ! Elle le laissa les doter de nouveau de leur protection olfactive avant qu'il ne se redresse vers elle. Elle était toujours aussi énervée, mais également un peu curieuse de ce qu'il pourrait bien trouver pour se rattraper. « Je suis désolé. Une fois de plus, je viens de réagir comme un con. J'ai un don inné pour me foutre dans la merde et je voulais pas t'entraîner la dedans. Il y a ça et aussi le fait que... j’ai vraiment honte de la manière dont je me suis fait avoir.  » Kenzi leva un sourcil : honteux, il pouvait l'être. Vraiment, elle voulait juste qu'il admette qu'elle, pour sa part, faisait du bon boulot & que sans elle, il y serait passé ! C'était ce qui était vraiment arrivé ! Elle ne savait même pas pourquoi elle-même tenait tant à ce que le fait soit établi, elle n'avait vraiment pas pour habitude de se vanter de ce qu'elle savait faire, mais... ouais, elle avait – et toujours actuellement – risqué gros pour lui, en sachant parfaitement par quoi elle pourrait passer ; la dernière fois qu'elle avait pris la faute pour quelqu'un, elle avait dû devenir Tyler, puis Kenzi, quitter son pays, les quelques personnes qui comptaient vraiment pour elle... oui, elle savait ce qu'elle risquait, et elle avait tout de même été incapable de laisser Danjel se laisser bêtement attraper – et, du coup, récolter ce qu'il avait lui-même semé. « Tout comme toi, je n’ai jamais habité au Ritz - bon, d’accord, une fois en me faisait passer pour Donovan, mais ça compte pas ! – depuis que je suis arrivé aux USA, je vis la plupart du temps dans un entrepôt désaffecté qui sert de repaire à ma crew. Jusqu’à présent, les flics n’ont fait aucune descente, et puis, récemment, j’ai eu de nouveaux voisins. J’ai voulu défendre mon territoire… et je me suis fait sérieusement tabassé. Ce n’est qu’après je me suis aperçu que c'était des mafieux. Comme j'ai déjà un CV bien garni - de l'expérience dans les favelas brésiliennes - mon instinct de survie leur a peut-être suggéré de travailler pour eux. Voilà. » Kenzi avait laissé Danjel s'exprimer, et elle resta un long moment silencieuse après qu'il eut terminé de parler. D'abord, elle réfléchissait à ce que tout ça pouvait bien représenter, l'attitude qu'elle aurait eu dans le même cas ; et puis, elle réalisa qu'elle avait vécu, à quelques détails près, la même chose. C'était parce qu'elle avait volé le portefeuille de la mauvaise personne qu'elle s'était retrouvée devant une impasse ; s'ils ne l'avaient pas exprimé ouvertement, il avait semblé clair à la jeune fille que si elle refusait de se mettre au service d'Omega, c'était la mort qu'elle rencontrerait. Alors, elle avait accepté, & il fallait avouer que depuis, si elle l'avait VRAIMENT voulu, elle aurait pu s'échapper, changer de nouveau de pays, d'identité, voler assez d'argent pour se reconstruire autre part, peut-être en Afrique ; mais elle ne l'avait pas fait, et ça devait vouloir dire quelque chose. « Brésilien... Je me demandais bien d'où venait cet accent. » reprit enfin Kenzi, totalement hors sujet, les lèvres étirées dans ce sourire en coin mi-fier, mi-moqueur qu'elle maîtrisait si bien. Elle laissa encore passer une seconde avant de reprendre son sérieux. « Je comprends... J'aurais fait pareil. » avoua-t-elle enfin, préférant cependant passer sous silence les détails de son propre recrutement, pour le moins musclé. « Juste... Fais plus attention, quoi. » reprit-elle finalement. Sa colère était totalement retombée.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ooh na na, why you gotta act so naughty ? ❞ Mar 8 Juil - 22:36

A la fin de son récit, Danjel était essoufflé. Le brésilien venait de revivre en à peine quelques minutes un passé dont il essayait vainement de se débarrasser. C’était peine perdue. Ca le suivait partout. C’était même « grâce » à ça qu’il servait aujourd’hui la cause des Yakuza. Pas de son plein gré, certes. « Brésilien… Je me demandais bien d’où venait cet accent. » dit-elle finalement, dans un sourire qu’il devina moqueur et qui lui arracha un regard faussement courroucé. Effectivement, Danjel ne parlait pas américain à la perfection. D’ailleurs, il avait appris cette langue de lui-même et ne savait même pas l’écrire correctement. Il avait quitté l’orphelinat beaucoup trop tôt pour cela ; son éducation n’était pas encore achevée. C’était sans doute pour cette raison qu’à presque 25 ans, il n’était pas aussi futée qu’une jeune femme qui en avait à peine 20. Il avait tout de même tenté de travailler son accent en tentant de modifier sa voix et de la faire un tant soit peu ressembler à celle d’Enzo, mais comme on dit : « chassez le naturel et il revient au galop ». Il se souvenait même avoir juré dans sa langue natale lorsqu’il l’avait rencontré la première fois dans cette chambre d’hôtel où elle était venue plumée son « double ». Double. Même ce mot sonnait étrangement à ses oreilles. Quand on y pensait, Enzo menait une vie de rêve. C’était l’original et il n’était qu’une pâle copie. « Je comprends… J’aurais fait pareil. » reprit-elle. Danjel fronça les sourcils. C’était étrange, mais il eut presque l’impression qu’elle ne s’était pas non plus enrôlée de son propre chef. « Juste… Fais plus attention, quoi. » termina-t-elle, beaucoup plus douce que quelques minutes auparavant. Il pensait qu’elle lui en aurait voulu encore longtemps, mais non. C’était même tout le contraire. Sa colère était retombée comme un soufflet au fromage. Il avait l’impression qu’elle le comprenait. Mieux que quiconque. Mieux que ceux qui constituaient ce qu’il se plaisait à appeler sa « famille ». Peut-être mieux que Kat, elle-même ! Pour toute réponse, Danjel acquiesça d’un signe de tête. « Seulement si tu en fais autant. » dit-il en soutenant ses yeux bleus.

Là, sans vraiment avoir besoin de mettre des mots là-dessus, il venait de lui faire une promesse. Celle de couvrir ses arrières à son tour, et ce, même s'il n'avait pas ses capacités et sa vivacité d'esprit pour ce qui était d'échapper aux embrouilles. En tout cas, à seulement 20 ans, elle était farouchement indépendante et, d'une certaine manière, ça l'intriguait et le fascinait...

THE END
TO BE CONTINUED



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: danjel & kenzi ❝ ooh na na, why you gotta act so naughty ? ❞

Revenir en haut Aller en bas

danjel & kenzi ❝ ooh na na, why you gotta act so naughty ? ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-