It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream
anipassion.com
Partagez|

la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
MessageSujet: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Sam 17 Mai - 20:20



   
Suile&Orf'True Love

   
Je pensais que les années passant la douleur serait moins intense, c’est ce qu’on m’avait dit quand j’ai appris la mort de mes parents. Mais tout cela ce n’est que des foutaises. Parce que c’était tout aussi douloureux qu’au premier jour, au premier anniversaire. Et jamais cessera cette douleur. Même au bout de 20 ans, 30 ans... Pourtant j’étais bien entourée, je n’avais pas à me plaindre, mes meilleurs amis étaient là, mon petit ami était encore plus présent que jamais dans ces moments-là... Mais rien n’y faisais, je restais morose, renfermée, et limite dépressive. Bien sûr c’était passager, c’était juste le temps d’une semaine. Parfois un peu plus, mais ça ne durait jamais. Mais je n’avais pas envie de miner le moral de Suile aujourd’hui, je l’avais vu hier, et je ne l’avais jamais vu autant sourire. Et je n’avais pas envie qu’il ne se fasse du souci pour moi, je voulais qu’il continue d’être aussi léger qu’il l’est en ce moment.

Mais depuis ce matin, j’étais partie rapidement de chez moi allant courir, puis sortant à l’autre bout de la ville. J’avais laissé mon portable dans mon appartement, je ne voulais être jointe par personne ce jour. Il m’arrivait parfois de disparaître ainsi, mais jamais pour longtemps. Mais le fait que notre relation ait changé, je ne sais pas si Suile allait être aussi tranquille qu’auparavant. Mais je ne m’en souciais pas, du moins pour la journée. Il faisait pratiquement nuit lorsque je regagna mon immeuble. Je sais que ce n’est pas Filant prendre une douche, j’y passe au moins une bonne heure avant de ressortir. Enfilant un short et un tee-shirt que j’avais emprunté à mon chéri, tout le poids de la solitude m’envahit soudainement. Je ne peux pas rester dans l’appartement toute seule. Sortant en prenant bien soin de fermer derrière moi, je monte ensuite chez suile. Frappant discrètement, pour ne pas réveiller les voisins, il est presque minuit... Pensant que c’était Suile qui allait m’ouvrir, je fus néanmoins surprise de voir que c’était Gof.. Qui me regardait bizarrement... C’est là que je compris que je pleurais. Lui faisant un triste sourire, j’entre dans l’appartement avant de me blottir dans ses bras. « Où est suile ? » Je le sentis me caresser le dos « Il est parti se coucher depuis une heure, mais tu peux y aller, et le réveiller.. » Je souris faiblement avant de m’extraire de ses bras et de se faufiler dans la chambre de suile. Le voyant dormir, je souris, il était vraiment magnifique. Le rejoignant dans le lit, sans même enlever mes vêtements, je me glisse contre lui en faisant attention de ne pas le réveiller. Mouillant par la même occasion son épaules avec mes larmes.
   
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Sam 17 Mai - 23:18

Orf & Suil ₰  la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs.

Je t'écris sur les murs. Je t'écris du coeur de la ville. L'amour est une drogue dure et chaque dose m'éloigne du vide. ▲ Kyo


Je n'étais pas complètement idiot encore. Ni n'avais de souci de mémoire. Donc, je savais parfaitement quel jour nous étions, exactement. Je savais que c'était l'anniversaire de mort des parents d'Orfhlaith. Et je savais parfaitement que c'était un jour très compliqué et très douloureux pour elle. D'ordinaire, je ne cherchais pas à aller la retrouver, ne sachant pas si elle avait besoin de quelqu'un ou si elle préférait tout simplement rester seule. Mais ce coup ci, vu l'évolution de notre relation, j'étais encore un peu plus perdu. je ne savais vraiment pas si je devais passer la voir ou non. En milieu d'après-midi, j'avais quand même tenté de la joindre par téléphone pour savoir. Mais j'étais directement tombé sur le répondeur et j'avais compris qu'elle préférait rester seule. Je ne lui en voulais évidemment pas. Si pour ma part j'arrivais davantage à supporter les anniversaires de mort de mes parents, c'était sans doute uniquement parce que j'avais mon frère. Nous étions deux à faire face. Qu'Orf était seule dans le fond. Certes, elle avait ses deux meilleurs amis présents pour elle. Mais ce n'était pas pareil. Enfin, maintenant, elle avait un meilleur ami. Et un petit ami/meilleur ami. Parce que même si elle était ma petite amie, je continuais de la considérer comme étant ma meilleure amie, par la même occasion. Et j'espérais que c'était pleinement réciproque. Mais dans le fond, je n'en doutais pas. En attendant, j'avais donc laissé les heures filer. Et malgré mon envie et mon besoin de la voir, je m'étais couché sans passer pour son appartement pour savoir si elle s'y trouvait ou non. Et tant bien que mal, je m'étais endormi, accueillant le sommeil avec bonheur. Mais j'en fus tiré un moment plus tard, quand je sentis une présence dans mon lit. Je n'eus aucun mal à reconnaître Orf, rien qu'à son parfum délicat. Comme je sentis l'humidité qui commençait à imprégner mon vêtement. Elle était en train de pleurer. Gardant un bras sous elle, je posai ma main libre sur sa taille, pour la maintenir contre moi et caresser la parcelle de peau découverte, de mon pouce. « Je suis là...» Soufflai-je d'une voix douce, en tournant le visage vers elle pour déposer un tendre baiser sur son crâne.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Dim 18 Mai - 12:01



 
Suile&Orf'True Love

 
J’aurais pu faire un effort, et passer ma journée avec mon chéri. Il aurait peut-être pu me remonter le moral. Mais je n’avais tout simplement pas envie de lui pourrir sa journée. Et puis je sais que ce n’était qu’une mauvaise passe. J’admirais vraiment les jumeaux, je ne sais pas comment il parvenait à survivre à cette journée. Parce qu’eux aussi avaient perdu leurs parents. C’était une des choses qui nous avaient considérablement rapprochés en étant enfant. Mais j’étais assez indépendante, même maintenant que notre relation avait évolué. Et j’avais besoin de garder cette indépendance, tout comme j’avais continuellement besoin d’être dans les bras de mon petit ami, je jonglais entre les deux.  Et je sais que ça convenait à Suile, que je ne sois pas trop envahissante, il avait également besoin de sa liberté. Et si je voulais que ça fonctionne entre nous, il allait falloir que l’on se laisse notre liberté. Mais, la fin de journée, la solitude commençait à me peser, et aussi le manque de ne pas voir mon petit ami. Parce qu’en temps normal on se voyait tous les jours. Il était celui qui embellissait ma journée. Et si l’on ne pouvait pas se voir, on se passait un coup de fil qui pouvait durer des heures pour ma part, je ne me lassais jamais d’entendre sa voix. Arrivée au beau milieu de la nuit, je passe un court moment avec Gof, il allait d’ailleurs falloir que je remédie à ça, ce n’est pas parce que je suis avec Suile, que je dois négliger mon second meilleur ami, même si pour le moment il ne m’en voulait pas et qu’il s’effaçait même, je ne devais pas négliger notre amitié. Mais pour le moment, j’avais juste envie de retrouver mon chéri. Me glissant le plus silencieusement possible dans son lit, je laisse libre cours à mes larmes une fois la tête sur son épaule. Je le sentis bouger pour venir m’enlacer. Son étreinte me calme instantanément. Glissant mes bras autour de lui, je frotte mon visage contre son épaule pour essuyer les traces de larmes. « Je t’ai réveillé... » Je ne voulais pas le réveiller à la base, simplement être à ses côtés pour dormir paisiblement. C’était d’ailleurs la première fois depuis que l’on était un couple que je m’introduisais dans son lit. Je soupire de bien-être en sentant son baiser sur mon front. « Tu m’as manqué... » Je redresse mon visage pour déposer mes lèvres sur les siennes. J’aurais dû venir dès ce matin, Suile concentrait désormais toute mes pensées, il pansait avec perfection mes plaies. Bien sûr, la journée ne faisait seulement que de se terminer, et je pensais toujours à mes parents, mais Suile serait toujours là.  
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Dim 18 Mai - 14:36

Orf & Suil ₰  la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs.

Je t'écris sur les murs. Je t'écris du coeur de la ville. L'amour est une drogue dure et chaque dose m'éloigne du vide. ▲ Kyo


Etant moi même un grand solitaire qui avait parfois le grand besoin de demeurer seul parce que je ne souhaitais pas partager mes peines mais plutôt me recentrer avec moi même, je comprenais parfaitement qu'Orf ait eut besoin de se retrouver seule. Je ne lui en voulais donc pas le moins du monde, cela semblait aller de soit. Mais je ne pouvais nier que de la sentir me rejoindre finalement, me fit un bien fou et me rassura. J'aimais quand même avoir la confirmation qu'elle avait encore et toujours besoin de moi pour se sentir mieux. Je n'aimais quand même pas trop avoir la sensation de ne servir à rien. Surtout pour elle qui était la personne qui comptait le plus pour moi au monde, en même temps que mon frère. Oui, elle était à égalité avec lui. Et ça ne datait pas du début de notre relation amoureuse. Je fus donc content qu'elle ait fini par me rejoindre. Et qu'en me sentant éveillé, elle se blottisse davantage contre moi encore. « C'est vraiment pas grave Orf. » Lui soufflai-je d'une voix douce pour la rassurer. Même en pleine semaine, ça ne m'aurait pas du tout dérangé qu'elle me réveille. Pour une raison ou pour une autre. Mais plus encore en sachant qu'elle allait mal. Quel piètre petit ami je ferais si je n'étais pas là pour elle quand elle en avait le plus besoin. Même s'il est vrai que je l'avais laissé tranquille tout au long de cette journée. Mais c'était uniquement parce que je la connaissais assez pour savoir qu'elle en avait besoin. C'était vraiment une très bonne chose que je la connaisse à ce point. « Tu m'as manqué aussi. » Lui répondis-je toujours sur le même ton, en la serrant un peu plus contre moi encore. En sentant ses lèvres sur les miennes, je fus bien incapable de faire autrement que d'approfondir le baiser. Et le rendre sans doute un peu trop passionné au vu de la situation. En même temps, c'était impossible de faire autrement. Plus on s'embrassait et plus la tension montait. Mais vu qu'elle se trouvait dans mon lit, c'était un risque beaucoup trop grand. J'interrompis donc le baiser et posai une main sur son crâne pour maintenir son visage contre mon épaule. « Dors un peu. Je pense que tu en as besoin. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Lun 19 Mai - 5:42



Suile&Orf'True Love

Je savais que Suile me comprenait mieux que personne tout comme Gof d’ailleurs. J’avais vraiment de la chance d’être tombé sur eux. Et j’avais encore plus de chance d’être tombée amoureuse de Suile, et qu’il soit amoureux de moi, car j’en suis certaine maintenant. Il était vraiment parfait, répondait toujours présent lorsque j’en avais besoin, et il savait s’effacer lorsqu’il le fallait. Aujourd’hui il avait été plus que parfait. Mais j’étais heureuse, réellement, de le retrouver ce soir, et d’avoir le droit à son affection sans même une question. Je me glisse dans ses bras poussant un soupire de contentement. Je laissais son effluve m’envahir les narines, je ferme doucement les yeux pour m’en enivrer. Me blôttissant avec perfection contre son corps, que j’épousais à la perfection. Je glisse un bras en travers de son torse, le gardant ainsi contre moi. « Quand même, tu dois te reposer » dis-je d’une voix enrouée, remplie de larme. Larmes qui s’éteignent en sa présence. Il me assurait, il était un cocon rassurant. Me calmant doucement, je me rends compte que ne pas voir Suile pendant toute une journée, relevait plus du calvaire que d’autres choses. Je souris alors qu’il me répondit que je lui avais aussi manqué, ce que j’espérais tout de même ! L’embrassant, je perds limite pied lorsqu’il prolonge. Plus le temps passait plus la tension entre nous grimpait, je sais que bientôt cela atteindrait le paroxysme, et qu’il attendait que je sois prête pour passer à l’acte. Glissant à moitié sur lui, me laissant emporté par le baiser, je grogne de frustration lorsqu’il rompt le baiser pour me demandait de dormir. Ce n’était pas mon intention... Non, j’avais plutôt l’intention de profiter un peu de mon petit-ami, et de lui accorder un pu l’attention qu’il n’avait pas eu depuis hier. Déposant un baiser sur son épaule je secoue la tête.. « Je n’ai pas envie de dormir, mais plutôt de profiter un peu de l’homme que j’aime, ce n’est pas un crime, si ? » Montant une main à son visage que je caresse tendrement.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Lun 19 Mai - 21:30

Orf & Suil ₰  la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs.

Je t'écris sur les murs. Je t'écris du coeur de la ville. L'amour est une drogue dure et chaque dose m'éloigne du vide. ▲ Kyo


Je ne savais pas si je devais gronder ou non, Orf, qui en était à culpabiliser simplement parce qu'elle m'avait réveillé. Tout de même ! J'étais son meilleur ami depuis des lustres. Elle était censée savoir, quand même, qu'elle pouvait tout à fait se permettre de me rejoindre dans mon lit en pleine nuit, si elle en avait le besoin. J'étais toujours là pour elle quand elle avait besoin. Ca ne datait quand même pas du début de notre toute nouvelle relation, de couple. Mais je n'étais pas du tout surpris de l'entendre culpabiliser de la sorte. Venant d'elle, ça ne m'étonnait pas du tout. Et dans le fond, j'étais assez pareil. C'était juste humain en fait. « Orf, on est en plein week end. Crois moi, c'est pas grave du tout ... » Tentai-je de lui faire entendre raison, d'une voix toujours aussi douce. Je ne voulais pas qu'elle culpabilise pour des bêtises pareilles. Surtout pas un jour comme celui là. Un jour des plus tristes pour elle, quand même. Surtout qu'elle n'avait pas beaucoup de famille à même de la comprendre dans sa peine. Heureusement qu'elle avait deux personnes aussi importantes que Gof et moi, sans vouloir me vanter. Quand elle vint m'embrasser, je ne pu m'empêcher de lui répondre. Mais je fus quand même vachement surpris de la sentir s'emballer pour de bon, en allant jusqu'à se caler à moitié sur moi. Je ne m'attendais vraiment pas à ça. Mais bon sang ce que c'était bon ! Si j'éprouvais la forte envie de la plaquer sur le lit pour laisser libre court à mon désir pour elle, je pris sur moi pour ne rien en faire. Au lieu de ça, j'interrompis le baiser. Et ce, quand bien même je sentis sa frustration réagir au quart de tour. Tant pis pour elle ! Je ne voulais pas agir sur un coup de tête. Je grommelai dans ma barbe à sa réponse et à son baiser sur mon épaule. « Dois-je te rappeler que tu te trouves actuellement dans mon lit, Orf ? En plein milieu de la nuit ... »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Mar 20 Mai - 13:35



Suile&Orf'True Love

Il y a des choses qui ne changent pas et heureusement. Et je n’allais pas changer le fait que je détestais déranger les gens, même si je savais intimement que je pouvais le faire. Comme avec lui actuellement, ce n’était pas faute qu’il me le dise, à chaque fois, et pourtant à chaque fois je lui refaisais le même discours. J’étais comme cela, et c’était ainsi. Mais je râlais plus pour la forme que pour autre chose. De toute façon dès que ça concernait l’homme que j’aime, je ne réponds plus de rien. Je ne suis plus du tout raisonnable, au grand dam de mon petit-ami parfois. Je fis simplement la moue à ses paroles... « Bon d’accord... » Je concédais à ne plus parlementer à ce sujet, bien consciente que si je m’entêtais on allait encore se prendre la tête pour des broutilles, et il était déjà bien assez tard pour cela. Et puis je n’avais pas la force de lui tenir tête. Pas en ce jour si douloureux. Enfin étrangement, depuis que je *venais de retrouver Suile, c’était comme si la douleur était plus supportable. Comme si un poids s’était envolé. Même si les années précédentes ils avaient été plus que présents, comme peu d’amis le sont réellement, le fait d’être amoureuse me donnait une nouvelle impulsion de bonheur, et j’avais enfin quelque chose sur laquelle me projeter sur le long terme. Surtout que depuis quelques jours, je commençais à espérer d’aller un peu plus loin avec Suile, de franchir une étape. Mais n’oublions pas que je n’ai jamais franchi le pas, alors c’était délicat pour moi de faire le premier pas, j’avais bien trop peur de mal faire. Mais à chaque fois que je pensais le faire craquer, il me repoussait, encore et encore. Ca en devenait vraiment frustrant. Et comme je n’arrivais pas à lui dire clairement, je réitérais dès le lendemain sans succès. Mais cette fois, j’étais sûre et certaine de moi. J’essayais de lui faire comprendre en l’embrassant et en me collant à lui. Mais il me repoussa, ce qui eût pour effet de faire descendre mon désir comme un soufflet. M’avachissant contre lui, je soupire doucement, mais je ne dis pas mon dernier mot, la fatigue commençait à alourdir mes paupières, peut-être n’avait-il pas si tord que cela, mais demain quoiqu’il arrive je lui ferais comprendre que j’avais envie de lui. Tout comme je sais que lui a envie de moi.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Mar 20 Mai - 18:00

Orf & Suil ₰  la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs.

Je t'écris sur les murs. Je t'écris du coeur de la ville. L'amour est une drogue dure et chaque dose m'éloigne du vide. ▲ Kyo


Même si je comprenais parfaitement qu'Orf soit aussi inquiète et gênée à l'idée de me déranger dans son sommeil, je ne voulais pas non plus qu'elle en fasse une maladie. Surtout que c'était loin de me déranger pour ma part. Et je ne me sentais obligé de rien du tout, pour sûr ! Je ne disais pas tout ça pour lui faire plaisir. Mais également parce que ça me plaisait à moi aussi, dans le même temps. Ce qui n'était pas négligeable dans le fond. Et puis je savais parfaitement qu'elle en ferait de même pour moi. Dans une relation comme la notre, la question ne se posait même pas. Par contre, la question de savoir si oui ou non nous étions prêts à passer à l'étape supérieure, se posait bel et bien. Parce qu'en me rejoignant dans mon lit comme ça, elle s'exposait déjà au risque que je ne puisse me contenir tout à fait. Mais en m'embrassant, c'était pire encore. Je risquais de perdre les pédales et de lui sauter littéralement dessus. Or, je n'étais pas du tout certain du fait qu'elle soit ou non prête à cela. Et je ne voulais pas prendre le risque de la voir regretter quoi que ce soit au saut du lit. Raison pour laquelle je finis par la repousser en lui faisant remarquer tout ça. Elle sembla s'assagir et sans répondre, se rallongea et se calma. Comme elle ne parlait pas et qu'il faisait trop noir pour que je puisse la voir, j'ignorais si je l'avais vexé ou non. J'osais évidemment espérer que non. Mais je n'étais sûr de rien. De toute façon, c'était un risque qu'il me fallait prendre, malheureusement. Mais je comptais bien me faire pardonner au saut du lit, d'une façon ou d'une autre. Dans le fond, elle m'en serait reconnaissante en réalisant qu'elle n'était peut-être pas encore prête ! De toute façon, pour ma part, j'étais trop fatigué. A tel point, que je ne tardai pas à sombrer dans un sommeil profond. Duquel je ne fus tiré que de longues heures plus tard, quand le soleil commença à filtrer par le fenêtre dont le store n'était baissé qu'à moitié. Vu l'heure, Gof devait encore dormir, puisqu'il n'était pas sorti la veille mais s'était couché tard. Je grimaçai légèrement en réalisant que j'avais des fourmis dans le bras positionné sous la tête d'Orf. Mais pour rien au monde je ne souhaitais la réveiller. Alors je le laissai là quand même et posai mon regard sur son visage. Bon sang ce qu'elle était belle. Et en apercevant son épaule dénudée par le vêtement, m'appartenant, qu'elle portait, j'eus bien du mal à déglutir. Et je ne me rendis compte de mon geste, que lorsque je glissai le bout de mes doigts sur son épaule.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Mar 20 Mai - 18:42


Orf&Suile❧ Story of my life.
Bon je ne changerais jamais, sauf si Suile me le demande expressément. Il n’y a que lui ou encore à la limite Gof qui pourrait réussir à me faire changer. Mais Suile, lui, a tout les droits. Tout comme je ferais n’importe quoi pour lui, et que j’ai certainement plus de droits que quiconque sur lui. Combien de fois Gif est venu me trouver pour faire entendre raison à Suile. Je ne peux pas dire que j’y arrivais à chaque fois, mais je pouvais prétendre faire bouger les choses. Et ce serait le cas ce soir, ou demain matin Mais il était hors de question que je ne ressente sa frustration bien plus longtemps, et encore moins la mienne. Parce que s’il pensait que je ne ressentais pas quand il se retenait, il se mettait le doigt dans l’oeil. Même si je lui suis reconnaissante de voir la patience dont il fait preuve pour ne pas me brusquer et me faire risquer de regretter, ce qui ne serait probablement jamais le cas, qu’on se le dise clairement. Mais je lui envoyais tous les signaux possible pour lui faire comprendre que j’étais prête, mais à chaque fois il les rembarrait, et ce soir c’était la cerise sur le gâteau. Mais, la fatigue étant bien présente je n’eus aucune force pour réagir. Je me contente simplement de m’allonger à ses côtés et de fermer les yeux, de toute façon la magie du moment venait d’être brisée, et je ne voulais pas faire subir mes sautes d’humeurs à Suile, pas alors que tout avait sibien commencé, et puis ce n’était pas si grave que ça après tout. Contre toute attente, je m’endormis assez rapidement, bercée par le son de la respiration de mon petit ami. Je dormis, assez étonnamment, comme un loir. Ce sont les rayons du soleil qui me réveillèrent, ainsi que légère caresse sur mon épaule, qui me fit frissonner. Mais je ne bouge pas pour autant, curieuse de savoir ce qu’il allait faire ensuite. J’appréciais sa caresse, ses doigts sur ma peau. Je me rapproche de lui instinctivement et au bout de longues secondes, je ne résiste pas à ensevelir ma main sous son tee-shirt, caressant son torse. J’ouvre finalement les yeux, avec un petit sourire, tombant sur le visage magnifique de mon petit ami. « Bonjour... » Je me mordis la lèvre inférieure avant d’avancer ma tête pour déposer mes lèvres sur les siennes. J’étais cette fois bien déterminée à aller jusqu’au bout et à lui faire comprendre que moi aussi j’avais envie de lui. Je m’enhardis en passant au-dessus de lui, à califourchon.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Mar 20 Mai - 19:11

Orf & Suil ₰  la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs.

Je t'écris sur les murs. Je t'écris du coeur de la ville. L'amour est une drogue dure et chaque dose m'éloigne du vide. ▲ Kyo


Rester sage.C'était ce qu'il fallait faire à tout prix. N'en déplaise à Orf. Je n'étais pas certain de savoir pourquoi elle semblait éprouver la soudaine envie de se faire coquine et passionnée dans mon lit. MAis j'avais un peu un doute quant à l'idée qu'elle puisse faire ça sans trop réfléchir et sans avoir vraiment pris le temps, avant, de se demander si c'était vraiment le moment ou si ce n'était pas du tout le cas. Or, je ne tenais vraiment pas à ce qu'elle fasse un truc qu'elle pourrait ensuite regretter. L'idée ne me bottait pas du tout et je préférais encore mettre fin à son petit jeu de séduction taquin, pour qu'elle n'en vienne pas à regretter ses actes dès le lendemain matin. Quand je m'endormis enfin, ce fut soulagé de n'avoir pas cédé à ses avances. Bien sûr que j'en avais sacrément envie ... Mais si c'était pour la voir regretter et éviter mon regard au saut du lit, ce n'était vraiment pas la peine. On avait encore le temps d'en discuter et de voir ça dans les jours à venir, si vraiment elle avait toujours cette idée en tête. Mais pour le coup, je n'étais pas tout à fait certain de ça. Donc, on verrait bien. Pour le moment, je voulais seulement dormir. Et en me réveillant ... Bon ok, en me réveillant, j'avais un autre genre d'envie. En même temps, elle était étendue tout contre mon corps et le fait est qu'endormie, elle était tout simplement adorable. Elle l'était également en étant éveillée, bien sûr. mais totalement détendue comme elle l'était en cet instant, c'était à en devenir fou. Et je fondais complètement. Raison pour laquelle je vins délicatement caresser son épaule découverte, sans pouvoir m'en empêcher. « Bonjour toi ... » Lui répondis-je d'une voix douce avec un tendre sourire, quand elle ouvrit les yeux et me salua. Quand elle se redressa pour m'embrasser, je ne me fis pas prier pour lui répondre avec douceur et sans penser à quoi que ce soit. Mais quand elle se redressa et se plaça à califourchon sur moi, sans prévenir, je fus carrément surpris. J'écarquillai les yeux et baissai le regard sur son bas ventre, logé beaucoup trop près du mien. Bon disons, plutôt qu'elle était carrément assise sur mini moi qui était lui aussi éveillé. C'était le matin bon sang ! Il ne dormait pas le matin lui ! « Oh wow ! Orf ! Qu'est-ce que tu fais ? » Bon ça se voyait non ? Soit elle était totalement innocente et n'avait pas réellement pensé à ... ça ... Soit c'était volontaire. Et dans ce cas là, je n'allais pas me faire prier ...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Mar 20 Mai - 21:55



Suile&Orf'True Love

Si lui avait envie de rester sage, il ne sera pas servi avec moi, car j’avais envie de tout le contraire. Et comme j’étais très têtue, j’allais arriver à mes fins, par n’importe quel moyen, j’en étais sûre. J’en était d’ailleurs tellement sure que je n’ai aucun doute sur le fait que je ne vais pas regretter l’après. S’il avait vraiment peur que je regrette, je ne le comprends pas trop, surtout qu’il sait que c’est moi qui me suis dévoilé, que je suis amoureuse de lui depuis un certain moment. Et que si j’ai pris les devants, c’est parce que j’ai assez réfléchi comme cela. Bien sûr je dois bien avouer que je ne suis pas totalement sûr de moi dans la manière de faire, mais j’avais confiance en lui, et je sais qu’il m’aiderait, qu’il ne me jugerait pas. Ayant dormi sur mes deux oreilles, c’est donc parfaitement reposée que je me réveille. Et quel réveil agréable que de sentir les caresses de mon homme sur ma peau, de quoi me mettre l’eau à la bouche. glissant ma main sur sa peau chaude et douce, balayant sa peau de mes doigts. Je souris pour réponse à son murmure. Avant de l’embrasser tendrement, ce qui est tout le contraire du feu qui consume en ce moment même dans mon bas ventre. Passant à califourchon sur lui, j’évite de penser. Parce que mes pensées risquaient de me faire reculer, et je ne le voulais pas, mais vraiment pas. Continuant de l’embrasser, je n’ose plus bouger, prenant soudainement conscience de la position dans laquelle j’étais, mais je ne voulais pas reculer. Pas maintenant. Mais il faillit tout gâcher quand il s’exclame sur ce que je fais. Non, je ne devais pas réfléchir. Recouvrant de nouveau ses lèvres avec les miennes, j’enfonce mes mains dans ses cheveux, avant de plaquer mon bassin contre le sien. Gloups. À vrai dire, je n’y avais même pas songé. Mais je m’accrochais à ses lèvres, tandis que mon coeur battait la chamade. Suile devait même l’entendre tambouriner, tellement il était bruyant. « Chut... Me fais pas réfléchir.. » L’embrassant de plus belle, mais avec beaucoup plus de passion, je colle le reste de mon corps au sien. Lâchant ses lèvres juste pour lui murmurer... « J’en ai juste envie... » Posant mes yeux dans les siens, espérant que cette fois il allait accéder à mes demandes.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Mar 20 Mai - 22:21

Orf & Suil ₰  la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs.

Je t'écris sur les murs. Je t'écris du coeur de la ville. L'amour est une drogue dure et chaque dose m'éloigne du vide. ▲ Kyo


Je ne savais pas du tout ce que pensait Orf, au sujet de l'étape supérieure à passer dans notre couple. Je pensais juste que lorsqu'elle serait vraiment prête et bien sûre de l'être, elle m'en ferait clairement part. En attendant, j'avais tendance à repousser la moindre de ses avances, tant j'étais persuadé du fait qu'elle n'était pas vraiment prête et se contentait de répondre à ses envies du moment. Comme la veille au soir par exemple, quand elle s'était quelque peu emballée en semblant oublier le fait que nous nous trouvions dans mon lit, en plein milieu de la nuit. Je ne voulais pas qu'elle agisse sur un coup de tête, si c'était pour regretter le tout dès le lendemain matin au réveil. je n'étais pas prêt à lui faire face si elle était pleine de remords. Surtout que ça me ferait regretter et culpabiliser moi aussi. Ce qui était juste inacceptable. Ca ne pourrait que faire du tort à notre relation, tout simplement. Ce qui n'était évidemment pas une bonne chose. Je ne voulais pas tout gâcher pour une chose aussi stupide en soit. Ce n'était qu'une histoire de sexe. Ca pouvait largement attendre, cela allait de soit. Même si j'avais parfois un peu de mal à me contenir. Surtout quand elle s'emballait mais que je me devais de la freiner pour ne pas tout foutre en l'air. C'était mon devoir, puisque j'avais plus d'expérience qu'elle et était donc plus posé, plus mesuré. Mais se retrouver dans le même lit, c'était un véritable piège. la veille au soir, j'avais pu calmer les choses parce que la situation ne s'y prêtait pas du tout. C'était quand même l'anniversaire de mort de ses parents ! mais là de bon matin, alors que tout mon corps était aux aguets et prêt à réagir au quart de tour, ça allait être difficile de se raisonner. Et si je n'arrivais pas à me raisonner moi, ça allait être compliqué de la raisonner elle. Surtout quand elle se cala carrément sur moi, se logeant bientôt à hauteur de mon bassin. Si j'avais été un peu plus vulgaire, j'aurais sans doute juré tant ce contact venait de m'électriser et me donner de folles envies. A défaut, je serrai les dents et tentai de la faire réagir. Mais plutôt que d'avoir l'air effrayée ou hésitante, elle n'hésita pas à se pencher pour m'embrasser et loger ses mains dans mes cheveux. Bon sang ce que c'était agréable ... Je gémis doucement, bien malgré moi, alors qu'elle me confirmait en avoir envie. Je répondis vivement à son baiser, trouvant sa langue de la mienne pour la caresser avec passion. Et je posai enfin mes mains sur ses hanches, pour les remonter lentement sous son haut, dans son dos. « C'est vraiment ce dont tu as envie ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Mer 21 Mai - 11:29



Suile&Orf'True Love

J’étais certaine que je voulais passer à l’étape supérieure, mais j’étais bien trop timide et gênée pour le lui avouer avec les mots. Pourtant je sais que c’était certainement ce qu’il attendait. Mais je préférais le lui faire comprendre par d’autres manières plus détournées. Bon, ça ne m’avait pas tellement réussie, puisqu’il avait tout repoussé. Mais butée comme je l’étais, je m’entêtais à y revenir encore et encore, persuadée qu’il finirais par comprendre. Même si hier n’aurait pas été la journée la mieux choisie, je n’avais pas pu m’empêcher de m’emporter un peu, simplement parce que dans ces moments-là, je ne me concentrais que sur mon petit ami, et sur personne d’autre. Je m’étais même rendue compte que c’était encore mieux que de m’entêter à être seule ce jour-là. Ca n’enlevait pas ma peine, ça ne le pourrait jamais de toute façon, mais ce n’était plus la seule chose à laquelle je pense désormais. Parce que maintenant et plus que jamais, ce serait pour Suile que je me battrai. Plus notre relation avancerai plus ce sera difficile de ne pas rester avec lui, de ne pas passer toutes mes nuits avec lui. J’étais pourtant assez indépendante, mais Suile était comme une drogue dont on ne peut pas se passer. Et dont je ne veux pas me passer. Surtout que depuis quelques jours l’envie me tiraillait le ventre, et ça en devenait insoutenable. Bon, ça ne m’avait néanmoins pas empêché de dormir comme un bébé dans ses bras. Mais le réveil fût bien plus érotique que je ne le pensais. Sentir ses caresses sur mon épaule, ça ravivait en une seconde l’envie qui se terrait au plus profond de mes abîmes. Et j’étais bien déterminée à l’assouvir. Grimpant à califourchon sur le corps de mon homme, je ne flanche pas alors qu’il semble prendre conscience de mes actes et qu’il essaye de me faire entendre raison. Mais, je ne flancha pas et me pencha pour aller l’embrasser, et caresser ses cheveux. Il n’opposa aucune résistance au baiser et l’approfondis même en gémissant. Un son adorable, j’adorais l’entendre gémir. Poussant le baiser jusqu’au moment où je manque de souffle, Je me redresse légèrement avant de frémit à ses mains à même ma peau dans mon dos. « J’en ai envie, oh que oui... » Et pour confirmer mes dires, je me redresse encore davantage, afin de pouvoir glisser mes mains sous son haut, avant de le lui retirer. Jetant au hasard le tee-shirt, je prends mon temps pour l’admirer, le regard pétillant d’envie. Me mordillant la lèvre inférieure, je pose mes mains sur son torse, partant à la découverte de son corps. Je ne sais pas comment m’y prendre, ce qui me rend fébrile, et donc mes mains tremblent légèrement, mais je ne vais pas reculer devant cette envie qui me fait tourner la tête. D’ailleurs je m’installe confortablement, avant d’avoir le rouge aux joues. J’avais peur de mal faire, et de le décevoir... N’osant pas regarder son visage, je me concentre sur mes mains qui caressent son torse.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Mer 21 Mai - 18:30

Orf & Suil ₰  la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs.

Je t'écris sur les murs. Je t'écris du coeur de la ville. L'amour est une drogue dure et chaque dose m'éloigne du vide. ▲ Kyo


Bien sûr que j'avais envie d'Orf. Et pas qu'un peu ... C'était même de plus en plus vrai, au fil des jours. Sauf que je la respectais trop pour agir de façon trop précipitée et pour exiger d'elle qu'elle se hâte davantage. Je voulais croire que le jour où elle serait tout à fait prête, elle me le dirait clairement. Et qu'elle ne se contenterait pas de me faire des avances. Parce que quand elle venait vers moi pour cela, je faisais trois pas en arrière, persuadé qu'elle n'avait pas vraiment pris le temps d'y réfléchir. J'avais besoin qu'elle le dise clairement si tel était le cas. Pour ne pas m'inquiéter jusqu'au bout, non stop. Mieux valait que je sois pleinement rassuré, pour pouvoir en profiter. C'était une certitude. En tout cas, je me connaissais assez pour savoir que je fonctionnais de la sorte. Et heureusement que je me connaissais bien d'ailleurs. Le contraire serait vraiment très inquiétant pour le coup. Quoi qu'il en soit, je voulais prendre mon temps et lui laisser, à elle aussi, tout le temps qu'il lui fallait. C'était même la chose la plus importante pour moi. Mais peut-être que ces derniers temps elle se sentait vraiment prête à passer au cap suivant, mais que je ne m'en étais pas rendu compte, pensant que ce n'était que passager. Sauf que vu son comportement actuel, je m'étais peut-être bel et bien planté. En effet, elle était maintenant à califourchon sur moi. Et le fait qu'elle ne semblait pas plus effrayée que ça par les réactions déjà vives de mon corps, étaient sans doute la preuve du fait que, oui, elle était prête. Je lui demandai quand même confirmation, avant de laisser mes mains errer dans son dos, glissant à même sa peau douce. Je souris légèrement en la sentant frissonner sur le champ. Et sans plus attendre, elle se chargea elle même de m'ôter mon tee shirt. Je me redressai pour l'aider, avant de me rallonger, regard rivé sur son visage pour tenter de percevoir la moindre émotion, la moindre pensée qui pourrait lui traverser l'esprit. Mais rien chez elle ne semblait témoigner d'un stresse quelconque. Elle se laissait totalement aller à son désir, sans se poser plus de question que ça. Quoi qu'elle semblait quand même légèrement hésitante. Ce que je trouvais adorable. Je la laissai caresser mon torse pendant un moment, avant de me redresser pour retrouver ses lèvres des miennes. Tout en l'embrassant avec tendresse, j'attrapai l'ourlet de son tee shirt, pour le lui ôter. Avant de retrouver aussitôt sa bouche et loger mes mains dans son dos pour la serrer contre moi tandis que je roulais sur le lit pour me retrouver au dessus d'elle. Dans cette position, je me redressai quelque peu pour la contempler tout à loisir et lui laisser le temps de faire ou dire quoi que ce soit. Sait-on jamais, si elle changeait soudainement d'avis ...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Mer 21 Mai - 21:44



Suile&Orf'True Love

Bon au moins on avait envie tous les deux. Sauf que que lui avait déjà de l’expérience dans ce domaine alors que moi j’étais encore loin d’être expérimentée. Et je n’étais pas franchement quelqu’un de farouche, qui allait oser dire directement que j’avais envie de coucher avec lui. Au contraire, je préférais lui faire des avances, même si ce n’était pas concluant. Vraiment pas. Non vu comment il reculait alors que moi j’avançais. Bon à ce train là on allait pas y arriver. J’allais devoir prendre sur moi et lui dire clairement et lui allait devoir prendre confiance en nous, en moi, en mon amour. Mais le connaissant, il n’allait pas être rassuré de sitôt. Mais il allait devoir passer outre ses peurs. Et j’allais l’y aider, parce que sinon on jouerait au jeu du chat et de la souris pendant encore un long moment. Alors que normalement être dans son lit alors qu’on était en couple aurait dû être quelque chose qui m’aurait posé question, mais non, ça me semblait comme une évidence, comme quelque chose de normal. Tout comme lorsque je suis à califourchon sur lui. C’était naturel, comme si ma place était exactement à cet endroit. Pourtant le fait de sentir qu’il me désirait tout autant que je le désirais, aurait dû me provoquer une certaine gêne, mais ça ne fit apparaître qu’une certaine rougeur sur mes joues, et rien d’autre. Frissonnant au contact de ses mains, je m’enhardis et lui retire son haut, découvrant un torse parfaitement dessiné et qui semblait n’attendre que moi. Passant mes mains pour découvrir chaque particularité de ce torse que j’aimais déjà, j’évite son regard, encore assez timide dans mes gestes. Mais ce n’était pas parce que je doutais de moi, il m’en fallait beaucoup plus. Je fus interrompue par ses lèvres, chaudes, passionnées. J’ouvre légèrement mes lèvres afin de laisser pénétrer sa langue à l’encontre de la mienne. J’avais le feu dans mon corps, tous mes sens étaient en alertes. Me redressant pour l’aider, je me retrouve torse-nu contre lui. Un frisson parcouru mon corps au contact de nos deux torses ensemble. Glissant mes bras autour de son cou, mes mains retrouvent leur endroit préféré : ses cheveux. Avant de me retrouver plaquer sur le lit, en-dessous de lui. Glapissant de surprise, je l’empêche de trop s’éloigner avec mes bras avant de grommeler un : « voyeur » tout en l’attirant de nouveau contre moi. Je glisse ensuite mes mains dans son dos en de douces caresses, tandis que je m’active à embrasser tout son visage.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Mer 21 Mai - 22:17

Orf & Suil ₰  la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs.

Je t'écris sur les murs. Je t'écris du coeur de la ville. L'amour est une drogue dure et chaque dose m'éloigne du vide. ▲ Kyo


Je n'étais qu'un homme ... Et j'étais donc bien faible quand il était question de sexe. Surtout en sachant que je n'avais pas vu d'autre femme depuis des mois et des mois. Et qu'en plus de ça, depuis que notre relation évoluait avec Orf, nous étions vachement tactiles tous les deux. Pas un maximum non plus au point d'en perdre la tête et de se retrouver à la limite de passer un nouveau cap, non plus. Mais le simple fait de l'embrasser me rendait totalement dingue et me donnait des envies folles. Et à tous les coups c'était moi qui devais reculer pour ne pas brûler les étapes. Ce serait trop dommage de tout gâcher par stupidité et impatience insoutenable. Je refusais ça. Par contre, si vraiment elle était sûre d'elle, alors je n'allais pas me faire prier bien longtemps avant de craquer. J'étais en train de le prouver juste maintenant alors que je répondais à son baiser sans me faire prier, avant de me retrouver torse nu devant elle. Sans pouvoir attendre plus longtemps, je lui ôtai son haut pour qu'elle aussi soit à demi nue. Et roulai ensuite sur le lit pour me retrouver au dessus d'elle. A sa remarque, j'arquai un sourcil. Voyeur ? Est-ce qu'elle plaisantait ou est-ce qu'elle était sérieuse ? Est-ce qu'elle allait s'amuser à me faire ce genre de remarque à tous les coups ? « Faut-il que je te fasse une liste des tue-l'amour ? » Demandai-je mi-vexé, mi-amusé. Et si ses mains n'avaient pas été en train de caresser mon dos et ses lèvres d'embrasser mon visage,sans doute que je me serais reculé. Oui, elle était vierge et innocente et ne connaissait rien du tout à ce genre d'échanges. Je ne devais surtout pas oublier ça. Raison pour laquelle je reposai ma bouche sur la sienne, pour un tendre et délicat baiser. Tout en laissant glisser mes doigts sur sa gorge, pour entreprendre une lente descente. Je ne faisais que la frôler tandis que je glissais plus bas, m'attardant finalement sur ses seins découverts. Je n'oubliais pas le fait que je devais vraiment prendre mon temps, pour l'habituer à tout ça. A avoir son corps nu sous mes yeux, mes doigts et ma bouche sur sa peau ... Et puis plus ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Jeu 22 Mai - 16:20



Suile&Orf'True Love

Bon en faisant fonctionner mes atouts charmes, je sais que Suile ne résisterais pas à la longue. Je ne vais pas jusqu’à dire que je suis que j’ai un sex-appeal incroyable, car c’est loin d’être vrai, mais s’il tombait sérieusement amoureux de moi, il n’y a pas de doute à avoir quand à l’évolution de notre relation. Surtout que depuis que l’on avait officialiser notre histoire, on était devenu beaucoup plus proche physiquement, et j’étais encore plus tactile qu’à l’accoutumée. Je m’emportais facilement, perdant pied dans la réalité pendant nos étreintes, je n’étais pas la plus raisonnable dans notre histoire, au contraire. Certainement le fait que je sois encore innocente et pleinement amoureuse jouait dans cela. Mais il avait fini par baisser les armes, me rendant mon baiser et me laissant faire. Il reprit très vite le dessus, ce qui n’était pas pour me déplaire, J’avais ainsi plus de facilités pour découvrir son torse et son dos. Ce que mes mains s’activaient à faire, n’oubliant aucun recoin. Je ne m’aventurais pour l’instant au-delà de la ceinture de son boxer. Mais j’avais de quoi caresser, ou plutôt effleurer. Mes caresses étaient encore timide. Remarquant son regard, je suis soudainement gênée qu’il me regarde ainsi, aussi désireux. Je déglutis, gênée, alors que je n’ai aucune raison de l’être au fond. Papillonnant des yeux, je pose un regard timide sur son visage à ses paroles, « Uh... Heum non... ». Je secoue la tête, tout en caressant ses flancs en un geste. Je n’étais juste pas habituée d’être regardée ainsi, c’était assez étrange et intimidant. Alors je me concentrais sur lui et embrassais son visage tendrement. Retrouvant la douceur de ses lèvres, je ferme les yeux pour ressentir pleinement les sensations qui s’offraient à moi : le coeur qui palpite à toute vitesse dans mon coeur, cette impression d’avoir un feu qui brûle à l’intérieur de mon corps, et d’être complètement électrisé au contact de sa peau sur la mienne. Et c’était encore pire lorsqu’il posa sa main sur mes seins. Me cambrant pour quémander un peu plus de contact, je gémis doucement tout contre sa bouche. Remontant mes mains dans ses cheveux, je les serre entre mes doigts. M’y accrochant comme s’il n’y avait que cela pour me maintenir dans la réalité. « suile’.... » gémis-je pitoyablement alors que j’étais à bout de souffle, ouvrant doucement les yeux.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Jeu 22 Mai - 18:28

Orf & Suil ₰  la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs.

Je t'écris sur les murs. Je t'écris du coeur de la ville. L'amour est une drogue dure et chaque dose m'éloigne du vide. ▲ Kyo


C'était totalement fou ... Et inattendu. Je ne pensais pas qu'en me levant ce matin, j'allais avoir droit à ... Tout ça. Le corps d'Orf déjà à moitié nu, tout contre le mien. Et quel corps bon sang ! Je m'étais rendu compte des changements très intéressants de celui ci, quand nous étions ado. Mais par la suite, je ne l'avais évidemment jamais plus regardé. Jusqu'à présent tout du moins. Là, j'étais en train de constater qu'elle était vraiment très belle. Je m'en rendais compte de plus en plus chaque jour, depuis que nous étions décidés à entamer cette bien belle relation. Ce que nous partagions était vraiment incroyable. Et j'étais enfin en train de la voir autrement que comme une simple amie. Je la voyais comme la jeune femme incroyable, même physiquement, qu'elle était. Elle me rendait fou, c'était un fait. Et j'étais bien en train de me trahir sur ce sujet là, alors que je venais à nous faire rouler sur le lit pour me retrouver au dessus d'elle, sans jamais vraiment cesser de l'embrasser. j'aimais trop le goût et la douceur de ses lèvres, pour faire une chose pareille. Mais même si j'aimais beaucoup tout cela, j'avais envie et besoin de plus. Mon corps avait besoin de plus, surtout. Et je ne doutais pas que malgré sa gêne et sa timidité, il en allait de même pour elle. Ainsi placé au dessus d'elle alors que je venais de lui enlever son haut, je fis courir le bout de mes doigts sur sa poitrine. Contact léger qui la fit d'ailleurs bien frissonner. Rassuré par ce fait et alors qu'elle gémissait mon surnom, j'abandonnai ses lèvres pour glisser les miennes sur sa gorge. j'entrepris ainsi une lente descente, parsemant sa peau de milliers de délicats baisers, sans jamais cesser de guetter la moindre de ses réactions. Mon but était quand même de respecter ses envies et demandes. Si ça allait trop vite pour elle, alors je ralentirais. Cela allait de soit. Mais tant qu'elle ne disait rien, je ne me faisais vraiment pas prier pour continuer. Ainsi, alors que ma bouche découvrait à présent sa poitrine dénudée, l'une de mes mains continuait à caresser son corps, passant de son bras à son épaule, à son sein, à son ventre ... Et quand ma bouche arriva à son ventre plat, je refermai mes doigts autour de l'élastique de son pantalon. Mais avant de faire quoi que ce soit, je posai un regard inquisiteur sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Jeu 22 Mai - 21:45



Suile&Orf'True Love

C’était un rêve qui se réalise, un bonheur sans fin. Pleins de nuits avaient été remplis de rêves plus ou moins érotiques concernant ce moment. Mais ce matin cela devenait réalité, enfin ! Mais, je découvrais son corps sous un autre oeil, je me permettais enfin de l’observer d’un oeil amoureux, ce que je m’étais interdit de faire jusque là. Mais maintenant je n’allais plus jamais m’en priver, j’allais même me rincer l’oeil souvent. surtout ce matin, où j’allais avoir le droit de le voir dans son plus simple appareil. Une vague d’appréhension fit surface, parce que si moi je le trouvais magnifique, j’étais loin de me trouver ainsi, au contraire je me trouvais quelconque, sans la véritable beauté. Et pourtant je voyais bien dans son regard qu’à son oeil pétillant qu’il semblait me désirer. Même si j’espérais qu’il tombe amoureux de moi, c’était à la fois étrange et tellement bon que j’en perdais la tête alors qu’on avait même pas commencé. Continuant encore et encore de l’embrasser, caressant ses lèvres douces avec les miennes. Mes doigts se crochetèrent sur ses épaules, m’accrochant à lui comme une ancre réelle. Mon corps en demandait toujours plus. Soulevant mon bassin pour plus de contact, ma peau s’électrisa au contact de son torse, et je gémis faiblement, incapable de contrôler la moindre *de mes réactions. Surtout quand il me caressait comme un objet précieux, c’était intenable et tellement assourdissant. Tendant mon cou, lui laissant plus d’espace alors qu’il y déposait de nombreux baisers. Remontant mes mains dans ses cheveux, je les caresse lascivement alors que je ferme les yeux, me laissant emporter par les affres du plaisir. Me calant afin d’être confortablement installé, je glisse inlassablement mes doigts dans ses cheveux. Un sourire fleuri sur mon visage, soupirant de bonheur et de désir mêlé. Décalant mes jambes, afin qu’il s’installe correctement entre celles-ci, je pousse un long gémissement alors que sa bouche se pose sur ma poitrine et que ses mains descendent plus bas. Ondulant légèrement sous le plaisir, je me cambre en sentant ses doigts sur l’élastique de mon short. Ouvrant légèrement mes yeux, je lui souris pour le rassurer, j’étais certes fébrile mais certaine de mes actes et où je voulais en arriver. « Tu peux y aller.... » Je glisse une de mes mains sur sa joue pour la caresser tendrement.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Ven 23 Mai - 18:46

Orf & Suil ₰  la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs.

Je t'écris sur les murs. Je t'écris du coeur de la ville. L'amour est une drogue dure et chaque dose m'éloigne du vide. ▲ Kyo


Orf n'avait pas besoin de me dire qu'elle était nerveuse, pour que je m'en rende compte. Enfin certes, elle ne le montrait quand même pas trop. En tout cas, ça ne se voyait pas plus que ça. Et si je le savais, c'était uniquement parce que je la connaissais par coeur. Mais pour le coup, j'étais surpris et épaté par son self control. J'en oublierais presque que c'était sa première fois et qu'elle avait toutes les raisons du monde d'être inquiète et nerveuse. Mais heureusement pour elle, je gardais bien tout ça en tête. J'étais peu désireux de l'effrayer et la faire reculer. Surtout pas à vrai dire. j'avais bien trop envie d'elle désormais, pour pouvoir faire marche arrière. Même s'il était évident que je ne la forçais à rien non plus ... Un soupir d'aise m'échappa quand elle glissa ses mains dans mes boucles brunes, pour une légère caresse. Tandis que moi même, je continuais d'explorer tranquillement son corps, principalement de ma bouche. J'avais déjà pu remarquer son incroyable poitrine. Et là, j'étais en train de songer que j'allais sans doute faire une sacré fixette sur celle ci. J'osais espérer que ça ne lui déplaisait pas trop. Mais au vu de ses réactions parfaitement explicites, je ne doutais pas trop du fait que je n'avais aucun souci à me faire. Mais sait-on jamais. J'étais quand même un peu inquiet à l'idée de faire un truc qui pourrait lui déplaire. Mais finalement, elle m'incita à continuer, par les mots. C'était parfaitement claire comme ça au moins. Je ne me fis donc pas prier pour me redresser et achever de la dévêtir. Sans me soucier du fait que ça pourrait la gêner, je pris le temps de l'observer toute entière, nue et totalement offerte. Elle était belle. Plus que ça ... elle était parfaite. « Tu es ... magnifique, tu sais ? » Soufflai-je doucement, alors même que je n'étais pas habitué à faire des compliments. Mais pour le coup, ça s'imposait.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Ven 23 Mai - 21:05



 
Suile&Orf'True Love

 
Bon c’était normal que je sois fébrile, c’était ma première fois. Mais je ne voulais pas que Suile crois que je souhaite faire marche arrière. Parce qu’il fallait que je passe le cap. Et qu’une fois que je l’aurais passé je me détendrais considérablement. Mais j’appréciais sa douceur, le temps qu’il prenait pour découvrir mon corps. C’était aussi cela qui me rassurait et qui m’aidait à prendre le dessus sur ma peur. Parce qu’avec lui je pouvais tout surmonter, y compris mes propres craintes. Suile était incroyable, car je ne suis pas certaine qu’un autre homme aurait été aussi patient que l’a été mon homme. Oui je le considérais comme tel maintenant, surtout que si l’on passé le cap, c’est qu’il était amoureux de moi. Et ça me gonflait encore plus le coeur. Glissant mes mains dans ses boucles, comme à mon habitude, je n’osais pas aller au-delà et aventurer mes mains dans les endroits où je ne m’étais jamais aventurée. Je le laissais prendre les rênes, cambrant mon torse alors qu’il explorait mon corps, me donnant des frissons comme je n’en avais jamais eu. Je souffle bruyamment, essayant de garder pied dans la réalité. Me mordant la lèvre inférieure, je descend mes mains un peu plus bas dans son dos. Mais je commençais à être en manque de ses lèvres contre les miennes. Accrochant ses bras, je le remonte tout en lui signalant qu’il pouvait continuer. Entourant ses hanches de mes jambes, je colle mon bassin au sien, tout en gémissant. Mais je devais rapidement le lâcher alors avant de me retrouver complètement nue. Mais il ne revînt pas de suite. Ce qui me gêna considérablement. Mais j’en profita pour reprendre l’exploration tactile de son torse. Descendant même à la limite de la ceinture de son pantalon, avant de frémir à ses paroles, si rares « Et tu l’es encore plus... ». Osant enfin glisser mes doigts dans son pantalon, direction ses fesses. Je le ramène contre moi pour l’embrasser avec passion.
©clever love.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Lun 26 Mai - 18:24

Orf & Suil ₰  la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs.

Je t'écris sur les murs. Je t'écris du coeur de la ville. L'amour est une drogue dure et chaque dose m'éloigne du vide. ▲ Kyo


Si je prenais autant mon temps dans ce début d'étreinte qui promettait d'être tendre et douce, c'était autant parce que je savais que c'était sa première fois, que parce que de toute façon je n'étais pas du genre à m'emballer ou quoi que ce soit de ce genre. Et j'osais espérer que ça lui convenait de la sorte. Je ne voudrais pas qu'elle soit frustrée. Pour une première fois, ce serait vraiment dommage. Et puis c'était quand même une étape de plus dans notre relation à penchant amoureuse. J'osais donc espérer que tout allait bien se passer et qu'elle allait aimer ce que nous étions sur le point de faire. Ce serait vraiment trop con et trop dommage que ça ne soit pas le cas. Surtout qu'il me semblait que tout reposait sur moi en cet instant, puisque c'était moi qui avais l'expérience, contrairement à elle qui se donnait plus à moi qu'autre chose. Un fait qui était loin d'être fait pour me déplaire, pour sûr. Mais même si elle n'avait pas la moindre expérience en la matière, je voyais bien qu'elle souhaitait faire au mieux. Puisqu'elle était en train de parcourir mon torse de ses mains, et souvent de m'embrasser. Je demeurai immobile au dessus d'elle, pendant un moment, pour la laisser faire courir ses doigts sur son mon corps, à sa guise. Et si je fus quand même un peu surpris quand elle glissa ses doigts en direction de mes fesses, je la laissai tout de même faire, avec un léger sourire. Qui s'accentua un peu à ses paroles, et encore un peu plus à ses lèvres contre les miennes. « Dis moi ce que tu veux ... » Demandai-je d'une voix douce, en venant poser mon front contre le sien. Si elle était totalement nue, pour ma part je portais encore mon pantalon.  Mais je voulais surtout savoir ce que j'avais le droit ou pas le droit de faire, pour l'instant.


Dernière édition par A. Suileabhan O'Brien le Jeu 29 Mai - 19:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Mar 27 Mai - 17:37



Suile&Orf'True Love

Qu’il était doux, tendre et j’en passe. C’était vraiment la bonne personne. Je n’aurais pas pu trouver mieux pour cette première fois. Il faisait tout pour me rassurer que ce soit par des gestes ou des mots. J’avais l’impression d’être littéralement au paradis, tout comme depuis le début de notre relation. Il n’y a personne d’autres qui pourrait me rendre aussi heureuse que Suile. J’appréciais le fait qu’il prenne tout son temps, comme s’il me laissait le temps de faire marche arrière. Mais il était trop tard pour que j’arrête tout, le plaisir coulait déjà dans mes veines. Et j’en avais tellement envie que si l’on s’arrêtait maintenant j’allais être certainement très frustrée. Mais même si j’en avais très envie, je n’arrivais pas à prendre le dessus et me laissait simplement porter par le moment, par l’expérience de mon homme parce que lui savait comment faire. Moi je n’étais encore qu’une ignorante en la matière. Je n’osais pas trop, me contentant de le caresser à quelques endroits connus et dépose mes lèvres sur son corps, goûtant sa peau douce et acidulée. Je m’enhardis quelque peu en glissant mes mains sur ses fesses. Endroit que j’allais convoiter très certainement, parce que j’adorais y apposer mes mains. L’embrassant encore et toujours, je glapis en entendant ses mots. Remontant mes mains sur ses épaules, je le bascule sur le lit avant de repasser au-dessus de lui, le surplombant de toute ma splendeur. Je lui souris avant de lui répondre enfin « Toi. Je te veux toi. » Je me penche afin de l’embrasser tendrement, gardant sagement mes mains sagement sur ses épaules. Puis descendant mes lèvres, embrassant chaque parties de son torse avec douceur. M’arrêtant à sa poitrine que je couvais d’attentions, je glisse délicatement mes main à la ceinture de son pantalon. Descendant mes lèvres sur son torse, je m’amuse à dessiner ses muscles par d’ardents baisers, descendant avec douceur son pantalon, caressant sa peau au passage. Une fois complètement dénudé , je me redresse découvrant avec délice un corps parfait.
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Jeu 29 Mai - 22:49

Orf & Suil ₰  la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs.

Je t'écris sur les murs. Je t'écris du coeur de la ville. L'amour est une drogue dure et chaque dose m'éloigne du vide. ▲ Kyo


Comme je savais parfaitement que cette étreinte serait la toute première d'Orf et que, forcément, elle ne devait pas se sentir franchement à l'aise et ne pas savoir que faire, quand et comment, j'étais bien décidé à prendre les choses en main. Et puis ce n'était franchement pas comme si j'avais à me forcer pour cela. Tout au contraire même, j'agissais de la sorte avec le plus grand des plaisirs. Même s'il est vrai que j'avais un peu peur de faire une connerie en cours de route et qu'elle ne se braque. Ce qui, fort heureusement, ne semblait pas vraiment prêt à arriver non plus. Ainsi, quand je lui demandai ce qu'elle désirait, le moins que l'on puisse dire c'est que sa réponse était très claire. Un peu trop même, puisqu'elle reprit le dessus pour se placer sur moi. Ce qui me surprit au plus grand point. Mais je n'allais pas me plaindre. Surtout que ses lèvres actuellement en train de courir sur mon corps, avaient le don de m'électriser. A chaque baiser, je soupirais et frissonnais d'aise. Sans parler de la chaire de poule qui prenait place au passage de sa bouche de ci et de là. Je la laissai m'ôter mon pantalon, dernière rempare entre nos corps. Je pris le temps de l'observer longuement, pour m'assurer qu'elle n'avait pas la moindre hésitation. Ce qui, Dieu merci, n'était pas du tout le cas ! Ce fut donc incroyablement soulagé, que je la fis rouler sur le lit pour reprendre bien vite le dessus. Dans cette position, je posai une main en appuie sur le lit, à hauteur de sa tête. Et posai mon autre main sur sa cuisse, pour la caresser avec lenteur pour remonter sur son corps. Et quand je vins déposer de tendres baisers sur sa bouche, j'entrepris d'unir nos corps avec une incroyable douceur et une grande lenteur. Comme je ne me pensais pas capable de le faire. Un soupir d'aise m'échappa une fois cela fait et je posai ma seconde main en appuie sur le lit, plantant mon regard dans le sien pour savoir si ça allait et si je pouvais continuer.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile Jeu 29 Mai - 23:44



Suile&Orf'True Love

Bon je n’étais pas au summum de la plénitude, une certaine appréhension habité mon corps, ce qui était somme toute normal. Surtout que j’étais un peu perdue sur le comment faire. Je n’attendais qu’une chose : qui Suile me guide, et que j’arrive à surpasser ma peur de mal faire, parce que je voulais être parfaite pour lui. Je voulais que ce moment soit le plus parfait, le plus beau des moments. J’en demandais peut-être beaucoup, mais je le souhaitais ardemment. Alors il n’y avais vraiment aucunes raisons pour que je stoppe tout cela avant la fin. Mon corps et mon esprit était bien trop demandeur. D’ailleurs je n’hésitais pas une seule seconde avant de lui dire que je le veux, lui. Après tout ce n’est que la stricte vérité. Et, j’avais bien l’intention de lui procurer un peu de plaisir, ce n’était pas en sens unique. Et j’avais bien envie de lui donner des petites attentions, Je n’osais pour le moment pas aller plus loin que de simples baisers sur son torse, mais c’était déjà bien. Surtout au vu de sa réaction, qui me fit sourire tout contre sa peau. Terminant de le déshabiller, je prends un temps pour admirer son corps d’apollon. Me mordant la lèvre inférieure, je le dévorais littéralement du regard, tandis que mes mains étaient en appui sur le lit. J’avais le coeur qui palpitait à une vitesse incroyable, la chair de poule qui s’emparait de tout mon corps et surtout, j’avais l’impression qu’il n’y avait plus que nous deux dans ce monde. Me retrouvant de nouveau sur le lit, surplombé par le corps magnifique de Suile, je cale mes mains sur ses avant-bras, avant de coincer ma jambe contre sa hanche alors qu’il me caresse avec toute sa tendresse. Profitant de ces baisers, je me raidis légèrement cependant alors que nos corps n’en forment plus qu’un. Fermant les yeux alors que je ne savais choisir entre la douleur et le plaisir, c’est un gémissement teinté de ces deux émotions qui sortit de mes lèvres. Ouvrant mes yeux, je battis des paupières, essayant de calmer tout ce qui se passait en moi, c’était un véritable volcan en éruption. Je ne savais plus où donner de la tête. Serrant mes mains contre les avant-bras de Suile, comme la seule bouée qui me maintenait dans ce monde, je hoche imperceptiblement la tête, signe qu’il pouvait continuer. De toute manière, il faut bien passer par là...
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile

Revenir en haut Aller en bas

la vie est aussi faite des absents qui brûlent les coeurs. + Suile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-