It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

You don’t take a photograph, you make it + VITALY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
MessageSujet: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Mar 6 Mai - 22:44

You don’t take a photograph, you make it.

   

   
Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange.
   
   
Tout avançait à grand pas dans ma vie. Que ce soit la relation avec Suile qui évolue à grand pas, que ce soit mon exposition qui commence à prendre de l’ampleur, et qui se met en place tout doucement. D’autant plus qu’aujourd’hui j’avais rendez-vous de nouveau avec Vitaly concernant le contrat avec son agence. Nous ne nous étions plus rencontrés depuis un certain moment, mon projet d’exposition m’ayant pris un peu plus de temps que je ne le pensais. Mais on avait rendez-vous aujourd’hui pour concrétiser un contrat sur lequel il souhaitais me faire travailler. Arrivant à l’adresse qu’il m’avait indiqué, je me dirige vers le bureau où se trouve la secrétaire. Lui indiquant que j’avais rendez-vous avec Vitaly, elle m’indiqua les fauteuils en attendant qu’elle le prévienne. Allant donc m’asseoir sur un des fauteuils, je croise les jambes et j’attend patiemment que Vitaly viennent m’accueillir. Embrassant du regard le hall d’entrée, je sursaute alors que j’entends quelqu’un me saluer.



   
   
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Dim 11 Mai - 22:30

Orfhlaith & Vitaly ₰  You don’t take a photograph, you make it .

Woke up, Got out of bed, Dragged a comb across my head. Found my way downstairs and drank a cup and looking up I noticed I was late. ♦ The Beatles


Plus ça allait et plus je me sentais débordé. Par tout. Tout le temps. Quand ce n'était pas le boulot, c'était du côté familiale, puisque nous étions sur le point d'accueillir un bébé avec Serena. D'ici à un mois et demi à peine. Et je ne me sentais toujours pas prêt pour ça. Mais ce n'était pas comme si j'avais d'autre choix maintenant que j'avais accepté. En même temps, ça, c'était obligé. Je n'imaginais pas semer une mère célibataire sur mon chemin. C'était juste impensable et j'étais donc prêt à prendre mes responsabilités, comme jamais. « Non Serena, je ne rentrerai pas tard ce soir. [...] Oui, je compte toujours nous récupérer à manger en passant. [...] Oui je dois te laisser, mon rendez-vous est arrivé. [...] Moi aussi. Oui. Oui. A tout à l'heure. Bisous. Moi aussi. » Je raccrochai enfin le téléphone avec un grognement plaintif. Elle était de plus en plus exigeante en ce qui concernait ma présence chez nous. C'était juste impossible de gérer une vie de patron, une vie d'époux et une vie de futur père. Mais je le devais. Je soupirai et quittai mon bureau pour me diriger vers la pièce d'attente. « Orfhlaith ? Oh excusez-moi, je vous ais fais peur ? » M'excusai-je avec une grimace.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Sam 17 Mai - 20:37

You don’t take a photograph, you make it.


Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange.
J’avais l’impression de courir professionnellement parlant. Un rendez-vous à droite et un autre dans l’heure qui suit à l’autre bout de la ville. Mais j’aimais ça, même si je devais jongler avec le temps que j’accordais désormais à mon petit ami. C’était loin d’être évident, bien au contraire. Mais je m’en contentais, de toute manière je n’avais pas d’autres choix, je ne suis pas du genre à attendre les pieds croisés pour que l’argent rentre, non, j’étais plutôt du genre travailleuse, et à bosser deux fois pus si j’avais des soucis de finances. Mon exposition demandant quand même un certain budget, je me devais de travailler à côté pour de nombreux petits contrats. ce n’était pas toujours évident, surtout que certains n correspondait pas à la vision que je me faisais de mon métier, mais bon. Mais aujourd’hui, je me trouvais dans ce grand bâtiments, suite à l’entretien que j’avais conclu il y a quelques semaines avec Vitaly. Nous avions repris rendez-vous pour approfondir les termes du contrat et savoir ce qui m’attends réellement. Sursautant en entendant sa voix, je laisse fleurir un sourire sur mon visage. « Non, il n’y a pas de mal, je ne m’y attendais simplement pas. » dis-je tout en me relevant afin d’aller à son encontre.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Dim 18 Mai - 21:07

Orfhlaith & Vitaly ₰  You don’t take a photograph, you make it .

Woke up, Got out of bed, Dragged a comb across my head. Found my way downstairs and drank a cup and looking up I noticed I was late. ♦ The Beatles


J'avais l'impression de prendre mes rendez-vous professionnels, complètement à la chaîne. Mais ce n'était pas non plus comme si j'avais beaucoup d'autres choix. Malheureusement, vu mon poste, j'étais un peu obligé. Surtout que j'étais incapable d'embaucher quelqu'un pour bosser tout à fait à mes côtés. Je n'aimais pas trop l'idée. J'étais un bosseur solitaire, si l'on pouvait appeler ça comme ça. Ce fut donc en catimini que j'arrivai pour recevoir Orfhlaith. Qui, malheureusement, fut très surprise par ma soudaine arrivée. « Oui enfin, heureusement que vous n'êtes pas cardiaque. » Remarquai-je avec une légère grimace, en lui tendant une main quand elle s'approcha, pour la lui serrer d'une poigne sans doute un peu trop énergique. A croire que j'étais monté sur piles. Et non, promis, je ne consommerais rien pour être comme ça ! Juste un effet de la surcharge de boulot ! « D'ailleurs, j'ai appris pour votre accident. Vous allez mieux j'espère ? » Accident à cause duquel nous n'avions pas pu collaborer plus tôt justement .Et qui lui avais sans doute valut de perdre le contrat pour lequel elle devait filer en direction du Brésil, si ma mémoire était bonne. Mais je croisais tellement de personnes, que je n'étais plus sûr de rien. Alors peut-être que je me plantais totalement. Mais j'osais espérer que ce n'était pas le cas. Pas à ce point tout du moins. D'un pas énergique, je l'entraînai en direction de mon bureau, dont je lui tins la porte ouverte en lui faisant signe d'entrer.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Jeu 22 Mai - 16:24

You don’t take a photograph, you make it.


Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange.
Courir, je ne faisais que ça, et je ne sais franchement pas si j’allais continuer ainsi. Parce que j’avais désormais une réelle vie privée, et que je souhaitais vraiment me consacrer à celle-ci. J’allais devoir trouver le juste milieu entre vie professionnelle et vie privée. Mais pour le moment je me devais de me concentrer pour trouver des financements pour mon exposition. Et j’avais besoin de nouveaux contrats. Heureusement, avant mon accident j’avais rencontré Vitaly, qui avait l’air d’être intéressé par mon travail. Je n’étais vraiment pas contre que de signer un contrat avec lui, simplement parce que je resterais à New-York, et que je ne bougerais pas, ce qui était la dernière de mes envies en ce moment. « J’ai le coeur bien accroché » dis-je alors qu’il me serrait, ou plutôt me broyait, la main. Je bouge mes doigts discrètement pour enlever l’engourdissement qui se propageait dans ma main. Je hausse un sourcil surpris au fait qu’il ai appris pour mon accident. Les nouvelles allaient rapidement, surtout que peu de monde le savait. À part Suile, la boite concernée, et... Serena. « Je vais très bien, plus de peur que de mal on va dire. » Je soupire doucement, j’évitais de repenser au contrait que j’avais perdu suite à cet accident. Mais d’après mes dires, j’avais plutôt eu de la chance, les conditions de travail n’avaient pas été aussi idéales que l’on nous l’avait fais croire. Mais pour le moment j’étais en train de me diriger vers le bureau avant d’y entrer et d’attendre la permission de m’asseoir. Au moins, je sais que je n’aurais pas de mauvaises surprises sur ce contrat.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Jeu 22 Mai - 18:29

Orfhlaith & Vitaly ₰  You don’t take a photograph, you make it .

Woke up, Got out of bed, Dragged a comb across my head. Found my way downstairs and drank a cup and looking up I noticed I was late. ♦ The Beatles


J'étais ravi de pouvoir avoir de nouveau à faire avec Orfhlaith, qui était une jeune femme vraiment très compétente à mon goût et avec laquelle j'avais envie de travailler depuis une éternité maintenant. Mais en tant qu'excellente photographe, il me semblait qu'elle était de plus en plus demandée. Ce qui était tant mieux pour elle, évidemment. Mais un peu dommage pour moi qui avais une sacré hâte de voir ce qu'une collaboration entre nous, pourrait bien donner. Je ne doutais pas qu'il n'en sortirait qu'un travail tout simplement incroyable. Mais je voulais encore le voir, pour pouvoir tout à fait le croire. En tout cas, j'osais quand même espérer que cette fois ci serait la bonne. Sans quoi, je serais vraiment frustré. Mais il n'y avait pas de raison pour que ça ne marche pas ! « Oh je suis vraiment désolé pour ... Ca ! J'ai tendance à ne faire face qu'à des hommes .Et puis j'ai l'esprit un peu ailleurs ces derniers temps ! » M'exclamai-je avec une légère grimace désolée, en la voyant qui agitait ses doigts après que je lui eus serré la main. Même si elle tentait de faire mine de rien, je savais bien que c'était parce que je n'y étais vraiment pas allé de main morte pour la saluer. Il faut dire que j'étais réellement perdu dans mes pensées diverses et variées et qu'elles ne concernaient pas toutes uniquement le travail. Loin de là même. Mon esprit était partout et nulle part à la fois. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que cette sensation était vraiment très étrange et pas franchement agréable. « Vous m'en voyez ravi ! Enfin, ce n'est pas pour le travail que je suis content que vous alliez bien. C'est surtout pour vous. » Me rattrapai-je, en craignant qu'elle ne puisse mal interpréter mes paroles. A pas rapides, je l'entraînai dans mon bureau. « Je vous en prie, installez-vous. » Proposai-je en désignant vaguement le siège devant le bureau. Et je pris ensuite place en face d'elle. « Bon, comme vous vous en doutez, j'ai signé le précédent contrat avec quelqu'un d'autre, puisque ça commençait à devenir urgent. Mais j'ai des tas de clients en attente donc on va pouvoir trouver de quoi faire. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Sam 24 Mai - 1:00

You don’t take a photograph, you make it.

 

 
Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange.
 
 


J’allais enfin retrouvé un contrat avec Vitaly, ce qui m’enchantais. Le contrat que l’on avait prévu de signer à la base avait été passé à quelqu’un d’autre, ce que je comprenais tout à fait, il ne pouvait pas m’attendre Et puis de toute manière, je n’avais pas été fonctionnelle de suite après l’accident. Je n’avais juste pas changée sur un point, et j’étais même devenue de plus e plus exigeante dessus : je choisissait mes contrats avec soin tout comme les gens avec qui je bossais. Mais avec Vitaly, je sais que je pouvais avoir pleinement confiance en lui et en ce qu’il allait me proposer. Mais je sais que ce n’est pas les contrats qui manquaient avec sa société. Et je sais aussi que j’ai la chance d’être assez bien vu par Vitaly, car sinon cela pouvait parfois s’avérer un vrai cauchemar, selon quelques ‘collègues’ qui avait eu la chance de bosser avec lui. Mais bon ce n’était pas non plus les plus talentueux et les plus clean de notre métier. Et je comprenais pourquoi ça avait pu virer au cauchemar pour eux, j’en venais même à plaindre Vitaly. Je le regarde puis regarde ma main avant de m’exclamer « Oh ça.. Ce n’est pas bien grave. » Je ne vais pas en mourir non plus ! Et puis bon je n’étais pas en sucre non plus. Ca pouvait arriver à tout le monde d’être dans ses pensées, cela m’arrivait même de plus en plus souvent. Donc je ne peux pas lui en vouloir. « Merci. Mais bon je ne suis pas du genre à me reposer, alors je crois que c’est mieux que je bosse pour tout le monde. » Je n’avais même pas relever sa maladresse. Mais je rentre dans son bureau, prête à entamer un sujet plus sérieux qu’est le futur contrat. Je m’assois après son invitation, tout en croisant mes jambes. Croisant mes doigts sur mon genou, je l’écoute attentivement. « Oui, et je suis sincèrement désolée de ne pas avoir pu honorer ce contrat... Mais bon si y a de quoi faire, je suis preneuse. » Je n’étais pas bien difficile au fond.

 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Jeu 29 Mai - 17:58

Orfhlaith & Vitaly ₰  You don’t take a photograph, you make it .

Woke up, Got out of bed, Dragged a comb across my head. Found my way downstairs and drank a cup and looking up I noticed I was late. ♦ The Beatles


J'étais vraiment ravi de savoir qu'Orfhlaith était à nouveau disponible et allait donc pouvoir traiter affaires avec moi. Parce que je commençais quand même assez sérieusement, à tourner en rond et à ne plus trouver de très bons photographes avec lesquelles bosser. Ce qui était quand même très frustrant dans le genre. J'osais donc espérer qu'il n'allait plus rien arriver de fâcheux d'ici à ce que nous soyons parvenu à commencer à travailler ensemble. Et même après d'ailleurs ! Sans quoi, je risquais de finir par croire que c'était une ligue contre moi. Que le destin tentait par tous les moyens, de me faire comprendre que je devais me diriger autre part, vers quelqu'un d'autre. Ce qui serait assez dommage puisque je rêvais de bosser avec cette jeune photographe, depuis un petit moment maintenant. Je risquais de mourir de frustration si ça ne se faisait pas, sans déconner. Et non, ce n'était pas du tout une exagération de ma part. Ou vraiment si peu ! Je souris quelque peu quand elle mentionna qu'il était mieux pour tout le monde, qu'elle continue de bosser. Ca, ce n'était pas peu dire ! C'était mieux surtout pour moi qui avais sérieusement besoin d'elle et vite ! Raison pour laquelle quand nous fûmes dans mon bureau, je ne tardai pas à parler boulot. Après tout, elle n'était pas venu ici pour une autre raison que celle ci. Il fallait vraiment que l'on bosse sur un projet. Et j'avais préparé les plus gros, en vu de cette entrevue. « Oh ne dites pas un truc pareil ! Vous n'avez quand même pas choisi d'avoir un accident ! » Lui fis-je vivement remarquer, presque choqué par ses paroles. Non franchement, ce n'était pas du tout de son fait que je sache. ou alors elle était super maso dans son genre ! Et si c'était le cas, j'espérais quand même que ce n'était pas à ce point là non plus. « Donc voilà, on a plusieurs gros projets en perspective, que voilà. Dites moi si l'un vous intéresse le plus. » Proposai-je en lui tendant un épais dossier. Il contenait tous les travaux qu'on nous avait demandé d'effectuer. Du parfum pour une grande marque de cosmétique européenne, au nouveau gâteau au chocolat de Kinder, en passant par une marque de lessive.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Jeu 29 Mai - 19:32

You don’t take a photograph, you make it.


Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange.
Bon, j’étais heureuse que Vitaly ne m’ai pas pleinement remplacé, car je sais que d’autres dans ce domaine n’aurait pas hésité une seule seconde. Ce n’est pourtant pas les photographes qui manquent dans cette ville. Bon certain était des purs escrocs, j’en conviens parfaitement, mais ils arrivaient tout de même à décrocher certains gros contrats, certainement grâce à des dessous de table conséquent. Ce qui allait certainement avoir raison de ma passion, car je n’accepte aucunement cette situation. Mais bon, même si parfois mon métier était difficile financièrement parlant, j’avais au moins ma conscience pour moi. Mais, là se présentait une occasion en or, et j’en étais plus que ravie,surtout que c’était grâce à mon boulot, et pas à de futiles supercherie, de quoi prendre mon pied face à de tels escrocs. Et j’avais vraiment hâte de savoir sur quoi j’allais bosser. Surtout que j’avais un surplus d’énergie, et que ce serait parfait pour le dépenser. Je n’avais plus eu de gros contrats depuis mon accident, et j’avoue que j’en avais bien besoin ! Alors si je pouvais travailler rapidement avec Vitaly, ce serait parfait ! M’installant à son bureau, je souris, il semblait aussi pressé qu moi qu’on signe ce contrat. On avait rapidement dévié au sujet de mon accident, où je restais vague dessus. «  Peut-être mais faut dire que ce n’est vraiment pas tombé au bon moment !! » Je hausse simplement les épaules, on ne choisit pas, je le sais, mais quand *même faut dire que le moment était réellement mal choisi. Mais bon, on ne pouvait pas revenir en arrière. En voyant le dossier qu’il me tend je m’en empare avant d’attendre ses explications. « Je vais feuilleter cela alors » Ce qui allait prendre un certain temps, car j’aimais bien savoir précisément dans quoi je m’embarquais avant de signer. Ouvrant le dossier, je me mis à feuilleter les pages, passant plus ou moins rapidement sur certains sujets. Fronçant les sourcils, signe de totale concentration, je revins sur le sujet du parfum, qui me correspondait plus largement, et où les possibilités d’exercer mon art me semblait plus large. « Le contrat du parfum a l’air intéressant. En tout cas de premier abord. Il va falloir que je le lise plus précisément. » Je me radossais au dossier, avant de rajouter, une once d’excitation dans ma voix « À moins que vous, vous vouliez m’en dire plus. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Ven 30 Mai - 15:56

Orfhlaith & Vitaly ₰  You don’t take a photograph, you make it .

Woke up, Got out of bed, Dragged a comb across my head. Found my way downstairs and drank a cup and looking up I noticed I was late. ♦ The Beatles


Malheureusement, on ne pouvait pas choisir ce que la vie allait nous apporter. Bonnes comme mauvaises choses. Ce qui doit arriver, arrive toujours à un moment ou à un autre, qu'on le veuille ou non. Ainsi, le fait qu'Orfhlaith ait eut cet accident juste à la période où nous étions supposés signer un gros contrat ensemble, c'était un mauvais coup du destin. Mais avec lequel nous avions du apprendre à composer l'un comme l'autre. Enfin, d'un côté elle tant que photographe. Et moi de l'autre côté, en tant qu'entreprise qui ne devait surtout pas s'arrêter de fonctionner parce qu'un photographe avait un empêchement. Aussi grave soit-il ! C'était une évidence en même temps. Et je ne doutais pas un seul instant que la jeune femme elle même était pleinement consciente de ça et que, du coup, elle ne m'en voulait pas le moins du monde ! Je ne m'interrogeais même pas plus que ça à vrai dire. Enfin quoi qu'il en soit, la question ne se posait plus vraiment pour le moment, puisqu'il me semblait que nous allions enfin pouvoir bosser ensemble tous les deux. Ce qui était une excellente nouvelle pour sûr ! Je venais donc de lui tendre un dossier qui contenait plusieurs projets en cours et à venir. Pour qu'elle voit si un ou plusieurs de ceux là, pourraient éventuellement lui correspondre. « Alors, pour résumer le parfum ... Son histoire est inspirée des amazones. Je ne vous fais pas de dessin, vous voyez le genre. » Fis-je remarquer avec un léger sourire amusé. « Un publicité vidéo va être organisée. Donc le décors va être dressé et vous pourrez vous en servir pour la photographie. Bon le souci c'est que pour plus de réalisme, on va faire ça en forêt. ou un coin du genre. Mais dans la nature et non pas en studio. » Lui appris-je ensuite. C'était, à mon goût, un très bon projet. Que j'avais hâte de mettre en place !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Ven 6 Juin - 16:03

You don’t take a photograph, you make it.


Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange.
C'était un peu le lot de la vie, et les enjeux de celle-ci. Un accident pour mieux rebondir. C'était comme ça que je le voyais maintenant. Si la vie avait décidé qu'il était temps que je subisse une épreuve, alors soit, je l'accepte. Après tout, on sort toujours plus fort d'une épreuve. Et même si j'avais râter certainement le contrat du siècle, je ne m'en tenais pas rigueur, de toute façon la colère et la déception ne mène à rien si on n'en tire pas profit. Mais ça avait au moins eu le profit que je me repose, comme si j'avais eu le choix. Parce que Suile et Gof veillaient au grain. Et je sais que maintenant ils allaient être encore plus attentifs, à mon grand désespoir. J'avais parfois l'impression qu'il se soustrayait à ma tante de ce côté-là. Mais j'étais vraiment heureuse de reprendre à plein temps mon boulot, et surtout de travailler enfin avec l'entreprise de Vitaly ! C'est donc pour cela que j'avais rapidement convenu d'un rendez-vous, je ne voulais pas laisser une fois de plus cette occasion s'échapper. Et apparemment il avait plein de choses à me proposer vu avec quel entrain il a proposé un rendez-vous. si lui était aussi ravi que moi de notre partenariat il était certain que l'on ne pouvait que faire du bon boulot. Et vu ce qu'il était en train de me proposer, il est sûr que j'allais trouver mon bonheur. Ce qui fût rapidement le cas. Redressant ma tête pour l'écouter avec attention, je souris doucement. Le sujet allait vraiment être intéressant, tout comme le défi qui y était rattaché. Moi qui détestait les studios, j'étais plus que ravie que de bosser en extérieur, même s'il allait falloir s'adapter aux conditions météorologiques. C'était un challenge que j'adorerais relever. "Ecoutez, c'est tout à fait le genre de projet qui attire mon attention. Et ce n'est pas que je ne le fais jamais, mais je déteste travailler en studio."

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Dim 8 Juin - 11:23

Orfhlaith & Vitaly ₰  You don’t take a photograph, you make it .

Woke up, Got out of bed, Dragged a comb across my head. Found my way downstairs and drank a cup and looking up I noticed I was late. ♦ The Beatles


Le moins que l'on puisse dire, c'est que j'avais vraiment hâte de commencer à travailler avec la jeune femme. Surtout maintenant que nous nous étions mis d'accord sur le contrat que nous allions partager tous les deux. Tout ça me semblait des plus prometteurs. J'avais sacrément hâte de voir ce que ça allait bien pouvoir donner entre elle et moi. Aucun doute que ça allait être vraiment génial. Surtout que si elle avait choisi d'elle même le contrat à honorer, c'était très certainement parce qu'elle était déjà un minimum inspirée par la chose. Pour sûr, ça allait vraiment être grandiose. Je voulais voir le rendu au plus vite, c'était certain ! Voilà que j'étais déjà intenable, alors que nous n'avions même pas encore commencé à travailler. Qu'est-ce que ça allait être pendant la séance photo ? J'allais sans aucun doute tourner en rond et passer sans cesse la voir pour assister à la séance et voir le rendu en temps réel. Et elle n'allait tellement plus supporter mon impatience, qu'elle allait gentiment me flanquer dehors. Voilà tout. Non, ça n'irait pas jusque là. Enfin j'osais l'espérer. Enfin de toute façon nous n'en étions même pas encore là. Alors se poser mille questions et éprouver des milliers de craintes, ne servait à rien du tout. Je n'avais plus qu'à attendre pour voir ce que ça allait bien pouvoir donner, en temps et en heure. « En effet, je me souviens que vous m'avez fais part de ce détail. Tout semble donc parfait. Quand pensez-vous que l'on pourra mettre tout ça en place et commencer ? » Lui demandai -je avec un sourire des plus sincères.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Mer 11 Juin - 16:44

You don’t take a photograph, you make it.


Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange.
Au moins l’envie était réciproque, ce qui donnerait certainement une bonne ambiance de travail, enfin j’osais l’espérer tout du moins. Mais il n’y a pas de raison pour que cela foire, en tout cas, on avait l’air d’être sur la même longueur d’onde tous les deux. Ce qui facilitait grandement la tâche déjà. Et puis le fait qu’il m’avait laissé choisir le projet sur lequel j’allais désormais bosser, c’était bien sympathique. Je n’avais pas eu forcément le choix auparavant. Mais je n’allais pas non plus trop m’en vanter, comme je dis il faut savoir se contenter de ce que l’on a. Et au moins j’avais évité les surprises de mauvais goût. Mais j’espérais plutôt avoir une bonne surprise en travaillant pour lui, et surtout si cette fois-ci se passait parfaitement bien, peut-être que je re-signerais manu militari pour un contrat. Je ne saurais expliquer pourquoi, mais c’est tout à fait le genre de personne avec qui il me plaît de travailler. Enfin, j’attends de voir comment il est quand je bosserais, même si je suis assez tolérante sur la présence des autres sur mes plateaux, tant qu’ils ne sont pas extravagant. J’étais moi-même assez discrète lors des séances. Mais le meilleur moyen de le savoir était encore de bosser ensemble pour savoir comment ça se passe. Je finis par lui rendre son dossier que j’avais clos, maintenant que le projet était définitivement choisi, j lui faisais assez confiance pour commencer rapidement, très rapidement. « Je pense que l’on peut commencer dès que tout est prêt, je ne suis prise que par mon projet d’exposition donc je suis totalement libre pour le projet »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Dim 15 Juin - 13:36

Orfhlaith & Vitaly ₰  You don’t take a photograph, you make it .

Woke up, Got out of bed, Dragged a comb across my head. Found my way downstairs and drank a cup and looking up I noticed I was late. ♦ The Beatles


Maintenant que notre projet était choisi, ne restait donc plus qu'à savoir quand nous allions bien pouvoir commencer cela. Mais également, où. Je lui avais appris que nous allions plutôt faire ça en extérieur. Pas que je n'avais pas les moyens de reproduire en studio, un paysage le plus réaliste possible pour faire les photo de cette publicité. Bien sûr que c'était loin d'être un souci le côté financier de la chose ! Non, c'était seulement parce que le rendu ne serait jamais à la hauteur de toute façon, si on ne le faisait pas véritablement en extérieur. Et puis il me semblait aussi que c'était beaucoup plus agréable pour travailler, que de faire ça en extérieur, tout simplement. Et de toute évidence, même sur ce point là, nous étions tous les deux sur la même longueur d'onde. Un constat qui s'avérait fort plaisant à faire d'ailleurs ! Je me réjouissais encore plus maintenant qu'elle me confirmait qu'elle avait tout le temps devant elle pour ce projet justement, puisqu'en ce moment elle n'était concentrée que sur son exposition. De quoi me réjouir pleinement, pour sûr ! « C'est super ! On pourra donc commencer ça assez rapidement ! » Confirmai-je avec un sourire ravi. « Y'a-t-il un endroit où vous souhaitez travailler en particulier ou pas du tout ? Un lieu qui vous attire et vous inspire pour ce projet ci, particulièrement ? » Demandai-je finalement en lui souriant toujours. Après tout, c'était elle l'artiste qui allait se pencher sur cette publicité. Alors autant qu'elle soit la plus maîtresse de la chose, possible. Je ne voulais surtout pas qu'elle se force à accepter un lieu que j'aurais moi même choisis, si ça ne la bottait pas le plus sincèrement et sérieusement du monde. A mon goût, ce serait trop bête. Et puis elle manquerait dès lors d'inspiration.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Jeu 19 Juin - 12:53

You don’t take a photograph, you make it.


Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange.
Bon c’était déjà une bonne étape que de définir le projet, notre travail avançait tout de même assez rapidement, après c’est aussi dans ma manière de bosser, généralement je suis assez rapide à me décider, et quand quelque chose entre dans ma tête cela devient difficile de m’en déloger. Maintenant le tout est de savoir comment tout cela allait se dérouler. Ce qui était tout aussi important que le choix du projet. Le choix du lieu allait y jouer un rôle stratégique, il fallait arriver à trouver un lieu dont l’atmosphère représentait ce que la publicité voulait faire vivre au public. C’était certainement le plus dur à trouver. Mais après les choses seront très certainement d’une facilité déconcertante. Mais il faut dire que New-York débordait de possibilités de ce côté-là, et que c’était tellement immense, que je ne connaissais pas tous les coins. Mais heureusement, j’avais presque tout mon temps à consacrer à ce projet, tant que je pouvais garder un peu de temps pour l’organisation de mon exposition,mais qui stagnait un peu, alors pour sûr j’avais pas mal de temps. « On peut même commencer les recherches dès maintenant s’il le faut ! » assurais-je avec conviction. « À vrai dire, New-York est tellement grand, est le fait est que j’opère plus en centre pour mes shootings, donc je ne connais pas forcément de lieux qui conviendrait à la perfection à ce genre de cadre. Tout ce que j’imagine, c’est que ce soit resté assez sauvage... » commentais-je avec un haussement d’épaules. Autant jouer la carte de la sincérité, ça irait plus rapidement, et puis au moins si l’on était deux à chercher, ça serait plus rapide. Surtout qu’il avait son mot à dire, c’était lui qui doit rendre des comptes à la fin, moi je bosse simplement pour lui. Et, de toute manière un rien m’inspire, alors je ne me fais guère de souci sur le fait que je pourrais manquer d’inspiration.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Jeu 19 Juin - 21:16

Orfhlaith & Vitaly ₰  You don’t take a photograph, you make it .

Woke up, Got out of bed, Dragged a comb across my head. Found my way downstairs and drank a cup and looking up I noticed I was late. ♦ The Beatles


Depuis le temps que j'avais envie de travailler avec la jeune femme, j'étais vraiment ravi de voir l'avancée grandiose que nous avions fait. Et tout ça, rien qu'au cours d'un seul rendez-vous. C'était dire à quel point nous pouvions être productifs quand le destin s'amusait à ralentir la procédure. Un destin au drôle de sens de l'humour, puisque la jeune femme avait quand même eut un accident. Plus grave que ce qu'elle avait tenté de me faire entendre, sans doute pour ne pas trop m'inquiéter. Mais ça ne changeait rien au fait qu'elle avait eut un accident. Grave ou non, ce n'était forcément pas une bonne nouvelle du tout. Quoi qu'il en soit, c'était déjà oublié apparemment, puisque nous étions sur le point de signer enfin ce contrat tant attendu. Et j'étais ravi de pouvoir constater qu'elle avait l'air sincèrement enjouée par ce projet. Elle était même tellement enjouée, qu'elle émettait l'idée que nous commencions à parler de façon plus approfondie, du lieu de travail. Ce qui me fit sourire. Oui, elle était tout autant pressée que moi. Et c'était là une bonne nouvelle. « Je propose que l'on sorte de New-York, sans trop s'en éloigner quand même. J'imagine mal faire ces photo, dans Central Park. » Remarquai-je sur un ton quelque peu amusé. Ce n'était évidemment qu'un exemple. Mais c'était surtout une façon de faire remarquer que nous n'avions malheureusement pas trente six milles solutions de lieux dans lesquels on pourrait faire des photo sur fond nature sauvage. C'était là le souci de vivre dans une grande ville. Surtout une grande ville faite quasiment que de hauts immeubles en tous genres. « Est-ce que l'entrée d'une forêt vous conviendrez ? » Proposai-je en posant un nouveau regard interrogateur sur elle, pour savoir ce qu'elle en pensait sincèrement. Et pas uniquement dans ses paroles pour me faire plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Mar 24 Juin - 11:39

You don’t take a photograph, you make it.


Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange.
Bon, depuis notre dernier entretien, des choses se concrétisaient enfin, ce qui était tout de même inespéré il y a de cela quelques semaines. Surtout aussi rapidement qu’aujourd’hui. Mais j’avais réellement envie de travailler avec lui depuis le premier jour, alors j’étais très motivée pour faire avancer les choses rapidement. Même si on essayait vainement de nous mettre des bâtons dans les roues. Mais quand j’avais quelque chose en tête, il était difficile de me faire changer d’avis. Et comme j’avais très envie de travailler avec Vitaly, je comptais bien réaliser mon envie, qu’on le veuille ou non. Et surtout ce n’était pas un accident qui allait interrompre ma soif de travail. Ce qui pouvait être désespérant aux yeux de certaines personnes, si parfois l’on ne m’arrêtait pas, il m’arrivait de passer des journées entières à travailler comme une dingue. Mais quand on aime, on ne compte pas, c’est bien connu. Et j’allais me laisser transporter par le projet. De plus, le cadre de travail promettait un travail intéressant. enfin si on trouvait le décor parfait,mais je ne m’inquiète pas quand au fait que vitaly allait trouver le lieu idéal. « C’est parfait parce que je m’imaginais mal trouver un endroit dans New-York aussi, il faut juste que ce soit accessible en transport en commun,car je n’ai pas de véhicule » assurais-je gaiement. Ce n’était pas pratique,mais je n’avais pas mon permis, et je n’avais pas eu le temps de le passer encore. Donc cela ne facilite pas forcément les choses. Mais cela ne m’empêchait pas de me déplacer, j’arrivais toujours à me débrouiller, soit je m déplaçais en transport en commun, soit je trouvais quelqu’un pour m’y amener. Donc il n’y a pas de souci à se faire. « Ce serait parfait, et encore plus si elle était peu fréquentée. Si je peux éviter au maximum les retouches... » proposais-je. C’était bien une des particularités de mon travail, c’est que je détestais passer par photoshop.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Ven 27 Juin - 18:39

Orfhlaith & Vitaly ₰  You don’t take a photograph, you make it .

Woke up, Got out of bed, Dragged a comb across my head. Found my way downstairs and drank a cup and looking up I noticed I was late. ♦ The Beatles


J'étais sans doute déjà en train de bien m'emballer concernant ce projet à réaliser aux côtés de la jeune femme. Mais c'est que j'y tenais vraiment beaucoup et que je rêvais tellement de signer un contrat avec elle, depuis le temps ! Et c'était enfin là. Alors forcément, je ne pouvais que m'en réjouir grandement et avoir désormais une sacré hâte d'être au jour où on allait commencer à travailler de façon sérieuse tous les deux. Ce qui ne saurait tarder ! Mais avant ça, il nous fallait quand même discuter du lieu où allait se passer la séance photo. Parce que c'était on ne peut plus important pour le rendu final de ce qu'on allait pouvoir en tirer de tout ça. Il était quand même question d'un parfum d'une très grosse boîte de mode. On ne devait pas lésiner sur les moyens pour faire un truc totalement dingue ! « Si c'est vraiment trop loin de New-York, je m'assurerai que vous ayez un chauffeur pour vous y emmener et vous en ramener. Ou qu'un membre de l'équipe travaillant avec vous, se charge de faire le trajet avec vous ! » Proposai-je sans aucune hésitation. Parce qu'à vrai dire, ça me semblait assez normal et évident, que les trajets ne soient quand même pas à ses frais. C'était aussi ça être patron dans le fond. C'était gérer la partie financière des trajets entre le domicile et le lieu de travail. Je souris quand la jeune femme mentionna les retouches. J'étais ravi de savoir qu'elle était du genre à éviter tant que possible les retouches sur les photos. Ca rendait les choses beaucoup plus naturelles -et donc bien plus à mon goût !-. « Aucun problème ! De toute façon, c'est ensemble que l'on va choisir le lieu de la séance ! » Lui fis-je remarquer avec toujours un sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Lun 30 Juin - 14:59

You don’t take a photograph, you make it.


Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange.
Il n’était pas le seul à s’emballer sur ce projet, je n’étais vraiment pas mieux de mon côté. J’étais avant tout très pressée de voir comment cela allait fonctionner entre nous deux. Surtout avec un tel projet en route. Je pense que ça ne peut que donner de belles choses. Surtout que l’envie de bosser avec l’autre était réciproque des deux côtés. Mais, je n’avais pas envie de faire comme la dernière fois et que le projet m’échappe de nouveau par une coincidence malheureuse. Alors si je pouvais commencer le plus rapidement possible, je ne m’en soucierais pas. J’avais bien l’intention de me contrer à 200 % sur le projet. Et qu’on en tire quelque chose de très bien. Surtout qu’on avait sensiblement les mêmes idées de lieu et d’esprit de la séance photo. Si déjà on arrivait à s’accorder sur ce point, il y avait vraiment peu de chance que l’on soit en désaccord sur le reste. « Je pourrais peut-être trouvé quelqu’un pour m’y amener. Je demande simplement à ce qu’on ne s’éloigne pas à plus d’un heure de New-York. Mais bon je pense que c’est assez large pour qu’on arrive à trouver quelque chose. Et vous allez voir, qu’à part ceux avec qui vous allez me demander de travailler, je suis assez solitaire dans le travail. » avouais-je. J’étais toujours convaincue de cette idée que l’on était toujours mieux servie que par soi-même. Mais encore une fois on semblait vraiment sur la même longueur d’onde. Parce que s’il me demandait de retoucher entièrement les photos, je n’étais pas du tout la bonne personne. J’étais plutôt du côté du naturel. « Alors je pense que l’on devrait facilement être en accord. En tout cas ça semble plutôt bien parti à mon humble avis ! » souriais-je.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Jeu 3 Juil - 19:51

Orfhlaith & Vitaly ₰  You don’t take a photograph, you make it .

Woke up, Got out of bed, Dragged a comb across my head. Found my way downstairs and drank a cup and looking up I noticed I was late. ♦ The Beatles


Depuis le tout début, j'étais vraiment super emballé à l'idée de pouvoir travailler sur un projet avec la merveilleuse photographe qu'était Orfhlaith. C'était une chose de laquelle je ne m'étais jamais caché, pour sûr. Et maintenant qu'on en parlait de nouveau de façon très sérieuse, j'étais plus pressé que jamais. A l'heure d'aujourd'hui, on aurait normalement déjà du mettre un projet en oeuvre et même l'avoir achevé. Mais pour des problèmes assez conséquents, ça n'avait pu se faire. Problèmes qui étaient parfaitement oubliés désormais. Et c'était tant mieux ! Pourvu que ça dure maintenant. C'était là la seule chose que je désirais plus que tout à l'heure actuelle. Ou presque en tout cas. « Je suis certain que l'on va trouver plus près que ça, de la ville ! » Lui répondis-je avec un sourire qui signifiait bien que pour ma part, je ne m'en faisais pas le moins du monde. De toute façon, j'allais forcément tout mettre en oeuvre pour lui faciliter les choses. Je ne voulais pas qu'un petit grain de sable vienne se foutre dans la machine et tout mettre sans dessus dessous dans notre petite affaire. Selon moi, ce serait vraiment trop de gâchis, vu que notre collaboration allait forcément donner un truc du tonnerre ! « Et pas de souci pour le côté solitaire ! De toute façon, c'est vous qui serez aux commandes. » Lui fis-je remarquer en n'ayant de cesse de sourire tout du long. Sourire toujours aussi sincère, bien sûr. Je n'étais pas du genre à sourire pour la forme en même temps. Je hochai positivement la tête quand elle me fit remarquer que c'était bien parti pour que l'on s'entende vraiment bien. En même temps, je n'en doutais pas du tout de mon côté. « C'est certain, même ! » répondis-je finalement, avec joie.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Ven 25 Juil - 16:36

You don’t take a photograph, you make it.


Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange.
Quand je devais bosser avec quelqu’un, je marchais toujours au feeling, et j’avais cette chance d’avoir le pouvoir d’accepter ou de refuser de bosser avec quelqu’un. Généralement les gens qui me connaissaient professionnellement savent que je suis plutôt franche et directe quand il s’agit de travailler en équipe. Si je ne sentais pas quelqu’un, ce n’était même pas la peine d’insister. C’est donc avec grand enthousiasme que j’ai accepté de bosser avec Vitaly. Surtout que cela faisait un certain moment qu’on aurait dû être sur un projet, mais cela n’avait pas pu se faire malheureusement. en tout cas le projet m’emballait sérieusement et ce n’est pas des détails sans importance qui vont mettre en péril le projet, parce qu’il y a une solution à tout ! En tout cas je préfère voir le verre à moitié plein qu’à moitié vide ! « Ou même un trajet y allant. » ajoutais-je, je crains qu’il ne me trouve trop exigeante par rapport au choix du lieu, mais j’avais déjà ma petite idée derrière la tête, et on allait vraiment avoir du mal à la déloger, j’étais vraiment très têtue parfois ! Mais il fallait simplement prendre l’habitude et ensuite tout roule comme sur des roulettes. Je souris, j’avais une marge de manoeuvre assez large, ce qui était assez rare. « Oui, enfin vous avez quand même votre mot à dire » m’exclamais-je, assez étonnée par la confiance qu’il me donnait, je n’en avait pas l’habitude de me sentir aussi libre dans un projet, mais soit c’était vraiment plaisant de travailler ainsi !! Le problème était que j’allais subir certainement une douche froide à mon prochain projet si je m’habituais à travailler ainsi. « Si tout le monde pouvait avoir la même conception du travail que vous, je vous assure que ce serait très plaisant » avouais-je avec un grand sourire.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Mar 29 Juil - 21:19

Orfhlaith & Vitaly ₰  You don’t take a photograph, you make it .

Woke up, Got out of bed, Dragged a comb across my head. Found my way downstairs and drank a cup and looking up I noticed I was late. ♦ The Beatles


N'empêche que notre collaboration était quand même sacrément semée d'embûches. Tout n'était franchement pas simple depuis le tout début, quand ça avait commencé. Mais je voulais croire que c'était plus bon signe qu'autre chose. Ou alors le destin ne prévoyait pas que l'on collabore ensemble tous les deux ? Aucune idée. Mais franchement, j'espérais que non ! Pour la simple et bonne raison que j'avais vraiment envie de travailler avec elle. Et que je ne doutais pas un seul instant du fait que notre collaboration allait vraiment être géniale. « De toute façon, le lieu ne doit pas être un problème pour ce contrat. C'est certain qu'on trouvera ça ! » Assurai-je avec un sourire. On allait trouver et pas qu'un peu ! Mais en effet, je ne m'en inquiétais pas plus que ça non plus. Je préférais avoir confiance. Et j'étais certain que j'avais raison de faire confiance de la sorte. « Bien sûr. Mais je suis certain que je peux avoir confiance en vous ! » Lui appris-je le plus sincèrement et le plus sérieusement du monde. Parce que si je le disais, ce n'était pas sans raison ! Au contraire, j'avais toutes les raisons du monde de lui assurer tous ces trucs. Dire qu'à la base je n'étais pas du genre à accorder ma confiance à tout va ! Surtout pas dans le milieu du travail où absolument tout comptait. « Oh oui mais comme vous le savez, tout le monde n'est pas ainsi. Donc, ne vous y habituez pas trop ! » M'exclamai-je en riant quelque peu.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Jeu 7 Aoû - 14:49

You don’t take a photograph, you make it.


Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange.
On ne pouvait pas dire que notre travail coulait de source entre nous, parce que l’on nous avait montré, à plusieurs reprises, que ce n’était pas le cas. Ce qui rendait très certainement notre collaboration plus qu’unique. Ou en tout cas bien plus ‘précieuse’ que certains qui n’avaient aucun souci. Parce qu’une chose est sûre, c’est que l’on allait sortir un projet bien plus réfléchi et abouti que certains qui ne prenaient pas le temps de voir les attentes de l’autre, soient parce qu’ils pensent les connaître à force de travailler avec eux, soit parce qu’ils sont imbu d’eux-mêmes et bien trop surs de leur boulot. « Oui, Il y a de quoi trouver autour de New-York » répondis-je tout en opinant positivement de la tête. De toute manière au pire, on trouvera quelque chose dans New-York et on aménagera, il y a toujours une solution à tout. Je finis par lui sourire avant de lui répondre « Et j’ai aussi confiance en vous. Par contre, je préfère préciser, je préfère que l’on me tutoie quand je bosse, je n’aime vraiment pas être vouvoyée » précisais-je avec un sourire. Mais, je ne disais pas cela à tout le monde, cela dépendait si je me sentais à l’aise ou non avec la personne qui se trouvait en face de moi. Je marchais au feeling, et là ça passait bien, même très bien, et cela ne faisait que confortait ce que j’avais ressenti lors de la première entrevue. « Je ne compte pas m’y habituer, mais bon autant en profiter quand cela se présente. » rigolais-je. Après tout, je ne vais pas me méfier de tout le monde non plus.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Jeu 7 Aoû - 22:20

Orfhlaith & Vitaly ₰  You don’t take a photograph, you make it .

Woke up, Got out of bed, Dragged a comb across my head. Found my way downstairs and drank a cup and looking up I noticed I was late. ♦ The Beatles


Le fait que j'étais heureux de bosser avec Orfhlaith, n'était plus à rappeler ni rien désormais. Il suffisait de voir avec quelle joie j'étais en train de parler de notre collaboration à venir, pour se rendre compte de combien je pouvais avoir hâte d'y être ! Sauf qu'il allait quand même falloir qu'on commence par se décider au sujet du lieu où tout ça aurait lieu. Nous étions d'accord sur le fait qu'on ne devait et voulait pas faire dans un studio. Ca manquerait de naturel, même avec tous les effets spéciaux et décors de la terre ! Et nous étions également d'accord sur la proximité. Même si ça, ça la dérangeait plus elle que moi et mon équipe. Nous, nous pouvions aller vraiment n'importe où. Mais elle même n'ayant pas sa propre voiture, ça risquait en effet de bloquer un peu. Enfin je ne m'en inquiétais pas plus que ça non plus ! Je savais que nous allions trouver une alternative ! Tout simplement parce que nous avions bien trop envie de bosser ensemble désormais, pour pouvoir baisser aussi facilement les bras ! « Vous préférez être tutoyée au boulot ? C'est un point assez ... Intriguant ... » Avouai-je, les sourcils arqués par la surprise. En effet, c'était intriguant. Vraiment bizarre ! Dans le sens où en général, les gens préféraient justement que tous les liens continuent à être formels quand ils étaient en train de travailler. M'enfin si elle souhaitait que je la tutoie, alors je le ferais. Ce n'était en aucun cas un souci pour moi ! « En tout cas là, vous savez que vous n'avez rien à craindre et que rien ne se retournera contre vous ! »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY Mar 12 Aoû - 0:00

You don’t take a photograph, you make it.


Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange.
Notre collaboration était plus qu’attendue, de chaque côté. Ce n’était plus à prouver au moins. Rien que les nombreuses idées qui germaient en cet instant dans mon esprit en était la preuve réelle. Maintenant il ne nous restait plus qu’à concrétiser le tout et peaufiner certains détails. Comme le lieu, ce qui était quand même loin d’être négligeable ! Mais cela ressemblait vraiment à des broutilles, parce qu’on veut tellement cette collaboration que l’on était certainement prêt à pas mal de sacrifice pour y parvenir. Et si jamais je devais trouver un moyen de locomotion, je suis certaine qu’à force de bassiner les jumeaux, l’un d’eux me trimballerait là où il faudra. Je pouvais me montrer vraiment infernale quand je le voulais, alors je n’avais généralement pas trop à insister pour parvenir à mes fins. Et puis, ce sont mes meilleurs amis, et ils savent surtout combien compte ce projet avec Vitaly, alors ils m’aideraient au moins à trouver la solution. Je hausse simplement les épaules à sa réaction, c’est vrai que c’est plutôt le contraire normalement... « Oui, ça peut semblait étrange, mais je n’aime généralement pas que l’on me vouvoie, j’ai l’impression d’avoir les pleins pouvoir ou d’être bien trop âgée pour mon âge » plaisantais-je avec un sourire. Le vouvoiement, j’y passe quand c’est par obligation, même si j’ai plutôt tendance à tutoyer très rapidement. J’aimais être proche des gens, c’est peut-être pour cela. « Oui, c’est bien pour cela qu’il me hâte de commencer sur ce projet ! » m’exclamais-je dans un sourire.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You don’t take a photograph, you make it + VITALY

Revenir en haut Aller en bas

You don’t take a photograph, you make it + VITALY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-