It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
MessageSujet: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Mer 16 Avr - 21:55

Cela faisait deux semaines que Madison avait été enlevé, par chance, il est resté loin de ses parents peu de temps et il n’a subi aucun mauvais traitement. Cette semaine, il était chez son père, il était arrivé vendredi soir et on était maintenant le samedi matin, donc il n’avait pas de cours. Il ne dormait pas très bien, malgré les médicaments qu’on lui avait donnés pour l’aider à dormir comme il avait besoin de sommeil, sa maladie lui causait de plus en plus de problèmes et la greffe de poumon était de plus en plus urgente pour le bien-être de l’enfant. Le manoir de son père était immense, c’était totalement différent des endroits où il avait habité avec sa mère. C’était le matin, il était réveillé depuis quelques heures déjà, il n’avait pas voulu réveiller son papa. Mads n’aime pas inquiéter ses parents, alors parfois il leur cache des choses, il ne se plaignait jamais et s’il le faisait on peut être sûr que c’était pas pour rien. Il s’était habillé seul, après tout à presque six ans on est capable de s’habiller seul non? Il avait pris son médicament du matin et avait mis ses pompes et ses médicaments qu’il devait toujours trainer avec lui dans son sac en bandoulière plus discret et facile à trainer que de devoir se promener avec son sac d’école! Il devait toujours les avoir sur lui qu’on lui avait dit alors il le faisait. Il avait quitté sa grande chambre pour descendre à l’étage, le manoir était tellement silencieux le matin, il aimait bien, même s’il trouvait ça grand et étrange de voir une si grande maison avec si peu de personne qui y vit. Lui qui avait été habitué à vivre dans des chambres d’hôtel, de petits appartements et même vivre dans la rue il ne comprenait pas que si peu de personnes vivent dans une maison aussi grande. Il était six heures du matin quand il ouvrit la porte arrière pour aller à l’écurie, il adorait les animaux, les chiens, les cheveux aussi, il aimerait bien apprendre à en faire, mais il n’osait pas le demander, alors le matin il aimait bien aller les voir. Il courut un peu pour rejoindre l’écurie, mais sachant qu’il ne pouvait pas courir très longtemps contrairement aux enfants de son âge il marcha le reste du chemin. Arrivé à l’écurie il prit une botte de foin qu’il poussa devant la porte d’un box afin de voir le cheval qui s’y trouvait.

Ça devait être mignon à voir, ce petit garçon grimper sur la botte de foin sur la pointe des pieds, vêtu d’une simple paire de jeans et un chandail à manche longue comme il faisait plutôt frais à cette période de l’année sans faire trop froid. Il souriait alors qu’il regardait le cheval « Salut toi ». Il parlait bien sûr au cheval, même si celui-ci ne pouvait pas lui répondre, il tendait la main pour essayer de le caresser et il arriva à toucher le bout du nez de celui-ci. Le cheval s’approcha, pour lui un cheval c’était immense, il était si petit à côté de cette magnifique bête à la crinière noire et cette tache blanche entre les yeux. Il put caresser un peu mieux le cheval qui se colla contre la porte pour laisser l’enfant le caresser, une réaction que certains chevaux pouvaient avoir. Certains pouvaient aimer plus le contact humain que d’autres et ça semblait être le cas de ce cheval. On pourrait penser en le regardant qu’il était comme les autres enfants, les moments où il était bien était peu nombreux et avec le temps se faisait encore plus rare… mais souvent après avoir pris ses médicaments il allait un peu mieux durant les heures suivantes parfois deux heures, parfois une et dans de rares cas trois heures. Il se disait qu’il avait le temps de rester un peu en attendant que son papa se lève se disant qu’il ne serait pas debout aussi tôt.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Dim 20 Avr - 21:37


madison & ashley
❝ family is everything,
we love them
when they're sad, happy... ❞


Donner à manger aux animaux était l’une des premières choses que je faisais de la journée. Il faisait à peine jour lorsque je m’étais réveillé en cette matinée, mais j’en avais pris l’habitude. Lorsque Madison était chez moi, je ne pouvais pas m’empêcher de me lever très tôt et d’aller vérifier dans sa chambre qu’il y était bien et dormais paisiblement. Puis je profitais du calme de la maison et rendais visite aux animaux. Après avoir nourri les chèvres et les poules, il était temps pour moi d’aller m’occuper des chevaux. Enfin, sauf de Princess, que Rebekah considérait maintenant comme le sien et dont elle voulait donc pleinement s’occuper. Je devais bien avouer que l’avoir à la maison me rassurait et que j’espérais que cela durerait ainsi un bon moment. Je me sentais plus en sécurité lorsqu’elle était présente, et ce n’était pas parce que j’avais appris qu’elle était un fan des sports de combats, ou tout du moins ce n’était pas totalement cela. Donc lui laisser un de mes chevaux, ce n’était pas grand chose en comparaison. Et puis elle avait été d’une grande aide lorsque Madison avait été enlevé. Enfin, sa présence l’avait été. Parce que même si elle n’avait pas pu faire grand chose, le seul fait qu’elle est été là pour moi avait été pleinement suffisant. Il fallait que j’arrête de penser à cette journée et que je me concentre sur ce que je faisais. J’en venais presque à faire un détour dans le parc, au lieu de tracer une ligne droite. Et puis, son kidnappeur était mort, c’était donc pleinement fini. Bien sûr, je ne l’avais pas annoncé à Madison, ayant peur de sa réaction. Et puis ne sachant moi-même pas ce qui avait bien pu se passer une fois que Madison et moi étions parti de ce parking. Après tout, c’était bien le lieu où il avait été retrouvé, d’après les journaux. Peut-être que cela n’avait rien à voir avec le kidnapping. Peut-être que cela avait à voir avec la rançon que je lui avais donnée. Après tout, elle était importante et si quelqu’un avait assisté à la scène, peut-être que cela avait mal tourné par la suite. Enfin bon, ce ne serait pas moi qui le regretterais en tout cas. Arrivant aux écuries, je me stoppais net en voyant mon fils en train de caresser un des chevaux. Même si j’avais une totale confiance en mes animaux, c’était tout de même dangereux qu’il soit seul avec eux, du simple fait de sa petite taille. Je me rapprochais de lui, avant de m’agenouiller pour me retrouver à sa hauteur et lui caresser doucement les cheveux. « Hey, qu’est-ce que tu fais ici ? » lui demandais-je d’une voix douce avant de reprendre sur le même ton. « Tu sais que je n’aime pas que tu sois sans surveillance. »


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Lun 21 Avr - 3:51

Madison sursauta légèrement quand il sentit la main dans ses cheveux, il n’avait pas entendu son père arrivé, il se retourna pour lui faire un petit sourire, alors qu’il ne pensait pas qu’il était réveillé. Ce qu’il faisait ici? Mads aimait beaucoup les animaux de son papa et les cheveux étaient magnifiques, c’est vrai que ça pourrait être dangereux, mais il est un enfant, il ne voyait pas le danger, et il y avait une barrière qui le séparait du cheval. « Voulais voir les chevaux… j’arrivais put à faire dodo… » Il fit une petite moue alors que son père lui rappelait qu’il n’aimait pas le voir sans surveillance, ce qui était compréhensible vu son âge et les évènements récents, bien que le kidnapping était arrivé alors qu’il était avec sa mère. Il aimait beaucoup son papa, même s’il ne le connaissait pas depuis très longtemps, un an environ, il avait appris à le connaître et à l’aimer. Il avait mis que quelques semaines avant de l’appeler papa, lui qui avait passé les premières années de sa vie sans papa, il était bien content d’avoir un papa comme les autres enfants, comme ses amis, bien qu’il n’en ait que très peu. Sa maladie l’isole un peu, beaucoup même, il manque souvent l’école donc il prend du retard sur les autres, il passe beaucoup de temps avec son médecin pour s’assurer de l’évolution et surveiller ses poumons qui sont de plus en plus faibles ce qui affecte beaucoup son cœur. Bref, baissant la tête n’aimait pas trop être prise en faute, qu’on se fâche contre lui, même si son papa n’avait pas haussé la voix, il avait peur de perdre son papa, après tout il ne l’avait pas connu depuis sa naissance, alors il pensait que si jamais il faisait trop de bêtise il pourrait ne plus vouloir le voir. Bien que son père n’ait jamais rien dit qui pourrait lui faire penser ça, les enfants vont chercher des idées parfois on ne sait où… « Désolé… j’pensais tu dormais encore… voulais pas te réveiller. » Madison dormait très mal, il ne dormait que très peu malgré les médicaments, mais ça il n’en parlait pas, il ne voulait pas inquiéter son papa ou sa maman. Entendre sa maman pleurer parfois la nuit le rendait triste et il savait que c’était par sa faute, il était intelligent pour son âge, plus responsable à cause de sa maladie qui le forçait à prendre des médicaments à certaines heures et faire attention à ce qu’il faisait. Il releva les yeux vers celui-ci, il aimait beaucoup se faire prendre par son père, peut-être parce que ce n’était pas épuisant pour lui, marcher était beaucoup plus fatigant pour lui que de rester dans les bras d’un de ses parents. Mais il ne le demandait jamais, après tout il ne voulait pas qu’on le prenne pour un bébé, mais il ne se plaignait pas quand on le prenait comme il aimait… Bref, tout cela n’est pas très important, il regarda le cheval et demanda à son papa : « Tu fais quoi ? » Il ne savait pas que son papa se levait tôt tous les matins pour nourrir les animaux, normalement il était dans sa chambre à cette heure, parfois dans son lit parfois en train de jouer en attendant d’entendre du bruit dans la maison. S’il savait ce que faisait son papa, il voudrait sûrement l’aider, il aime beaucoup aider les autres, surtout ses parents, même si c’est seulement en faisait des petits trucs tout simples de toute façon il ne pourrait rien faire de trop compliquer, prendre des sacs lourds il risquait plus de les échappé et brisé ou abimé le contenu du sac. Mais peut-être qu’il serait capable d’aider son père à nourrir les animaux, même si ça voulait dire de marcher beaucoup… son père pourrait toujours le prendre dans ses bras comme lorsqu’il est trop faible, mais ce matin, il avait un peu d’énergie, c’est d’ailleurs souvent le matin qu’il avait le plus d’énergie, même si ce n’était pas comparable à un enfant en santé de son âge… Une fois il s’était demandé si sa maman aimerait l’échanger pour un enfant en santé comme ça la rendait triste de le voir malade… Il regarda son papa attendant une réponse de celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Lun 28 Avr - 23:59


madison & ashley
❝ family is everything,
we love them
when they're sad, happy... ❞


Même si j’avais une entière confiance en mes animaux, que je savais très bien éduqués, je n’aimais pas l’idée de savoir Madison seul en leur compagnie. Un mauvais geste et un accident pouvait si rapidement arriver. J’en étais moi-même témoin dans mon refuge. Combien de fois des propriétaires de chiens les abandonnaient parce que ces derniers avaient mordus leurs enfants ? Je leur demandais alors toujours si les parents étaient présents lorsque cela s’était passé, et majoritairement, la réponse était non. Un enfant ne connaissant pas les limites de l’animal et ne pouvait comprendre les signes qui indiquaient qu’il fallait laisser l’animal en question tranquille. Les animaux étaient donc rarement dans leurs torts – et pour moi, ils ne l’étaient même jamais, la faute revenait toujours à leurs propriétaires. Donc même avec Riley, mon chihuahua, je ne laisserais pas Madison être seul avec lui. C’était dire ce qu’il en était avec Willow, ma doberman, qui était pourtant la chienne la plus douce existant sur cette terre. « Voulais voir les chevaux… j’arrivais put à faire dodo… »me répondit mon fils. Je lui refaisais une petite caresse sur les cheveux, avant de reprendre. « Je ne veux pas que tu sois seul avec les animaux, d’accord ? Cela peut être dangereux. Et je suis toujours levé tôt, donc tu as simplement à m’appeler si tu veux les voir. D’accord ? » lui demandais-je d’une voix toujours aussi douce. Je ne lui en voulais pas, bien sûr. J’étais juste inquiet pour lui. Et je ne parlais même pas de sa maladie, il ne valait mieux pas y penser. Parce que si je pensais à la probabilité qu’il fasse une crise telle qu’il n’arrive pas à prendre son médicament et au fait qu’il puisse être seul si cela arrive … Bref, il ne valait mieux pas que j’y pense. « Désolé… j’pensais tu dormais encore… voulais pas te réveiller. »reprit-il alors. « Comme je te l’ai dit, je me lève toujours très tôt le matin. C’est un habitude, j’ai du mal à dormir beaucoup. Donc n’ais pas peur de me réveiller. » lui répondais-je, toujours accroupi à sa hauteur. Même si cela ne faisait que huit mois que j’avais appris son existence, il était incroyable comme j’avais pu m’attacher à lui si rapidement. J’avais pourtant toujours eu du mal avec … les humains en général. C’était d’ailleurs la raison pour laquelle je n’avais que peu d’amis d’ailleurs. Un animal ne pouvait pas nous trahir, nous mentir, vouloir quelque chose de nous. Alors qu’un humain … Mais je n’avais jamais ressenti cela avec Madison. Peut-être parce qu’il n’était encore qu’un enfant innocent ? « Tu fais quoi ? »me demanda-t-il alors que je me relevais doucement. « Je vais nettoyer les écuries, avant de donner à manger aux chevaux. Tu veux m’aider ? » lui proposais-je dans un sourire.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Mar 29 Avr - 2:12

C’est vrai que les animaux c’est imprévisible, Madison ne le savait pas enfin oui et non, pour lui les animaux de son père étaient gentils, mais il savait que parfois les animaux peuvent perdre patience et être méchant. Par contre Mads avait un petit quelque chose de spécial, de différent, il était beaucoup plus calme que les autres enfants de son âge, sûrement à cause de sa maladie, alors il a moins tendance à énerver les animaux. Il aimait vivre entouré d’animaux, même si d’un côté c’était pas l’idée avec sa maladie. Comme tout ce qui est : poussières et poils peuvent nuire à sa respiration c’est pour cas qu’aucun animal n’allait dans sa chambre afin qu’il y ait aucun poil ou le moins possible. Il était grimpé sur une botte de foin pour être plus grand et caresser l’animal et une fois que son père était arrivé il en était descendu alors que son père lui s’était accroupi pour être à sa hauteur. Il n’avait pas remarqué que son papa se lève tôt, faut dire qu’il avait l’habitude de rester dans sa chambre contrairement à aujourd’hui. Il hocha la tête aux paroles de celui-ci alors qu’il ne voulait pas qu’il soit seul avec les animaux et qu’il pouvait toujours l’appeler s’il voulait les voir. « D’accord! » Il lui fit un petit sourire alors qu’il ajouta qu’il ne voulait pas le déranger, qu’il ne voulait pas le réveiller, mais, son père lui disait qu’il ne devait pas avoir peur de le réveiller, qu’il avait beaucoup de mal à dormir. « Pourquoi ? » Il demandait pourquoi il dormait mal, il était malade lui aussi, comme lui et c’est pour ça qu’il n’arrivait pas à dormir. « Moi aussi… j’ai du mal à dormir. » Il n’en avait pas parlé avant, mais le fait d’entendre son père dire que lui avait du mal à dormir l’encourageait à en parler. Ne se sentant pas aussi seul avec ce problème. Il ne dormait quelques heures par nuit, trois ou quatre alors que le reste du temps il se tournait dans son lit ou encore dessinait ou faisait semblant de dormir quand son papa venait voir s’il allait bien, quand il entendait des pas dans le couloir, il fermait les yeux et ne bougeait plus. Puis, il demanda ce que son papa faisait, peut-être qu’il pourrait l’aider et d’ailleurs son père lui proposa, ce qui fit sourire l’enfant, il aimait se sentir utile, aider, peu importe ce qu’il devait faire pour aider. « Oh ouiii je veux t’aider! J’peux leur donner à manger? » Bon c’est sur que son père allait devait être à côté de lui pour surveiller surtout après ce qu’il venait de lui dire. « On peut leur donner une carotte ? Comme dans les films? Ou une pomme? » Il avait déjà vu des films où des cavaliers donnaient des carottes ou des pommes couper en deux au cheval pour les récompenser ou leur faire plaisir. Comme on le faisait pour un chien. Il était prêt à suivre son papa, pour s’occuper des chevaux.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Dim 25 Mai - 14:43


madison & ashley
❝ family is everything,
we love them
when they're sad, happy... ❞


J’avais beau être très optimiste ces derniers temps, je n’aimais pas vraiment que Madison reste seul en présence d’animaux. Bien sûr, je connaissais très bien mes animaux, et je savais qu’ils étaient bien éduqués. Mais même avec mon chihuahua, je ne prendrais pas le risque. Un mauvais geste pouvait si vite arriver … Il suffisait que Madison fasse un geste mal interprété par l’animal pour que cela ne se finisse pas bien. Et j’avais beau être optimiste et avoir tendance à voir la vie en rose depuis son enlèvement – enfin, surtout depuis que celui-ci s’était bien fini – je ne pouvais pas prendre le risque. Peut-être que c’était ça, être père, après tout. « D’accord ! » me promit-il après que je lui ai dit que je ne voulais plus qu’il vienne voir les animaux seul et qu’il pouvait me demander sinon. Je lui faisais une petite caresse sur les cheveux, un peu plus rassuré. « Pourquoi ? » me demanda-t-il à propos du fait que j’avais du mal à dormir beaucoup. Je me mordis doucement la lèvre inférieure de gène. Je n’avais pas vraiment envie de lui dire que je préférais avoir les yeux ouverts pour être sûr que personne ne m’attaquait. Je voulais lui donner le bon exemple, et mes névroses n’en faisaient pas vraiment parti. « C’est une habitude. Je n’ai jamais vraiment beaucoup dormi. » lui répondais-je en haussant des épaules. C’était la vérité en même temps, je n’avais jamais non plus été un gros dormeur. « Moi aussi… j’ai du mal à dormir. » m’avoua-t-il, me faisant lâcher un petit soupir. J’espérais vraiment que cela n’avait rien à voir avec son enlèvement. Je ne voulais pas qu’il devienne comme moi. « Ça fait longtemps que tu as du mal à dormir ? » lui demandais-je, espérant avoir une période et que celle-ci ne coïncide pas avec son enlèvement. Il me demanda alors ce que je faisais et je l’informais que j’allais nettoyer les écuries avant de donner à manger aux chevaux, puis je lui proposais de m’aider. J’avais remarqué que Madison aimait bien la compagnie des animaux, et tout ce qui y touchait. « Oh ouiii je veux t’aider! J’peux leur donner à manger ? » me demanda-t-il, enthousiaste. Le voir ainsi était d’ailleurs la raison pour laquelle je lui avais proposé. J’aimais le voir ainsi, et je donnerais tout pour qu’il continue à être comme ça. Je n’eus pas le temps de lui répondre qu’il reprit la parole. « On peut leur donner une carotte ? Comme dans les films ? Ou une pomme ?» me demanda-t-il de nouveau, me faisant lâcher un rire. « Oui, tu pourras leur donner à manger. Et des pommes, c’est une très bonne idée. » acceptais-je dans un grand sourire.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Dim 25 Mai - 15:49

Madison était un petit garçon intelligent et calme, il n'avait pas l'habitude de contredire les adultes ou discuter ce qu'on lui demandait, donc si son papa voulait qu'il lui demande avant de venir voir les animaux, c'est ce qu'il fera, il le promit d'ailleurs à son père. S'il ne le connaissait pas depuis longtemps, l'enfant s'était attaché à celui-ci, il aimait passer du temps avec lui et apprendre à le connaitre. Il se demandait pourquoi sa maman ne l'avait pas présenté à son père avant. Comme il était venu à parler du fait qu'il ne dormait pas bien, il avait demandé à Ashley pourquoi il ne dormait pas bien, il ne savait pas que son père s'était aussi fait enlever enfant, comme lui. Si Mads dormait mal, ce n'était pas à cause de l'enlèvement, mais plutôt à cause de ses problèmes de santé. Forcer pour respirer l'empêchait de bien dormir, donc quand son papa lui demanda si ça faisait longtemps qu'il avait du mal à dormir il hocha la tête : « Oui... j'ai toujours du mal à dormir... même si je suis fatigué. » L'enfant était souvent faible, épuisé par le fait que son coeur avait pas suffisamment d'air, que sa respiration n'était pas normale et régulière comme les autres. L'enlèvement était pas la cause de ses problèmes de sommeil, pour lui l'enlèvement, bien qu’effrayant fut de courte durée et pas trop traumatisant comme il connaissait la personne qui l'avait enlever... il n'avait juste pas compris pourquoi il ne pouvait pas retourner voir ses parents à ce moment-là. Mais bon, pas la peine de ressasser ça durant des semaines, des années, non il était passé à autre chose. Ce qui l'intéressait maintenant c'était les animaux de son père, il voulait aider son papa à s'occuper des animaux, c'est donc souriant qu'il avait répondu qu'il voulait l'aider. Il était rarement ainsi, en forme, ces moments étaient plus rares, il devait donc en profiter lorsqu'il se sentait bien pour faire des activités. Il demanda s'il pouvait donner à manger aux chevaux et son père lui répondit qu'il pouvait et leur donner des pommes était une excellente idée. Les pommes, c'était bon, il aimait bien les pommes, il n'avait pas pris son petit déjeuner encore, mais il n'avait pas très faim, à vrai dire il était rare que celui-ci ait faim, on devait l'encourager à manger, essayer de le faire manger le plus possible pour lui donner de l'énergie. Mais manger n'était pas évident, mâcher les aliments était un sport pour lui qui était essoufflé juste en mangeant, il était plus facile pour lui de manger des aliments de texture molle, du yogourt, des potages, des compotes, bref tout ce qui passait facilement. Ces aliments dans son cas étaient souvent enrichis pour justement pallier au fait qu'il ne mangeait que très peu, chaque bouchée qu'il prenait devait être la plus nutritive possible. Il était donc prêt à suivre son papa pour aller chercher les pommes et la nourriture des chevaux, puis curieux il demanda à son papa : « On va au refuge aujourd'hui ? » Il aimait bien accompagné son papa sur son lieu de travail, il adorait la compagnie des animaux, même si dans sa chambre aucun ne pouvait entrer afin que sa chambre soit le plus propre possible, sans poussière, poils qui pourrait nuire à sa respiration.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Dim 1 Juin - 22:17


madison & ashley
❝ family is everything,
we love them
when they're sad, happy... ❞


J’espérais vraiment que ses insomnies n’étaient pas liées à son enlèvement. Les miennes l’étaient. J’avais toujours peur que quelqu’un rentre chez moi et vienne me faire du mal, même après plus d’une dizaine d’années. D’ailleurs, je ne pouvais rester dans le noir – comme je l’avais été lors de mon enlèvement – sans avoir une crise de panique. J’espérais donc vraiment qu’il n’était pas traumatisé par le sien. Et qu’il grandirait sans aucune séquelle. Je ne voulais pas qu’il devienne comme moi, un asocial paranoïaque … « Oui... j'ai toujours du mal à dormir... même si je suis fatigué. »me répondit-il, me faisant lâcher un petit soupir de soulagement. Apparemment, ce n’était pas lié. Bien sûr, je n’aimais pas l’idée qu’il souffre d’insomnie, mais le fait que ce soit sans aucun rapport avec son enlèvement me rassurait, au moins un peu. « Tu en as parlé à tes médecins ? Du fait que tu dormais mal. Peut-être qu’il pourrait t’aider à mieux dormir … » lui demandais-je, me doutant que l’enlèvement rayé de la carte, il ne restait qu’une chose qui pouvait l’empêcher de dormir, et c’était sa maladie. Si sa mère était venue me voir pour m’apprendre que j’avais un fils, c’était parce qu’il avait besoin d’une greffe et qu’elle n’avait pas l’argent pour se payer une assurance médicale. Mais maintenant que j’étais là … On attendait toujours cette double greffe poumons et cœur. Mais comment espérer qu’il en ait une ? Après tout, prier pour qu’il y ait des organes compatibles qui arrivent pour lui revenait à prier pour qu’un autre enfant meure. Et étant donné la peur que j’avais eu lorsque Madison avait été enlevé, je ne pouvais pas souhaiter qu’un parent ressente cela. Il fallait donc simplement attendre. Et lorsque ces organes seront disponibles, il pourra les avoir et tout ira mieux. Je tentais de ne plus y penser, alors que Madison semblait visiblement vouloir s’occuper de mes animaux. Leur donner à manger, les nettoyer, les brosser, … C’était quelque chose que j’adorais faire, et j’étais heureux que mon fils aime cela lui aussi. S’il pouvait ne prendre que mes bons côtés, sans les mauvais, je serais très heureux. « On va au refuge aujourd'hui ? » me demanda-t-il alors que nous revenions vers les écuries, un sac rempli de pommes avec nous. Je lâchais un sourire, puis acquiesçais de la tête. « Oui, comme tous les jours. Tu aimes bien les animaux, hein ? » lui demandais-je dans un grand sourire, heureux de pouvoir partager ma passion avec lui.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Lun 2 Juin - 2:24

Madison avait beaucoup de mal à dormir et ça depuis très longtemps, il osait pas en parler, il voulait pas inquiéter sa maman ou son papa, mais le fait que son père lui dise avoir du mal à dormir il se dit qu’il pourrait lui dire que lui aussi avait du mal à dormir. Il ne savait pas pourquoi son papa dormait mal, celui-ci lui avait seulement dit que c’était comme ça depuis longtemps. Madi lui dormait mal comme il avait du mal à respirer. S’il en avait parler au médecin, oui il en avait déjà parler ça faisait longtemps, mais il n’en avait pas reparler, comme la première fois qu’il en avait parler le médicament était trop cher pour sa maman. C’est vrai que maintenant c’était différent, son papa pouvait payer tous les médicaments comme il pouvait payer les greffes, car puis le temps passait, plus ses organes devenaient plus faits, moins fonctionnel. Il avait besoin d’une greffe de poumon et aussi de cœur maintenant. Mais on ne pouvait pas lui donner les organes d’un adulte et on ne peut pas dire que des enfants ça meurt tous les jours, autant que les adultes… c’est horrible à dire, mais il ne pourrait vivre que si un autre enfant mourrait avec des organes sains qu’on pourrait lui transplanter. « euh… j’en ai parlé y’a longtemps, quand j’te connaissais pas. » Il avait des problèmes pour dormir depuis très longtemps… enfin bref. Il préférait parler des animaux, il voulait aider son papa à les nourrir et les brosser, enfin tout ce qu’il pouvait l’aider à faire. Curieux, il lui demanda s’il allait aller au refuge, c’est vrai qu’ils y allaient tous lesj ours quand il était avec son papa, mais d’un autre côté, on sait jamais, il pourrait y avoir un imprévu et donc il pourrait ne pas y aller. « Cool! » Puis comme son papa lui demandait s’il aimait les animaux… Ohh oui on peut dire ça, il adore les animaux, c’était une nouveauté dans sa vie depuis qu’il connaissait son papa, mais c’était une belle nouveauté, il aimait beaucoup aller au refuge avec son papa et l’aider comme il le pouvait, même s’il ne pouvait pas tout faire, comme il devait faire attention avec sa maladie. C’est tout sourire que l’enfant répondit : « Ohhh oui! J’adore les animaux, sont super gentils et beaux! » Le petit s’arrêta devant le premier boxe pour qu’ils puissent donner une pomme au cheval. « J’peux lui donner ? » Il voulait le faire lui, tout seul comme un grand, il n’était plus un bébé, il avait cinq ans et bientôt six. « J’vais pouvoir monter dessus un jour ? » Il aimerait bien apprendre à faire de l’équitation, bon, ça lui faisait aussi un peu peur comme ces immenses des cheveux, il serait dans les air et il aurait peur de tomber du cheval, mais il se doutait que son papa resterait à côté pour le protéger, pour l’empêcher de tomber. Il écouta les consignes de son papa pour donner une moitié de pomme au cheval.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Lun 9 Juin - 22:13


madison & ashley
❝ family is everything,
we love them
when they're sad, happy... ❞


Le fait que Madison ait beaucoup de mal à dormir m’inquiétait. Bien sûr, je préférais que ce ne soit sans aucun rapport avec son enlèvement. Bref, que ce ne soit pas comme moi. Il n’avait vraiment pas besoin de mes névroses. Mais sa maladie l’épuisait déjà tellement, que je ne pouvais qu’être inquiet d’apprendre qu’il avait beaucoup de mal à dormir. Il avait besoin de dormir. Comment pourrait-il récupérer de sa journée sinon ? Je lui demandais alors s’il en avait déjà parlé à son médecin. « euh… j’en ai parlé y’a longtemps, quand j’te connaissais pas. »me répondit-il, pas très à l’aise. « J’essaierais d’en reparler avec lui, pour voir ce qu’on peut faire, d’accord ? » lui promettais-je en lui donnant une caresse sur les cheveux. Oui, peut-être que je pourrais en reparler à son médecin. Après tout, peut-être que s’il n’avait rien pu arranger, c’était parce que sa mère n’avait pas d’argent pour lui payer des médicaments ? Je n’aimais pas vraiment l’idée de lui rajouter des produits chimiques, surtout qu’il avait déjà beaucoup de médicaments, mais si c’était la seule solution pour qu’il puisse enfin avoir des bonnes nuits de sommeil, alors je m’y ferais. Il changea rapidement le sujet de conversation vers mes animaux, et plus précisément le refuge. Je lui indiquais que, comme tous les jours, nous irions bien au refuge aujourd’hui. « Cool! »s’exclama-t-il, me faisant lâcher un grand sourire au vu de son enthousiasme. Le fait que j’arrive à transmettre à mon fils ma passion pour les animaux ne pouvait que me remplir de joie. « Ohhh oui! J’adore les animaux, sont super gentils et beaux! »s’exclama-t-il de nouveau. Nous nous arrêtâmes devant l’un des box à chevaux. « J’peux lui donner ? »me demanda-t-il. « Oui, bien sûr ! » lui répondais-je en acquiesçant de la tête, avant de couper la pomme en deux et de la poser dans sa main. « J’vais pouvoir monter dessus un jour ? »me demanda-t-il. « Oui, pourquoi pas ? Enfin pas maintenant, il faut que je t’achète des protections avant, comme une bombe et tout. Mais oui, ce serait avec plaisir ! » acceptais-je, enthousiaste à l’idée de partager ça avec lui. Je me décidais ensuite à lui expliquer comment donner à manger aux chevaux. Il fallait tout de même qu’il fasse bien attention. « Donc, tu vas mettre ta main bien à plat, la paume de ta main au dessus. Et tu déposes juste la pomme dessus. Comme ça, le cheval n’aura qu’à prendre la pomme, et ses dents ne seront pas en contact avec ta main. D’accord ? » lui expliquais-je en l’aidant à bien positionner sa main et la pomme qu’il y avait dessus.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Mar 10 Juin - 3:03

Madison n’osait pas tout dire, il voulait pas inquiéter plus ses parents, comme il pouvait voir l’inquiétude dans les yeux de ceux-ci quand il se mettait à avoir du mal à respirer, quand il toussait, montrait des signes de fatigue… ce qui arrivait de plus en plus souvent. Donc, il n’avait pas voulu parler du fait qu’il avait du mal à dormir, mais maintenant que c’était fait, il en était content comme son papa lui proposait d’en parler au médecin la prochaine fois. Hochant la tête Madi répondit : « D’accord. » Comme l’enfant n’aimait pas trop parler de sa maladie, après tout on lui en parlait assez souvent, donc si on pouvait changer de sujet c’était parfait pour lui. Parler des animaux c’était bien mieux! Il eu un sourire alors qu’il était content de se rendre au refuge, comme chaque jour où il était assez en forme pour accompagner son papa, bien que même pas très en forme, il ne pouvait pas rester seul à la maison. Mais ces journées étaient moins drôle, comme il pouvait pas aider son papa. Mais là ce n’était pas le cas et il voulait savoir s’il pourrait monter sur un cheval un jour et son papa lui répondit que oui, mais il devait acheter une bombe avant et des protections. Le petit fut surpris une bombe? Mais une bombe c’était un trucs qui explosait non? Pas une protection, il est jeune il ne savait pas que le casque que les cavalier porte s’appelle une bombe c’est pourquoi il demanda : « Une bombe? Mais c’est dangereux! Ça explose! » Le petit comprenais pas, mais son papa pourrait lui expliquer que ce n’était pas une bombe qui explosait, mais une bombe qui servait de casque. Puis il eut un sourire alors qu’il laissait son papa lui montrer comment donner la pomme alors qu’il plaçait sa main comme il lui expliquait et l’aidait à la placer. Il faisait confiance à son papa alors il n’avait pas peur et quand le cheval approcha pour prendre la pomme il se mis à rire quand les babines qui le chatouilla alors qu’il prenait la pomme. Il releva la tête vers son papa et demanda : « On lui donne le reste ? » Lui il n’était pas capable de manger une pomme au complet, il mangeait très peu, d’ailleurs il n’avait rien manger depuis son réveil, mais il n’en parlait pas comme il détestait manger, c’était épuisant pour lui de manger comme il devait beaucoup mâché, donc il préférait ce qui était d’une texture liquide, molle…!
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Dim 15 Juin - 21:58

madison & ashley

❝ family is everything,

we love them

when they're sad, happy... ❞


Même si cela m’avait inquiété de voir Madison seul près des chevaux, je devais bien avouer que j’aimais beaucoup l’avoir près de moi. J’aimais passer du temps avec lui, tout simplement. Je n’aurais jamais cru que j’aimerais être père. Après tout, j’étais tout le temps parano, et inquiet pour tout. Donc si je l’étais à propos de ma personne, qu’est-ce que ce serait pour un fils ? Et bien je ressentais exactement la même chose pour mon fils et je passais mon temps à m’inquiéter pour lui, mais finalement, j’aimais ça. Je l’aimais en fait. C’était assez étrange, mais c’était comme ça. Et je m’étais habitué à m’inquiéter pour lui. Rien qu’avec sa maladie, il y avait beaucoup à s’inquiéter. Et apparemment, il n’arrivait pas à dormir. Je lui promis que j’allais en parler avec son médecin de nouveau, pour trouver une solution. Après tout, lorsqu’il lui en avait parlé, sa mère n’avait pas les moyens de payer des soins, donc peut-être que maintenant, il y aurait une solution. Je remarquais qu’il ne voulait plus en parler. Apparemment, il n’aimait pas parler de sa maladie et des symptômes qui allaient avec. Je le comprenais en même temps, et c’est pourquoi je n’insistais pas. Nous allâmes donc donner à manger aux chevaux, comme il le souhaitait. Et bientôt, j’apprenais qu’il aimerait monter sur un. L’équitation, c’était vraiment quelque chose d’exceptionnel, un véritable échange avec le cheval. Donc forcément, j’acceptais, à condition qu’il porte une bombe et que je sois à ses côtés lorsqu’il le ferait. « Une bombe? Mais c’est dangereux! Ça explose! » s’exclama-t-il. Je plissais des yeux, pas vraiment certain de comprendre. Au contraire, cela le protégerait en cas de chute. Puis je compris, et ouvrais la bouche, avant de secouer doucement de la tête. « Non, pas ce type de bombe ! En équitation, une bombe c’est un casque de protection. Au cas om tu tombes, que tu ne te fasses pas mal ! » lui expliquais-je dans un petit rire. Je lui montrais ensuite comment donner à manger aux chevaux. Il fallait bien veiller à laisser sa main plate, pour que le cheval ne la morde pas en prenant la nourriture. « On lui donne le reste ? »me demanda-t-il. Je haussais des épaules. « Oui, si tu veux ! » acceptais-je dans un sourire. « Ensuite, qu’est-ce que tu veux faire ? On peut peut-être aller voir si les poules ont pondu des œufs ? Et ensuite je pourrais te faire une omelette avec, si tu veux. » lui proposais-je en coupant le reste de la pomme en d’autres petits morceaux pour qu’il puisse les donner aux chevaux.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Dim 15 Juin - 22:34

Madison ne connaissait pas les termes exacts pour l’équipement d’équitation, c’est normal, il est jeune et n’a jamais fait d’équitation avant. Donc il avait eu peur quand son papa avait parler d’une bombe comme pour lui une bombe c’est le trucs qui fait « tic tac, tic tac puis boum… » Pas un casque pour le protéger. « Ahhh ok! Mais j’vais pas tomber hein? Tu vas m’aider ? » Il avait un peu peur quand son papa parla du fait que c’était au cas où il tombe. Pour lui un cheval c’était immense, très haut et il ne voulait pas tomber, mais il voulait quand même essayer, sinon il n’en aurait pas parlé à son père. Il donnait la moitié de pomme au cheval en tendant bien la main et la gardant bien plate pour ne pas se faire mordre les doigts ou la main point, ça devait faire mal. Il trouvait ça drôle de donner à manger aux animaux, comme quand les chiens de son papa ou du refuge lui donnaient des bisous c’était drôle et ça le faisait toujours rire. La première fois qu’il était allé au refuge, il avait eu un peu peur des gros chiens, mais finalement c’était ses favoris. Il faisait toujours attention pour pas tirer la queue des chiens ou encore leur poils pour pas leur faire mal comme lui conseillait son papa et si jamais il avait peur, il se figeait, il ne courait pas, sinon ça donnait l’impression au chien qu’il voulait jouer, c’est ce que son père lui avait expliquer du moins. Il demanda pour donner d’autres morceaux de pomme aux chevaux et son papa accepta, il sourit et il donna les autres morceaux aux chevaux, pas tout au même. Puis il fut intéresser par les paroles de son papa, les poules, au oui c’était une bonne idée. « Ouiii on va voir les poules! Faut leur donner des grains aussi ? » Il se rappelait qu’une fois il avait lancer des grains devant les poules pour qu’elles mangent alors il se demandait si il allait le faire encore cette fois. Il trouvait ça drôle de voir les poules picorer le sol afin de prendre les graines. L’omelette le tentait moins, parce qu’il avait toujours du mal à manger, il n’aimait pas manger, l’effort de mâcher, avaler, bien qu’une omelette c’était pas trop pire, c’était pas trop du à manger et il se forcerait pour en manger un peu pour faire plaisir à son papa. Il tendit les bras à son papa pour qu’il le prenne dans ses bras, les poules étaient plus loin et Madison devait garder toute son énergie, du moins le plus possible pour être capable de fonctionner le reste de la journée. Il pouvait marcher, mais il avait déjà du marcher de la maison à l’écurie ce que faisait quand même une bonne marche pour l’enfant malade.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Lun 30 Juin - 0:11

madison & ashley

❝ family is everything,

we love them

when they're sad, happy... ❞


Je ne pouvais pas dire que je n’avais pas été surpris par la définition que se faisait mon fils de la bombe. Mais finalement, cela semblait en effet logique qu’il ne connaisse que ce terme en dehors de l’équitation. Après tout, c’était la première fois que nous abordions le sujet ensemble, et je doutais que sa mère lui en ait parlé auparavant. Je lui expliquais donc à quoi servait une bombe en équitation. C’était une protection nécessaire en cas de chute. Même moi je continuais d’en porter, malgré la confiance totale que j’avais envers mes chevaux. Pour la simple et bonne raison que nous n’étions jamais à l’abri que quelque chose effraie l’animal et qu’il ne soit plus contrôlable. Et vu la hauteur de la chute s’il y en avait, il valait mieux se protéger. D’ailleurs, il faudra également que j’apprenne à Madison à bien tomber, au cas où cela arrive. Il y avait quelques façons de tomber qui amoindrissaient la chute et la douleur. Mais bon, il commencerait par le poney de toute façon, je n’allais pas le mettre à 1m50 de hauteur non plus. « Ahhh ok! Mais j’vais pas tomber hein? Tu vas m’aider ? » me demanda-t-il, me faisant lâcher un sourire. « Bien sûr que je vais t’aider ! Mais ça ne veut pas dire que tu ne tomberas pas. Tu peux tomber, il faut juste faire en sorte que ça ne te fasse pas mal. » lui répondais-je dans un sourire. Mais il était clair que je le surveillerais bien, peut-être même trop. Après tout, qui savait comment sa respiration serait s’il tombait, ou ressentait de la peur en tombant ? Je ne prendrais pas ce risque tant qu’il n’avait pas reçu de greffe, c’était certain. On continua alors à donner à manger aux chevaux, morceau par morceau. Je lui proposais ensuite d’aller donner à manger aux poules et de récolter les nouveaux œufs. Je savais qu’il avait du mal à manger, et je me disais qu’une omelette pourrait être bonne pour lui, celle-ci n’étant pas bien difficile à mâcher. « Ouiii on va voir les poules! Faut leur donner des grains aussi ? » me demanda-t-il. « Des grains, des épluchures de légumes et de fruits aussi. » l’informais-je sur leur alimentation.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Lun 30 Juin - 0:51

Une bombe, pour un enfant qui n’a jamais entendu parler d’équitation c’est une chose qui explose et pas qui nous protège lorsque l’on tombe, mais Mads écoutait son papa avec attention et il était intéresser par tout ce que son papa pouvait lui dire. Madison avait eu peur de tomber d’un coup, il avait peur de monter sur un cheval et de tomber, et il demanda à son papa si celui-ci allait l’aider, les paroles le rassura un peu, mais pas totalement, car il lui disait qu’il pourrait tomber, mais fallait juste faire en sorte qu’il tombe bien pour ne pas se faire mal. Surpris, il se demandait comment on pouvait faire pour tomber sans avoir mal. « Comment on fait pour pas avoir mal quand on tombe, papa ? » Puis pensant à quelque chose il se dit que s’il montait sur le cheval avec son papa il ne pourrait pas tomber comme son papa pourrait le tenir non ? C’est pourquoi il ajouta : « J’peux monter avec toi? Comme ça tu me tiens pour pas j’tombe ? » Le petit était intelligent et plus mature que d’autres enfants de son âge, cette maturité il avait pas eu le choix de la développer à cause de sa maladie. Il avait relever la tête vers son papa alors qu’il le suivit afin d’aller donner à manger au poules maintenant. Il demandait s’il fallait leur donner des grains, mais son papa lui précisa qu’il fallait aussi leur donner des épluchures de légumes et fruits, il hocha la tête et ajouta : « Oh d’accord! » Le petit sourit et pris la main de son papa en lui faisant un petit sourire content de passer du temps avec son papa. Il s’arrêta seulement un instant de marcher alors qu’il eut un peu de mal à respirer il pris de grande respiration, mais il avait du mal à prendre son souffle. Il serra la main de son papa, il n’aimait pas ça quand ça faisait ça. Il fini par arriver à respirer à nouveau et relâcha un peu la main de son papa, mais il voulait aller dans ses bras. Il demanda : « J’peux aller dans tes bras ? » Il le regardait alors qu’il espérait que oui, il voulait aller voir les poules, mais il ne pensait pas être capable de marcher jusqu’à là-bas. Le petit regardait son papa la tête relever vers celui-ci.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Mar 8 Juil - 15:42

madison & ashley

❝ family is everything,

we love them

when they're sad, happy... ❞


Je m’imaginais déjà apprenant à Madison à faire de l’équitation. L’équitation était une de mes activités favorites. Tout était dans le partage et dans la confiance avec le cheval. Cela fortifiait la relation que l’on pouvait avoir avec. Bien sûr, il arrivait, surtout au début, que l’on puisse tomber. Mais lorsque j’avais commencé, mon professeur m’avait appris à comment bien me réceptionner. Il fallait tomber sur son épaule et rouler, pour être sûr que ni le dos, ni la tête, n’aient de choc. Et alors, tomber de cheval ne faisait pas mal, et on pouvait de suite y remonter. « Comment on fait pour pas avoir mal quand on tombe, papa ? » me demanda-t-il. « En fait c’est assez simple, lorsque l’on tombe, il faut rouler de telle façon que l’on ne tombe pas sur le dos. Et alors, on n’a pas mal. » l’informais-je dans un sourire. Le problème avec Madison, c’était plutôt comment sa respiration réagirait. Parce que même en tombant de telle sorte à ne pas avoir mal, cela faisait quand même peur. Et je ne savais comment il réagirait alors. « J’peux monter avec toi? Comme ça tu me tiens pour pas j’tombe ? » me demanda-t-il. Cela semblait d’ailleurs une bonne idée. En plus, si nous venions à tomber, je le réceptionnerais et il tomberait sur moi. « Oui pourquoi pas ! » acquiesçais-je avant de lui donner une caresse sur la tête. « Et puis aussi, je peux être debout à tes côtés, comme ça, je te retiendrais. » reprenais-je dans un haussement d’épaules. Et surtout, je n’oublierais pas de prendre son médicament sur moi, rien que pour être certain qu’en cas de problème, tout se passe bien. On parla ensuite d’aller donner à manger aux poules, ainsi qu’aller récupérer les œufs de celle-ci. « Oh d’accord! » dit-il, après que je lui ai expliquais ce que l’on allait lui en donner. Je me figeais ensuite en l’entendant respirer difficilement, ma respiration se coupant en même temps que la sienne, tant j’avais peur que la situation ne s’aggrave. Heureusement, ce ne fut pas le cas. Et même s’il était essoufflé, il respirait de nouveau assez normalement. « J’peux aller dans tes bras ? » me demanda-t-il, me faisant vivement acquiescer. « Avec plaisir ! » acceptais-je directement, joignant le geste à la parole en le prenant dans mes bras. Maintenant, direction les poules !

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Mer 9 Juil - 2:41

Madison parlait de l’équitation avec son papa, il parlait de tomber sans se faire mal, il se demandait comment il faisait alors il posa la question avec son papa, il hocha la tête, même s’il était pas totalement sûr de comprendre comment faire. Il regarda un moment son papa alors qu’il demandait s’il pourrait monter avec lui, il se disait que comme ça il aurait moins peur et il pourrait pas tomber, il eu un grand sourire quand son papa répondit qu’il pourrait. Et qu’il pourrait aussi être à côté de lui debout pour le tenir comme ça il ne tomberait pas. Mais Madison préférait si on papa était avec lui sur le cheval, il aurait moins peur, si jamais le cheval se mettait à aller vite et que son papa arrivait pas à le retenir au moins s’il était sur le cheval il pourrait intervenir. « Préfères si j’monte avec toi, c’est correct? » Il ne voulait pas décevoir son papa, il ne voulait pas qu’il le prenne pour un peureux. Il connaissait pas son papa depuis si longtemps non plus, enfin un an environ alors il avait peur que son papa disparaisse, qu’il ne le voit plus parce qu’il aurait fait une bêtise. Puis il tenait la main de son papa pour aller voir les poules. Seulement alors qu’il marchait il se mis à avoir du mal à respirer alors il se figea ou plutôt il arrêta de marcher en serrant la main de son papa comme si ça pouvait l’aider de serrer la main de son papa. Il releva la tête vers lui et s’essuya les yeux de l’autre main alors que chercher sa respiration comme ça lui avait fait monter les larmes aux yeux. Comme quand on tousse beaucoup. Il demanda à son papa s’il pouvait aller dans les bras de son papa et il fut soulagé par la réponse positive de son père. Il passa ses bras autour du cou de son papa pour se tenir à lui et lui donna un petit bisou sur la joue pour le remercier. Il regardait les poules au loin qui était de plus en plus grosse enfin visible plus ils approchaient. Mads regarda son papa un instant et chercher à nouveau son air alors qu’il toussa pour essayer de s’aider à respirer, mais il s’épuisait plus qu’autre chose. Il se serra contre son papa… « Papa… » Il avait eu du mal à parler alors qu’il cherchait son air. Il tentait de défaire son sac d’une main comme de l’autre il se tenait à Ashley et fit tomber sa pompe au sol. Il tendit la main vers celle-ci, l’utiliser devrait régler le problème du moins pour un temps.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Dim 13 Juil - 18:59

madison & ashley

❝ family is everything,

we love them

when they're sad, happy... ❞


Parler d’équitation avec Madison me réjouissait, et j’avais hâte de pouvoir lui donner des « cours ». Mais cela attendrait. Je ne voulais pas qu’il fasse un malaise à cause du stress ou de la peur. Une fois qu’il aurait enfin eu sa double greffe, nous en reparlerions. « Préfères si j’monte avec toi, c’est correct? », me demanda-t-il. « Je préfère ce que tu préfères ! » lui répondais-je dans un grand sourire, avant de passer une main dans ses cheveux. Vivement qu’il ait sa greffe. Je savais que c’était horrible de penser comme ça. Après tout, j’étais en train d’espérer qu’un enfant d’à peu près son âge et compatible vienne à mourir. Puisque la seule façon pour que Madison ait une greffe soit qu’un autre enfant meure pour qu’il puisse avoir ses organes. Et qu’il meure sans heurter ses organes. Donc dans un accident de voiture peut-être ? Ou du style. Bref, je n’avais jamais été très proches des humains en général, ayant toujours eu du mal à les comprendre, et les trouvant tous égoïstes et égocentriques. Mais étant moi-même parent, je ne pouvais pas espérer que l’un d’eux perde leur enfant. Lorsque Madison avait été kidnappé, j’ai cru que je ne m’en remettrais jamais. J’ai littéralement cru que j’allais mourir. Donc perdre son enfant … Non, je ne pouvais souhaiter cela à personne, même si c’était pour que je garde le mien. « Papa… » m’appela-t-il doucement, dans mes bras.Enfin, c’était ce que je me disais, pour tenter de déculpabiliser de souhaiter cela. Parce que lorsque Madison se retrouva en difficulté respiratoire, après être monté dans mes bras, faisant tomber sa ventoline au sol, ma respiration s’arrêta au même moment que la sienne. Je m’abaissais pour récupérer son médicament, posant Madison au sol par la même occasion, sans pour autant le lâcher. Je lui donnais rapidement le médicament, sans reprendre ma respiration.« Ça va ? Tu veux qu’on rentre à la maison ? » lui demandais-je, inquiet.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Dim 13 Juil - 22:37

Le petit fit un grand sourire quand celui-ci lui affirma que ce que Mads préférait il préférait, le petit avait hâte d’en faire c’est pourquoi il lui demanda : « C’est quand on peut en faire ? » Mais peut de temps après alors qu’ils étaient en route pour aller nourrir les poules il commença à avoir du mal à respirer. Il s’était arrêter et tentait de récupérer son souffle ce qu’il réussit durant un court instant. C’est pourquoi il demanda à son papa s’il pouvait aller dans ses bras son père accepta et le garda dans ses bras. Madison était dans les bras de son papa il avait du mal à respirer et il avait du mal à reprendre son souffle. Il échappa sa petite pompe qui contenait un médicament qui aidait ses voix respiratoire à se libérer. Son papa se pencha afin de récupérer son médicament et le mettre au sol sans le lâcher afin de l’aider a prendre son médicament, il inspira fort pour aspirer le médicament et le faire aller jusqu’à ses poumons. Il s’agrippa à son papa puis il hocha la tête : « Oui... ça va mieux… faut pas nourrir les poules? Elles vont avoir faim non ? » Le petit se disait que s’il rentrait il ne pourrait pas nourrir les poules et celle-ci allait avoir faim et serait pas bien. Il est encore innocent c’est un jeune enfant qui ne comprend pas tout, mais il reste malgré tout très majeurs. « J’peux rester dans tes bras ? » Il regardait son papa, après les problèmes comme ça il se sentait jamais très bien, il avait peur, surtout que ça devenait de plus en plus courant alors il avait peur de mourir. « Papa… » Le petit le regarda puis il demanda : « J’vais mourir ? » Le petit lui demandait s’il allait mourir à cause de sa maladie, il avait peur de mourir, il ne voulait pas mourir et le fait que la mort soit présent à son âge dans sa vie était horrible.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Mar 15 Juil - 12:46

madison & ashley

❝ family is everything,

we love them

when they're sad, happy... ❞


Si Madison préférait que je monte sur le cheval avec lui plutôt que je reste simplement à ses côtés, cela m’allait parfaitement. Je serais probablement plus rassuré en étant debout pour pouvoir le rattraper s’il en avait besoin, mais s’il se sentait plus en sécurité avec l’autre proposition, cela m’allait tout aussi bien. « C’est quand on peut en faire ? » me demanda-t-il alors, me faisant me mordiller doucement la lèvre inférieur. « Je ne sais pas encore, il faut qu’on organise ça ! » lui répondais-je, un peu gêné. Ce n’était pas que je n’avais pas envie d’en faire tout de suite, mais je préférais attendre qu’il soit opéré avant. J’avais bien trop peur qu’il n’arrive plus à respirer en étant à cheval. Donc une fois qu’il aurait sa greffe, tout irait bien mieux. Je savais que cela me faisait espérer qu’un enfant d’à peu près son âge meure pour qu’il puisse avoir des organes, et cela me faisait franchement culpabiliser, il fallait bien l’avouer. J’avais beau ne pas vraiment aimer les humains en général, je ne pouvais espérer qu’un parent perde son enfant. Enfin, en principe. Parce qu’alors que Madison refaisait une crise et que je le posais au sol, sans le lâcher pour autant, je me moquais un peu de la culpabilité que je ressentais. Je lui demandais si ça allait, et s’il voulait que l’on rentre. Je préférais être à la maison, où il pourrait s’allonger, plutôt qu’à l’extérieur, entourés d’allergènes. « Oui... ça va mieux… faut pas nourrir les poules? Elles vont avoir faim non ? » m’annonça-t-il, me faisant lâcher un soupir. « C’est comme tu le sens. » lui répondais-je en haussant des épaules. Mais en même temps, je n’avais pas spécialement envie de laisser Madison seul à l’intérieur si je retournais voir les poules pour leur donner à manger, donc il valait mieux qu’il reste avec moi. « J’peux rester dans tes bras ? » me demanda-t-il alors. Je lui lançais un sourire, le tenant toujours dans mes bras de toute façon. « Bien sûr ! Je ne compte pas te lâcher de sitôt. » lui répondais-je dans un sourire franc, avant de me lever de nouveau et de reprendre la direction du poulailler. « Papa… » commença-t-il en laissant sa phrase en suspens. « J’vais mourir ? » me demanda-t-il, me figeant par sa question. « On va tous mourir. Un jour, dans très très très longtemps. » lui expliquais-je après quelques instants de silence. Mais j’espérais être mort depuis longtemps lorsque ce sera son tour, tout simplement.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Jeu 17 Juil - 3:30

Madison avait peur de monter à cheval seul alors il préférait que son papa monte avec lui sur le cheval plutôt que s’installe à côté de lui à côté du cheval pour le tenir. « On pourrait en faire bientôt ? » L’enfant avait envie d’en faire, très envie d’en faire, oui il avait un peu peur, mais il savait qu’il avait des chances de ne pas vivre vieux donc il voulait pas perdre de temps attendre trop longtemps pour faire quelque chose. Mais il ne serait pas du genre à se plaindre, non il ne faisait jamais de crise quand on lui disait non. Il avait fini par le suivre pour aller voir les poules, mais il avait fini par faire une crise et donc demander à aller dans les bras de son papa où il s’y sentais en sécurité. Il avait par contre encore eu du mal à respirer dans les bras de celui-ci et son papa avait du le déposer pour l’aider à respirer en lui donnant son médicament qu’il avait échapper au sol. Il ne voulait pas rentrer sans donner à manger aux poules et il ne voulait pas rester seul après une crise. Il avait peur quand il avait du mal à respirer, il avait peur de ne plus arrive à respirer et que personnes ne soient là pour l’aider. Madison eu quand même un petit sourire quand son papa affirma qu’il n’allait pas le lâcher de sitôt. « J’aime ça être dans tes bras. » Le petit lui fit un petit sourire appuyant sa tête, quand même fatigué comme retrouver son souffle, les crises lui prenaient beaucoup de son énergie. Le petit garçon regardait son papa donner à manger aux poules alors qu’il les trouvait très mignonne ces poules. « Elles sont drôles ! » Le petit aida ensuite son papa en tendant des œufs en faisant bien attention de ne pas les faire tomber. Il ne voulait pas tout gâcher alors il faisait bien attention. Puis il rentra avec son papa, toujours dans ses bras en tenant un œuf dans chaque main en faisant bien attention de ne pas les faire tomber puis il les donna à son papa pour qu’il puisse faire l’omelette alors qu’il pensait à ce que son papa lui avait dit, quand il lui avait demandé s’il allait mourir. « Si je me fais pas opérer… je vais mourir? C’est ce que le médecin à dis… l’autre fois. » Il avait entendu parler son médecin et son père, mais si les deux hommes ne devaient pas l’avoir remarquer, mais il ne dormait pas au moment où son père et le médecin parlait. Le petit s’installa sur une chaise, épuisé et inquiet, ça devait se voir dans ses yeux qu’il était très inquiet, qu’il avait peur. Il avait besoin de réconfort.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Jeu 17 Juil - 14:12

madison & ashley

❝ family is everything,

we love them

when they're sad, happy... ❞


L’idée que Madison puisse monter à cheval me faisait quand même peur. Attention, que ne s’y méprenne pas, j’avais une totale confiance en mes chevaux. Et j’avais toujours dit que tomber de cheval n’était pas la fin du monde, et qu’il fallait continuer à remonter dessus. Mais le fait était que je ne savais comment réagirait Madison s’il tombait de cheval. Est-ce qu’il pourrait faire une crise, à cause de la peur ? Et rien que pour cela, je préférais attendre qu’il aille mieux, qu’il se soit fait opérer. « On pourrait en faire bientôt ? » me demanda-t-il alors. Je lui lançais un petit sourire, gêné. « On demandera à ta mère, d’accord ? » lui répondais-je dans ce même sourire. Bon, je savais que ce que je faisais n’était pas très correct. Mais au moins, cela me permettait de gagner un peu de temps. Et quand il eut du mal à respirer simplement à cause de la marche un peu trop longue, je ne culpabilisais même plus. Je ne culpabilisais plus de rien d’ailleurs. Que ce soit de changer de sujet alors qu’il voulait monter à cheval, ou d’espérer qu’il se fasse rapidement opérer, et donc qu’un autre enfant meure pour qu’il ait ses organes. Même le fait d’espérer ça ne me culpabilisait plus. Parce que je ne voulais pas le perdre. Après lui avoir demandé s’il voulait rentrer et avoir entendu sa réponse négative, je le reprenais dans mes bras pour reprendre la direction du poulailler. « J’aime ça être dans tes bras. » me dit-il en se blottissant contre moi. Je renforçais mon étreinte et lui donnais un baiser sur la tempe, avant de continuer la marche. Après quelques minutes de marche, nous arrivâmes enfin à destination. Ce ne fut pas pour autant que je le redéposais par terre, bien au contraire. Il était très bien où il était et je pouvais totalement donner à manger aux poules tout en l’ayant dans mes bras. « Elles sont drôles ! » Je lâchais un rire en acquiesçant. Il prit ensuite les œufs contre lui, et nous reprenions le chemin inverse pour rentrer à la maison. « Si je me fais pas opérer… je vais mourir? C’est ce que le médecin à dis… l’autre fois. » dit-il d’une petite voix, avant d’aller s’asseoir. Il avait peur, je le sentais. Je lâchais un long soupir. Je n’étais vraiment pas à l’aise avec ce genre de conversation, il fallait bien l’avouer. « Tu te feras opérer Madison. Avant, le problème, c’était l’argent. Parce qu’on vit dans une société individualiste obsédée par l’argent. Mais maintenant, l’argent n’est plus un problème, donc tu pourras te faire opérer. » affirmais-je, pas vraiment certain qu’il comprenne tout ce que je disais.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Jeu 17 Juil - 18:02

Madison ne savait pas que ça faisait peur à son père de le laisser aller sur un cheval, Madison comprendrait, mais son papa lui répondit plutôt qu'il demanderait à sa maman, le petit hocha la tête pour ajouter : « D'accord! » L'enfant lui fis un petit sourire alors que dans ses bras, il se sentait bien et en sécurité lui avouant qu'il aimait ça être dans ses bras. Pour certains enfants ça leur donnait l'impression d'être des bébés, mais pour Madison c'était agréable, il était proche de son papa ou sa maman dans ses moments là et il avait besoin de ce contact rassurant. Il eu unsourire quand son papa lui donna un bisou sur la tempe tout en continuant d'avancer. Il regardait son père donner à manger aux poules que l'enfant trouvait drôle ce qui fis rire son père. Il tenait bien les oeufs contre lui pour être sur de pas les faire tomber et une fois à la maison, il les avait donner à son papa pour qu'il fasse le petit déjeuner. Seulement, quelque chose inquiétait l'enfant qui voulait savoir s'il allait mourir. Mais son papa lui expliqua que c'était à cause de l'argent qu'ils pouvaient pas l'opérer, mais que maintenant il n'y avait plus ce problème d'argent, comme son père est riche. Bien qu'aux yeux de l'enfant son argent était pas important, il aurait pu être pauvre que Madison l'aurait aimé tout autant. « Oh ok... mais y faut les nouveaux poumons... pour être opérer, ils vont en trouver ? » Oui le petit était mature et intelligent pour son âge, il avait pas trop le choix avec sa maladie. Il se frotta les yeux pour se lever et aller dans le salon juste à côté pour s'installer sur le canapé... « Papa ? J'peux faire une sieste avant de manger ? » La matiné l'avait épuisé, il n'en fallait pas beaucoup pour l'épuiser d'ailleurs. Mais avec la crise ça rendait le tout pire. Il s'allongea en prenant sa peluche qu'il avait oublié là la veille contre lui. Un petit chien en peluche tout blanc fait de matérieux antiallergène pour éviter que ça lui provoque des problèmes respiratoire. L'enfant ne pris pas beaucoup de temps à s'endormir c'est l'odeur de l'omelette qui le réveilla et fit qu'il se leva en trainant sa peluche par un patte de celle-ci. Silencieusement, sans faire de bruit - c'était pas pour faire peur à son père, seulement il a pas un petit très bruyants, qui déplace beaucoup d'air comme on dit -. « Ça sent bons!! C'est prêt ? » Le petit avait lever la tête comme il était bien plus petit que son papa et ainsi il pouvait voir le visage de son papa, il lui fit un sourire alors qu'il se frotta les yeux pas totalement réveiller encore de sa petite sieste qui lui avait fait beaucoup de bien malgré la longueur de celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Ven 25 Juil - 17:09

madison & ashley

❝ family is everything,

we love them

when they're sad, happy... ❞


Okay, clôturer la conversation sur l’équitation en disant que nous en parlerions avec sa mère était probablement lâche de ma part. Mais bon, déjà, je n’étais pas vraiment connu pour mon courage légendaire. Et puis, c’était la seule chose qui m’était venue en tête pour ne pas avoir à lui dire que nous ferions mieux d’attendre qu’il ait une greffe avant de pouvoir monter sur un cheval. Je voulais qu’il se sente … normal en fait. Pas comme un enfant malade. Et donc lui dire clairement que je préférerais attendre qu’il ne soit plus malade avant d’en faire n’aiderait pas à ce qu’il se sente comme tous les autres garçons de son âge. Bon, en même temps, il devait y avoir peu de garçons de cinq ans et quelques qui faisaient de l’équitation, non ? En fait, je n’en savais rien, j’avais toujours été entouré de chevaux, donc bon. « D'accord! » accepta-t-il. Je lui lançais un grand sourire pour seule réponse. La conversation dériva un peu, à mon grand regret. Je détestais parler de sa maladie. Peut-être parce que cela me rappelait que je risquais de le perdre à tout instant et que je préférais donc être dans le déni à propos de tout ça ? Probablement, oui. « Oh ok... mais y faut les nouveaux poumons... pour être opérer, ils vont en trouver ? » me demanda-t-il. Heureusement, je n’étais pas face à lui, et il n’eut donc pas l’occasion de voir mon visage blêmir. Comment lui expliquer cela ? « C’est leur rôle de médecin d’en trouver pour te soigner. Et cela prend du temps, c’est pour cela que tu n’as pas encore eu de greffe depuis que ta mère m’a parlé de toi. » lui répondais-je d’une petite voix, pas certain que cela fasse cesser ses questionnements. Mais je n’avais pas envie de lui dire que nous espérions qu’un enfant d’environ son âge et compatible meure pour que lui puisse vivre. Hors de question que je lui dise cela, alors que je culpabilisais déjà moi-même de ressentir cela. « Papa ? J'peux faire une sieste avant de manger ? » demanda-t-il en s’installant sur le canapé avec son doudou. « Bien sûr. Je te réveillerais avec une bonne omelette. » acquiesçais-je dans un sourire en me mettant face à lui. Mais je n’ai pas eu besoin d’aller le réveiller, puisqu’apparemment, l’odeur de l’omelette s’en chargea une petite heure après qu’il se soit endormi. « Ça sent bons!! C'est prêt ? » me demanda-t-il. « Presque ! » lui répondais-je tout en commençant à sortir des assiettes et des couverts.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy... Ven 25 Juil - 22:50

Madison ne vit pas son père blêmir en l’entendant poser la question à propos du fait qu’il ne trouverait peut-être pas des poumons, mais son père lui répondit que c’était le travail des médecins de le soigner, que ça prenait du temps, mais qu’il allait avoir sa greffe… « J’ai peur… papa. » Il avait peur de mourir, tout cela l’inquiétait, plus le temps passait plus il se sentait moins bien, plus il avait du mal à respirer. « C’est difficile… j’ai du mal à respirer… c’est plus dur chaque jours… » Le petit fini par se lever pour aller s’allonger alors qu’il demandait si c’était correct s’il dormait, son papa lui affirma qu’il pouvait et qu’il allait le réveiller avec une bonne omelette, Mads n’eut pas le temps de répondre qu’il dormait déjà épuisé par sa crise. Mais après une heure alors qu’il sentait une bonne odeur il fini par ouvrir les yeux encore un peu endormit et il alla rejoindre son papa en lui disant que ça sentait bon et lui demanda si c’était prêt. Son père lui répondit que c’était presque prêt. « D’accord ! » L’enfant le vit sortir des assiettes et Madison décida de l’aider alors il alla prendre les couverts que son papa n’avait pas encore pris pour les mettre sur la table puis il s’installa à table. Quand son père lui servit son omelette il lui dit un petit merci et commença à manger, mais bien sûr, manger tout son assiette était impensable pour l’enfant, mais il en mangea la moitié c’était déjà beaucoup mieux que normalement… Il n’aimait pas gaspiller, il voulait pas que son papa soit déçu alors il dit : « J’ai pu faim… c’était super bon… on peut garder le reste pour plus tard? » Il se leva pour aller chercher un plat pour mettre le restant une fois qu’il eut la réponse de son papa puis il rangea son restant, il aimait ça aider, ça lui donnait l’impression d’être plus grand, il était plus un bébé après tout il pouvait aider. « On va au refuge? » Par contre il devrait se changer parce qu’il était toujours en pyjama, il était sortit en pyjama pour aller voir les animaux. Le petit alla ensuite voir son papa pour aller sur ses genoux et il lui dit : « Je t’aime papa… j’suis content de te connaître… » Faut dire qu’il ne le connaissait pas depuis qu’il était bébé, ça ne faisais pas si longtemps et on peut dire que depuis qu’il connaissait son papa, sa vie avait été plus mouvementé. Par exemple l’enlèvement qui a eut lieu il y a pas si longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy...

Revenir en haut Aller en bas

mads & ashley - family is everything, we love them when they're sad, happy...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-