It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

Alchimie de la douleur ~ J & J

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
MessageSujet: Alchimie de la douleur ~ J & J Dim 13 Avr - 12:09

Alchimie de la douleur.
(Baudelaire) ▽ L'un t'éclaire avec son ardeur, L'autre en toi met son deuil, Nature ! Ce qui dit à l'un : Sépulture ! Dit à l'autre : Vie et splendeur ! 
Il était tard un soir de semaine. Les gens normaux étaient soit déjà couchés, soit installés devant la télévision. Ils étaient parfaitement inconscients des drames qui, souvent, se jouaient au dehors, là où la sécurité était fragile passée une certaine heure. Voir inexistante. Pendant ces heures lugubres, certains réglaient leurs comptes de la façon la plus définitive qui soit. Jeff était souvent dans les rues de New-York quand tout le monde rentrait chez lui pour se reposer avant une nouvelle journée de travail. Lui travaillait souvent de nuit. Il avait cet emploi que personne ne connaissait. Que personne ne voulait croire qu'il existait. Il tuait pour vivre lui même. Il tuait parce que c'était devenu une nécessité pour lui. Il avait besoin de cette dose d'adrénaline et de mort pour se sentir complet. Il filait sa cible depuis quelques heures maintenant. Il l'avait trouvé occupé à siroter un verre de whisky à la terrasse d'un bar pendant des heures. Puis disparaître dans une ruelle pendant quelques heures de plus. Et là il venait de disparaître par la porte d'un immeuble. Jeff attendait qu'il en ressorte, pour s'occuper de son cas. Tendu comme un arc, il était planqué derrière un muret taggé. Il faisait frais. Chaque expiration de sa part faisait apparaître un halo de buée qui s'élevait haut dans les airs avant de disparaître. Chacun de ses mouvements qui provoquait un bruit, semblait être plus sonore que ce qu'il n'était véritablement, tant la nuit était silencieuse. Il passait pourtant parfaitement inaperçu. Et il attendait et attendait encore, que sa cible daigne sortir de là. Ce qui ne saurait plus tarder maintenant. Et alors, il pourrait lui sauter à la gorge, dans tous les sens du terme. L'homme serait aux abois et n'aurait plus rien à faire qu'attendre de voir son heure sonner enfin. Jeff se chargerait de ça. Malheureusement, il ignorait que le fbi était déjà sur les fesses de l'autre. Il avait été bien imprudent sur ce coup là. Il n'avait pas vérifié les communications des agents du fbi et leurs affaires en cours, pour savoir s'il y avait risque qu'il croise leur chemin. Sans quoi, il aurait su qu'il devait agir au moins une journée plus tôt, pour ne pas risquer de les rencontrer. Mais il était maintenant trop tard pour s'en inquiéter. L'homme venait de quitter l'immeuble et longeait la rue à pas rapide. Jeff attendait le bon moment pour sortir et filer à sa suite. 
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Dim 13 Avr - 16:29


alchimie de la douleur
10 avril, 00h20. Allez savoir pourquoi, mais soudainement le FBI s'était mis à bosser et m'avait trouvé un suspect. En quoi cela était étonnant ? Parce qu'il m'avait trouvé un suspect pour le meurtre d'Alexander. Depuis quelques temps, j'avais menacé de démissionner s'ils ne s'y mettaient pas plus. Et là, à dix-huit heures, mon patron m'a téléphoné pour me faire part de l'avancé de l'enquête. J'aurais dû être satisfait que l'enquête ait si rapidement avancé. Sauf que j'avais fini par me convaincre qu'Alexia avait raison. Il était probable que mon frère ne soit pas mort. Ça expliquait d'ailleurs bien pourquoi l'enquête ramait autant depuis environ un an et demi. Cet appel m'a ramené à la dureté de la réalité. Même si ça n'aurait pas été surprenant de la part d'Alexander d'être encore en vie, cet abruti avait fini par se faire avoir à son tour. Personne n'est invincible, tout le monde doit mourir un jour ou l'autre. La dernière génération des Pendelbury se sera juste éteinte un peu plus tôt que ce qu'il se passe habituellement. Les parents seront encore vivants mais il ne leur restera plus d'enfants. Enfin, tout ça pour dire que j'étais désormais revenu brutalement à la réalité. Mon frère était bel et bien mort, un homme était suspecté et je devais d'ailleurs être présent à son arrestation. Il faisait sombre, et froid. Vu l'heure, ça n'avait rien de surprenant. D'ailleurs, quelle heure était-il ? Je n'en savais rien, je n'avais pas pris ma montre et comme mon portable n'avait plus beaucoup de batterie, je l'avais éteint. Ça faisait sûrement une demie heure qu'on était planqué là, à guetter un mouvement de la part du suspect. Ils attendaient le bon moment. Je n'avais pas totalement compris pourquoi il fallait que je sois là. Sûrement pour l'interrogatoire quand on l'aura chopé. Ce n'était pas encore pour maintenant. Je sortis de ma poche un twix, l'ouvris puis croquai dedans. Le vent commença à souffler, je fermai le dernier bouton de mon blouson. Il ne se passait rien... ça commençai à m'ennuyer. Je tournai le regard vers le coin de la rue. Il me sembla y apercevoir une ombre camouflée derrière un mur. Je chuchotai à l'agent à côté de moi que je m'absentai un instant et partis dans cette direction en continuant mon twix. J'entamai rapidement la seconde barre et arrivai au niveau de l'ombre. C'était un homme. « Pourriez-vous changer de chemin ? Le FBI va procéder à une arrestation, vous risquez de nous déranger. », dis-je. Je croquai à nouveau dans mon twix. Côté crédibilité, ça le faisait pas, mais tant pis. Faut profiter de la vie tant qu'on le peux. Je dévisageai quelques instants l'homme. Pourquoi semblait-il se cacher, tout à l'heure ?
©️flawless


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Dim 13 Avr - 18:26

Alchimie de la douleur.
(Baudelaire) ▽ L'un t'éclaire avec son ardeur, L'autre en toi met son deuil, Nature ! Ce qui dit à l'un : Sépulture ! Dit à l'autre : Vie et splendeur ! 
Jefferson était tendu comme un arc, aux aguets, oreille tendue. A tel point, qu'il entendit avant de le voir, le type qui s'approchait pour s'arrêter à sa hauteur. Exhalant une bouffée d'air frais, le tueur à gage posa le regard sur l'homme. Son souffle s'arrêta durant quelques secondes. Le FBI ? Le FBI !? Comment avait-il pu être assez idiot pour ne pas vérifier leurs enquêtes en cours et projets pour la soirée ? Comment avait-il pu être à ce point inconscient !? « Parce que vous êtes du fbi ? Vous ressemblez davantage à un étudiant un peu geek sur les bords. » Commenta-t-il froidement en voyant l'homme porter un Twix à ses lèvres. Sérieusement !? N'était-il pas, justement, plutôt venu pour assister au spectacle ? Jeff avait beaucoup de peine à imaginer cet homme sur le terrain. Pas comme lui, tout de noir vêtu, cheveux bouclés trop longs, barbe à l'abandon depuis des semaines et regard pénétrant. Froid. Calculateur. Observateur. « Excusez-moi, mais je pense avoir encore le droit d'être dans les rues de la ville, à l'heure que je souhaite. » Ajouta-t-il avant de détourner les yeux de ce jeune homme. Pour alors apercevoir sa cible qui s'éloignait au coin d'une rue. Il grinça des dents. Peut-être que le type n'avait pas vu ce que lui même venait de voir. Peut-être que, trop occupé à lui demander de ficher le camp, était-il passé à côté de ça. Jeff n'avait quand même plus qu'à espérer qu'il était venu seul. Mais il en doutait fortement. Ce n'était pas du tout le genre des agents du FBI. Ces choses là, ça ne se déplaçait que par deux, voir de plus grandes équipes. Il soupira, priant intérieurement pour que ceux qui se trouvaient en sa compagnie, n'aient pas non plus vu l'ombre qui venait de se fondre dans l'obscurité de la rue. « Vous avez raison. Je ferais peut-être mieux d'y aller. » Conclut-il, sans même daigner reposer les yeux sur lui. Et sans attendre de réponse de sa part, il contourna l'homme et s'éloigna dans la rue. A pas rapide mais mesuré, pour ne pas trop l'alerter, espérant toujours que l'autre était passé inaperçu. Il ne pouvait pas les laisser le coffrer. Sans quoi, il pouvait dire adieux à la somme d'argent astronomique qui l'attendait pour tuer ce mec. L'autre était mieux mort, que derrière des barreaux. Tout le monde savait qu'une peine de prison prendrait forcément fin un jour ou l'autre. Qu'une mort, c'était sacrément définitif.  
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Lun 14 Avr - 18:16


alchimie de la douleur
« Parce que vous êtes du fbi ? Vous ressemblez davantage à un étudiant un peu geek sur les bords. » Un étudiant geek ? Je haussai les sourcils, peu convaincu. « Désolé de vous décevoir mais je ne suis pas ce à quoi je ressemble. » Moi, un geek... je ne me souviens pas avoir touché à une console de jeux de ma vie. D'aussi loin que je me souvienne, je m'étais toujours occupé grâce aux livres. « Excusez-moi, mais je pense avoir encore le droit d'être dans les rues de la ville, à l'heure que je souhaite. » Certes, il en avait le droit. Sauf que je venais de lui dire qu'il devait éviter ce coin de rue. Il n'avait pas dit grand chose, pourtant je commençai déjà à trouver qu'il insistait et ça commençait à me taper sur les nerfs. Susceptibilité, susceptibilité... Il détourna le regard. Je me retournai et vit alors un homme sortir. Était-ce ce fameux suspect. Si c'était bien lui, c'était une bonne nouvelle. J'aimerai bien lui faire la peau ! Je vais lui faire regretter d'avoir tué mon frère. Je croquai dans mon twix et le terminai. Oh que oui, je vais lui faire regretter. C'est sûrement le bon coupable. Je n'avais pas envie d'envisager l'hypothèse selon laquelle ce suspect serait innocent. J'attends ce moment depuis trop longtemps pour ça... « Vous avez raison. Je ferais peut-être mieux d'y aller. » Comment ça ? Ce type était louche. Très louche même. Je le regardai s'éloigner quelques instants. Son pas était rapide mais il semblait faire attention à le maîtriser. Pourquoi essayer de maîtriser son pas ? Ce n'était pas le genre de chose que l'on faisait sans raison. Je me mis à le suivre, d'un pas plus rapide que lui, pour être sûr de le rattraper. « Dites-moi, vous changez très vite d'avis. Auriez-vous quelque chose à vous reprocher ? Ou bien... est-ce que cet homme vous intéresse ? », interrogeai-je en désignait mon suspect d'un mouvement de tête. « Si c'est le cas, sachez qu'il est à moi. », repris-je, en insistant sur à moi. Il était impensable que nous ne réussissions pas à l'arrêter. J'imaginais qu'à cinq, ils allaient réussir à le faire. Les arrestations, ça ne faisait pas partie de mon travail. De toutes façons, s'ils osaient le laisser s'échapper, je ferais en sorte qu'ils soient virés tous les cinq... Je n'aime pas ça. Je n'aime pas l'impulsivité que j'avais désormais. Les faire virer, d'accord, sur le moment ça me satisferait, mais c'était un acte trop impulsif pour moi. Peut-être que si je n'avais pas connu Kyo, je n'aurais pas commencé à devenir si impulsif. Je n'aurais pas dû le laisser partir, j'étais bien avec lui, dans le fond. Repenser est inutile, ça m'empêche de me concentrer sur le problème actuel. Pourquoi est-ce que cet homme avait si rapidement changé d'avis ?
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Mar 15 Avr - 17:34

Alchimie de la douleur.
(Baudelaire) ▽ L'un t'éclaire avec son ardeur, L'autre en toi met son deuil, Nature ! Ce qui dit à l'un : Sépulture ! Dit à l'autre : Vie et splendeur ! 
Quand Jeff avait pour mission de descendre quelqu'un, il ne pensait plus qu'à ça, jusqu'à transformer la chose en une sacré obsession. Il devait tuer. Il devait détruire, faire disparaître. C'était un besoin qui devenait vital pour lui. Heureusement, il était assez froid pour prendre le temps de réfléchir de façon rationnelle avant de faire quoi que ce soit. Les erreurs n'étaient guère permises dans ce milieu là. C'était prendre bien trop de risque. Ce qu'il refusait catégoriquement. Et pourtant, il en avait fait une ce jour là, en oubliant totalement de vérifier les enquêtes en cours, du FBI. Il savait pourtant qu'il courait le risque de croiser leur chemin, puisqu'ils pourchassaient généralement le même genre de criminel. Ceux de la pire espèce. Les mecs un peu comme Jeff lui même en fait. L'homme se contenta d'un bref haussement d'épaules quand le type en face de lui contredit l'idée qu'il s'était fait de lui. Ce n'était pas comme si ça l'intéressait beaucoup en réalité. Le seul truc, c'est qu'il était emmerdé de savoir qu'ils voulaient attraper le même type. Voilà qui était problématique ... Jeff pensa avoir une longueur d'avance quand il s'éloigna après avoir aperçu sa cible, qui s'éloignait rapidement. Mais il entendit le jeune le rattraper. Il manqua se retourner pour lui flanquer un bon coup, qui devrait pouvoir le sonner le temps que lui même se barre au plus vite. Mais il n'osa pas, songeant que ses collègues étaient peut-être dans les parages. Il soupira donc en tapotant distraitement sa veste longue. Sous laquelle son arme était rangée bien sagement. Installée dans son holster. Gentil accessoire duquel il ne se passait pour ainsi dire jamais ! « A vous ? » Demanda-t-il froidement en accordant un bref regard au type. Dit comme ça, on aurait dit qu'il voulait se le faire. Et pourtant, c'était un tout autre air que son regard chantait. Il semblait plutôt avoir des pensées assassines à l'encontre du type. « Je croyais que vous faisiez parti du FBI ? Si c'est le cas, où sont vos copains ? » Demanda-t-il ensuite en étudiant rapidement les alentours du regard, sans pour autant ralentir son avancée dans la rue. Il ne voulait surtout pas perdre son contrat du regard. Il n'allait pas abandonner pour une raison aussi bête que celle là. Mais il ne pouvait rien faire tant que le mec était là à côté de lui. Surtout s'il faisait vraiment parti du FBI. 
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Mer 23 Avr - 19:05


alchimie de la douleur
« A vous ? » Oui, à moi. Je répondis d'un vague hochement de tête. Cet homme était à moi, j'avais son destin entre les mains et j'allais tout faire pour l'enfoncer. Et lorsqu'il allait commencer à se noyer dans le poids de la culpabilité, je le ferai plonger encore plus bas, je m'occuperai de lui enfoncer la tête dans l'eau aussi longtemps que possible. Je ne suis pas pour la peine de mort pourtant si on me le proposait, il ne ferait pas l'ombre d'un doute que je tuerais de mes propres mains celui qui a tué mon frère. De toutes façons, ça ne serait pas la première personne que je tuerais... même si la première fois était totalement involontaire. Je m'en veux encore et j'imagine que je m'en voudrais toujours. Les jours où je ne repensais pas au jour de la noyade de ma petite sœur étaient bien peu nombreux. C'était aussi depuis cette période que je ne dormais presque plus. D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours eu du mal à dormir mais j'imagine que revoir ce jour en cauchemar a empiré les choses. « Je croyais que vous faisiez parti du FBI ? Si c'est le cas, où sont vos copains ? », demanda-t-il tout en continuant de marcher. « Pourquoi cela vous intéresse tant ? Si je prends en considération l'hypothèse que vous seriez un complice du coupable, enfin, suspect, vous dire où ils sont reviendrait à laisser filer le suspect. » Et ça, c'était hors de question. Encore plus que de le céder à ce perturbateur. « Et je n'ai pas à vous répondre, celui qui pose les questions ici c'est moi et en aucun cas vous. » Ceci dit, il avait raison. Où étaient passés ces abrutis ? J'espérais qu'ils ne s'étaient pas absentés eux aussi... manquerait plus que ça. Juste au moment où ça devient intéressant. Sérieux, s'ils laissaient le suspect s'échapper, je ne sais pas ce que je leur ferais. Je les tuerais, sûrement. Non, peut-être pas quand même... S'énerver ainsi était inutile, de toutes façons, ils étaient censés faire correctement leur travail, ils n'étaient pas payés ni pour discuter ni pour me taper sur les nerfs. Je continuai d'essayer de les retrouver lorsque mon regard se posa sur l'un d'entre eux, qui semblait observer le suspect attentivement et qui m'avait l'air prêt à agir au bon moment. Je soupirai intérieurement, soulagé. Sûrement ce mauvais souvenir de Scotland Yard qui me poussait à penser trop vite que tous les agents de police ne sont qu'une bande d'incapables.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Dim 27 Avr - 20:40

Alchimie de la douleur.
(Baudelaire) ▽ L'un t'éclaire avec son ardeur, L'autre en toi met son deuil, Nature ! Ce qui dit à l'un : Sépulture ! Dit à l'autre : Vie et splendeur ! 
Sérieusement, depuis quand le FBI travaillait-il avec des mioches ? Parce que sans déconner, ce type là semblait tout juste sortir de la fac. Voir, s'y trouver encore. Jeff n'en savait rien et ne voulait même pas savoir. Il se contentait d'être surprit de voir un type qui semblait si jeune, affirmer faire parti du FBI. C'était à n'y rien comprendre. Et de toute évidence, il semblait tenace et ne voulait pas abandonner l'idée de poursuivre le même type que lui. En même temps, s'il était vraiment au FBI, c'était plutôt logique. par contre, le tueur à gage l'impression qu'il était seul puisqu'aucun de ses petits copains n'avait débarqué pour filer l'autre criminel. Tout ça ne semblait pas trop sérieux. Ils avaient quand même une drôle de façon de procéder au FBI, non ? Pire que dans ses souvenirs en tout cas. Si tant est que cela fut possible, bien sûr ... « Moi un complice du suspect ? Décidément, vous n'êtes pas très futé pour un type qui bosse au FBI. » Commenta-t-il juste ... Aussi froidement qu'à l'accoutumée. Non vraiment, ce gamin ne semblait pas bien dégourdi. Et Jeff ne savait vraiment pas comment se débarrasser de lui. C'était sans doute totalement impossible. Bon sang. Il fallait qu'il tue l'autre idiot à tout prix. Il ne pouvait pas passer à côté de la somme rondelette qui lui avait été proposé pour cette exécution. Mais ça, il ne risquait pas de l'expliquer au mec qui continuait d'évoluer à ses côtés, pour suivre le suspect qui se fondait dans la nuit. « Oh oui bien sûr. Vous avez l'air tellement autoritaire, que j'ai super peur et super envie de répondre à la moindre de vos questions. » Lâcha-t-il sur un ton narquois. Non vraiment, les suspects devaient lui rire au nez à celui là, non ? Vraiment pas ? Impossible. C'était obligé, plutôt. « Oh en voilà un. Il a plutôt l'air de jouer à cache cache avec le suspect. Voilà qui est vraiment très pro ! » Lâcha-t-il toujours aussi moqueur. Il jouait avec le feu en jouant au con comme ça. Il allait finir par se faire coffrer lui aussi. Au moins il serait au plus près du suspect qu'il devait éliminer à tout prix ...
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Mar 29 Avr - 11:10


alchimie de la douleur
« Moi un complice du suspect ? Décidément, vous n'êtes pas très futé pour un type qui bosse au FBI. » J'étais d'accord avec lui qu'il ne pouvait pas être un complice, sinon il aurait été plus discret et se serait sûrement enfuit en me voyant arriver. Cependant, ce n'était pas une raison pour me traiter d'idiot. Même si j'avais l'impression que depuis quelques temps je perdais ma logique peu à peu, je n'étais pas encore aussi stupide que certains de mes collègues. Toujours était-il que cet homme commençait sérieusement à me taper sur les nerfs. Je devais me retenir pour ne pas répondre à ses provocations. « Oh oui bien sûr. Vous avez l'air tellement autoritaire, que j'ai super peur et super envie de répondre à la moindre de vos questions. » Pour qui il se prenait ? Il était au courant que je pouvais très bien l'arrêter pour outrage à agent ? En tant que représentant de la loi, j'étais au dessus de lui et il devait m'obéir. Il me semblait lui avoir dit que sa présence gênait et de partir, il devait respecter les ordres, point. C'était dans ces moments-là que j'étais bien content de rester derrière mon bureau toute la journée. Je savais bien que certaines personnes n'aimaient pas les ordres, j'en faisais partie. Si je faisais partie des agents du FBI qui s'occupaient des interrogatoires et autres distractions de ce genre, j'en aurais sûrement frappé plusieurs pour la simple raison qu'ils me tenaient tête. Inspirer, expirer, calmement, tout faire pour ne pas lui donner la satisfaction de voir que ses provocations avaient un effet sur moi. J'étais peut-être un peu trop habitué à ce qu'on m'obéisse sans discuter... Le pire dans tout ça, c'était que mes collègues chargés de l'arrestation semblaient avoir disparu. Enfin, ils étaient encore là, mais tout du moins ils semblaient ne pas faire sérieusement leur travail. « Oh en voilà un. Il a plutôt l'air de jouer à cache cache avec le suspect. Voilà qui est vraiment très pro ! » Pour le coup, je ne pouvais pas nier. « On fait avec ce qu'on a. Je sais qu'ils n'ont pas l'air doué, mais tant qu'ils réussissent à me l'arrêter, je m'en fous. » Je commençai à regretter de ne pas avoir demander à m'occuper moi-même de cette arrestation. Ça aurait été réglé depuis bien longtemps et j'aurai déjà commencé mon interrogatoire... J'essayai toujours de faire de mon mieux au travail, et en plus, cette affaire me tenait particulièrement à cœur.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Dim 4 Mai - 0:55

Alchimie de la douleur.
(Baudelaire) ▽ L'un t'éclaire avec son ardeur, L'autre en toi met son deuil, Nature ! Ce qui dit à l'un : Sépulture ! Dit à l'autre : Vie et splendeur ! 
C'était compliqué de poursuivre sa cible, avec des agents du FBI qui étaient également sur le coup. Jeff était irrité par la présence de ceux ci. Mais plus précisément, par la présence de ce gosse qui ne semblait pas décidé à le lâcher. En même temps, il est vrai que ce serait davantage à lui de lâcher l'affaire. Mais il en était tout bonnement incapable. A la lueur de la lune, le tueur à gage tentait d'apercevoir les deux autres agents du FBI qui devaient se trouvaient dans les parages. Il regrettait vraiment d'avoir été trop idiot pour faire un tour sur son ordinateur et vérifier si certaines agences n'étaient pas déjà sur le coup. Parce qu'il savait maintenant que oui. Mais il était trop tard pour faire marche arrière. Dommage que l'autre ne soit pas un stupide animal facile à dompter. Il faisait trop de résistance pour ça. Jeff ne devait pas l'impressionner assez pour qu'il décide de faire marche arrière. Il faut dire qu'il n'avait pas la carrure d'Arnold Schwarzenegger. Et il n'était pas de ceux qui savaient endormir la méfiance d'autrui, avec un simple sourire, comme saurait le faire Barack Obama par exemple. « On fait avec ce qu'on a. Je sais qu'ils n'ont pas l'air doué, mais tant qu'ils réussissent à me l'arrêter, je m'en fous. » Jefferson voyait bien que cette enquête touchait particulièrement l'homme à ses côtés. Etait-ce une affaire personnelle ? Pas le genre de truc très autorisé au FBI pourtant. Généralement, les personnes directement concernées par une enquête, n'étaient pas supposées travailler dessus. « Je pense que je pourrais être plus efficace qu'eux ... » Remarqua-t-il, assez soudainement. Comme poussé par une soudaine impulsion venu d'il ne savait trop où, lui même. « La preuve ... C'est à croire que nous sommes tous les deux les seuls à poursuivre ce type. » Fit-il remarquer en lançant un bref regard dans sa direction. Etait-il en train de faire entendre qu'il était inutile que ses deux collègues continuent de courir inutilement ? Une façon de lui dire qu'il devrait leur demander de prendre congé, sans leur préciser qu'il continuait seul ? Enfin, seul ... C'était vite dit ça. Parce que le tueur à gage comptait bien rester sur le coup. Rien ni personne ne saurait le convaincre de s'arrêter. Il n'était pas du genre à baisser les bras. Quand bien même il se trouverait dans une merde noire, pour x raison.
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Jeu 8 Mai - 15:45


alchimie de la douleur
« Je pense que je pourrais être plus efficace qu'eux ... La preuve ... C'est à croire que nous sommes tous les deux les seuls à poursuivre ce type. » Il n'avait pas tort, je ne pouvais le nier. J'esquissai un léger sourire en coin. « Je ne vous dirais pas que je suis d'accord, ce n'est pas le problème. Vous dites poursuivre ce type ? Pourquoi ça ? » C'était pour passer inaperçu tout à l'heure qu'il se planquait. Pour attendre de voir la lune éclairer le visage de mon suspect. Enfin, même si à New York, c'était la lumière des lampadaires plutôt qu'autre chose qui éclairait les rues. Et parfois, dans certains endroits, la flamme des briquets des gens allumant leur cigarette. Certes, ça n'éclairait pas beaucoup et pas longtemps. « Je pense que la meilleure chose à faire serait que vous nous laissiez travailler. Si vous pensez être plus efficace qu'eux, vous n'avez qu'à vous engager dans le FBI. », marmonnai-je. Je commençais à en avoir réellement plus qu'assez d'avoir ce type collé aux basques. Être ainsi suivi n'était pas le genre de chose qui me dérangeait plus que ça. Peu de choses me dérangeaient vraiment, en fait. Je ne faisais que peu attention aux choses qui n'avait aucun intérêt pour moi. Je pourrais par exemple être suivi toute la journée par un inconnu habillé à la Lady Gaga ou façon Mad Hatter dans Alice in Wonderland de Tim Burton, ça ne m'empêcherais pas de vivre. Ça serait plus lui que ça dérangerait, au bout d'un moment, d'être habillé avec ce genre de couleur extravagante. Enfin bref, je m'égarai. Tout ça pour dire que cet homme allait finir par me laisser tranquille, à un moment ou à un autre. Il finirait bien par se lasser, par voir que peu importait ce qu'il pourrait bien me dire, je ne lâcherais pas l'affaire. Ce coupable était à moi, hors de question qu'il m'échappe. Enfin, coupable... pour l'instant, ce n'était qu'un suspect, certes. « Et d'ailleurs, pourquoi le poursuivez-vous ? », interrogeai-je. Il n'avait aucune raison de vouloir le suivre aussi discrètement. À part s'il comptait le tuer. Cette hypothèse me semblait plausible. Après tout, ça expliquerait pourquoi il semblait tant tenir à me faire lâcher l'affaire – ou plutôt le suspect – depuis tout à l'heure. Le plus sage serait sûrement, dans ce cas, de rester sage et d'attendre d'en avoir la certitude pour pouvoir l'arrêter lui aussi et le mettre derrière les barreaux, comme l'assassin d'Alexander. Ou alors, il y avait aussi la possibilité de faire comme à la Révolution française : on les guillotine sans avoir réellement de preuves de leurs actes, juste à cause de simples soupçons. Nah, je ne pensais pas que le FBI me laisserait faire ça. C'était dommage, car depuis que j'avais lu des livres sur le sujet, je m'étais toujours dit que ça avait dû être drôlement drôle à faire. Il y avait juste le fait que certains des guillotinés étaient innocent qui m'avait dérangé.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Ven 9 Mai - 19:40

Alchimie de la douleur.
(Baudelaire) ▽ L'un t'éclaire avec son ardeur, L'autre en toi met son deuil, Nature ! Ce qui dit à l'un : Sépulture ! Dit à l'autre : Vie et splendeur ! 
Sans tout à fait s'en rendre compte, Jefferson venait tout juste d'avouer qu'il poursuivait ce type apparemment surveillé aussi par le FBI. Il ne s'en rendit tout à fait compte, que lorsque l'homme qui était en sa compagnie, le lui rappela à voix haute. Il grommela quelques paroles incompréhensibles dans sa barbe hirsute. Eh bien tant pis. Il ne pouvait pas revenir en arrière, malheureusement. « Et vous ? Pourquoi est-ce que ça semble aussi personnel ? » Répondre à une question par une question, avec l'espoir fou de noyer le poisson. De détourner la conversation de lui quoi. Même s'il n'était pas certain que ça puisse fonctionner sur un type qui bossait pour le FBI. Il ricana quelque peu quand le type mentionna l'idée qu'il s'engage dans le FBI. Pouah, franchement, plutôt crever. Trop de règles et trop de limites. Beaucoup trop. Et puis il n'avait strictement plus envie de bosser pour qui que ce soit de la sorte. Sans compter qu'il n'aurait pas le droit de tuer gratuitement. Trop frustrant pour lui. Il avait un besoin presque vital, de tuer. C'était aussi simple et aussi lugubre que cela. Evidemment, il ne pouvait aucunement mentionner ces soucis là, à ce type qui lui parlait et lui collait aux basques depuis trop longtemps à son goût. « Vous plaisantez ? J'ai le profit d'un agent du FBI, sérieusement ? C'est insultant. » S'il cherchait ? Juste un peu alors. Bon, peut-être beaucoup. Mais il ne faisait que dire ce qu'il pensait réellement, tout bas. Qu'on se le dise ! Et puis l'idée d'énerver ce mec ne lui faisait ni chaud ni froid. Ce n'était pas comme s'il était terrifiant ou quoi. Quand il lui demanda à nouveau pourquoi il poursuivait ce mec, il roula ouvertement des yeux. Il se répétait sacrément quand même ... Sans doute avec l'espoir de lui faire enfin décrocher quelques mots de plus qui lui expliquerait pourquoi il suivait ce type justement. Mais il n'y avait aucune chance pour que Jeff lâche un indice ou quoi que ce soit, pour lui dire pour quelle raison il faisait ça. « Je suis détective privé. » Prétendit-il sur un ton tout à fait normal et qui ne témoignait pas du moindre mensonge. En même temps, il avait du apprendre à mentir pour faire ce qu'il faisait réellement. Il était donc un parfait menteur et un parfait comédien maintenant. Enfin, il n'avait jamais vraiment à jouer la comédie, puisqu'il était du genre froid comme un glaçon, insensible et inexpressif, de nature ...
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Dim 11 Mai - 17:58


alchimie de la douleur
« Et vous ? Pourquoi est-ce que ça semble aussi personnel ? » Parce que ça l'était justement. Je ne répondis pas à sa question, parce que de toutes façons, ça ne le regardait pas et, sachant que, comme c'était une affaire personnelle, je n'étais pas censé m'en occuper. Que l'assassin d'Alexander soit retrouvé avait été ma seule condition pour que je rejoigne le FBI. Quand je pensais qu'ils étaient supposés tout faire pour que cette affaire soit résolue... laissez-moi rire. Ils avaient mis plus d'une année avant de me sortir un suspect alors que moi, je m'impliquais autant que possible dans leur enquête sur la mafia russe, alors que ce n'était pas ce qu'il y avait de plus sûr. À l'époque, je n'avais pas vraiment de raison d'avoir peur pour ma vie, mais depuis que mon ex avait daigné accepté que je vois notre fille et même que je m'en occupe à plein temps, les choses avaient changées. « Vous plaisantez ? J'ai le profit d'un agent du FBI, sérieusement ? C'est insultant. » C'était sûr, il n'en n'avait pas vraiment le profil. Pour la discrétion, oui, mais je ne l'imaginais vraiment pas faire des interrogatoires... Vu comment il semblait agréable, ça ne serait pas gagné de faire parler les suspects. L'agressivité n'amenait à rien dans ce genre de choses... « Insultant, à ce point... J'ai du mal à y croire. », soupirai-je plus pour moi-même qu'autre chose. J'essayai ensuite, encore une fois, de savoir pourquoi on suivait la même personne. Cette fois-ci fut la bonne. « Je suis détective privé. » Détective privé... plus ou moins plausible, en effet. En tous cas, ça expliquerait pourquoi il semblait se planquer tout à l'heure, pourquoi il semblait attendre que le suspect sorte pour se mettre à le suivre, lui aussi. « Dans ce cas, et si c'est vrai, pourquoi ne pas l'avoir dit plus tôt ? » Cependant, je ne comprenais pas pourquoi il cherchait tant à m'éloigner. Rien dans son attitude ne semblait montrer qu'il pourrait être en train de mentir, mais sait-on jamais. En tous cas, s'il était effectivement détective privé, ça prouvait que ce suspect était réellement suspect. Peut-être tenais-je enfin la personne qui m'avait enlevé l'une des trois personnes ayant compté ou comptant pour moi. J'étais encore plus déterminé à ne pas le laisser s'échapper... l'occasion de le mettre derrière les barreaux ne se représenterait sûrement pas de si tôt.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Sam 17 Mai - 0:26

Alchimie de la douleur.
(Baudelaire) ▽ L'un t'éclaire avec son ardeur, L'autre en toi met son deuil, Nature ! Ce qui dit à l'un : Sépulture ! Dit à l'autre : Vie et splendeur ! 
Jefferson aurait évidemment nettement préféré poursuivre cette quête seul, pour pouvoir tuer cette cible, sans trop de mal. Il ne supportait pas quand quelqu'un ou quelque chose, se mettait en travers de sa route. Il était vraiment trop peu patient pour ça. Toutefois, il fallait parfois faire avec. Parce que tout ne pouvait pas toujours aller comme sur des roulettes, malheureusement. Mais il avait quand même la chance que les choses puissent aller plutôt bien en général, tout de même. Sans doute en grande partie grâce à son intelligente et au fait qu'il était malin. Il savait parfaitement comment faire pour ne pas rencontrer trop de problème. Et si ce coup ci ça n'avait pas si bien marché que ça, c'était uniquement parce qu'il avait oublié quelques trucs importants. Il s'était sans doute un peu trop précipité tout de même. Et maintenant, il le regrettait bel et bien. Surtout qu'il devait se coltiner ce petit jeune qui semblait prêt à tout pour avoir le suspect. « Pourtant ça l'est bel et bien. » Grommela-t-il pour toute réponse. Oui, pour lui, c'était vraiment insultant que de s'entendre dire qu'il avait le profil pour être un agent du fbi. A lui, ça lui semblait parfaitement impossible, bien sûr. Déjà qu'être flic, ça ne le bottait plus du tout. Alors être dans le FBI ... Non, vraiment pas. Il roula des yeux quand il du prétexter qu'il était détective privé, pour pouvoir expliquer sa présence ici. Vu qu'il ne pouvait décemment pas lui dire la pure vérité, bien sûr. Il n'allait pas lui avouer qu'il tuait pour gagner sa vie, tout de même. Mais s'il le pouvait, il le ferait. Parce qu'il n'éprouvait pas la moindre honte ou gêne. Le seul souci, c'était l'illégalité de la chose, cela va s'en dire. « Parce que je suis supposé être un détective privé, discret. » Lui répondit-il avec ironie. Et puis d'abord ... Pourquoi lui répondit-il alors que lui même avait volontairement ignoré sa question précédente. Bien sûr que ça ne le regardait pas vraiment le pourquoi il voulait attraper cet homme et que cela lui soit personnel. Mais il n'y avait pas de raison pour que lui même soit poussé à répondre à ses questions. Après tout, qu'est-ce qu'il lui disait qu'il était véritablement un agent du FBI ? Il ne lui avait pas même montré de carte pour le lui prouver. « Et vous, vous n'avez pas répondu à ma question. » 
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Jeu 22 Mai - 19:26


alchimie de la douleur
« Pourtant ça l'est bel et bien. » Je levai les yeux au ciel. Sérieusement, il en faisait des tonnes pour pas grand-chose. J'avais eu le malheur de lui dire que s'il se pensait capable de faire mieux que le FBI, il n'avait qu'à postuler sauf que pour cet homme, lui dire ça semblait être la pire insulte qui soit. Il y avait vraiment des gens bizarres dans ce monde... D'accord, le FBI n'était pas aussi parfait qu'il peut en avoir l'air, mais bon, j'y travaillais et je le vivais très bien. Ce que j'avais plus de mal à supporter par contre, à part le fait que cette bande d'incapables avait mis du temps avant de se bouger pour cette enquête, c'était que ce soi-disant détective privé  me colle aux basques de cette façons. Je n'aimais pas être suivi de cette façon, qui plus est par un inconnu. « Parce que je suis supposé être un détective privé, discret. », répondit-il lorsque je lui demandai pourquoi il avait mis tant de temps à me dire pourquoi il tenait tant à mon suspect. Je soupirai longuement, cherchant ce que je pourrais répondre à ça. Mon intuition me disait de ne pas le croire. Cependant, aussi étrange que cela pouvait paraître, je commençais à fatiguer et j'avais du mal à me concentrer pour chercher ce que je pourrais lui répondre. « Et bien, je crois que vous en savez assez pour faire votre rapport. Ce type est bel et bien louche car vous êtes tombés sur le FBI qui vous a demandez de ne pas empiéter sur son terrain. Et comme vous êtes un bon citoyen, vous êtes repartis sans chercher à désobéir. » J'aurais aimé que ça se passe de cette façon. Je soupirai une nouvelle fois avant de sortir un autre paquet de twix de ma poche et de croquer dans le premier, en osant espérer que les sucres rapides qu'il contenait allaient agir. « Et vous, vous n'avez pas répondu à ma question. » Je lui jetai un rapide regard en coin. Sa question ? Quelle question ? J'avais beau être conscient que depuis longtemps, j'avais des problèmes de mémoire, mais bon... J'avais l'impression que si je lui demandais quelle était sa question, ça allait l'agacer davantage. Non pas que je me souciais de ses sentiments, mais c'était plus sa réaction qui m'inquiétait. Cette froideur qu'il avait, c'était le genre de chose que j'avais toujours eu du mal à supporter et ce depuis mon enfance. Je ne supportais pas la froideur des amies de ma mère lorsqu'elles me parlaient. Enfin, ce n'était pas le problème actuel. « Quelle question ? », finis-je par demander malgré tout. Je n'avais pas vraiment d'autre alternative...
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Jeu 29 Mai - 14:40

Alchimie de la douleur.
(Baudelaire) ▽ L'un t'éclaire avec son ardeur, L'autre en toi met son deuil, Nature ! Ce qui dit à l'un : Sépulture ! Dit à l'autre : Vie et splendeur ! 
Sa question en elle même, était quand même assez bizarre. Dans détective privé, il n'y avait pas le mot "privé" simplement pour faire joli. Franchement, très stupide sa question. En tout cas, Jeff n'en voyait pas l'intérêt et la trouvait sacrément stupide, pour sûr. Enfin soit. Si vraiment il tenait tant à le savoir, il lui fit remarquer qu'il était supposé être discret. Ce qui n'était pas peu vrai. En tant que détective privé, il était supposé enquêter dans l'ombre et que personne ne sache pour qui il bossait, ni rien. Enfin ça, c'était dans l'hypothèse où il exercerait véritablement un tel emploi. Ce qui n'était évidemment pas le cas du tout. Sauf qu'il n'était vraiment pas supposé avouer son véritable emploi, à qui que ce soit. Il le gardait donc sagement pour lui. Ce qui était plutôt logique en soit. « Et bien, je crois que vous en savez assez pour faire votre rapport. Ce type est bel et bien louche car vous êtes tombés sur le FBI qui vous a demandez de ne pas empiéter sur son terrain. Et comme vous êtes un bon citoyen, vous êtes repartis sans chercher à désobéir. » Jefferson fut d'abord surprit par les paroles du jeune homme. Mais bien vite, il laissa échapper un léger ricanement narquois. C'était bien essayé de la part du type. Mais ... Non. Ca ne fonctionnait pas de cette façon. Pas avec lui en tout cas. Et tant pis pour lui s'il s'imaginait que ça pouvait marcher. « Bien essayé. » Rétorqua-t-il sur un ton quelque peu narquois. Il n'avait encore rien tenté pour le coffrer. C'était qu'il s'en foutait un peu dans le fond, non ? Ou bien qu'il n'était pas à un poste bien important au sein du FBI. A voir, donc ... « Quelle question ? » Quelle question ... Le tueur à gage lâcha un faible soupir mais ne leva pas les yeux au ciel, refusant de lâcher du regard le type qui tentait toujours de disparaître dans la nature. Le mec qui se trouvait à ses côtés, n'était pas à moitié con pour le coup. Mais complètement ! « Pourquoi cette affaire semble-t-elle personnelle ? »
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Lun 2 Juin - 18:52


alchimie de la douleur
Quelque chose me poussait à ne pas croire cet homme. Je n'avais pas l'impression qu'il était réellement détective privé... je savais bien que les apparences pouvaient être trompeuses, mais j'étais quasiment sûr qu'il me mentait. « Bien essayé. » Bien essayé, mais visiblement, j'allais devoir lui faire avouer la vérité d'une autre façon. Ou au moins trouver un autre moyen de le dégager. « Vous savez je pourrais aussi vous arrêter parce que vous refusez obstinément d'obéir. Sauf qu'il se trouve que ça me ferait perdre du temps, vous avez de la chance. » Je ne supportais pas le fait de savoir qu'à cause de lui, il y avait un risque que le suspect nous échappe. Et ça, c'était hors de question. C'était impensable. Depuis le temps que je cherchais à lui mettre la main dessus, je n'allais pas laisser un perturbateur m'en empêcher. Et puis, c'était quoi cette question qu'il avait posée ? J'avais beau essayé de m'en souvenir, impossible. Ce n'était pas nouveau que j'avais de gros problèmes de mémoire mais ça m'agaçait toujours autant. Surtout que désormais j'en connaissais la cause. « Pourquoi cette affaire semble-t-elle personnelle ? » Oh. Elle semblait personnelle, selon lui ? Je ne voyais pas pourquoi. Je lui lançai un bref regard. Sentir le sien sur moi depuis tant de temps m'agaçait. Ça serait plus à moi de le surveiller, non pas l'inverse. Mais j'avais avant tout le suspect à surveiller. D'ailleurs, je l'avais perdu de vue. J'osais espérer qu'il n'avait pas eu l'occasion de fuir... Peut-être faudrait-il que je réponde à la question du soi-disant détective privé. Il fallait que je trouve une fausse réponse. Les affaires personnelles n'étaient pas vraiment autorisées et je n'avais pas envie de lui répondre, de toutes façons. J'avais cependant envie qu'il me laisse tranquille, alors je devais lui donner une réponse. Vérité ou mensonge, qu'est-ce que ça changeait, au fond ? « J'essaie juste de m'investir au maximum dans chacune de mes enquêtes. Mais cette affaire n'est en rien personnelle. », répondis-je en continuant de manger mon paquet de Twix, qui n'avait d'ailleurs aucune influence sur ma fatigue et ma concentration. Cette affaire, c'était juste la raison de ma présence au FBI. Absolument rien de personnel. La première partie de ma réponse n'était pas tout à fait fausse. À chaque affaire dans laquelle je me lançai, je faisais comme si qu'elle me concernait. C'était selon moi la meilleure façon d'aborder une enquête.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Sam 7 Juin - 20:02

Alchimie de la douleur.
(Baudelaire) ▽ L'un t'éclaire avec son ardeur, L'autre en toi met son deuil, Nature ! Ce qui dit à l'un : Sépulture ! Dit à l'autre : Vie et splendeur ! 
« Vous savez je pourrais aussi vous arrêter parce que vous refusez obstinément d'obéir. Sauf qu'il se trouve que ça me ferait perdre du temps, vous avez de la chance. » Il avait l'air tellement peu crédible, qu'à aucun moment Jeff ne prit ses paroles au pied de la lettre. Ca ne lui faisait pour ainsi dire, ni chaud ni froid. Non seulement il avait des contacts dans la police qui pourraient arranger ça. Mais en plus ... Il n'avait pas peur de grand chose. Et puis ce type lui avouait ensuite qu'il n'avait pas le temps. Franchement, comment éprouver la moindre crainte ? C'était tout bonnement impossible. Surtout pour un type tel que lui, qui côtoyait la mort de très près, tous les jours, depuis toujours ou presque. « Woah. C'est trop d'chance pour moi. » Répondit-il avec une ironie palpable. Avant de l'interroger carrément au sujet de cette enquête. Il voyait bien que le type à ses côtés, la prenait un peu trop à coeur pour que ça soit sans aucune raison. Il était certain que c'était personnel, quelque part. Et il était assez curieux pour savoir à quel point elle l'était. C'était là une information qui pourrait bien lui être utile. « J'essaie juste de m'investir au maximum dans chacune de mes enquêtes. Mais cette affaire n'est en rien personnelle. » Le tueur à gage afficha un sourire des plus ironiques. C'était tellement idiot de s'investir à ce point dans les enquêtes. C'était un gros risque que ça lui prenne trop à coeur et que s'il échouait dans l'une d'elle, il s'en briserait totalement. Jeff avait vu pas mal de types tomber comme ça, quand il était flic. « Je suppose qu'on vous a déjà dis que c'était une grosse connerie d'agir de la sorte ... » Songea-t-il à voix haute. Avant de se redresser, soudainement aux aguets. « Je le vois plus. Vous le voyez ? » Demanda-t-il en posant une main sur sa veste, pas très loin de son arme. Soit le type était parvenu à leur filer entre les doigts. Soit il s'était planqué et les visait d'une arme à feu.
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Sam 7 Juin - 23:40


alchimie de la douleur
« Woah. C'est trop d'chance pour moi. » C'est ça, c'est ça, fous-toi bien de moi. Je ne répondis rien. À quoi cela servirait-il ? Je n'avais rien contre l'ironie, ou tout du moins pas grand chose. Sauf que là, j'étais bien énervé par la présence de ce type. S'il continuait comme ça, la goutte d'eau allait finir par faire déborder le vase... Je me répétais, mais ça faisait longtemps que je n'avais pas frappé quelqu'un et cette envie me démangeait sérieusement. Bon, il fallait que je me calme jusqu'à ce qu'on réussisse à attraper le suspect. Après, à la limite, je pourrais peut-être négocier pour pouvoir passer mes nerfs sur lui. Qui sait, s'il était réellement coupable, ça le ferait peut-être avouer plus rapidement. C'est ce qui s'appelle faire d'une pierre deux coups. « Je suppose qu'on vous a déjà dis que c'était une grosse connerie d'agir de la sorte ... » Non, on ne me l'avait jamais dit. La grande majorité du temps, on m'ignorait. Donc, se soucier de ma santé mentale... Enfin, si, le directeur du FBI s'en souciait. Il me manipulait pour que je travaille toujours plus en me faisant croire que pendant ce temps il cherchait activement l'assassin d'Alexander. J'avais mis du temps à le réaliser, mais désormais ça me paraissait tellement évident... J'étais prêt à tout pour découvrir les circonstances de la mort de l'une des rares personnes s'étant soucié de moi au cours des vingt-sept ans que j'avais eu l'occasion de vivre. « Vous supposez mal. On ne m'a jamais dit quelque chose de ce genre. » De toutes façons, ne pas réussir à mener une enquête à son terme ne me touchait plus émotionnellement depuis longtemps. Si à une époque, je me disais que c'était terrible pour les victimes, désormais ça me donnait juste envie de frapper, frapper, et encore frapper. J'avais du mal à supporter l'échec, c'était juste pour cette raison. Ça n'avait rien à voir avec une quelconque émotion. J'avais appris à, même si j'enquêtais toujours comme si l'affaire me concernait directement, séparer mes pensées de mon travail. La situation actuelle était cependant différente. L'enquête était réellement personnelle. « Je le vois plus. Vous le voyez ? », demanda soudainement l'homme à côté de moi. Je regardai attentivement devant moi. « Bordel où il est passé ? » Je n'arrivai pas à retrouver l'ombre du suspect. Je m'arrêtai de marcher et flanquai un violent coup de poing dans le mur juste à côté de moi. Je saignais sûrement, mais la rage d'avoir perdu la trace du suspect me préoccupait bien davantage.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Lun 9 Juin - 13:26

Alchimie de la douleur.
(Baudelaire) ▽ L'un t'éclaire avec son ardeur, L'autre en toi met son deuil, Nature ! Ce qui dit à l'un : Sépulture ! Dit à l'autre : Vie et splendeur ! 
Jeff était surprit d'apprendre que le jeune homme s'impliquait toujours de la même façon dans les affaires dans lesquelles il bossait. Pour sa part, il trouvait ça véritablement stupide. C'était prendre le risque d'être forcément blessé, voir carrément détruit, si une enquête ne se terminait pas du tout comme il l'avait initialement prévu. C'était d'une telle évidence, que le tueur à gage était persuadé qu'il n'était pas le premier à le dire à ce type. « Vous supposez mal. On ne m'a jamais dit quelque chose de ce genre. » Soit. Ce constat arracha un rire ironique à l'ancien flic. « Alors votre service se soucie davantage du travail que vous leur faites, que de votre santé mentale. » Lui fit-il remarquer sur un ton franchement ironique. Il avait assez trempé dans des trucs de ce genre, pour le savoir. Comme le fait d'être bien conscient que certains foutaient littéralement leur vie en l'air, parce qu'ils avaient prit pour histoire trop personnelle, une enquête. C'était là une belle erreur. Et Jeff le savait très bien. Même si pour sa part, il avait la chance d'être trop insensible pour vraiment en sortir blessé. Ce n'était pas comme sa femme qui, par exemple, pouvait se vexer rien que parce qu'il avait le culot insensé de l'attendre comme les moines l'Abbé, pour un repas unique. A trop perdre de temps à discuter avec le jeune homme, Jeff réalisa qu'il avait perdu de vu leur cible à tous les deux. Il s'en inquiéta aussitôt et le type qui l'accompagnait, en fit de même dans la foulée. Jeff ne daigna pas s'intéresser à celui ci, quand il flanqua son poing dans un mur. Geste bien idiot selon lui. Mais ça ne lui mettait que plus encore le doute, quant à savoir si cette affaire n'était pas sérieusement personnelle ! « Sur le toit ! » S'exclama soudainement le tueur à gage. Et au moment où il attrapait vivement le bras du type pour le tirer dans la ruelle juste à côté, les tirs commençaient. Même s'il regretta presque aussitôt son geste. Il aurait peut-être du le laisser se faire tuer. Il aurait ainsi été débarassé ... Non ?
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Lun 23 Juin - 14:43


alchimie de la douleur
« Alors votre service se soucie davantage du travail que vous leur faites, que de votre santé mentale. » Je retins un rire lui aussi ironique. « Vous ne m'apprenez rien de nouveau. » Ils m'utilisaient pour résoudre leurs enquêtes et s'occuper de la mafia russe sans se mettre en danger eux-mêmes, ils s'étaient doutés que j'étais prêt à tout pour faire payer l'assassin de mon frère et ils en avaient profiter, en faisant le strict minimum dans l'enquête que je leur avais demandé. Je n'avais eu qu'une seule condition pour venir travailler avec eux et, étant donné qu'ils me voulaient depuis plusieurs années, ils auraient pu s'investir ne serait-ce qu'un peu plus. Ça va leur faire bizarre quand je déciderais de démissionner pour de bon. De toutes façons, un jour ou l'autre je finirais par être obligé de quitter le FBI, je ne leur serais plus utile au vu de mes capacités mentales qui selon moi se détérioraient de jour en jour. Doucement, mais sûrement. Un jour, ils paieront pour ça. Je ne comptais pas les laisser s'en tirer aussi facilement que ça. Donner les codes d'accès aux données ultra-protégées du FBI à un criminel serait peut-être de l'inconscience totale mais c'était selon moi une idée pas si mauvaise que ça. Ça les ferait rager un bon coup de savoir que leur système n'était pas si bien protégé que ça. Je ne supportais pas les hors-la-loi, mais si ça me permettait d'avoir ma petite satisfaction personnelle... En tous cas, pour l'instant, ces abrutis avaient laissé filer le suspect. Ce n'était pourtant pas bien compliqué de le filer et de le choper ! Je scrutais attentivement les environs, mais même avec les lumières de la ville, je n'arrivais pas à le retrouver. Quand je reverais cette bande d'incapables, ils vont m'entendre, ah ça oui. « Sur le toit ! » Je n'eus pas le temps de lever la tête que le à priori détective m'attrapa le bras et me tira dans la ruelle à côté. Je secouai aussitôt mon bras pour qu'il me lâche. J'avais horreur des contacts physiques, même si s'il n'avait pas fait ce qu'il venait de faire, je me serais peut-être pris la balle. « Heureusement que les armes à feu sont censées être interdite dans l’État de New York. », ironisai-je même si ce n'était pas le moment de plaisanter. Je cherchai à tâtons l'endroit où j'avais laissée mon arme de service. Dans la poche intérieure de ma veste. Je n'avais pas eu l'occasion de m'en servir souvent et je n'étais pas spécialement bon au tir. Je n'avais plus qu'à espérer ne pas avoir à m'en servir.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Mar 24 Juin - 18:16

Alchimie de la douleur.
(Baudelaire) ▽ L'un t'éclaire avec son ardeur, L'autre en toi met son deuil, Nature ! Ce qui dit à l'un : Sépulture ! Dit à l'autre : Vie et splendeur ! 
« Vous ne m'apprenez rien de nouveau. » Jefferson se contenta d'afficher un sourire des plus ironiques devant cette réponse. Devant le fait lui même. En effet, son service savait parfaitement bien se servir de lui. Ce pauvre idiot qui travaillait plus qu'il ne faudrait et s'impliquait beaucoup trop. C'était vraiment stupide d'agir de la sorte. Mais dans le fond, le tueur à gage s'en foutait bien. Ce n'était pas son affaire. Oh pourtant il était bien du genre à s'occuper de ce qui ne le regardait pas, dans certains cas. Mais là, il s'en foutait royalement de l'histoire de ce type, c'était un fait. Il pourrait bien avoir pignon sur rue, qu'il s'en foutrait toujours autant, que les choses soient bien claires ! Les deux hommes étaient toujours en train d'évoluer dans les rues de la ville. Mais de plus en plus, sans but précis. Parce que le type qu'ils suivaient semblait avoir disparu depuis un petit moment maintenant. Heureusement, Jeff s'en rendit compte à l'instant même où une ombre attira son regard en haut d'un toit. Et il eut tout juste le temps de tirer le gamin avec lui derrière un mur, qu'un coup de feu fusait dans l'air. « Heureusement que les armes à feu sont censées être interdite dans l’État de New York. » Jeff se redressa et lança un regard atterré, à l'homme. Il en racontait de belles conneries quand même, celui là ! « Vous êtes idiot ou quoi !? Ce type est un hors-la-loi. Un tueur ! Vous pensez vraiment qu'il se soucie des lois ? Au cas où vous ne l'auriez pas encore remarqué, on ne peut pas dire qu'il les suive de très près et de façon bien sérieuse ! » Remarquait-il avec une ironie palpable. Avant de se coller dos contre mur quand un nouveau coup de feu se fit entendre. Il soupira et porta une main à son front. S'il le tuait maintenant et sous les yeux de ce mec, il allait se faire coffrer ...
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Jeu 26 Juin - 14:02


alchimie de la douleur
« Vous êtes idiot ou quoi !? Ce type est un hors-la-loi. Un tueur ! Vous pensez vraiment qu'il se soucie des lois ? Au cas où vous ne l'auriez pas encore remarqué, on ne peut pas dire qu'il les suive de très près et de façon bien sérieuse ! » C'était lui qui était idiot, oui ! Il croyait vraiment que je ne le savais pas ? [color=darkred]« Ah bon, c'est ça un hors-la-loi ? Merci de me l'apprendre, je ne sais pas ce que j'aurais fait sans vous pour me l'expliquer ! », répliquai-je avec ironie et agacé. D'ailleurs, au cas où il ne serait pas au courant, il ne suffisait pas de tuer pour être hors-la-loi. Un simple trafiquant de drogue ne respectait pas les lois non plus. Un second coup de feu se fit entendre. « En tous cas, vous auriez obéit bien gentiment, on n'en serait pas là. » Je n'avais pas vraiment l'habitude de me retrouver sur le terrain et je me retrouvais avec un inconnu qui me semblait étrange à la place de mes collègues. Je soupirai. Ce n'était pas en m'abattant sur mon sort que j'allais me tirer d'affaire. Mais c'était sûr que si je n'avais pas eu à aller lui dema.nder de partir, on n'en serait pas là. Troisième coup de feu. Ce type voulait notre peau, ma parole ! À ce rythme-là, se décoller du mur équivalerait à risquer sa vie. Ça ne changeait rien au fait que je n'avais aucunement l'intention de le laisser filer. Il me le fallait. « Si vous êtes détective privée ou quelque chose comme ça, j'imagine que je peux prendre en considération l'hypothèse que, même si c'est illégal, vous avez une arme sur vous. Je tiens à préciser que ce type, il me le faut vivant. Je tiens à le préciser même si c'est logique. » Interroger un mort, c'était légèrement plus compliqué. Je ne m'appelais pas Madame Irma. Si ça avait été le cas, l'assassin d'Alexander serait en taule depuis fort longtemps au lieu d'être toujours en liberté... et au lieu de peut-être être en train de jouer avec une arme à feu au-dessus de nos têtes.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Sam 5 Juil - 15:01

Alchimie de la douleur.
(Baudelaire) ▽ L'un t'éclaire avec son ardeur, L'autre en toi met son deuil, Nature ! Ce qui dit à l'un : Sépulture ! Dit à l'autre : Vie et splendeur ! 
Jefferson commençait très sérieusement à perdre patience désormais. Ce type se comportait vraiment comme le dernier des crétins, y'avait pas à dire. Et le tueur à gage avait de plus en plus de mal à le supporter, pour sûr ! Il ne savait plus que dire ni que faire pour qu'il cesse son petit manège tout à fait stupide qui avait le don de lui taper sur le système. Est-ce qu'il prenait plaisir à être aussi con ou quoi ? parce qu'il fallait vraiment l'être pour mentionner le fait que le port d'armes était interdit. Comme si leur cible commune en avait quoi que ce soit à foutre. Le penser était faire preuve de naïveté ... Ou juste d'une très grande bêtise, voilà tout !  Jeff adressa un regard noir au type qui en était désormais à se payer sa tronche. C'était pourtant lui qui se comportait comme un idiot, bon sang ! Chose que Jeff ne supportait que moyennement, pour ne pas dire qu'il ne supportait pas du tout en réalité. « En tous cas, vous auriez obéit bien gentiment, on n'en serait pas là. » Alors là, il ne manquait vraiment pas de culot ! Ce n'était aucunement de sa faute s'ils étaient maintenant en train de se faire tirer dessus. Alors que si lui, n'était pas intervenu, Jeff aurait déjà éliminé l'autre type. Le bémol maintenant, c'était qu'il ne pourrait le faire sans que l'autre crétin n'assiste à ça. Ce qui n'était pas du tout envisageable, puisque Jeff ne comptait pas finir sa vie derrière les barreaux ! « Si vous êtes détective privée ou quelque chose comme ça, j'imagine que je peux prendre en considération l'hypothèse que, même si c'est illégal, vous avez une arme sur vous. Je tiens à préciser que ce type, il me le faut vivant. Je tiens à le préciser même si c'est logique. » Jefferson laissa échapper un long soupir et tourna enfin la tête vers l'autre crétin. Quel emmerdeur ! Lui, c'était mort qu'il devait attraper ce type. « Faut-il vraiment que je vous prouve que j'ai la permission de porter une arme ? » Demanda-t-il ironiquement.
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Sam 19 Juil - 20:15


alchimie de la douleur
« Faut-il vraiment que je vous prouve que j'ai la permission de porter une arme ? » Qu'il en ait la permission ou non, sérieusement... je n'en n'avais rien à faire. « Ce que je vous demande, c'est de ne pas vous en servir ! Si vous saviez à quel point je me fous de savoir si oui ou non faut en avez la permission... » Je n'étais pas supposé dire ce genre de choses, étant supposé faire respecter la loi, mais j'avais d'autres priorités, actuellement... Choper le type qui s'amusait sur le toit, me débarrasser de l'autre type et, avant tout, rester en vie. Mon éducation me poussait à le remercier de m'avoir tiré dans la ruelle pour éviter que je ne me fasse tirer dessus, mais ma fierté et mon caractère rendait la chose totalement impensable à faire. « Et sinon, vous avez une idée de la façon dont on pourrait se tirer de cette affaire ? », demandai-je comme si je discutais de la météo avec un voisin. Sur un ton tout à fait banal. Après tout, il avait peut-être un plan ou quelque chose de ce genre pour se sortir de ce mauvais pas. Ceci dit, il semblait vouloir lui aussi le suspect. Je ne voyais pas vraiment pourquoi, dans ce cas, il m'aiderait à finir vivant de cette soirée. Enfin, vu l'heure, le mot nuit serait peut-être plus adapté... Mais bref, ce n'était pas le moment de se prendre la tête sur ce genre de chose. Il fallait plutôt que je réfléchisse à la façon dont je pourrais le convaincre de m'aider. Bien rapidement, une idée me traversa l'esprit. C'était un peu... limite pour un agent du FBI selon moi, j'étais initialement une personne loyale, mais ça me permettrait de faire un coup en douce au FBI, d'un sens. « Dès que j'aurai fini de l'interroger, je me débrouillerais pour le libérer et je vous le laisse. Vous pourrez en faire ce que vous voulez, même le tuer si ça vous chante. Tuez-le si vous voulez, justement. Je voulais que le meurtrier de cette affaire soit jugé mais tout compte fait, ça ne changerait pas grand chose pour moi. » Peut-être qu'en fin de compte, ce serait mieux qu'il finisse de la même manière qu'Alexander... « En échange, je vous demande seulement de m'aider à le choper. Je sais que vous n'avez aucune garantie qu'effectivement, dans quelques heures il sera à vous, à part ma parole je n'ai rien à vous donner. », tentai-je. On verra bien si ça marche, mais si effectivement il veut sa peau... il n'y avait pas de raisons que ça rate.
©️flawless

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J Dim 20 Juil - 20:51

Alchimie de la douleur.
(Baudelaire) ▽ L'un t'éclaire avec son ardeur, L'autre en toi met son deuil, Nature ! Ce qui dit à l'un : Sépulture ! Dit à l'autre : Vie et splendeur ! 
Jeff se doutait qu'il n'allait vraiment pas pouvoir se débarrasser bien facilement, du type qui se trouvait actuellement en sa compagnie. Mais il osait tout de même espérer que ça n'allait pas durer une éternité non plus. Il avait quand même bien mieux à faire que se coltiner un type pareil. Enfin malheureusement, il allait sans doute falloir qu'il l'aide à attraper cet enfoiré. Dommage, parce que lui il devait le tuer s'il voulait toucher son fric à la fin. Il refusait de croire qu'il avait fait tout ça pour rien ! C'était tout simplement hors de question, qu'on se le dise ! Toutefois, il ne pouvait s'en prendre qu'à lui même. Il aurait du bien mieux vérifier que les flics n'étaient pas déjà sur l'affaire. Enfin il était trop tard pour se blâmer maintenant. Autant continuer tant bien que mal. Et ce fut assez soudainement, que le jeune lui fit une sacré offre. Quoi que ... Jeff posa un regard suspicieux sur lui, sourcils froncés et lèvres pincées. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il avait un mal fou à lui accorder sa confiance. C'était très certainement un piège. Aucun doute là dessus même ! « ouais c'est ça ... C'est quoi le piège ? » Demanda-t-il sur un ton franchement ironique. Il avait un peu de mal à croire qu'un agent du fbi puisse lui offrir, sur un plateau d'argent, la possibilité de tuer sa cible. C'était tout bonnement impossible ! « Pour que vous fassiez tout pour me coffrer ensuite ? » Demanda-t-il toujours sur le même ton. Il était tout à fait certain que c'était la vrai raison. Que son réel but, c'était de le faire enfermer par la même occasion. Est-ce qu'il pouvait vraiment se fier à ce type ? Rien n'était moins sûr pour le moment. Et Jeff n'était pas du genre à avoir facilement confiance ...
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alchimie de la douleur ~ J & J

Revenir en haut Aller en bas

Alchimie de la douleur ~ J & J

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-