It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream
anipassion.com
Partagez|

james&chizuru ~ needing help, needing someone...?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: james&chizuru ~ needing help, needing someone...? Mer 12 Mar - 14:48


needing help, needing someone...?
Même si je ne le connaissais pas, j'en étais désormais sûr et certain : je détestais mon père biologique. Lui et en particulier ses gènes qui ne m'auront refilé que du négatif. Alexia avait raison : on hérite tous des mauvais côtés de nos parents. Je m'étais plaint à cause de ma vue, j'étais loin d'imaginer la suite. Il y avait trois semaines environ, ma mère avait débarqué à New York, soudainement inquiète que je vive seul, enfin, seul avec ma fille. Comme à chaque fois que je lui parlais, elle eût l'occasion de voir que j'avais toujours des problèmes de mémoire. Elle m'avait conseillé d'en parler à mon médecin, j'ai suivi son conseil. Pour la rassurer plus qu'autre chose, même si je me doutais qu'elle ne m'avait dit ça uniquement pour se donner bonne conscience. Pour pouvoir dire que s'il y avait vraiment une cause à mes trous de mémoire, elle m'avait prévenue que j'aurai dû faire quelque chose. Enfin toujours était-il que j'avais été voir mon médecin et qu'il avait remarqué que je présentais plusieurs symptômes de la maladie de Huntington. Il m'avait envoyé faire des tests il y avait une petite semaine et, aujourd'hui, les résultats étaient censés arriver dans ma boîte aux lettres. Toute la journée, je n'avais pas pu m'empêcher de me torturer l'esprit à cause de ça. Je voulais me convaincre que les résultats seraient négatifs, mais à chaque fois quelque chose venait me rappeler qu'ils risquaient d'être positifs. Ces derniers temps, Kim me faisait souvent remarquer des mouvements involontaires de ma part. Et j'avais toujours été plus ou moins agressif dans mes gestes, lorsque j'étais énervé je frappais souvent dans le mur et j'avais toujours aimer me battre. Ce n'était pas tout. Réaliser que mon frère ne serait en réalité peut-être pas mort était en train de me mener à la dépression, ou tout du moins j'avais l'impression que ça me plombait le moral. Et tout ça, entre autres symptômes... j'avais aussi du mal à me concentrer sur mon travail et parfois à prendre des décisions. Aujourd'hui, me concentrer avait été impossible. Je le savais déjà en arrivant, j'avais été prévenir mon patron que des problèmes personnels allaient m'empêcher de me consacrer pleinement à mes enquêtes. Heureusement que je n'avais eu besoin de voir Alexia aujourd'hui. Elle m'aurait sûrement demandé de lui dire ce que j'avais et je n'en n'avais aucune envie. Ces derniers temps, il me semblait aussi que j'étais distant avec elle. Pourtant elle comptait énormément pour moi. Je décidai de quitter mon bureau à dix-huit heures, ça ne servait à rien que je continue d'essayer de travailler de toutes façons. Je remis mon manteau, mon écharpe et mon bonnet tandis que Kim faisait de même et la pris dans mes bras pour descendre les marches. Arrivé dans l'appartement, je la reposai sur le sol, là au moins je ne risquais pas de la perdre, pas comme dans les rues bondées de New York. La fameuse enveloppe à la main, je partis m'asseoir face à Kim qui commençait à sortir ses affaires de dessin. Au bout de quelques secondes, je réalisai qu'elle me fixait, l'air inquiète. Je reposai mon regard sur l'enveloppe. L'un des coins était déchiré. Je ne m'étais pas rendu compte que je la triturais à ce point. Je posai mon front contre la table en soupirant. Je n'arriverai pas à l'ouvrir maintenant, je ne m'en sentais pas capable. Je ne voulais pas me retrouver seul au moment où je lirais les résultats. J'étais avec Kim mais... une fillette comme elle, aussi intelligente pouvait-elle être ne me sera d'aucune aide. Enfin, si mais à sa façon... Je relevai le regard. Kim n'avait pas bougé d'un poil. J'avais l'impression qu'elle comprenait qu'il se passait quelque chose. Je ne pouvais pas rester assis à ne rien faire. Si je le faisais demain matin la situation n'aurait pas avancé. Je me levai et mis l'enveloppe dans la poche de mon pantalon, partit remettre chaussures, manteau, écharpe et bonnet suivit par Kim qui, sans que je n'ai besoin de lui demander, fit de même. « Où on va ? », demanda-t-elle une fois qu'on fut arrivés dehors. Je ne sus pas quoi répondre... je ne savais pas où je comptais aller. Alexia ou April. Je ne connaissais pas beaucoup de monde sur New York à part elles... et j'étais loin d'être assez proche des autres pour aller les déranger. « On va voir Alexia. », finis-je par répondre. Je la pris dans mes bras et me dirigeai vers la station de métro la plus proche. Oui, April était ma meilleure amie lorsque j'étais adolescent – et surtout ma seule amie – mais elle avait sûrement mieux à faire. De toutes façons, je ne me sentais pas d'aller la voir pour ouvrir cette foutue enveloppe, même si je savais que s'il s'avérerait que les résultats étaient positifs, elle aurait essayé de me remonter le moral. J'avais pourtant décidé d'aller voir Alexia, sans vraiment savoir pourquoi... Arrivé devant sa porte, j'hésitai un instant avant de sonner. Kim s'était endormie dans mes bras. Ce n'était pas étonnant, vu l'heure qu'il était. Vingt-et-une heure et demie passées. J'appuyai sur la sonnette. « Désolé de te déranger si tard... j'avais besoin de voir quelqu'un. Je... je peux entrer ? » J'avais de la chance d'avoir des gens à aller voir en cas de besoin, tout de même... il y avait un an encore je n'aurai jamais cru que ça m'arriverait. J'espérais que je ne la dérangeais pas. Débarquer comme ça sans prévenir, ça ne le fait pas, mais... Je baissai les yeux, mal à l'aise. Je n'osais pas bouger, de peur que ma venue la dérange...
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: james&chizuru ~ needing help, needing someone...? Jeu 13 Mar - 23:18


JAMES & CHIZURU
needing help, needing someone... ?




Contrôle, contrôle, et encore des contrôles, toujours des contrôles. Je n’en pouvais plus. Ce fut la pire semaine de ma vie je crois. Oui c’était bien ça. Entre le boulot et la fac, j’avais réellement du mal en ce moment. C’était surtout les contrôles qui me pompaient toute mon énergie. Posant mon stylo, je regardais ma copie avant de m’étirer longuement et faire craquer alors tout mon dos. De la nuque jusqu’au bas du dos. S’en suivis ma nuque avant de me lever. J’avais fini, tchao, basta, adios ! J’en avais marre, je rentrais chez moi. Et d’ailleurs, pourquoi James n’était pas venu lui ? Tss. J’étais même sûre qu’il aurait son semestre sans être venu. Rendant ma copie, je signais la feuille de présence avant de quitter le bâtiment. Passant par la cafeteria, je m’achetais un café à emporter avant de filer chez moi. J’avais enfin fini ma journée, il était tout juste dix-huit heures. Marchant tranquillement dans les rues de Manhattan, je m’arrêtais devant un stand de hot-dog, avant de m’en prendre un à la choucroute. Remplit de ketchup, je me demandais comment je pouvais manger ça. J’étais Américaniser, je ne voyais pas d’autre réponse. M’arrêtant à un feu rouge, je fixais alors le sol tout en mangeant. Tout à coup un pigeon fut écrasé par une voiture. Plissant le nez je regardais mon sandwich avant d’hausser les épaules et continuer de manger. C’était la vie. Guettant le feu, je le trouvais particulièrement long avant de voir un mendiant s’approcher de moi et me regarder longuement. Quoi encore ? En plus il puait… Oh my god, j’allais gerber mon repas. « Gamine, ta vie va radicalement changer, ce soir. Elle va prendre un autre tournant. » What ? Et pourquoi ça tiens ? Il racontait quoi comme connerie lui ? « La malchance est de ton côté. Méfie-toi. » Okaiiiiii. Lui tendant mon reste de sandwich, je l’abandonnais là, avant de traverser une fois le feu vert. Y’en avait des casos sur cette terre. Rentrant enfin chez moi, je m’enfermais à double tour avant de filer dans ma chambre. Jetant mes affaires de classe sur le bureau, je me déshabillais restant alors en soutif et culotte avant d’aller me faire couler un bain. Allumant un peu le chauffage dans l’appartement, je triais mon courrier du jour avant d’allumer la musique. M’asseyant sur le rebord de la baignoire, je regardais l’eau couler avant d’y ajouter du moussant. C’était mieux avec les bulles quand même. Une fois le bain prêt, j’enlevais le peu de vêtement qu’il me restait avant de me glisser dans l’eau et me prélasser alors longuement. Dieu que c’était bon. Battant des jambes dans l’eau, je soufflais dans la mousse avant de filer sous l’eau et passer mes mains dans mes cheveux les tirant en arrière. Ils avaient poussés et tomber sur mes épaules à présent. Les laisser pousser, ou alors les recouper ? Je ne savais pas trop. Fixant longuement le plafond, je fermais les yeux m’étirant en profitant de la musique et de l’eau chaude. Après plus d’une heure dans l’eau, je me levais, vidant la baignoire avant de me laver et quitter la baignoire. M’enveloppant dans mon peignoir, je me séchais rapidement les cheveux avec une serviette avant de les laisser goutter sur mon peignoir. Allumant la télé après avoir éteint la musique, je pris un paquet de chips m’installant simplement devant la télévision. Zappant les chaines, je restais un moment ainsi, m’empiffrant de chips avant que l’on ne sonne à la porte. Haussant un sourcil je regardais l’heure. Vingt et une heure. À cette heure-ci qui ça pouvait être ? Attrapant mon arme l’air de rien, je m’approchais de la porte regardant à travers le judas avant de voir… James ? Surprise, je rangeais rapidement mon arme avant d’ouvrir. Il y avait Kim aussi. Il se passait un truc ? « Désolé de te déranger si tard... j'avais besoin de voir quelqu'un. Je... je peux entrer ? » Baissant un faible regard vers la petite, je souris doucement avant de me pousser en ouvrant entièrement la porte. « Entrez ! Comme si la question se posait… » soufflai-je avant de fermer la porte une fois les deux chez moi. Attrapant Kim dans mes bras je lui fis plein de petits bisous et la câlinant avant de la reposer par terre. « J’arrive, je sors du bain, je vais m’habiller… » soufflai-je en plissant le nez. Adieux la soirée en peignoir. Enfilant rapidement un collant, j’enfilais un t-shirt long avant de les rejoindre. « Vous avez mangé ? Je peux faire à manger si tu veux, ou commander. Je n’ai pas encore mangé, je m’empiffrais juste de chips… » soufflai-je en montrant le paquet sur la table basse du salon. Laissant Kim filer sur le canapé, je lui donnais la télécommande de la télévision avant de lui mettre la chaine des dessins animés. Me tournant vers James je le regardais longuement m’approchant de lui avant de croiser les bras. « Il se passe quoi ? T’as pas l’air bien… » marmonnai-je en passant ma main sur son front. Au diable les contacts restreint. Et puis je sortais de la douche.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: james&chizuru ~ needing help, needing someone...? Sam 15 Mar - 15:02


needing help, needing someone...?
Je regrettais déjà d'être venu, de m'être imposé ainsi. Vu l'heure, Alexia avait sûrement autre chose à faire. Et encore, si j'étais venu la déranger avec pour lui annoncer une bonne nouvelle. Mais non, la vie en avait décidé autrement. Enfin, je disais ça alors que je n'avais pas encore ouvert l'enveloppe de mes résultats. J'avais abandonné l'idée que je m'inquiétais pour rien. Je m'étais efforcé de trouver des arguments pouvant me rassurer, mais à chaque fois, quelque chose revenait me dire que ça ne servait à rien d'essayer d'être optimiste. Autant être réaliste. « Entrez ! Comme si la question se posait… »  J'entrai et esquissai un sourire en voyant Alexia prendre Kim dans ses bras. Elles semblaient s'apprécier... en tous cas ma fille l'adorait. À chaque fois qu'elle voyait Alexia, Kim était surexcitée. En même temps, Alexia était, selon moi en tous cas, quelqu'un de bien... en tous cas je savais que je pouvais compter sur elle. « J’arrive, je sors du bain, je vais m’habiller… » Je hochai la tête. Je n'avais même pas remarqué qu'elle était encore en peignoir... enfin si, je l'avais sûrement remarqué mais je n'avais pas fait attention. J'avais autre chose dans la tête... Elle revint rapidement, habillée d'une paire de collants et d'un t-shirt. « Vous avez mangé ? Je peux faire à manger si tu veux, ou commander. Je n’ai pas encore mangé, je m’empiffrais juste de chips… » Je tournai la tête vers la table basse et souris légèrement en voyant son paquet de chips ouvert. Ah, là, là... ce n'était pas bon de grignoter comme ça entre les repas. Enfin bon, je n'étais pas vraiment bien placé pour critiquer. « C'est l'heure de manger ? Déjà ? », m'étonnai-je tandis qu'Alexia mettait la chaîne des dessins animés pour Kim. Je regardai ma montre. J'étais tellement préoccupé que je n'avais pas réalisé que c'était l'heure du dîner. « Ah oui... c'est vrai qu'il est presque dix heures moins vingt. Encore une fois, désolé de te déranger à une telle heure... On n'a pas encore mangé, non. Je n'ai pas vraiment faim et je pense que Kim ne va pas tarder à se rendormir... les dessins animés ont cet effet sur elle de l'endormir le soir... », annonçai-je quelque peu amusé. En journée elle adorait en regarder, mais le soir ça l'endormait. Je pouvais comprendre, j'avais toujours trouvé ça hypnotisant... les rares fois où il m'était arrivé de regarder des dessins animés, c'était avec Willa. J'adorais ma petite sœur, pour lui faire plaisir j'aurai fait n'importe quoi et elle aussi m'adorait. Pour l'en remercier, je l'avais poussée dans la piscine de l'amie de ma mère. À quoi bon y penser maintenant ? C'était totalement inutile et j'avais assez à m'inquiéter comme ça. Pourquoi tout devait toujours m'arriver à moi ? D'accord, certains avaient encore plus de problèmes que moi, mais depuis ma naissance on ne pouvait pas dire que j'avais eu la belle vie... « Il se passe quoi ? T’as pas l’air bien… », dit-elle en passant sa main sur mon front. « Si seulement je pouvais n'en n'avoir que l'air... », avouai-je. Je pensais avoir réussi à cacher mon mal-être mais il fallait croire que ça avait raté. Ce que je lui avais dit en arrivant y était sûrement aussi pour quelque chose... en général quand on avait besoin de voir quelqu'un c'est que ça n'allait pas bien. Je soupirai. « Je ne sais pas si ça t'es déjà arrivé mais... ça fait bizarre de se dire que sa vie et son avenir ne tient qu'à un morceau de papier... », dis-je en sortant mon enveloppe de ma poche. Mon regard restait fixé sur ce morceau de papier blanc, qui en renfermait un autre. Et dire que j'aurai pu rester dans l'ignorance, sans avoir plus de problèmes à me préoccuper. Je devais retrouver l'assassin d'Alexander ou Alexander, c'était mon principal problème, mais il était fort probable que je me retrouve avec autre chose sur le dos. Ce n'était pas juste d'avoir autant de malchance. « Je n'ose même pas l'ouvrir par simple peur... c'est ridicule. Du coup je suis venu en me disant que peut-être que si j'étais avec une amie, je serais plus rassuré à l'idée d'apprendre que j'avais raison de m'inquiéter autant depuis ce matin que si j'étais seul... » J'étais tout aussi stressé, cependant, et en plus j'avais l'impression de déranger Alexia. Je n'osais pas relever le regard et j'osais à peine parler, mais j'avais l'impression d'avoir besoin de le faire. De toute ma vie, je n'avais pas beaucoup eu d'occasions de parler des problèmes que je pouvais avoir. Je n'osais pas déranger mon frère pour ça et je voyais bien que même si elle ne se l'avouait pas April en avait déjà assez comme ça, à l'époque...
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: james&chizuru ~ needing help, needing someone...? Mer 26 Mar - 12:58


JAMES & CHIZURU
needing help, needing someone... ?




« C'est l'heure de manger ? Déjà ? » Il n’avait pas vu l’heure ? Mais qu’est-ce qui pouvait bien l’inquiéter autant pour qu’il soit si perturbé comme ça ? « Ah oui... c'est vrai qu'il est presque dix heures moins vingt. Encore une fois, désolé de te déranger à une telle heure... On n'a pas encore mangé, non. Je n'ai pas vraiment faim et je pense que Kim ne va pas tarder à se rendormir... les dessins animés ont cet effet sur elle de l'endormir le soir... » Hochant la tête je tournais un vague regard vers la petite en souriant. Elle était déjà absorbée par les dessins animés, c’était une bonne chose. « Pas de souci, tu veux boire quelque chose ? Un café ? Un coca ? Un thé ? N’hésite pas, tu es chez toi. » parce que c’était vrai, il était chez lui, il pouvait agir comme bon lui semblait ici. C’était James quoi. Il était mon patron certes, mais il était aussi comme un confident, ou un meilleur ami, enfin, je n’avais que lui dans ma vie en fait… Mais soit, pour le moment il avait surtout l’air au plus mal et ça m’inquiété tout de même beaucoup… Je ne savais pas ce qu’il se passait, mais ça n’avait pas l’air très bon. « Si seulement je pouvais n'en n'avoir que l'air... » C’était tout de même bizarre… Je n’avais jamais vu James de la sorte… ça m’inquiétait un peu à vrai dire… Vraiment… Il lui arrivait quoi ? Il avait eu des nouvelles sur l’enquête ? C’était pour ça qu’il était là ? Je ne savais pas trop. J’étais un peu beaucoup perdu. « Je ne sais pas si ça t'es déjà arrivé mais... ça fait bizarre de se dire que sa vie et son avenir ne tient qu'à un morceau de papier... » Un morceau de papier ? Sentant des frissons s’emparer de mon corps, je le regardais, suivant le moindre de ses mouvements avant de voir une enveloppe dans sa main. Qu’est-ce qu’il me racontait comme connerie. Il y avait une mauvaise nouvelle dans cette lettre ? Quoi ? J’avais du mal à comprendre. Comme si cette lettre allait lui annoncer la date de sa mort… N’importe quoi… Passant brièvement ma langue sur mes lèvres, je fixais moi aussi cette lettre en me sentant tout à coup curieuse. Je n’aimais pas comment il était. Comme si l’épée de Damoclès se retrouvait sur lui, prête à l’abattre… « Je n'ose même pas l'ouvrir par simple peur... c'est ridicule. Du coup je suis venu en me disant que peut-être que si j'étais avec une amie, je serais plus rassuré à l'idée d'apprendre que j'avais raison de m'inquiéter autant depuis ce matin que si j'étais seul... » M’approchant de lui, je tournais un vague regard vers Kim qui elle, était absorbé par la télévision, et tant mieux. Posant ma main sur le bras de James, je le poussais faiblement pour qu’il s’assoie sur une chaise haute avant de prendre sa lettre dans mes mains. « Je ne sais pas trop ce que tu me racontes… Mais je vais l’ouvrir pour toi, essaie de décompresser d’accord ? » soufflai-je en le regardant longuement. Il était tellement blanc qu’on pourrait presque voir à travers lui… Fixant cette enveloppe, je raclais ma gorge avant de l’ouvrir restant auprès de James. Regardant le contenu, je fronçais les sourcils. C’était quoi tout ce charabia de médecins là ? Ce n’était pas mon jargon… Lisant entre les lignes, je me stoppais sur une plus précisément en boguant. Je n’y connaissais rien en maladie mais… Sentant mon cœur battre rapidement, je serrais faiblement ma main sur la feuille avant de regarder James longuement. Lui tendant la feuille je me sentis tout aussi blanche que lui. « C’est quoi ça ? Je veux dire… ça ne m’inspire rien de bon… » Il y aurait marqué Sida, ou cancer, okai, j’aurai compris, mais Huntington … Je ne connaissais pas du tout. Quoi que. Ça me rappelait Docteur House. Fronçant les sourcils, j’attrapais mon téléphone avant de faire une rapide recherche et boguer en lisant le contenu. « James… » murmurai-je faiblement en tremblant faiblement. Lâchant mon téléphone, je ne savais pas trop quoi faire, c’était une blague, ce n’était pas possible autrement… Mordillant mes lèvres, je m’approchais de lui avant de le prendre dans mes bras. Il avait surement besoin d’un câlin, ou je ne sais pas… Un truc du genre.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: james&chizuru ~ needing help, needing someone...? Sam 29 Mar - 18:22


needing help, needing someone...?
Je me laissai tomber sur la chaise sur laquelle Alexia me poussai. Ne me laissant même pas le temps de réagir, elle prit mon enveloppe des mains. Ce fut comme un soulagement. Cependant, bien vite, je réalisai que ce morceau de papier n'avait pas disparu pour autant. « Je ne sais pas trop ce que tu me racontes… Mais je vais l’ouvrir pour toi, essaie de décompresser d’accord ? » Je la regardai en fronçant les sourcils un instant. « Tu es sûre ? Je ne suis pas sûr que... » Que quoi ? Si ce qui m'empêchait de l'ouvrir était la peur de voir mes craintes confirmées noir sur blanc, Alexia n'en savait rien. Elle ne savait pas que cette foutue lettre allait confirmer que j'étais condamné à mourir jeune... Elle commença à ouvrir. Essaie de décompresser, facile à dire, difficile à faire. Je me levai et commençai à marcher. Il fallait que je fasse quelque chose, rester assis à la regarder faire était impensable. Bon, pourquoi être pessimiste ? Il n'y avait aucune raison de l'être après tout ! Si Kim m'avait fait remarqué que j'avais des mouvements involontaires, ça n'avait été que quelques fois. Une fois je m'étais brûlé en versant le thé de la théière à la tasse, mais... ce n'était pas parce que je tremblais beaucoup. C'était parce que je pensais à autre chose. Des problèmes de mémoire, j'en avais toujours eu. Même chose pour l'irritabilité : j'étais rancunier, susceptible, et il pouvait m'arriver d'être agressif. Et ça, c'était depuis toujours. Et non, je n'avais pas l'impression d'avoir des problèmes d'attention et d'équilibre depuis quelques temps. C'était uniquement psychologique, depuis que le médecin avait évoqué la maladie d'Huntington, j'avais intégré que je l'avais et je me persuadais que j'avais les symptômes. Avec mon côté hypocondriaque, ça n'avait rien d'étonnant. Essayer d'être optimiste était loin d'être simple... [color=indianred]« C’est quoi ça ? Je veux dire… ça ne m’inspire rien de bon… » Je me rapprochai d'Alexia, pris la feuille et parcouru rapidement du regard les différents résultats. J'avais l'impression que pour elle, tout ça était plus ou moins du chinois, à l'inverse de moi. Oh ! j'aurai aimé être dans le même cas qu'elle. Je ne l'étais pas, au contraire. Je m'étais enfilé des tas de bouquins sur la médecine pendant les longues et nombreuses insomnies de mon enfance, si bien que même si je n'avais jamais étudié le domaine je serais peut-être capable de pratiquer la médecine générale. La preuve, je n'allais presque jamais au médecin lorsque j'étais malade, enfin, quand mon état me permettait de trouver ce que j'avais attrapé bien sûr. Histoire d'être bel et bien sûr, je relus une seconde fois les résultats, avant de baisser le regard et de tomber sur le patronyme de l'homme qui avait découvert la maladie. Huntington. [color=darkred]« Et merde. » Je n'avais pas réussi à dire quoi que ce soit d'autre. J'avais beau m'en douter... je ne m'attendais pas à devoir vivre ce genre de ce chose. Je m'étais efforcé de positiver, sans doute parce que dans le fond j'étais vraiment persuadé que j'allais pouvoir continuer de vivre comme avant. « James… » Je ne parvins pas à détacher mon regard avant qu'un bruit de choc contre le sol me sorte de mes pensées. D'un rapide coup d'oeil, je vis que c'était le portable d'Alexia. Curieux de savoir pourquoi elle l'avait lâché, je le ramassai et découvris une recherche sur Huntington. Je baissai les yeux. Je m'en voulais. Les amis, c'était peut-être aussi fait pour aider à traverser les moments difficiles de la vie, mais ils n'avaient pas à devoir les partager. Elle se rapprocha et me prit dans se bras. Je posai quelques secondes mon front sur son épaule avant de me relever en soupirant. Je la pris à mon tour dans mes bras. J'avais envie de lui dire que ce n'était pas grave, mais dès les premières lignes de l'article du site où son portable l'avait envoyé, ils disaient que c'était incurable. Je la serrai un peu plus fort. J'imaginais que j'aurais été mal si j'avais été seul. Je ne savais pas comment j'aurai réagi et je préférais ne pas le savoir de toutes façons. « Bon... et bien au moins, maintenant je sais que ma mère avait raison de s'inquiéter pour mes problèmes de mémoire... », déclarai-je en tournant le regard vers Kim. Elle s'était endormie. Tant mieux. Elle n'allait pas poser de question... c'était une fillette très intelligente, elle aurait deviné au premier regard qu'il se passait quelque chose. Kim. Si tôt que cette pensée me traversa l'esprit, j'eus les larmes aux yeux. « Si la maladie évolue plus vite que prévu, que quinze à vingt ans... tu pourras t'occuper de Kim, s'il te plaît ? Je ne veux pas qu'on la rende à sa mère ou qu'elle finisse entourée d'inconnus... » Ce n'était plus ma vie qui m'inquiétait, mais le futur de ma fille. Je ne voulais pas qu'elle connaisse la tristesse, chose normale pour un parent, évidemment.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: james&chizuru ~ needing help, needing someone...? Mar 1 Avr - 13:33


JAMES & CHIZURU
needing help, needing someone... ?




« Tu es sûre ? Je ne suis pas sûr que... » Pas sûr que quoi ? Sans attendre la fin de sa phrase, je l’ouvris pour lire ce jargon incompréhensible. C’était un truc de médecin. Ils ne pouvaient pas faire des mots plus simples ? Tout le monde n’apprenait pas la médecin que je sache… Ils m’énervaient… aish. Le nom de la maladie ne m’inspirait rien du tout. Le laissant me prendre la feuille, je me mis alors à fouiner sur mon téléphone. Qu’est-ce que c’était que cette maladie exactement ? « Et merde. » C’était le cas de le dire… Eh merde. Oui… Plus je lisais l’article sur mon téléphone, et plus je me sentais défaillir. C’était atroce, et la seule chose qui me marquait là-dedans, c’était le mot incurable. Ça voulait dire ce que ça voulait dire quand même… Laissant tomber mon téléphone au sol, je déglutis avant de le prendre dans mes bras. C’était rare les contacts avec lui, mais c’était surement plus pour moi que pour lui. Le sentant me serrer à son tour, je soupirais en fermant les yeux. « Bon... et bien au moins, maintenant je sais que ma mère avait raison de s'inquiéter pour mes problèmes de mémoire... » Est-ce que c’était le moment de faire ce genre d’humour ? Je ne trouvais pas moi. Inspirant faiblement, je sentis mon corps trembler. J’avais envie de pleurer, les larmes étaient prêtes à couler mais je n’avais pas le droit… Ce n’était pas à moi de pleurer, j’avais la vie devant moi. Enfin, je présume. Mais lui, les secondes étaient compté, il avait une épée de Damoclès au-dessus de sa tête, un sablier qui s’écoulait doucement. Le serrant un peu plus dans mes bras, je déglutis longuement en me demandant combien de temps il lui restait à vivre. « Si la maladie évolue plus vite que prévu, que quinze à vingt ans... tu pourras t'occuper de Kim, s'il te plaît ? Je ne veux pas qu'on la rende à sa mère ou qu'elle finisse entourée d'inconnus... » Frissonnant faiblement, j’hochais la tête sans rien dire. Je voulais bien, mais la loi était la loi, si jamais il venait à mourir, la petite serait mise entre les mains d’un tuteur légale… Hors avais-je le droit de lui susurrer l’idée de faire des papiers pour que je puisse en avoir la garde ou dieu sait quoi quand… Quand… secouant la tête je me redressais, reculant la tête pour le regarder longuement. « Promis, je m’en occuperai comme s’il s’agissait de ma propre fille. » marmonnai-je faiblement en caressant faiblement son dos du bout de mes doigts. Me détachant faiblement de lui, je filais dans la cuisine pour prendre une bouteille d’eau et un verre pour en boire. J’avais besoin d’eau fraiche, ma gorge était sèche. Sortant un verre pour lui, je lui en servi un le posant devant lui. « De ce que j’ai lu… C’est une maladie héréditaire… Tu devrais peut-être… Faire un check up à Kim pour voir si elle a les gênes porteur, non ? » demandai-je en me tournant vers la petite qui dormait déjà. M’approchant d’elle, je lui caressais les cheveux avant de prendre un plaid et le lui mettre dessus pour ne pas qu’elle attrape froid. Elle était si jeune, si petite, j’espérais simplement qu’elle ne souffrirait pas quand James… Ou que plus tard dans le futur, elle n’en souffre pas à son tour… soupirant, je me tournais vers lui m’approchant en lui caressant faiblement le bras, pour le réconforter. « Tu veux passer la nuit ici ? J’ai une chambre d’ami. » annonçai-je faiblement. Ne pas rester seul, ça pouvait tout de même aider.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: james&chizuru ~ needing help, needing someone...? Lun 7 Avr - 18:59


needing help, needing someone...?
Je sentais Alexia trembler. Je me sentis mal. C'était à cause de moi... j'aurais dû me débrouiller seul comme j'en avais si bien l'habitude. Je n'avais pas l'impression que des problèmes personnels la préoccupaient, contrairement à April et sa schizophrénie, alors j'ai décidé de venir voir Alexia. Ce n'était que maintenant que je réalisais qu'elle allait désormais s'inquiéter pour moi. Je la serrais encore un peu plus fort. « Ça va aller, ne t'en fais pas. », assurai-je. En fait, je crois que si j'étais si préoccupé, ce n'était pas d'apprendre qu'il me restait peu de temps à vivre. Il me semble que c'était plus la peur des conséquences. Oui, qu'est-ce qu'il adviendrait de ma fille si cette foutue maladie ma tuait avant sa majorité ? Même après, comment ferait-elle ? Elle n'était même pas née aux États-Unis. Peut-être que mon patron pourra quelque chose pour moi. Il faudrait que je lui demande, le mois prochain. Enfin, si je réussis à ne pas m'emporter à cause de leur absence d'investissement dans l'enquête de la mort de mon frère. En tous cas, hors de questions qu'elle soit rendue à sa mère. De toutes façons, si un jour le FBI retrouvait December, ils s'occuperaient de son cas avant celui de sa descendance. « Promis, je m’en occuperai comme s’il s’agissait de ma propre fille. » Je soupirai intérieurement, soulagé. Le plus important était ce qu'il adviendrait de Kim si la vie décidait de me tuer plus tôt que prévu. Alexia se décolla de moi avant de partir dans la cuisine. « Merci. De toute ma vie, je n'ai pu compter que sur trois personnes... tu en fais partie. Demain, je me renseignerai sur ce qu'il y a à faire pour que tu en aies la garde, au cas où... » Elle revint avec une bouteille d'eau et m'en versa un verre avant de partir vers Kim. « De ce que j’ai lu… C’est une maladie héréditaire… Tu devrais peut-être… Faire un check up à Kim pour voir si elle a les gênes porteur, non ? » Je bus une gorgée de mon verre avant de partir vers elles. Je m'accroupis et regardai plusieurs instants Kim. Si seulement elle pouvait ne pas développer la maladie... Je n'étais pas encore à un stade avancé, je n'avais pas encore à me plaindre des symptômes. Même s'il me semble que pour l'instant je supposais les symptômes physiques peu nombreux, il allait arriver un moment où je serais incapable de me débrouiller seul. J'espérais que ce n'était pas encore pour maintenant. « Il y a cinquante pour cent qu'elle ait hérité du gène de son grand-père paternel. Un risque sur deux qu'elle développe la maladie... Je n'ai pas envie d'apprendre qu'elle aura la maladie. Encore moins que les analyses annoncent un nombre de triplets CAG supérieur à soixante... ça voudrait dire qu'elle risquerait de développer la forme juvénile de la maladie. » J'avais encore moins envie de devoir redouter le jour où je verrais les premiers symptômes se développer chez Kim. Je disais que j'avais toujours eu des problèmes de mémoire, mais en fait, il me semblait que ça datait surtout des alentours de mes quinze ans. Si là étaient le début des symptômes... ça signifierait que la maladie allait commencer à évoluer rapidement et qu'il ne me restait plus que quelques années. Peut-être trois, si je prenais quinze ans d'évolution totale de la maladie. Ou huit, avec vingt ans. Je frissonnai à cette pensée. Non, ce n'était pas possible... Pourquoi ? Tout simplement parce que je n'en n'avais pas envie. Et non, ce n'était pas possible.. j'étais encore jeune, je devais avoir la vie devant moi. « Tu veux passer la nuit ici ? J’ai une chambre d’ami. » Je levai le regard vers Alexia. « Je veux bien, merci. Enfin, si je ne te dérange pas bien sûr... » Si elle me proposait, c'est que ça ne devait pas être le cas. « Je devrai peut-être prévenir ma mère. C'est grâce, ou à cause d'elle que j'ai passé ces examens... » Quoique... si c'était pour qu'elle s'enfonce encore plus dans la dépression, ça n'en valait peut-être pas la peine.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: james&chizuru ~ needing help, needing someone...? Sam 26 Avr - 16:47


JAMES & CHIZURU
needing help, needing someone... ?




« Merci. De toute ma vie, je n'ai pu compter que sur trois personnes... tu en fais partie. Demain, je me renseignerai sur ce qu'il y a à faire pour que tu en aies la garde, au cas où... » Sentant mes larmes monter, je déglutis longuement avant de baisser la tête. Il allait me faire pleurer cet idiot ! Inspirant profondément, je déglutis un peu plus avant d’hocher la tête. « Okai, pas de souci, et je suis contente d’en faire partie. Sache réellement que tu pourras toujours compter sur moi, quoi qu’il se passe. »[/color] soufflai-je en souriant de façon sincère. Enfin pour le moment je m’inquiétais aussi un peu pour Kim. Cette maladie semblait héréditaire de ce que j’avais compris… Enfin je m’étais peut-être trompé, j’avais rapidement lu à la va vite alors… Le voyant se déplacer vers Kim au canapé, je ne bougeais pas avant de baisser la tête. « Il y a cinquante pour cent qu'elle ait hérité du gène de son grand-père paternel. Un risque sur deux qu'elle développe la maladie... Je n'ai pas envie d'apprendre qu'elle aura la maladie. Encore moins que les analyses annoncent un nombre de triplets CAG supérieur à soixante... ça voudrait dire qu'elle risquerait de développer la forme juvénile de la maladie. » Fermant les yeux, je n’aimais pas réellement cette conversation, elle était si petite, si jeune. Elle ne méritait pas du tout ça. Passant brièvement ma langue sur mes lèvres, je m’approchais du canapé à mon tour pour la regarder longuement avant de sourire faiblement. « Je suis sûre qu’elle ira bien. » soufflai-je d’une voix un peu cassée. Parce que je me doutais que quand elle aurait mon âge, James lui… Ne serait peut-être plus là. Il y avait des chances malheureusement… « Ne t’inquiète pas pour elle, pour le moment, il vaut mieux penser à toi. » oui c’était mieux. Il ne fallait pas s’inquiéter pour Kim, elle était encore jeune, et je préférais ne pas savoir aussi. Par la suite, je lui demandais s’il voulait passer la nuit ici. Il n’avait pas l’air bien du tout et autant dire que je m’inquiéterais s’il devait rentrer chez lui si tard. Il était préférable qu’il dorme ici, après tout ça ne me dérangeait pas. Et puis c’était une bonne chose. « Je veux bien, merci. Enfin, si je ne te dérange pas bien sûr... » « Si je te le propose… » soufflai-je doucement en souriant à peine. Je n’allais pas le lui proposer si ça me dérangeait… Je n’étais pas encore maso. « Je devrai peut-être prévenir ma mère. C'est grâce, ou à cause d'elle que j'ai passé ces examens... » Fronçant les sourcils je le regardais longuement avant de soupirer. M’approchant de lui je posais ma main sur son épaule avant de la caresser faiblement. « Non, ne l’appelle pas. James il est tard, tout ce que tu feras c’est l’inquiéter et elle n’arrivera pas à dormir… De plus ce n’est pas le genre de chose qu’on aimerait apprendre par téléphone. Tu devras le lui annoncer de vive voix. Imagine si elle fait un choc sur le coup ? Tu dois être là pour elle. » Marmonnai-je faiblement tout en caressant un peu plus son épaule avant de soupirer. En plus étant une personne âgée, elle se demanderait ce qu’il lui raconterait et se demanderait tout simplement ce qu’est cette histoire à la mords-moi le nœud. Viens un âge ou on a du mal à tout saisir. Mordillant mes lèvres, je quittais le salon avant de partir en direction de la chambre d’ami. Cherchant une paire de draps, je fis le lit assez rapidement avant de fermer les volets et sortir une grosse couverture. Je n’avais jamais reçu quelqu’un chez moi, alors autant dire que la chambre d’ami était plutôt une sorte de débarras rangement avec un lit au milieu de la pièce. Retournant au salon, je regardais Kim avant de me tourner vers James. « Elle dort avec toi ? Ou tu veux que je la prenne avec moi ? Ça ne me dérange pas. Je vais aussi vous préparer des affaires dans la salle de bains pour la toilette. » soufflai-je avant de filer dans la salle de bains. Sortant quatre serviettes, deux grandes et deux petites, je pris un nouveau shampoing et un nouveau savon, les posant sur le meuble avant de mettre deux brosses à dents neuves à côté. Revenant, je me posais sur une chaise haute avant de le regarder longuement. « Tu veux qu’on parle un peu avant de dormir ? Même si dormir ne fait pas trop parti de ton vocabulaire. » dis-je en riant faiblement.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: james&chizuru ~ needing help, needing someone...? Lun 28 Avr - 10:56


needing help, needing someone...?
« Okai, pas de souci, et je suis contente d’en faire partie. Sache réellement que tu pourras toujours compter sur moi, quoi qu’il se passe. » Je lui rendis son sourire. L'une des choses positives que m'avait apporté le FBI, c'était ma rencontre avec Alexia. C'était l'une des rares bonnes chose qu'il m'avait apporté, d'ailleurs... peut-être même la seule ? « Je suis sûre qu’elle ira bien. Ne t’inquiète pas pour elle, pour le moment, il vaut mieux penser à toi. » Je hochai la tête. « J'espère moi aussi qu'elle ira bien. Je continuerais de veiller sur elle lorsque j'aurais rejoint ma petite sœur. », soupirai-je non sans une certaine tristesse dans la voix. « Je vais aussi essayer de penser à moi, ne t'inquiète pas. » J'avais rendez-vous avec mon médecin le lendemain, pour que l'on parler des résultats. S'ils étaient positifs, pour que l'on voit ce qui était faisable, s'ils étaient négatifs, pour voir s'il y avait un autre diagnostic envisageable. Malheureusement, son premier diagnostic avait été le bon. Alexia me proposa ensuite de passer la nuit chez elle. J'acceptai, en précisant que c'était si je ne la dérangeais pas. Devoir traîner dans les stations de métro si tard ne m'avait jamais vraiment enchanté... d'un côté, si je me retrouvais toujours à rentrer la nuit déjà entamée chez moi, c'était parce que je le voulais bien. J'enchaînais les heures supplémentaires sans m'en rendre compte et sans demander à être payé non plus, n'ayant de toutes façons pas besoin d'argent. J'en avais déjà bien assez comme ça. J'en avais même trop. Par la suite, je réalisai que je devrais peut-être prévenir ma mère. « Non, ne l’appelle pas. James il est tard, tout ce que tu feras c’est l’inquiéter et elle n’arrivera pas à dormir… De plus ce n’est pas le genre de chose qu’on aimerait apprendre par téléphone. Tu devras le lui annoncer de vive voix. Imagine si elle fait un choc sur le coup ? Tu dois être là pour elle. » L'inquiéter ? Oui, peut-être... c'était triste à dire mais j'étais sceptique. « Je ne comptais pas l'appeler tout de suite. Il est quatre heures du matin à Londres, je la réveillerais. » Je m'arrêtai de parler un instant. Je passai ma main dans les cheveux de Kim. Elle dormait l'air totalement insouciant. Qu'est-ce que j'aimerai pouvoir dormir comme elle à nouveau... « J'ai toujours essayer d'être présent pour elle, je ne veux pas qu'il lui arrive quelque chose. C'est en partie pour ça que j'hésite à la prévenir, j'aimerais qu'elle finisse par sortir de sa dépression... J'hésite aussi car je ne suis pas sûre qu'elle se soucie réellement de moi... c'est triste à dire, mais j'ai très tôt réalisé qu'elle regrette, au moins en partie, que je sois né. Je suis la preuve de son infidélité et le responsable de la mort de sa fille, après tout. », repris-je sans quitter Kim du regard. J'espérais que tout irait bien pour elle, enfin, mieux que pour moi en tous cas. Il y avait sûrement peu de risques que sa vie soit pire que la mienne, mais je n'avais pas eu la pire des vies qui soient, il ne fallait pas exagérer non plus. J'avais la chance de l'avoir, d'avoir Alexia, d'avoir retrouvé April. J'avais aussi eu la chance de connaître l'amour à plusieurs reprises même si tout ne s'était pas toujours bien terminé. Et aussi, grâce à mon travail, j'avais permis à des familles de retrouver l'assassin de leur enfant ou je ne savais quoi. Ce qui ne m'empêchait pas d'en avoir ras-le-bol de cette bande d'incapables pour qui retrouver le meurtrier de mon frère relevait du miracle. En même temps, pourquoi essayer de chercher qui l'avait tué ? Pour eux, ça faisait un dangereux criminel en cavale de moins. Je rirais bien s'il s'avérait qu'il était encore en vie. Enfin, bon... il fallait que je pense à autre chose ou sinon, j'allais à nouveau péter un câble. J'entendis Alexia arriver et me sortir de mes pensées. « Elle dort avec toi ? Ou tu veux que je la prenne avec moi ? Ça ne me dérange pas. Je vais aussi vous préparer des affaires dans la salle de bains pour la toilette. » Aussitôt après, elle repartit. J'attendis qu'elle soit revenue pour répondre. « Je la garde avec moi, de toutes façons, vu ce que je dors elle ne va pas me déranger... Merci pour tout. Je vais aller la coucher, je pense qu'elle sera mieux installée dans un lit. » Je me levai, pris Kim dans mes bras en faisant bien attention à ne pas la réveiller et partit la coucher. Je l'embrassai sur la joue, lui souhaitai bonne nuit et rejoignit Alexia dans le salon. Je m'assis à côté d'elle. « Tu veux qu’on parle un peu avant de dormir ? Même si dormir ne fait pas trop parti de ton vocabulaire. » Je me forçai à sourire, pour ne pas qu'elle s'inquiète davantage. « Non, pas trop en effet. Je veux bien parler de n'importe quoi sauf de... ça et du travail. D'ailleurs, je pense que je vais finir par démissionner pour de bon. » C'était ça ou je prenais le risque de finir par en frapper un et cette fois mes parents ne seraient pas là pour payer la victime pour qu'elle retire sa plainte. « Dis, ça me fait penser... si tu ne t'étais pas retrouvée à travailler pour le FBI, qu'est-ce que tu aurais fait ? », demandai-je, par curiosité.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: james&chizuru ~ needing help, needing someone...? Sam 3 Mai - 11:48


JAMES & CHIZURU
needing help, needing someone... ?




« J'espère moi aussi qu'elle ira bien. Je continuerais de veiller sur elle lorsque j'aurais rejoint ma petite sœur. » Sentant les larmes venir à cette phrase, je déglutis sans rien dire. « Je vais aussi essayer de penser à moi, ne t'inquiète pas. » hochant la tête je soupirais faiblement. Je ne savais pas trop quoi répondre en fait. Mais une chose était sûr, je ferais tout pour rendre la vie de Kim parfaite, et celle de James aussi, le plus longtemps possible. « Je vais essayer. » marmonnai-je faiblement. Par la suite, il proposa de prévenir sa mère. Mais au vu de l’heure il ne valait mieux pas. Il allait surtout la rendre malade plus qu’autre chose au vu de l’heure. Mieux valait qu’il l’appel plus tard, ou qu’il le lui annonce de vive voix. Sait-on jamais… « Je ne comptais pas l'appeler tout de suite. Il est quatre heures du matin à Londres, je la réveillerais. » Oh elle vivait à Londres. En plus, alors en effet autant attendre. « J'ai toujours essayé d'être présent pour elle, je ne veux pas qu'il lui arrive quelque chose. C'est en partie pour ça que j'hésite à la prévenir, j'aimerais qu'elle finisse par sortir de sa dépression... J'hésite aussi car je ne suis pas sûre qu'elle se soucie réellement de moi... c'est triste à dire, mais j'ai très tôt réalisé qu'elle regrette, au moins en partie, que je sois né. Je suis la preuve de son infidélité et le responsable de la mort de sa fille, après tout. » Me mordillant les lèvres, je restais silencieuse un moment. Le fait qu’il m’annonce ça ne devait pas être non plus facile. Il était né sous infidélité, et ça je devais avouer que ça ne devait pas être facile, surtout pour l’enfant. Je ne savais pas trop quoi dire d’ailleurs. Pour une mère je trouvais ça horrible que de détester son propre enfant même s’il était né sous infidélité. Il n’avait pas atterrit dans son ventre par le saint esprit. Elle y était pour quelque chose, alors, pourquoi tout rejeter sur James ? « Je peux comprendre ton ressenti… Mais c’est ta mère… Et je suis sûre que si tu ne lui dis pas, elle t’en voudra. Même si comme tu dis elle regrette en parti que tu sois né. Tu es son enfant. Et apprendre que tu vas… Disparaitre un jour, va lui faire mal, mais laisse là au moins avoir le droit de faire le choix. Déprimer ou profiter de toi au maximum. Tu es son enfant et même si elle t’en veut pour la mort de ta sœur, elle t’aime. Une mère ne peut jamais haïr son propre enfant. C’est impossible. » marmonnai-je faiblement en passant ma main sur son épaule pour avoir une sorte de contact rassurant. Par la suite, je préparais la chambre et la salle de bains pour qu’ils puissent être à leur aise. Rapidement, je demandais alors si Kim dormait avec lui ou pas. Enfin, le mot dormir était faible avec lui. « Je la garde avec moi, de toutes façons, vu ce que je dors elle ne va pas me déranger... Merci pour tout. Je vais aller la coucher, je pense qu'elle sera mieux installée dans un lit. » Pas faux, il ne dormait pas beaucoup. Mais maintenant au vu de sa maladie, peut-être qu’il devrait dormir un peu plus… J’allais commencer à me faire du souci… Le regardant prendre Kim pour l’amener dans la chambre, je m’installais sur le canapé avant de fermer les yeux. Je me sentais tellement mal à présent. Si seulement j’étais une personne influente comme Barak Obama ou autre pour pouvoir faire quelque chose afin de trouver un problème à cette maladie… Mais je n’étais qu’une citoyenne lambda… Pathétique. L’entendant revenir, je le regardais s’assoir à mes côtés. « Non, pas trop en effet. Je veux bien parler de n'importe quoi sauf de... ça et du travail. D'ailleurs, je pense que je vais finir par démissionner pour de bon. » Dé…Missionner ? Il était sérieux ? J’allais devenir quoi moi sans lui ? Je me sentais un peu… Il y avait un vide tout à coup en moi. Je ne me voyais pas être au FBI sans James. C’était mon coéquipier en plus d’être mon ami… Enfin, je n’allais pas le retenir je pouvais comprendre son sentiment. « Dis, ça me fait penser... si tu ne t'étais pas retrouvée à travailler pour le FBI, qu'est-ce que tu aurais fait ? » Relevant le regard je souris faiblement. Je serais coiffeuse comme prévu à m’occuper de cheveux toutes la journée. A faire des couleurs, à sourire aux clients et à leur servir des tasses de café ou de thé lorsqu’ils auraient soif. « Coiffeuse. D’ailleurs je bosse dans un petit salon en tant que stagiaire mais on me laisse faire pas mal de chose vu que je suis douée. Je coiffais ma sœur avant. J’ai toujours aimé ça. Donc si un jour je quitte le fbi je serais dans un salon. Peut-être ouvrir le mien ? Je ne sais pas trop. D’ailleurs à la rentrée j’abandonne mes études et je vais filer en esthétique. Comme ça je pourrais avoir mon propre salon plus tard. » ce qui en soit était une bonne idée. C’était d’ailleurs bien plus rentable qu’être simple employé… Soupirant faiblement, je tournais le visage vers lui avant de sourire en coin. J’avais cette boule au ventre qui d’ailleurs me faisait mal. Mal dans le sens où je ne voulais pas le perdre. Je me rendais compte que James comptait beaucoup pour moi. On se connaissait depuis maintenant presque un an et il était devenu une personne importante pour moi tout simplement. Comme une sorte de grand frère, comme un mentor, comme un confident. Il était juste important. C’était la seconde fois que ça me faisait ça. La première avait été ma sœur jumelle et je me retrouvais à nouveau avec ce moment fatidique. J’allais perdre aussi James. Mais cette fois j’avais le temps de m’y préparer. « Tu penses démissionner quand ? » demandai-je en déglutissant faiblement. « Je vais devenir quoi sans toi au boulot ? Je vais avoir un patron relou et chiant. J’en suis sûre… Genre un type comme Dexter peut-être. » marmonnai-je en faisant une faible moue l’air de rien. Riant par la suite, je frissonnais avant de croiser les bras sous ma poitrine. « Tu sais, si jamais tu as besoin, on peut vivre ensemble. Je veux dire, pas en couple hein, mais… Je pourrais m’occuper de toi et de Kim si besoin quand tu seras fatiguer ou autre. Etre là quand tu auras besoin de te confier, ou autre. » marmonnai-je en baissant la tête. Le laisser seul me faisait peur en fait.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: james&chizuru ~ needing help, needing someone...? Dim 4 Mai - 18:52


needing help, needing someone...?
« Je vais essayer. », répéta-t-elle en marmonnant. Je baissai le regard. J'allais essayer oui, mais pour être honnête je ne savais pas trop comment j'allais m'y prendre. Faire attention à soi... à quoi cela équivalait ? Je n'en savais pas grand chose, mais j'allais essayer de le faire. Je ne lui répondis rien, trouvant cela préférable. De toutes façons, à part répéter ce que je venais de lui dire, je ne savais pas ce que je pourrais ajouter d'autre. Je changeai ensuite de sujet, partant sur ma mère et la question de la prévenir ou non. Non pas dans l'immédiat, je savais bien qu'au vu de l'heure, ça serait la meilleure chose à faire pour lui faire peur. Ce que je ne voulais pas. « Je peux comprendre ton ressenti… Mais c’est ta mère… Et je suis sûre que si tu ne lui dis pas, elle t’en voudra. Même si comme tu dis elle regrette en parti que tu sois né. Tu es son enfant. Et apprendre que tu vas… Disparaitre un jour, va lui faire mal, mais laisse là au moins avoir le droit de faire le choix. Déprimer ou profiter de toi au maximum. Tu es son enfant et même si elle t’en veut pour la mort de ta sœur, elle t’aime. Une mère ne peut jamais haïr son propre enfant. C’est impossible. » Elle m'aimait... cette phrase me laissait sceptique. Je me souvenais encore de ses remarques sur mes notes, en primaire, avant que je ne décide de rendre copie blanche à chaque contrôle. Lorsque j'avais un demi-point en moins de la note maximale, elle disait que j'étais indigne de faire partie de cette famille. Enfin, ça, elle le disait lorsque nous n'étions que tous les deux. Dès que quelqu'un entrait dans la pièce, elle faisait semblant de me féliciter pour ma note. C'était peut-être à cause d'elle que je haïssais tant le système des contrôles. « Elle m'en voudra, dis-tu... Un peu plus, un peu moins, je ne suis plus à ça près ai-je envie de dire. », soupirai-je. Je laissai passer quelque secondes. « Me haïr, je ne pense pas que ce soit à ce point. Comme tu l'as peut-être déjà remarqué, je suis rancunier. Pourtant, je n'arrive pas à lui en vouloir pour son comportement. Pour être honnête, je ne suis même pas sûr qu'elle tienne à moins au point de déprimer... C'est injuste », déclarai-je avec un faux sourire. J'aurais aimé avoir le genre de mère que l'on voit dans les séries télévisées, le genre de mère toujours là pour ses enfants. Même pour Willa, elle n'était pas là. Je me souvenais encore de la silhouette de ma petite sœur qui venait me voir dans ma chambre parce qu'elle s'ennuyait, en disant que Mère lui avait dit qu'elle était occupée et qu'elle n'avait qu'à aller me voir. Occupée... ce n'était que des copies d'élèves de primaire à corriger, rien qui ne demandait une grande réflexion intellectuelle. Willa ne l'aurait pas dérangée. Une fois qu'Alexia eut préparé la chambre, je partis coucher Kim. J'espérais qu'elle n'avait pas hérité du mauvais gène... Un risque sur deux. Ce n'était pas cent pour cent, mais c'était déjà trop. Je ne voulais pas qu'il lui arrive quelque chose, mais malheureusement je ne pouvais rien faire pour changer ça. Je n'étais pas magicien ou quelque chose de ce genre, je ne sortais pas d'un film de Tim Burton ou je ne savais quel autre réalisateur dans cette branche-là, malheureusement. Enfin, malheureusement ou heureusement... Je ne faisais pas vraiment attention à la façon dont je m'habillais mais vu comment les personnages de ses films sont habillés... d'une façon étrange. D'un côté, les chapeaux dans les mariages en Angleterre n'étaient pas mal dans le genre, eux aussi... à croire que les invitées essayaient par tous les moyens d'avoir le chapeau le plus ridicule, imposant et étrange possible. « Coiffeuse. D’ailleurs je bosse dans un petit salon en tant que stagiaire mais on me laisse faire pas mal de chose vu que je suis douée. Je coiffais ma sœur avant. J’ai toujours aimé ça. Donc si un jour je quitte le fbi je serais dans un salon. Peut-être ouvrir le mien ? Je ne sais pas trop. D’ailleurs à la rentrée j’abandonne mes études et je vais filer en esthétique. Comme ça je pourrais avoir mon propre salon plus tard. » J'aimerais pouvoir être encore là quand elle aura réalisé son projet. Je soupirai intérieurement. Je ne voulais pas dire ça à voix haute, je ne voulais pas l'inquiéter davantage... elle semblait l'être déjà pas mal. « J'espère qu'un jour tu pourras avoir ton salon, alors. Je ne sais pas ce que je ferais, moi, si je quittais le fbi... Depuis mon enfance j'aimerai être pianiste, mais... maintenant, c'est un peu trop tard... » J'avais la chance que les mouvements involontaires ne soient pas le symptôme le plus développé, mais il était malgré tout présent, et je savais que ça ne risquait pas d'aller en s'arrangeant.  « Tu penses démissionner quand ? Je vais devenir quoi sans toi au boulot ? Je vais avoir un patron relou et chiant. J’en suis sûre… Genre un type comme Dexter peut-être. » Dexter ? Un tueur en série ? Je ris à cette idée. « Et bien si ça arrive, tu me le dis et j'essaierais de le rendre sympathique. Avec toi uniquement. Je peux être convaincant, quand je le veux. » Je repensai un instant à ce jour où j'étais allé en cours et où ça avait fini en interrogatoire avec un espion. J'aurais dû le remuer un peu plus... « Je ne sais pas. Je ne suis pas encore sûr. Je pense essayer de les remuer un peu pour qu'ils avancent dans l'enquête sur Alexander. Peut-être que si je les menace de démissionner s'ils ne trouvent rien, ça les fera réagir... » Ou peut-être pas. En tous cas, si je démissionnais, j'aurais déjà la crainte de me faire tuer par la mafia en moins. Enfin, c'était ce que je pensais, mais personne ne sait vraiment ce qu'il peut se passer dans la tête de ces gens-là. « Tu sais, si jamais tu as besoin, on peut vivre ensemble. Je veux dire, pas en couple hein, mais… Je pourrais m’occuper de toi et de Kim si besoin quand tu seras fatiguer ou autre. Etre là quand tu auras besoin de te confier, ou autre. » Je soupirai intérieurement. Je lui avais demandé de ne pas aborder le sujet de ma... maladie. Je tournai la tête dans sa direction et posai ma main sur son épaule. Je n'avais pas l'habitude de faire ce genre de chose... les contacts physiques, très peu pour moi. Depuis que j'avais rencontrée Alexia, je m'accoutumais doucement au fait. « Je pense être encore capable de me débrouiller seul, enfin, je crois. À part si la maladie évolue vite, ça devrait être faisable... Si tu vois que ça ne va pas, par contre, ne me laisse pas le choix. Vu le mal que j'ai eu à venir te voir ce soir, je ne pense pas que je te dirais que je pense avoir besoin d'aide. » Je savais bien qu'à un moment, je serais incapable d'effectuer les tâches ménagères. Pour un maniaque comme moi, cette pensée était horrible. Et il n'y avait pas que ce genre d'aide. À un moment ou à un autre, j'aurais sûrement besoin d'aide psychologique. Comme ce soir... « Si je quitte le FBI, je pense qu'un peu de compagnie ne me fera pas de mal. J'y repenserai à ce moment. » En repensant à ce qu'elle avait dit, je souris. « Pas en couple, dis-tu. Vraiment, tu m'imagines en couple, avec tout ce que j'ai à me préoccuper ? La dernière fois remonte à... un siècle. » Je ne m'imaginais pas en couple, plus maintenant. Encore moins avec Alexia. Elle était gentille, je tenais énormément à elle, mais... ça n'allait pas plus loin.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: james&chizuru ~ needing help, needing someone...? Mar 13 Mai - 11:07


JAMES & CHIZURU
needing help, needing someone... ?




« Elle m'en voudra, dis-tu... Un peu plus, un peu moins, je ne suis plus à ça près ai-je envie de dire. Me haïr, je ne pense pas que ce soit à ce point. Comme tu l'as peut-être déjà remarqué, je suis rancunier. Pourtant, je n'arrive pas à lui en vouloir pour son comportement. Pour être honnête, je ne suis même pas sûr qu'elle tienne à moins au point de déprimer... C'est injuste » « Tu sais, je pense qu’il est réellement impossible d’être rancunier envers ses parents. Après tout ce sont nos géniteurs… Mais tu es son enfant aussi… Même si elle ne te porte pas dans son cœur, comme elle portait Willa dans son cœur, je pense qu’elle sera tout de même triste. C’est ta mère, et même si elle le cache très bien, et qu’elle ne le montrera pas. Je suis sûre qu’elle sera attristée… » marmonnai-je faiblement. C’était une mère… Mais bon, je savais aussi que ça ne voulait rien dire, quand je voyais ma mère je savais ce que pouvais ressentir James. Au fond nous avions le même genre de mère… Mais je ne pouvais pas le laisser croire ça. Je me devais de croire aussi qu’une mère pouvait s’inquiéter pour son enfant. C’était tout à fait normal après tout. Par la suite, je lui racontais ce que j’aimerai faire hors du FBI. Coiffeuse c’était là un rêve que j’avais depuis quelques années, alors j’osais croire qu’un jour je pourrais avoir mon propre salon, qui sait. « J'espère qu'un jour tu pourras avoir ton salon, alors. Je ne sais pas ce que je ferais, moi, si je quittais le fbi... Depuis mon enfance j'aimerai être pianiste, mais... maintenant, c'est un peu trop tard... » « Hum, pourquoi ? Justement, je pense que si tu te mets au piano, ça peut être une bonne thérapie pour lutter contre la maladie ? Je veux dire, tu peux t’exercer tous les jours et ça peut t’aider à mieux contrôler tes mains. C’est quand même une partie vitale tes mains… » marmonnai-je faiblement. Je ne savais pas si ça allait aider mais bon. Par la suite il m’annonça qu’il allait surement quitter le FBI. Ce que je pouvais comprendre en soit, mais bon, voilà, pour ma part, ça me rendait triste, et j’avais déjà peur de mon prochain chef. Enfin je n’étais pas non plus craintive de base, mais je m’étais tellement habituée à James … C’était à mes yeux le seul chef que je pouvais avoir… Et j’avais du mal à l’idée d’en avoir un autre. « Et bien si ça arrive, tu me le dis et j'essaierais de le rendre sympathique. Avec toi uniquement. Je peux être convaincant, quand je le veux. Je ne sais pas. Je ne suis pas encore sûr. Je pense essayer de les remuer un peu pour qu'ils avancent dans l'enquête sur Alexander. Peut-être que si je les menace de démissionner s'ils ne trouvent rien, ça les fera réagir... » Démissionner et avoir un truc sur la fameuse enquête ? Ça j’en doutais fortement. Au vu de comment ils le menaient par le bout du nez, les menaces ne feraient rien. Enfin, c’était là mon point de vue. Soupirant d’un air désespéré, j’haussais un sourcil avant de réfléchir un peu. « Mah, tu sais, je doute que ça fonctionne ta menace pour en savoir plus sur Alexander… Et je n’hésiterai pas pour mon nouveau patron. Enfin, je serais moins gentille avec lui qu’avec toi. » il ne fallait pas déconner. James c’était James quoi. « En tout cas, si jamais tu as besoin d’aide pour fouiner ou autre à propos de ton frère, n’hésite pas, je t’aiderai. » il le savait déjà. Je n’allais pas l’abandonner de toute façon. Hors de question ! Et je lui proposais même rapidement une solution qui me passait par la tête, à savoir, si jamais il avait besoin plus tard, de vivre ensemble tous les trois, afin que je puisse l’aider au mieux si jamais il avait réellement besoin d’aide. « Je pense être encore capable de me débrouiller seul, enfin, je crois. À part si la maladie évolue vite, ça devrait être faisable... Si tu vois que ça ne va pas, par contre, ne me laisse pas le choix. Vu le mal que j'ai eu à venir te voir ce soir, je ne pense pas que je te dirais que je pense avoir besoin d'aide. » Il avait raison. Je ne lui laisserais pas le choix le moment venu, et il savait que sur ça il pouvait me faire confiance. J’étais aussi têtue qu’une mule alors… Je n’abandonnerai jamais rien aussi facilement. Sentant sa main sur mon épaule je le laissais faire. C’était rare les contacts physique avec lui. Aussi rare que de voir un pingouin dans le centre de Manhattan. [clor=darkred]« Si je quitte le FBI, je pense qu'un peu de compagnie ne me fera pas de mal. J'y repenserai à ce moment. Pas en couple, dis-tu. Vraiment, tu m'imagines en couple, avec tout ce que j'ai à me préoccuper ? La dernière fois remonte à... un siècle. »[/color] Il exagérait un peu quand même. Kim était là depuis peu alors ça ne faisait pas un siècle non plus. Mais soit, je pouvais comprendre son sous-entendu. Lui au moins savait ce que c’était que la vie de couple, pas comme moi, qui n’avait jamais réellement su. Ok, j’avais eu mon premier baiser, mais c’était tout, on ne pouvait pas dire que c’était une expérience enrichissante non plus. « Au moins. Tu es si vieux que ça ? Tu te conserves biens dis donc ! Bref, ne t’inquiète pas. Enfin, je vais me faire chier grave au FBI. Va falloir que je trouve quelqu’un d’autre à qui faire chier. » dis-je l’air de rien avant de lui pincer la joue l’air de rien. Soupirant, je lâchais sa joue avant de poser ma tête sur le dossier du canapé et regarder le plafond longuement. « Tu veux savoir un truc sur moi ? Je ne sais pas ce que c’est l’amour, mais je sais ce qu’est le sexe. Je fais les choses à l’envers, ce n’est pas pathétique ? » demandai-je en souriant faiblement. Parler d’autre chose, pouvait au moins éviter le sujet de sa maladie. Enfin, je pense.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: james&chizuru ~ needing help, needing someone...? Jeu 22 Mai - 19:24


needing help, needing someone...?
« Tu sais, je pense qu’il est réellement impossible d’être rancunier envers ses parents. Après tout ce sont nos géniteurs… Mais tu es son enfant aussi… Même si elle ne te porte pas dans son cœur, comme elle portait Willa dans son cœur, je pense qu’elle sera tout de même triste. C’est ta mère, et même si elle le cache très bien, et qu’elle ne le montrera pas. Je suis sûre qu’elle sera attristée… » La psychologie n'avait jamais été mon fort. Je me souvenais encore du nombre élevés de livres sur le sujet dans la bibliothèque du manoir où j'avais grandi. Je les avais tous lus, pourtant je n'avais jamais réussi à vraiment utiliser mes connaissances. J'étais capable de parler pendant des heures du phénomène de refoulement par exemple, mais ne savais pas vraiment analyser le comportement des gens. « J'aurais préféré qu'il n'y ait pas de risques qu'elle soit triste. », répondis-je en baissant la tête. J'aurais préféré ne pas apprendre que mes jours étaient comptés. Ainsi, ma mère n'aurait rien su et elle ne risquerait pas d'aller encore plus mal. Et je n'aurais pas su que ma fille allait finir par être séparée de moi avant ce qui aurait dû être. J'aurais préféré pouvoir continuer d'espérer qu'un jour, j'aurais pu gagner ma vie en travaillant en tant que pianiste. « Hum, pourquoi ? Justement, je pense que si tu te mets au piano, ça peut être une bonne thérapie pour lutter contre la maladie ? Je veux dire, tu peux t’exercer tous les jours et ça peut t’aider à mieux contrôler tes mains. C’est quand même une partie vitale tes mains… » Je souris faiblement. « Je joue du piano depuis plus de vingt ans, tu sais... je ne veux pas être pessimiste, mais j'imagine que même si je joue plusieurs heures par jour, ça ne va pas changer grand chose... » Sûrement que ça pourrait aider, mais tellement peu. Je faisais bien attention, le jour où je m'étais brûlé avec l'eau bouillante du thé. J'étais toujours plongé dans mon jeu lorsque je faisais du piano, mais viendra sûrement un jour où même avec toute la concentration du monde... Je préférais ne pas y penser, à vrai dire. C'était comme dire à un adolescent passionné de sport qu'il ne pourrait plus jamais faire de sport suite à un problème de santé ou un accident. Dans ce genre de moments, tu te demandes ce que tu vas pouvoir faire de ta vie désormais. C'était exactement ce que je voulais m'empêcher de demander, mais la question était naturellement venue à moi. J'allais finir ma vie en lisant et relisant ma collection de dictionnaires. Quel bel avenir. En tous cas, ça serait mieux que de rester au FBI à attendre qu'ils se bougent un peu pour mon enquête. « Mah, tu sais, je doute que ça fonctionne ta menace pour en savoir plus sur Alexander… Et je n’hésiterai pas pour mon nouveau patron. Enfin, je serais moins gentille avec lui qu’avec toi. En tout cas, si jamais tu as besoin d’aide pour fouiner ou autre à propos de ton frère, n’hésite pas, je t’aiderai. » Je hochai doucement la tête. Je m'en doutais, que je ne risquai pas d'avoir plus d'infos juste en menaçant de donner ma lettre de démission. « Ce que je vais dire risque de te surprendre, mais si le FBI ne trouve rien, il se peut que je te demande de l'aide pour cette enquête. J'aimerai pouvoir connaître la vérité. J'adorais mon frère, malgré la façon dont il a tourné. J'espère qu'on me laissera le temps de découvrir la vérité. », soupirai-je. Je ne savais même pas combien de temps environ il me restait. Peu ou beaucoup ? « En tous cas je t'interdis de te mettre en danger juste pour moi. » Je savais qu'Alexander avait trempé dans des affaires louches, d'où son passage par la case prison. Enquêter sur son meurtre était sûrement au moins un peu risqué et je ne voulais pas qu'il arrive quelque chose à Alexia par mon unique faute. Elle avait encore toute la vie devant elle, ça serait injuste qu'il lui arrive un malheur. C'était d'ailleurs pour cette unique raison que je n'avais jamais voulu qu'elle m'aide à trouver des informations sur mon frère. Alexia était bien plus qu'une simple collègue, elle était devenue une amie, une très bonne amie. L'une des trois personnes sur qui j'ai pu compter de toute ma vie. L'un de mes plus grands regrets était sûrement n'avoir passé ma vie si seul. J'avais commencé à avoir quelques amis après avoir terminé le lycée. J'avais eu plusieurs petites amies aussi. Mais personne depuis December, donc depuis plusieurs années. Notre vie commune me paraissait dater d'un siècle... « Au moins. Tu es si vieux que ça ? Tu te conserves biens dis donc ! Bref, ne t’inquiète pas. Enfin, je vais me faire chier grave au FBI. Va falloir que je trouve quelqu’un d’autre à qui faire chier. » Je souris en coin à sa troisième phrase. Je me conservais bien... oui, peut-être, mais apparemment ce n'était pas la même chose à l'intérieur qu'à l'extérieur. À la fin de sa dernière phrase, elle me pinça la joue. Bien que toujours un peu réticent à ce genre de contact physique, j'avais fini par m'habituer. Elle posa sa tête sur le dossier du canapé. Je l'imitai et regardai le plafond sans vraiment le regarder.  « Tu veux savoir un truc sur moi ? Je ne sais pas ce que c’est l’amour, mais je sais ce qu’est le sexe. Je fais les choses à l’envers, ce n’est pas pathétique ? » Je tournai la tête vers Alexia, surpris. « Tu n'as jamais été amoureuse ? », m'étonnai-je. Je reposai mon regard sur le plafond. « Il y a des gens comme ça. On ne se ressemble pas tous, et je pense que c'est préférable. J'imagine qu'un jour, toi aussi tu sauras ce qu'est l'amour. » Je ne faisais pas partie de ceux qui ont besoin d'amour pour vivre, mais je devais avouer que parfois, ça me manquait. Moi, je faisais partie de ceux qui vivent pour le travail. Et aussi pour ma fille. Surtout pour Kim.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: james&chizuru ~ needing help, needing someone...? Dim 1 Juin - 14:40


JAMES & CHIZURU
needing help, needing someone... ?




« J'aurais préféré qu'il n'y ait pas de risques qu'elle soit triste. » « Malheureusement… » Malheureusement oui… qu’est-ce que je pouvais dire d’autre ? Je ne savais pas trop… Les mots me manquaient pour le coup. Mais Kim allait devoir être forte pour le coup. Vraiment forte. « Je joue du piano depuis plus de vingt ans, tu sais... je ne veux pas être pessimiste, mais j'imagine que même si je joue plusieurs heures par jour, ça ne va pas changer grand-chose... » Mordillant mes lèvres, je ne savais pas trop quoi dire pour le coup. J’avais beau tenter de le réconforter il avait l’air de pouvoir répliquer sans souci sur le fait que la maladie prendrait forcément le dessus sur lui. Et ça me faisait mal au cœur rien que d’y penser. Ne répondant rien, je baissais la tête déglutissant de façon amère. Pourquoi la vie était une chienne de la sorte sérieusement ? « Ce que je vais dire risque de te surprendre, mais si le FBI ne trouve rien, il se peut que je te demande de l'aide pour cette enquête. J'aimerai pouvoir connaître la vérité. J'adorais mon frère, malgré la façon dont il a tourné. J'espère qu'on me laissera le temps de découvrir la vérité. » Et c’était tout à fait normal d’aimer son frère même si celui-ci avait fait quelque chose de mal. Le sang reste le sang. On ne peut pas le renier. « En tous cas je t'interdis de te mettre en danger juste pour moi. » Comme si c’était mon genre que de me mettre en danger. Voyons pas du tout, je n’allais pas non plus me faire tirer dessus ou me faire tout simplement tuer pour ce genre d’enquête. On n’était pas dans un polar noir. Ce genre de chose ne se passait que dans les livres ou les films, pas dans la vraie vie… « Ne t’inquiète pas pour moi. Mais en tout cas j’espère que le FBI t’aidera vraiment, tu le mérites, c’est la moindre des choses… » Oui, c’était ce qu’ils devaient faire pour lui, qui était un bon élément du FBI. Enfin bref, pour le moment il valait mieux parler d’autre chose, que de ça, c’était mieux pour lui qui avait l’air de vouloir clairement parler d’autre chose. Du coup l’amour était un tout autre sujet pas mal en soit. « Tu n'as jamais été amoureuse ? Il y a des gens comme ça. On ne se ressemble pas tous, et je pense que c'est préférable. J'imagine qu'un jour, toi aussi tu sauras ce qu'est l'amour. » Soupirant longuement, je mordillais mes lèvres en regardant longuement le plafond. Je ne cessais pas de penser à Kaien quand je parlais de ça. Si j’étais restée au Cap vert comment serait notre relation maintenant ? Lui qui avait été amoureux de moi à notre époque du lycée. J’avais refusé son amour, j’avais refusé de m’y laisser prendre pour couper les ponts avec cette ville, avec ces nombreux évènements qui avait pourris notre vie. Je ne voulais plus vivre dans le passé. « J’aurai pu le connaitre quand je vivais au Cap Vert. Mais j’ai préféré renier mon passer et vivre une autre vie. Je ne voulais plus rien avoir à faire avec ma vie du passé, avec les atrocités que j’ai vécu là-bas. Je suis partie telle une lâche. Ce type m’aimait comme un fou. Je l’ai embrassé à l’aéroport de façon aussi tendre que possible et je lui ai dit que je partais au Japon. Alors que je partais en Amérique. Je suis horrible hein. » dis-je en riant doucement de moi-même. Oui j’étais surement horrible. « Enfin bref, pour le moment je suis bien toute seule. C’est pas une chose qui me manque ou qui me donne envie. » dis-je en haussant les épaules. Non vraiment pas. Puis de toute façon l’amour ça nous tombe toujours dessus quand on s’y attend le moins alors…


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: james&chizuru ~ needing help, needing someone...? Dim 8 Juin - 0:20


needing help, needing someone...?
« Malheureusement… » La vie était injuste, voilà tout. En particulier avec moi, j'avais l'impression. Pourtant, je ne me souvenais pas avoir fait quoi que ce soit pour mériter ça. J'avais malencontreusement poussée Willa en courant après Alexander, mais n'avais-je pas depuis longtemps payé pour ça ? Ou bien, étais-je condamné à payé ce manque d'attention jusqu'à la fin de ma vie ? Si oui, et bien, la situation pourrait être pire. Combien me restait-il ? Quelques années, sûrement... J'avais passé tellement de temps de ma vie seul que personne n'avait pu me faire prendre conscience de mes symptômes si déjà avant j'en présentais. Ça m'étonnerait que, jusqu'à maintenant, je n'aille eu que des problèmes de mémoire. Je ne pourrais pas le savoir, de toutes façons, c'était trop tard pour ça. Cependant, ce n'était peut-être pas trop tard pour découvrir la réalité sur la mort d'Alexander. Je voulais savoir, que cette affaire soit résolue faisait partie sans le moindre doute de mes dernières volontés. Même si je n'avais pas le temps de le découvrir, je voulais que la vérité soit découverte pour ma famille. Qu'ils sachent au moins comment a fini leur fils aîné, même s'ils n'en n'avaient pas envie, au moins ils auraient une réponse si un jour ils changeaient d'avis. « Ne t’inquiète pas pour moi. Mais en tout cas j’espère que le FBI t’aidera vraiment, tu le mérites, c’est la moindre des choses… » Je relevai le regard et regardai Alexia avec un petit sourire triste. « Ne t'inquiète pas pour moi... M'inquiéter pour toi est la moindre des choses vu tout ce que tu as fait pour moi depuis notre rencontre. », répondis-je. Elle avait tant fait pour moi depuis juin dernier. En très peu de temps, elle avait pris une place importante dans ma vie. Bien sûr, savoir que nous avions un passé, ou au moins un événement similaire m'avait sans doutes aidé à devenir si ami avec elle. Mais il n'y avait pas que ça. Alexia avait un caractère que je trouvais attachant. En tous cas, elle avait toujours été là lorsque j'avais besoin d'elle. Que je lui aie demandé ou non. En particulier quand je ne lui avais rien demandé. Le jour où notre pause du midi avait commencé en course poursuite avec un espion. Ou celui où j'avais fait tomber ma carte du FBI dans DC. Ou encore aujourd'hui, sauf que ce soir, c'était moi qui lui avait demandé de l'aide. C'était bon de savoir qu'on pouvait compter sur quelqu'un. L'amour aussi était quelque chose d'agréable, d'ailleurs ça me surprenait qu'Alexia n'ait jamais su ce que c'est. « J’aurai pu le connaitre quand je vivais au Cap Vert. Mais j’ai préféré renier mon passer et vivre une autre vie. Je ne voulais plus rien avoir à faire avec ma vie du passé, avec les atrocités que j’ai vécu là-bas. Je suis partie telle une lâche. Ce type m’aimait comme un fou. Je l’ai embrassé à l’aéroport de façon aussi tendre que possible et je lui ai dit que je partais au Japon. Alors que je partais en Amérique. Je suis horrible hein. » Je n'étais pas entièrement d'accord... « Si tu as dit ça pour ne pas qu'il te suive, pour t'en débarrasser, alors oui. Mais si tu as fait ça pour ne pas qu'il s'inquiète pour toi, selon moi, ce n'est pas du tout la même chose... » Elle devait tout de même tenir à cette personne si elle lui a menti. Enfin, je disais ça, mais la psychologie, ce n'était pas mon fort... « Enfin bref, pour le moment je suis bien toute seule. C’est pas une chose qui me manque ou qui me donne envie. » Le célibat n'était pas si désagréable que ça non plus. Personne ne pouvait venir se plaindre que les courses ou le ménage étaient encore à faire... De toutes façons, le ménage était toujours fait chez moi. « Moi aussi, j'étais bien seul. En même temps, pendant mon enfance, mon adoles... pendant toute ma vie ou presque, j'ai été seul. », soupirai-je. Quelques secondes plus tard, je repris : « La première fois que je suis tombé amoureux, j'avais seize ans. Je dormais au fond de la classe, comme souvent. Une nouvelle élève arrivait dans ma classe, ce jour-là. Le professeur lui a dit d'aller s'asseoir à côté de moi, seule place libre. Tout le monde m'évitait, voir même m'ignorait... Elle s'appelait Antonella, elle était suisse. Je suis tombé amoureux au premier regard, je ne comprenais pas comment c'était arrivé. J'ai essayé de devenir ami avec elle, mais... Je l'avais idéalisé, je n'avais pas prévu que mes camarades de classe réussiraient à la convaincre que je ne valais pas la peine qu'on s'intéresse à moi. Ce jour-là, j'ai décidé de tirer un trait sur l'amour, pourtant, comme tu le sais, il y a eu December... entre les deux, je suis à nouveau tombé amoureux. » Ces souvenirs remontaient à tellement loin, je les avais presque oubliés... «  Et à la fin de l'année dernière aussi, d'un type qui s'appelait Kyo... C'est beau l'amour, mais c'est compliqué. Tu as en quelque sorte de la chance de ne pas avoir à te tracasser avec ça... », soupirai-je.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: james&chizuru ~ needing help, needing someone...? Ven 20 Juin - 12:20


JAMES & CHIZURU
needing help, needing someone... ?




« Ne t'inquiète pas pour moi... M'inquiéter pour toi est la moindre des choses vu tout ce que tu as fait pour moi depuis notre rencontre. » « Je peux dire pareil pour toi. Tu m’as plus apporté dans ma vie que je n’ai pu t’apporter dans ta vie tu sais. Sérieusement, c’est normal que je m’inquiète pour toi, tu ne trouves pas ? » Moi je trouvais ça tout à fait normal même. Mais bon je savais sa façon de penser, et je savais aussi, qu’il n’était pas prêt de changer d’idée. C’était comme ça qu’étais James. Je pouvais aussi le comprendre dans le fond. Par la suite, et je ne sais pas trop comment, on se trouvait à parler d’amour. Un sujet qui franchement était loin d’être la priorité dans notre vie. Autant lui que moi. « Si tu as dit ça pour ne pas qu'il te suive, pour t'en débarrasser, alors oui. Mais si tu as fait ça pour ne pas qu'il s'inquiète pour toi, selon moi, ce n'est pas du tout la même chose... » Fronçant les sourcils, je soupirais avant de secouais la tête de droite à gauche. J’étais un peu perdu de reparler de tout ça. « Je l’ai fait pour les deux façons. Pour qu’il ne me suive pas et pour ne pas qu’il s’inquiète. Je suis assez méchante dans le fond, mais c’était pour son bien. Et le mien. » Autant ne pas me cacher, je voulais simplement tourner la page et me faire une nouvelle vie. J’étais ainsi, et on ne me changerait pas de sitôt. Je présume. Mais soit, l’amour ce n’était pas mon fort c’était comme ça quoi. « Moi aussi, j'étais bien seul. En même temps, pendant mon enfance, mon adoles... pendant toute ma vie ou presque, j'ai été seul. La première fois que je suis tombé amoureux, j'avais seize ans. Je dormais au fond de la classe, comme souvent. Une nouvelle élève arrivait dans ma classe, ce jour-là. Le professeur lui a dit d'aller s'asseoir à côté de moi, seule place libre. Tout le monde m'évitait, voir même m'ignorait... Elle s'appelait Antonella, elle était suisse. Je suis tombé amoureux au premier regard, je ne comprenais pas comment c'était arrivé. J'ai essayé de devenir ami avec elle, mais... Je l'avais idéalisé, je n'avais pas prévu que mes camarades de classe réussiraient à la convaincre que je ne valais pas la peine qu'on s'intéresse à moi. Ce jour-là, j'ai décidé de tirer un trait sur l'amour, pourtant, comme tu le sais, il y a eu December... entre les deux, je suis à nouveau tombé amoureux. Et à la fin de l'année dernière aussi, d'un type qui s'appelait Kyo... C'est beau l'amour, mais c'est compliqué. Tu as en quelque sorte de la chance de ne pas avoir à te tracasser avec ça... » je l’écoutais attentivement, et fut assez surpris de voir qu’il avait eu ce genre de vie. Enfin, je savais comment il était, mais je pensais tout de même qu’il avait eu plus d’ouverture que ça au niveau relation amoureuse. Après tout c’était un homme, et il était tout de même mignon, je veux dire, ce n’était pas le mec sur lequel on détournait vite le regard, il avait son charme. C’était en sorte dommage pour lui. Je me demandais même pourquoi avec ce fameux Kyo ça n’avait pas marché. Un homme ? C’était surement un début pour lui, et bon peut-être qu’il ou l’autre n’avait pas assumé cela ? L’homosexualité pouvait être compliquée par moment. Soupirant longuement, je passais faiblement ma main dans mes cheveux en réfléchissant à quoi dire. Un vrai calvaire parfois. « L’amour c’est trop compliqué pour moi. Mais ça a l’air compliqué pour toi aussi. Tu lui avais avoué à ce Kyo là ? » Demandai-je assez curieuse. Disons que je voulais juste savoir comment il avait géré la situation pour le coup.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: james&chizuru ~ needing help, needing someone...? Lun 23 Juin - 14:39


needing help, needing someone...?
« Je peux dire pareil pour toi. Tu m’as plus apporté dans ma vie que je n’ai pu t’apporter dans ta vie tu sais. Sérieusement, c’est normal que je m’inquiète pour toi, tu ne trouves pas ? » J'avais un peu de mal à la croire. Elle avait changé beaucoup de choses dans ma vie. Quand je pensais que si elle ne s'était pas retrouvée à travailler pour moi, on ne se serait sûrement jamais parlé... On était peut-être dans la même classe, mais les rares fois où j'allais à l'université, je préférais rester seul. J'avais tellement l'habitude d'être seul, ça ne me dérangeait pas. Et un jour, elle a débarqué dans mon bureau en m'apprenant que j'étais son nouveau patron. On avait parlé, puis on avait fini amis. Très bons amis, même. Je crois que je me souviendrais toujours de notre rencontre, malgré ma mauvaise mémoire. À cause de cette dernière, cette fameuse rencontre est légèrement flou, mais le principal est toujours là. Oui, c'était sûrement normal qu'Alexia s'inquiète pour moi... Je hochai lentement la tête, regard baissé. « Je l’ai fait pour les deux façons. Pour qu’il ne me suive pas et pour ne pas qu’il s’inquiète. Je suis assez méchante dans le fond, mais c’était pour son bien. Et le mien. » Je réfléchis quelques instants. « Tout le monde a une part d'ombre en soi... on ne peut pas être seulement bon ou seulement méchant. Si tu as également fait ça pour lui, c'est que tu n'es pas si horrible que ça. » Après, c'était mon avis et je n'avais pas forcément raison. À la place d'Alexia, je crois que j'aurais mentis juste pour ne pas être suivi. Pourtant, je ne pensais pas être méchant dans le fond. Je ne cherchais pas à blesser les gens, je savais à quel point la méchanceté – gratuite ou non – pouvait faire mal. L'amour, ça pouvait faire faire n'importe quoi. Je le savais bien, j'en avais eu la preuve avec Kyo. « L’amour c’est trop compliqué pour moi. Mais ça a l’air compliqué pour toi aussi. Tu lui avais avoué à ce Kyo là ? » J'esquissai un léger sourire. C'était vrai que pour moi non plus ce n'était pas si simple. J'étais tombé amoureux quatre fois dans ma vie, mais à chaque fois, ça s'était mal fini... enfin, les deux premières fois, il ne s'était rien passé. Mais les deux autres fois avaient largement compensé. December avait décidé de fuir avec Kim en se rendant compte que la police la recherchait sérieusement et avec Kyo, et bien... « C'est un peu compliqué, en fait, cette histoire... il s'est retrouvé à vivre chez moi, et... », commençai-je. Devais-je préciser ou non qu'il était venu me voir en disant avoir des informations sur Alexander ? Ce n'était pas la peine, non. C'était un détail comme un autre, qui n'avait pas d'importance pour le coup. Le fait de préciser que lui aussi était recherché par la police était également inutile. Je devais sans doute attirer les criminels. December, puis Kyo... j'aurais presque envie d'en rire. «  Et j'ai fini par l'embrasser. Pourtant, je ne supportais pas son caractère... désordonné au possible, tu aurais vu l'état dans lequel je retrouvais mon appartemment le soir venu... » Oui, c'était horrible. Je me retrouvais souvent à devoir nettoyer à minuit passées... « Je suis presque sûr que c'était réciproque. Peu après ce soir-là, j'ai paniqué, je lui ai demandé de partir. Mes sentiments me dérangeaient, ça faisait longtemps que je n'avais pas été amoureux... alors j'ai préféré lui demander de repartir. Je ne peux pas m'empêcher de trouver ça idiot. En plus, Kim l'adorait et c'est rarissime qu'elle aime autant les gens, voir même qu'elle les aime tout court. » D'après ce que je voyais quand j'allais la chercher à l'école, elle ne se mêlait pas aux autres. J'avais fini par lui demander pourquoi, elle m'avait simplement répondu qu'elle n'aimait pas ses camarades. Au moins, c'était clair ! Elle adorait Kyo, apprécie beaucoup Alexia mais son avis envers April me semblait plus mitigé... Je m'en voulais un peu de l'avoir séparée de Kyo, mais... c'était mieux ainsi. Je préférais me dire ça plutôt qu'autre chose.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: james&chizuru ~ needing help, needing someone...?

Revenir en haut Aller en bas

james&chizuru ~ needing help, needing someone...?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-