It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

I need you because I love you... [Vit & Lin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Dim 30 Mar - 14:01

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


Dans le fond, c'était encore bien trop frais dans ma tête, pour que je puisse tout à fait me faire à l'idée que Lindsay était enceinte. Qu'elle attendait un enfant de moi. C'était bien trop soudain et inattendu. Je n'étais même pas sûr d'avoir encore tout à fait compris. Réaliser tout ce que cette grossesse impliquait, me demandait beaucoup trop de réflexion et d'énergie dans le fond et je ne le savais que trop bien. Pour autant, devais-je vraiment fuir ? Non, bien sûr que non. Je ne m'en sentais même pas la force de toute façon. J'aimais beaucoup trop Lindsay. Je voulais la garder coûte que coûte. Mais d'ici à neuf mois, je n'aurais plus qu'elle, mais également ce bébé. Notre enfant. Non je ne pouvais pas encore dire que c'était le notre. Je ne savais même pas si je n'allais pas changer d'avis chaque jour à venir. Un coup oui, un coup non. De toute façon, j'avais bel et bien neuf mois pour réfléchir à tout cela, puisque la question de l'avortement ne se posait même pas. Et je doutais sérieusement qu'elle puisse un jour se poser du côté de Lindsay. J'étais moi même contre l'avortement de toute façon. Même dans une telle situation, où j'apprenais que j'allais encore une fois être père alors que mon envie à ce sujet n'avait aucunement changé. Comment aurait-elle pu changer d'ailleurs ? Ce n'était pas comme si avec Lindsay on avait un jour envisagé d'être parents ensemble. Je n'étais même pas certain qu'elle même éprouve l'envie de l'être même encore aujourd'hui.

Finalement, nous retrouvâmes sans aucune difficulté, des gestes tendres l'un envers l'autre. C'était avec réel plaisir que j'allongeais ma tête sur ses cuisses et m'étendais sur le dos pour pouvoir la regarder. Ce fut même tout naturellement que je lui soufflai que je l'aimais. J'avais besoin de le lui dire, tout simplement. Pour être sûr qu'elle ne l'oubliait pas. Et qu'elle savait que mon manque flagrant d'envie d'être père, n'avait strictement rien à voir avec elle et l'amour que je pouvais lui porter. Non, vraiment, il y avait un monde entre ma peur de cet parentalité, et ma relation avec elle. Je l'aimais et l'aimerais toujours, sans aucun doute possible. Un soupir d'aise m'échappa quand elle se pencha pour m'embrasser et je glissai une main dans ses cheveux pour la conserver contre moi alors que je lui répondais avec tendresse. « Je t'aime aussi... » Je souris et déposai quelques autres baisers tendres sur ses lèvres, sans vraiment la quitter du regard. Je soupirai ensuite et la laissai aller, pour reposer encore quelques minutes de plus au plus près d'elle. Mais je fini par me redresser et me détacher d'elle. « Je vais aller me coucher. » Soufflai-je doucement, avant de l'embrasser une dernière fois et rejoindre notre chambre. Oui, parce qu'apprendre une nouvelle pareille, ça épuisait vraiment ! Et pourtant, le sommeil ne semblait pas vouloir de moi puisque je demeurais simplement étendu sur le dos dans le lit, bras croisés sous la tête et regard rivé sur le plafond.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Dim 30 Mar - 20:37

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Je ne m’étais jamais vraiment imaginée enceinte, sur le point de devenir mère, et encore moins mère de famille. Contrairement à une bonne partie des femmes, ce n’était pas quelque chose que je souhaitais particulièrement. Et en étant avec Vitaly, je savais bien qu’il y avait peu de chances pour que nous fondions véritablement une famille, puisqu’il en avait encore moins envie que moi. Mais cela me convenait. J’avais choisi cette vie là et jusqu’à présent, je ne le regrettais pas. Toutefois, lorsque j’avais appris ma grossesse, je ne m’étais pas vraiment posé de question. Que pouvais-je faire à part garder cet enfant ? Rien. Il était hors de question que je prenne une autre décision. Et je devais bien avouer que, malgré tout, cela m’effrayait un peu. Je supposais cependant que c’était normal… Enfin, surtout lors d’un premier enfant. Et puis, j’étais peut-être encore un peu jeune… Et la peur que j’avais, quant à l’attitude de Vitaly, ne devait pas m’aider à me sentir en confiance. Alors, entre tout, j’étais un peu inquiète. Mais cela ne m’empêchait pas de vouloir de cet enfant, bien au contraire ! J’appréhendais juste certaines choses. Et pour pouvoir affronter cela, j’avais besoin de Vitaly. Parce que déjà que je m’inquiétais concernant cette grossesse, si je me retrouvais seule…. Ce serait horrible. Et difficilement supportable. J’avais besoin de Vit’, de son soutien, de sa présence, de son amour. Pas seulement pendant ces neufs mois, mais pour toujours. Et il était assez intelligent pour s’en douter, non ? Je l’espérais. Tout comme j’espérais que s’il décidait de partir, ce serait après mûre réflexion et pas un simple coup de tête.

Mais cela ne semblait pas prendre ce chemin là. Ou du moins, il voulait un peu de temps pour réfléchir. Au moins, sa décision finale ne serait pas prise de manière trop impulsive. Et peu importe son choix, je ne pourrais que le respecter. Et puis, il choisirait très certainement ce qui lui semblerait être le mieux pour lui. Et en l’aimant, je ne pouvais que vouloir son bonheur. Enfin, si possible avec moi, c’était tout de même préférable !  Et le simple fait qu’il me dise qu’il m’aimait, me redonna le sourire et me réconforta un peu. J’avais, en temps normal, besoin qu’il me le dise régulièrement. Mais ce n’était rien comparé à maintenant, après cette brutale annonce. Ainsi, je l’embrassais aussitôt, laissant échapper un léger soupir d’aise, avant de me reculer légèrement et lui rappeler que, moi aussi, je l’aimais. Ca non plus, il ne devait pas l’oublier… Je l’aimais et l’aimerais toujours. C’était bien pour cela que, s’il jugeait vraiment qu’il ne pouvait pas devenir père, je ne pourrais pas véritablement lui en vouloir. Si justement, je  lui laissais du temps pour réfléchir, c’était pour qu’il pense bien à toutes les solutions et prenne la décision qui lui semblait être la meilleure. Surtout pour lui. « Je vais aller me coucher. » J’acquiesçais légèrement sans le quitter du regard. « J’arrive dans quelques minutes… » précisais-je en me levant juste après lui. Je pris ensuite le temps de faire le tour de la maison, vérifiant que tout était éteint et fermé, avant de le rejoindre dans la chambre. Il semblait d’ailleurs plus pensif qu’autre chose… Ce qui se comprenait ! Et personnellement, je n’étais pas certaine de trouver le sommeil rapidement… Quoi que… Gamberger toute la journée – et autant d’émotions – cela fatiguait réellement ! « Ça va ? » demandais-je doucement, après m’être changée, en m’allongeant tout contre lui, sur le côté pour pouvoir l’observer avec attention.




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Dim 30 Mar - 21:42

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


Le jour où Serena m'avait annoncé, de but en blanc, qu'elle était enceinte de moi, mon monde s'était écroulé, vraiment. Parce que je n'imaginais pas ma vie avec un enfant. Cette idée me faisait plus peur qu'autre chose et je pensais que je ne serais jamais en mesure d'élever un bébé, avec qui que ce soit. Et j'avais fini par lui faire comprendre que je n'étais pas prêt pour ça. Et que je ne le serais probablement jamais. Et aujourd'hui, Lindsay en sachant pourtant parfaitement cela, me faisait le même coup. Oh, je ne doutais pas qu'elle n'était pas volontairement tombée enceinte. Elle n'avait aucune raison de vouloir me prendre au piège pour me retenir, puisque j'étais amoureux d'elle depuis des années. Et au delà de ça, je savais qu'elle même n'avait jamais réellement envisagé l'idée d'avoir un enfant. Ni avec moi, ni avec personne d'autre. Dans le fond, c'était sans doute une des choses qui nous avaient autant rapprochées l'un de l'autre et qui faisait que notre relation fonctionnait aussi bien. Mais maintenant, elle était enceinte ... Et je perdais tous mes moyens devant cette annonce sans appel. Elle attendait un enfant de moi. Et il semblait évident que l'avortement était hors de question. Même pour moi finalement. Parce que je n'approuvais pas réellement cet acte et ne l'avais jamais approuvé. Mais j'aurais nettement préféré qu'elle ne tombe pas enceinte. Malheureusement, il était bien trop tard pour cela. Maintenant qu'elle attendait mon enfant, deux choix s'offraient à moi. Sauf je refusais de demeurer à ses côtés et la laissait faire sa vie de son côté avec notre enfant, comme Serena l'avait fait avant elle. Soit, j'acceptais de l'élever avec elle. Mais ça ... Ca, ça me terrifiait. Et pas uniquement parce que je me sentais incapable de faire un bon père !

Il était question de beaucoup plus que ça encore. Est-ce qu'avec mon emploi et ma relation fusionnelle avec Lindsay, j'aurais le temps, l'énergie et la place pour un petit bout ? Aucune foutue idée. Je n'arrivais plus à réfléchir pour le moment de toute façon. J'étais bien trop sonné par cette annonce pour pouvoir y penser de façon rationnelle. Raison pour laquelle je finis par quitter le canapé et annoncer que j'allais dormir. Je me contentai de hocher la tête quand elle affirma qu'elle arriverait d'ici à quelques minutes. Malheureusement, une fois couché, je n'éprouvais plus la moindre petite fatigue. J'avais l'esprit bien trop tourmenté par un tas de choses, pour pouvoir m'endormir de toute évidence. Je pensais à cette annonce et à ses conséquences. Parce qu'il était évident qu'il y allait y en avoir des tas de conséquences. Soit je perdais Lindsay, soit je me retrouvais avec trop de choses dans ma vie. Bref, il y aurait forcément de gros changements. Soit bientôt, soit dans neuf mois. Et j'étais encore en train de penser à tout ça, quand Lindsay fini par me rejoindre dans la chambre. Je ne bronchais pas alors qu'elle se changeait pour venir s'allonger à mes côtés. « Ça va ? » Est-ce que ça allait ? Difficile à dire. J'allais mieux mal. Mais ce n'était pas vraiment la joie de mon côté. « Je sais pas ... » Lui répondis-je avec honnêteté, avant d'enfin tourner la tête pour l'observer malgré l'obscurité de la chambre. « Et toi ... ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Lun 31 Mar - 19:51

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Jamais il ne me serait venu à l’esprit de tout mettre en œuvre pour tomber enceinte, sans en avoir au préalable discuté avec Vitaly. Cela aurait été horrible de lui faire un coup pareil… Et surtout de le mettre devant le fait accompli, en sachant parfaitement ce qu’il pensait de cela. Et puis, je savais que c’était prendre le risque de le perdre. Et je n’étais pas aussi inconsciente. D’ailleurs, si j’avais eu le choix, j’aurais bien évidemment choisi de ne pas tomber enceinte. Cela nous aurait évité bien des problèmes et tensions. Mais soit. C’était désormais trop tard et nous devions réfléchir à l’avenir de cet enfant. Une chose était évidente, j’allais le garder. Restait juste à savoir si je l’élèverais seule ou avec Vitaly… Bien sûr, j’espérais sincèrement que Vitaly assume cet enfant. D’une part, parce que je ne me sentais pas prête à le perdre définitivement. D’autre part, pour cet enfant. N’était-ce pas mieux pour lui qu’il grandisse avec un père ? Cela me semblait évident. Mais encore une fois, je ne pouvais pas forcer Vit s’il ne se sentait pas la force de devenir père. Parce qu’évidemment, s’il restait avec moi, sa vie allait changer. Notre vie. De couple, nous passerions à parents, ce qui impliquait une relation peut-être un peu moins fusionnelle. Ou du moins, une attitude un peu différente. Et puis, sans parler de nous, notre quotidien allait être bouleversé. Et les premiers mois, nous devrions sans doute tous deux mettre un peu nos boulots respectifs de côté, pour nous occuper de cet enfant. Et ça aussi, c’était beaucoup lui demandait. Et encore, sachant que je travaillais de chez nous, je pensais pouvoir m’occuper de cet enfant pendant qu’il travaillerait… Il n’aurait donc pas à trop se sacrifier…

Oui, je pensais à tous. A toutes les solutions et tout ce qui pourrait contribuer à faire qu’il reste avec moi. Mais puisqu’il avait besoin de temps pour réfléchir, je n’insistais pas trop à ce sujet. Je ne voulais pas non plus l’influencer, le pousser à faire tel ou tel choix, qu’au final il pourrait regretter. Je ne tardais donc pas à aller le rejoindre, dans notre chambre, peu après qu’il ait quitté le salon. Une chose était certaine, je n’allais pas trouver le sommeil de suite. J’étais encore trop sonnée et inquiète par tout cela… Mais, ne voulant pas le laisser seul, et n’ayant pas non plus envie de rester seule, je rejoignais la chambre et me plaçais à côté de lui après m’être changée. Et sans trop attendre, je lui demandais si ça allait. Ce n’était pas la grande forme, ça, c’était évident. Mais je voulais savoir, maintenant qu’il avait retrouvé son calme et sans doute un peu de sérénité, ce qu’il en était. Pas concernant son choix. C’était sans doute encore trop tôt. Mais au moins concernant la façon dont il vivait les choses… « Je sais pas ... » Je ne pu me retenir de glisser une nouvelle fois mes doigts dans ses cheveux, l’observant doucement. Il me faisait de la peine… C’était bien la première fois que je le voyais aussi perdu… « Et toi ... ? » J’haussais vaguement les épaules en soupirant. « Ca peut aller… Même si moi aussi, j’ai un peu peur… » Pas qu’un peu à vrai dire… Je me sentais plutôt perdue, déstabilisée. Mais je ne voulais pas lui en dire trop, de peur de le paniquer encore plus…




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Lun 31 Mar - 20:56

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


Depuis que j'étais au courant de la grossesse de Lindsay, à aucun moment je ne pensai véritablement à l'enfant en tant que tel. A vrai dire, je ne pensais qu'au fait que ma vie allait être complètement chamboulée et que ma relation avec Lindsay allait forcément changer, elle aussi. Mais l'enfant ... Je n'y pensais vraiment que très peu, aussi horrible que ça puisse paraître. Et ce, pour la simple et bonne raison que pour l'instant je ne le voyais que comme l'être qui venait chambouler toute ma vie et peut-être même la gâcher, selon comment les choses allaient se passer. C'était évidemment à moi de faire en sorte que ma relation avec Lindsay ne prenne pas fin par l'arrivée de cet enfant parmi nous. Mais ce n'était pas aussi simple que ça pouvait sembler. Rien n'étais simple. Accepter un enfant représentait tellement. Et jamais de ma vie je n'avais été en mesure de m'imaginer père. Pas même quand je m'étais retrouvé dans la même situation avec Serena. N'était-ce pas là la preuve que je n'étais tout simplement pas fais pour avoir un enfant ? J'étais vraiment certain que c'était ainsi et que rien ni personne ne pourrait changer ça. Et pourtant j'étais quand même en train d'avoir de sérieux doutes. Pouvais-je vraiment prendre le risque de perdre la femme que j'aimais, sous prétexte qu'elle attendait mon enfant ? L'idée me semblait tout simplement pas concevable du tout. Pas une seconde fois. Pas encore ! Est-ce que j'étais vraiment voué à finir ma vie seul, parce que les femmes que j'aimais préféraient partir avec mes enfants ?

Mes enfants ... Non, leurs enfants ! Bordel. Je ne savais même plus où j'en étais, même dans mes pensées. Je perdais totalement la raison et la capacité de réfléchir à tout ça. Voilà qui était pour le moins ennuyeux quand même. J'ignorais si c'était pour dormir et ne plus réfléchir ou si c'était justement pour avoir un peu de temps pour penser à tout ça, que je décidai d'aller me coucher. Mais le fait est que je fus bien incapable de trouver le sommeil. Et ce fut donc parfaitement réveillé qu'elle me trouva quand elle me rejoignit dans la chambre et dans notre lit. Je fermai les yeux à sa nouvelle caresse dans mes cheveux, tentant de ne penser qu'au bien être que ça me procurait. Mais mes pensées continuaient de tourbillonner à vive allure dans ma tête et je ne pouvais pas réfléchir à quoi que ce soit d'autre. « Ca peut aller… Même si moi aussi, j’ai un peu peur… » Je rouvris enfin les yeux et tournai un instant le regard vers elle. Avant de pivoter sur le lit pour m'allonger également sur le côté et lui faire ainsi face. Je m'emparai doucement de sa main, pour les poser liées entre nous et planter mon regard dans le sien. « De quoi as-tu peur ? » Lui demandai-je doucement, désireux de me pencher sur ses peurs à elle plutôt que sur mes craintes à moi. Au moins un court instant ...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Mar 1 Avr - 22:47

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

J’étais peut-être un peu moins perdue que Vitaly. Et cela se comprenait puisque, contrairement à lui, je n’avais aucun choix à faire. Il était évident que je gardais l’enfant. La question ne se posait même pas à vrai dire. Donc, de mon côté, je n’étais face à aucun dilemme. Juste face à mes peurs et doutes. Et c’était déjà suffisant ! Je n’osais d’ailleurs imaginer que ce que cela pouvait être pour Vitaly…  Et même si je n’avais aucun choix à faire, la situation était loin d’être simple. Je devais bien l’avouer, je paniquais un peu et ce pour plusieurs raisons… A commencer par le simple fait de devenir mère. Je ne m’y étais jamais vraiment préparée, puisque ni Vitaly, ni moi, ne souhaitions fonder une famille. Et puis… c’était tôt ! Enfin, je n’avais même pas 25 ans et me sentais presque trop jeune pour devenir mère… Mais ce n’était pas comme si j’avais le choix. Non. Si tout se passait bien, dans neuf mois, nous serons trois. Ou deux. Tout dépendait de Vitaly. Mais dans tous les cas, dans neuf mois, cet enfant serait là. Et rien que ces mois de grossesse m’effrayait. J’avais peur que cela se passe mal, que je sois imbuvable, que je ne vive pas la grossesse bien mais que j’en souffre – physiquement – ou tout un tas d’autres choses aussi farfelues les unes que les autres. Mais… c’était sans doute normal. Quelle femme, sur le point de devenir mère, ne s’inquièterait pas de sa grossesse et de son avenir avec le bébé ? Ce n’était pas pour rien que j’avais besoin de Vitaly. En réalité, ce n’était pas tant pour qu’il ramène un salaire à la maison, ou qu’il m’aide à m’occuper du bébé… C’était à la fois pour que cet enfant grandisse avec un père. Et aussi pour que je ne me retrouve pas seule.

Déjà que j’appréhendais cette grossesse et le fait de devenir mère, si, en plus, je me retrouvais seule pour gérer cela… non, vraiment, je ne pouvais m’imaginer une chose pareille ! Parce que pour le moment, je n’étais pas totalement rassurée et estimais que seule sa présence parviendrait à me calmer. J’avais besoin de lui, de son soutien… Exactement comme il avait besoin de moi en ce moment. Et, comme je n’avais moi-même pas envie qu’il m’abandonne, je faisais de mon mieux pour rester à ses côtés et le soutenir actuellement, ne doutant pas du fait qu’il ne savait plus où il en était. « De quoi as-tu peur ? » Je refermais mes doigts autour des siens et poussais un lent soupir. J’avais peur de plein de choses… Et en même temps, cela me paraissait normal et logique pour une première grossesse. Mais j’hésitais à vraiment lui en parler. Etait-ce utile ? Ne risquais-je pas de le faire davantage paniquer, voire même fuir ? Je le craignais. Et pourtant, puisque nous formions un couple, nous étions censés pouvoir tout nous dire, tout partager… « De plusieurs choses… Déjà, de te perdre… Et puis, peur de la grossesse, que ça se passe mal, de l’accouchement… Puis, peur de ce que ça sera après. J’ai peur de ne pas savoir faire les choses bien… Je m’étais pas préparée à ça… » soupirais-je doucement sans le quitter des yeux, venant finalement me blottir contre lui. « Et toi, de quoi as-tu peur, concrètement ? » Oui, il fallait qu’on en parle. Qu’il me dise les choses, et que je puisse tenter de le rassurer… Il n’y avait qu’ainsi qu’on pouvait faire avancer les choses. Enfin, essayer…




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Mer 2 Avr - 18:40

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


Je ne savais toujours pas comment j'étais supposé prendre cette annonce qui me faisait plus peur qu'autre chose. J'étais peu à peu en train de réaliser qu'avec ou sans moi, Lindsay allait garder cet enfant et l'élever. Nous avions pourtant toujours été d'accord sur le fait que nous ne voulions pas d'enfant tous les deux. Si j'avais un jour envisagé d'en avoir, j'en aurais eus quand Serena était tombée enceinte. Au lieu de ça, je l'avais laissé partir. Mais cette fois qu'en serait-il ? Pourrais-je trouver la force de simplement regarder Lindsay partir à son tour, enceinte de moi ? Est-ce que j'avais la force de la perdre à son tour au profit d'un enfant dont j'étais malgré tout le père ? Je n'étais vraiment sûr de rien. Je savais juste que je l'aimais comme un malade et ne pouvais pas imaginer ma vie sans elle. Mais d'ici à quelques mois, ça allait être elle et le bébé, ou rien du tout. Et je ne savais pas comment j'allais bien pouvoir faire face. Est-ce que j'en étais seulement capable ? Je ne le savais justement pas. J'allais avoir besoin de pas mal de temps quand même, pour pouvoir réfléchir à tout ça de façon rationnelle. Et ne surtout pas prendre la fuite sur un coup de tête. Ce dont j'étais parfaitement capable. Sans pour autant être un véritable impulsif, il m'arrivait de faire des choses assez soudaines quand je pensais que c'était mieux pour moi. Et là, ne pas élever cet enfant semblait encore être la chose la plus logique pour quelqu'un comme moi.

Lindsay fini par me rejoindre dans la chambre et je m'en sentais presque soulagé. Et ce, alors que j'aurais bien pu souhaiter passer un peu de temps seul pour réfléchir. Quoi que si ça avait été le cas, je me serais plutôt réfugié dans mon bureau, comme je savais si bien le faire en temps normal. Mais là, ce n'était mon but que de me mettre dans mon coin pour ressasser tout ça. Je savais qu'il ne pourrait rien en sortir de bon. Je fus donc content quand elle prit place à mes côtés et s'enquit de savoir si ça allait. « De plusieurs choses… Déjà, de te perdre… Et puis, peur de la grossesse, que ça se passe mal, de l’accouchement… Puis, peur de ce que ça sera après. J’ai peur de ne pas savoir faire les choses bien… Je m’étais pas préparée à ça… » Oh non elle ne s'y était pas préparée, je n'en doutais pas un instant. Tout comme moi d'ailleurs. Je ne m'étais vraiment pas préparé et à aucun moment, n'y avais même simplement pensé. Alors qu'elle venait se blottir tout contre moi, j'enroulai un bras autour de sa taille et laissai ma main reposer sur le lit dans son dos, mon regard rivé dans le sien. « Et toi, de quoi as-tu peur, concrètement ? » Oui, de quoi avais-je peur au juste ? De tellement de choses, que je ne savais même plus par quoi commencer. « De ne pas être fait pour être père. De ne pas avoir le temps de l'être. Que notre relation change et qu'on s'éloigne l'un de l'autre au profit de cet enfant. Que tu t'en ailles avec lui et me laisse sur le carreau. J'ai peur de te perdre. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Jeu 3 Avr - 18:04

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Je rejoins assez rapidement Vitaly, tout simplement car j’avais, moi aussi, besoin de lui pour me rassurer. Etant donné que je ne m’étais jamais vraiment préparée à l’éventualité de devenir mère, je gambergeais tout de même un peu. Bien moins que lui, certes, mais quand même un peu. Après tout, j’allais porter cet enfant pendant neuf mois. Et m’en occuper pendant bon nombre d’années… Et penser à tout cela me faisait malgré tout un petit peu peur. Ainsi, je ne me fis pas prier pour rapidement rejoindre Vit dans notre chambre. Sans forcément vouloir lui parler de tout ça… J’avais simplement besoin de me retrouver avec lui. Et aussi de savoir comment il allait… Je ne doutais pas un seul instant que tout cela était loin d’être évident pour lui. Et je voulais m’assurer qu’il allait quand même bien… Après une telle annonce, il devait être perdu, déboussolé, totalement perturbé… Ainsi, je ne tardais pas à lui demander si ça allait, avant de répondre à sa question, lui parlant rapidement de mes peurs. Toutefois, je finis par lui retourner la question, désireuse de savoir ce qui pouvait autant l’effrayer dans l’idée de devenir père. Je savais, et ce depuis toujours, qu’il ne voulait pas d’enfant. Que ça lui faisait peur. Mais je ne savais pas concrètement pourquoi… « De ne pas être fait pour être père. De ne pas avoir le temps de l'être. Que notre relation change et qu'on s'éloigne l'un de l'autre au profit de cet enfant. Que tu t'en ailles avec lui et me laisse sur le carreau. J'ai peur de te perdre. » J’acquiesçais doucement, comprenant bien son problème…

Pourtant, ses peurs étaient injustifiées. Je le connaissais suffisamment pour savoir qu’il ferait, malgré tout, un père formidable. Il n’y avait aucune raison pour qu’il ne le soit pas ! Concernant le temps, c’était un peu différent… Son travail comptait toujours autant pour lui, et je m’étais habituée à cela. Je le concevais d’ailleurs assez bien et estimais ne pas être trop chiante sur ce point. Mais, avec un enfant, les choses seraient sans doute un peu différente… Peut-être faudrait-il qu’il mette un peu de côté sa vie professionnelle pour s’occuper de cet enfant. Et encore, je ne comptais pas lui imposer quoi que ce soit à ce niveau là… Je m’estimerais déjà heureuse qu’il ait accepté cette paternité et ne lui en demanderait pas trop d’un coup… Mais peut-être que, de lui-même, il voudrait prendre plus de temps pour cet enfant… Je plantais alors mon regard dans le sien et le fixait avec attention. « Vit’… Jamais je ne partirai. C’est juste impensable… Je t’aime beaucoup trop pour partir, même avec cet enfant. Et quoi que tu en penses, je suis certaine que tu pourrais vraiment faire un bon père… Quant à ton travail, je sais que c’est quelque chose d’important pour toi. Mais il n’y a pas de raison que tu n’arrives pas à concilier vie professionnelle et vie de famille… Puis, concernant notre relation, il n’y a pas de raison que ça change tant que ça… Et encore mois qu’on s’éloigne. » expliquais-je d’une voix douce en espérant arriver à le réconforter un tant soit peu…



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Sam 5 Avr - 1:48

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


Si j'étais bien conscient de mes peurs diverses et variées, j'avais quand même un peu de mal à mettre des mots dessus. Ce n'était pas si simple que ça. Sans doute parce que je n'étais déjà même pas habitué à avoir peur de quoi que ce soit. Du coup, je n'avais aucune idée de comment j'étais supposé gérer ça. Alors je ne gérais pas vraiment. Au lieu de ça, je paniquais de plus en plus et avais sérieusement besoin que Lindsay me vienne en aide pour que je ne prenne pas une véritable crise de panique. Il ne manquerait plus que ça tiens. Mais non, elle était bel et bien là pour moi. Et ce, quand bien même le fait qu'elle avait tout de même ses propres peurs à penser et surtout à gérer. Je savais bien que pour elle aussi tout ça n'était pas simple. Mais je ne pouvais pas entendre raison juste comme ça. J'étais terrifié par ce qui était en train de nous arriver et j'avais besoin d'être rassuré. J'avais besoin de savoir qu'elle n'allait pas me quitter du jour au lendemain. Enfin, si vraiment ce n'était pas son but et si vraiment il n'y avait aucun risque que ça arrive. Or, ça, je l'ignorais complètement. Et dans le fond, je devais bien admettre que ça me dérangeait quelque peu. Pour la première fois depuis longtemps, il m'arrivait un truc que j'étais incapable de contrôler par moi même et de gérer tout seul. Il était donc normal que je sois un tant soit peu en panique me semblait-il.

Je fini donc par lui offrir toutes mes craintes, tant bien que mal, sur un plateau d'argent. Même si je n'étais pas certain que cela soit une bonne idée de lui révéler tout ça. Mais dans pis. Elle avait voulu savoir et maintenant, eh bien elle savait. « Vit’… Jamais je ne partirai. C’est juste impensable… Je t’aime beaucoup trop pour partir, même avec cet enfant. Et quoi que tu en penses, je suis certaine que tu pourrais vraiment faire un bon père… Quant à ton travail, je sais que c’est quelque chose d’important pour toi. Mais il n’y a pas de raison que tu n’arrives pas à concilier vie professionnelle et vie de famille… Puis, concernant notre relation, il n’y a pas de raison que ça change tant que ça… Et encore mois qu’on s’éloigne. » Je ne savais toujours pas que penser de tout ça, même maintenant qu'elle venait de tenter une explication. Je soupirai donc et fermai un instant les yeux dans l'espoir de retrouver pleinement mes esprits. Mais ce n'était pas franchement gagné. Notre sujet de conversation était trop complexe pour cela finalement. « Si je refuse cette paternité, tu partiras forcément avec cet enfant ... » Soupirai-je doucement, sans la quitter du regard. Je n'avais absolument aucun doute à ce sujet. Elle ferait exactement comme Serena avait fait quelques années plus tôt. Et je n'aurais alors que ce que je méritais. « Mais j'ai peur de ne pas avoir envie de bosser moins ... » Lui indiquai-je, plus bas.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Mar 8 Avr - 22:31

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Je ne voulais et ne pouvais pas laisser Vitaly, seul, à paniquer, après cette nouvelle. Je l’aimais vraiment trop pour le laisser seul, sachant très bien qu’il devait être complètement perdu et affolé par la situation. Je ne pouvais donc pas le laisser ainsi. Sauf qu’il me le demandait. Mais comme ce n’était pas le cas, j’en déduisais qu’il avait plutôt besoin de moi. Comme j’aurais eu besoin de lui, dans d’autres circonstances. Et puis, le laisser seul était impensable. Il risquait juste de commettre une erreur… A trop gamberger, j’avais peur qu’il préfère fuir, refuser cette paternité et me laisser seule avec cet enfant. Je me devais donc, en tant que compagne mais aussi par sécurité, de rester auprès de lui pour éviter qu’il n’agisse de manière stupide. Enfin, surtout irréfléchie. Peut-être que si j’étais là, à le rassurer tant bien que mal, il prendrait la décision de rester à mes côtés. Et pas de m’abandonner avec cet enfant… Oui, ce serait un véritable abandon. Car désormais, je n’avais que lui. La « famille » était un mot qui n’existait plus vraiment pour moi… Entre ma sœur, partie sans donner de nouvelles, et mes parents, qui ne s’étaient jamais réellement souciés de moi, ce n’était pas vraiment une famille idéale. Et puis, j’avais quitté le cocon familial pour m’installer avec Vitaly, sans la moindre période de transition, où j’aurais du vivre seule et me débrouiller par moi-même pour tout. Donc s’il ne voulait pas de cet enfant, et m’obligeait ainsi à le quitter, je me retrouverais véritablement seule. Et ça risquait d’être difficile, aussi bien financièrement que psychologiquement. Surtout avec l’arrivée de cet enfant. Tout cela me faisait peur… Affreusement peur. Mais pour l’instant, il était plutôt question de ses peurs à lui.

Je voulais comprendre ce qui l’inquiétait autant. Après tout, peut-être saurais-je trouver les mots justes pour le rassurer un tant soit peu et l’encourager à rester… Ou pas. Mais j’allais faire de mon mieux, ça coulait de source. « Si je refuse cette paternité, tu partiras forcément avec cet enfant ... » Oui, mais ce ne serait pas un choix… Plutôt la conséquence de sa décision. C’était horrible à dire, mais c’était ça. S’il ne voulait pas de cet enfant, que pouvais-je faire d’autre à part partir ? Rien. Et c’était bien ça, le problème. « Parce que tu ne m’auras pas laissé d’autre choix… » répondis-je doucement, bien consciente que mes propos n’allaient pas arranger les choses. Mais il ne fallait pas qu’il se fasse d’illusions. Tout dépendait de lui. De la décision qu’il allait prendre, quant à sa paternité. De mon côté, je n’avais pas la moindre intention de le quitter… Mais s’il ne voulait pas de l’enfant que je portais, je ne pourrais pas faire autrement. « Mais j'ai peur de ne pas avoir envie de bosser moins ... » J’eus presque un léger sourire amusé. Presque. Parce que dans le fond, la situation n’avait rien de drôle… Ni même d’amusant. Mais je trouvais ce deuxième argument, un peu léger. Ou du moins, je trouvais que cela était plutôt un détail… « Tu sais, si ce n’est que ça, ce n’est pas vraiment un problème… Je ne vais pas t’imposer quoi que ce soit. Encore moins de mettre ton travail de côté… Je sais l’importance que ça a pour toi… Donc tu n’aurais pas forcément à bosser moins… » Même si ce serait préférable, évidemment… Mais si déjà, il assumait son rôle de père, ce serait une très bonne chose. Je n’allais pas donc trop lui en demander d’un coup… Et clairement, je préférais qu’il reste avec moi, quitte à ce qu’il continue à bosser autant, plutôt qu’il refuse cette paternité et m’oblige à partir.




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Mer 9 Avr - 20:05

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


J'étais totalement perdu et vraiment effrayé par tout ce qui était en train d'arriver. Enfin 'tout' était un mot un peu excessif quand même. Puisqu'il n'était véritablement en train d'arriver qu'une seule chose. Une seule mais qui allait absolument tout chambouler et qui changerait toute la donne. Que l'on garde ou non cet enfant. Enfin, les choses étaient claires pour Lindsay qui, dans un cas comme dans l'autre, allait le garder coûte que coûte. Restait maintenant à savoir ce que je voulais moi, de mon côté. Oh bien sûr je préférerais nettement garder notre vie telle quelle et ne plus rien en changer. Mais c'était impossible et je le savais. Soit je perdais Lindsay au profit de cet enfant ... Soit on le gardait ensemble et on formait le genre de famille que j'avais toujours refusé de former jusqu'à présent. Parce que je me pensais incapable de ça. Pas du tout fait pour mener une telle vie. Maintenant, je ne savais plus. La seule chose de laquelle j'étais certain pour le moment, c'est que j'aimais beaucoup trop Lindsay pour la laisser s'en aller. Ou pour la quitter. L'idée m'était insupportable. Je ne le voulais pas. Vraiment pas. J'allais donc devoir accepter cet enfant. Je n'avais pas trente six autres solutions non plus. Alors ça semblait être la meilleure. Et pourtant, la peur était toujours profondément ancrée en moi et c'était limite si je ne faisais pas une crise de panique quand je pensais à tout ça. A la vie que nous finirions par mener à ... Trois.

« Parce que tu ne m’auras pas laissé d’autre choix… » Je lâchai un léger soupir à cette remarque. Mouais. C'était quand même plus facile de me faire comprendre que ce serait uniquement de ma faute et pas le moins du monde de la sienne. En un sens, ce n'était pas tout à fait faux. Après tout, elle n'avait pas choisi de tomber enceinte. Mais quand même. C'était frustrant pour moi. Frustrant de savoir que je n'avais pas tant de choix que ça en réalité. « La seule chose que je voulais, c'était t'avoir toi et toi seule. » Soupirai-je doucement. Elle et elle seule. Et non pas elle avec un enfant en plus. Ca ne cadrait pas du tout avec la vision que je m'étais faite de notre couple. Ca ne cadrait pas du tout avec mes envies véritables. « Tu sais, si ce n’est que ça, ce n’est pas vraiment un problème… Je ne vais pas t’imposer quoi que ce soit. Encore moins de mettre ton travail de côté… Je sais l’importance que ça a pour toi… Donc tu n’aurais pas forcément à bosser moins… » Là par contre, je devais bien dire que j'étais sacrément surpris. Ca ne la dérangerait pas, que je ne change pas du tout au tout pour le bien être de cette famille ? Vraiment pas ? J'étais tellement surpris, que je me redressai en appuie sur un coude pour chercher son regard du mien malgré l'obscurité. « Vraiment ... ? Ca ne ferait pas de moi un père et petit ami horrible ? Absent ? » Est-ce que je me souciais du bonheur de cet enfant ? Oui, quelque part, oui. C'était obligé. Pas forcément parce qu'il était mon enfant. Mais parce qu'il serait un enfant tout court. Et qu'aucun enfant ne méritait d'être malheureux.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Mer 9 Avr - 22:26

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Lorsque se posait la question de mon départ, avec cet enfant, s’il refusait cette paternité, je finis par dire que cela serait finalement un peu sa faute. J’allais garder cet enfant, c’était une évidence. Libre à Vitaly de rester avec moi et cet enfant, ou de partir. Enfin, refuser cette paternité et mettre donc fin à notre histoire. Il avait toutes les cartes en main et notre avenir dépendait uniquement de lui. De mon côté, hormis le rassurer et faire de mon mieux pour le convaincre qu’il pouvait être un bon père, je ne pouvais rien faire d’autre. Et en lui faisant comprendre cela, je risquais de le braquer, lui faire faire trois pas en arrière, je le savais bien. Mais je voulais qu’il comprenne que en aucun cas, je comptais vraiment le quitter. Mais s’il ne voulait pas de cet enfant – donc, par conséquent, plus de moi – je n’aurais pas d’autre choix que de partir. Cela semblait logique… « La seule chose que je voulais, c'était t'avoir toi et toi seule. » Je soupirais doucement à cette réponse. Il ne m’apprenait rien là. Mais il était désormais trop tard… Cet enfant était là – enfin, le serait véritablement d’ici neuf mois – et il ne pourrait donc plus m’avoir « seule ». « Je sais… » répondis-je dans un soupir… Que pouvais-je faire de plus ? Rien. Strictement rien. Et petit à petit, je comprenais qu’il avait aussi peur que cet enfant nous éloigne. Et nous empêche de nous comporter comme un véritable couple. A croire que nous allions seulement être des parents, et que plus rien ne serait pareil entre nous…

Puis, il fut question de son travail. Lorsqu’il évoqua sa peur de ne pas trouver la force de travailler moins pour s’occuper de cet enfant, j’insinuais que ce n’était peut-être pas fondamental. En travaillant de chez moi, je pourrais m’occuper de notre enfant toute la journée. Et même si, bien sûr, j’aurais préféré le voir comme un père présent, je ne pouvais pas lui imposer quoi que ce soit. Tant qu’il ne nous délaissait pas totalement… Et ça, c’était certain qu’il ne le ferait pas. S’il assumait cette paternité, j’étais presque certaine qu’il prendrait, petit à petit, tout son rôle de père. Et que de lui-même, il voudrait sans doute moins travailler pour être avec nous… Enfin, je l’espérais. Et quand bien même ce ne serait pas le cas, il ne serait pas totalement absent non plus… C’était ce qui comptait. Et je vis bien, à sa réaction, que ma réponse venait clairement de le surprendre. « Vraiment ... ? Ca ne ferait pas de moi un père et petit ami horrible ? Absent ? » Il fallait savoir faire certaines concessions et sacrifices… Si lui, acceptait de devenir père, je devais bien pouvoir accepter qu’il continue de passer du temps au travail, non ? « Tant que ça reste raisonnable… Comme actuellement… A peu près… Tant que tu ne nous abandonne pas totalement, ça me va. Je sais que, si tu acceptes cette paternité, tu prendra déjà beaucoup sur toi… Je ne vais pas, en plus, te demander de mettre ton travail de côté. Et je ne vois pas en quoi ça ferait de toi un père de famille horrible et absent… Après tout, tu ne serais pas le premier père à travailler toute la journée… Evite juste de faire de journée de 18 heures… » répondis-je d’un ton calme et rassurant. S’il faisait des journées « normales » de travail, il ne serait pas pire que n’importe quel autre parent… Je ne pouvais donc rien lui reprochait. Il fallait juste qu’il reste raisonnable et soit tout de même un peu présent pour nous.




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Sam 12 Avr - 19:20

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


S'il y avait bien une chose de laquelle j'étais tout à fait certain, c'est bien que j'aimais Lindsay et ne parvenais pas à imaginer ma vies ans elle. Ca me semblait juste complètement dingue ça. Comment le pourrais-je ? Nous étions ensemble depuis une éternité me semblait-il. Et vivre sans elle ... Non, c'était vraiment au dessus de mes forces. Je ne le voulais et ne le pouvais pas, c'était aussi simple que cela. Mais je n'allais pas pouvoir continuer à l'avoir à moi et rien qu'à moi. C'était le message qu'elle me faisait maintenant passer. Et ce serait obligatoirement ainsi, parce qu'elle attendait un enfant et que l'idée de ne pas le garder n'était absolument pas à l'ordre du jour et totalement impensable; Je pouvais parfaitement comprendre ça dans le fond. Pour la simple et bonne raison que sans être vraiment un meurtre, ce n'était pas bien loin non plus. J'avais un peu -pour ne pas dire beaucoup en réalité- de mal à envisager la vie à trois. Mais ce n'était pas comme si j'allais avoir d'autre choix que celui là. Oui j'étais terrifié et non je ne me sentais pas tout à fait prêt à chambouler à ce point ma vie. Mais vivre sans Lindsay, c'était encore pire pour moi. L'idée seule me dérangeait terriblement et je n'arrivais même pas à l'envisager et à tenter de deviner ce que ça pourrait bien donner. Vivre sans Lindsay ou vivre à trois. Être père ou redevenir célibataire. C'était les deux seuls choix qui s'offraient à moi à partir de maintenant. Et je n'avais que quelques mois pour décider ...

Lindsay tentait de me faire entendre raison et me rassurer concernant le fait que je pourrais continuer de pas mal travailler. Que ce n'était pas vraiment utile que je ralentisse complètement la cadence. Même si je savais que je n'allais quand même pas pouvoir abuser comme il m'arrivait de le faire à certaines périodes. J'étais toujours plus raisonnable que par le passé. Mais est-ce que ça serait assez une fois notre bébé arrivé ? Bon sang, je n'arrivais pas à le savoir et étais totalement perdu par tout ça. « Tant que ça reste raisonnable… Comme actuellement… A peu près… Tant que tu ne nous abandonne pas totalement, ça me va. Je sais que, si tu acceptes cette paternité, tu prendra déjà beaucoup sur toi… Je ne vais pas, en plus, te demander de mettre ton travail de côté. Et je ne vois pas en quoi ça ferait de toi un père de famille horrible et absent… Après tout, tu ne serais pas le premier père à travailler toute la journée… Evite juste de faire de journée de 18 heures… » Même s'il m'était déjà arrivé de faire des journées incroyablement longues, ça restait assez rare et c'était uniquement quand vraiment j'étais surchargé de boulot à la boîte. Autrement, ce n'était pas une habitude. Et le bonheur de la retrouver le soir, me retenait complètement de faire ça de façon régulière de toute façon.? Bon sang, je n'arrivais pas à le savoir et étais totalement perdu par tout ça. « Pour l'instant, c'est de toi que je ne peux pas me tenir éloigné trop longtemps. » Lui soufflai-je d'une voix douce, avant de la faire rouler sur le lit pour l'allonger dos à moi et venir me coller contre elle, enroulant un bras autour de son corps, ma joue sur ses cheveux étalés sur l'oreiller.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Mar 15 Avr - 23:00

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Pour moi, le fait d’avoir un enfant ne changeait en rien ma relation avec Vitaly. Enfin, s’il acceptait cet enfant, bien sûr. Mais je n’avais pas l’impression que cela changerait quoi que ce soit. Et encore moins, nous éloignerait. Même si nous devenions parents, cela ne nous empêcherait pas de demeurer un couple. Evidemment, notre vie serait un peu différente. Nous aurions peut-être un peu moins de temps rien qu’à nous… Mais nous nous apprêtions à vivre d’autres moments, tout aussi singuliers et forts. C’était une nouvelle vie qui s’offrait à nous… Mais cela ne changerait rien à l’amour que nous pouvions avoir l’un pour l’autre. Ni notre relation en elle-même. Je ne pouvais vraiment pas imaginer un avenir dans lequel Vitaly ne compterait plus pour moi… Ce n’était pas parce que nous nous retrouverions à trois, que j’allais le laisser de côté. Non, certainement pas. Mais de toute évidence, je ne pourrais pas non plus me consacrer entièrement à lui. Il allait falloir trouver un juste milieu dans lequel nous nous plairons tous. Et même si ce n’était pas gagné, j’étais certaine de pouvoir, un jour ou l’autre, y parvenir. Enfin, cela n’était bien évidemment valable qu’à une condition… Qu’il accepte de devenir père. Et je savais que ce n’était pas joué d’avance. Cette vie à trois lui faisait affreusement peur. A moi aussi d’ailleurs… Mais contrairement à lui, je n’avais pas vraiment le choix. Avorter était impensable alors, je n’avais qu’une solution, le garder. Et clairement, je ne me voyais pas vivre cela seule. Déjà qu’avec lui, j’aurais sans doute des moments de peur, de doutes… Seule, je craignais de ne pas m’en sortir. C’était, entre autres, pour cela que j’espérais réellement qu’il allait rester. Vivre cette grossesse et cette maternité seule, sans personne pour m’épauler serait difficile. Et puis, je l’aimais beaucoup trop pour imaginer continuer ma vie sans lui.

Mais ce qui semblait finalement l’inquiéter, c’était son travail. Toujours le travail… Et cette fois-ci, il avait peur de ne pas arriver à se détacher de son boulot et de faire un père et compagnon horrible. Je tentais toutefois bien vite de le rassurer, lui expliquant que jamais je ne comptais lui demander de réduire ses heures. Parce que j’allais sans doute moins bosser les premiers temps, et que nous aurions une bouche de plus à nourrir. Il allait donc de soi qu’il fallait tout de même que l’argent rentre. Et puis, je ne pouvais tout simplement pas lui imposer cela. Si déjà, il acceptait cette paternité, ce serait un grand pas. Et je ne prendrais pas le risque de lui demander autre chose. Encore moins de faire des concessions concernant son travail. Je savais à quel point cela comptait pour lui et préférais le laisser tranquille à ce sujet. Et puis, comme je lui fis si bien remarquer, il ne serait pas le premier père à travailler… Je sous-entendis donc que ça ne serait pas un problème. Enfin, sauf s’il passait vraiment tout son temps au boulot. Mais ce n’était déjà pas son genre… Enfin, il faisait des efforts pour être plus présent. Il n’y avait donc aucune raison que cela change. « Pour l'instant, c'est de toi que je ne peux pas me tenir éloigné trop longtemps. » Je plissais légèrement le nez et vins lui voler un rapide baiser avant de me retourner, comme il m’incitait à le faire. Une fois dos à lui, je soupirais légèrement en sentant son corps contre le mien. « J’aime t’entendre dire ça… » confiais-je d’une voix douce, fermant lentement les yeux afin de profiter pleinement de la chaleur de son corps contre le mien et de cette douce étreinte.




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Jeu 17 Avr - 18:56

<
Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


J'étais toujours sous le coup de la surprise de l'annonce de la grossesse de Lindsay. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que je ne savais toujours pas quel serait mon choix. Evidemment, je ne pouvais pas vivre sans elle. Mais serais-je capable d'accepter de vivre avec un bébé en plus? Rien n'était moins sûr. En tout cas pour le moment, la réponse était plutôt négative. Je n'avais que trop peur d'envisager une vie à trois, pour pouvoir penser que je finirais par entendre raison. Mais dans le fond je n'étais pas devin et ne pouvais donc pas savoir si à un moment ou à un autre au cours de la grossesse, je n'allais pas tout simplement revenir sur ma décision. Sans doute que l'idée de perdre celle que j'aimais allait m'être tellement intolérable, que je serais dès lors prêt à tout accepter. Vraiment tout. Même un enfant alors que je n'étais pas grand fan des mioches. Mais surtout des mioches chez moi ! Je ne voyais même jamais mon neveu et ma nièce. C'était dire à quel point je pouvais ne pas apprécier les enfants. Sans pour autant les détester non plus. Je m'en foutais un peu. Sans être un monstre à leur égard quand je les croisais de ci ou de là. Chez les gens, c'était très bien. Mais chez moi ... Non, chez moi, je n'avais tout bonnement jamais imaginé une telle chose. Et je savais qu'il en allait de même pour Lindsay. Qu'elle aussi n'avait jamais vraiment envisagé d'avoir un enfant. Mais maintenant, elle semblait se sentir plus ou moins prête.

Même si je ne doutais pas que dans le fond, elle était terrifiée. Et que c'était l'une des nombreuses raisons pour lesquelles elle ne saurait vivre sans moi, cette grossesse. Mais deux gens terrifiés par l'arrivée à venir d'un bébé ... Comment faire face ? Se soutenir, ça oui. Mais ça n'allait pas être simple du tout, je n'en doutais pas. Enfin pour ça, encore faudrait-il que j'accepte cette paternité. Ce qui n'était pas encore gagné, qu'on se le dise bien ! Mais comme il s'agissait tout de même de Lindsay, c'était à réfléchir. Oh j'avais réfléchis pour Serena aussi. Sauf qu'elle était partie avant même que je ne prenne une décision ferme. Qu'aurais-je décidé si elle m'en avait laissé le choix ? Encore aujourd'hui, je n'étais pas capable de le savoir. Mais je ne me posais plus véritablement la question alors que je partageais ma vie avec Lindsay. Lindsay contre laquelle j'étais actuellement couchée et que je fis se tourner dos à moi pour pouvoir la prendre dans mes bras en collant agréablement mon corps au sien. « J’aime t’entendre dire ça… » Je souris faiblement et enfouis mon visage dans son cou en prenant une lente inspiration et prenant ainsi une bouffée de son parfum délicat, que j'aimais tant. « Et moi je t'aime toi. » Soufflai-je d'une voix douce en raffermissant mon emprise avant de laisser le sommeil me faucher peu à peu. Il n'était plus vraiment temps de réfléchir à des choses trop sérieuses.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Dim 20 Avr - 16:49

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

J'osais espérer que son amour pour moi était bien plus fort que la peur de devenir père. Sinon, il y avait réellement de fortes chances pour qu'il préfère prendre la fuite. Et clairement, une telle attitude me ferait profondément souffrir. Notamment car cela signifierait qu'il ne m'aimait pas autant que je l'aimais. Ni même autant que je le croyais. Car, de mon côté, j'étais tellement amoureuse que j'étais prête à tout faire, tout accepter, pour lui. Et même s'il disait m'aimer, le fait qu'il puisse hésiter sur la décision à prendre m'en faisait légèrement douter. Et je tomberais vraiment de haut s'il partait. Parce que cela signifierait qu'il ne m'aimait pas réellement. Du moins, pas autant. Et ça, ce serait quelque chose que j'aurais sans doute du mal à digérer. S'il pouvait réellement envisager de me quitter à cause de cet enfant, cela prouvait bien que je ne comptais pas véritablement pour lui. Et c'était le genre de choses que je pourrais difficilement oublier. Mais pour le moment, je ne savais pas vraiment de quel côté penchait la balance. Il demeurait avec moi, désormais calme et aimant. Juste un peu inquiet. Même s'il n'avait rien dit à ce sujet, j'avais l'impression que c'était plutôt positif. Mais peut-être me trompais-je lourdement... Peut-être qu'il envisageait malgré tout de me quitter. Enfin, de refuser cette paternité. Et donc, de faire ainsi voler notre couple en éclat. Ce serait quand même sacrément con, non ? Nous avions, à une époque, franchi tous les interdits pour nous voir et il suffirait que je tombe enceinte pour que tout ce que nous avions construit – avec difficulté – soit détruit ? Ce serait du gâchis. Et plus de cinq années de ma vie que j'avais perdu. Mais soit... Nous n'en étions pas encore là. Et j'espérais bien ne jamais y arriver.

Pourtant, même si j'essayais de faire face et de le convaincre que tout allait bien se passer, j'étais terrifiée. Et j'avais plus de raisons que lui de l'être. Après tout, cet enfant, c'est moi qui allait le porter pendant les neufs prochains mois. Et qui allait m'en occuper durant les prochaines années. Ce n'était pas rien ! Et ça m'inquiétait quand même un peu... Surtout que j'avais tout juste l'impression, moi-même, de sortir du cocon familial. Cela ne faisait que quelques petites années que je ne vivais plus chez mes parents. C'était donc – à mon goût – particulièrement rapide. Et donc effrayant. Mais je n'avais pas d'autre choix que d'accepter cette nouvelle vie. Et j'avais vraiment besoin que Vitaly fasse de même pour ne pas que je me retrouve seule. Déjà qu'avec lui, cela risquait d'être parfois compliqué, alors sans.... Ce n'était pas imaginable. « Et moi je t'aime toi. » J'esquissais un léger sourire en fermant les yeux. Puisque justement, il m'aimait, il n'allait pas me laisser tomber, hein ? C'était logique. Le principe même de l'amour... Je tentais tant bien que mal de me réconforter, de me persuader que ça pouvait le faire. Mais je ne savais que trop bien à quel point Vitaly pouvait être indécis et prêt à tout quitter lorsqu'il s'agissait de devenir père. Il l'avait fait une fois.... C'était donc qu'il pouvait le refaire encore. « Je t'aime aussi... » soufflais-je en me laissant doucement emporter par le sommeil, réellement fatiguée après tant d'émotions.



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Lun 21 Avr - 19:19

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


Moi qui pensais pouvoir trouver le sommeil rapidement et dormir toute la nuit d'une traite, sans aucun souci, je fus bien vite déçu bien sûr. Ce n'était pas tout à fait ainsi que ça marchait. Je parvins à m'endormir, ça oui. Mais quelques rêves trop mouvementés à mon goût, finirent par me tirer du sommeil. Une fois. Deux fois. Et une petite troisième. Et à tous les coups, je peinais à m'endormir à nouveau. Il me fallait de longues minutes pour ça. Quant à la teneur de mes rêves, était-il vraiment important que je les explique ? Ils portaient évidemment tous sur le changement dans ma vie, qui se profilait à l'horizon. Je voyais des bébés de partout. Vraiment de partout ! Et dans un de mes rêves, Lindsay était assise sur le canapé, tout sourire, avec un bambin dans chaque bras, un autre sur les cuisses et de autres, de chaque côté d'elle. Bref. De véritables cauchemars qui me poussèrent à me réveiller à mainte et mainte reprises. Non, rien de drôle à tout ça. J'étais terrifié. Ca ne pouvait tout simplement pas se passer ainsi. Je le refusais catégoriquement. Elle n'allait quand même pas nous pondre cinquante gamins, hein ? Putain et si elle portait des jumeaux !? Ou pire, des triplés ? Des quadruplés ! NOM DE DIEU ! Essoufflé et en sueur, je rouvris les yeux pour la énième. Cette fois ci, impossible de retrouver le sommeil. Un bref coup d'oeil en direction de mon radio réveil, m'apprit qu'il était sept heures. Un peu tôt en week end mais tant pis.

Je me dégageai lentement du lit en tentant de ne surtout pas la réveiller. Elle était peut-être fatiguée avec cette grossesse, j'en savais rien. Oh bon sang grossesse, grossesse, grossesse ! Je tentai de tout oublier de ma frustration et début de colère contre la vie elle même, en allant m'enfermer dans la cabine de douche. L'eau que je laissais couler sur mon corps, était froide. Dans l'espoir d'achever de me réveiller rapidement et me secouer un peu les méninges. Ca faisait du bien finalement. Et j'avais les idées un peu plus claires déjà, quand je quittai la salle de bains, vêtu d'un tee shirt blanc et d'un pantalon en toile beige. Je pris le soin de fermer doucement la porte de la chambre, pour ne surtout pas réveiller Lindsay. Avant de filer dans la cuisine pour préparer le petit déjeuner. Au vu de l'heure, il était préférable que je prenne un truc bien consistant, pour tenir jusqu'à midi. Je préparai donc de quoi faire des pancakes et fis même une omelette. Je n'avais pas particulièrement faim. Mais je n'avais pas non plus sommeil. J'étais encore légèrement dans le brouillard après notre conversation de la veille au soir et la dizaine de rêves qui m'avait empêché de trouver le repos tout au long de cette nuit presque trop courte pourtant. Tant de rêves en si peu de temps. C'était seulement la preuve -comme s'il en fallait une- que de nombreuses choses me tourmentaient.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Mar 22 Avr - 22:36

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Même si je trouvai facilement le sommeil, ce dernier fut de courte durée. Je m’étais réveillée en bon nombre de fois, cette nuit-là. A la fois parce que je sentais Vitaly s’agiter à mes côtés – sans doute car lui non plus, ne trouvait pas le sommeil – mais aussi car moi-même, je m’inquiétais. Et c’était surtout cette peur et ce souci qui me réveillaient régulièrement. Toutefois, tant d’émotions en une journée m’avaient réellement épuisé. Si bien que je finis par réellement m’endormir. Et ce ne fut qu’au petit matin que je me réveillais finalement. Cela faisait d’ailleurs un bien fou de parvenir enfin à dormir ! Même si ma nuit avait été, au final, assez courte. Ce fut donc avec une douce odeur de pancakes que je me réveillais. J’en déduisais d’ailleurs bien assez tôt que si le lit était vide, c’était tout bonnement car Vit s’était mit derrière les fourneaux. Pas qu’il avait fuit au petit matin, effrayé par cette grossesse. Parce que j’aurais réellement pu penser ça. Oui, me réveiller et ne pas le voir à me côtés m’aurait effrayé. Heureusement, je l’entendais, à quelques mètres de la chambre, s’affairer dans la cuisine. Et pour le moment, je pouvais m’estimer heureuse. Aucune nausée. Rien. Au contraire, cette odeur me donnait juste faim. Ce fut donc après quelques minutes supplémentaires à me prélasser dans notre lit, que je me levais et le rejoignais aussitôt dans la cuisine. « Salut… » lançais-je en m’avançant vers lui pour déposer un bref baiser sur ses lèvres avant de jeter un coup d’œil à ce qu’il avait préparé. Beaucoup de choses. Surtout vu l’heure. Il n’était pas bien tard et il avait donc du se lever assez tôt, pour avoir le temps de préparer tout ça.

« Tu t’es levé tôt, je suppose ? Mal dormi ? » demandais-je en me doutant de ce qui avait bien pu le réveiller. Je l’avais senti s’agiter à certains moments de la nuit. Et je ne doutais pas une seule seconde que cela était clairement lié à l’annonce de ma grossesse. Cela le perturbait. C’était évident… Et c’était tout à fait compréhensible. Tout comme cela l’était que je sois, moi aussi, perturbée. Je n’avais pas si bien dormi que ça… Et je devais bien l’avouer, cette grossesse m’inquiétait quand même un peu. Mais soit. Je ne voulais pas en rajouter une couche. Et je tentais de prendre un peu de recul. De toute façon, j’allais garder cet enfant. M’inquiéter ne changerait pas la donne… Je pris alors place à table, commençant à me servir. « Comment tu vas ? » demandais-je avec prudence, me doutant qu’il était toujours autant dans le flou que la veille. On dit que la nuit porte conseil, mais je n’étais pas certaine que cela soit aussi simple. Pas pour lui dans de telles conditions en tout cas ! Tout n’allait malheureusement pas se régler en une nuit… Je levais alors mon regard vers lui, dans l’attente d’une réponse, cherchant à déceler la moindre petite expression sur son visage. Et je tentais de me préparer à toutes les éventualités possibles. A toutes les réponses. A toutes les décisions qu’il pourrait prendre. Même s’il était encore là et ne manifestait pas une réelle envie de partir… On ne sait jamais. Je préférais m’y préparer, plutôt que de tomber de haut en apprenant sa décision.



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Mer 23 Avr - 18:52

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


J'étais tourmenté et sacrément agité. Une chose à côté de laquelle Lindsay ne risquait très certainement pas de passer, c'était certain. Mais le fait est que je ne pouvais pas totalement garder le contrôle sur mes émotions. Ce n'était pas faute d'essayer pourtant ! Mais c'était comme ça. Après une nuit très agitée au cours de laquelle je n'avais eus de cesse d'être réveillé par des rêves et cauchemars en tous genres mais qui tournaient toujours autour de la grossesse de Lindsay, je fini par me lever très tôt et déserter notre chambre. J'avais vraiment besoin de m'agiter, pour moins penser. Raison pour laquelle j'entrepris de nous préparer un sacré petit déjeuner. Je faisais sans doute bien plus que ce que nous allions manger tous les deux. Quoi que maintenant, elle mangeait pour deux. Ah non ! Non, surtout pas ce genre de pensée ! Pas maintenant ! Il était trop tôt dans la journée, pour pouvoir supporter de faire face à ces songes là. Quand elle me rejoignit dans la cuisine, je ne répondis pas à voix haute mais lui offris un sourire attendri avant de répondre à son bref baiser. Je me détournai ensuite pour terminer la mise au point de notre premier repas de la journée. « Tu t’es levé tôt, je suppose ? Mal dormi ? » Mon sourire se fana quelque peu à ses questions. Les réponses semblaient plutôt évidentes. Et je ne doutais pas qu'elle les connaissait déjà parfaitement, dans le fond. Je gardai le silence durant quelques secondes, par crainte de parler trop vite et dire une connerie tout simplement.

« Ca doit faire une heure que je suis réveillé, oui. Et ... Bof, ça va, sans plus. » Tentai-je pour toute réponse, en lui offrant cette fois ci un léger sourire qui se voulait rassurant. Rien d'alarmant de mon côté, non plus. Je ne comptais pas lui annoncer que je voulais me faire la malle dans les heures à venir. Si c'était ce qu'elle craignait. Ce que je comprendrais d'ailleurs, au vu de mon comportement de la veille à peine. Elle savait que j'étais terrifié à l'idée d'être père et que c'est la raison pour laquelle j'étais si mal en cet instant et depuis l'annonce de cette grossesse. J'avais toujours peur de la perdre, également. Sauf que le choix était mien. Plus ou moins. Je n'en avais pas trente six non plus, malheureusement. J'aurais nettement préféré, bien sûr. « Comment tu vas ? » Cette question là semblait plus précise et attendait sans doute une réponse claire et nette. Une vraie réponse. Pas un truc qui tournait autour du pot comme ce que j'avais fais un peu plus tôt. « Ca pourrait aller plus mal. Et toi ? » Finis-je par lâcher, en lui souriant de nouveau et en m'installant à table quand tout fut près. Bon, ok, je tournais encore autour du pot. Mais il n'était pas non plus nécessaire de parler de ça, maintenant, si !? Au petit déjeuner !? Non ça pouvait attendre quelques heures. Voir quelques jours. Nous n'étions pas à ça près me semblait-il. Tranquillement, je me servis un bol de café et approchai du bol de Lindsay, mais interrompis mon geste pour lui lancer un regard interrogatif. Une femme enceinte, ça buvait du café !?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Jeu 24 Avr - 22:05

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Justement parce que j’avais passé une nuit agitée, étant moi-même inquiète au sujet de cette grossesse, je ne me pressais pas pour me lever. Puisque nous étions en week end, j’avais tout mon temps de libre. Et ce fut pour cela que je restais encore un peu au lit, me prélassant un moment avant de me lever, attirée par l’odeur de cuisine. Et puis, j’avais aussi envie de retrouver Vit’ et de savoir comment il allait. Je n’attendais pas de sitôt une réponse quant à sa décision. Mais je voulais voir comment il vivait cela, comment il le ressentait après une nuit de sommeil. Peut-être était-ce mieux ? Ou pire… Ainsi, je le rejoins finalement dans la cuisine où je constatais avec grand plaisir qu’il avait tout préparé pour un bon petit-déjeuner. D’ailleurs, j’adorais quand il prenait ce genre d’initiative et me chouchoutais de la sorte. Cependant, je ne m’attardais pas sur la contemplation de ce qu’il avait préparé et vint plutôt lui voler un bref baiser, l’interrogeant ensuite sur la nuit qu’il avait passé. Je me doutais bien qu’il avait mal dormi. Je l’avais un peu s’agiter. Et même sans cela, je doutais qu’il puisse bien dormir après une telle annonce. « Ca doit faire une heure que je suis réveillé, oui. Et ... Bof, ça va, sans plus. » J’esquissais une légère moue à sa réponse. Je n’aimais vraiment pas le voir comme ça. Et c’était bien pire en sachant que c’était, en quelques sortes, de ma faute. Pas directement, certes… Mais  je portais l’objet de ce malaise chez lui. Je lui demandais ensuite comment lui allait. C’était plus précis et je faisais clairement allusion à la manière dont il vivait cette grossesse. Même si je doutais que les choses aient réellement pu changer depuis la veille…

« Ca pourrait aller plus mal. Et toi ? » Sa réponse ne me rassurait pas tant que ça. A vrai dire, elle ne m’aidait pas du tout et avait fait tout autant d’effet que s’il n’avait pas répondu. Mais soit. Je venais à peine de me lever, il était encore tôt et je n’avais pas vraiment envie de créer de nouvelles tensions en mettant, de bon matin, ce sujet si délicat sur le feu. J’haussais donc simplement les épaules en m’attablant. « Ca peut aller… » Je lui adressais alors un léger sourire rassurant, tandis qu’il me rejoignait et entreprit de nous servir du café. Et alors que je me préparais une tartine, je le vis s’arrêter dans son geste, juste avant de verser le café dans mon bol. A l’air interrogatif qu’il avait, je compris sans mal ce qu’il se passait. Et je ne pu retenir un léger sourire amusé. « C’est l’alcool qui est interdit… Pas le café. » soulignais-je d’un ton vaguement moqueur. Une fois servie, je commençais à me nourrir, appréciant un tel repas. J’avais plutôt faim ce matin. Et besoin de forces aussi. Ce petit déjeuner allait donc me faire le plus grand bien… « Tu avais prévu quelque chose, aujourd’hui ? » demandais-je alors, changeant totalement de sujet. Oui, ce n’était pas parce que j’étais enceinte que nous allions sans cesse parler bébé. J’avais aussi besoin de mener une vie normale et de me changer les idées…





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Ven 25 Avr - 18:36

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


Tout n'allait pas rentrer dans l'ordre, du jour au lendemain, c'était une certitude ! Surtout que là, pour le coup, le sujet était assez grave et méritait vraiment la réflexion. Je ne pouvais pas affirmer à Lindsay que tout finirait bien et que j'allais accepter cet enfant, tant que je n'étais pas sûr de ça; Il ne manquerait plus que ça, tiens, que j'accepte ce môme et finisse par me rétracter à un moment ou à un autre. Non vraiment, il en était juste hors de question. Je préférais prendre mon temps pour réfléchir à tout ça. C'était la seule chose à faire dans le fond. La seule qui soit correcte. Vis à vis d'elle, de moi, de notre enfant, de notre couple aussi. Et je prendrais le temps qu'il fallait, avant de prendre une décision qui serait alors définitive. Pour l'instant, l'idée de la perdre m'était juste complètement insupportable ! Je n'y pensais même pas ! Et là tout de suite, j'étais en train de nous préparer un sacré petit déjeuner, quand elle me rejoignit dans la cuisine. elle semblait méfiante et sur le qui vive. S'attendait-elle donc à ce que je lui annonce mon départ programmé pour dans la journée !? A son expression, c'était ce qu'elle semblait penser oui. Ou pas loin en tout cas. Ce n'était pourtant pas du tout ce que je comptais faire. Pas pour l'instant du moins ... J'ignorais de quoi seraient faits les jours à venir ...

« Ca peut aller… » Bizarrement, ses mots sonnaient aussi faux que les miens. Je savais qu'elle avait besoin de m'entendre dire que ma décision était prise et que, forcément, je restais. Mais je ne pouvais pas lui faire une promesse que je n'étais toujours pas certain de tenir. Je me contentai donc d'un faible sourire et hochai vaguement la tête. C'était tout ce que je pouvais faire pour le moment. Pas folichon, je le savais bien... Mais mieux que rien. Une fois que nous eûmes pris place autour de la table du petit déjeuner, je proposa du café à Lindsay, sans savoir si c'était ou non autorisé au cours d'une grossesse. « C’est l’alcool qui est interdit… Pas le café. » regard fixé sur elle, je crispai quelque peu les mâchoires. Est-ce qu'elle moquait ? elle trouvait ça drôle ? Moi pas franchement. Surtout que je venais quand même d'avoir une pensée pour cette grossesse. Une pensée qui n'avait pas été négative ! Bon, pas plus positive que ça non plus. Mais quand même. « Excuse moi, je n'ai pas encore pris la peine de lire le manuel des femmes enceintes. » Commentai-je sur un ton narquois, en lui remplissant enfin son bol, de café. Sans un mot de plus, je reposai la cafetière avant de mettre du sucre et du lait dans mon propre bol. « Tu avais prévu quelque chose, aujourd’hui ? » Je mordis dans un fruit sans réel appétit, et haussai les épaules. Oh j'avais envisagé un tas de trucs chouette à faire en couple. Mais là, maintenant, tout de suite, je ne savais plus. « Rien de particulier. Et toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Lun 28 Avr - 14:32

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Évidemment, je voulais qu'il reste. Je voulais continuer ma vie à ses côtés et que cet enfant grandisse avec ses deux parents. Cela serait clairement mieux que si Vitaly partait, nous abandonnant tous les deux... Mais ce que je voulais aussi, c'était son bonheur. Et je ne voulais pas qu'il prenne à la va-vite une décision qu'il finirait par regretter, que ce soit celle de partir ou de rester. Ainsi, j'étais prête à lui laisser tout le temps qu'il fallait. Il avait besoin de temps pour réfléchir à tout cela, aux différentes options qu'il avait et à leurs conséquences. Et je ne voulais pas le brusquer et ainsi prendre le risque de le faire fuir. Et puis, tant qu'il réfléchissait, il restait là... Et peut-être qu'après plusieurs jours, voire semaines, passés auprès de moi durant cette grossesse, il n'aurait tout simplement pas le courage de me quitter. Et même sans ça, je l'aimais. Et il me semblait donc normal de lui laisser tout le temps dont il avait besoin pour prendre, ce qui serait pour lui, la meilleure décision. Car clairement, peu importe son choix, cela changerait sa vie. Ce n'était donc pas qu'un vulgaire détail. Trois vies étaient clairement touchées. Il ne pouvait donc pas décider ceci ou cela sur un coup de tête et il le savait très bien. Mais je ne pouvais que respecter son choix. Et le soutenir tant qu'il hésitait encore... Non, clairement, le laisser seul face à un si gros dilemme ne serait pas une très bonne chose... Ni pour lui, ni pour moi. Mais en me levant ce matin, je m'attendais à ce qu'il me dise vouloir tout arrêter. A vrai dire, j'essayais petit à petit de me faire à cette idée là. Il avait été capable d'agir ainsi une fois, pourquoi ne recommencerait-il pas ? Je ne préférais pas me faire d'illusions et partir défaitiste. Au moins, s'il décidait de renoncer à sa paternité, je ne serais pas trop déçue. Et si au contraire, il l'acceptait, ce ne serait que du positif...

Il semblait pourtant que je m'étais trompée. Il n'était pas parti. Ni même sur le point de le faire. C'était déjà une bonne chose. Et je lui répondis donc que ça pouvait aller. Il était toujours là donc oui, ça allait. De toute façon, il fallait que ça aille. Je ne devais pas me laisser submerger par mes émotions ou par la peur... Et il était le mieux placé pour savoir que je n'étais pas du genre à laisser paraître quoi que ce soit, même quand ça n'allait pas... Je tentais donc de dissimuler les quelques doutes que j'avais encore, et ne pu m'empêcher de légèrement me moquer, lorsqu'il sembla hésiter avant de me servir du café. Sauf qu'à l'expression qu'il afficha, je vis bien que j'avais fait faux. Bon, la grossesse n'était donc pas du tout un sujet sur lequel je pouvais plaisanter... « Excuse moi, je n'ai pas encore pris la peine de lire le manuel des femmes enceintes. » Je soupirais doucement en roulant des yeux, sans répondre à cela. Parce que ça pourrait mal finir... C'était pourtant les femmes, qui pouvaient être sujettes aux changements d'humeur. Pas les hommes... Mais soit. Je le remerciais alors d'un vague signe de tête lorsqu'il me servit et sucrait mon café avant de commencer à manger, le questionnant sur le programme de la journée. « Rien de particulier. Et toi ? » J'haussais les épaules en levant le regard vers lui. « Pareil... Il fait beau... On pourrait peut-être aller pique-niquer quelque part ? » Comme si de rien n'était... En fait, c'était surtout un moyen de passer à nouveau du temps avec lui, oublier un peu cette grossesse...




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Lun 28 Avr - 18:33

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


Dans le fond, je n'en voulais vraiment pas à Lindsay. En même temps, ce n'était pas comme si elle était responsable de tout ce qui était en train de nous arriver. Elle me l'avait elle même dit, elle n'avait pas choisi de tomber enceinte. C'était juste arrivé, point barre. Juste un sacré coup du destin. Peut-être que ça signifiait qu'il était temps pour moi d'accepter l'idée d'être père ? Peut-être que c'était ce qui était supposé m'arriver dans le fond. Allez savoir. Je n'étais pas du genre à croire aux signes du destin et tout le tralala. Mais parfois, il fallait peut-être juste se rendre à l'évidence et accepter l'inévitable. Parce que là, l'arrivée d'un enfant était maintenant inévitable. Que je le veuille ou non, Lindsay allait garder ce bébé. C'était maintenant à moi de choisir si oui ou non je voulais être là pour elle et pour cet enfant. Ce serait horrible et irresponsable de prendre la fuite, je le savais bien. Mais ça ne serait pas beaucoup mieux d'accepter cette paternité sans pour autant être tout à fait sûr de savoir gérer la chose. Mais pour le moment je ne savais pas trop ce que j'allais faire. Je ne savais même pas du tout. Avec Lindsay sous les yeux, j'étais persuadé de vouloir être là à ses côtés, encore et malgré tout. Parce que j'étais fou d'elle. Mais en même temps, être père me terrifiait et ne m'avait absolument jamais tenté. Alors ... Que faire ? Réfléchir. C'était la seule chose que je pouvais encore faire à l'heure d'aujourd'hui. Réfléchir ! Et je verrais bien le moment venu. Enfin quand même un peu avant. Que l'on prenne des mesures et agisse en fonction de ma décision. Décision que j'étais encore loin d'avoir pris en tout cas.

Quand elle eut l'idée de plaisanter au sujet de sa grosse -se moquer carrément de mon ignorance pour être plus exacte- je dus bien admettre que ça ne me fit pas rire du tout. Et elle le comprit bien vite puisqu'elle roula des yeux mais n'ajouta rien. Finalement, je regrettais déjà de m'être emporté pour un truc pareil .Elle tentait surtout de me dérider, je n'en doutais pas. Simplement, je n'étais pas prêt à rire de cette grossesse. Parce que moi je ne trouvais pas du tout matière à en rire pour l'instant. Il fut ensuite question de ce qu'on pourrait prévoir de notre journée. J'avais envisagé plein de trucs pour ce week end. Mais bizarrement là, je n'avais plus rien du tout en tête. « Pareil... Il fait beau... On pourrait peut-être aller pique-niquer quelque part ? » Fallait-il vraiment que je continue de jouer au con comme je le faisais depuis le saut du lit ? J'agissais comme si elle était responsable de cette grossesse alors qu'en réalité, ce n'était pas du tout le cas. Je soupirai doucement et tendis une main pour m'emparer de la sienne et lui en caresser le dos avec douceur. Geste simple, soit. Mais c'était ma façon de m'excuser. Je n'étais pas capable de le faire à voix haute. Il fallait donc prendre ce que je pouvais donner. « C'est une bonne idée. On peut partir en milieu de matinée, si ça te va ? » J'avais, avant ça, un peu de travail à exécuter. Comme à ma bonne habitude ...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Mar 29 Avr - 11:32

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

La question de savoir si je devais, ou pas, devenir mère, ne se posait même pas. Dès l'instant où j'avais appris ma grossesse, la réponse avait été claire. Je devais devenir mère. C'était presque une obligation... En fait, j'avais en quelque sorte été mise au pied du mur. Parce que maintenant que je portais cet enfant, je ne pouvais plus reculer. Avorter était impensable. L'abandonner à la naissance également. Par conséquent, je me devais d'assumer mon rôle de mère. Et cela m'effrayait. Surtout que jamais, je ne m'étais imaginée ainsi. Je n'en avais même jamais réellement éprouvé le désir... Mais soit. C'était ainsi. Et rien ni personne ne pourrait y changer quoi que ce soit... Mais si pour moi, garder cet enfant était une évidence et quelque chose d'inévitable, cela n'était pas tout à fait le cas pour Vitaly. Lui avait le choix. Et c'était peut-être ça le problème... Il devait faire un choix assez délicat. Malgré tout, j'étais persuadée que c'était simplement la peur qui le faisait douter à ce point. Et que, sitôt cet enfant arrivé, il serait un très bon père. Il n'y avait aucune raison pour que cela ne soit pas le cas... Il avait juste besoin de s'en rendre compte par lui-même. Et ça, ça ne pourrait arriver que s'il acceptait de rester auprès de moi. Enfin... de nous. Et ça, lui seul pouvait le décider. C'était même horriblement frustrant pour moi que d'être là, auprès de lui, en sachant qu'il pouvait me quitter à tout moment. Et surtout, être totalement impuissante. Je ne pouvais rien faire hormis tenter de le soutenir. Et encore, ce n'était pas évident... Parce que j'avais moi-même peur et besoin qu'on me soutienne. Et il était tellement têtu que, peu importe ce que je pourrais lui dire, il y avait peu de chances pour que ça le rassure complètement.

Et l'attitude qu'il adopta juste après, semblant s'inquiéter pour ma grossesse, m'amusa. Et je ne pu m'empêcher de me moquer gentiment de cela. Même si son intention était bonne... Il s'interrogeait juste sur ce qui était autorisé – ou pas – lors d'une grossesse. Cela m'était venu naturellement et j'espérais surtout le dérider un peu. Mais ce fut tout l'inverse. Tant pis. Je me mordis la langue d'avoir dit cela et préférai me faire toute petite quelques minutes... Je tentais donc de changer totalement de sujet, évoquant la journée et le programme de celle-ci. Je n'avais rien prévu de particulier mais n'avais pas vraiment envie de rester enfermée... Apercevant le ciel bleu et le soleil qui brillait déjà, je proposais aussitôt un pique-nique. Cela nous ferait sans doute du bien de sortir un peu et nous retrouver seul à seule. Et puis, c'était peut-être stupide, mais j'avais envie de faire un maximum de choses avec lui. Profiter autant que possible, tant qu'il en était encore temps. Parce que j'avais réalisé, la veille, qu'il pouvait me quitter à tout moment. Ce n'était que plus vrai à l'heure actuelle, avec cette grossesse. Je voulais donc profiter de lui, tant qu'il était encore là. Je songeais à cela lorsque sa main, qu'il déposa sur la mienne, me tira de mes pensées. Je le connaissais suffisamment bien pour comprendre que ce geste, aussi anodin semblait-il, était en réalité plus fort que ça. Je lui adressais alors un léger sourire et refermais mes doigts autour des siens. « C'est une bonne idée. On peut partir en milieu de matinée, si ça te va ? » J'acquiesçais doucement en souriant. C'était effectivement une bonne idée. Et j'étais ravie, par avance, de cette sortie. « Oui, c'est parfait, ça me laissera le temps de préparer notre repas... » déclairais-je d'une voix douce en terminant mon petit-déjeuner. Une fois ce premier repas terminé, je débarrassai la table et entrepris de faire la vaisselle, laissant Vitaly vaquer à ses occupations.




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Mar 29 Avr - 21:08

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


Je voulais me croire capable d'assumer cette paternité et d'élever un enfant aux côtés de celle que j'aimais. Mais le fait est que ma crainte de ne pouvoir changer et évoluer dans le bon sens pour fonder cette famille, ne parviendrait pas à s'estomper du jour au lendemain. Je m'étais toujours dis que je ne serais jamais père. Alors forcément, voir les choses changer aussi subitement, ça ne risquait pas de me pousser à tenter l'aventure, plus que ça. Quoi que si je n'avais pas d'autre choix, peut-être que si. Parce que pour l'instant, l'idée de perdre Lindsay m'était tout simplement intolérable. C'était bien pour cette raison là que j'acceptais de prendre au moins la peine de réfléchir à tout ça. C'était une absolue nécessité. En tout cas, oui, ça expliquait le pourquoi de ma présence encore maintenant. Si je ne l'avais pas à ce point aimé, il était certain que je serais parti sur le champ et sans le moindre regard en arrière. Mais là ... Là, c'était tout bonnement impossible, pour sûr. Je ne pouvais et ne voulais pas perdre Lindsay. C'était aussi simple que cela. Maintenant, je ne savais pas ce que j'étais capable de vivre et de supporter, ou non. Fallait-il que j'attende la naissance de cet enfant, pour le savoir avec exactitude ? Ca me semblait loin ... Et puis ça me semblait aussi vraiment horrible de rester pendant autant de temps, pour finalement disparaître par la suite. Ce serait un peu lui donner de faux espoirs dans le fond, non ?

De toute façon ce n'était pas envisageable du tout. Je devais me décider avant que ça n'aille trop loin. Mais pour ça, réfléchir était la meilleure chose à faire encore. La seule. Prendre le temps de penser à tout ça. J'osais espérer qu'elle n'envisageait pas de me presser plus que de raison. J'avais vraiment envie et besoin de temps. Pour ne surtout pas prendre de décision à la va vite. Lindsay méritait mieux qu'une décision prise sur un coup de tête. Et l'enfant qu'elle portait, aussi. Même si pour l'instant je n'étais vraiment pas en mesure de me faire à l'idée que c'était mon enfant qu'elle portait. Je ne pensais pas trop à tout ce que cette grossesse impliquée. Pour le moment tout du moins. Parce qu'il était encore trop tôt pour ça sans doute. Par contre, il n'était pas trop tôt pour faire en sorte de conserver notre couple en l'état. C'était justement pour un souci de rétablir les choses entre nous, que je posai ma main sur la sienne. Elle ne se fit pas prier pour la prendre doucement, en m'offrant un sourire qui me rassura. Elle était vraiment patiente pour continuer de me supporter malgré tout. « Oui, c'est parfait, ça me laissera le temps de préparer notre repas... » Je hochai la tête en souriant, avant de terminer mon petit déjeuner. Une fois le ventre plein, je quittai la table en lui laissant le soin de se charger de tout nettoyer, puisque j'avais tout mis en place et que j'avais un peu de boulot à faire avant de partir. Ce fut pour cela que je m'enfermai bientôt dans mon bureau. Un peu plus d'une heure avant que je sorte la tête de là. Plongé dans mon boulot, j'étais parvenu à oublier tout le reste. Et ça faisait un bien fou ! J'espérais que notre petit pique nique rien que tous les deux, aurait le même effet sur moi ! En tout cas, j'étais déjà de meilleure humeur, quand je quittai mon bureau pour la rejoindre. « On peut y aller ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin]

Revenir en haut Aller en bas

I need you because I love you... [Vit & Lin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-