It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

I need you because I love you... [Vit & Lin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
MessageSujet: I need you because I love you... [Vit & Lin] Mer 5 Mar - 13:34

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Cinq ans. Cinq longues années que Serena était partie, rejoignant Londres après avoir compris que Vitaly ne voulait pas de l'enfant qu'elle portait. Ou du moins, qu'il ne se sentait pas prêt à assumer. Beaucoup de choses avaient changé depuis. A commencer par la relation entre Vitaly & moi. Même si nous avions tenté de mettre fin à notre liaison, avant même le départ de ma sœur, cela avait été vain. Nous étions parvenus à rester éloignés l'un de l'autre, tout au plus quelques mois. Mais la situation était beaucoup trop difficile et compliquée, pour nous deux, pour que nous puissions définitivement nous séparer. Et le départ de Serena n'avait pas arrangé les choses, bien au contraire. Puisqu'elle n'était plus là, la tentation de tout recommencer avait été bien plus forte... Et nous avions fini par céder à ce désir, et reprendre notre liaison. Secrète, malgré tout. Parce qu'il y avait toujours mes parents, notre entourage, etc... Beaucoup trop de monde devant qui nous ne pouvions pas nous montrer tel un couple. Pourtant, lorsque j'entrai dans la vingtaine, il y a donc trois bonnes années, nous prîmes une décision importante. Celle de partir. Quitter New-York pour nous installer ailleurs, et vivre enfin notre amour sans se soucier des autres. Puisqu'il semblait que, de toute évidence, nous étions voués à vivre quelque chose ensemble, autant le faire à fond. Et puis, notre liaison avait commencé 3 ans auparavant et était toujours intacte, preuve de l'amour étonnement fort qui nous unissait. Ce n'était donc pas une simple passade... Et à force, j'étais véritablement convaincue que nous pouvions être un couple comme un autre. Avec simplement une différence d'âge.

Un couple normal. Voilà ce que nous étions désormais. Un couple vivant ensemble, et surtout, osant s'afficher publiquement. C'était d'ailleurs pour cela que nous avions voulu partir. Pour pouvoir tout recommencer et nous donner enfin une véritable chance ! Étant depuis quelques temps désormais à mon compte, en tant que traductrice, je passais la plus grande partie de mes journées enfermée chez nous, dans mon bureau. Pianotant sur le clavier de mon ordinateur, j'achevais enfin cette traduction là, assez fastidieuse et longue. Une fois cette dernière terminée, je jetais un coup d'oeil à l'heure et, constatant qu'il commençait à se faire tard, regagnais la cuisine pour préparer le dîner. D'ailleurs, Vitaly n'allait sans doute pas tarder à rentrer du travail. Et pour une fois, j'étais légèrement anxieuse à cette idée. Parce que j'avais quelque chose d'assez important à lui dire... Et je craignais sa réaction. Effectivement, j'étais enceinte. Et je m'inquiétais de sa réaction, repensant évidemment à celle eu envers ma sœur quelques années auparavant. Mais soit... C'était ainsi et il devait le savoir. Puis, peut-être qu'il se sentirait plus prêt à devenir père... Du moins, je l'espérais. Je fus cependant tirée de mes pensées par des bruits de clé, puis celui de la porte. Délaissais temporairement ma cuisine, je me dirigeais vers l'entrée afin de le saluer. « Hey, chéri... Ça va ? Ta journée s'est bien passée ? » demandais-je après lui avoir volé un bref baiser.




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Jeu 6 Mar - 21:25

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


Fonder une famille ne m'avait jamais tenté le moins du monde. C'était la raison pour laquelle je n'avais pas pu accepter l'idée d'avoir cet enfant avec Serena. Et qu'elle était donc partie pour refaire sa vie loin d'ici, loin de moi, loin de sa propre famille. Je n'avais plus jamais eus la moindre nouvelle. Et Lindsay, sa propre soeur, non plus. C'était sans doute l'une des raisons pour lesquelles nous avions finalement été incapables de nous tenir éloignés l'un de l'autre. Surtout alors que plus aucune rempare ne semblait s'ériger entre nous. Accepter cet amour incroyable qui nous liait, avait été une évidence pour tous les deux. Et finalement, nous étions donc un couple depuis quelques années maintenant. Un couple pour le moins atypique, au vu de notre différence d'âge. Mais un couple tout de même. Et puis à première vu, ce n'était pas si choquant que cela. Aucun de nous deux ne faisait véritablement son âge. Je faisais un peu plus jeune, et elle un peu plus vieille. Et puis de toute façon, nous vivions désormais en nous foutant royalement des qu'en dira-t-on. Personnellement, je vivais parfaitement bien le fait d'aimer et d'être avec une femme aussi jeune que moi. Assez pour qu'elle ait pu être ma fille dans une autre vie. Que j'aurais alors eus très jeune, certes. Mais ça ne changeait rien à ce fait là. Elle était en âge d'être ma fille. Sauf qu'elle ne l'était pas. Alors je m'en foutais royalement et vivais très bien avec cette différence maintenant !

Et puis dans le fond, l'essentiel n'était-il pas que nous étions heureux tous les deux ? parce que oui, nous l'étions, à n'en pas douter ! Preuve en était le fait que le soir, je rentrais chez nous, heureux à l'idée de la retrouver. Et ce soir là ne fit pas exception à la règle. Même si en chemin je rencontrai un type sorti de ne je savais trop où, qui m'affirmait que ma vie allait changer. Un fou parmi tant d'autres, que j'ignorai sans le moindre mal. Et enfin, j'arrivai chez nous et retrouvai le sourire aussitôt qu'elle fut à ma hauteur pour me dire bonjour. « Hey, chéri... Ça va ? Ta journée s'est bien passée ? » Je répondis à son bref baiser et posai mes affaires dans l'entrée et sur le porte manteau, avant de la rejoindre. « Tout va bien oui. Et toi, ta journée ? » Lui demandai-je doucement, en revenant près d'elle pour poser mes mains sur ses hanches et déposer un tendre baiser sur ses lèvres. Avant de finalement la prendre un bref instant dans mes bras. Oui, j'étais toujours aussi heureux de la retrouver le soir, ça crevait les yeux. Je me redressai ensuite en humant l'air avec curiosité. « Ca sent bon ! J'ai le droit de savoir ce que tu as cuisiné ? » L'interrogeai-je en me détachant enfin d'elle pour filer dans la cuisine. A n'en pas douter, nous devions ressembler à un vrai petit couple avec ses habitudes et tout le tralala. Je ne dirais pas un vieux couple, mais c'était bien dans l'esprit il fallait le reconnaître.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Ven 7 Mar - 22:25

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Faire ma vie avec Vitaly. Cela m'avait finalement semblé être une évidence. Tout semblait nous pousser dans ce sens. Nos sentiments, qui ne cessaient de s'intensifier. Le fait que, malgré tous nos efforts, nous n'avions eu de cesse de revenir l'un vers l'autre, tels des aimants. Et le départ de Serena. C'était peut-être bien ça, qui avait eu raison de nous. Car puisqu'elle n'était plus là, nous étions libres. Enfin non, pas totalement. Il restait toujours mes parents et notre entourage. Et puis, cela n'avait pas été immédiat. Même après son départ, nous avions tenté de garder nos distances... Mais puisque la raison principale qui, jusqu'à présent, nous faisait tenir, avait disparue... nous étions beaucoup moins motivés ! Il n'y avait plus rien qui nous retenait... Et ce fut donc pour cela que nous décidâmes finalement de nous donner véritablement une chance. Et pour mieux se lancer dans cette nouvelle vie, nous avions quitté NY. Et nous avions, aujourd'hui, une vie tout à fait banale. Avec notre propre petite routine. Un véritable couple, en fait. Même notre différence d'âge, n'était plus en problème. Du moins, nous avions décidé de passer outre cela. Et puis, nous n'étions pas le premier couple ayant quelques années d'écart. Et puisque nous ne faisions, tous deux, pas notre âge, cela suffisait à nuancer la chose. Puis, clairement, je n'avais strictement rien à faire de ce que l'on pouvait penser ou dire de nous. J'étais heureuse avec Vitaly. C'était tout ce qui importait. Et qu'importe tout le reste ! Nous étions heureux, ensemble, dans notre petite bulle et personnellement, je n'avais pas besoin de plus...

Le simple fait de le retrouver, après une journée de travail, me rendait heureuse. « Tout va bien oui. Et toi, ta journée ? » Cela avait beau faire trois ans que nous vivions ainsi, nous nous comportions encore souvent comme un tout jeune couple. Ou du moins, nous étions toujours aussi tendres et affectueux l'un envers l'autre. « Ça va aussi... Journée chargée, je viens tout juste d'achever la traduction de la nouvelle dont je t'ai parlé et sur laquelle je bossais depuis plusieurs jours ! Du coup, je suis un peu fatiguée... » Bon, je n'avais pas fait que cela non plus... J'étais surtout allée acheter un test de grossesse et l'avait fait... Et j'étais encore chamboulée du résultat. Toutefois, je n'eus pas trop le temps d'y penser puisqu'il m'embrassa tendrement avant de me prendre dans ses bras. Et j'aimais toujours autant ça. D'ailleurs, j'étais toujours aussi ravie de constater que le temps n'avait rien changé à notre relation... Après tout, le temps passant, nous aurions pu nous éloigner un peu, perdre certaines habitudes... Or, ce n'était absolument pas le cas ! « Ca sent bon ! J'ai le droit de savoir ce que tu as cuisiné ? » Un léger sourire prit place sur mes lèvres, tandis que je plantais mon regard dans le sien. « Lapin à la moutarde et pommes de terres... Ça te va ? » demandais-je doucement avant d'enfouir rapidement mon visage dans son cou. J'avais peur. Affreusement peur que tout s'arrête, lorsqu'il apprendrait ma grossesse. C'était bien pour cela que je repoussais tant le moment où j'allais lui dire. Après le repas. Histoire de ne pas lui couper l’appétit. Oui, c'était bien, ça. « Ça devrait bientôt être prêt d'ailleurs...» précisais-je avant de me détacher de lui pour retourner en cuisine, vérifier la cuisson et commencer à mettre la table.



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Sam 8 Mar - 0:45

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


Ce que nous faisions, vis à vis de Serena et du passé commun que nous avions, était vraiment horrible. Au départ, je culpabilisais beaucoup. Et c'était bien pour cette raison que nous avions tenté de tout arrêter avant que ça n'aille trop loin. Mais le fait est que nous avions fini par abandonner. Autant se rendre à l'évidence : nous étions incapables de nous tenir éloignés l'un de l'autre, bien longtemps. Et maintenant, nous étions donc ensemble. Et en train de faire notre vie ensemble. Une vie sans nuage. C'était bien. C'était parfait. J'étais heureux et je savais qu'elle aussi. Tout était incroyable et je ne doutais pas que ça allait continuer ainsi encore bien longtemps ! Même si ce soir là, alors que je rentrais chez moi, un homme m'interpella pour m'annoncer que ma vie allait radicalement changer, d'ici peu. Encore un hurluberlu apparut de je ne savais trop où. Mais j'étais si heureux dans ma vie et si comblé, que je me contentai de lui répondre par un sourire ,avant de poursuivre ma route. Je n'avais qu'une hâte : rentrer enfin chez moi ! Et ce fut rapidement chose faite. Je retrouvai la femme qui partageait ma vie depuis quelques années maintenant. Et bien vite, je l'attirai à moi pour l'embrasser. C'était toujours aussi plaisant de la retrouver le soir après une journée de boulot. « Ça va aussi... Journée chargée, je viens tout juste d'achever la traduction de la nouvelle dont je t'ai parlé et sur laquelle je bossais depuis plusieurs jours ! Du coup, je suis un peu fatiguée... »

Je souris quelque peu et vins déposer un tendre baiser sur son front. « Soirée flemme devant la télévision ? » Proposai-je en souriant en coin, et en venant dégager la mèche de cheveux qui obstruait son visage, du bout des doigts. Soirée "pépère". Parce que oui, malgré son jeune âge, nous étions un couple tout ce qu'il y a de plus tranquille, simple et posé. Nous n'éprouvions pas l'envie ni le besoin de sortir tous les week ends et de fréquenter la ville entière. On se complaisait dans cette vie sans problème. Bien sûr, on sortait parfois dîner ou diverses autres sorties comme le cinéma ou des week ends en amoureux. Mais nous ne faisions pas la fête et je tâchais tant que possible, d'éviter les galas en tous genres, que je n'aimais pas particulièrement. Je n'avais même jamais aimé à vrai dire. Revenant à l'instant présent, j'humai l'air pour apprécier l'odeur de nourriture qui se dégageait de la cuisine. Ca sentait vraiment très bon ! Et ça me donnait sérieusement fin. « Lapin à la moutarde et pommes de terres... Ça te va ? » Si ça m'allait ? Elle était une cuisinière hors paires et j'aimais à peu près tous les petits plats qu'elle nous concoctait. Tant et si bien, que je mettais moi même rarement la main à la patte de ce côté là. Je préférais nettement ce qu'elle nous préparait, elle. « Par-fait ! » Répondis-je avec joie en la serrant tendrement contre moi, une main logée derrière son crâne, quand elle vint se blottir davantage contre moi. « Ça devrait bientôt être prêt d'ailleurs...» Je souris et la suivis un moment du regard. Avant de ranger complètement mes affaires et la rejoindre en cuisine. « Je vais t'aider. » Proposai-je en entreprenant de mettre la table avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Sam 8 Mar - 16:03

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

« Soirée flemme devant la télévision ? » J'esquissais une légère moue pensive. Même si nous n'étions pas du genre à aimer sortir tant et plus, l'idée de passer toutes nos soirées pépère devant la télé, m'effrayait un peu. J'avais peur que l'on finisse par s’encroûter et se perdre dans une routine, tel un vieux couple... « A vrai dire, je comptais aller me faire couler un bon bain chaud après le repas... Donc si tu veux m'y rejoindre... » soulignais-je d'une voix légèrement suave, ne pouvant retenir un vague sourire en coin. Bien évidemment, l'idée de prendre un bain avec lui me donnait tout un tas d'idées... Et puis, ce serait très certainement l'occasion de lui parler de ma grossesse. Dans un moment de détente, cela passerait peut être un peu mieux.... Ou pas. Et j'appréhendais vraiment cela. Parce qu'il m'était impensable de le laisser partir, s'il ne voulait pas de cet enfant.... Sauf que j'avais bien envie de garder cet enfant et fonder une famille avec Vitaly. Étrangement, tout cela me rappelait  ce qu'avait pu vivre Serena, quelques années auparavant... Et cela ne me rassurait pas vraiment ! Au contraire, je craignais d'être face au même problème qu'elle... Et je culpabilisais à nouveau, réalisant à quel point la situation avait pu être compliquée et difficile pour elle. Pourtant, je n'y étais pour rien. Je n'étais, à l'époque, plus avec Vitaly, justement dans le but qu'il retourne avec elle. Si les choses ne s'étaient pas faites, ce n'était pas totalement de ma faute, si ?

Malgré tout, tel un vieux couple, il ne tarda pas à me demander ce que nous allions manger le soir-même. Il fallait bien avouer que c'était le plus souvent moi qui faisait le repas. En travaillant de chez nous, c'était déjà bien plus simple. Et puis, j'aimais bien cuisiner et il semblait que je me débrouille pas trop mal. J'étais parfois surprise de voir qu'en trois de vie commune, j'étais passée de la jeune femme sortant tout juste de l'adolescence, vivant encore chez ses parents, à la maîtresse de maison. Aucune période de transition, à vivre seule... De chez mes parents, je m'étais retrouvée à vivre avec Vitaly et prendre le rôle de la compagne et l'épouse modèle. Enfin presque !  « Par-fait ! » Je lui adressais un large sourire avant de déposer un bref baiser au coins de ses lèvres pour finalement retourner en cuisine, finir de préparer le repas et la table. Il ne tarda d'ailleurs pas à me rejoindre pour me filer un coup de mail. « Je vais t'aider. » J'esquissais un bref sourire et le laissais mettre la table, retournant m'occuper du repas. « Merci. » Et puisque tout semblait prêt, je commençais à nous servir puis m'installais à table, face à lui, et commençais à manger. « Oh, tiens, ce matin j'ai vu la nouvelle voisine... Elle est passée se présenter, on a discuté un moment. Elle est vraiment adorable ! Elle a emménagé avec son mari et elle nous a invité à leur pendaison de crémaillère le week end prochain... Oh, et puis, elle est enceinte. A priori une petite fille, et ils ont déjà un garçon de 2 ans... Ça nous fera un peu d'animation dans le quartier ! » Et puis éventuellement des copains pour notre futur enfant.... Je tentais ainsi d'aborder, indirectement, le sujet des enfants... Histoire de tâter le terrain.



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Dim 9 Mar - 14:26

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


« A vrai dire, je comptais aller me faire couler un bon bain chaud après le repas... Donc si tu veux m'y rejoindre... » A ses paroles et à son ton, un sourire amusé teinta mes lèvres alors que je l'observais avec attention. Inutile de demander ce à quoi elle pensait. Ca me semblait des plus évidents pour moi. Et c'était là une chose qui était toujours bien présente entre nous. Ce désir, ce besoin de se séduire et se plaire l'un et l'autre. Le temps n'avait rien changé à tout cela entre nous. Et je m'en réjouissais. « Tu sais que si je te rejoins dans ce bain, tu as peu de chance de te reposer ... » Remarquai-je sur un ton taquin, en penchant légèrement la tête de côté pour l'observer avec attention. J'aimais que notre complicité soit toujours là, bel et bien présente entre nous. Et j'osais espérer que ça demeurait de la sorte encore très longtemps. Parce que je n'aimais que trop et savais que j'en avais sérieusement besoin. Mais au vu de la force de nos sentiments, je doutais que quoi que ce soit puisse changer de toute façon. Tant qu'on ne s'enlisait pas trop dans la routine, par contre. Parce que ça, c'était généralement ce qui détruisait le plus les couples qui étaient ensemble depuis quelques années. Mais je voulais croire que ça ne serait pas notre cas. Nous étions un couple calme avec ses habitudes et tout ça, certes. Mais il y avait encore des limites.

Et comme un couple avec ses bonnes habitudes, nous prîmes bientôt place à table pour entamer notre repas. « Oh, tiens, ce matin j'ai vu la nouvelle voisine... Elle est passée se présenter, on a discuté un moment. Elle est vraiment adorable ! Elle a emménagé avec son mari et elle nous a invité à leur pendaison de crémaillère le week end prochain... Oh, et puis, elle est enceinte. A priori une petite fille, et ils ont déjà un garçon de 2 ans... Ça nous fera un peu d'animation dans le quartier ! » Des enfants ? Brr. C'était quoi cette manie des gens, de fonder des familles et tout ça, hein ? Je fis la moue et hochai quelque peu la tête. Certes, chacun son truc en même temps. Simplement, je savais que moi je ne souhaiterais jamais d'enfant. Ce n'était pas pour rien que j'avais laissé partir Serena, alors enceinte de moi. Je lui avais simplement laissé le choix entre le bébé et moi. Et la réponse avait été évidente, puisqu'elle avait disparu du jour au lendemain. « Oh chouette, des enfants ... » Répondis-je sur un ton diablement ironique, avec le sourire de circonstance. Pourvu que ça ne lui donne pas des idées et qu'elle éprouve soudainement l'envie que l'on ait enfant tous les deux ! Moi, c'était tout ce que je demandais. « Et ils font quoi dans la vie ? » Questionnai-je avec une vague curiosité. Je préférais encore parler emploi, plutôt que parler d'enfants.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Dim 9 Mar - 22:39

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

« Tu sais que si je te rejoins dans ce bain, tu as peu de chance de te reposer ... » Mon sourire taquin s'élargit, comprenant très bien où il voulait en venir... Parce que bien sûr, ma proposition n'était pas totalement innocente non plus. Nous avions toujours adoré nous provoquer, nous séduire, encore et encore. Et même cinq ans après le début de notre histoire, nous aimions toujours jouer l'un avec l'autre. Et clairement, une très grande complicité apparaissait entre nous. Et cela faisait partie des choses que j'appréciais vivement entre nous. Depuis toujours, nous nous comprenions avec simplement quelques mots, ou regards. Et à l'heure actuelle, nous connaissions tellement bien l'autre qu'il était aisé pour nous de nous comprendre en un regard. « Je sais bien... Et je prends le risque... » glissais-je d'un ton taquin, laissant mes lèvres à quelques millimètres des siennes. Et même si nous nous provoquions encore régulièrement, nous étions parfois presque un vieux couple, avec ses petites habitudes et tout. Ainsi, a peine fut-il rentré du travail que nous passâmes à table. J'en profitais alors pour lui parler des nouveaux voisins que j'avais eu l'occasion de rencontrer le matin-même. Et j'en profitais pour souligner, subtilement, qu'ils avaient des enfants. Juste afin de voir sa réaction, espérant qu'elle serait meilleure qu'autrefois. Parce que le problème qui s'était posé avec ma sœur, se posait désormais avec moi. Etait-il prêt à devenir père ? A la moue qu'il esquissa, je commençais à en douter... « Oh chouette, des enfants ... » Je me figeai légèrement et détournais le regard. Merde ! Il n'avait toujours pas changé d'avis sur la question... Non, clairement, au ton ironique employé, il n'avait toujours pas envie de fonder une famille. Et ça m'effrayait un peu. Surtout maintenant que j'étais enceinte. Évidemment, je songeais à garder cet enfant, mais n'avais pas vraiment envie de le faire seule. Je voulais Vitaly avec moi, à mes côtés. En tant que père de famille... Mais cela semblait un peu compromis. Et clairement, cela m'inquiétait vraiment pour la suite.

Mais peut-être que sa réaction serait un peu nuancée en apprenant qu'il ne s'agissait pas de n'importe quel enfant, mais du notre. Peut-être que, mit au pied du mur, il accepterait un peu mieux la chose. Ou pas. « Et ils font quoi dans la vie ? » Il préférait carrément changer de sujet... Eh bien, cela n'était pas très bon signe ! Toutefois, afin de ne pas lui mettre la puce à l'oreille, je préférais ne pas reparler des enfants. J'attendais la suite de la soirée... Un moment plus adéquat, en fait... Et puis, en toute franchise, j'appréhendais aussi ses réactions. J'esquissais alors une moue songeuse. « Hum... Elle est infirmière et lui travaille dans une agence de voyage, il me semble... » expliquais-je en continuant de manger. D'ailleurs, en parlant de voyage, j'avais bien envie de partir quelques jours avec lui... Mais je n'étais plus tout à fait sûre de la survie de notre couple. Tout dépendait de sa réaction, lorsqu'il apprendrait sa future paternité. Et puis, même ça, ce n'était pas simple... Parce qu'il allait se retrouver père de deux enfants, faits à deux sœurs. Cela voulait donc dire que ces gosses qui, en théorie, seraient cousins, seraient en réalité demi-frères/demi-sœurs. Arf, tout ça était affreusement tordu et malsain... Aussi bien pour nous, que pour ces enfants. Et cela m'inquiétait vraiment. Parce qu'il n'était pas bête et allait très certainement songer à cela aussi... « Mais rassures moi... L'infirmière, la blouse blanche, etc... ça ne te fais pas fantasmer, hein ? Parce qu'elle est mignonne mais il est hors de question que tu puisses avoir des vues sur la voisine... » remarquais-je en plaisantant, même si j'étais sérieuse sur le fond. Et surtout, j'essayais de changer de sujet et oublier un peu cette histoire d'enfant. Cela me faisait bien trop peur...




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Lun 10 Mar - 18:32

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


L'idée de ce bain en duo, me plaisait plus que je ne le montrais encore. Et oui, c'était parfaitement possible que ça soit le cas. En tout cas, j'avais déjà hâte rien qu'à l'idée. Elle venait de me mettre l'eau à la bouche, en mentionnant ce bain. Et je lui en fis part sans hésitation, sourire taquin accroché aux lèvres. « Je sais bien... Et je prends le risque... » Evidemment qu'elle le savait. Elle me connaissait bien assez pour cela. Enfin, depuis le temps, j'osais quand même l'espérer. Ce serait assez inquiétant dans le cas contraire. Mais autant ne pas m'en faire pour rien. « Un risque parfaitement calculé, j'en suis certain ... » Remarquai-je d'une voix taquine, sans la quitter du regard. Je la connaissais trop pour pouvoir penser qu'elle m'avait invité à la rejoindre dans ce bain, sans avoir la moindre petite arrière pensée. C'était juste impossible. Malheureusement, ma bonne humeur fut quelque peu ébranlée par le sujet des voisins. pas à cause des voisins eux mêmes, non. Mais plutôt parce qu'ils avaient des enfants. J'aimais bien les enfants ... Mais chez les autres. Et quand ils étaient si prêts de moi, je n'étais pas sûr de beaucoup apprécier. Ils allaient foutre un boucan pas possible, traîner sur la route, venir quémander des bonbons à Halloween. Bon, leur gosse était encore petit. Mais justement ! On allait avoir droit à un des deux parents ou à un petite cousine, pour accompagner le môme. Non vraiment, cette manie de faire des enfants, je ne la comprenais vraiment pas. Et je n'hésitai pas à en faire part à voix haute. Comme le sujet de conversation ne me plaisait vraiment pas, je décidai d'en changer complètement en l'interrogeant plutôt au sujet des heureux parents, eux mêmes. Je me demandais ce qu'ils pouvaient bien faire dans la vie, pour avoir le temps de faire des gosses.

« Hum... Elle est infirmière et lui travaille dans une agence de voyage, il me semble... » Ce qui n'était pas trop mal en soit. Même si j'étais quelque peu surpris d'apprendre qu'elle n'était pas mère au foyer. Parce que oui, avec l'exemple de ma mère et de ma soeur, j'avais gardé cette image là de la famille. Le père qui s'épuisait au boulot pour faire rentrer un salaire convenable à la maison, puisque la femme restait à la maison pour s'occuper du ménage et des enfants. Ce n'était pas ce que j'aimais le plus, personnellement. Lindsay était certes chez nous la journée. Mais elle travaillait. J'étais bien conscient du fait que j'avais des idées bien arrêtées et assez sévères. Mais c'était ma vision de la vie. Tout le monde devait travailler et s'assurer une retraite confortable. Bon pour ma part, je faisais plus que ça, puisque je prenais plaisir à bosser, certes. « Mais rassures moi... L'infirmière, la blouse blanche, etc... ça ne te fais pas fantasmer, hein ? Parce qu'elle est mignonne mais il est hors de question que tu puisses avoir des vues sur la voisine... » Je roulai ouvertement des yeux pour lui montrer ce que j'en pensais. Bon certes, c'était le fantasme de tous les hommes ou presque. Mais pourquoi irais-je fantasmer sur une autre femme, alors que j'avais la perfection incarnée à la maison ? C'était totalement stupide ! « Tu as oublié le détail : la voisine, enceinte. » Lui rappelai-je distraitement, alors qu'en vérité toute mon attention était porté sur son corps, à elle. Plus précisément, mon regard était plongé dans son décolleté, et je ne m'en cachais pas. « Par contre, toi, dans une petite tenue d'infirmière ... Je ne dirais pas non ... »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Mar 11 Mar - 16:26

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Ce serait mentir que d'affirmer que j'avais proposé ce bain en duo, sans la moindre arrière pensée... A vrai dire, même après cinq années de relations dont trois de vie commune, il suffisait de poser le regard sur lui pour voir surgir en moi tout un tas de désirs. Preuve qu'il me faisait toujours un effet fou. Et il semblait qu'il en soit toujours bien conscient... Ceci dit, je ne m'en cachais pas. Parce qu'il fallait que je l'aime vraiment d'une manière passionnée, pour décider de faire ma vie avec lui, alors que, quelques années auparavant, c'était avec ma sœur qu'il était. « Un risque parfaitement calculé, j'en suis certain ... » Oui, tout cela était parfaitement calculé. Mais peut-être pas de la manière qu'il imaginait... « Peut-être bien... » Si bien sûr, l'idée de prendre un bain avec lui me donnait toute sorte d'envies, mon but principal était tout de même de lui parler de ma grossesse. Et j'osais croire que, dit lors d'un moment de tendresse, de détente, cela passerait mieux. Enfin, j'espérais... Mais je retombais rapidement de mon petit nuage lorsqu'il ne montra aucun intérêt à l'égard des enfants du voisinage. Pire, il semblait toujours aussi peu enclin à devenir père... Jusqu'à présent, cela m'importai peu... Mais là, les choses étaient légèrement différentes. Et je n'avais qu'une peur, qu'il réagisse de la même manière qu'avec ma sœur. Et que notre couple se termine exactement comme le leur. Cette idée me terrifiait. Parce que, si Serena voulait à tout prix de cet enfant, il n'en était pas exactement de même pour moi. En tout cas, ce n'était pas un désir que je nourrissais depuis de longues années. Même si, évidemment, j'avais envie de le garder. Au point d'en perdre Vitaly ? Ça, ce n'était pas certain...  Le voilà mon problème. Je n'étais vraiment pas certaine de pouvoir faire un choix. Vitaly était tout pour moi. Et pour rien au monde, je ne souhaitais le perdre... Mais je ne pouvais me résoudre à perdre cet enfant également...

Et puis, je ne me voyais pas vraiment quitter Vitaly et devenir une mère célibataire. Parce que je n'avais pas encore de revenus fixes qui me permettraient de vivre convenablement. Et il était hors de question que je retourne à New York pour obtenir de l'aide de la part de mes parents, qui s'interrogeraient très certainement sur l'identité du père de cet enfant et sur mon attitude. Et puisque le sujet des enfants n'intéressait pas vraiment Vitaly, ce dernier me questionna plutôt sur les professions de nos nouveaux voisins. Et, malgré cette petite frustration et la peur de sa réaction future, je le taquinais légèrement au sujet de la voisine, faisant mine de m'inquiéter du fait qu'il pourrait fantasmer sur elle, la sachant infirmière. Et à vrai dire, je n'en rajoutais pas tant que ça... J'étais d'un naturel assez jaloux. Et j'avais toujours peur qu'il puisse s'intéresser à une autre femme... « Tu as oublié le détail : la voisine, enceinte. » Je perdis presque aussitôt le sourire que j'arborais jusqu'à présent. C'était un détail si problématique pour lui ? Clairement, cela ne m'aidait pas à me sentir en confiance pour la suite. J'appréhendais de plus en plus le moment où j'allais lui annoncer la nouvelle... Et surtout, sa réaction. « Ce serait vraiment si gênant, pour toi ? » demandais-je alors doucement, pas sûre de vouloir connaître sa réponse. « Par contre, toi, dans une petite tenue d'infirmière ... Je ne dirais pas non ... » J'esquissais un léger sourire amusé, malgré tout peinée et inquiète pour la suite. Mais j'essayais encore de faire bonne figure. Je ne voulais pas qu'il l'apprenne ainsi. Pas maintenant, ni comme ça. « Ah oui... vraiment ? Eh bien... je prends note ! » répondis-je avec un petit sourire taquin, à peine forcé. Et moi, enceinte, il dirait non ? C'était surtout ça, la question... Je ne pu d'ailleurs terminer mon assiette, trop anxieuse. Et une fois que lui aussi eut terminé son assiette, je débarrassais la table  puis allais faire couler l'eau du bain. Je retournais ensuite rapidement au salon pour le prévenir que j'y allais et qu'il pouvait me rejoindre quand il souhaitait... Bien évidemment, s'il savait ce qui l'attendait, il n'aurait peut-être pas vraiment envie de m'y rejoindre...



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Mar 11 Mar - 18:07

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


Rentrer du travail pour trouver la femme que j'aimais, en train de nous préparer un repas digne de ce nom et même de projeter un bain que nous allions sans aucun doute partager, c'était juste ça le bonheur pour moi. Même s'il nous arrivait quand même parfois de sortir un peu de notre routine. C'était une nécessité d'ailleurs. Je ne voulais pas qu'on s'ennuie et que ça ne finisse par nous détruire tous les deux. Vraiment, je ne supporterais pas un nouvel échec. Surtout pas avec elle, compte tenu de mes sentiments toujours bien présents depuis plus de cinq ans. J'osais espérer que ça allait durer de la sorte, encore fort longtemps. Toujours, si je voulais me montrer des plus optimistes; L'amour qui dure toujours, est-ce que ça existait vraiment ? Je voulais le croire, oui ! Et avec l'amour, l'on retrouvait souvent le sentiment de jalousie. Vouloir garder l'être aimé pour soit et s'inquiéter à l'idée de le voir disparaître pour un autre. C'était un sentiment que nous ressentions tous les deux. Mais plus elle que moi. Sans doute parce que je n'étais pas d'un naturel très jaloux et très inquiet à la base. J'étais un brin trop sûr de moi sans doute. Mais j'avais toujours été ainsi et Lindsay m'avait accepté de la sorte. On était supposé aimer l'autre avec ses défauts, autant qu'avec ses qualités. Enfin c'était mon avis. Quoi qu'il en soit, quand elle laissa vaguement parler sa jalousie en mentionnant la voisine qui s'avérait être infirmière, je répondis à la taquinerie. Mais d'abord en mentionnant sa grossesse, qui devait forcément la rendre moins attirante pour mon regard d'homme. Surtout en sachant que j'avais une sainte horreur des enfants, avant ou après l'accouchement. Il y eut quelques secondes de flottement, quand Lindsay sembla perdre toute trace de sourire. Que venait-il de se passer ? Avais-je dis quelque chose qu'il ne fallait pas ?

« Ce serait vraiment si gênant, pour toi ? » Alors là, je ne comprenais vraiment plus rien de rien. C'était quoi cette question au juste ? Si ça me gênerait de fantasmer sur une femme enceinte ? En fait, ça me gênerait de fantasmer sur une femme qui n'était pas la mienne, tout court. Pas elle ? Elle, elle s'en fichait ? Elle voulait me proposer un plan à trois ou quoi ? « Je ne suis pas sûr de comprendre le sens de ta question ... » Avouai-je doucement, en gardant les sourcils froncés et le regard rivé sur son visage. Elle semblait vraiment étrange ce soir . J'ignorais si c'était le cas quand j'étais rentré un moment plus tôt, mais là je voyais qu'un truc clochait. Et je n'arrivais vraiment pas à comprendre quoi. J'aurais du faire attention beaucoup plus vite. Peut-être que je me serais alors rendu compte de quelque chose. En tout cas, je tentai de rattraper le coup en lui faisant remarquer que je pourrais éventuellement créer un sacré fantasme, si c'était elle qui se trouvait dans une petite tenue d'infirmière, diablement sexy. « Ah oui... vraiment ? Eh bien... je prends note ! » Si son ton n'était toujours pas plus léger comme habituellement, ça me semblait déjà moins tendu que précédemment. Raison pour laquelle je me permis un léger sourire du coin des lèvres. « Et prend également en note, que la porte de mon bureau t'es toujours ouverte ... » Ajoutai-je l'air de rien, en faisant référence à toutes les fois où elle m'avait rejointe dans mon bureau, pour en repartir beaucoup plus tard et les cheveux pour le moins en bataille. Entre autres. Le repas se poursuivit dans une atmosphère toujours quelque peu tendue, sans que je ne sache toujours pourquoi. Quoi qu'il en soit, après le dîner, je m'installai dans le salon pour sortir quelques dossiers que je devais terminer de préparer pour le lendemain. Je me contentai de hocher la tête quand Lindsay m'indiqua qu'elle filait dans son bain. Mais dix minutes plus tard, en réalisant que le temps avait filé et que j'allais passer à côté d'un bain à deux, je décidai d'abandonner le tout sur la table basse et la rejoindre dans la salle de bain. Un bref instant plus tard, je prenais place dans son dos, jambes le long des siennes, bras autour d'elle pour une tendre étreinte et visage dans ses cheveux.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Mer 12 Mar - 23:13

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Clairement, il y avait une grande similitude entre la vie sentimentale de Serena et la mienne. Nous avions, toutes deux, toujours été assez discrètes à ce niveau-là. Et nous avions toutes les deux fini par tomber amoureuse du même homme. Et ce que je vivais actuellement avec Vitaly, me rappelait tout bonnement ce qu'avait pu vivre Serena avec lui. Cinq ans de relation. Voilà où nous en étions. Et c'était également au bout de cinq ans avec lui, que Serena était tombée enceinte, alors qu'ils menaient une vie tout à fait banale. Un couple comme un autre, avec ses hauts et ses bas... Et un enfant, qui arrivait après cinq ans de vie de couple. Exactement comme avec moi. L'histoire se répétait... Et je n'avais qu'une peur, qu'elle se termine exactement de la même manière qu'avec ma sœur. C'est-à-dire, que cet enfant ne soit la fin du couple. C'était bien sûr ma plus grande peur. Et je n'avais donc de cesse de penser à cela, espérant sincèrement que ce qui s'était passé avec Serena, ne se reproduirait pas avec moi. Ce fut dans l'espoir de calmer mes inquiétudes, que j'évoquais les enfants des voisins, espérant une réaction un peu plus positive de sa part. Malheureusement, ce fut tout l'inverse. Il ne semblait vraiment pas décidé à fonder une famille... Et les choses ne firent qu'empirer, lorsqu'il évoqua directement qu'il ne pouvait fantasmer sur la voisine puisqu'elle était enceinte. Cela me rassurait au moins quant au fait qu'il n'irait pas lui tourner autour... Mais cela signifiait aussi qu'enceinte, je n'aurais sans doute plus la même importance à ses yeux. « Je ne suis pas sûr de comprendre le sens de ta question ... » Je secouais vaguement la tête de gauche à droite. « Non, c'est rien, laisse tomber... » glissais-je avant de changer un peu de sujet, préférant rebondir sur ce qu'il venait de dire quant au fait que je porte une tenue d'infirmière. « Et prend également en note, que la porte de mon bureau t'es toujours ouverte ... » Je roulais des yeux en esquissant un léger sourire, espérant vraiment qu'il ne verrait pas le trouble qui s'était installé en moi depuis quelques minutes.

« Très bien... Alors attends toi à me voir débarquer, un de ces quatre, vêtue d'un long manteau sous lequel je ne porterais rien d'autre qu'une petite tenue d'infirmière... » soufflais-je d'un ton taquin. C'était plus fort que moi. Même si je savais que notre couple était sérieusement menacé par cet enfant, je ne pouvais m'empêcher d'entrer dans son jeu, le provoquant encore et encore. Comme pour attiser le désir. Et le rendre encore plus accroc à moi... Peut-être qu'entre tout, il accepterait de garder cet enfant... Le repas toucha alors à sa fin et je m'éclipsais rapidement dans la salle de bain afin d'y prendre ce fameux bain, auquel j'avais confié Vitaly. Et c'était avec une boule au ventre que je m'y rendis. Le moment décisif approchait... Et j'avais peur. Vraiment très peur de le perdre... Malgré tout, je fis mine de rien et lui adressais un doux sourire lorsqu'il me rejoint, me laissant glisser dans ses bras. Je restais ainsi quelques minutes, fermant doucement les yeux. Le paradis. Voilà ce que c'était... Et j'avais vraiment envie de profiter de ce moment, comme s'il s'agissait peut-être d'un des derniers. Parce que, clairement, cette révélation allait changer notre vie. Dans un sens ou dans l'autre. « Vit'... Tu m'aimes, hein ? Et tu m'aimeras toujours ? J'ai... besoin de te l'entendre dire... » murmurais-je doucement, tournant légèrement le visage vers lui. Il me connaissait si bien que je n'avais aucun doute concernant le fait qu'il comprendrait aussitôt que quelque chose n'allait pas. Si toutefois, il n'avait rien remarqué auparavant. Ce qui me paraissait peu probable... Après tout ce temps de relation, nous n'avions plus de secret l'un pour l'autre.




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Jeu 13 Mar - 19:02

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


Décidément, il y avait vraiment quelque chose qui clochait ce soir. Quelque chose dans le comportement de Lindsay, que je ne parvenais vraiment pas à saisir. Est-ce que j'avais fais ou dis quelque chose de mal? J'avais sérieusement la sensation que oui. Parce que je décelais quelque chose de bizarre autant dans ses paroles, que dans ses réactions diverses et variées. Est-ce qu'elle était vraiment jalouse de la voisine ? J'avais un peu de mal à y croire. Quand elle était jalouse, elle le disait ou le faisait clairement sentir. Que là, elle plaisantait plus qu'autre chose. Alors de quoi était-il question au juste ? Je pensais vraiment que ça devait concerner nos nouveaux voisins. Parce que depuis le début de la conversation, il n'avait été question que d'eux, dans l'ensemble. En tout cas, j'étais vraiment en train de m'inquiéter. Parce que je ne comprenais et que ça, ce n'était carrément pas dans mes habitudes ! Il se passait un truc là. Mais quoi ? Difficile à dire. « Non, c'est rien, laisse tomber... » Mouais ... Ca, c'était vite dit. Je ne pouvais pas croire que ça ne soit 'rien' au vu de la tronche qu'elle tirait et de son comportement. Donc, j'avais fais une connerie. Quoi encore ? Pas capté un truc que j'aurais du remarquer tout de suite ? Non, pas de nouvelle coiffure, pas de nouvelles fringues non plus. Alors quoi ? Je lançai un regard circulaire autour de nous. Non, rien n'avait changé. Bon sang, je ne supportais pas cette tension naissante ! Je ne fis pourtant pas de commentaire et tentai de reprendre le fil de la conversation en poursuivant le repas. Ca me semblait encore préférable. Et puis quand il fut question d'un fantasme typiquement masculin, je ne me fis pas prier pour entrer dans son petit jeu et surenchérir. Elle savait parfaitement de quoi je parlais.

« Très bien... Alors attends toi à me voir débarquer, un de ces quatre, vêtue d'un long manteau sous lequel je ne porterais rien d'autre qu'une petite tenue d'infirmière... » Cette idée était diablement excitante, plaisante, parfaite etc etc. J'avais déjà hâte. Et allais attendre ce jour avec une grande impatience. Vraiment, vivement qu'elle mette ce plan là à exécution. « Hm ... Surtout, ne me préviens pas quand ce jour arrivera ... » Lâchai-je sur un ton des plus rêveurs. Je l'imaginais parfaitement débarquer par surprise ... C'était ce que je préférais, évidemment. Quand je m'y attendais le moins. Et à tous les coups, c'était bien ce qu'elle faisait d'ailleurs. Preuve qu'elle me connaissait bien. Comme je la connaissais assez en retour, pour savoir qu'un truc clochait. Assez grave pour qu'elle ne se sente pas encore de m'en parler. Je n'avais plus qu'à espérer qu'elle finisse par trouver le courage ! En attendant, nous terminâmes notre repas et pendant qu'elle allait s'installer dans son bain, je m'occupais de quelques dossiers. Avant de la rejoindre et prendre place dans son dos, pour l'enlacer tendrement. « Vit'... Tu m'aimes, hein ? Et tu m'aimeras toujours ? J'ai... besoin de te l'entendre dire... » Oui, il y avait vraiment un truc qui clochait. Et grave. « Je t'aime Lindsay. Et je t'aimerais quoi qu'il arrive, quoi tu fasses. » Répondis-je tendrement, en venant déposer un doux baiser sur sa joue. « Il y a un corps à cacher ? Celui de la voisine ? Ou tu as embouti ma voiture ? Foutu le feu à mon bureau ? Je t'aimerai quoi que tu ais fais. » Ajoutai-je sur un ton léger et taquin, dans l'espoir de la dérider un tant soit peu. Je laissai ensuite mes lèvres courir sur sa peau délicate, passant de sa tempe à sa mâchoire.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Ven 14 Mar - 15:33

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Jusqu'à présent, j'avais parfaitement su masquer le fait que quelque chose n'allait pas. Et que je craignais la réaction de Vitaly. Pourtant, lorsqu'il fut question de la voisine, enceinte, je ne pu masquer totalement mon trouble. Et ça, Vitaly l'avait très bien vu. J'avais pourtant essayé. Mais le voir, toujours aussi borné au sujet des enfants, me faisait grandement peur. Je ne savais vraiment pas comment il allait bien pouvoir réagir, en apprenant ma grossesse. Si je m'en référais à son attitude envers ma sœur, et ses réactions concernant la voisine, cela ne sentait pas vraiment bon. Non, clairement, il ne semblait toujours pas partant pour devenir père. Et c'était bien ce qui m'inquiétait. Et puis, je revoyais tout bonnement sa relation avec ma sœur. Les choses avaient prit exactement la même tournure... Comme si l'histoire se répétait, encore et encore. Et ma plus grande peur était qu'elle se termine exactement de la même manière. Ainsi, lorsqu'il me demande ce qui se passait, je préférais couper court et noyer le poisson. Je ne voulais pas lui dire de suite. Je ne m'en sentais pas la force. Pas après qu'il ait ainsi montré son peu d'envie de fonder une famille... Je tentais ensuite de détendre un peu l'ambiance, le taquinant en évoquant un fantasme masculin qu'il pouvait avoir. Et, comme je l'espérais, il ne manqua pas de surenchérir, jouant totalement le jeu. Je nous préférais largement ainsi. Tel un jeune couple aimant encore se provoquer et se plaire. Et puis, la tension présente précédemment, c'était presque totalement envolée. Et notre complicité habituelle était bel et bien de retour. Et j'aimais vraiment cela. Même si j'étais un peu chagrinée en songeant, à nouveau, à cette grossesse. Et à la peur qu'elle ne vienne mettre un terme à notre relation.  « Hm ... Surtout, ne me préviens pas quand ce jour arrivera ... » Bien sûr que non, je n'allais pas le prévenir de ce jour où je me ferais un malin plaisir d'aller le voir dans son bureau, pour travailler d'une manière très intense, à coup sûr ! « Promis... » murmurais-je alors d'un ton taquin, imaginant déjà la scène... Enfin, si toutefois, nous restions ensemble.

Parce qu'il était là, le problème. Peut-être que notre couple n'en serait plus un d'ici quelques heures, voire quelques jours. Tout dépendait de sa réaction et décision, à l'annonce de ma grossesse. Ne pouvant masquer cette peur plus longtemps, je filais rapidement dans la salle de bain. Un bon bain allait sans doute pouvoir me détendre un peu.. Et Vitaly devait venir m'y rejoindre. Et je n'avais pas le choix, je devais lui en parler là. Sinon, j'allais toujours repousser ce moment là... Jusqu'à ce qu'il devine, par lui, même, la nouvelle, découvrant mon ventre arrondi. Enfin, nous n'en étions pas encore là ! Peu après qu'il ait prit place dans mon dos, je lui demandais s'il m'aimait et m'aimerait toujours. C'était peut-être stupide et cliché, mais j'avais besoin de m'en assurer. Parce que s'il m'aimait vraiment, il resterait avec moi, non ? Enfant ou pas... « Je t'aime Lindsay. Et je t'aimerais quoi qu'il arrive, quoi tu fasses. » Je fermais doucement les yeux à cette réponse, si plaisante. Et malgré tout, je n'arrivais pas à être rassurée. Parce que je savais qu'il disait sans doute cela, sans penser au fait qu'il s'apprêter à devenir père. Je ne pu cependant retenir un léger soupir de soulagement, tandis que je me laissais vraiment glisser dans ses bras. « Je t'aime aussi Vit'... Plus que tout au monde... » soufflais-je en venant lui voler un bref baiser. « Il y a un corps à cacher ? Celui de la voisine ? Ou tu as embouti ma voiture ? Foutu le feu à mon bureau ? Je t'aimerai quoi que tu ais fais. » Je ris doucement à sa remarque, bien consciente qu'il plaisantant et essayait de me détendre un peu. Je vins alors doucement poser mes mains sur les siennes, les caressant doucement. « Vitaly, je... Je suis enceinte... » dis-je enfin d'une voix hésitante avant de fermer les yeux et me pincer les lèvres. Voilà. Au moins, c'était dit. Restait plus qu'à prier pour qu'il réagisse bien. Ou le moins mal possible...



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Ven 14 Mar - 18:37

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


Je n'étais pas habitué à ce qu'il y ait une telle tension entre nous. Raison pour laquelle, le temps de quelques minutes, je me sentis assez mal à l'aise. Ce n'était évidemment pas super grave non plus. Pas assez pour durer bien longtemps. En effet, bien vite, nous parvînmes à retrouver notre complicité légendaire. C'était nettement préférable. Je me sentais tout de suite beaucoup mieux. Assez pour plaisanter à propos de l'un de mes fantasmes. Le genre auquel je n'avais jamais véritablement pensé jusqu'à ce jour. Même si des fantasmes, j'en avais tout un tas. Et qu'en cinq ans de relation, nous avions vraiment eut le temps d'en réaliser bon nombre. Mais nous avions encore de très nombreuses années devant nous, pour continuer en ce sens des plus plaisants. Mais j'avais quand même du mal à penser aussi positivement, quand Lindsay se comportait d'une aussi étrange façon. Parce qu'il y avait cette étrange tension entre nous, que je ne parvenais toujours pas à expliquer. Je voulais croire que ce n'était que passager et du à rien d'autre qu'à un petit malentendu. C'était forcément ça oui ! Quoi d'autre autrement ? De toute façon, je ne souhaitais vraiment pas m'attarder là dessus et tenter plutôt de passer à autre chose. Ce que nous fîmes ensemble d'ailleurs, bien assez tôt. Puisque nous finîmes tous les deux dans un bain, tendrement enlacés. J'aimais vraiment ces instants de tendresse et de complicité que nous partagions tous les deux, de façon très régulière. J'en avais maintenant sacrément le besoin.

Mais bien vite, la tension et la crainte refirent surface. Quand elle m'interrogea au sujet de mes sentiments, semblant éprouver le sérieux besoin que je la rassure au sujet de mes sentiments pour elle. Je ne comprenais vraiment pas ce qui était en train d'arriver mais ça me mettait plutôt mal à l'aise. Même si je tâchai de faire mine de rien en lui répondant d'abord très sérieusement, puis sur un ton amusé puisque je tentais de la dérider. Elle était trop sérieuse et trop tendue à mon goût. Et le fait que je ne comprenne pas la raison de cela, ne m'aidait pas franchement. « Je t'aime aussi Vit'... Plus que tout au monde... » Je souris et posai mon front contre son crâne en fermant les yeux. C'était une très bonne chose que d'entendre cela. Et ça me rassurait un peu quant à ses paroles et silences étranges. « Vitaly, je... Je suis enceinte... » Pardon !? Sourcils froncés, je me redressai d'un bond et me figeai, tous muscles contractés. C'était quoi cette connerie !? Elle plaisantait, hein ? Elle ne pouvait que plaisanter ! « Mes tentatives de blagues étaient plus amusantes quand même ... » Lâchai-je sur un ton franchement tendu, incapable de rire ou de simplement sourire. « Dis moi que tu plaisantes Lindsay ... ou que tu me testes, à la rigueur ... » Soupirai-je en me laissant aller en arrière, tête posée contre le rebord de la baignoire et regard rivé sur le plafond de la salle de bain. Simple plaisanterie de sa part, évidemment. Mais pas drôle du tout.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Sam 15 Mar - 12:42

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Comme tous les couples, nous avions eu des hauts et des bas. Mais nous nous étions toujours rapidement retrouvés et n'avions jamais été face à une grosse crise. Notre amour et notre complicité étant intacts, les tensions étaient malgré tout assez rares. C'était donc pour cela que j'étais particulièrement mal à l'aise ce soir-là. Parce que de la tension, il y en avait. Un peu par ma faute à vrai dire. Après tout, j'avais été la première à aborder un sujet difficile et sensible, sachant pertinemment que la réaction de Vitaly pourrait être blessante. Et cela n'avait pas raté. Ainsi, clairement, il y avait depuis le début du repas une légère tension entre nous. Ainsi qu'une forte angoisse de mon côté. Ce fut pour cela que je prenais, sitôt le repas terminé, la direction de la salle de bain. Histoire de me retrouver un peu seule. Et de me détendre. Même si, l'ayant invité à me rejoindre et prévoyant de tout lui dire, j'avais franchement du mal à me calmer. C'était même l'inverse. Plus le temps passait, plus il risquait d'arriver pour ce bain avec moi... Et plus proche serait le moment de tout lui avouer. D'ailleurs, à peine m'eut-il rejoint, que je le questionnais sur ses sentiments pour moi. J'avais besoin qu'il me rassure. Et c'est ce qu'il fit aussitôt. Et je n'attendis pas plus longtemps pour lui dire que j'étais enceinte. Je voulais me débarrasser de ça. De ce poids. Et c'était chose faite. « Mes tentatives de blagues étaient plus amusantes quand même ... » Je gardais les yeux fermés, appréhendant la suite. S'il semblait toujours aussi peu enclin à devenir père, j'osais croire qu'il changerait peut-être son fusil d'épaule et découvrant que j'étais déjà enceinte. Peut-être que mis au pied du mur, devant le fait accompli, il se ferait à l'idée... Ou pas. Et c'était bien cette seconde option qui m'effrayais. Parce que je ne me voyais tout simplement pas faire ma vie sans lui. Pourtant, s'il avait laissé partir ma sœur il y a cinq ans, il pouvait en faire de même avec moi... Sauf que je n'avais pas l'intention de partir. Mais s'il ne voulait pas de cet enfant, il pourrait très bien le faire... Et c'était ce qui m'inquiétait.

L'autre solution aurait été, s'il n'en voulait vraiment pas, de ne pas garder cet enfant. Mais je ne me voyais vraiment pas faire une telle chose. Pas maintenant qu'il était en moi. « Dis moi que tu plaisantes Lindsay ... ou que tu me testes, à la rigueur ... » J'ouvrais doucement les yeux et poussais un long soupir. Il semblait vraiment perdu. Et toujours aussi peu réjouit à l'idée d'avoir un enfant. « J'aurais préféré mais...non... » soupirais-je alors doucement, n'osant ni le toucher, ni le regarder. Peut-être était-ce simplement l'effet de surprise. Mais qu'après réflexion – et un peu de temps – les choses passeraient mieux et il changerait d'avis sur la question. Mouais... Pas sûr. « J'aimerais le garder mais.... je ne veux pas te perdre Vitaly... » murmurais-je doucement, retrouvant toute ma fragilité. Parce que oui, s'il partait – ou me demandait de partir – je me retrouverais seule et sans rien. Je démarrais en tant que traductrice et n'avait pas encore un salaire mirobolant. Et je ne me voyais pas me retrouver seule du jour au lendemain, avec un enfant sur les bras et être obligée de tout assumer d'un coup. Retourner chez mes parents était impossible. Ils n'avaient déjà pas vraiment apprécié que je parte pour un homme – sans savoir lequel, évidemment – alors je n'osais imaginer ce que cela donnerait, si je revenais, trois bonnes années après, mère célibataire. Toutefois, je n'osais pas lui demander directement s'il envisageait de se séparer de moi. J'avais bien trop peur de sa réponse. Et sous l'effet de surprise, il pouvait peut-être s'emballer un peu trop rapidement. Je préférais donc le laisser réfléchir, en parler tranquillement avec lui et voir tout cela après. J'avais peur que le presser ne fasse qu'empirer la situation.



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Sam 15 Mar - 15:15

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


Depuis que j'étais rentré du boulot, je sentais bien qu'un truc clochait sacrément entre Lindsay et moi. Ou seulement de son côté à elle, je n'en savais justement rien du tout. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça m'inquiétait assez. Pendant un moment, je pensai que ça ne devait pas concerner de façon direct notre couple, puisqu'elle me proposait d'aller prendre un bain en sa compagnie. c'est que tout allait bien entre nous, non ? Mes doutes revinrent pourtant en force, quand elle fini par m'interroger au sujet de mes sentiments pour elle, semblant vouloir être tout à fait sûre du fait que je l'aimais toujours aussi fort et toujours aussi passionnément que c'était le cas depuis cinq ans que nous nous aimions et vivions une relation que je trouvais, pour ma part, bien assez parfaite comme cela. Malheureusement, mes inquiétudes furent pleinement confirmées, quand elle me lâcha la bombe. Celle de sa grossesse. Enceinte. Elle était enceinte. Elle portait mon enfant. C'était forcément une plaisanterie. Ca ne pouvait pas être sérieux. Elle ne pouvait pas m'annoncer un truc pareil, sérieusement, de but en blanc. Elle ne pouvait pas être enceinte de moi. Je le refusais. Alors il devait en aller ainsi. Elle ne pouvait pas m'avoir fait un coup pareil. Pas elle aussi. Pas encore une fois dans ma putain de vie et en si peu de temps. « J'aurais préféré mais...non... » Non ? Non !? Non comme ... Non !? Impossible ! Je refusais ! Dépité, je portai une main à mon visage pour le frotter de ma paume, en laissant échapper un long soupir. J'étais choqué, agacé, voir même carrément énervé. Et je lui en voulais. Bon sang que je lui en voulais. J'ignorais pourtant tous les détails quant à cette subite et inattendue grossesse. Parfaitement involontaire ? Sans doute oui ... Je voulais le croire. Et encore, je n'étais pas sûr que ça changerait grand chose ...

« J'aimerais le garder mais.... je ne veux pas te perdre Vitaly... » Le garder ... Elle voulait le garder ... Pour moi, tout était dit. Elle ne pouvait pas avoir les deux. Elle savait que je n'étais pas fais pour être père. Que je refusais catégoriquement cette idée. « Faut que j'sorte.» Grommelai-je avec agacement, avant de me redresser et m'extirper hors de la baignoire. Je récupérai une serviette en quittant la salle de bains, de laquelle je claquai vivement la porte. Tourmenté, perdu, je fis les cent pas devant la pièce avant de finalement me rendre dans notre chambre où je me séchai et abandonnai la serviette au pied du placard mural duquel je tirai le rideau, pour récupérer des fringues. Que j'eus tôt fait d'enfiler avant de quitter la chambre. Je ne me sentais pas bien. Pas bien du tout. Le coeur qui battait la chamade, le sang qui cognait férocement dans mes tempes, la tête qui tournait. C'était impossible. L'histoire ne pouvait pas se répéter. Lindsay ne pouvait pas me faire une chose pareille. Elle savait ce que je pensais de l'idée d'avoir un enfant. Elle m'avait vu laisser sa soeur partir parce qu'elle avait choisi notre enfant à moi. Alors de quel droit pouvait-elle vouloir m'imposer une chose pareille ? Il fallait que je sorte prendre l'air. Raison pour laquelle j'ouvris la porte d'entrée à toute volée. Mais je me figeai et après quelques secondes d'hésitation, claquai fortement la porte, toujours là, chez nous. Je poussai un long soupir en portant mes mains à mon visage. Je ne pouvais pas juste partir comme ça. Il fallait que nous parlions. J'étais incapable de vivre sans elle. Je l'aimais beaucoup trop pour ça. Mais comment pouvait-elle me faire un truc pareil ? De quel droit ?
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Sam 15 Mar - 22:44

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Voilà. C'était dit. Lâché. Tel une bombe. Parce que je n'avais même pas eu le courage de tourner un tant soit peu les choses. Je lui avais lâché ça comme ça, sans chercher à arrondir un peu les angles. A vrai dire, j'étais tellement inquiète par sa réaction, que je préférais ne pas perdre de temps. Et dès l'instant où je lui fis cet aveu, les secondes me parurent affreusement longues. Et les battements de mon cœur s'étaient véritablement accélérés. Et j'avais besoin qu'il brise ce silence et me dise quelque chose. Enfin, en même temps, selon ce qu'il allait dire, il valait peut-être mieux qu'il ne dise rien. C'était tout le problème. J'avais besoin qu'il réagisse. Mais je redoutais tout particulièrement une réaction. Et pourtant, c'était clairement celle que je risquais le plus d'avoir. Je connaissais parfaitement bien Vitaly et savais à quel point l'idée de fonder une famille l'effrayait. Il ne voulait pas d'enfant. Ce n'était pas nouveau. Et c'était suffisamment fort pour qu'il laisse son mariage voler en éclats. Il avait préféré perdre sa femme, plutôt que devenir père. Cela en disait déjà long. Et j'aurais du me douter que même cinq ans après, cela n'avait pas changé. Pourtant, j'avais malgré tout une once d'espoir. Sait-on jamais... Avec le temps. Ou pour moi. Peut-être m'aimait-il plus qu'il avait pu aimer ma sœur. Au point de ne pas pouvoir se résoudre à me perdre. Je n'en savais rien et c'était bien pour cela que j'étais aussi mal et tendue. Et je ne le fus que davantage lorsqu'il passa sa main sur son visage, clairement hors de lui. Merde. C'était pas bon ça. Pas du tout. Par peur d'aggraver la situation, je ne dis rien de suite. Et finalement, je lui avouais juste que j'avais envie de garder cet enfant, mais que je ne voulais pas le perdre. C'était la stricte vérité. Et je ne voulais rien lui cacher. Il était normal, pour moi, qu'il sache ce que j'en pensais. Et surtout, mon dilemme. Enfin, cela n'était pas encore à proprement parlé un dilemme. Parce qu'il n'avait pas encore clairement dit son point de vue. Peut-être que je n'aurais donc pas à choisir entre les deux... Mais clairement, plus j'y pensais, moins ça me paraissait probable.

« Faut que j'sorte.» Je fermais les yeux, me redressant afin de le laisser passer. Non, je n'allais pas le retenir. Cela ne risquait que d'envenimer les choses. Cette annonce arrivait telle une bombe. Je pouvais donc comprendre qu'il ait besoin de temps, de prendre l'air, de réfléchir. Si cela pouvait lui permettre d'agir raisonnablement... Pourtant, à peine fut-il sorti de la pièce, que je me laissais aller en arrière, appuyant ma tête contre le rebord de la baignoire, ne pouvant retenir quelques larmes. Je n'étais pas habituée à le voir réagir de la sorte. Et cela ne laissait rien présager de bon. J'allais le perdre... Non ! NON ! Ce n'était pas possible, pas envisageable... Je ne pourrais jamais m'en remettre. Je l'aimais bien trop. Je restais ainsi quelques minutes, évacuant par des larmes la peur, la pression accumulée ces dernières heures, et tout ce que cette situation éveillait en moi. Je finis par sortir du bain, me rhabillant rapidement. Après l'avoir entendu se déplacer dans la maison, je venais d'entendre la porte d'entrée. Sans doute était-il parti. Et ce qui m'effrayait le plus, à l'heure actuelle, était que cela puisse être définitif. Qui sait... il avait peut-être déjà prit ses affaires. Et s'était envolé. Non...Non, ce n'était pas possible. Je sortais alors de la salle de bain et me dirigeais vers l'entrée, où je le vis. Bien. Au moins, il n'était pas parti. Pas encore. Tête baissée, je m'avançais légèrement vers lui, n'osant pas venir trop près, ni même le regarder. Telle une gamine ayant fait une connerie. Je déglutis alors avec difficulté et levais finalement vers lui des yeux rouges, encore empli de larmes. « Je suis vraiment désolée, tu sais... J'ai.. J'ai pas choisi... » Les accidents, ça arrivait, non ? Eh bien voilà ! Parce qu'évidemment, je n'avais pas cessé de prendre la pilule et donc déclenché, volontairement, cette grossesse. Mais les faits étaient les mêmes. Et la situation aussi.





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Dim 16 Mar - 0:38

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


Je n'arrivais pas encore qu'elle ait pu me faire une chose pareille. Ca ne pouvait pas être vrai, n'est-ce pas ? Elle ne pouvait pas juste m'annoncer sa grossesse, comme ça, de but en blanc, puis m'avouer qu'elle voulait le garder. Comme si je n'allais pas broncher mais juste accepter ce bébé. Elle savait pourtant très bien que c'était justement une grossesse inattendue, qui avait foutu en l'air ma relation avec sa soeur aînée. Et en sachant ça, elle était quand même en train de m'imposer un enfant. A croire que c'était fait exprès. Si je refusais d'accepter cette idée, je devais bien m'y faire ou commencer à y croire. Ce n'était pas des plus plaisants, il est vrai. Et c'était pourtant bien en train d'arriver. Ce fut en un geste parfaitement impulsif, que je décidai de sortir prendre l'air. J'en avais grand besoin, avant de perdre totalement le contrôle de mes paroles et mes actes. Je ne voulais pas faire ou dire un truc que je regretterais de façon instantanée. Comme lui reprocher quoi que ce soit ou décider de la quitter derechef. je l'aimais trop pour ça. Mais je ne voulais pas que l'histoire se répète. Je ne voulais pas qu'à choisir entre l'enfant et moi, elle fasse comme sa soeur et choisisse l'enfant. Encore une fois, c'était une bataille perdue d'avance. Et je ne supportais pas cette idée ô combien douloureuse. Pas cette fois. pas encore. A croire que les soeurs Livingston s'étaient donné le mot. Pourquoi ? Pourquoi !?

Finalement, au lieu de quitter la demeure que nous partagions, je claquai la porte et demeurai parfaitement immobile devant l'entrée. J'étais incapable de partir sans en avoir discuté avec elle. Je n'étais même pas sûr de trouver la force de revenir. Et dans un même temps, je n'étais pas certain d'avoir la force nécessaire pour faire demi tour, la retrouver et discuter de tout ça avec elle. J'avais peur. J'étais même, pour ainsi dire, sacrément terrifié par ce qui était en train d'arriver. De nous arriver. Est-ce que j'étais déjà en train de la perdre ? C'était la sensation que j'avais. Je refusais. Mais avais-je le choix ? Une autre option ? Oui, accepter cet enfant. Mais en étais-je capable ? Et le voulais-je seulement ? Rien n'était moins sûr malheureusement ... Je ne réagis guère quand elle arriva et se plaça devant moi. Si je vis ses larmes et ses yeux rougis, je ne fis montre d'aucune compassion. « Je suis vraiment désolée, tu sais... J'ai.. J'ai pas choisi... » J'aurais voulu sourire et me détendre pour tenter de la rassurer sur le fait que tout ça n'était pas si grave. Mais je ne le pouvais pas, puisque je ne le pensais pas. Et que j'étais moi même dans un sale état de nerfs. Et sans un seul regard de plus pour elle, je me détournai d'elle et filai en direction du canapé sur lequel je me laissai tomber. « Alors explique moi comment c'est arrivé. » Demandai-je froidement, sans lui adresser le moindre regard de plus.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Dim 16 Mar - 19:44

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Je savais à quel point l’idée d’avoir un enfant effrayait Vitaly. Ce n’était pas nouveau. Et ce n’était pas pour rien que sa relation avec ma sœur avait prit fin. Justement à cause d’un enfant. Ainsi, je ne voulais – et ne pouvais – rien lui imposer. Mais je ne pouvais pas garder ça pour moi plus longtemps. Raison pour laquelle, sans trop tarder, je lui avouais ma grossesse. Et expliquais que j’avais envie de garder cet enfant mais ne voulait pas le perdre lui. Je savais que cela allait être extrêmement compliqué. Et qu’il y avait peu de chances pour que j’obtienne les deux. Mais avant de prendre une quelconque décision, il fallait déjà qu’il soit au courant de cela, et de ce que je comptais faire. Et à vrai dire, même si j’avais envie de le garder, ce n’était pas décidé à 100%. Cela allait aussi dépendre de Vitaly. Il était le père de cet enfant, et, jusqu’à présent, mon compagnon. Cela me semblait donc normal d’en parler avec lui avant de décider véritablement quoi que ce soit. Mais je lui fis rapidement part de mon désir de le garder. Même si jusqu’à présent, je ne voulais pas d’enfant – ou du moins, ne ressentait pas cela comme un besoin, contrairement à Serena – je voyais les choses différemment désormais. Sachant que je portais notre enfant, je ne me voyais tout bonnement pas avorter. C’était… impensable. Tout comme perdre définitivement Vitaly. Et contrairement à ma sœur, dont le choix s’était rapidement fait, je ne me sentais pas capable de choisir entre cet enfant, et l’homme que j’aimais.

Je le laissais alors quitter la salle de bain, préférant le laisser seul. Il avait sans doute besoin de faire le point. Et je craignais d’être de trop. Finalement, je me décidais à rejoindre l’entrée, où il était encore présent. Et il ne semblait plus vraiment vouloir partir. Mais pas non plus prêt à revenir vers moi. Pour sûr, la situation devait être sacrément compliquée pour lui aussi. Il devait avoir l’impression de revivre le même enfer qu’il y a cinq ans. Et je pouvais comprendre que cela l’inquiète, voire le terrifie. C’était tout à fait normal et compréhensible. Et je n’aurais vraiment pas aimé être à sa place, car j’imaginais bien que tout cela devait être difficile à accepter. Mais les faits étaient là. Et lorsque je vins vers lui, je vis bien qu’il était toujours aussi remonté. Pas un seul geste, pas un seul regard pour moi. C’était insupportable. Je n’y étais pour rien moi. Et même si je comprenais qu’il soit sur les nerfs, il n’avait pas à m’en vouloir. Ce n’était pas de ma faute. Le suivant du regard, je pris finalement place sur le canapé, à l’opposé de lui. « Alors explique moi comment c'est arrivé. » Je soupirais doucement en haussant les épaules. Je n’avais pas forcément LA solution. Enfin, l’explication à tout. « C’est un accident… Il y a toujours un risque, même infime, avec la pilule… Je ne vois pas d’autre explication. » expliquais-je doucement, un peu moins hésitante qu’auparavant. « Je sais à quel point cela doit être difficile pour toi. Mais ça l’est aussi pour moi… Parce que je sais que je risque de te perdre. Et je ne le veux pas. Mais c’est encore confus dans mon esprit… Je… je ne sais pas vraiment ce que je pourrais faire, si je devais choisir entre toi et … lui… Je suis vraiment perdue, paniquée… Mais ça dépend aussi de toi. Je ne t’oblige à rien, bien entendu… Et tu as évidemment tout le temps que tu souhaites pour réfléchir à ça… si toutefois, tu veux bien y réfléchir. » Parce que si sa décision était déjà prise, cela ne servait à rien de continuer ainsi…





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Lun 17 Mar - 18:06

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


Je n'étais pas certain de ce qui était en train de passer dans l'esprit de Lindsay mais plus encore, je n'étais pas sûr de vouloir le savoir. Parce que quelque chose me disait que ça ne me plairait pas du tout et que je risquais d'en sortir plus blessé qu'autre chose. Se pourrait-il qu'à l'image de sa soeur, elle décide de me quitter pour garder l'enfant qu'elle portait en elle? Un enfant que je ne me sentirais peut-être jamais capable d'élever ? N'y avait-il pas un sérieux souci chez moi pour que les deux femmes dont j'ai été amoureux, décident de m'abandonner au profit d'un enfant dont j'étais, je devais bien l'admettre, le père ? J'étais terrifié à l'idée qu'elle me quitte pour ce bébé et en même temps, j'étais déjà en train de penser qu'il allait falloir que je me fasse une idée. Parce que je n'aurais jamais la monstruosité d'exiger d'elle qu'elle avorte. Et je savais que même si je la suppliais de le faire, il y avait davantage de chances qu'elle refuse, plutôt qu'elle accepte. Et quand bien même elle accepterait, elle finirait par regretter tôt ou tard et m'en vouloir au point de finalement laisser notre relation voler en éclats. De toute façon, je ne voulais pas être responsable de la mort d'un ... d'un ... Non, c'était pas encore un enfant. ce n'était qu'un foetus et pourtant, elle y tenait sans doute déjà tout autant que sa soeur l'avait fait par le passé. C'était ce qui l'avait poussé à me quitter. Et c'était ce qui pousserait Lindsay à me quitter à son tour. J'étais terrifié à l'idée de la perdre mais je devais me faire à l'idée le plus vite possible. Ca ne servait à rien de tourner en rond. Ca finirait par arriver. A moins que je n'accepte d'assumer cette paternité ...

Est-ce que j'étais prêt pour ça ? Prêt à mettre sérieusement ma carrière de côté pour avoir plus de temps ? Prêt à partager Lindsay avec un enfant ? Prêt à abandonner cette relation de couple, pour une relation de famille ? Je ne savais pas ... Je ne savais plus. Je doutais toujours d'être fait pour occuper un tel rôle. « C’est un accident… Il y a toujours un risque, même infime, avec la pilule… Je ne vois pas d’autre explication. » C'était donc à croire que le destin s'acharnait vraiment contre moi. Ou bien il s'agissait d'un signe pour que j'accepte enfin d'être père. J'étais peut-être fait pour ça sans le savoir ? J'étais bien trop borné pour envisager une telle idée. Et également trop égoïste. Ca, je n'en étais que trop conscient. Je pris à peine conscience du fait qu'elle venait de prendre place de l'autre côté du canapé. J'étais trop perdu dans mes sombres pensées pour cela; Puis trop occupé à écouter ses quelques explications, excuses et autres. De toute évidence, elle n'était pas encore décidée quant à savoir si oui ou non elle gardait cet enfant. Même si je comprenais bien que l'idée d'avorter lui était intolérable. Tout comme l'idée de me perdre. Les options pour moi, étaient les mêmes que quelques années plus tôt : devenir père ou redevenir célibataire. Encore une fois, perdre la femme que j'aimais. Je ne savais pas ce que je voulais. J'en étais incapable. Quant à réfléchir ... Ou, j'allais réfléchir. Je ne pouvais pas lui affirmer maintenant, que je préférais encore la voir partir avec cet enfant, plutôt que de l'élever avec elle. « Pourquoi le sort s'acharne-t-il comme ça ? » Gémis-je en portant mes mains à mon crâne, tête baissée. Peut-être que j'étais finalement voué à être père ? Ca me semblait pourtant tellement insensé ...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Mer 26 Mar - 22:12

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Entre Vitaly et moi, cela n’avait jamais été simple. Et il fallait croire que nous étions voués à nous retrouver toujours dans des situations extrêmement compliquées. Et cette fois-ci, nous ne dérogions absolument pas à la règle. Tomber enceinte était sans doute la pire chose qui pouvait m’arriver. Ou du moins, la plus dangereuse pour notre couple. Ca, c’était évident. Il n’y avait qu’à voir ce qu’il était advenu du mariage entre Vitaly et ma sœur pour s’en rendre compte. Et c’était justement parce que je connaissais très bien sa réticence à avoir des enfants, que j’appréhendais sa réaction. Clairement, il n’allait pas se réjouir. Au contraire… Il aurait sans doute l’impression de revivre toujours la même histoire. Et nul doute que cela n’allait pas l’aider à accepter cette paternité. Sauf qu’à l’inverse de ma sœur, je ne me sentais pas capable de faire un choix. Vitaly ou le bébé ? Cet enfant ou Vitaly ? Si je ne me voyais pas du tout avorter, je ne me voyais pas capable de vivre sans Vitaly. Mais il semblait que les deux soient difficilement compatibles. J’allais donc devoir faire un choix. Sans doute le plus difficile de ma vie… Et, l’un comme l’autre, je risquais de le regretter un jour ou l’autre.  Mais je ne préférais pas trop y penser. Après tout, il n’avait pas encore totalement refusé cet enfant. Il y avait donc un espoir, même infime, que je puisse concilier les deux… Personnellement, j’étais certaine qu’il saurait être un bon père. Il n’y avait pas de raison qu’il n’y parvienne pas… C’était simplement une question de temps. Il fallait qu’il se fasse déjà à cette idée. Et qu’il prenne petit à petit ses marques.

« Pourquoi le sort s'acharne-t-il comme ça ? » C’était à prévoir. Il n’allait pas sauter de joie, ni même me donner une réponse positive aussi tôt. C’était clair… Et cela me faisait mal de le voir ainsi. Je savais qu’il était très certainement perdu. Complètement paumé. Et inquiet… Car, tout comme moi, il ne devait pas vraiment savoir quel choix faire. Et dans tous les cas, ce n’était pas un choix anodin, qu’on pouvait faire à la légère. Je ne pouvais donc pas lui en vouloir pour sa réaction. C’était, au contraire, prévisible et normal… Toutefois, je finis par me laisser aller à poser ma main sur sa cuisse, en signe de soutien et réconfort, même si je n’étais franchement pas certaine d’être bien reçue. « Je t’aime, Vitaly, et je suis vraiment désolée de te mettre, encore une fois, dans une telle situation. Je sais bien ce que tu penses de cela… Et crois-moi, cela n’a rien de simple pour moi non plus… » expliquais-je doucement avant de me passer nerveusement la main dans les cheveux. J’avais envie de lui dire tellement plus de choses… Comme le fait que je ne voyais pas ma vie sans lui. Et que je ne voulais pas qu’il m’abandonne maintenant, que j’avais besoin de lui… Mais je ne pouvais pas. Je risquais trop de l’influencer et je n’avais pas envie qu’il prenne cette décision seulement pour moi, pour ne pas me laisser seule avec cet enfant, et finisse par le regretter. Ce serait sans doute pire que tout. Car je l’aimais et ne voulait que son bonheur. Et si ce bonheur, c’était ailleurs, avec une autre femme et sans enfant, je ne pouvais pas faire grand-chose de plus contre cela… Il ne restait plus qu’à espérait que nous n’en arrivions pas à un tel extrême.




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Ven 28 Mar - 21:53

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


Contrairement à ce que l'on aurait largement pu attendre de moi, je n'avais pas fuis directement, sur le champ. Oh, j'avais bien faillis, je ne pouvais pas le nier. Mais après quelques courtes secondes de réflexion, j'avais changé d'avis et m'étais figé, pour finalement faire demi tour presque aussitôt. Dans le fond, même si pour l'instant rien dans mes paroles ou dans mon comportement n'était encourageant, c'était quand même un bon point. Si je n'avais pas fuis comme je voulais pourtant le faire dès que j'avais été au courant de cette ... de cette ... Chose ... Pour le moins inattendue, c'était peut être bien un signe. Le signe que j'avais mûris au cours des années. Même si je l'avais fais aux côtés d'une femme bien plus jeune que moi.L'on aurait pu s'attendre à ce que ce soit l'inverse qui se produise, mais non. Nous étions deux adultes responsables et réfléchis. Et c'était sans doute aussi pour ça que j'avais finalement fais demi tour, plutôt que de prendre la fuite. Même si je devais bien admettre que j'en mourais bel et bien d'envie. C'était la seule chose que je pensais pouvoir et devoir faire. je ne me sentais pas le courage d'élever un enfant. Si je ne l'avais pas eus avec Serena, pourquoi l'aurais-je avec sa petite soeur ? Peut-être que le temps passant, je me sentirais plus apte à accueillir un enfant. Je n'en savais trop rien. Mais pour le moment, l'idée seule suffisait à me terrifier. Malgré tout, j'étais encore là.

Je ne réagis pas de suite à la main légère qu'elle posa sur ma cuisse. Sans doute était-ce un geste pour tenter de me réconforter. Ou juste me montrer qu'elle était là. Et qu'elle le serait toujours ? Ca, je n'en étais pas sûr. Pour la simple et bonne raison qu'elle ferait peut être le même choix que Serena. A savoir, me quitter pour s'en aller avec son enfant. Notre enfant ... L'idée qu'elle me quitte, elle aussi, était juste intolérable ... « Je t’aime, Vitaly, et je suis vraiment désolée de te mettre, encore une fois, dans une telle situation. Je sais bien ce que tu penses de cela… Et crois-moi, cela n’a rien de simple pour moi non plus… » Je demeurai parfaitement immobile et silencieux, durant plusieurs minutes de plus. Avant que je ne soupire et retire sa main de ma cuisse ... Pour enrouler son bras autour de moi, alors que je me laissais aller à m'étendre à demi sur le canapé et poser ma tête sur sa cuisse à elle. « Je vais avoir besoin de temps pour ... réfléchir ... » Soupirai-je doucement en fermant les yeux. Du temps durant lequel il serait préférable qu'elle demeure à mes côtés. Sans quoi, je n'étais pas certain de pouvoir faire face et réfléchir tout seul. J'osais espérer qu'elle était bien consciente de tout ça et ne comptait pas me laisser dans un coin pour y penser. Mais je ne doutais pas que non, ce n'était pas ce qu'elle comptait faire. Elle était quand même assez intelligente pour savoir ce qui était le mieux.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Sam 29 Mar - 17:27

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

J'essayais de dédramatiser un peu les choses... Il n'était pas parti immédiatement, n'avait pas fuit, ni même été catégorique sur le sujet. Pourtant, il aurait très bien pu l'être. Il ne voulait pas d'enfant, ne se voyant pas du tout père de famille. Il aurait donc pu fuir, me demander de choisir entre l'enfant et lui, ou me quitter. Il n'avait rien fait de tout cela. C'était déjà bon signe, non ? En tout cas, cela me rassurait un peu. Car sa toute première réaction m'avait vraiment effrayé. J'avais espéré qu'avec le temps, l'idée d'avoir un enfant lui paraisse plus acceptable. Et sur le coup, ce n'était pas flagrant. Toutefois, il semblait peu à peu se calmer... Et vouloir réfléchir. C'était donc qu'il y avait une chance – même infime – qui accepte cet enfant... Et j'étais prête à lui laisser tout le temps nécessaire pour réfléchir. Cela me semblait normal... Cela devait être difficile pour lui et je ne souhaitais pas risquer de le perdre en le bousculant ou en agissant d'une manière trop effrayante pour lui. C'était déjà une très bonne chose qu'il soit encore là, prêt à en discuter avec moi. Le connaissant, il aurait vraiment été capable de partir. Peut-être même de ne jamais revenir... Cela faisait partie de son caractère et j'étais sacrément heureuse de constater qu'il n'avait pas réagi ainsi. Cela prouvait que je comptais vraiment pour lui. Et surtout, qu'il avait peut-être mûri et changé d'avis en cinq ans.  J'entrepris alors de poser ma main sur sa cuisse, à la fois pour le réconforter et lui assurer que j'étais là pour lui. Je l'avais toujours été et espérais l'être toujours. Mais cela ne dépendait que de lui... Car s'il décidait de ne pas assumer cet enfant et partir, je ne pourrais strictement rien y faire...

D'ailleurs, je fus légèrement destabilisée lorsque, après mes paroles et un bref silence, il retira ma main de sa cuisse. Que cela signifiait-il ? Etait-il en train de me repousser ? J'eus cette peur là quelques secondes, juste avant qu'il enroule autour de lui et s'allonge à moitié sur moi. Je ne pu retenir un léger soupir de soulagement. Il ne m'avait donc pas repoussé. Et il ne m'en voulait pas. « Je vais avoir besoin de temps pour ... réfléchir ... » Lentement, je fis glisser ma main sur son bras, que mes doigts caressèrent doucement tandis que j'acquiesçais légèrement. « Il n'y a pas de soucis, prends tout le temps qu'il te faut... » murmurais-je doucement en venant déposer, du bout des lèvres, un baiser sur sa tempe. Je ne voulais pas le presser. Je trouvais cela inutile et bien trop risqué. Puis, il risquerait juste de faire une connerie, de prendre une décision qu'il finirait par regretter. Tant qu'il réfléchissait et restait donc auprès de moi, cela m'allait. Parce qu'avec le temps, il risquait de se faire à cet idée. Non ? Je l'espérais... Mes doigts remontèrent ensuite vers ses cheveux, que je caressais doucement. Pour moi, rien n'avait changé. Et je n'avais pas l'intention de changer d'attitude simplement car il avait besoin de réfléchir et était incertain... Au contraire. J'allais tenter d'être encore plus présente pour lui, pour le soutenir. S'il se sentait abandonné, il risquait surtout de vouloir tout quitter... Et ce n'était vraiment pas mon objectif. Et puis, dans un tel moment, cela me paraissait normal d'être là l'un pour l'autre. C'était aussi ça, le principe d'un couple. « Puis, tu sais, si tu as besoin de parler, de te confier ou quoi, à ce sujet... n'hésites pas... Je suis là et peux tout entendre. » Parce qu'il ne fallait pas se leurrer, s'il m'en parlait, il risquait surtout de m'expliquer en quoi ça lui faisait peur, etc... Mais s'il avait besoin d'extérioriser ça – et que je le rassure – pour se sentir mieux, alors je n'y voyais aucun inconvénient.



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Sam 29 Mar - 20:32

Lindsay & Vitaly ₰   I need you because I love you...

WHAT IF ...


En rentrant du boulot ce soir là, je ne m'attendais vraiment pas à recevoir une telle annonce en pleine tronche. C'était foutrement inattendu et ça me laissait surtout sans voix. J'étais terrifié à l'idée de la perdre. Et ce fut ce fait là qui me fit hésiter quand j'eus pourtant l'envie de prendre la fuite. Parce que j'étais fou d'elle, je ne pouvais pas juste m'en aller sur un coup de tête. Il était préférable que je prenne sur moi pour réfléchir à tout ça et voir les options que j'avais. Même si je m'en doutais déjà un peu. Soit notre enfant et elle, soit tout était terminé. Parce qu'elle allait sans doute faire comme Serena et s'avouer tout simplement incapable d'avorter. En même temps, il faudrait être un monstre pour lui faire une pareille requête. Or, je n'en étais pas un. Enfin pas que je sache. En tout cas, je l'étais assez pour être effrayé par la seul idée d'avoir un enfant. A tel point, que j'étais bel et bien prêt à tout quitter. A m'en aller et la laisser se débrouiller seul avec ce bébé. Quoi que non, je n'étais justement pas prêt à faire un truc pareil. Sans quoi, je serais sans doute déjà parti. Or, j'étais encore là. Et j'avais besoin de savoir qu'elle était également là. Vraiment là. Et ce fut pour cette raison d'ailleurs, que j'enroulai son bras autour de moi avant de poser ma tête sur sa cuisse, pour être physiquement au plus près d'elle. J'en avais besoin. Besoin de sentir sa chaleur contre moi.

Je fermai les yeux à sa caresse légère du bout de ses doigts, sur mon bras.« Il n'y a pas de soucis, prends tout le temps qu'il te faut... » Tout le temps qu'il me fallait ? Un bref rire m'échappa à cette question. Et après qu'elle eut déposa un tendre baiser sur ma tempe, je tournai à demi le visage vers elle pour pouvoir la regarder. « Oui enfin peut être pas autant non plus. Une grossesse ne dure que neuf mois ... » Lui fis-je remarquer sur un ton vaguement amusé. Juste vaguement par contre. Parce que j'avais toujours aussi peur à propos de ce qui était en train de nous arriver à tous les deux. Terriblement peur de la perdre au profit de ce bébé. Je fini par fermer les yeux à la caresses de ses doigts dans mes cheveux, pour en profiter pleinement. C'était toujours d'un tel apaisement pour moi. J'aimais quand elle agissait tendrement à mon encontre. J'en avais même besoin pour résumer les choses. « Puis, tu sais, si tu as besoin de parler, de te confier ou quoi, à ce sujet... n'hésites pas... Je suis là et peux tout entendre. » Cette fois ci, je me tournai pour de bon pour m'allonger sur le dos et pouvoir ainsi la regarder avec attention. Je m'emparai de l'une de ses mains, pour entremêler nos doigts. « Je t'aime Lindsay ... » Soufflai-je d'une voix douce.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin] Dim 30 Mar - 13:07

I need you because I love you...
Vitaly & Lindsay

Bien sûr, j'avais été surprise par cette grossesse. C'était clairement la dernière chose à laquelle je pouvais m'attendre... Ce n'était pas comme si j'avais vraiment voulu tomber enceinte, avait arrêté la pilule, etc... Là encore, cela ne m'aurait pas surprit tant que ça. Mais là... Là je n'avais rien vu venir. Et pour sûr, cela n'avait pas été évident, de passer toute la journée avec cela dans la tête, sans pouvoir en parler à qui que ce soit. Parce qu'évidemment, je voulais que Vitaly soit le premier au courant. Et j'avais sacrément gambergé, toute la journée, en imaginant sa réaction. Ainsi, j'aurais clairement préféré qu'il soit là, que je puisse directement lui en parler. Cela m'aurait évité de passer la journée, l'estomac noué, à m'inquiéter de sa réaction. Il était suffisamment intelligent pour comprendre que c'était impensable pour moi d'avorter. Je ne pouvais clairement pas faire une telle chose... Mais je ne pouvais pas me faire à l'idée que j'allais le perdre. Le problème était que je n'étais vraiment pas certaine qu'il décide de rester. Et je ne pouvais pas l'obliger à cela... Enfin, il n'était déjà pas parti immédiatement. Et même s'il n'avait toujours pas prit de décision, il avait accepté d'y réfléchir. C'était déjà bon signe, non ? Du moins, sa réaction aurait pu être bien pire et plus catégorique... De ce fait, je tentais de me montrer aussi compréhensive et patiente que possible en lui laissant tout le temps qu'il souhaitait pour réfléchir. A savoir s'il acceptait de continuer avec moi – et cet enfant – ou s'il nous quittait. Il ne semblait de toute façon pas y avoir d'autre solution... « Oui enfin peut être pas autant non plus. Une grossesse ne dure que neuf mois ... » J'esquissais à peine un léger sourire amusé, déglutissant difficilement. Oui, une grossesse ne durait « que » neuf mois... Et cela me rappelait simplement que jusqu'à présent, moi-non plus, je ne me sentais pas vraiment prête à avoir un enfant. A vrai dire, ce n'était pas à proprement parler le fait de devenir mère qui m'inquiétait... mais plutôt la grossesse en elle-même. Et neuf mois, ça pouvait être long. Mais inutile de lui faire part de tout cela... Il était déjà suffisamment inquiet de son côté, pour que j'en rajoute une couche avec mes propres doutes.

J'entrepris alors de laisser courir mes doigts dans ses cheveux, d'agir avec tendresse à son encontre. J'avais besoin de cela pour me rassurer. Pour constater qu'il ne m'en voulait pas et n'était pas sur le point de me quitter. Puis, je me doutais bien qu'il avait besoin d'être rassuré. Et qu'il avait peur que, comme ma sœur, je choisisse l'enfant à lui. Sauf que je n'étais pas capable de faire un choix. C'était plutôt à lui d'en faire un. Moi et l'enfant ou rien, puisqu'il était hors de question que je me sépare du bébé. Je précisais ensuite que s'il avait besoin de parler, de se confier, j'étais là. Il avait besoin d'être rassuré, de voir que j'étais toujours là... Et je voulais vraiment lui montrer mon soutien. Cela me paraissait normal dans un moment aussi délicat... Et lorsqu'il se tourna pour mieux me voir, je penchais légèrement la tête sur le côté, plantant mon regard dans le sien. « Je t'aime Lindsay ... » Immédiatement, un doux sourire s'empara de mes lèvres, tandis que je caressais, du bout des doigts, l'un de ses joues. L'entendre me dire ça me faisait un bien fou. Et c'était dans des moments pareils, que je me disais que clairement, je ne pourrais pas vivre sans lui. Et j'espérais que la réciproque était vraie. Sinon, rien ne l'empêcherait de partir, par peur de cette paternité. Mais je ne voulais pas penser à cela maintenant. Je vins donc doucement capturer ses lèvres des miennes, pour un intense baiser. « Je t'aime aussi... » murmurais-je en me détachant à peine de lui. Oui, je l'aimais. A un point qu'il ne pouvait même pas imaginer. Et c'était bien pour cela que le perdre m'effrayait autant. Mais j'osais croire que son amour pour moi était, lui aussi, assez fort. Suffisamment pour qu'il reste avec moi.



Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: I need you because I love you... [Vit & Lin]

Revenir en haut Aller en bas

I need you because I love you... [Vit & Lin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-