It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
MessageSujet: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Ven 28 Fév - 19:48


la mode se démode, le style jamais.
28 février, 10h30” Je ne faisais pas souvent les magasins, je n'aimais pas particulièrement ça. Passer des heures à choisir des habits... très peu pour moi. C'était encore plus vrai pour les soldes. Les soldes, moi j'appelais plus ça une invention du mal ! C'était vrai... pendant les soldes, il y avait partout des hystériques qui hurlaient en voyant un sac, une paire de chaussures ou même, parfois, une paire de chaussettes. D'accord, d'accord, j'ai déjà hurlé en voyant une paire de chaussures, des chaussettes, une ombrelle, un gilet, une robe, une cape et un élastique pour cheveux. Mais le contexte n'était pas du tout le même ! Lorsque j'avais fait ça, c'était à Tokyo. Dans une boutique de vêtements sweet lolita. Mais il faut être honnête, ce style vestimentaire est trop mimi, super adorable ; en un mot, ''kawaii''. Malheureusement toutes mes affaires sweet lolita sont trop petites désormais... Depuis mes quinze ans j'avais trop grossi pour. Je n'avais pas beaucoup de kilos en trop mais c'était trop pour mes magnifiques tenues qui maintenant sont dans mon placard... Quel dommage. En parlant de  poids, comme j'en avais à nouveau repris depuis que j'étais avec Naoki, l'un de mes jeans était devenu trop petit. Depuis quelques semaines l'envie de faire chauffer la carte bancaire m'était venue. J'avais donc profiter de cette occasion pour traîner Naoki au centre commercial... sans le prévenir de mes intentions diaboliques. En général, les hommes n'aiment pas faire les magasins. Ne sachant pas s'il faisait partie de cette majorité, je ne lui avais rien dit... juste que je risquai d'avoir du mal à trouver chaussure à mon pied, même si je recherchais un jean. De cette façon, je l'avais prévenu. À demi-mot. Nous sortîmes rapidement du magasin où j'avais acheté mon jean. C'était un beau jean bleu clair, avec une belle pomme dessinée avec des paillettes rouges sur le revers gauche. Il m'avait rarement été donné de trouver un si beau jean. C'était l'une de choses que j'aimais à New York. Il y avait plein de boutiques remplies d'habits tous plus beaux les uns que les autres. Mon sac dans les bras, je continuai de marcher, sourire aux lèvres. Jusqu'à ce que. « Oooooooooooooooooooooh. Merveille. », hallucinai-je en français tant la surprise était bonne. J'en lâchai mon sac à main et mon sac de shopping. Je me tournai vers Naoki. Mon poing recouvrant mon autre point, je sautillai de joie. « Tu n'as rien de prévu cette après-midi n'est-ce pas ? S'il te plaît, s'il te plaît, s'il te plaît ! », répétai-je avec mon grand sourire aux lèvres et en continuant de sautiller comme une petite folle. Mon regard avait croisé une boutique de vêtements sweet lolita. Pas gothic lolita avec, non. J'aimais les deux styles mais ma préférence allait vers le sweet lolita. Et là, que vois-je ? Une boutique me semblant immense remplie de ces merveilleux habits. J'avais l'intention de m'acheter plein de nouveaux habits, chaussures et accessoires mais j'étais loin de m'attendre à une telle surprise. C'était le plus beau jour de l'année.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Ven 28 Fév - 23:01

La mode de démode, le style jamais…



10h30, Manhattan…

Aujourd’hui, c’est jour de sortie. Bien qu’un peu réticent au départ, j’ai quand même dit «oui» à Holly pour l’accompagner s’acheter un jean. Allez dans les magasins pour passer des heures à choisir des fringues, très peu pour moi. Jusqu’à maintenant, la seule à avoir réussi à m’entraîner dans ce genre de chose c’est ma petite sœur. Mais je lui avais promis pour son anniversaire donc je ne pouvais plus revenir sur ma parole. Well, today it’s different. En effet, Billy savait déjà ce qu’elle voulait donc ce n’était l’histoire que de quelques minutes. Elle voulait absolument me convaincre de l’accompagner. Tellement que ça en devenait suspect. Elle avait sûrement autre chose en tête mais je ne pouvais deviner quoi.  Et d’un autre côté, je suis toujours partant pour être avec elle. Je me rappel très bien le jour où est allé au marché de Noël. On aurait dit une enfant à Disney Land. Mais on s’était bien amusé je dois le reconnaître… Je ne vais pas vous racontez le petit déjeuner et tout ce qui va avec parce-qu’on est d’accord, ça sert à rien. On file directement à Manhattan sans passer par la case départ. Dommage, j’aurais bien pris les 20 000$. Nous voilà au beau milieu de ce magasin féminin. Moi je suivais juste Billy puisque les vêtements d’ici… C’est pas pour les hommes. Au bout de quelques minutes elle avait fini par trouver son bonheur en prenant ce jean bleu décoré d’une pomme et de paillettes. Plutôt fantaisiste mais néanmoins jolie. Surtout porté par celle que l’on aime. Bien sûr tout ça, c’était avant le drame. Sortit depuis peu de cette boutique, une autre, qui transformait les yeux de Billy en étoile, fit son apparition. Du Sweet Lolita. On pouvait pas le loupé c’était marqué en gros à l’intérieur de la vitrine. Au vu de sa réaction face à ce magasin, j’ai compris qu’on allait pas rentré tout de suite. Je ne savais pas si je devais être content pour Billy ou triste pour moi. Il était assez tôt en plus donc toute la journée nous tendait les bras. J’ai donc récupéré les sacs que madame avait laissé tomber avant de poser une main sur sa tête, comme pour l’empêcher de sautiller. Je souriais instinctivement. «D’accord, d’accord! J’ai compris. Je comprend aussi pourquoi tu voulais absolument que je vienne. Tu sais quoi? Tu es diabolique. Ouais! Diabolique!» Depuis le début c’est ici qu’elle désirait m’emmener. Je doute fortement que ce soit une coïncidence que l’on tombe sur cette boutique. Elle avait tout planifié et maintenant je suis coincé. Enfin… C’est un bien grand mot quand même. Disons que je ne pouvais plus reculer. Puis la voir comme ça, c’était marrant. Elle me faisait penser à un personnage de manga, dont le expressions corporel étaient toujours un peu exagéré. Sauf que là, c’est pas un manga. Cependant, les vêtements exposé dans la vitrine étaient superbe. Je me surprend moi-même à penser ça mais là je dois avouer que c’est jolie. Puis au final si Holly porte ces tenues, ce sera moi le plus chanceux. Penser de manière positive. Toujours. C’est la clé pour… J’en sais rien, mais ça marche…

deden
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Sam 1 Mar - 15:17


la mode se démode, le style jamais.
Jamais je n’aurai cru tomber sur une telle merveille. C’était totalement génial, parfait, c’était limite si je n’allais pas en pleurer de joie. En tous cas j’en sautais de joie. Je sentis la main de Naoki se poser sur ma tête mais rien n’y fit, je continuait de sautiller comme si que j’avais des ressorts à la place des chaussures. Comme si que j’étais l’un de ces personnages d’un dessin animé, le Manège Enchanté me semblait-il. Deux personnages avaient un ressort à la place des jambes. Je sentais que j’étais bien partie pour marcher de la même façon qu’eux. En sautant grâce à mes ressorts. Enfin, mes ressorts… je n’en n’avais pas. Moi, j’avais des pieds. J’étais humaine et non pas un personnage de dessin animé ! J’aurais bien aimé en être un. Ça devrait être cool de vivre dans le dessin animé de Winnie l’Ourson, dans la forêt des rêves bleus. J’irais manger du miel avec lui toute la journée. «D’accord, d’accord! J’ai compris. Je comprend aussi pourquoi tu voulais absolument que je vienne. Tu sais quoi? Tu es diabolique. Ouais! Diabolique!» J’arrêtai soudainement de sautiller et le regardai avec de grands yeux choqués. « Mais je ne savais pas ! Je t’assure. Je n’étais pas au courant de l’existence d’une telle merveille à New York. C’est d’ailleurs la raison de ma joie ! », assurai-je. Car c’était vrai en plus. « Et je ne suis pas diabolique, même pas vrai ! Tu ne connais pas ma cousine pour dire une telle chose ! », m’écriai-je en le tirant par la main vers l’intérieur de cette merveilleuse boutique. « Et puis si je voulais tant que tu viennes c’est même pas pour avoir quelqu’un pour porter mes sacs d’abord. C’était juste parce que je voulais être avec toi. Parce que je voulais avoir un souvenir d’une de mes journées shopping avec quelqu’un qui m’aime vraiment et qui ne me trahira pas. », ajoutai-je d’une voix moins enjouée. La dernière fois que j’avais fait du shopping par simple plaisir, c’était avec Ian, il y avait cinq ans. C’était le genre de souvenirs que j’avais qui ne valaient plus un clou, que je préférerais oublier. Arrivée dans le magasin, je manquai de tomber par terre tellement j’étais heureuse. Il y avait du rose partout, dans plusieurs teintes différents. Je voyais aussi différentes déclinaisons de violet, de vert, de bleu. Il y avait aussi du blanc. Et les robes en elles-mêmes, qu’en dire ? Il y avait des nounours, des cupcakes, des bonbons. « Sincèrement… ne trouves-tu pas ça merveilleux ? Depuis le temps que je rêvais de me racheter des affaires sweet lolita… voilà un heureux hasard… D’accord, je comptais te traîner faire les boutiques, je l’avoue. Mais pour cette boutique, je suis innocente. », assurai-je avant de commencer à m’éloigner dans les abysses du magasin.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Dim 2 Mar - 12:59



10h35, Manhattan…

Cette boutique avait provoqué en elle une telle joie que ma tentative pour la faire arrêter ses petits sauts fût bien inutile. Elle s’était transformé en un véritable kangourou. Et en plus de ça c’est moi qui porte les sacs. Non mais j’te jure. Mais bon, je dois avouer que cette boutique me rappelais des souvenirs. C’était dans ce genre d’endroits que ma petite sœur m’avais emmené pour son anniversaire. Je lui avait promis d’aller partout où elle voudrait ce jour là. On en avait fait un paquet de boutique, toutes plus fantaisiste les unes que les autres. Je reconnait m’être bien amusé aussi à ce moment-là. Je suppose qu’aujourd’hui ce sera un peu la même chose. Billy avait soudainement arrêté de sauter et me fixais avec de grands yeux avant de m’affirmer son ignorance par rapport au magasin ici présent. Mais aussi que sa cousine serait un démon. «Bon ça va, tu t’en sort pour cette fois.» Et oui. Qu’est-ce que je suis gentil. «Ta cousine? Celle qui vie avec Mister Marshmallow? Elle n’est pas diabolique, elle est juste… Bizarre.» Oui parce-que pour ceux qui ne serait pas au courant, Mister Marshmallow est une peluche. Et ouais. Bref. Comme pour le marché de Noël, c’était Billy qui m’entraînait partout en disant vouloir des souvenirs solides d’une sortie shopping en couple. Un court instant, sa voix avait changé mais sa bonne humeur était toujours présente. Tellement présente qu’une entrée mémorable dans la boutique avait failli se produire. Manquant de tomber avec elle, j’ai finalement pu regarder un peu autour de moi. C’était bien ça. Un intérieur coloré et joyeux. Tout comme ceux dans lesquelles je m’étais rendu avec Haruka. Mais évidemment, à Akihabara c’était presque toutes les rues qui étaient comme ça. Avec des filles en cosplay partout que ce soit pour le travail où pour le shopping. Même les garçons. Bien que la majorité d’entre eux se tournaient plus vers les restaurants où les serveuses étaient habillés en servante Neko. Avec les oreilles et tout. C’est pour ça que là c’était différent, bien que l’esprit reste le même. J’apprenais par la suite que les intentions de ma cher et tendre dulcinée était réellement de m’emmener faire les magasins toute la journée. «Je m’en doutais. Même si t’étais pas au courant pour ici, ça reste dans tes plans. Donc! Tu es diabolique… Et chanceuse.» La chance avait fait apparaître cette endroit. Pourtant je ne me plains pas. Il n’y a aucune raison de me plaindre de toute façon. Elle voulait être avec moi et je désirais la même chose. A partir de là, je ne vois pas de problèmes… La voyant s’éloigner je venais de décidé que moi aussi je devais faire un tour du propriétaire. Bon, pas vraiment pour les vêtements hein parce-que voilà… En revanche j’aimais beaucoup les peluches. Il y avait un gros Hello Kitty assis là qui me regardait. Cette peluche me faisait penser à mon chat que j’avais à la maison et j’avais nommé Kitty. C’était une femelle, toute blanche et angora. Je lui avait mit un nœud papillon rose autour du cou. Mais malgré tout ça, elle préférait Natsuki. Je n’ai jamais su pourquoi. Cependant, elle passe plus de temps chez elle à cause de mon travail. Je crois aussi que ma cousine est amoureuse de Kitty. Enfin… J’ai pris cette grosse peluche dans mes mains avant de la fixé à mon tour. «C'est pas la peine de me regarder comme ça, je suis déjà pris.» J’ai tourné le Hello Kitty en direction de Billy, qui regardait les vêtements, avant de moi aussi regarder vers elle. «Regarde, c’est elle.» Je souriais naturellement en prononçant ces mots. Moi qui disais que la cousine de Holly était bizarre avec son Mister Marshmallow, voilà que je parlais à un Hello Kitty. Si Billy me voyait faire…

deden


Dernière édition par Naoki Katsuragi le Mer 12 Mar - 21:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Mer 12 Mar - 15:36


la mode se démode, le style jamais.
«Bon ça va, tu t’en sort pour cette fois.» Quelle chance. Je le remerciai d'un grand sourire. «Ta cousine? Celle qui vie avec Mister Marshmallow? Elle n’est pas diabolique, elle est juste… Bizarre.» Je hochai la tête. Bizarre, c'était le mot pour la décrire... mais diabolique aussi. J'avais tellement de souvenirs de son rire démoniaque. « Oui, c'est bien elle. April. Celle à qui j'ai offert un cadeau pour son lapin en peluche à Noël... ah, te rends-tu compte ? Depuis que je suis avec toi, je suis devenue bien plus gentille avec elle. Je me demande ce que ça ferait si elle un jour elle avait un petit ami. » Je disais ça, sans pourtant avoir la preuve que ça ne lui était jamais arrivé. Et maintenant que j'y pensais... « D'ailleurs je me demande si ce n'est pas le cas, en ce moment. Elle semble un peu changée depuis la fin de l'année dernière. Mais le truc, c'est qu'il me semble qu'elle ne connaît pas beaucoup de gens sur New York. » Après, je ne connaissais pas des tas et des tas de gens non plus... mais quand même davantage qu'April. J'aurai préféré de jamais en rencontrer certains, comme par exemple ce... c'était quoi son nom déjà ? Un nom qui irait bien à un robot... ah oui, Ulquiorra. Lui j'aurais préféré ne jamais le connaître. Il m'avait certes offert des glaces et vu la chaleur qu'il faisait j'avais apprécié l'attention, mais il m'avait retenu pendant longtemps. Je venais de tuer quelqu'un et lui était venu faire causette. Enfin, pour en revenir à nos moutons, si ça se trouvait April était connue dans tout New York et je n'étais pas au courant. Avec elle j'avais appris à m'attendre à tout... au pire comme au meilleur. D'ailleurs cette journée s'annonçait être dans la catégorie du meilleur. «Je m’en doutais. Même si t’étais pas au courant pour ici, ça reste dans tes plans. Donc! Tu es diabolique… Et chanceuse.» Je souris à nouveau et baissai la tête un instant. « Désolée... Tu sais, si j'avais été au courant j'aurai été plus excitée à l'idée de pouvoir m'acheter à nouveau du sweet lolita. Tu te serais douté de quelque chose. », assurai-je. Je fis ensuite semblant de bouder, bras croisés contre ma poitrine. « En tous cas, ravie de voir qu'il te suffit de passer du temps avec moi pour me qualifier de diabolique, pff ! Moi aussi je t'aime ! », soupirai-je. Je ne lui en voulais pas... c'était vrai que j'étais un peu diabolique pour l'avoir emmené ici sans le prévenir de mes intentions. Mais comment m'en vouloir ? J'étais une personne tellement formidable, brillante et... je vais m'arrêter là, la modestie d'April était en train de m'envahir. Chaque jour un peu plus ! Si ça continuait j'allais finir comme elle. Oh mon Dieu, finir par croire une peluche vivante... Sortez-moi de là. Une fois arrivée dans la boutique, je ne perdis pas plus de temps et partit explorer les lieux. Il y avait vraiment de très belle robes ! Ah, tout ça me rappelait mes vacances à Tokyo. Je n'irais peut-être pas jusqu'à dire qu'elles ont été les meilleures vacances de ma vie mais en tout cas cet été faisait partie du top 5, il n'y avait aucun doute là-dessus. Après quelques minutes d'observation des rayons, je finis par trouver quelque chose d'intéressant. Une belle robe bleue et blanche avec des cupcakes en bas de la jupe et un corset décoré de beaux rubans. Elle était à bretelles, si je la prenais j'allais devoir trouver un chemisier à mettre en dessous. Ou bien un gilet à mettre par dessus. Je sortis de la poche de mon manteau deux élastiques à cheveux et me fit deux couettes avant d'attraper le cintre et de retourner voir Naoki, qui avait un Hello Kitty dans les bras. Arrivée à côté de lui, je mis la robe contre moi. « Regarde ! Elle te plaît ? », demandai-je en souriant.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Sam 22 Mar - 21:02



10h41, Manhattan, Sweet Lolishop…

«Donc tu t’es assagis grâce à moi, c’est ça? Je pensais pas avoir un tel pouvoir.» Est-ce que je rendais les gens heureux? Je ne sais pas vraiment mais le plus important c’était que je la rende heureuse, elle. «Qui sait? Peut-être qu’elle a finalement trouvé quelqu’un qui a aussi un Mister Marshmallow? Tu crois que c’est possible ça?» April. Je ne la connait pas tant que ça mais le peu que j’en ai vu… Il faut le voir pour le croire. Pour elle, Mister Marshmallow n’est pas une peluche mais une réelle personne. Faire un cadeau à cette peluche la rendra plus qu’heureuse. Bref. Billy continuait de maintenir le fait qu’elle ignorait l’existence de cet endroit. Bon. C’était peut-être vrai alors. En revanche elle savait bien que je n’étais pas un grand fan du shopping. Mais je pense que c’est le fait d’en faire seul que je n’aime pas. Aujourd’hui on est ensemble prêt à réaliser notre journée magasin toute la journée. Et ça, ça ne me dérangeais mais alors pas du tout. En plus j’allais avoir l’occasion de la voir dans des tas de vêtements différents, plein de fantaisie. Le prix de l’homme le plus chanceux du jour me revient je crois. Quoique. La voilà qui se met à bouder. Ça y est, qu’est-ce que j’ai encore fait? A moins que ce soit une fausse boude. Oui. Ça devait être ça. «Je sais que tu m’aime. Sinon tu ne ferais pas semblant de bouder. Allez Grincheux, va donc te chercher de nouveaux habits! C’est pour ça que t’es venu, non?» Ai-dis en souriant. On s’est séparé un petit moment, chacun allant voir si quelque chose retiendrait son attention. Moi j’avais trouvé une peluche de soixante de centimètres avant de retrouvé Holly qui elle, revenait avec une trouvaille. Et deux couettes qui lui allaient si bien. Pendant que Hello Kitty et moi on la regardait, elle avait placé la robe devant elle en me demandant si cette dernière me plaisait. «J’en sais rien. Il faudrait que tu sois dedans pour que je sois sûr de ce que j’en pense.» En fait je la trouvait jolie cette robe mais je le voulais mon défiler de mode. Alors j’essaie de trouver un prétexte pour la voir dans différent habits. Après tout, j’avais le droit d’avoir un plan moi aussi, non? Cependant, je ne savais pas si elle s’en rendra compte ou pas. D’un autre côté mon petit piège, si on peut appeler ça ainsi, se voyait comme une tâche de bolognaise sur un T-shirt blanc. Pardon pour la comparaison mais j’ai pas trouvé mieux. Enfin… C’était surtout le léger sourire que je faisais inconsciemment qui allait sans doute trahir mon plan. Puis de toute façon elle était venu pour ça, hein. Alors je ne voyais pas de raison de refuser une séance d’essayage… Du moins, c’est ce que je crois…

deden
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Sam 29 Mar - 15:09


la mode se démode, le style jamais.
«Donc tu t’es assagis grâce à moi, c’est ça? Je pensais pas avoir un tel pouvoir.» Peut-être. Ça collait avec ce que j'avais dit, en tous cas. Ce dont j'étais sûre c'était que grâce à Naoki, ma relation avec April s'était beaucoup améliorée. Les moments où je ne pouvais plus la supporter étaient devenus rares alors qu'auparavant ils faisaient partie de mon quotidien. « En résumé ça doit être ça. Depuis toujours, j'avais du mal à vivre avec elle mais maintenant, je lui offre même des cadeaux sans occasion particulière. » D'ailleurs, peut-être pourrai-je essayer de lui trouver un petit quelque chose durant cette journée ? J'imaginais que ça lui ferait plaisir. Je continuai de parler de ma cousine, évoquant son léger changement de comportement. «Qui sait? Peut-être qu’elle a finalement trouvé quelqu’un qui a aussi un Mister Marshmallow? Tu crois que c’est possible ça?» Je haussai les sourcils en hochant légèrement la tête, réfléchissant. Au bout de quelques secondes de réflexion, je pouffai. « Je ne critique pas les adultes qui ont encore leur doudou, mais il faut être sérieusement atteint pour se promener partout avec une peluche. Qui plus est de la taille de Mister Marshmallow ! Tu l'as déjà vu ? Il est... énorme ! Quand je pense que c'est moi qui le lui ait offert... si j'avais su, j'aurai choisi une peluche plus discrète. » D'un côté, c'était touchant de voir qu'elle tenait comme ça à un cadeau que je lui avait fait. Maintenant que j'y pensais, ça me faisait vraiment plaisir qu'elle l'ait toujours. C'était son seul ami. Je trouvais ça bizarre d'être ami et de converser avec une peluche, mais bon... ma cousine avait une très grande imagination. C'était sans doutes une bonne chose. Moi aussi j'en avais pas mal, plus jeune. J'avais vieilli et était devenue plus rationnelle. «Je sais que tu m’aime. Sinon tu ne ferais pas semblant de bouder. Allez Grincheux, va donc te chercher de nouveaux habits! C’est pour ça que t’es venu, non?» Bon, c'était pas faux, sinon je ne ferais pas semblant de bouder. À l'entente du terme 'nouveaux habits', je retrouvai mon sourire. « Nyaaah ! Oh que oui ! », m'écriai-je. Quelques personnes se retournèrent mais je les ignorai, même si l'une d'entre elle me dévisageait bizarrement. Elle était jalouse de ma joie, voilà pourquoi. Une fois dans le magasin, je trouvai rapidement une robe à mon goût. Il n'y avait pas à dire : le sweet lolita était vraiment un style vestimentaire adorable, avec tous ces rubans, ces volants... Je vins trouver Naoki et lui demandai ce qu'il en pensait. «J’en sais rien. Il faudrait que tu sois dedans pour que je sois sûr de ce que j’en pense.» Je réfléchis un instant. C'était vrai qu'il avait raison. « Il faut trouver les cabines d'essayage maintenant... et il faut que je trouve ma taille aussi. Celle-là me semble un peu petite... » Ayant pleinement retrouvé le goût de vivre,  j'avais aussi retrouvé le goût de manger et de m'empiffrer encore et toujours, à longueur de journée. J'avais de la chance de pouvoir manger sans trop trop prendre de poids. En voyant une vendeuse, je m'en approchai et lui demandai par où était les cabines. Elle m'indiqua la direction et, après avoir trouver ma taille pour la robe, je partis vers elles, tirant Naoki par la main. Je l’abandonnai devant l’une d’entre elles et partit me changer. J’avais prévu le coup, j’avais mis des vêtements rapides à enlever et à remettre en prévision de mes nombreux essayages… J’enfilai la robe et sortit. Je sautillai vers lui. « Alooors ? Qu'en penses-tu ? », m’empressai-je de lui demander avec mon grand sourire.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Mar 1 Avr - 22:13



10h47, Manhattan, Sweet Lolishop…

A l’entendre dire, offrir un cadeau de temps en temps à sa cousine sans aucune raison relevait de l’exploit. Je trouvais cela étrange. De mon côté, que ce soit pour ma petite sœur ou ma cousine, les cadeaux étaient assez régulier. Surtout pour Haruka en fait. Puis avec elle le choix était bien plus simple. Elle aimait - et aime toujours d’ailleurs - tout ce qui se raccordait à l’univers du manga. Autant vous dire que là où j’habitai au Japon, c’était pas ce qui manquait les mangas. Ai-je déjà dis que le choix était plus simple? Parce-que dans un sens, ne pas savoir quoi offrir et avoir l’embarras du choix semble finalement être des difficultés assez similaire. Lorsque l’on manque d’idées on se dit qu’on est mal parce-qu’il ne nous reste plus que deux heures avant de devoir faire ce cadeau et qu’on a toujours rien. De l’autre côté on est confronté à un océan de présents et on se tracasse la tête à savoir lequel d’entre eux fera le plus plaisir. Sans oublier le critère «Utilité de l’objet». Si on en cherche un pour une utilisation régulière ou juste une décoration d’intérieur. Enfin je vous raconte ça mais c’est pas bien important en soi. «Si tu lui achetait une nouvelle peluche, mais une fille cette fois, tu crois qu’elle serait capable d’en faire un couple? Quoi qu’en y repensant, elle pourrait bien devenir jalouse de qui ou de quoique ce soit qui aimerait Mister Marshmallow autant qu’elle…» Maiiiiis… Bref! Ce qui était important c’était aujourd’hui ainsi que tous les jours que je passerais avec Billy. Là on se trouvait en pleine séance d’essayage. Enfin… C’était surtout elle. Moi j’avais en quelque sorte le rôle du juge. Puis je me suis soudainement senti un peu bête. L’entendant dire qu’il fallait être un atteint de la caboche pour traiter une peluche de cette façon. Pourquoi me suis-je senti stupide? Parce-qu’au moment où elle m’a affirmé cela, j’avais un Hello Kitty dans les bras et il y tout juste cinq minutes j’étais en train de lui parler. Mais ce n’est pas pour ça que j’ai reposer le nounours à sa place. J’allais peut-être même l’acheter finalement cette grosse peluche. Peut-être que je pourrais l’envoyer à Haruka… Où alors je le garde. Il y a Natsuki aussi. Elle qui s’endort souvent seule devant la télévision le soir. Elle qui ne veux pas prendre le risque d’être à nouveau blessé par l’amour. Bon… On verra bien. «Une peluche plus discrète n’aurait peut-être pas eu le même effet. Je pense que celle-ci lui va très bien. Ouais! Vu la façon dont elle le traite c‘est même certain.» Par la suite, Holly me montrait ses talents d’actrice. Là par exemple c’était «Le boudage». Avant de laisser éclater sa joie et de partir à la chasse aux vêtements. Elle revenait déjà avec une proie d’ailleurs et s’empressa de questionner une vendeuse pour les cabines d’essayage. Comme à son habitude elle me pris par la main, m’entraînant avec elle jusque là-bas. Je m’étais planté juste en face du rideau derrière lequel Billy se changeait. Mes yeux et ceux d’Hello Kitty étaient également dirigé par là en attendant que… Ah! Bah ça y est, elle est déjà sortie. Décidément, ce style de fringues lui allaient parfaitement. J’avais mon téléphone à la main et je lisais un message de Natsuki. Je ne l’ai même pas lu jusqu’à la fin car j’avais inconsciemment enclenché le mode appareil photo. Je venais d’immortaliser Billy dans cette robe avant d’en réclamer davantage. Pas exigeant le mec déjà. «Elle te va bien. J’ai hâte de te voir dans les suivantes!» Ai-je prononcé avant de l’embrasser. Ça pour avoir hâte, j’avais hâte. Je m’en fichais complètement qu’on monopolise cette cabine. Puis de toute façon il y en avait d’autres. Bon… Il n’en restait que deux mais ça suffisait amplement pour les autres personnes. «Si t’es sage t’aura peut-être droit à un défiler toi aussi.» J’avais lancé ça un peu comme un parent qui disait à son enfant de rester sage sinon pas de dessert. Mais dit comme ça, j’ai l’impression que le dessert… C’est moi…

deden
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Lun 7 Avr - 18:20


la mode se démode, le style jamais.
«Si tu lui achetait une nouvelle peluche, mais une fille cette fois, tu crois qu’elle serait capable d’en faire un couple? Quoi qu’en y repensant, elle pourrait bien devenir jalouse de qui ou de quoique ce soit qui aimerait Mister Marshmallow autant qu’elle…» Est-ce qu'April était dérangée à ce point ? Hm... je n'en savais rien. Normalement, ce sont les enfants qui jouent avec les peluches et qui sont capables d'en faire des couples... C'est mignon les peluches, ce n'est pas ça le problème. Arrivé à un certain âge, c'est juste moins... moins normal de les aimer toujours autant ? Enfin, je préférais voir April heureuse avec Mister Marshmallow que comme le soir où je l'ai trouvée dans mon canapé, avec mon pot de Nutella vidé et ma porte forcée. J'avais accepté de la garder, en même temps, je ne pouvais pas lui demander de partir ! En s'apercevant que je ne tenais pas spécialement à ce qu'elle reste, elle avait proposé de partir et comptait me laisser Mister Marshmallow comme souvenir d'elle. « Je ne sais pas... tu sais, avec elle il faut s'attendre à tout. » Tout, absolument tout, au meilleur comme au pire. Surtout au pire en fait... Oui, voilà. Surtout au pire ! Mais bon, ce n'était pas grave, je l'aimais quand même ma April. «Une peluche plus discrète n’aurait peut-être pas eu le même effet. Je pense que celle-ci lui va très bien. Ouais! Vu la façon dont elle le traite c‘est même certain.» Je hochai la tête. Naoki avait raison, Mister Marshmallow convenait très bien à April. « C'est plus à moi qu'il ne convient pas... enfin, j'imagine que lorsque je l'ai choisi, il m'a plu. Je n'avais pas pensé que je me retrouverais obligée de cohabiter avec lui plus tard... », soupirai-je avant de sourire. Cohabiter avec une peluche. Oui, oui, c'était tout à fait normal... Trêve de bavardages, j'avais autre chose à faire. Par exemple, essayer des robes, essayer des chaussures, essayer des gilets, essayer des jupes, essayer des chemisiers, essayer des accessoires. Beau programme, n'est-ce pas ? La chance avait mis cette fabuleuse et inattendue boutique de sweet lolita sur mon chemin. C'était bien mieux que les nombreuses autres boutiques de vêtements qui, dans le fond, se ressemblaient tous et que tous et toutes portaient mais que, ce matin encore, j'avais la ferme intention de visiter – voir de dévaliser. Je trouvai rapidement une robe me plaisant pas mal. Après avoir demandé où se trouvaient les cabines d'essayage, j'emmenai Naoki vers elles. Je me changeai puis sortit et lui demandai son avis.«Elle te va bien. J’ai hâte de te voir dans les suivantes!», déclara-t-il avant de m'embrasser. « Il faut que j'aille me trouver d'autres tenues dans ce cas ! Car en plus, là, ce n'est même pas une tenue complète, loin de là. » Il manquait encore pas mal de choses pour avoir une coordination complète, à commencer par le chemisier obligatoire sous les robes à bretelles. Dans le sweet lolita, les tenues ne doivent pas laisser voir les épaules. Il me manquait aussi les chaussettes, les chaussure, l'accessoire de cheveux ainsi que tous les autres accessoires et bijoux... «Si t’es sage t’aura peut-être droit à un défiler toi aussi.» « Je doute que tu trouves de quoi faire un défilé dans ce magasin ! », assurai-je avant de rire. Je partis me changer puis, en laissant Naoki devant la cabine, allai chercher plusieurs autres robes. Un petit quart d'heure plus tard, je revins avec un panier rempli : cinq robes, deux paires de chaussures, un chemisier, puis plusieurs accessoires mais surtout, un jupon grâce auxquelles les robes deviennent bouffantes. J'aurai bien pris plus mais en me voyant, une vendeuse m'a demandé d'arrêter là si je comptais essayer tout. J'ai obéis puis je suis retournée aux cabines. Je rentrai dans la même que tout à l'heure, me changeai à nouveau et sortis. « Et celle-là ? », demandai-je en souriant ? Je tournoyai sur moi-même. Seul le ruban dans le bas du dos tourna lui aussi. Cette fois-ci, ma robe était dans des tons de roses. Les chaussures, des ballerines à rubans et compensées, étaient elles aussi de la même couleur.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Lun 14 Avr - 17:43



10h52, Manhattan, Sweet Lolishop…

S’attendre à tout avec April. C’est sûr qu’une fille de son calibre déjà c’est rare et en plus remplie d’imprévision. Le genre de personnes avec qui on ne voit que de l’inédit. Tout en écoutant Billy parler, ma tête s’agitait légèrement de haut en bas comme pour acquiescer ce qu’elle me disait. Je ne pouvais pas vraiment répondre étant donné que le sujet «April» m’était encore en pas mal de points inconnu. Toujours la peluche dans les bras et le regard fixé sur cette jolie demoiselle en pleine session d’essayage que je suis ravie de pouvoir appelé ma compagne, je commençais à me rendre compte que tout cela prenais plus la forme d’un défiler qu’une sortie shopping. En effet, Billy parlait maintenant de «tenue complète». Ça voulait dire vêtements plus accessoires. Autant vous dire qu’on en avait pas encore terminé avec cette journée. Cependant je n’ai pas besoin de vous rappelez que comme j’y gagne quand même quelque chose, je fais l’impasse sur les plaintes et je me concentre plutôt sur mon jugement. Qui sera plus ou moins utile à Billy. «Je doute aussi qu’il y est de quoi me faire faire un défiler mais qui sait? Peut-être que le Sweet Lolita me rendra belle.» Ai-je prononcé d’un ton ironique. Oui. Je ne me voyais pas enfiler une robe et tourner sur moi-même en demandant si elle m’allait bien. Ça serait trop bizarre un garçon en robe en train de faire de ce genre de choses. Bref! Je m’étais adossé au mur juste derrière moi en attendant que Holly reviennent avec une nouvelle garde-robe. Ouais. C’était comme ça qu’on pouvait appeler ça. Après quinze minutes sans nouvelles, la voilà qui revenait finalement de sa chasse aux vêtements avec un panier remplie, ou plutôt «débordant», de proies. Ça me rappelais Haruka. Etant une grande fan de Cosplay, elle voulait toujours plus de vêtements, de lentilles colorés, de perruque… Enfin, tout quoi. Billy n’en était pas à ce point là non plus mais en la regardant faire ainsi, je revoyais en quelque sorte ma petite sœur.
Quinze minutes pour aller chercher des vêtements, auxquelles on peut rajouter au moins cinq minutes pour lui laisser le temps de se changer et de ressortir telle… «…Une vraie poupée. Celle-ci te va beaucoup mieux que la bleue d’ailleurs. Des chaussures en harmonie avec le haut. Et… Un modèle qui porte très bien cette tenue. Oui! Je met un 8! C’est dommage de devoir l’enlever mais t’as pas vraiment le choix si tu veux essayer les autres, hein.» Finalement, je crois que je pourrais passer bien plus qu’une journée à la regarder dans différentes tenue. Mais ça c’est pas possible donc je vais profiter à fond de ce moment. Cela dit, rien ne nous empêche de recommencer un autre jour…

deden
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Sam 19 Avr - 10:46


la mode se démode, le style jamais.
«Je doute aussi qu’il y est de quoi me faire faire un défiler mais qui sait? Peut-être que le Sweet Lolita me rendra belle.» J'éclatai de rire. « Je t'imagine bien avec deux petites couettes comme moi... », pouffai-je en prenant une peu de ses cheveux pour voir si ce que je disais était envisageable. Chose faite, je réfléchis un instant. Les couettes ne lui allaient pas vraiment... Je lui lâchai et les cheveux. « Oui mais non. Ne te mets pas au sweet lolita. Mais tu sais, je crois qu'il existe un genre vestimentaire masculin très semblable au sweet lolita ! Ça pourrait bien t'aller. », affirmai-je. Je ne me souvenais plus du nom de ce style vestimentaire. Mais alors plus du tout. Il me semblait cependant qu'il existait. Et qu'il rendait celui qui le portait aussi kawaii qu'une sweet lolita. En plus, ça forme des couples hyper kawaii, si les deux sont habillés de façon assortie. Mais.... je n'imaginais pas vraiment Naoki habillé comme ça. Son style vestimentaire à lui lui allait certainement mieux. Sans bavarder davantage, je partis ensuite en excursion pour trouver de nouvelles robes, des jupes, des chemisiers, gilets, chaussures, et quelques accessoires. J'avais bien envie d'acheter tout le contenu de mon panier.... ce n'était pas le total qui allait poser problème, mais je devais être raisonnable. Je le changeai et sortit de la cabine. «…Une vraie poupée. Celle-ci te va beaucoup mieux que la bleue d’ailleurs. Des chaussures en harmonie avec le haut. Et… Un modèle qui porte très bien cette tenue. Oui! Je met un 8! C’est dommage de devoir l’enlever mais t’as pas vraiment le choix si tu veux essayer les autres, hein.» Je hochai longuement la tête. C'était sûr que c'était plus pratique pour essayer les autres, de l'enlever. Mais, avant de repartir, je sautai dans les bras de Naoki. « Un huit, rien que ça ? C'est vrai que je ressemble à une vraie poupée ? Nyaaah... je me demande si c'était aussi le cas quand j'étais adolescente et que je portais du sweet lolita. », dis-je. Je repartis ensuite, gaiement, un sourire sur les lèvres. J'ôtai la tenue complète et fis bien attention à la façon dont je rangeai tout ça. Debout devant le panier, en sous-vêtements, je réfléchis un instant à la tenue que j'allais enfiler. Hm... Je sortis quelques minutes plus tard. « Ta-dah ! », m'écriai-je avec mon grand sourire. Un chemisier blanc à manches ballons, une jupe violette avec des nounours, les accessoires allant avec et des chaussure à talons de la même couleur que la jupe.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Mar 22 Avr - 15:54



11h00, Manhattan, Sweet Lolishop…

Moi. Avec des couettes. D’accord. Aussitôt sa phrase mélangé au rire terminé, ou presque, elle commençait à tenter une coupe à la mords-moi le nœud avec mes cheveux. Plus que de m’imaginer avec, elle semblait réellement me voir ainsi. Mais sa tentative fût vaine. En la regardant j’ai tout de suite compris qu’on pouvait laisser aux oubliettes cette idée que je porte des couettes. Bien qu’on aurait peut-être même pas dû essayer de voir s’il y avait la moindre chance pour que ça m’aille. Et en plus de ça, j’ai eu le temps de jeter un rapide coup d’œil au miroir qui se trouvait non loin de nous pour «admirer» l’œuvre d’art. Oui, c’était en quelque sorte de l’art. Regardez Picasso. Certaine de ses œuvres ne ressemblent pas à grande chose mais il a réussi à argumenter le pourquoi du comment de son tableau et maintenant on appel ça de l’art. Dans ce domaine, tout réside dans la capacité de l’artiste à expliquer ce que représente son tableau. Bref. Là, pour cette coupe de cheveux il n’y avait aucune explications à fournir donc à mon plus grand regret, je suis pas une œuvre d’art. «Ouais. Oublie les couettes, hein…» Ai-je simplement répondu tout en me fixant dans le miroir. «Bah il y a une boutique justement de l’autre côté. On ira y faire un tour après et ça sera à moi d’être un modèle.» Je ne sais plus comment s’appelle cette boutique mais je rappel de son emplacement. C’est le premier magasin que Natsuki m’a montré quand je suis arrivé ici. Pourtant je n’y ai jamais rien acheter. Peut-être aussi parce-que les prix étaient assez élevé. C’est souvent le genre de problème qu’on rencontre dans les petites boutiques spécialisé. C’est beau c’est sûr, mais c’est cher. En parlant de belles choses, je venais de noter Billy d’un huit sur dix comme si elle participait à un quelconque concours. Elle vain alors se jeter sur moi parlant de sa note et du fait que j’évoque sa ressemblance avec une poupée. «Ouais. Huit. Mais le baromètre s’arrête à dix donc c’est bien, non? Et… C’est vrai. Même si les poupées sont loin d’être aussi belle. Peut-être que ce sont les poupées qui tentent de te ressembler!» Elle repartit ensuite dans la cabine se demandant si pendant son adolescence elle était comme ça aussi. J’ai recommencé à l’attendre mais cette fois-ci ça semblait légèrement plus long. Sans doute en train d’hésiter devant tous ces vêtements. Soudain, une idée m’est parvenue. C’était pas sûr à cent pour cent mais il y avait un chance pour qu’elle soit en sous-vêtement. J’ai attrapé le rideau tout en me rapprochant. Lentement, j’ai commencé à ouvrir l’entrouvrir et je ne vous cache pas que l’impression d’être un voyeur était présente. Cependant, le rideau c’est ouvert d’un seul coup et Billy en est sortie en laissant sortir un crie de joie. Surpris, j’ai reculé d’un ou deux pas. Zut. Si j’avais été plus rapide, j’aurais pu voir les coulisses du défiler. Dommage. C’est avec cet air surpris que je me suis remis dans la peau du juge. «Euh… Oui. Non. Les chaussures violettes me dérangent. Je pense qu’en blanc ça irait mieux. Tu vois? Faire, blanc, violet et re-blanc.» Un juge? Non là j’étais carrément devenu un styliste… Ou au moins, un conseiller en mode…

deden
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Jeu 24 Avr - 10:45


la mode se démode, le style jamais.
«Ouais. Oublie les couettes, hein…» Je tournai le regard vers le miroir qu'il fixait et hochai longuement la tête. « Ouais, ça vaut mieux. » Arrêtons les dégâts là, ça valait mieux. Au moins, maintenant je savais qu'il ne fallait pas se fier aux apparences, ah, ah. Ce n'était pas parce que les couettes semblaient aller à Naoki que c'était vraiment le cas... au contraire. Ah, mais peut-être qu'en fait, c'était fait exprès ! Eh bah oui, si ça se trouvait, c'était normal, il y avait eu un dérèglement dans l'environnement qui avait provoqué un inversement des apparences. Rien n'était ce qu'il semblait, tout était le total opposé de ce qu'il était. Ce qui voudrait dire que tous ces beaux habits m'entourant ne seraient en réalité que... d'horribles tenues de sport ? Oh ! Non ! Impossible !... Impossible en effet. «Bah il y a une boutique justement de l’autre côté. On ira y faire un tour après et ça sera à moi d’être un modèle.» Je hochai joyeusement la tête en souriant. « Oh oui ! », m'écriai-je avec entrain. Par la suite, je demandai à Naoki si c'était vrai qu'il avait attribué un huit à ma tenue et si c'était vrai que je ressemblais à une poupée. «Ouais. Huit. Mais le baromètre s’arrête à dix donc c’est bien, non? Et… C’est vrai. Même si les poupées sont loin d’être aussi belle. Peut-être que ce sont les poupées qui tentent de te ressembler!» Waaah... un huit ! C'était totalement nyathique ! Nyaaaah... « Mais c'est super trop nyathique un huit, tu veux dire ! », assurai-je en hochant la tête. « Ah bon, tu crois ? Oui, peut-être. Enfin, je trouve que les poupées sont très belles. Surtout celles de collections. Ma tante allemande en a toute une collection. Elles sont vraiment magnifiques. » Les poupées de ma tante Freya étaient toutes encore plus belles les unes que les autres. Elle en avait toujours pris soin, à chaque fois que j'allais en Allemagne, elle en avait de nouvelles. Le teint pâle de ses poupées de porcelaine était toujours impeccable, sans la moindre petite tache due à la vieillesse et il en allait de même pour leurs robes. De belles robes. L'une d'elle portait une robe verte et violette, à manches courtes. J'avais toujours été fascinée par cette poupée. Freya n'avait jamais voulu que j'y touche, mais à l'un de mes anniversaires, à mes dix-neuf ans, elle m'avait fait la surprise de m'offrir la robe de sa poupée faite sur mesure à ma taille. Je l'avais remercié pendant cinq bonnes minutes et était aussitôt après partie me changer. Je l'avais encore, cette robe, mais pas à New York. Elle était restée chez mes parents, à Marseille. Je partis ensuite me changer, enfilant une tenue blanche et violette. «Euh… Oui. Non. Les chaussures violettes me dérangent. Je pense qu’en blanc ça irait mieux. Tu vois? Faire, blanc, violet et re-blanc.» Je baissai le regard vers mes chaussures et réfléchit un instant. Je partis changer de chaussures. La paire blanche que j'avais était une paire de bottines à talons et à lacets. Je m'approchai vers Naoki et, manquant de trébucher, je me rattrapai à lui. « Nyah... je n'ai pas vraiment l'habitude des chaussures à talons. C'est mieux avec celles-là ? », questionnai-je en lui lançant un regard interrogatif.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Jeu 24 Avr - 16:02



11h06, Manhattan, Sweet Lolishop…

On s’était finalement mit d’accord pour dire que les couettes ne convenait pas du tout à une tête comme la mienne. Une tête de garçon quoi. Les couettes ça va tellement mieux aux filles. Surtout à Billy. Moi j’étais bien mieux depuis que Chizuru m’avait coupé les cheveux. Par la suite, Billy laissa encore une fois éclater sa joie. Le prochain modèle qui défilerait serait masculin. Et ce serait moi surtout. Qui aurait cru que je me prendrais au jeu? Moi qui pensais juste venir en temps que spectateur et simplement donner mon avis, il va falloir que je me prépare à être jugé comme je suis actuellement en train de le faire pour elle. Nyathique? Certainement un mot de son invention pour dire que c’est génial. Vu son enthousiasme en tous cas, je ne pense pas me tromper. «En parlant de ça! Tu dira à cette tante que c’est moi qui ai la plus jolie de ses poupées.» Ai-je prononcé en prenant les mains de Billy avant de lui faire un clin d’œil. C’est le genre de phrases que l’on entend dans les films à l’eau de rose mais je trouvais que ça allait plutôt bien avec la situation. Enfin… Disons que c’est sortie automatiquement, pas comme si j’avais réfléchi toute la nuit pour trouver une jolie phrase à lui faire écouter. Bref. En attendant j’avais toujours ma tâche de juge à accomplir. Enfin juge… Là je me prenais plutôt pour un critique de mode. Un styliste en somme. Billy venait d’ailleurs de prendre mes critiques en compte et changea de chaussures. Elle ressortait de la cabine avec un mal fou à se déplacer. Certes les couleurs étaient plus équilibré mais ses chevilles ne tiendraient pas plus d’une minutes dans des conditions pareil. Elle s’agrippait carrément à moi pour éviter une chute. «Elles sont mieux mais si tu dois passer les trois quart de la journée à faire l’équilibriste ça va pas le faire. Je crois que tu devrais prendre un truc stable. Va pas t’acheter des chaussures pour que dans deux jours on se retrouve à l’hôpital parce-que tu t’es pété quelque chose.» Ouais. Ça serait vraiment pas malin. «Allez, enlève ça avant de te faire mal.» Disais-je en la raccompagnant dans la cabine. D’un coup, je me suis souvenu que j’avais toujours ce gros Hello Kitty avec moi. J’en ferais certainement cadeau à Natsuki. Elle qui s’endort souvent, voir tous le temps, devant sa télé le soir. Comme je lui ai toujours dit, «T’es pas en train de regarder la télé, c’est la télé qui te regarde». Pourtant rien n’a changé à ce niveau là. Maintenant elle pourra s’endormir avec un grand nounours pour l’accompagner dans ses rêves. A défaut de pouvoir refaire confiance à un homme. En dehors de moi, depuis ce qu’il s’est pas passé avec son ex, elle se méfie des hommes. Elle n’a plus de confiance à leur accorder. Je la comprend, même si je sais qu’un jour elle finira par craquer sur un autre. Mais d’ici là, on avait encore du temps… Pour le moment, j’étais dans cabine d’essayage avec Billy qui portait ses bottines anti-chevilles…

deden
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Mar 29 Avr - 10:58


la mode se démode, le style jamais.
«En parlant de ça! Tu dira à cette tante que c’est moi qui ai la plus jolie de ses poupées.» Je hochai la tête, avant de comprendre que c'était de moi dont Naoki parlait. Avait-il raison ? Peut-être pas. Freya avait de magnifiques poupées, dont certaines bien plus belles que moi selon mon père. Après, peut-être qu'il disait ça juste pour m'embêter... ça ne m'étonnerait pas ! Ah... maintenant que je repensais à ma famille, elle me manquait. Il y avait bien skype et le téléphone mais ce n'était pas pareil. Ça ferait bientôt quatre ans déjà que j'avais tout quitté pour partir à la poursuite de Lopez... Maintenant, je n'avais plus autant envie de le tuer. Edouard lui aussi me manquait, au fil des années il était devenu comme mon grand frère. Je me souvenais qu'il était toujours à me protéger, depuis qu'il m'avait vu avec Lopez. Il avait peur qu'il m'arrive quelque chose. En fin de compte c'est à lui qu'il est arrivé un malheur. Enfin, je ne savais pas pourquoi je repensais à ça maintenant. Ah, si ! J'avais repensé à lui parce que ma famille me manquait. Je supposais que c'était normal, comme je l'avais pensé, ça faisait longtemps que j'étais partie de Marseille et donc que je ne les avais pas vus. Même maintenant, je ne savais pas si j'aurais la force d'y retourner. J'avais beaucoup de mauvais souvenirs là-bas... à New York aussi ceci dit. Mais trêve de pensées inutiles, je devais désormais revoir l'équilibre des couleurs de ma tenue. Selon Naoki, les chaussures violettes n'étaient pas un bon choix. Suivant son conseil, je les ai donc supplanté par une paire de blanches, à talons.. chose que je n'avais pas vraiment l'habitude de porter. Pour me grandir de quelques centimètres, car je devais être honnête et avouer que j'aimerais bien mesurer un peu plus d'un mètre soixante-et-un, je préférais les talons compensés. C'est bien plus stable mais surtout, je trouvais que ça faisait plus classe. Toujours était-il qu'à cause des talons, je manquai de me ramasser. «Elles sont mieux mais si tu dois passer les trois quart de la journée à faire l’équilibriste ça va pas le faire. Je crois que tu devrais prendre un truc stable. Va pas t’acheter des chaussures pour que dans deux jours on se retrouve à l’hôpital parce-que tu t’es pété quelque chose. Allez, enlève ça avant de te faire mal.» Il me raccompagna dans la cabine. « Ça serait dommage que je me casse quelque chose c'est pas faux. Enfin, tu serais là pour me porter, non ? Nyah, ça serait pas pratiques des béquilles pour mon travail... », remarquai-je pendant le trajet. Je me laissai tomber sur le tabouret posé au coin de la cabine. « Ça me rappelle le jour où je me suis pris les pieds dans le rebord de la porte-fenêtre, chez moi. Je m'étais retrouvée avec des béquilles le premier jour des vacances d'été... », soupirai-je en délaçant mes bottines. « Cette après-midi-là, je m'étais aussi gavée de biscuits bretons, je sais pas si tu as déjà goûté, mais c'est super bon. Y a pas mal de beurre dedans, par contre, c'est bien gras... Je venais de rencontrer Ian, son frère m'avait filé le reste du paquet pour le faire criser. J'aime bien repenser à ces bons souvenirs. J'aime savoir que je n'en n'ai pas que des mauvais. J'ai eu de la chance de te retrouver au bon moment, n'empêche. », réalisai-je. J'étais tout de même bien plus heureuse avec Naoki que pendant les quelques mois que j'avais passé avec Ian en 2013... J'attrapai les bottines blanches et les rangeai dans leur boîte. Un achat en moins. De toutes façons, j'en avais une paire de semblables, mais sans talons.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Lun 12 Mai - 14:35



11h11, Manhattan, Sweet Lolishop…

«Si tu venais à tomber je te porterais oui. Mais après m’être moqué de toi.» Ai-je dis en ricanant. Ce n’était pas vraiment sympa pour elle c’est sûr mais qui n’a jamais eu l’envie de rire en voyant quelqu’un tomber dans la rue ou n’importe où ailleurs? Même une petite vieille qui se ramasse devant de l’épicerie, on se marre et après on s’inquiète… Peut-être. Par contre il y a bien une personne pour qui on peu rire s’en s’inquiéter c’est bien Natsuki. C’est dingue. Je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi maladroit simplement pour marcher. Elle est capable de trébucher sur une surface parfaitement plate et lisse. J’ai d’ailleurs l’impression qu’elle s’est habitué à cela. Malgré une chute, elle se relève et continue de vous parlez comme s’il ne s’était rien passé. Avant elle me tenait par le bras lorsqu’on marchait dehors ensemble. Puis un jour dans une parfumerie on nous avait pris pour un couple. «Voici quelques échantillons gratuits pour votre fiancée.» C’est exactement ce que nous avait dit la vendeuse après que ma cousine ai payé son parfum. Je me rappellerais toujours la façon dont elle m’avais lâché ce jour là. Enfin «lâché»… Éjecte oui. Elle m’avait repoussé comme une tranche de jambon moisi recouverte d’excréments canin un soir pluvieux en prétendant que j’étais juste un appui pour ne pas qu’elle tombe. Oui, dire qu’elle ne savait pas marché à n’importe qui ne la dérangeait absolument pas. Depuis elle fait des efforts et prend garde à ne plus tomber pour rien. Autant vous dire qu’au départ c’était juste un partie de rigolade. Mais heureusement, maintenant ça va. On dit qu’il y a des gens maladroits mais là, c’était grave. Bref… «T’as raison. N’oublie pas les bons souvenirs mais garde quand même de la place pour les prochains avec moi hein!» Je ponctuais ma phrase en embrassant Billy avant de ressortir de la cabine. Et oui, sinon ça allait finir par devenir suspect que j’y sois entré et que je n’en sorte plus. Une fois sortie, je me suis rendu compte que je n’avais pas regardé ce qui lui restait à essayé. Peut-être rien, peut-être encore trois sacs. En tout cas, moi je vote pour les trois sacs. Je ne me lasse toujours pas de la regarder dans toutes ces tenues aussi belles les unes que les autres. «Dis, il te reste des choses à essayer ou tu veux que je t’en apporte d’autres?» Comme je viens de le dire, je ne m’en lasse pas, alors autant proposé mes services même si dans un sens on peut dire que c’est dans mon propre intérêt. Mais… Qui ne serait pas heureux de pouvoir contempler son être aimé de cette manière? Et de toute façon, c’est pas comme si ça lui déplaisait de le faire. Elle avait l’air de s’amuser donc c’était bon. Et quand on y pense, heureusement que la boutique ne dispose pas que d’une seule et unique cabine d’essayage sinon on nous aurait gentiment demandé de bien vouloir arrêter parce-qu’on monopolisait l’endroit. Mais ce n’était pas le cas donc on pouvait rester jusqu’à la fermeture si on voulait. Oui. Comme on dit. Le client est roi…

deden

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Mer 28 Mai - 16:00


la mode se démode, le style jamais.
«Si tu venais à tomber je te porterais oui. Mais après m’être moqué de toi.» Je le dévisageai, une expression choquée sur le visage, bouche ouverte, yeux écarquillés. Je croisai les bras et tournai la tête, faisant semblant de bouder. Je jetai un rapide regard à Naoki. « Méchant. Comme si que je n'avais pas assez d'April pour sortir ce genre de phrase. Nyaaaah... ! » Mais, si ça se trouvait... « Avoue, tu l'as rencontré, et maintenant elle influence sur toi, c'est ça ? Ô pourquoi tant d'injustice. Ah mais nan, c'est pas possible, en fait. M'enfin bon, j'ai assez d'April pour se moquer de moi dans ce genre de situation. » Bah non, ce n'était pas possible qu'ils se soient rencontrés. Où ça aurait pu arriver ? Et puis, j'osais espérer que j'aurais été prévenue. Durant le chemin jusqu'à la cabine d'essyage, je parlais, un peu des pensées dites à voix haute, en fait. Je retirai les chaussures. Non, les talons, sans être compensés, ce n'était décidément pas fait pour moi. «T’as raison. N’oublie pas les bons souvenirs mais garde quand même de la place pour les prochains avec moi hein!» Je hochai vivement la tête puis souris de mon grand sourire, après que Naoki m'ait embrassée. Il sortis ensuite, me laissant seule dans la cabine. Je me déshabillai une nouvelle fois et restai quelques instants à observer les tenues qu'il me restait encore à essayer. Tout ça était tellement beau ! Comment pourrai-je choisir quoi mettre. Le pire était encore à venir : il allait falloir que je décide quoi acheter. Ça promettait d'être compliqué. Je voyais le coup venir, j'allais passer une demie-heure à essayer de faire mon choix et j'allais repartir avec tout. Puis j'hallucinerais en voyant le montant total de mes courses. , entendis-je. Je hochai la tête. Puis je réalisai que le rideau empêchait Naoki de voir mon mouvement. J'entrouvris le rideau pour pouvoir passer la tête. « Je pense que pour l'instant j'ai assez. Mais si tu veux, tu peux faire un tour et regarder s'il y a des trucs qui te plaisent pour que je les essaie. Tu connais ma taille, non ? » Sans attendre sa réponse, je rerentrai dans la cabine et me reconcentrai sur ma recherche de ma prochaine tenue. J'attrapai la robe vert pâle. Je la trouvai super belle, bon, comme tout ce qui était dans ce magasin. Il y avait des petits canards jaunes en bas, la jupe était quadrillée verte et blanche. En ce qui concernait le haut de la robe, il y avait un laçage en ruban vert pâle et les manches, courtes, étaient bouffantes. Pour aller avec la robe, je décidai de mettre les ballerines vertes foncés et à rubans. Un peu comme les rubans de ballerine. Je repensai que lorsque j'avais aux alentours de cinq ans, j'avais voulu faire de la danse classique. Mais j'avais fini par préférer faire du judo. Apprécions donc le décalage entre ces deux sports, apprécions... Ces deux sports sont pas mal éloignés l'un de l'autre, mais pour les avoir pratiquer tous les deux plus ou moins longtemps, je pouvais dire que j'aimais beaucoup les deux. Cependant, la danse classique est trop exigeante pour moi. Même si je réussissais assez facilement à brûler les calories, j'aurais dû arrêter de manger comme je mangeais. Nyah, quelle torture pour moi ! Je soupirai et me baissai pour choisir mes accessoires. Chose faite, je me relevai d'un bond. « Na-o-ki ! », m'écriai-je joyeusement en sortant de la cabine, en sautillant.
©️flawless


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Lun 16 Juin - 14:38



11h15, Manhattan, Sweet Lolishop

«Imaginons que c’est moi qui tombe. Tu serais pas tenté de rire? Même pas un petit peu?» Rire en voyant une personne tomber n’est pas forcément moqueur. Ça peut être nerveux. Ouais. C’est toujours ce qu’on dit, bien que quelque part on est carrément en train de se moquer d’un type qui vient de se ramasser. «Puis t’as retenue ce que tu voulais. J’ai dis que je te relèverais et même! Que je te porterais. Tu vois? Je suis gentil.» Disais-je en arborant un grand sourire innocent. Je suis sorti de la cabine peu de temps après ça. Elle avait encore tout un tas de choses à essayer. J’avais l’impression qu’elle avait pris tous les articles de la boutique à sa taille pour les essayer. Et encore, ça semblait ne pas suffir. Aurais-je vraiment dû lui demander si elle voulait autre chose à tester? Oui et non. «Oui» parce-que c’est vraiment plaisant de la regarder essayer tout ça et «Non» parce-que si ça continue, dans une semaine on est encore là. D’un autre côté, j’avais le feu vert pour lui apporter des vêtements qui me plaisaient. «Oui je connais ta taille mais tu l’as dit, des vêtements, t’en as assez. Je vais voir quand même s’il y a quelque chose d’autre d’intéressant.» Du coup, quitte à passer une semaine de clavaire ici, autant que je participe aussi. Mais ce n’était pas vraiment des vêtements que je partais regarder mais plutôt des accessoires. Par exemple un ruban pour les cheveux, comme elle a Minnie Mouse. Même si… Elle est chauve Minnie… Bref. Pour tout ce qui est habits, je pense que Billy avait largement de quoi faire avec ceux qu’elle avait choisi. De mon côté, des rubans, j’en avais trouvé. Plein. Il y avait toutes les couleurs, même les bizarres. Des carreaux, des pois, des rayures. Enfin… Tout ce qu’un épileptique ne doit pas regarder sous peine de faire une crise. J’en ai finalement pris un blanc, un rouge, un noir et un vert à pois blanc. Et puis tiens, un rose pâle à pois blanc aussi. Puis c’est tout en fait. Parce-que ouais il y a des cravates, des chaussettes hautes et tout un tas de trucs mais moi aussi je me met à dévaliser le magasin, autant racheter la boutique. Au moins elle pourrait tout mettre. En attendant, la boutique ben elle est pas à nous donc faut faire son choix. Je suis retourné jusqu’à la cabine de Billy avec mes rubans et cette peluche Hello Kitty qui ne me quittait plus. Juste à ce moment-là, Holly ouvrit le rideau de la cabine pour en ressortir verte… Et avec des canards. «Ah, ça tombe bien. Tiens, mets-ça aussi.» Prononçais-je en lui tendant le ruban vert à pois blanc. «Le blanc irait bien aussi je pense. Avec ça, tu seras une véritable Baby Doll.»


 deden 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Mar 17 Juin - 14:32


la mode se démode, le style jamais.
«Imaginons que c’est moi qui tombe. Tu serais pas tenté de rire? Même pas un petit peu? Puis t’as retenue ce que tu voulais. J’ai dis que je te relèverais et même! Que je te porterais. Tu vois? Je suis gentil.» Je réfléchis quelques instants, la tête en l'air et l'index posé sur ma lèvre inférieure. Ah bah nyah, il avait plutôt raison en fait. « Oui tu es gentil, c'est pour ça que je t'aime, entre autres. », assurai-je en hochant vivement la tête. Il ne faudrait pas être logique pour sortir avec quelqu'un de désagréable, ceci dit. Je continuai : « Peut-être que oui, je serais tentée. Mais il ne faudrait pas oublier que c'est peu probable que tu tombes, car moi, je n'ai pas beaucoup d'équilibre. Et avec des talons... bah, c'est encore pire... ! » Je ne savais pas si le vrai problème était mon équilibre... le fait que je ne faisais jamais réellement attention à l'endroit où je posais les pieds y était sûrement pour quelque chose. «Oui je connais ta taille mais tu l’as dit, des vêtements, t’en as assez. Je vais voir quand même s’il y a quelque chose d’autre d’intéressant.» Je hochai à nouveau la tête avec entrain. Un jour ou l'autre, je finirais par me faire mal au cou à force de hocher si souvent et si joyeusement la tête. Ce moment venu, je ne pourrais m'en prendre qu'à moi-même, et oui ! C'était dommage, c'était bien d'avoir quelqu'un à accuser de tout et n'importe quoi. Je décidai ensuite d'enfiler la robe avec les canards. Le canard n'était-il pas un animal fort mignon ? Absolument kawaii ! Selon moi, il avait entièrement sa place sur cette robe. Ça pourrait être bien aussi, une robe avec des écureuils dessus. Ou des loutres, ou des ours blancs, ou des papillons, ou des tartines-beurrées, le papillon en forme de pain de mie dans Alice au Pays des Merveilles. J'adorais ce livre ainsi que son personnage principal. J'avais été en voyage scolaire à Oxford une année, je m'étais retenu de hurler de joie lorsque le guide avait commencé à parler de Lewis Caroll. Ah, ça me donnait envie de relire le livre ! Malheureusement, mon exemplaire était resté à Marseille. Il faudrait que je pense à m'en acheter un nouveau... Une fois mes accessoires choisis et enfilés, je sortis de la cabine. Il manquait malgré tout quelque chose dans les cheveux... C'était pourtant l'accessoire indispensable ! Je cherchais un instant Naoki du regard, avant de réaliser que en fait il n'était pas encore dans les rayons mais devant moi. «Ah, ça tombe bien. Tiens, mets-ça aussi. Le blanc irait bien aussi je pense. Avec ça, tu seras une véritable Baby Doll.» J'attrapai le ruban vert, un très beau ruban d'ailleurs ! J'adorais les pois blancs qu'il y avait dessus. Je jetai ensuite un regard au ruban blanc et le tirai doucement hors des mains de Naoki. Je partis ensuite à nouveau dans la cabine et, face au miroir, je nouais le ruban vert autour de ma couette gauche et le blanc autour de ma couette droite. Je repartis ensuite vers Naoki, toujours en sautillant gaiement. « Ils sont beaux tes rubans ! », assurai-je avec mon grand sourire, avant de sauter dans ses bras pour l'embrasser.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Ven 18 Juil - 14:29



11h22, Manhattan, Sweet Lolishop

«Peut-être qu’un jour j’essayerais une de tes paires avec des talons, juste pour savoir que ça fait. Quoiqu’en y repensant, je ne suis même pas certain de rentrer dedans. Adieu mon rêve de top model.» Terminais-je en lâchant un léger rire. Elle était plutôt réaliste. Son sens de l’équilibre n’étant déjà pas terrible, elle provoquait le dieu de la chute en mettant des talons haut. Quelque part elle cherchait un peu les problèmes. «Mais ne t’inquiètes pas. J’ai dis ça mais je te rattraperais toujours. Faudrait pas que la personne que j’aime soit toute cassé quand même.» C’est bien vrai ça. Imaginez un peu que Billy est la maladie des os de verres. Bah elle serait déjà morte d’une rupture du cou en fait. Tout le temps hocher la tête comme ça ou à sautiller. Et on en revient encore à sa capacité à trébucher sur rien du tout. Même en la rattrapant, je serais capable de lui briser le bras. Non. Une Billy comme ça ne serait pas du tout comme celle d’aujourd’hui. Avec de la fragilité en plus elle serait certainement plus sage et attentive à tous ce qu’elle ferait. Bien que même en faisant attention à tout, nous ne sommes jamais à l’abri d’un quelconque accident. Bref, je vais arrêter de penser à des trucs déprimants et me concentrer de nouveau sur ma petite poupée favorite. Elle avait déjà sélectionné tant de vêtements qu’il y en avait suspendu à la tringle à rideaux de la cabine. C’est également pour ça que j’ai décidé de ne lui ramener que des accessoires. Histoire de ne pas faire exploser la cabine à coup de robe et de chaussures. Enfin revenu de ma chasse aux rubans, je ne pensais pas qu’ils feraient sensation aussi vite. A peine arriver, déjà installé. Je n’ai pas eu le temps non plus de dire quoi que ce soit, que je recevais un magnifique baiser. Baiser auquel j’ai évidemment vite pris goût. Mais… Qui ne les aimerais pas, je vous le demande. Ça ne veux pas dire que vous avez le droit de les essayer hein! Je vous ai l’œil. Non non non. Tout ça n’est réservé qu’à une personne qui se trouve être moi tout seul. Bon. Maintenant que je me suis remis de mes émotions je peux de nouveau parler. «Ils le sont mais… Ça ne serais pas mieux d’en mettre soit deux avec les pois, soit deux blanc?… Mmm… Quoi que. C’est plutôt originale comme ça aussi.» Disais-je avec le menton entre mon pouce et mon index. «Dis, ça ne te gêne pas que je te prenne en photo pour l’envoyer à ma petite sœur? Je suis sûr qu’elle aimerais. Elle pourrait même te donner des conseils. C’est pas négligeable venant d’une coplayeuse professionnel.» Je ne me rappel même plus si Haruka et Billy s’était déjà rencontré avant. Etrange que je ne me souvienne pas d’une telle chose…

deden

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Mar 29 Juil - 14:33


la mode se démode, le style jamais.
«Peut-être qu’un jour j’essayerais une de tes paires avec des talons, juste pour savoir que ça fait. Quoiqu’en y repensant, je ne suis même pas certain de rentrer dedans. Adieu mon rêve de top model.» Je tapai dans mes mains et affichai mon grand sourire, avant de rire à mon tour. Naoki en top-model. Nyaaaah, il en avait de drôles d'idées ! J'avais envie de voir ça moi, maintenant. Je posais ma main sur son épaule et, d'un ton tout à fait sérieux, je déclarai : « Ne t'en fais pas pour ça, je vais tout faire pour te trouver des chaussures à talons à ta taille. Et, ne dis rien : je vais en trouver une paire assez grande pour toi mais que je peux mettre moi aussi, comme ça tu ne pourras pas dire que cet achat est inutile car tu ne les mettras pas. » Je ponctuai ma phrase d'un hochement de tête avant de sourire à nouveau. Ah oui, c'était une super bonne idée ça ! Nyah, l'idée du siècle je dirais même. Je suis une pure merveille, géniale, totalement parfaite et... tiens, c'est étrange ça, je commençai à avoir mal aux chevilles. Peut-être que je m'étais fait un peu mal à cause de ces chaussures à talons. Car non, ça ne pouvait pas être car je me vantais, je plaisantais et c'était évident. «Mais ne t’inquiètes pas. J’ai dis ça mais je te rattraperais toujours. Faudrait pas que la personne que j’aime soit toute cassé quand même.» Je hochai à nouveau la tête. « J'espère bien que tu me rattraperais, parce que moi c'est ce que je ferais. », assurai-je, avant de repartir choisir une nouvelle tenue. Chose faite, je l'enfilai. Toutes ces robes étaient tellement belles ! Choisir était impossible. Enfin, choisir quoi acheter. Ah, je voyais ça venir. J'allais me retrouver avec tout ça dans mon armoire, ce soir. « Et ce sera Naoki qui portera les sacs, nyah-ah-ah ! », m'écriai-je avant de sortir de la cabine d'essayage. « Na-o-ki ! » Il n'était pas loin, juste devant moi. Il était revenu de sa chasse aux articles et me tendait deux adorables petits nœuds pour cheveux que je m'empressai d'accrocher à chaque couette. Oh que oui, les rubans de Naoki étaient beaux ! «Ils le sont mais… Ça ne serais pas mieux d’en mettre soit deux avec les pois, soit deux blanc?… Mmm… Quoi que. C’est plutôt originale comme ça aussi. Dis, ça ne te gêne pas que je te prenne en photo pour l’envoyer à ma petite sœur? Je suis sûr qu’elle aimerais. Elle pourrait même te donner des conseils. C’est pas négligeable venant d’une coplayeuse professionnel.» Je hochai encore une fois la tête, en me faisant un tout petit peu mal cette fois-ci. Je posai ma main sur ma nuque en relevant la tête. « Je ne sais pas ce qui serait le mieux. Moi j'aime bien comme ça... Mais bien sûr que je veux bien ! Je t'en prie, prends la photo ! », déclarai-je en prenant la pose. Je souriai et montai mes mains au niveau de mes épaules, façon pattes de chat. Il ne manquerait plus que les moustaches de chat ! Je ne connaissais pas beaucoup la petite sœur de Naoki, Haruka. Je l'avais déjà vu deux-trois fois lorsque j'étais allé au Japon, mais c'était tout...
©️flawless

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Mer 20 Aoû - 13:22



11h25, Manhattan, Sweet Lolishop

Moi qui disais ça sans vraiment vouloir le réaliser, voilà que Billy voulait devenir mon habilleuse. Elle avait un air si sérieux, à croire que j’allais devoir défiler dans quinze minutes et qu’il fallait se dépêcher pour me trouver des chaussures avant mon passage. Billy avait même réfléchi à ce qu’elle y gagnerait en prenant des chaussures que je ne mettrais certainement pas. Ce qu’elle avait deviné sans trop de difficultés. Elle donnait surtout l’impression de vouloir des une nouvelles paires en faisant passer ça pour un article qu’on achèteraient pour mon usage personnel. Je tentais de prendre un air sérieux à mon tour, imitant sa gestuelle. Je posais donc ma main sur son épaule «Ton enthousiasme fait vraiiiiment chaud au cœur. Alors je te laisse t’occuper des chaussures qui, comme tu viens de le dire, finirons sans aucun doute à tes pieds. Je compte sur toi pour me rendre beau!» Pas que mon rêve soit de défiler en travelo mais plutôt que de me moquer de toutes ces filles qui marchent avec des talons, enfin qui essayent, et qui se ruinent les chevilles pour rester debout. Une lutte sans merci contre la chute du haut de leur six centimètres de talons. J’ai regardé quelques vidéos sur internet de défilé qui tournaient mal pour certaines filles qui devaient passer avec des talons démesuré mais auquel on associait le mot «Mode». A partir du moment où on arrive à faire passer ça pour de la mode, plus rien n’est ridicule et ressort à des prix exorbitant. Alors que bien souvent, ce sont des vêtements absolument impossible à porter dans la vie quotidienne. A moins bien sûr d’être un célèbre génie de la mode et de pouvoir porter ce que l’on veut, même les choses les plus ridicules, du moment que c’est nous les gens diront «Ce style est superbe» même si j’ai une carapace dans le dos et une grenouille sur la tête. Bref, tout ça pour dire… Bah pas grand chose en fait. Changement de sujet. Billy m’affirmait qu’elle aussi me rattraperais. Ça me faisait plaisir naturellement mais en je ne pouvais m’empêcher de penser qu’une personne démuni d’un quelconque sens de l’équilibre accompagnerait peut-être la personne qu’elle tente de rattraper. «Dis… Si jamais tu venais à tomber et que dans ma tentative pour t’éviter cette chute, je tombais avec toi. A ce moment-là, comment tu ferais pour me rattraper alors que toi aussi t’es en train de tomber?» Merci la question. Rien qu’en la posant j’avais besoin d’un Doliprane. Cela dis, j’étais curieux de connaître sa réponse. J’apprenais par la même occasion que me faire porter ses sacs faisait parti de son plan diabolique. Quelque part je ne suis pas surpris. «Mais c’est Holly qui paye!» Lui répondais-je juste après qu’elle soit sortie pour la énième fois de la cabine. Toujours aussi belle, de plus en plus même, les rubans que je lui avais donné la rendait encore plus Kawaii. «Si tu aimes comme ça, alors reste comme ça.» Disais-je en prenant la photo de Billy façon Neko. Une image qui plaira sans doute à ma sœur qui venait à l’instant de me renvoyer une photo d’elle dans une boutique d’Akihabara venant juste d’acheter les mêmes rubans que Billy. Sur la photo, Haruka avait aussi une robe verte mais sans canard et deux couettes façon Ling Xiaoyu. J’ai l’impression de découvrir une grande sœur cachée! Surtout ne la perd pas celle-là sinon je te boude pendant au moins un an! Voilà. Au moins j’étais avertie, même si je n’avais aucunement l’intention de me séparer de Billy…

deden


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Jeu 21 Aoû - 14:16


la mode se démode, le style jamais.
Il posa sa main sur mon épaule et aussitôt je reconnue le geste que j'avais fait quelques secondes plus tôt. «Ton enthousiasme fait vraiiiiment chaud au cœur. Alors je te laisse t’occuper des chaussures qui, comme tu viens de le dire, finirons sans aucun doute à tes pieds. Je compte sur toi pour me rendre beau!» Je relevai la tête et expirai d'un air dédaigneux. « Continue comme ça et je démissionne, tu n'auras aucune chance de faire la une des magazines de mode sans la pure merveille que je suis comme styliste. » Je plaisantais, bien évidemment. Enfin, non, j'étais une pure merveille ! Mais, à ma façon... c'est à dire que je n'étais pas forcément très douée même si j'étais loin d'être stupide. Enfin, c'était qu'une simple supposition, que je ne sois pas stupide ! Pour émettre une telle hypothèse, je me reposais sur mes excellents bulletins et mon bac S mention très bien... J'en étais assez fière, pour tout dire. Voir même très fière. Ce n'était pas donné à tout le monde ce genre de choses ! Surtout que je ne travaillais pas tant que ça pour avoir ces bonnes notes... mais ça, c'est une autre histoire. C'est bien mieux de dire que j'ai passé de longues nuits à étudier pour avoir mes bonnes notes à la sueur de mon front, afin de rendre mes parents fiers de leur inespérée fille unique plutôt que de dire que tout ça, ce n'était dû qu'à mes capacités assez grandes pour les études. Et en plus, ça ne faisait pas modeste du tout ! On en vint à aborder mon légendaire sens de l'équilibre, lié à ma toute aussi légendaire grande attention permanente. «Dis… Si jamais tu venais à tomber et que dans ma tentative pour t’éviter cette chute, je tombais avec toi. A ce moment-là, comment tu ferais pour me rattraper alors que toi aussi t’es en train de tomber?» Je réfléchis plusieurs instants à sa question. C'était effectivement une bonne question. Et bien, en toute logique, je ne pourrais pas le rattraper... mais d'un côté, si lui aussi était en train de tomber, ça serait parce qu'il n'aurait pas réussi à me rattraper ! « Je tombe avec toi pardi ! Dans la santé ou la maladie, je suis avec toi ! Enfin, même si ça c'est pour les couples mariés mais bon... Si tu te fais quelques bleus, en voulant me rattraper car je tombe, je m'en ferai aussi ! » Et puis quelques bleus, ce n'était pas mortel. Ce n'était pas une maladie grave ! Bon, en même temps, ce n'était pas une maladie tout court. Mais ça fait mal quand même ! Ça n'a rien d'agréable de se faire des bleus. Juste avant de ressortir de ma cabine, j'assurai à ma propre intention que ce sera Naoki qui portera mes sacs. «Mais c’est Holly qui paye!» Je n'avais pas vu qu'il était assez proche pour entendre... Dommage, mon plan diabolique n'était plus secret à présent. Quel dommage ! C'était de ma faute, si je n'avais pas crié, il n'aurait rien su et aurait eu la surprise. Nyah... « De toutes façons, ça me dérange pas ! J'aurais assez d'argent pour acheter toute la boutique en plus... », assurai-je en hochant la tête. Je ne savais pas vraiment d'où venait la fortune de ma famille en fait. Les Hollande étaient riches depuis plusieurs générations. Je ne savais même pas depuis combien. On était riche, point. C'était une chance que je savais rare, il fallait donc que j'en profite. En m'achetant plein de beaux rubans choisis par la personne que j'aimais, par exemple ! «Si tu aimes comme ça, alors reste comme ça.» Je hochai la tête, encore une fois, puis pris la pose pour que Naoki prenne une photo à envoyer à sa petite sœur. En le voyant s'attarder sur son portable, je me rapprochai de lui et posai sa tête sur son épaule afin de pouvoir lire le sms qu'il venait de recevoir. Enfin, lire... c'était écrit en japonais et je ne savais pas du tout lire le japonais. Mais ce dont j'étais sûre, c'était que Haruka était vraiment, mais vraiment très mignonne habillée comme ça ! Et mignonne tout court. Elle avait tout de même bien grandit en dix ans ! Forcément... C'était tout de même assez amusant que la petite sœur de Naoki soit habillée presque comme moi ! « Tu as de la chance d'avoir une petite sœur comme ça. Ça doit être drôlement chouette. Mais bon, c'est déjà un miracle que je sois née et en bonne santé, donc être fille unique n'est pas si grave... En tous cas, Haruka a trop la classe ! Une belle-sœur de rêve. », dis-je. Elle était nyathiquement bien habillée ! J'adorerai pouvoir faire du shopping avec elle... ça devrait être super !
©️flawless

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Ven 22 Aoû - 22:59



11h28, Manhattan, Sweet Lolishop

«Adieu la vie de mannequin alors…» Répondais-je d’un air faussement déçu. Honnêtement, ma vie me convenait vraiment bien. Il reste toute fois une petite place vacante qui conviendrait parfaitement à ma petite sœur. Ici j’ai Billy et Natsuki mais la présence d’Haruka a toujours été différente de n’importe qu’elle autre personne. Je ne saurais pas comment l’expliquer mais beaucoup de gens le décrivent de cette façon: «Quelqu’un de spécial». Un titre banal pour une personne qui ne l’est pas. Bien sûr ma cousine et Billy le sont aussi mais ma sœur, je pense qu’elle gardera sa place de numéro un pour un long moment. Voir même pour toujours… Je venais de poser une question qui donnerait mal à la tête à un Doliprane. J’avais même réussi à la prononcer sans me tromper dans les mots choisi et sans bafouiller. Un exploit qui sera récompensé par une réponse des plus logiques qui se résumerait par «On tombent tous les deux.» Car je dois bien l’avouer, en essayant de rattraper Billy je n’ai aucun espoir quant à une quelconque chance de réussir à rester debout. Peut-être était-ce un peu cruel de dire une telle chose mais il s’avère que c’était la simple réalité. Prenant mon menton entre mon pouce et mon index, j’imitais une pose de réflexion. «Dans ce cas il vaudrait mieux que je ne tente rien. Autant que l’un de nous s’en sorte indemne.» Bien évidemment, tout cela n’est que taquinerie et je suis certain qu’elle le sait. Quelques minutes plus tard j’apprenais la nouvelle comme quoi je ferais office de porteur de sacs. De sacs plein bien entendu. Parce-que des sacs vides ça serait trop facile mais surtout ça servirait à rien. Forcément. Je voulais faire mon malin en lui rappelant qu’elle devrait tout payer. Mais j’oublie toujours que pour elle, l’argent n’est pas vraiment un problème. Je me demande bien ce que je ferais en sachant que j’ai autant d’argent. Si un jour je deviens multi millionnaire, dans quoi investirais-je mon argent? Certainement dans le sport comme la NBA ou le base-ball. Puis je ferais faire les costumes de ma sœur par les meilleurs stylistes et couturier japonais pour qu’elle devienne l’icône numéro un du cosplay. Ou alors je me fais fabriquer une machine intergalactique et je part à la recherche de mes «Moi» vivants dans des mondes parallèles. La science-fiction nous aura tous. Bref… Je commençais à me demander si la tête de Billy était bien accroché. A force de hocher la tête si souvent et avec une telle vivacité, elle finirait certainement par tomber. Cependant, je n’avais plus d’inquiétude à me faire puisqu’elle venait de déposer sa tête sur mon épaule afin de regarder la photo qu’Haruka venait d’envoyer. «Une sœur de rêve. Ah… Tu ne l’as sûrement pas compris mais là…» Disais-je en indiquant la partie du message concerné avec mon index «… Elle dit avoir l’impression de découvrir sa grande sœur cachée. Ça en dit long sur la façon dont elle te considère.» Je les imagines déjà toutes les deux en train de faire du shopping. A ce moment-là je démissionnerais de mes fonction de porteur de sac et je dirais à Billy de louer un camion de déménagement pour à peu près deux mois. C’est sûrement le temps que leur prendra «une journée shopping»…

deden

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais. Sam 30 Aoû - 10:52


la mode se démode, le style jamais.
«Adieu la vie de mannequin alors…» Je l'observais plusieurs instants en hochant doucement la tête – oui, doucement, j'en étais capable aussi étonnant que cela puisse paraître – et avec un sourire triste et compatissant sur les lèvres. « C'est vrai que ça semble te boulverser, mon pauvre paris-brest... », ajoutai-je en continuant de hocher lentement la tête. Oui, je donnais des noms de pâtisseries à mon petit ami. C'était tellement plus original que les 'mon chéri', 'mon amour', ou autres banalités de ce genre. Enfin, 'mon chéri', d'un côté, c'était aussi le nom d'un chocolat... mais je préférais bien plus les Ferrero Rochers, en ce qui concernait les chocolats de ce genre ! Et les Twix, les Mars et autre délices à manger à tout moment, à l'invers des Ferrero Rochers qui, selon la pub, étaient réservés aux grandes fêtes. «Dans ce cas il vaudrait mieux que je ne tente rien. Autant que l’un de nous s’en sorte indemne.» J'ouvris grand la bouche et écarquillai les yeux. Je savais qu'il plaisantait, mais peu importait. « Pour la peine, quand on sortira de cette boutique, tu iras m'acheter un pot de Nutella et la louche allant avec ! », déclarai en le pointant de l'index jusqu'à ce que mon doigt touche son nez. Du Nutella. Qu'il y avait-il de plus merveilleux qu'un pot de Nutella, apporté par la personne aimée par dessus le marché ? Ah, le Nutella à la louche. Je me souvenais qu'une après-midi où j'étais seule chez moi, j'avais pris la louche dans la cuisine, le pot de Nutella, et j'étais partie m'asseoir sur la balançoire dans le jardin. J'avais quasiment fini le pot de Nutella. D'ailleurs, manger du Nutella avec une louche n'est pas chose facile. Mais ça n'allait pas bien. Ma mère était au travail, comme souvent, et mon père était en Allemagne. C'était au moment où j'avais appris qu'ils étaient sur le point de divorcer. Heureusement, au jour d'aujourd'hui, ils étaient encore mariés et s'aimaient toujours autant ! Enfin, je supposais, je n'étais pas dans leur tête... Être télépathe, ça ne devait pas toujours être drôle. Imaginons par exemple les pensées qu'un client d'une prostituée pourrait avoir. Ça ne devait pas être très nyathique pour ladite prostituée de pouvoir savoir ça... Cet exemple était assez étrange, je le sais. Mais de toutes façons, personne n'avait entendu. Pas de télépathes dans la salle ? Non ? Parlez maintenant ou taisez-vous à jamais ! Bon, merveilleux, personne n'est télépathe. Ou bien, s'il y en a, bah ils avaient qu'à s'être manifesté plus tôt car maintenant c'était trop tard, je pense ce que je veux, ma tête et les pensées qui sont susceptibles de la traverser m'appartiennent, nah ! C'était comme l'argent de mon compte bancaire. Il était à moi, rien qu'à moi. Bien que je n'étais plus aussi près de mon argent que j'avais pu l'être, j'étais encore loin d'être du genre à faire des dons à diverses associations. Du bénévolat, ça ne me dérangeait pas le moins du monde, cependant, hors de question que je partage mon argent. Hormis s'il y avait une raison valable à cela. Bien que pensant être altruiste, je n'aimais pas donner mon argent. Je préférais le dépenser pour moi-même, pour du shopping, par exemple. Du shopping avec la sœur de Naoki, par exemple. Ça serait tellement merveilleux ! «Une sœur de rêve. Ah… Tu ne l’as sûrement pas compris mais là… Elle dit avoir l’impression de découvrir sa grande sœur cachée. Ça en dit long sur la façon dont elle te considère.» Je regardai attentivement les symboles japonais, mais non, je ne comprenais pas. Je ne parlais pas du tout japonais. Cependant ça ne changeait rien au fait que ce que Naoki – enfin, Haruka – disait me faisait très plaisir. J'ôtai doucement des mains de Naoki son portable et commençai à chercher le mode appareil photo. Il avait l'habitude que je le lui emprunte, j'adorai jouer avec toutes les applications qu'il avait. Et comme je n'étais pas toujours très douée, il m'arrivait de supprimer des choses. C'était de la faute de son portable, il était configuré en japonais. « Fais un beau sourire pour Haruka toi aussi, mon macaron ! », lançai-je une fois l'appareil photo trouvé. Je fis mon grand sourire et de ma main libre le signe de la victoire avant de prendre la photo. Je bidouillai le portable et réussit à trouver comment passer en clavier anglais. Thaaank you ! I want a sister like you ! If you like the Nutella, you'll be perfect ! (^^)p J'envoyai ensuite le message et rendis à Naoki son portable en le remerciant de me l'avoir prêté.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais.

Revenir en haut Aller en bas

billy&naoki ♦ la mode se démode, le style jamais.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-