It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

Scarlett & Adrian | Think on your sins.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Scarlett & Adrian | Think on your sins. Lun 20 Jan - 23:30

L’homme à la barbe proéminente tapotait son verre avec une cuillère pour attirer l’attention des convives qu’il y avait autour de lui. Il était l’homme qui se chargeait de l’organisation, celui à qui revenait l’incroyable idée de cette réception. Rassembler des gens qui participaient, chacun à leur manière, à la vie d’associations caritatives et bénévoles. C’était un pari risqué. La réception était plutôt réussie, si on se plaçait dans leur référentiel. Quelques verres d’alcool bien choisi, un buffet haut de gamme et une peuplade de gens plus faux les uns que les autres, les uns envers les autres. Depuis le balcon, bien placé au-dessus du hall de la réception, je pouvais les observer, tous autant qu’ils étaient. Si j’étais là, c’était parce que je participais activement autant que discrètement aux intérêts d’une association qui me tenait à cœur. Si je n’avais jamais cru arriver dans une telle situation un jour, il s’était avéré que ma rencontre avec cette association avait été fortuite. LELA venait en aide aux gens enfants qui en avaient besoin. Des enfants comme j’en avais été un. Je donnais beaucoup à cette association depuis que je l’avais rencontrée. Mais ce n’était qu’officiellement la raison de ma visite. En réalité, j’étais aussi bien présent pour observer chacun de ces petites entités égocentriques et mégalomaniaques qui se considèrent bien souvent loin au-dessus des autres pour la seule raison qu’ils donnent de l’argent à une association qui, non pas viendra en aide aux gens mais, sera un gage de qualité sur leur curriculum vitae.

Je méprisais bien souvent ces gens-là. Il ne comprenait rien à la vie et à ce monde. Il faudrait leur apprendre, un à un, ce qui se passait vraiment autour d’eux, leur donner une leçon de morale, leur montrer ce que leur petite économie apportait de bien négatif à cette société mourante. Mais l’argent faisait le pouvoir, on ne pouvait rien y faire. Moi-même je jouissais d’une somme massive et considérable, de quoi faire miroiter même les plus grandes richesses. Ce butin qu’était le mien n’était pas seulement matériel, n’était pas seulement fait d’or et d’argent. Non, mon vrai trésor, c’était Omega. Omega était ma fortune, une richesse répandue sur un territoire immense. Chaque cellule vivante d’Omega valait plus encore que l’autre, et le prix ne faisait qu’augmenter. Sur ces biens joyeuses pensées à propos de mon empire, je descendais me mêler au gratin caritatif du peuple. J’avançais. Discret. Caché. Personne ne pouvait me voir, j’étais le symbole même du déguisement. Parmi tous ces gens qui voulaient se faire remarquer, il était bien simple de devenir invisible. Je regardais chacun des visages, trouvant chez tous ces gens les petits détails qui les faisaient se sentir coupable au point de financer et être bénévoles pour des associations.

C’est là que je l’ai vue. Les gens bougeaient au ralenti, le monde entier semblait se mettre en pause. Un homme dégagea ma vue pour que je puisse l’apercevoir. Elle était différente, elle n’avait rien à voir avec les autres. Pour n’importe qui, elle était simplement une femme parmi les autres, habillée comme les autres. Mais je n’étais pas n’importe qui. Je voyais qu’il y avait quelqu’un d’autre derrière ce visage. Elle n’avait pas la même expression que les autres, la sienne était plus pure, la sienne n’était pas fausse. Elle rayonnait par sa différence. Ses cheveux imitèrent une toupie soyeuse alors qu’elle tournait la tête. Je sentis le désir d’oublier mon affaire et d’aller séduire cette femme monter en moi. Elle était là pour moi, de toute évidence. Un discret sourire aux lèvres, je l’approchais doucement. J’évitai une personne qui me coupait le chemin, je pris deux coupe de champagne du plateau d’un serveur, et m’approchai d’elle, tout ça sans l’avoir quittée du regard. Une fois arrivée devant elle, je plaçais la coupe dans sa main, profitant du fait que son regard était ailleurs.

« I thought you could use one of those. »

J’affichais un sourire radieux et un regard charmeur. Je portais un costume bleu marine, une chemise blanche et une cravate noire. J’étais parfaitement coiffé, les cheveux en arrière, mais sans en faire trop, juste un citadin heureux de vivre.

« So what’s your sin? »

Si j’avais juste eu l’intention de lui demander de quelle association elle faisait partie, j’ignorais que mon choix de mots avait potentiellement été intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Scarlett & Adrian | Think on your sins. Mar 4 Fév - 21:24

Scarlett & Adrian
think on your sins


February 2014, at a LELA reception
Midtown, Manhattan
rp #1

« Hey, aren't you forgetting something ? » alpagua Scarlett. Sa nièce se retourna aussitôt et lui adressa un sourire angélique. « Love you, Scar ! » répondit-elle avant de lui envoyer un baiser invisible que sa mère attrapa dans un jeu d'acteur parfait. « Love you, Lufus ! » « Scaaaar ! » Scar partit dans un grand rire et laissa finalement sa nièce rejoindre Soraya, qui l'attendait sur le pas de sa porte. Dès qu'elles se retrouvèrent, elles entrèrent dans l'appartement de Manuela, qui avait accepté de garder Luna pour la soirée et pour la nuit – elle l'emmènerait même à l'école le lendemain ! À vrai dire, l'américaine n'avait besoin que de quelques heures ; l'association pour laquelle elle était le plus active faisait partie d'un grand événement caritatif et elle n'avait pas pensé une seule seconde à décliner l'invitation. Et puis, en plus d'être une militante, elle était également chroniqueuse, et c'était tout à fait le genre de sujet qu'elle voulait introduire dans Mom's. Depuis que cette webmission avait commencée, la jeune femme n'avait cessé d'avoir de nouvelles idées, carrément portée par ses partenaires et les membres qui ne cessaient d'augmenter ; en plus de ça, elle avait un vrai contact avec les gens qui la regardaient, ils communiquaient via les réseaux sociaux et de ce fait, elle sentait qu'elle pouvait encore mieux capter ce qu'ils voulaient voir, ce qui les intéressaient. En soi, elle était comme eux, une "mère célibataire" depuis qu'elle avait recueilli Luna, une américaine lambda qui avait les mêmes problèmes qu'eux. Et puis, elle était... bonne. Elle aimait aider les gens, les conseiller, et il fallait avouer qu'elle s'éclatait vraiment dans ce qu'elle faisait maintenant, elle avait l'impression que d'être charitable, optimiste et ouverte lui avait permis de vivre tellement plus depuis qu'elle avait rompu ses fiançailles ! Elle se sentait définitivement sur la bonne voie, plus sûre d'elle qu'elle ne l'avait jamais été.

En arrivant à la soirée, la jeune femme fut accueillie avec grand enthousiasme par les De Alvear, dont elle avait connu la plus jeune des sœurs pour qu'elles évoluent dans le même milieu des vidéos sur internet et des réseaux sociaux. Luna était TELLEMENT fan de Lana (et là, tu vois mon originalité pour trouver les noms de mes PNJs →), Scarlett s'était renseignée sur elle, lui avait proposé une collaboration et finalement, Scar avait rejoint les rangs de LELA. Dans le genre de soirées comme celle à laquelle elle s'apprêtait à participer, elle ne faisait pas vraiment partie des plus gros donateurs ; elle donnait, bien sûr ! Mais même si elle était ravie de pouvoir vivre sans avoir à demander de comptes à qui que ce soit et en pouvant faire plaisir à sa nièce autant qu'à elle-même, elle n'en était pas à s'offrir des virées en yachts ou des vacances à l'autre bout du monde tous les trois mois. Cependant, elle était la première à se porter volontaire pour chaque petit travail qui demandait de petites mains – et ça en demandait beaucoup plus qu'il n'en paraissait, même si ce soir, elle n'était là qu'en simple invitée. Serrée dans une robe pailletée d'un éclat doré qui semblait avoir contaminé son regard de son éclat, elle évolua parmi les convives, saluant poliment toutes les personnes qui lui adressaient un sourire ou une parole.

« I thought you could use one of those. » entendit-elle soudainement alors qu'une coupe de champagne se glissait entre ses doigts. Ne se départissant par de son sourire, Scarlett leva doucement son verre. « Oh, thank you ! » lui répondit-elle poliment avant que son sourire ne se fane un peu, comme si elle était gênée – et il y avait sûrement une part de ça, même si elle n'en avait absolument pas honte dans les faits. « But I don't drink alcohol, sorry. » avoua-t-elle, préférant ne pas déballer d'emblée que c'était contre sa religion. Elle avait bu de l'alcool, oui ! Trois fois dans sa vie, et elle était à chaque fois passée par le confessionnal ; ses parents & son Église l'avaient mieux élevée que ça. Ça ne l'intéressait pas, c'était juste pour des occasions vraiment spéciales, et ce soir n'était pas vraiment comparable à sa majorité ou à ses fiançailles avec Chris. « So what’s your sin? » Nouveau sourire – cette fois-ci, presque amusé, et entendu. Dieu qu'il était facile de lire sur son visage ! Elle s'abstint cependant de faire un commentaire sur ce qui semblait évident & arrêta un serveur pour poser la coupe qu'elle avait dans les mains sur son plateau. « I'm with LELA, it's an association for children. You ? » demanda-t-elle à son tour.



Dernière édition par Scarlett F. McQueen le Mer 19 Mar - 22:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Scarlett & Adrian | Think on your sins. Sam 1 Mar - 15:29

Il était assez rare que je quitte mes rails pour me diriger vers une autre voie, surtout quand j’étais en business. Cette soirée était une occasion de montrer à LELA que j’étais toujours un fervent supporter et que je pouvais montrer mon soutien par d’autres moyens que mon argent, mais elle était aussi l’occasion de me mêler aux gens qui participaient à des associations de pouvoir, à ces gens qui avaient les moyens de décider et faire décider les autres. Hommes politiques, figures publiques, star(lette)s, tous ces gens étaient des cibles intéressantes à observer et dans mon travail, il fallait savoir tout sur tout, encore plus sur ces gens-là. Il fallait donc un événement relativement assez important pour que je déraille et que je m’intéresse à autre chose. Cette femme m’avait tapé dans l’œil, m’avait mis un coup derrière la tête, sans prévenir. Elle était apparue à travers la foule et sans vraiment me contrôler j’avais pris chemin en sa direction. Il y avait quelque chose chez elle qui m’avait frappé, une différence peut-être mais je ne pouvais mettre le doigt dessus. J’étais doué pour analyser les gens, ayant consacré ma vie à exploiter les faiblesses des autres et à reproduire le comportement d’autrui. Mais cette fois, cette différence, ce point important m’échappait complètement. Seulement elle commençait doucement à me donner des indices.

« I don’t drink alcohol, sorry. »

Je ne laissai aucun signe ou élément de réponse à cette phrase paraître de mon attitude. Elle tenait dans sa main le verre que j’avais glissé en guise d’introduction. J’avais senti une petite gêne, quelque chose qui n’avait pas eu l’effet voulu, et au moment où elle prononça ces mots, je compris ma faute. Cependant, si j’admettais que l’idée n’avait pas été la bonne, je m’interrogeais sérieusement sur la raison qu’elle avait. Il pouvait en avoir des centaines, mais étrangement, beaucoup d’entre elles ne m’intéressaient pas. Femme bien habillée, gracieuse, bien coiffée, très sérieuse sur le travail qu’elle avait fait sur elle-même. Cet ensemble sortait bien de l’ordinaire, elle avait la posture trop droite, trop gentille. Cette apparence oxymorique qu’était la combinaison d’un visage et d’une forme qui ne cessait d’émettre plusieurs signaux d’un corps savoureux et sexy avec cette posture, cette tenue, et tous ces signes d’une parfaite droiture était peut-être ce qui me titillait chez elle. Je ne savais pas qui j’avais en face de moi, mais j’avais une langoureuse envie de le savoir. Mon esprit d’homme avait pris le dessus sur mon esprit de manipulateur. Cependant, il était fort possible que l’un ait grandement besoin de l’autre. Je l’interrogeai sur la raison de sa venue, employant des mots bien évocateurs. A ces mots, elle esquissa une mine évocatrice d’une pensée amusante ou dans ce registre. J’étais encore intrigué mais je commençais à me faire une idée.

« I’m with LELA, it’s an association for children. You? »

Le hasard faisait bien les choses. La seule femme que j’avais regardée d’un autre œil dans cette immense pièce, celle qui me donnait un nouvel intérêt dans cette soirée, c’était aussi un membre de la même association que moi. Bien trop fortuit pour être du hasard, mais malheureusement, je ne croyais pas à beaucoup d’autres choses que le hasard. La chance, oui, mais là, je doutais de sa participation.

« Fancy that, I am a member of LELA too. Well I’m more of a benefactor than a member, they have bravery and courage I could never hope to have myself. »

Je glissai un petit compliment, tant bien que mal, pour amadouer la jeune femme, lui montrer que j’étais de son côté. L’une de mes hypothèses les plus probables était que j’avais à faire à une fervente religieuse, assez pieuse et sérieuse pour ne pas boire d’alcool. La religion était un fait en soit que je ne pouvais comprendre et auquel je n’avais jamais pu adhérer. Avant de me lancer dans de si grands débats, je devais être sûr de ce que j’avais en face de moi et être sûr que je n’étais pas en train de perdre toutes mes chances. Il y avait quelque chose d’excitant dans cette pudeur qu’elle arborait, je ne pouvais m’empêcher de penser l’homme qui avait pour la première fois poser pieds sur la lune : découvrir une terre encore saine et pure. Alors que quelqu’un allait passer et que nous nous trouvâmes dans le chemin, je posai délicatement ma main sur son bras pour lui indiquer d’essayer de dégager le passage. Ce contact fut électrique et laissa un picotement dans mes doigts. De toute évidence, elle l’avait aussi senti. Pour à mon tour laisser passer le serveur, je m’approchai dangereusement d’elle pour me trouver à une très faible distance pendant un court instant. Je profitai de cet instant pour laisser échapper mon souffle délicatement sur elle et ajouter un compliment sur une voix agréable.

« I must say, you look fabulous in this dress. »

Alors que je me dégageai pour retrouver ma place, je laissai un regard séducteur sur elle. Je ne pouvais imaginer sa réaction, mais j’étais sûr d’être en train de titiller sa retenue et de gratter sa pudeur. De toute façon, les femmes aimaient les compliments et elle aimaient les hommes qui osaient leur en faire.

« My name is Adrian. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Scarlett & Adrian | Think on your sins. Mer 19 Mar - 23:28


Scarlett ne savait que trop bien comment étaient considérés les mormons, en dehors de leur État. À Salt Lake City, être mormon était tout à fait naturel, tout le monde se retrouvait à l'église le dimanche ; en Alabama, les McQueen avaient trouvé une solide communauté sur laquelle reposer, une Église accueillante. Comme ils disaient entre eux, connaître une église mormone, c'était connaître l'Église mormone. Toutes les églises étaient les mêmes, les prêcheurs prêchaient les mêmes choses, et surtout... les gens y étaient tous aussi bons. Parfois, Scar se disait qu'on ne leur accordait juste pas assez de crédit, et c'était même ce qui ressortait des commentaires des internautes adeptes de ses vidéos. Même en dehors de la religion, les mormons développaient une notion de la famille, de l'honnêteté, de la bonté, du partage, qui pourraient vraiment contribuer à rendre le monde meilleur. Alors, forcément, qu'on lui mette un verre comme ça dans les mains... c'était voir tout de suite le côté restrictif de la religion. Oui, c'était un véritable engagement ! L'alcool était partout autour d'elle, surtout depuis qu'elle travaillait dans la communication. Seulement, ça ne la tentait même pas, elle en avait bu plus pour faire plaisir qu'autre chose, et s'en passait très bien. Après un bref moment de gêne, la brune reprit donc une contenance, et enchaîna bien vite sur les raisons de sa présence. C'est d'ailleurs avec un sourire qu'elle accueillit la réponse de son interlocuteur qui, il fallait avouer, la troublait un peu par la présence qu'il dégageait. « Fancy that, I am a member of LELA too. Well I’m more of a benefactor than a member, they have bravery and courage I could never hope to have myself. » répondit-il.  Scarlett ne pouvait qu'acquiescer ; ayant elle-même recueilli sa nièce, elle était particulièrement sensible au sort des enfants à travers le monde. « Oh I wish I could have their courage ! I am barely helping, I actually wish I could do more, but... what they do is ama- » Interrompue par un serveur à qui, apparemment, elle bloquait la route, Scarlett sentit les doigts de l'homme en face d'elle se poser sur son bras pour dégager le passage, laissant dans son sillon une étrange sensation électrique qui lui fit relever les yeux vers le blond, un peu troublée ; il lui fallut un instant pour terminer son mot. « …zing. » termina-t-elle, presque dans un souffle tellement ils s'étaient rapprochés. Cette proximité mit d'ailleurs immédiatement l'américaine, qui ne put empêcher un sourire encore une fois gêné de passer brièvement sur ses lèvres, mal à l'aise. « I must say, you look fabulous in this dress. » reprit rapidement son interlocuteur. Scar recevait des compliments quotidiennement, elle aurait dû être habituée – et dans un sens, elle l'était. Cependant, cette soudaine proximité avec cet inconnu, cette atmosphère électrique, et le regard si... mystérieux qu'il avait ! Il laissait passer beaucoup d'émotions à travers ses yeux, mais elles semblaient... parfaitement contrôlées. Rougissant sans pouvoir s'en empêcher, la jeune femme articula un « Thank you... » dans un sourire. Pourquoi ça la touchait autant ? Elle ne savait même pas qui il était, et il ne serait vraiment pas le premier playboy à essayer de l'éloigner du droit chemin qu'elle avait choisi de suivre depuis ses 8 ans. Elle ne le connaissait pas, mais elle voyait plus qu'un simple charmeur. « My name is Adrian. » reprit-il, mettant enfin un nom – information dérisoire – sur ce personnage qui l'intriguait tant qu'elle s'en méfiait, presque instinctivement maintenant qu'elle réalisait qu'en quelques paroles, avec un certain ton, un certain regard, il l'avait ramollie. « I'm Scarlett, nice to meet you.  » lui répondit-elle tout de même avec toute la politesse avec laquelle elle avait été élevée. De toute façon, Adrian ne lui avait rien fait, elle ne pouvait justement pas se permettre de le juger sans le connaître. « And what brought you to LELA ? If you fell between the hands of the De Alvear sisters, I get that you didn't have a choice, they really know how to make you believe in their project. » enchaîna-t-elle sur un sujet plus neutre, alors que son cœur reprenait un rythme normal.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Scarlett & Adrian | Think on your sins. Dim 30 Mar - 21:04

Il y avait quelque chose de très particulier chez cette femme. Je le voyais dans ces yeux, si sains, si purs. Son regard était innocent, comme si elle était libre de toute contrariété. Son visage semblait doux et le contact avec son bras, aussi bref qu’il était, avait été d’une agréable légèreté. Elle dégageait quelque chose de bien particulier, quelque chose que je n’étais pas sûr de comprendre. Et je n’étais pas le seul à ressentir cette présence. Tout du moins, elle savait qu’il y avait un contact un peu particulier entre elle et moi. Elle avait été très surprise de mon touché charnel, presque à en avoir le souffle coupé. Dans un sens, je me plaisais un peu de la déstabiliser ainsi, d’appliquer mon charme, sans toutefois lui faire ressentir que j’étais en train d’essayer de la charmer. Je lui glissais habilement un petit compliment sur sa robe qui, il fallait bien le dire et ce n’était en aucun cas un mensonge, lui allait à ravir. J’appréciais les femmes qui savaient s’habiller et j’appréciais beaucoup quand une femme s’habillait sans retenue mais gardait pourtant une certaine attitude de réserve, restait droite. C’était ce contraste qui m’attirait aussi. Il fallait que j’en sache plus sur cette personnalité bien mystérieuse. Cette innocence laissait suggérer qu’elle n’était peut-être pas très expérimenté dans ce domaine du charme et moi qui était un manipulateur profond, je savais qu’elle n’avait aucune chance.

« I'm Scarlett, nice to meet you. »

« Forgive me for startling you with the impetuosity of my sentiments.* My dear Scarlett, you have a very nice name. »

J’affichais un sourire radieux et un regard malicieux. Non seulement je me prenais un peu à ce petit jeu de séduction que je jouais seul, mais en plus, je trouvais sa présence simple et agréable. Parmi tous les gens qu’il y avait ici, elle était bien la personne la plus intéressante.

« And what brought you to LELA ? If you fell between the hands of the De Alvear sisters, I get that you didn't have a choice, they really know how to make you believe in their project. »

J’esquissai un sourire, me souvenant de ma première rencontre avec Laïsha et LELA. Dans un sens, on pouvait considérer qu’elle m’avait convaincu. J’étais venu pour me débarrasser d’elle, j’étais reparti le coeur serré et l’envie de venir en aide à LELA.

« They are surely the bests at it. However, I went to LELA because I have been the victim of a very difficult childhood myself. The children they help reminded me so much of myself that I could not see myself not helping them. »

Je laissais un regard triste se glisser sur mon visage. Juste assez pour qu’un brin de pitié se fasse ressentir dans le coeur de la demoiselle, mais pas trop pour éviter de jouer le rôle du martyr. Elle était une femme bonne, de toute évidence, et peut-être avait elle beaucoup côtoyé des enfants, peut-être même en avait-elle. Cela dit, j’étais sûr qu’elle n’était pas avec quelqu’un, je pouvais le voir. Ce qui était donc sûr, c’est qu’elle avait rejoint cette association parce qu’elle était certainement touchée par la situation des enfants et le fait d’avoir dit que j’avais moi-même vécu quelque chose de la sorte devait forcément lui inspirer de la compassion et de l’empathie envers moi. Un coup presque gagnant.

« So tell me Scarlett, what do you do? »






* citation de Gone with the Wind à Scarlett O'Hara.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Scarlett & Adrian | Think on your sins. Sam 12 Avr - 1:34


Adrian l'intriguait, et pourtant Scarlett ne savait rien de lui ; néanmoins, elle ne s'inquiétait pas vraiment. Plus que ça, elle appréciait de rencontrer de nouvelles personnes, surtout dans des occasions comme celle-ci où tout le monde était réuni pour une cause noble. Et puis, elle avait été beaucoup mieux élevée que de juger quelqu'un sans le connaître ! Si elle se sentait mal à l'aise avec lui ? A vrai dire, pas vraiment ; il y avait quelque chose qui la titillait chez lui, sans qu'elle soit encore capable de mettre le doigt dessus, et qui lui permettait d'outrepasser la gêne qu'elle pouvait ressentir en réaction à son regard pénétrant et ses paroles troublantes. « Forgive me for startling you with the impetuosity of my sentiments.* My dear Scarlett, you have a very nice name. » répondit d'ailleurs le jeune homme lorsqu'elle dévoila son prénom. Elle préféra d'ailleurs en sourire plutôt que de chercher à analyser la signification de cette citation particulière. « Thank you ! I can't really say I can be related to O'Hara's character, though... She was quite a... woman. » répondit-elle, légèrement gênée, n'osant pas vraiment mettre des mots sur ce qu'elle-même pouvait considérer comme de la décadence et un manque total de morale. Si sa mère avait insisté pour nommer sa première fille Scarlett, c'était lié à leur arbre généalogique, mais des allusions avaient toujours été faites entre l'américaine et le personnage d'Autant en emporte le vent. Elle l'avait lu, et... non, Scarlett & elle n'avaient rien à voir, l'autre était sensuelle, sans foi (!!) ni loi, loin de la sage Utahaine.

« They are surely the bests at it. However, I went to LELA because I have been the victim of a very difficult childhood myself. The children they help reminded me so much of myself that I could not see myself not helping them. » reprit Adrian ; à l'entente de ses paroles, Scarlett fronça légèrement les sourcils, touchée. Évidemment, que le destin d'un enfant à l'enfance difficile lui importait, elle était totalement dévouée à cette cause et c'était d'ailleurs la raison de sa présence, c'était l'un des moteurs de sa vie, finalement, et la présence de Luna le lui rappelait constamment. « Oh... I understand. It's a very noble gesture, I'm sure the children are grateful for it. » glissa-t-elle dans un sourire sincère, se disant qu'il y avait une leçon à tirer de tout ça. « So tell me Scarlett, what do you do? » enchaîna-t-il, ne souhaitant apparemment pas s'étendre sur son enfance difficile, une réaction plus que compréhensible. « Oh I am hosting a show... sort of. » répondit-elle avant de nuancer, son sourire s'élargissant de malice. « It's on the internet, and the show is focusing on mom's and kids, I welcome guests that can give advices, or... famous parents. I also like to include charity related topics, just as LELA, I think « targeting » parents that understand what it is to have a child, who know their needs, could really expand the range of the association. » répondit-elle, s'emportant bien vite en décrivant le contenu de ses webmissions. « So, it's pretty far from the amazing job the De Alvear are doing, but it's really interesting, I keep learning new things, I welcome and talk to people from all around the world, and... yes, I'm just trying to help with what I have in my power. » termina-t-elle avant de grimacer et de laisser échapper un bref rire gêné. « Sorry, I get easily overwhelmed when it comes to Mom's – that's the name of the show – but... I've worked really hard on that project. What about you ? »


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Scarlett & Adrian | Think on your sins. Dim 4 Mai - 20:44

« Oh... I understand. It's a very noble gesture, I'm sure the children are grateful for it. »

J’esquissai un sourire. Je ne réalisais pas vraiment ce que je faisais pour cette association quand je ne voyais pas moi-même le résultat. J’avais donné de l’argent à cette association, beaucoup d’argent, mais le résultat de ces actions-là ne se voit jamais vraiment sur le court terme. C’était pour cette raison que j’avais aidé comme je pouvais, essayant de participer au bénévolat quand je le pouvais, parce que c’était là qu’on voyait vraiment ce qu’on faisait. Face à des enfants qui s’apprêtent à retrouver une vie, face à la misère qui tende de s’évader de leur vie. C’était là que je pouvais vraiment ressentir ce que je faisais, que je me sentais utile pour eux. Je ne cherchais pas non plus la satisfaction dans ce domaine, je ne me sentais pas le besoin d’être utile auprès de qui que ce soit, mais face à eux, j’étais tout simplement démuni. J’espérais probablement secrètement que les enfants m’en étaient reconnaissants, en réalité, parce que quand je n’étais pas avec eux, je ne pouvais pas dire que je faisais tout pour qu’ils aient une meilleure vie…

Elle répondait alors sur ce qu’elle faisait dans la vie. J’étais étrangement intéressé. J’étais souvent intéressé par les histoires des gens, pour bien d’autres raisons, souvent parce que j’aimais tout savoir sur tout le monde. J’avais fait ma vie sur l’information et les renseignements, c’était donc évident. Mais cette fois, j’avais la certitude que ce qu’elle était sur le point de me dire ne me serait d’aucune utilité dans mon domaine, mais j’étais intéressé. Quelque chose sortait vraiment de cette femme, une aura, autour d’elle, un anneau au-dessus de la tête, quelque chose d’un peu solennel. Je n’arrivais pas vraiment à mettre le doigt dessus mais j’avais mes suspicions. Elle était présentatrice d’une émission qui passait sur internet, une émission axée sur un domaine dont j’ignorais à peu près tout, en dehors de la science et des faits, au niveau du ressenti et des sentiments. La maternité. Je ne l’avais ni vu, ni vécu, ni jamais approché. Pour autant que je sache, je ne l’avais même jamais provoqué. Mais les femmes sont très secrètes quand elles doivent protéger et cacher leurs progénitures. J’avais écouté ce qu’elle avait à dire en silence. Un sourire s’était glissé sans mon autorisation sur mon visage. Qu’est-ce qui me faisait ça ? Comment elle me faisait ça ? Cette femme me faisait bouillir, j’ignorais pourquoi. Me connaissant, il devait y avoir quelque chose dans mes besoins compulsifs qu’elle devait être capable de combler, mais comme bien souvent, j’ignorais ce que c’était. Ce que je savais, c’est qu’il fallait que je continue à chercher. Elle termina son discours un petit peu dans l’excuse d’avoir trop parlé d’elle. Je ne doutais pas une seconde qu’elle était extrêmement impliquée dans ce qu’elle faisait, et elle était probablement une travailleuse déterminée.

« Sorry, I get easily overwhelmed when it comes to Mom's – that's the name of the show – but... I've worked really hard on that project. »

« By all means, continue. I like to hear interesting stories like yours. I like what you do, I think it is a good idea. And of course, everything that can contribute to LELA is a good cause to me. »

« What about you? »

Version officielle ? Homme mystérieux ? Mensonge ? Vérité ? Beaucoup de possibilités et c’est avec cette réponse que je commencerais à orienter cette rencontre dans un sens ou dans un autre.

« Well, I am at the head of multiple companies in various fields. Media, banking, science, fashion, sports… I am also the owner of several investing funds. I do a lot of things, I manage a lot of people, a lot of businesses. It is, in fact, not as interesting as your occupation, I must say, but it keeps me busy. »

Une idée me vint alors à l’esprit et il y avait des chances qu’elle me rapproche un peu de cette charmante femme. Il n’y avait pas que ce détail mystérieux que je voulais comprendre chez elle, plus le temps passait, plus je devais avouer que son physique ne me laissait pas indifférent. J’avais essayé une grande variété de femmes dans ma vie et pourtant elle s’inscrivait dans un profil que j’avais peu souvent côtoyé, soit par choix soit par les circonstances de mes rencontres. J’avais la sensation que je voulais y remédier.

« Actually, I think I could possibly have a business proposition for you. Maybe we could go somewhere quiet so we could talk? The crowd is not going anywhere, we might as well make the most of our time. »

J’avais délicatement posé ma main dans le bas de son dos, l’invitant à me suivre vers une pièce annexe ou même l’extérieur, sans laisser une seule suspicion d’une quelconque perversité. Je ne faisais que passer un de ces courants électriques à travers son dos, étant sûr de ne pas la laisser indifférente. Cette tension charnelle que je créais à chaque fois que je la touchais devait se faire sentir.


I AM SO SORRY FOR ALL THE TIME I TOOK.  22
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Scarlett & Adrian | Think on your sins. Sam 10 Mai - 22:10


« By all means, continue. I like to hear interesting stories like yours. I like what you do, I think it is a good idea. And of course, everything that can contribute to LELA is a good cause to me. » Scarlett ne put empêcher un sourire un peu gêné de prendre de nouveau place sur ses lèvres. Si elle n'était pas encore « conventionnellement » mère, Mom's était son bébé. Elle avait beau ne pas avoir créé l'émission ou en avoir eu l'idée première, puisqu'elle avait été recrutée pour s'occuper du show après avoir été remarquée pour les quelques vidéos qu'elle avait posté sur internet, la mettant en scène avec Luna ; seulement, elle avait porté le projet, elle l'avait vu aboutir, et depuis, elle s'en occupait d'une main de maître. Cependant, elle ne chercha pas à s'étaler encore plus sur le sujet alors que, déjà, elle avait l'impression d'en avoir trop dit. Au lieu de ça, et résultat d'un véritable intérêt, elle retourna plutôt la question à Adrian. « Well, I am at the head of multiple companies in various fields. Media, banking, science, fashion, sports… I am also the owner of several investing funds. I do a lot of things, I manage a lot of people, a lot of businesses. It is, in fact, not as interesting as your occupation, I must say, but it keeps me busy. » Impressionnée, la brune resta sans voix ; et pourtant, il semblait si jeune ! « Oh, wow, what do you mean ''not as interesting'', it's impressive ! The range of your activities is too ! » répondit-elle immédiatement en entendant les ''faits d'armes'' déjà accomplis par Adrian. Elle-même avait étudié la communication, avant de considérer tout plaquer pour se lancer dans la pâtisserie – un choix qu'elle avait vite abandonné lorsqu'on lui avait proposé un boulot à New York, après ses études, qui correspondait parfaitement à la période où elle avait quitté son fiancé ; Mom's avait fait le reste, mais la jeune femme, bien qu'entreprenante dans les affaires et très douée dans la comm', était loin d'avoir monté un empire comme semblait l'avoir fait le blond.

« Actually, I think I could possibly have a business proposition for you. Maybe we could go somewhere quiet so we could talk? The crowd is not going anywhere, we might as well make the most of our time. » reprit-il, faisant brièvement hausser les sourcils de Scarlett, surprise. Cependant, elle se laissa entraîner en hochant la tête, relevant légèrement sa robe d'une main pour ne pas se prendre les pieds dedans en montant les quelques escaliers qu'ils empruntèrent pour se rendre dans une salle un peu plus au calme ; quelques personnes étaient assises sur la causeuse près de la porte, cependant, et le duo continua donc jusqu'au balcon adjacent ; la main d'Adrian était posée dans le bas du dos de Scarlett, et même si elle se forçait d'avoir l'air indifférente, elle était loin de l'être. C'était... la pression de sa main, son parfum qui l'entourait alors qu'ils évoluaient ensemble en fendant la foule de la soirée, son regard sur elle lorsqu'ils se retrouvèrent seuls à l'extérieur. En se mettant en face de lui, elle ne put réprimer un frisson le long de sa colonne vertébrale, réalisant l'effet que la chaleur corporelle du jeune homme avait eu sur elle. Elle ne voulait même pas oser formuler ses plus profondes pensées en images claires, et pour chasser cette sensation qu'elle se refusait d'accepter, elle reprit la parole. « So... what is it about ? Because, you should know, I'm not only... a girl on the internet, I studied communication at UCLA. » déclara-t-elle, n'osant pas en dire plus de peur d'avoir l'air de se vanter, et à vrai dire, vraiment curieuse de savoir l'offre que voulait lui proposer Adrian.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Scarlett & Adrian | Think on your sins. Dim 18 Mai - 18:40

The range of your activites. Évidemment, mes arrières pensées me firent sourire légèrement. Si officiellement j’étais déjà dans beaucoup de domaines, actionnaires ou propriétaires de différentes activités, là où j’étais le plus éclectique c’était certainement mes activités plus secrètes et mon empire de l’information et du pouvoir. La plupart de mes occupations étaient criminelles. C’était le business le plus fort, le plus puissant, le plus en vogue. Trafics en tout genre, opérations clandestines, import export, chantage, trouver des gens ou les faire disparaître, extorsion, armement, je ne pouvais même pas tous les lister tant les domaines étaient si différents. Mais rien ne m’échappait, j’avais le contrôle sur tout. J’étais extrêmement agile et bon avec les nombres et faisait toujours bien attention qu’on n’essaie pas de me faire faux bond.

L’esprit plein de possiblement mauvaises pensées, tout dépend du point de vue, j’attirais Scarlett un peu plus loin du peuple pour y trouver un semblant d’intimité. De toute évidence, elle devait commencer à sentir ce courant électrique que je m’efforçais de mettre entre nous deux, mais pourtant, elle ne réagissait pas du tout comme je m’y attendais. Elle était pleine de réserve, comme si elle devait se contrôler, comme si elle se frappait la main alors que celle-ci, autonome, souhaiter prendre une friandise. Je ne savais pas ce qui tournait dans sa tête, mais je comptais bien le découvrir. Cela dit, outre le fait que je souhaitais me glisser ailleurs que juste hors de la pièce de réception, j’avais réellement quelque chose à lui proposer. Peut-être était-ce parce que j’avais inconsciemment envie de l’amadouer ou parce que, comme à mon habitude, j’éprouvais le besoin d’être partout, d’avoir des yeux et des oreilles partout, même dans une émission diffusée sur internet. En réalité, c’était les phénomènes de masse qui pouvait faire bouger les choses. Avoir un pied à l’intérieur d’un domaine qui est capable d’influencer les gens, capable de leur faire comprendre les choses quand il le faut, capable de leur bourrer leur petit crâne d’informations nécessaires, c’était un atout. Cependant, sûrement pour combler la gêne qu’elle éprouvait par mon petit jeu de séduction charnel, elle reprit rapidement la parole pour m’annoncer qu’elle avait de meilleures cartes dans son jeu qu’elle ne le laissait croire aux premiers abords. Elle était bien curieuse sur ce que je pouvais lui proposer et le fait de savoir qu’elle avait étudié la communication me donna de nouvelles idées.

« Impressive. You seem to be a very resourceful woman. I was thinking of helping you funding your show but I might actually have something even better. One of the companies I own is specialized in media and production, something in your area of expertise, I would say. An important position in PR was recently vacated. Should you be interested, I believe we can work something out. »

J’affichais un sourire charmeur. Je n’essayais pas de la piéger, ce poste était bien libre et cherchait quelqu’un, quelqu’un que je pouvais de toute évidence manipuler et de ce que j’avais vu jusque-là, Scarlett et sa pureté étaient manipulables. Elle se devait d’accepter. Propulser dans une entreprise pour qu’elle puisse faire ce qu’elle a appris, avec un homme des plus charmeurs comme patron, comment pouvait-elle passer son chemin ? La proximité à laquelle ça la propulserait serait un plaisir, par ailleurs. Je m’approchais d’un demi pas pour mettre mon visage un peu plus proche du sien, laissant un souffle court effleurer son visage. Un pas de plus et le contact était fait.

« What do you say, Scarlett? »


This is... sorry. Surprised
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Scarlett & Adrian | Think on your sins. Mar 20 Mai - 0:27


Plus jeune, Scarlett avait été très ambitieuse – elle l'était toujours, oui, mais... avec l'arrivée de Luna et depuis la rupture de ses fiançailles, elle avait l'impression que sa vie était un peu « entre parenthèses ». Elle adorait son job chez Moms et ne l'échangerait pour rien au monde, surtout dans la mesure où ça semblait un service qui connaissait une forte demande, elle ne changeait peut-être pas le monde mais elle aidait comme elle pouvait, avec ce qu'elle savait, et ça rendait son âme plus légère. Seulement, oui, il y avait un temps où elle imaginait qu'un jour, elle gèrerait plus qu'une émission sur internet à l'intention presque exclusive des mères dans le besoin. Du coup, lorsque son interlocuteur avait évoqué une proposition professionnelle, et au vu de ce à quoi il semblait à la tête de, elle n'avait pas pu s'empêcher de préciser qu'elle avait aussi fait des études, qu'elle avait des compétences, même si lorsqu'il l'en félicita, elle eut plutôt l'air d'une enfant qui avait réussi à accomplir quelque chose de mineur & qu'on congratulait pour lui faire plaisir – et, dans un sens, ça ne lui fit vraiment pas du bien. « Impressive. You seem to be a very resourceful woman. I was thinking of helping you funding your show but I might actually have something even better. One of the companies I own is specialized in media and production, something in your area of expertise, I would say. An important position in PR was recently vacated. Should you be interested, I believe we can work something out. » Okay, est-ce qu'elle venait de se vendre et de se faire offrir un job parce que, justement, elle s'était vendue ? L'idée d'un financement du show était aussi quelque chose d'intéressant, bien qu'il ne manque pas de donateurs, mais l'idée d'un job, d'un vrai...

Elle devait être raisonnable, se dit-elle à l'instant-même où elle s'attrapa en train de rêver. Parce que même si elle ne connaissait finalement rien sur Adrian, sur ses activités, elle ne savait même pas si elle avait vraiment les compétences pour occuper le poste qu'il lui proposait, même si elle savait qu'elle se lancerait totalement dans l'inconnu si elle osait répondre positivement à sa proposition, elle avait envie de le faire, et pour plus de raisons que nécessaire.

Avant même qu'Adrian n'avance d'un pas, Scarlett avait senti son propre corps vouloir se rapprocher du sien, et elle le contrôlait depuis l'instant où il s'était présenté devant elle, deux coupes de champagne en main. Ça lui rappelait un peu quand elle était petite et qu'elle racontait à tout le monde qu'elle pouvait voir les auras des gens – dans un sens, elle avait l'impression d'en être capable. Elle savait discerner le bien chez les gens, du moins, elle savait interpréter ce qu'ils dégageaient – ses études avaient aussi aidé – mais pour Adrian... elle n'arrivait juste pas à se prononcer, et au lieu d'en avoir peur, elle n'en était que plus curieuse. Pour être présent pour LELA, pour la proposition qu'il lui faisait, pour l'attitude qu'il semblait avoir depuis qu'ils s'étaient rencontrés, il semblait être un homme bien, mais pouvait-elle en être sûre ? Ce ne serait pas la première fois que son radar se montrerait défectueux pour les beaux yeux de quelqu'un... « What do you say, Scarlett? » La proximité avait coupé court à sa réflexion, et elle releva un regard troublé – elle ne pouvait que l'être – vers le blond. « It is... a huge offer, it feels rude to have to ask for some more time, some... informations. » essaya-t-elle de résonner alors que ses yeux glissaient bien malgré elle le long du visage dangereusement proche d'Adrian. « As for Moms, I can't decline that kind of offer neither, any help is... very welcome. » reprit-elle en réalisant que le silence qu'elle avait installé dans sa contemplation pouvait devenir gênant. Un léger sourire traversa ses lèvres alors qu'elle se redressait pour reprendre une contenance, rapprochant encore leurs visages pendant un instant avant de les éloigner dans la continuité de son geste. « … even though I'm not sure you share mother's concerns, I'd be glad to tell you more about it, if you tell me more about that PR job. »

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Scarlett & Adrian | Think on your sins. Dim 22 Juin - 18:40

D’une extrême lenteur, je pouvais voir les yeux de la femme parcourir mon visage, le scruter, essayant probablement de comprendre pourquoi il s’était soudainement retrouvé aussi près du sien et aussi de trouver comment répondre et comment réagir. Je savais que je la faisais légèrement paniquer dans son inconsicent, qu’elle ne savait que faire de cette situation, de moi. Je sentais aussi que si elle n’était pas tout à fait à l’aise de s’être retrouvée si confinée dans mon espace vital, elle ne voulait pas non plus agrandir l’espace entre nous deux. Elle était coincé entre cette proximité et cette distance. J’avais beau la tenir devant mon calibre, je ne l’avais pas gagnée pour autant. Elle avait une vraie volonté de resistance. Tout ce que je dégageais consitutait l’ensemble des clichés qu’un homme qui se trouverait à ma place dégagerait. Argent, classe, travail, sex appeal, intelligence, gentillesse et une touche pas si discrète de sensualité. Mais pourtant, tous ces atouts du monde humain ne semblait pas l’affecter, ou en tout cas pas tous ou pas assez puisqu’elle arrivait à se dégager des mes petites attaques. Elle savait encore s’en sortir, mais je n’avais pas joué toutes mes cartes, je ne faisais que jouer avec des amuse-gueules, je n’avais pas encore attaqué le plat de resistance.

De toute manière, l’atout de la proposition professionnelle l’avait bien marqué. Elle en perdait ses mots, elle en perdait son équilibre, elle s’était même dangereusement rapproché dans un mouvement un peu rapide.

« It is... a huge offer, it feels rude to have to ask for some more time, some... informations. »

Je laissais apparaître un léger sourire. Evidemment, elle ne s’y était pas attendu. Rencontrer un bel inconnu qui vous propose soudainement un travail sans rien demander en retour, sur la simple base d’une présentation oral des talents professionnelles, voilà qui pouvait rapidement porter à confusion. Seulement, c’était comme ça que fonctionnait les Etats-Unis, c’était comme ça qu’était la vie. Les gens travaillent tout le temps, même en tâche de fond, ils sont en réflexion constante. Dans le pays qui a fondé le réseau social professionnel, la vie professionnel fonctionne de la même manière. Tout se joue à la confiance et mais pourtant il ne faut rien baser dessus. On comprend vraiment cet aspect de l’American Way of Life quand on est dans un business actif. Comme moi. Alors si ma proposition ne m’avait pas du tout choqué, je pouvais comprendre qu’elle l’a déstabilise. Et puis, rien ne disait que je lui proposais vraiment quelque chose sans rien attendre en retour. Mais ça, elle ne le savait pas encore.

« Please, of course. I was not expecting you to accept my offer just like this. I will make sure you get everything you need to make your decision and we will stay in touch. »

Hopefully more than that. Mais il restait encore du temps.

« As for Moms, I can't decline that kind of offer neither, any help is... very welcome… even though I'm not sure you share mother's concerns, I'd be glad to tell you more about it, if you tell me more about that PR job. »

Elle s’était dangereusement rapproché de moi un court instant m’effleurant presque le visage avec son souffle et si j’étais sûr de l’avoir fait frissonné une ou deux fois, c’était à son tour d’avoir la prétention de dire qu’elle l’avait fait. Ce presque contact m’avait presque fait croire à une avancée un peu osée de sa part et j’étais resté presque immobile en la voyant se retirer. J’ignorais si elle jouait à son tour un peu avec le feu, mais je comptais bien continuer à le faire. Je finissais la coupe de champagne que j’avais dans la main et la posa sur une surface plate proche. Penchant légèrement la tête sur le côté, je la regardais en plissant un peu les yeux.

« Let me tell you. I have a great curiosity and put great intereset in many various fields. You peaked my curiosity when we were downstairs but now you have my full intereset and attention. »

Je m’approchais d’un pas pour combler de nouveau l’espace qu’elle avait un peu aggrandi. De nouveau je faisais monter la tension présente entre nous deux. Je posais délicatement ma main sur son bras pour de nouveau faire passer ce courant électrique, ce petit contact statique, et en approchant mon visage, je repris la parole d’un ton doux.

« I would very much like to get to know you. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Scarlett & Adrian | Think on your sins. Lun 23 Juin - 2:10


« Please, of course. I was not expecting you to accept my offer just like this. I will make sure you get everything you need to make your decision and we will stay in touch. » Effectivement, il ne lui proposait pas n'importe quoi. Bien sûr, il y avait une infime chance qu'il soit un gros escroc & qu'il n'ai rien à lui offrir, mais il savait se présenter, et la jeune femme se retrouvait finalement vraiment intéressée par le projet qu'il semblait avoir pour elle ; sans pour autant se douter un seul instant de sa portée.

Parler de cette proposition, de Mom's, lui changeait les idées, mais un coin de son esprit ne pouvait s'empêcher de cogiter sur la proximité qu'ils avaient été deux à installer. Si elle avait l'impression de ne pas vraiment prendre la mesure de ce qu'elle faisait, elle ne pouvait pas nier qu'il exerçait une attraction sur elle qu'elle n'avait encore jamais ressentie. Certes, il était beau, mais ce n'était pas tout, Scarlett était loin d'être le genre de fille à tomber pour du physique, c'était... une alchimie qu'elle n'arrivait juste pas à expliquer, qui lui faisait un peu peur mais, en même temps, qui l'intriguait et, à son grand dam, l'excitait. « Let me tell you. I have a great curiosity and put great intereset in many various fields. You peaked my curiosity when we were downstairs but now you have my full intereset and attention.  » Scarlett inspira comme pour prendre la parole mais ses lèvres restèrent closes alors que son regard suivait de nouveau la silhouette d'Adrian se rapprocher d'elle. Elle ne pouvait pas faire l'innocente plus longtemps & nier que de son côté aussi, quelque chose se passait. C'était comme s'il tentait de la charmer sans vraiment le faire, c'était... plus profond que ça. « I would very much like to get to know you.  » Le simple ton de voix qu'il employa fit frissonner l'américaine, et la main qu'il déposa sur son bras n'aida pas. Son regard était totalement absorbé dans celui d'Adrian.

Pendant un instant, elle se dit que Dieu regardait. Que Dieu la voyait être faible ; elle avait conscience de l'être. En quelques mots, quelques gestes, sans vraiment qu'elle ne sache si tout ce qui l'atteignait était vraiment volontaire, Adrian avait transformé Scarlett en une véritable adolescente amourachée. Son cœur battait la chamade dans sa poitrine, sa gorge était sèche – même du champagne aurait fait l'affaire, pour le coup – et elle savait que ses frissons n'étaient absolument pas dus au froid.

Il lui sembla une éternité avant qu'elle ne se reprenne & prenne la mesure des paroles d'Adrian. « Me, or the show ? » souffla-t-elle en haussant un sourcil, un léger sourire sur les lèvres, cherchant un peu vainement à prendre le contrôle de la situation, qu'Adrian possédait totalement. Même s'ils la franchissaient tout juste, la limite du professionnel avait déjà été dépassée. « Maybe we should get inside, get you another drink. » tenta-t-elle avant de se mordre la lèvre, honteuse, et de vouloir immédiatement se justifier. « Not that I'm trying to get you drunk, your glass is empty... » ou comment se ridiculiser en cherchant à jouer dans la cour des grands.

It's pathetic, I'll buy you 2 drinks '-'

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Scarlett & Adrian | Think on your sins. Mer 23 Juil - 3:04

Bien conscient que ma respiration lui caressait doucement le visage, je la voyais se perdre dans mon regard, être complètement démunie face à cette situation, face à mon comportement. Qu’est-ce qui pouvait bien créer autant d’innocence chez une femme comme celle-ci pour que le plus simple jeu de séduction la laisse sans défense, perdue. Je me plaisais de ce que je faisais, j’y prenais un malin plaisir, mais pourtant, ma patience commençait un peu à froncer les sourcils. Malgré sa détresse, une force invisible semblait lui faire garder une partie de son sang froid. Je ne faisais pas de geste qui dépassait la limite de la séduction pour entrer dans une partie plus charnelle, mais j’étais persuadé que le faire n’aboutirais pas. Un pouvoir sacré l’empêchait de tout à fait céder. Pour l’instant, en tout cas. Je pouvais distinguer les veines effacées de son cou qui dansaient à fort rythme, elle ne clignait plus des yeux, elle se laissait emporter. Finalement, elle sembla reprendre un sens de l’orientation un peu flou pour rétorquer quelque chose qui m’amusa grandement.

« Me, or the show ? »

Mon regard se glissa de son visage jusqu’au bas de son corps pour remonter, m’attardant toujours sur certaines parties sensibles. Si elle savait comme je n’avais qu’une idée en tête qui était de fouiller en profondeur les recoins de son corps, de m’attarder dans des recherches physiques et charnelles très fortes, comme je souhaitas lui faire découvrir toutes les saveurs de la force, du pouvoir et même de la cruauté qui s’émerveillaient en moi dans une harmonie chaotique, comme je voulais mettre un terme à cette innocence. A trial by fire. Le plaisir, la douleur, la perte de ses sens, au contraire, l'explosion des goûts. Toutes ces images hautement peu catholiques qui me venaient à l’esprit, mon instinct de mâle prédateur, de dominateur, venait injecter dans mon sang toute cette adrénaline qui m’aurait presque forcé à lui arracher ses vêtements pour violer sa pudeur la plus profonde avant de lui faire goûter à la mienne. Mais ici, il fallait être d’une tenue exemplaire. Parmi tous ces gens de la haute, tous ces gens pudiques et pédants, il fallait savoir se tenir. Dans un monde que je gouvernerais, les choses seraient bien différentes.

« Both, of course. »

J’affichais un sourire bien malicieux. Le sous-entendu pouvait être un peu évident, mais dans ce monde très caractérisé par les oeillères que portent les gens qui leur empêchent de voir et comprendre plus que ce qu’ils croient, je me doutais qu’on n’imaginerait pas une seconde que ce sous-entendu en était un. Et puis même si ça pouvait être le cas, j’imaginais que l’innocence de la jeune femme ne remarquerait pas tout à fait la chose. Même si, je trouvais que ce serait beaucoup plus amusant qu’elle se sente un peu gênée de comprendre.

« Maybe we should get inside, get you another drink. »

Alors là, j’étais un peu perdu. Je ne savais pas ce qu’elle essayait de faire. Sa proposition sortait tout simplement de nulle part et elle n’avait aucun sens avec la situation. J’avais beau essayer de comprendre ce qu’elle sous-entendait, je n’y voyais pas la moindre explication. Je reculais d’un pas, le regard très interrogateur, comme si elle devait non seulement comprendre que j’étais un peu perdu, mais aussi pour qu’elle ait l’impression que c’était un faux pas. Quand on séduit une femme, il ne faut surtout pas toujours lui donner l’impression qu’elle est au-dessus et qu’elle est parfaite. Parfois, il faut lui faire comprendre qu’elle n’est pas indispensable pour qu’à son tour elle cherche à être au-dessus. Ce petit détail que je venais de mettre en oeuvre allait aussi lui donner l’impression que même si elle n’était pas forcément intéressé par ma séduction au départ, elle venait possiblement de perdre une partie. Perdre une partie dans un jeu qu’elle ne voulait même pas jouer. Et de ce fait, elle entre dans le jeu. Il aurait fallu faire ça sur un plus gros point - débat, remarque morale, etc - mais je ne cherchais pas non plus à la déstabiliser complètement. Pas encore.

« Not that I'm trying to get you drunk, your glass is empty... »

Je balayai rapidement de mon esprit une image de nos corps en union sous une douche de champagne pour laisser mon esprit détraqué revenir dans la conversation. De toute évidence, elle avait essayé de reprendre contrôle de la situation, mais sa tentative avait été un franc raté. Elle savait très bien qu’elle n’avait pas donné l’impression qu’elle aurait aimé, et j’avais senti le manque de tact. Je ne savais pas trop dans quelle direction elle espérait aller, mais il était peut-être temps que ma direction soit celle d’Omega. Je levai un peu la tête en la regardant, faisait un pas de plus en arrière. Regardant la coupe vide, je fis un petit hochement de tête.

« Oh you know, maybe that is enough for tonight.»

Il était temps, en effet. Je glissais ma main à l’intérieur de ma veste pour en sortir un stylo et une carte professionnelle. Celle-ci n’affichait que le nom d’Adrian Gevaar et le titre d’investisseur, ainsi qu’un numéro de mobile personnel. Au dos, j’inscrivis un autre numéro de téléphone ainsi que le nom de Linda.

« Here is my card. You have my personal number on it, should you wish to contact me personnally. You can call the number on the back and ask for Linda, she will send you everything you need to help you consider the offer I made. Whenever you feel ready to visit us, you can contact me. In the mean time, I will give a close look to your show and see what I can make of it. »

Je lui affichais un sourire élégant, comme si j’étais redevenu plus calme et mieux éduqué. Derrière moi, une voiture s’arrêta et un homme en sorti. Il fut rejoint par deux autres hommes qui assurait ma sécurité depuis une certaine distance, caché dans l’ombre.

« This is where I leave you Scarlett. I was very pleased to meet you and I do hope to see you again very soon. Have a good night. »

Je m’approchai d’elle, posant ma main sur sa hanche, laissant de nouveau échapper ce courant électrique. Approchant mon visage très rapidement du sien, je déposa un baiser sur sa joue, tellement proche de sa lèvre que j’en senti un très léger contact. Je me retournai presque instantanément vers la voiture, un sourire au coin des lèvres. On m’ouvrit la porte de cette Maserati magnifique et je m’installais à l’arrière. Derrière la vitre tinté, je regardais cette femme mystérieuse qui m’avait beaucoup amusé pendant cette soirée. Une petite lumière l’illuminait depuis le ciel, tel un ange qui descend du paradis.

« I want this woman closely watched… I want her. Make sure I get what I want. »

La voiture démarra, suivi d’une autre, plus grosse, avec deux hommes dedans. L’air pensif et un peu frustré, je m’adressai à un de mes hommes.

« Get me some women for tonight. »

Si j’allais balayer mes pulsions sexuelles de la soirée du revers de la main avec une ou deux prostitués, j’étais sûr d’une chose. Je n’en avais pas fini avec Scarlett.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Scarlett & Adrian | Think on your sins. Ven 15 Aoû - 1:57


Scarlett n'était tellement pas habituée à l'attention que semblait lui porter Adrian ! Par la force des choses, la jeune femme n'avait côtoyé presque que des gens qui partageaient ses convictions ou, au moins, qui étaient familiers avec elles. Même les hommes qui étaient attirés par elle faisaient rarement un pas dans sa direction, il y avait un certain... respect qui émanait de cet engagement qu'elle avait pris et elle en avait conscience. Mais là, avec Adrian... Il ne disait rien, ne faisait rien d'explicite, mais il la chamboulait plus que n'avait réussi à le faire son ex-fiancé en des années. « Both, of course. »Tellement, qu'elle en avait du mal à garder le rythme, et qu'elle s'était sentie trébucher lorsqu'elle avait dû se rattraper sur ses paroles. Le regard d'Adrian était juste tellement intense ! Comment pouvait-elle penser clairement dans ces conditions ? Et il l'était toujours... « Of course... » répondit-elle doucement en baissant la tête, gênée.

Et en un seul instant, ce fut terminé. Le blond recula d'un pas et rompit le moment. « Oh you know, maybe that is enough for tonight.» déclara-t-il avant de sortir un papier de sa veste pour y griffonner rapidement quelque chose. « Here is my card. You have my personal number on it, should you wish to contact me personnally. You can call the number on the back and ask for Linda, she will send you everything you need to help you consider the offer I made. Whenever you feel ready to visit us, you can contact me. In the mean time, I will give a close look to your show and see what I can make of it. » Le sérieux soudain des paroles d'Adrian ramena tant bien que mal Scarlett sur terre & elle hocha la tête, encore un peu sonnée, en prenant entre ses doigts la carte qu'il lui tendait. « I'll make sure to keep in touch... » déclara-t-elle d'une voix un peu moins assurée qu'elle ne l'aurait voulue, mais déjà plus qu'elle ne l'était quelques instants auparavant. Un moment plus tard, il était déjà sur le départ, laissant la brune presque décontenancée. « This is where I leave you Scarlett. I was very pleased to meet you and I do hope to see you again very soon. Have a good night. » Et puis, un nouveau contact. Il fut si rapide mais si intense que lorsqu'Adrian fit volte-face, Scarlett sentait encore la chaleur de ses lèvres sur la peau de sa joue. Les yeux grands ouverts malgré elle, elle ne put empêcher une main de venir remplacer la bouche du jeune homme, comme pour s'assurer qu'elle n'avait pas rêvé quant à la proximité qu'il venait d'y avoir lieu entre leurs lèvres. Alors que son bras retombait le long de son corps, son regard tomba  sur la voiture dans laquelle Adrian venait de s'engouffrer, mais les vitres teintées ne lui offrirent que sa propre réflexion, et croiser son propre regard la troubla profondément. Ce qui venait de se passer, Adrian... venait de la toucher comme personne ne l'avait fait, en quelques mots, quelques regards, il... lui avait complètement fait perdre la tête, et son expression éberluée le prouvait mieux que des centaines de répliques ratées.


THE END
TO BE CONTINUED




Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Scarlett & Adrian | Think on your sins.

Revenir en haut Aller en bas

Scarlett & Adrian | Think on your sins.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-