It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Sam 27 Avr - 19:37



stay out tonight and see through my eyes

SULLIVAN & SEVDE



Elle se frotta la visage avant de se masser les tempes, sentant toutes ses pesées lui traverser l'esprit et s'emmêler trop rapidement. Elle qui jouait son nouveau rôle, qui voulait se prouver à elle-même seulement qu'elle pouvait y arriver, se livrer à ce monde qui n'est pas la sien, juste pour se dire qu'elle avait raison. On ne rentre pas dans un monde qui n'est pas le notre comme ça, il y a trop de différences. Mais si elle changeait toute son histoire venir en parfaite inconnue huppée, elle voulait voir si la barrière se brisait. Pour le moment, elle y était, elle y arrivait. Elle avait une clientèle de riches, avec de petits caniches qui venaient la voir, elle jouait les fausse comme d'habitude. D'un côté, cela la faisait rire, mais parfois, ces gens-là pouvait la dégoutter, vraiment. Elle avait changé, mentalement et physiquement, sûr qu'avec son ancienne image, elle ne serait jamais arrivé jusqu'à ce jour-là, avec une telle clientèle, on l'aurait regardé de haut comme d'habitude. Elle n'aurait pas eu à ce péter les chevilles en apprenant à marcher avec des talons aiguille. Oui tous les soirs, quand elle était dans son chez-elle démesurée, elle enfilait une paire de Jimmy Choo qui lui avait coûté un bras pour s’entraîner afin d'être au top et de pouvoir prouver qu'elle était né avec ce genre de chaussures au pied. Elle avait jeté la quasi totalité de ses vieilles affaires, et le reste était chez son père à Kingston. Son père, que dirait-il s'il la voyait comme cela aujourd'hui ? Il ne le reconnaîtrait même pas. Elle essayait toujours de la voir par téléphone et non par skype, pour ne pas qu'elle ait à montrer sa nouvelle tête, ou alors elle s'attacherait les cheveux en un gros chignon serré en étant totalement démaquillé et elle enfilerait un vieux tee shirt comme au bon vieux temps. Elle en lui dirait rien, elle n'avait pas envie que des gens soient au courant, elle voulait tenter l'expérience jusqu'au bout, peut-être que ça finirait bien, ou qu'elle serait haïe, mais elle ne semblait n'avoir plus rien à perdre. La seule personne dans New York qui connaissait son histoire, était Imen, une femme de ménage qui l'avait vu péter un câble dans les toilettes lord d'une soirée parce que cette nouveauté lui montait à la tête et elle lui avait dit la vérité, car elle était assez futée pour voir que ce n'était qu'un jeu que la brunette jouait. Mais il y avait quelqu'un d'autre, oui un homme qu'elle connaissait. Pas de New York non, mais de Tasmanie. Il était arrivé l'année de la mort de sa mère. Elle l'avait initié au skate parce qu'il ne connaissait personne et qu'il était seul au début. Enfin, il s'entendait bien, c'est le seul homme à qui elle s'est confiée au sujet de la mort de sa mère, enfin c'est une des trois personnes au courant de ça à vrai dire. Elle s'était confiée facilement à lui, peut-être parce qu'il lui semblait qu'il y avait plus qu'une simple amitié entre eux. Mais bon, il était parti, à cause de sa mère et ils ne s'étaient jamais revus. C'était sans compter il y a deux semaines, où le jeune homme en fauteuil l'avait abordé. Elle l'avait reconnu, elle n'oubliait jamais son visage, mais l'avait envoyé bouler froidement, parce qu'avec tout ça son identité et la perception de son visage après ces années, ça l'avait mise mal, surtout de le voir en fauteuil, et elle n'avait pas eu le courage de lui répondre. « Vous devez vous tromper, je ne suis pas cette... Sevde dont vous parlez, lâchez-moi d'accord, vous serez bien aimable ! » Voilà ce qu'elle lui avait dit d'un ton de petite fille gâtée, avant de tourner les talons et de se diriger vers une autre rue. Elle s'était sentie mal après ça, enfin, ça l'avait dépassé cette situation, et elle avait un peu réai du taco-tac sans réfléchir. Après ça, elle s'en est voulu, et voulait tellement renouer avec Sully, après tout c'était son ami avant, elle se demandait pourquoi il était en fauteuil, qu'est-ce qu'il devenait. Mais c'est vrai qu'en venant à New York elle ne pensait pas retrouver des gens d'Australie, on lui avait dit qu'elle ressemblait à une ancienne championne de skate ou de snow, elle disait gentiment que ce n'était pas elle, enfin, plus elle. Depuis, elle avait fait des recherches afin d'avoir l'adresse de cet homme laissé pour compte. Une fois que tout cela avait porté ses fruits, elle était restée bloquée, l'adresse sur le bureau depuis quelques jours. Elle n'osait pas, elle se demandait comme il allait réagir quand elle s'excuserait, ce qu'il penserait de sa nouvelle image qui n'est pas elle, et comment elle allait se comporter avec elle. Lui dire la vérité ou mentir sur sa nouvelle vie. Elle ne se voyait pas lui mentir, elle qui avait toujours été plus honnête face à lui qu'avec les autres.

Aujourd'hui il pleuvait et ses consultations étaient finies, elle avait passé la journée avec des personnes qui l'exaspérés et leur 'bichons d'amour' avec des habits ridicules, qui mettrait tout animal mal alaise s'ils pouvaient nous le dire clairement. Elle alla avait essayé d'analyser les situations pour que le courant repasse, ou pour comprendre le problème de l'animal. Heureusement, elle exerçait un métier qu'elle aime, et puis c'est pas commun une personne qui comprend les animaux. Elle voulait faire la même chose pour les humains et pensait sérieusement à reprendre des études dessus, pour épier un peu plus, sa grande spécialité. Enfin elle était rentrée exténuée, sous l'eau. Pestant sur ses nouveaux vêtements qui n'ont aucune résistance à l'eau en se disant qu'elle n'avait pas le même problème avec des jeans des basket et un vieux sweat. Enfin elle rentra pour se poser et reposer son esprit dans son grand canapé confortable comme il faut, comme elle n'en avait jamais eu. Avant de regarder sur son bureau l'adresse. Elle laissa tomber, même si l'idée lui hantait de plus en plus l'esprit. Elle enleva ses vêtements, alla prendre une douche de réconfort, avant de songer à se faire quelque chose à manger. Quand elle passa devant son bureau, la première chose qu'elle vit c'est le bout de papier qui l'épiait sans la lâcher, elle ne regardait que ça de plus en plus. Elle lâcha un bref 'et merde' avant d'enfiler les premiers vêtement secs venus et de partir en oubliant son parapluie alors qu'elle était toute propre. Elle héla un taxi, et lui demanda de s'arrêter à l'adresse de Sullivann. Quand le taxi fut immobilisé, elle paya le chauffeur avant de s'avancer sceptique devant la grande porte. Elle resta quelques minutes sous la pluie, avant d'avoir enfin le courage de sonner. Quand elle entendit le bruit elle s'affola un peu, ne sachant pas vraiment ce qu'elle allait lui dire, ni pour quelle option opter. Trop tard la porte s'ouvrit elle baissa les yeux pour voir son ancien ami sur son fauteuil ce qui la glaça légèrement. Elle ouvrit la bouche, tellement honteuse et fautive. Mais aucun son n'en sorti. Elle parvient à dire quelques secondes après : « Sullivann, je suis désolée, je voulais pas te parler comme ça quand tu m'as vu, mais.... C'est compliqué. » Elle baissa les yeux ayant du mal à la regarder en face, sentant ses cheveux dégouliner. « Quand tu m'as vu, j'ai pris peur, il y a tellement de choses qui se sont passées, et en fait, j'avais très envie de te revoir, mais, je ne m'y attendais pas, mais je voulais pas t'envoyer balader comme ça, vraiment... »


Dernière édition par Sevde "Oviya" Desmoucelle le Dim 30 Juin - 9:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Mer 1 Mai - 22:20

Refroidi. Le mot est faible. Certes, Sullivan avait une fâcheuse tendance à se comporter comme le grand connard de la création face à tous ceux qui lui bavaient sur les rouleaux, mais il savait tout aussi bien être disponible à n’importe quelle heure du jour comme de la nuit pour les gens auxquels il tenait. En l’occurrence, la douche froide qu’il s’était prise face à Sevde l’avait hantée pendant de longues heures jusqu’à ce que la colère ne prime sur le reste. Il avait décidé de balayer tous ses souvenirs avec celle qu’il avait longtemps considérée comme une amie pour oublier tout ce qu’ils avaient vécu ensemble. La donne semblait plus facile à dire qu’à faire, mais c’était le seul moyen de ne pas ruminer la chose des jours durant, surtout qu’il avait d’autres problématiques nettement plus urgentes dont il devait se préoccuper. Sullivan allait bientôt subir de longs examens médicaux et rien que cette idée lui donnait envie de se pendre. Diable, il avait rarement eu aussi peu hâte de sa vie vis-à-vis de quelque chose. Il était en train de se tâter à se rendre dans son bar préféré pour s’y alcooliser joyeusement lorsqu’un impudent frappa à la porte de son grand appartement. Une chance que sa fille n’ait pas été présente, sans quoi il n’avait pas fini d’être harcelé de questions de la part de cette dernière. « Tiens, Sevde ! Je peux au moins t’appeler par ton prénom ou c’est encore « interdit » ? » Et voilà, son tempérament de merde reprenait le dessus. Il ne fallait pas qu’elle s’attende à ce qu’il applaudisse la cruauté avec laquelle elle l’avait reçut la dernière fois qu’ils s’étaient croisé. Sully n’avait jamais agit comme un salopard envers la jeune brune, il s’était attendu à une certaine réciprocité, mais force est de constater qu’il s’était planté dans les grandes largeurs.

Néanmoins, ses excuses lui firent froncer les sourcils et sa colère fut légèrement apaisée. Il était prêt à entendre ses arguments, si toutefois elle voulait bien les lui exposer, et ce fut sans doute la raison pour laquelle il s’écarta de la porte pour la laisser rentrer avant de la devancer pour pénétrer dans le salon. « Entre » énonça-t-il simplement avant de ne croiser son regard à nouveau, conservant pour le moment son masque d’impassibilité. Sullivan n’était pas particulièrement à l’aise, à vrai dire, et ne voyait strictement aucune raison valable à une telle douche froide… « Je sais que je suis impressionnant mais y’a quand même des limites ! Alors quoi, je suis censé attendre qu’on ne soit pas en public pour que tu m’adresses la parole normalement maintenant ? Je suis vraiment étonné. En fait, peut-être que tu vas pouvoir m’éclairer sur l’espèce de douche froide pourrie dont tu m’as gratifié ? Je suis curieux de comprendre, j’avoue !! » Et peut-être toujours en colère, très accessoirement. Mais là encore, elle ne pouvait pas lui en vouloir, pas alors qu’il se traînait malheureusement un fauteuil pour le reste de sa misérable existence.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Mer 1 Mai - 22:58

Il semblait tout sauf ravi, elle n'allait pas se mettre à lui en vouloir pour quelque chose qui avait été causé par sa faute. La dernière fois qu'elle l'avait vu avant ce jour 'froid', c'était il y a bien quatre ans, quand elle était toujours en jean et basket, son look de tous les jours, qu'elle passait le plus clair de son temps à faire de la planche à roulette et qu'elle traînait tous les jours avec lui. Elle se souviendra toujours du pour où il lui avait annoncé que sa mère quittait le pays, avec lui bien sûr, ça l'avait brisé, elle aimait tant Sullivan, elle ne voulait pas le voir partir et je pense que de son côté, le garçon devait surement penser la même chose. Ils avaient formé un bon duo mine de rien, dommage qu'ils ne s'étaient pas revus autrement. « Tiens, Sevde ! Je peux au moins t'appeler par ton prénom ou c'est encore « interdit » ? » Elle garda la tête basse, ne voulant pas répondre à ça, une chose est sûre c'est que même en se pointant comme une fleur, cela ne changerait rien à la colère qu'avait le brun envers d'elle. Elle se demandait de nouveau si cela avait été une réelle bonne idée de venir le voir, elle aurait dû déchirer ce papier est oublier, oublier comme jamais. D'un côté elle avait envie de paraître douce et désolée, mais aussi qu'il la comprenne sans aucune explication, que ça finisse comme avant, mais il fallait bien passer par là en fin de compte. Parce qu'il n'allait pas lui faire un grand sourire en lui sortant 'Non pas de problème c'était juste génial de me faire rembarrer en plein New York devant tout le monde surtout dans ma situation, alors tu vas bien ?' « Entre » Elle prit place dans l'entrée enlevant son manteau en le posant dans un endroit qui lui semblait adéquate où elle n'espérait pas qu'il allait mouiller tout le sol. Puis elle attacha ses cheveux trempés en chignon pour se sentir moins mouillé et elle suit Sullivan qui ne lui accordait aucune attention. Alors, elle jetait des regards à droite et à gauche sur la décoration. Avec des photos de lui, d'une fille, de groupes, d'une petite file,... Mais que des photos qui semblaient prises avant qu'il n'ait un fauteuil, elle resta interrogative sur la cause, mais elle n'allait pas lui demander là maintenant comme ça, comment était-ce arrivé alors qu'elle avait à s'expliquer. « Je sais que je suis impressionnant mais y'a quand même des limites ! Alors quoi, je suis censé attendre qu'on ne soit pas en public pour que tu m'adresses la parole normalement maintenant ? Je suis vraiment étonné. En fait, peut-être que tu vas pouvoir m'éclairer sur l'espèce de douche froide pourrie dont tu m'as gratifié ? Je suis curieux de comprendre, j'avoue !! » Bon c'était le moment elle essaya de capter son regard toujours honteuse, elle se demandait même comment il arrivait à la reconnaître elle qui avait tant changé. « Oh non ce n'était pas contre toi, tu sais vraiment... » Elle prit une nouvelle inspiration. « C'est que... rien n'est plus pareil. Il s'est passé tant de choses en Tsamanie et en Autriche Sullivan. Je ne vais pas t'embêter avec ça dans les détails, disons que je me suis prise une grosse claque en pleine figure à cause d'un abruti, trop riche, trop con. Et qu'en venant ici, je voulais me prouver à moi-même qu'on pouvait appartenir à un monde qui n'est pas de base le nôtre. En devenant moi aussi trop riche est trop conne. Mais je suis toujours la même dans le fond, j'aime pas ça, c'est vraiment, comment t'expliquer... Une sorte de quête personnelle. Je me fais passer pour une jeune héritière française du nom Oviya qui a un cabinet de comportementalisme animalier dans Manhattan. Pour le moment j'y arrive ça marche, mais, tu m'as fait peur, enfin... je m'attendais pas à te voir ici, quand t'es parti j'étais détruite Sully... Et j'ai réagi comme la dernière des imbéciles. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Jeu 2 Mai - 21:10

« Généralement les gens trop riches sont d’une débilité grasse, CQFD » maugréa Sullivan avec sarcasme. Il n’avait aucune intention d’être particulièrement délicat dans ses paroles, après tout, s’il adorait Sevde et que leur complication lui avait incroyablement manqué, il se terrait désormais dans un caractère aigri, cruel, insupportable. Il n’avait pas la moindre envie de faire des efforts avec autrui, bien qu’il se surprenne cependant à écouter les paroles de sa visiteuse avec une attention lui ressemblant peu. D’ordinaire, il écoutait d’une oreille distraite, entendait uniquement ce qui l’arrangeait et passait son chemin sans un état d’âme. Là, c’était forcément différent car ils avaient partagé quelque chose avec la brune. Mieux, elle le connaissait diablement bien et avait été en quelque sorte son repère face aux affres de son existence particulière. La demoiselle était même l’une des rares à être au courant de l’existence de sa fille Lou, qu’il avait eue avec l’unique amour de sa vie. Il s’en voulait encore de l’avoir laissée de côté pour suivre sa mère, contraint et forcé. En général, ils restaient relativement peu dans un pays donné, juste le temps de mener à bien deux ou trois affaires et ils reprenaient déjà l’avion, tels deux ombres sans importance et sans attache aucune. Sevde avait été son attache pendant un long instant, tant et si bien que se prendre un tel rejet en pleine gueule lui faisait encore mal des heures plus tard. Sullivan avait la rancune sévère quand il s’y mettait, surtout qu’elle ne lui donnait pas suffisamment de détails pour qu’il comprenne réellement. D’accord, elle se faisait avoir par un abruti de riche… mais et après ? « Va falloir que tu m’aides à raccrocher les wagons là : c’était juste un pari ? Genre je suis trop forte je peux être aussi insupportable et me comporter comme une connasse de riche ? Merde Sevde, tu vaux mieux que ça bordel !! » Tandis qu’il levait les yeux au ciel, il prit une grande inspiration pour ne pas hurler de colère. Il l’avait habitué à beaucoup mieux et forcément, sa déception était à la hauteur de cette douche froide qu’il s’était précédemment prise.

« Franchement, tu penses que ça m’a fait plaisir de me barrer en laissant ma pote derrière moi ?! Tu penses pas que j’avais envie d’être en mode déglingo et de te proposer de te pointer dans ma valise ?! Mais moi j’ai pas oublié tout ce qu’on était là-bas, je l’ai pas oublié et je suis resté fidèle à ce qu’on était parce que merde, on avait la classe. On était Minus et Cortex, prêts à conquérir le monde sur notre pauvre skate pourri ! Mais on avait une fierté au moins. On courbait pas l’échine pour le premier couillon venu et encore moins l’âme… où est passée ma Sev, hein ? » Le néo-zélandais fronçait les sourcils, trouvant cette vérité aussi douloureuse que son accident en lui-même. Il n’avait pas été épargné par la vie, certes, et avait toutes les raisons d’en vouloir au monde entier mais en sachant qu’elle était à New York, une lueur d’espoir s’était allumée dans le fond de son regard. Lumière qui commençait à s’éteindre progressivement. « Tu pensais vraiment que j’allais te zapper au point de pas savoir où tu te trouvais ? Manque de bol, je suis aussi collant que la vérole sur les parties génitales d’un putain de moine ! J’ai mis du temps, c’est vrai. J’pensais pas être effrayant pour autant, ramasse tes dents à la pince à épiler tiens ! »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Ven 3 Mai - 20:45


« Généralement les gens trop riches sont d'une débilité grasse, CQFD » Il est vrai qu'avec tout ce qu'elle lui avait sorti, il devait assurément se demander si elle était devenue débile. Elle ne savait pas trop comment faire comprendre aux gens le pourquoi du comment de la chose, elle faisait ça désormais, mis Imen l'avait comprise malgré tout, c'était étrange, mais comme ça. Une simple femme de ménage qui l'avait vu pester lord d'une fête. Oui elle le savait qu'ils étaient débiles, la preuve, mais ce n'était pas pour démontrer ça qu'elle jouait ce rôle, plus pour voir jusqu'où on pouvait aller, ce n'était pas un défi, c'était quelque chose de personnel. La mère d'Harry lui avait bien fait comprendre qu'elle n'était pas la bienvenue dans son monde, et encore moins au cou de son fils. Si en restant elle-même elle ne pouvait pas s'y joindre, pourquoi pas en étant quelqu'un d'autre s'était-elle demandé. Bien sûr cette mascarade ne serait que provisoire, c'est juste pour mesurer son jeu, et ce qu'elle peut faire, elle ne veut en aucun cas finir comme eux toute sa vie, ce 'est pas son but. « Et tu penses que je ne le sais pas ? » Lui demanda-t-elle à la limite de s'énerver alors qu'elle avait réussi à être calme jusqu'à présent. Ça faisait un certain temps qu'elle ne s'était plus énervé en fait, elle allait finir par redevenir comme avant, car elle en savait pas si elle allait pouvoir contrôler ça. « Va falloir que tu m'aides à raccrocher les wagons là : c'était juste un pari ? Genre je suis trop forte je peux être aussi insupportable et me comporter comme une connasse de riche ? Merde Sevde, tu vaux mieux que ça bordel !! » Elle releva la tête affichant un air dur laissant s'échapper un soupire d'énervement. « Je demande pas à ce que tu comprennes mais que tu entendes ? Tout serait trop long à t'expliquer, et ce n'est que provisoire. Ce que je fais est totalement personnel, personne ne m'a soufflé l'idée. Je fais pas ça pour être vexante ou déplacée, j'ai fait de mal à personne et ma clientèle m'adore. Et je ne pense pas que tu aies été assez présent ses quatre dernières années pour me dire que je vaux mieux que ça à l'heure actuelle. T'étais pas là quand j'ai tout arrêté, quand ma mère est morte, je peux pas t'en vouloir pour ça, c'est pas ta faute, mais ne me juge pas comme ça ! » Finit-elle par dire sur un ton un peu plus au-dessus que tout à l'heure en le regardant droit dans les yeux.

« Franchement, tu penses que ça m'a fait plaisir de me barrer en laissant ma pote derrière moi ?! Tu penses pas que j'avais envie d'être en mode déglingo et de te proposer de te pointer dans ma valise ?! Mais moi j'ai pas oublié tout ce qu'on était là-bas, je l'ai pas oublié et je suis resté fidèle à ce qu'on était parce que merde, on avait la classe. On était Minus et Cortex, prêts à conquérir le monde sur notre pauvre skate pourri ! Mais on avait une fierté au moins. On courbait pas l'échine pour le premier couillon venu et encore moins l'âme... où est passée ma Sev, hein ? » Elle resta la bouche ouverte voulant dire quelque chose, mais tourna la tête pour repenser. Des images lui venaient en tête, des images d'eux deux quand ils étaient plus jeunes même le premier jour où elle lui avait parlé, quand il était seul et pas très bavard au premier abord. « Je le sais très bien Sullivan, je ne t'en veux pas pour ça, je sais que c'est pas de ta faute, mais il est vrai que j'ai toujours attendu de tes nouvelles, mais je ne t'ai jamais trouvé non plus. C'était dur, mais... je suis passé à autre chose. » Dit-elle à contre-coeur, elle n'avait jamais vraiment cessé d'oublier, mais, elle ne pouvait pas lui dire non plus qu'elle voulait que tout soit comme avant, puisque c'était impossible à présent. « Tu pensais vraiment que j'allais te zapper au point de pas savoir où tu te trouvais ? Manque de bol, je suis aussi collant que la vérole sur les parties génitales d'un putain de moine ! J'ai mis du temps, c'est vrai. J'pensais pas être effrayant pour autant, ramasse tes dents à la pince à épiler tiens ! » Ses expressions la faisait rire mais dans le sens de la conversation, ce ne fut qu'intérieur, si elle savait que tout ce serait déroulé comme ça, elle aurait tout fait pour que rien de tout cela arrive. Mais au bout de quatre ans elle était loin de se douter qu'elle allait tomber sur lui comme ça, surtout en plein New York. « Tu... tu as essayé de me chercher vraiment ? » Lui demanda-t-elle touchée, car avec le temps elle s'était fait un tas de film ce que pouvait-être la vie de son ami alors qu'il aurait pu l'oublier complètement...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Sam 4 Mai - 20:27

Sullivan ne pouvait pas en vouloir à Sevde d’avoir voulu passer à autre chose, surtout dans de telles circonstances, mais ce n’est pas pour cela qu’il arrivait à mieux digérer l’information. Quelque part, il aurait hautement préféré que rien ne change entre eux, qu’ils restent unis contre le reste de ce sale monde qu’il avait de plus en plus de mal à supporter à vrai dire. Son handicap n’était pas le seul blocage qu’il éprouvait, mais également son caractère si particulier. Il n’était pas du genre à se lier à qui que ce soit, qu’il s’agisse d’amitié ou d’une affection plus profonde. Sevde avait bien été l’unique privilégiée parvenant à se frayer un chemin dans son existence déjà chaotique. Certes, ils n’avaient pas le même type de lien qu’avec Jane, mais Sullivan n’aurait abandonné leur amitié pour rien au monde. Il aimait être avec elle, il appréciait même la façon dont il était avec elle… peut-être était-ce ce côté garçon manqué qui le changeait littéralement sans que cela ne le chamboule de façon désagréable. Il avait eu grande peine à la reconnaître lors de la douche froide qu’il s’était prise un peu plus tôt, d’ailleurs, tant il ne reconnaissait pas ce genre de mimique grotesque dont elle lui avait « fait don ». Il ne partit cependant pas du principe qu’elle allait écouter le fond de ses paroles, surtout à en juger sa façon de réagir jusqu’ici. Il releva donc les mains en signe de défense, preuve qu’elle restait une grande fille et n’avait pas besoin qu’il lui dicte la conduite à adopter face à une situation donnée… il était simplement déçu qu’elle n’ait plus la moindre confiance en lui et lui démontre par a+b à quel point ce qu’ils avaient vécu appartenait au passé désormais. « C’est vrai je ne savais pas que ta mère est morte et j’en suis désolé. Mais tu as mis le doigt dessus : je n’y suis pour rien et tu n’as pas le monopole de la souffrance au risque d’enfoncer une putain de porte ouverte. Ne prends pas cela pour un manque cruel d’humanité, mais disons que puisque tu me dis de ne pas te juger, ne fais pas cette erreur non plus ! »

Sevde le connaissait suffisamment pour savoir qu’il valait mieux savoir ce que l’on faisait, disait, pensait à moins de ne vouloir se prendre une réplique cinglante en pleine poire. Il ne mettait pourtant aucune agressivité ni méchanceté dans le fond de sa voix, il dictait des vérités en étant armé de sa fidèle franchise, qui ne lui avait jamais fait défaut jusqu’ici. Ma foi, si cela lui déplaisait… la porte était juste derrière elle. « Il y a quatre ans j’ai perdu Jane et ça tu le sais. Je n’étais pas capable de m’occuper de ma putain de petite personne alors pas étonnant que j’ai zappé tout le reste. Je n’avais qu’une envie, c’est me foutre en l’air ! Il valait mieux que tu fasses ta vie de ton côté… j’ai essayé de ne pas me montrer égoïste en ne t’entraînant pas dans mes galères, j’aurais dû ? » Sans parler de son accident récent, les galères qu’il éprouvait avec sa fille, ses soins, l’opération jugée impossible par les médecins qu’il voyait régulièrement… Sullivan était dans une impasse. Cette fois-ci, égoïstement, il aurait souhaité retrouver un semblant de repère. A tort, sans doute. « Je t’ai cherchée. Ce sont pas des conneries juste pour dire que je ne suis pas complètement un connard tu sais très bien que j’en suis un. Mais tu me manquais. Notre duo, nos délires… tout, ça me manquait. Et ça me déglingue de me dire qu’en fait, d’après ce que tu me dis, je ne t’aurais pas cherchée ça serait revenu au même : tu as ta vie maintenant. Vie que je ne juge pas, au risque de me répéter. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Sam 4 Mai - 22:48

C'était difficile vraiment, en aucun cas elle aurait pensé que le jour où elle reverrait Sullivan, elle ferait cette erreur monumentale, non au lieu d'être heureuse de le revoir et de reprendre contacte avec lui en demandant sympathiquement comment il allait ce qu'il devenait et ce qu'il avait fait pendant ses dernières années, elle avait préféré lui balancer un bac d'eau gelé en pleine figure pour en arriver là aujourd'hui trempée et honteuse, n'arrivant plus trop à contrôler ses pensées, ses faits, ses gestes, ses émotions,... Tout aurait été tellement plus simple, enfin elle avait le sentiment de se mettre elle-même des battons dans les roues, se demandant presque si ce qu'elle était venue faire ici à New York était réellement une bonne idée. Certains moment de sa nouvelle existence la laissé douter parfois. « C'est vrai je ne savais pas que ta mère est morte et j'en suis désolé. Mais tu as mis le doigt dessus : je n'y suis pour rien et tu n'as pas le monopole de la souffrance au risque d'enfoncer une putain de porte ouverte. Ne prends pas cela pour un manque cruel d'humanité, mais disons que puisque tu me dis de ne pas te juger, ne fais pas cette erreur non plus ! » Elle ne pensait pas la juger, enfin elle ne l'avait pas fait puis qu'en vérité elle ne savait plus vraiment où elle en était, elle n'arrivait pas à rester calme devant la franchise crue de Sullivan. Elle a toujours été une fille assez susceptible avec du répondant, mais elle semblait perdre de sa personnalité peu à peu. « Je ne te juge pas Sullivan, mais je ne pense pas avoir la 'monopole de la souffrance' comme tu le dis si bien. Oui j'ai souffert, mais plus maintenant, je dis juste que je suis une personne affectée, mais je ne souffre pas. » Elle soupira après ça. « Et toi est-ce que tu souffres Sullivan ? » Lui demanda-t-elle dans le blanc des yeux.

Il lui semblait connaître Sullivan, enfin la question ne se posait pas vraiment d'ailleurs. Il avait tout de même fait les quatre cents coups, et même s'ils étaient plus jeunes, elle avait bien remarqué qu'il n'était pas pareil avec elle qu'avec les autres filles ou même les autres garçons. Un privilège qu'il lui avait accordé ? Une brisure de lui-même par laquelle elle avait réussi à se faufiler pour entrer dans son monde, un endroit privé où elle se sentait bien. « Il y a quatre ans j'ai perdu Jane et ça tu le sais. Je n'étais pas capable de m'occuper de ma putain de petite personne alors pas étonnant que j'ai zappé tout le reste. Je n'avais qu'une envie, c'est me foutre en l'air ! Il valait mieux que tu fasses ta vie de ton côté... j'ai essayé de ne pas me montrer égoïste en ne t'entraînant pas dans mes galères, j'aurais dû ? » Elle fit quelques pas vers lui puis se mis accroupis à côté de son fauteuil et pris ses mains dans les siennes. Puis elle affronta son regard. « Je savais pour Jane, et j'en suis vraiment navrée Sulli. J'aurais voulu être là, tellement, j'attendais un signe. Et oui tu aurais dû ! Oui tu aurais dû me le dire, ne pas me le cacher, m'appeler ou je en sais quoi. C'est plus égoïste de vivre tes galère tout seul que de les faire partager je trouve. Parce que même si t'es mal, même si t'avais pas forcément envie qu'on te voit comme ça, ben j'aurais étais là, j'aurais voulu que tu m'y entraines, parce que... merde Sulli, on vit pas ça tout seul, je t'aurais booster, je sais pas, essayé de te faire changer les idées, que ça prenne quelques jours, quelques mois, quelques années, ou toute une vie j'aurais été là pour toi. Parce que je le serais toujours... » Elle se remise debout avant de faire quelques pas en arrière, ses mots étaient sincères, mais avec ce qui s'était passé, elle avait peur qu'il ne veuille plus d'elle alors qu'elle avait réussi à se faire une lace dans son monde. « Je t'ai cherchée. Ce sont pas des conneries juste pour dire que je ne suis pas complètement un connard tu sais très bien que j'en suis un. Mais tu me manquais. Notre duo, nos délires... tout, ça me manquait. Et ça me déglingue de me dire qu'en fait, d'après ce que tu me dis, je ne t'aurais pas cherchée ça serait revenu au même : tu as ta vie maintenant. Vie que je ne juge pas, au risque de me répéter. » Elle resta béa, elle ne pensait pas qu'il avait tenté de la retrouver, en fait, elle avait cherché aussi, mais avec le temps, n'avait pas oublié, mais s'est dit qu'il avait oublié, et elle se trompait. Elle s'en voulait, dire que s'il avait allumé sa télé sportive il y a deux ans, il aurait peut-être pu tomber sur des reportages, des compètes dans lesquelles elle avait participé en snowboard, mais ça lui traversait simplement l'esprit comme ça. « Pour moi tu n'as jamais été un connard, c'est peut-être l'image que tu renvoies, que tu penses, mais tu n'en seras jamais un à mes yeux. » Puis, elle s'adossa au mur en ayant les idées embrouillées. « Si l'on peut parler d'une vie. » dit-elle dans un soupire. « Tu vas me trouver idiote, mais... si je ne t'avais pas envoyé cette 'douche froide' comme tu dis, on en serait où ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Dim 5 Mai - 20:19

Effectivement, il était possible que Sullivan n’ait pas pris la décision du siècle en écartant Sevde de ses problèmes mais sur le moment, cela lui était apparut comme LA bonne réaction à avoir. Il était plus jeune, d’autant plus démuni et comme à son habitude, impliquer les gens dans ses galères n’était aucunement son genre. La demoiselle le savait mieux que personne pour l’avoir longtemps côtoyé et s’être plus d’une fois heurtée à ses défauts. Il admettait aujourd’hui ne pas avoir le tempérament le plus facile du monde, mais Sevde avait toujours été privilégiée dans le sens où elle lui donnait envie de faire des efforts, de ne surtout pas user de son habituel masque de froideur et plutôt de s’ouvrir pour laisser libre court à leurs délires. Il haussa les épaules à sa question cependant : bien sûr qu’il souffrait. Il ne se passait pas un jour sans que son passé ne lui saute à sa gorge lors de terribles cauchemars, ou que son handicap ne se heurte à sa personne en l’empêchant d’être comme le commun des mortels. Forcément, Sullivan souffrait. Il avait beaucoup perdu en peu de temps et savait que rien ne serait jamais plus pareil… d’un côté, il s’était fait à l’idée, mais de l’autre, il ne pouvait s’empêcher d’être en rogne envers tout le monde comme si cela pouvait calmer cette rage froide qu’il éprouvait envers lui-même… « Ca n’a pas d’importance » répliqua-t-il sans l’ombre d’une froideur. Il n’avait aucune envie de gâcher davantage leurs retrouvailles en lui prouvant par a+b à quel point son existence était devenue difficile… il voulait croire qu’ils seraient capables de mettre tous ses faits douloureux de côté pour se remémorer le bon vieux temps, si toutefois ils en étaient capables. « J’en ai pris mon parti depuis le temps. On aura mis le temps mais j’ai tendance à penser que vaut mieux tard que jamais, non ? » Sous-entendu : le temps pour se retrouver.

Sullivan se mit à froncer légèrement les sourcils lorsqu’elle lui posa une question à laquelle il ne s’attendait pas le moins du monde. S’il ne s’était pas pris une douche froide… ils pourraient en être n’importe où, mais de toute évidence il n’y aurait pas le moindre malaise entre eux. Le jeune homme aurait immédiatement expliqué à Sevde combien il regrettait de l’avoir mise de côté, combien elle lui avait manqué… il s’amusa à émettre un léger rire avant de l’inciter à s’asseoir sur ses genoux, le plus naturellement du monde. Ils n’étaient pas particulièrement câlins l’un envers l’autre par le passé mais pour une fois, le jeune homme avait envie de ressentir une étreinte provenant de quelqu’un d’autre que sa mère ou sa fille… peut-être était-ce maladroit de sa part mais si elle se décidait à le frapper ce ne serait pas la première fois : ils ressortaient toujours plein de bleus lors de leurs grandes escapades en skate ! « On en serait pas au même point ça c’est sûr. J’aurais pu te sortir que j’ai toujours mon vieux skate et qu’il vaut de l’or même si je peux plus en faire, par exemple. Que ça me ferait super plaiz’ de retrouver notre duo et… que tu m’as manqué. Je pense qu’on en serait là. Et si tu ne m’avais pas flanqué cette douche froide, tu en serais où de ton côté vis-à-vis de moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Lun 6 Mai - 18:35

Elle savait très bien que cela allait être compliqué, mais pourquoi l'avoir vu comme comme ça ? En tout cas le jeune semblait être calmé, bien qu'elle heurtait peut-être les points sensibles du jeune homme. Car vu l'expression qu'il affichait quand elle lui demandait si lui en souffrait, cela devait faire remonter en lui quelques épisodes qu'il voulait de toute évidence oublier. Et il lui fit très justement remarquer. « Ça n'a pas d'importance » Dit-il d'une voix posée comme pour en pas plomber l'ambiance, car maintenant qu'on avait plus envie de renouer avec le temps perdu plutôt que de s'attarder sur ce que j'avais fait il y a quelques semaines, il semblait faire plus d'efforts que moi. « J'en ai pris mon parti depuis le temps. On aura mis le temps mais j'ai tendance à penser que vaut mieux tard que jamais, non ? » Elle essayait de voir le bon côté des choses, cela lui faisait énormément de bien de le voir, de l'avoir prêt d'elle de lui parler, son visage son odeur, ses traits faisaient remonter en elle de tas de souvenirs enfuis, qu'elle avait peut-être laissé de côté, mais quoi qu'elle avait toujours une pensée pour les bonnes choses. Il lui arrivait de repenser à lui, à leur duo, et même à ses sentiments. Elle s'était toujours sentie proche de lui, et même comme une privilégié. « Tout à fait. En fait je suis contente de te voir Sulli, vraiment. »

À la question suivante, le brun resta dubitatif, avant de froncer légèrement les sourcils. C'est vrai que sa question était bien débile, si elle ne l'avait pas envoyé royalement bouler en plein Manhattan devant tout le monde, alors qu'il est en fauteuil, ils auraient surement déjà rattrapé le temps perdu, et je ne sais pas trop,... Elle n'aurait pas éprouvé ce mal être qu'elle avait juste avant, alors que lui montrait de grands efforts contrairement à elle qui s'emporter trop rapidement. Puis il eut un léger rire avant de l'inviter à prendre place sur ses genoux. Ça lui faisait bizarre qu'il lui demande ça, elle avait tout de même un malaise, de le voir comme ça, elle ne savait pas vraiment comment se comporter, et ne voulait pas vraiment faire de boulettes plus grosses qu'elle avec des allusions spéciales. Elle hésita quelques secondes avant de s'installer sur ses genoux de profil pour quand même pouvoir voir son visage ne voulant pas lui faire de mal. C'était bizarre de se retrouver là pour elle, ils étaient proches, mais pas non plus du genre à s'enlacer continuellement. « On en serait pas au même point ça c'est sûr. J'aurais pu te sortir que j'ai toujours mon vieux skate et qu'il vaut de l'or même si je peux plus en faire, par exemple. Que ça me ferait super plaiz' de retrouver notre duo et... que tu m'as manqué. Je pense qu'on en serait là. Et si tu ne m'avais pas flanqué cette douche froide, tu en serais où de ton côté vis-à-vis de moi ? » Elle avait du mal à se faire à cette situation, enfin c'était surtout son état qui la déstabilisait. Mais elle était contente qu'il ait gardé son vieux skate qu'il avait partagé, elle aussi avait le sien chez elle, rangeait dans un placard au fin fond d'une cave certes, mais elle eut un moment de nostalgie voulant courir dehors aller chercher son skate et en faire toute la nuit pour voir si elle savait toujours en faire sans ce ratatiner. Puis elle réfléchit avant de lui répondre. « Alors ben je pense que si j'avais eu une autre attitude, ben, je t'en aurais surement fait voir de toutes les couleurs comme au bon vieux temps ! Oui, je t'aurais dit que je suis toute aussi heureuse d'être là, et on aurait surement fait le point il y a quelques semaines et aujourd'hui on serrait autre part pour fêter ça. » Dit-elle amusé. Avant de laisser tomber sa main sur la roue ce qui la fit frissonner. Elle baissa la tête un peu déstabilisé. « Je sais que tu vas pas trop aimer cette question, mais qu'est-ce qui t'es arrivé ? » Lui fit-elle comprendre à propos de son état.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Mer 8 Mai - 23:55

En gros, si douche froide il n’y avait pas eu, tout irait au mieux dans le meilleur des mondes possibles. Sullivan laissa un sourire insolent s’emparer de ses lèvres tandis qu’il l’écoutait s’exprimer, se doutant bien que LA question fatidique finirait par tomber… mais pas aussi vite. Il était logique que Sevde souhaite en savoir plus, il ne pouvait pas la blâmer pour cela mais s’il se cachait continuellement derrière sa cruauté et son insolence, ce n’était justement pas pour que sa faiblesse évidente revienne sur le devant de la scène. Il grimaça légèrement avant de laisser sa tête retomber légèrement en arrière tandis qu’il soupirait. En soit, ce n’était pas difficile de laisser les mots s’accrocher les uns aux autres pour former cette historiette… mais dès qu’il était touché personnellement, la même rengaine se heurtait à sa réalité : il restait évasif, nerveux, et la discussion était rapidement close… du moins en théorie. Sauf que cette fois, la destinataire de son discours, c’était Sevde. Quelqu’un qui avait toujours beaucoup estimé et qui lui avait tellement manqué qu’il peinait à l’exprimer par de simples mots. Vraiment, les paroles lui manquaient aussi fortement que pour exprimer la douleur émanant des souvenirs de son accident. Diable… comment avait-il pu tomber si bas ? Lui que rien n’aurait su ébranler par le passé ! « C’est… compliqué » commença-t-il, bien parti pour devenir finalement évasif en présence de Sevde également.

Il haussa légèrement les épaules en découvrant avec horreur qu’aucune porte de sortie ne lui serait offerte cette fois-ci. La vérité, rien que la vérité… il la lui devait bien au final. « J’ai été dans l’armée un long moment après la mort de Jane. Peut-être que j’espérais m’y perdre totalement… j’ai fais l’Afghanistan, notamment. Je suis revenu sans une égratignure, et je peux te dire que mon ouïe était suffisamment excellente pour que j’entende encore le sermon de ma merveilleuse mère sur le danger dans lequel j’avais placé ma vie. Mais quelques jours après mon retour, ma sœur m’a emmené faire une virée en voiture… elle avait bu ce soir là. Elle a percuté un autre automobiliste et j’ai traversé le pare-brise. Je suis resté dans le coma un temps incalculable et ma moelle épinière est brisée. Plusieurs vertèbres se sont écrasées les unes contre les autres et c’est inopérable. La vie, quoi ! » Pas bien malin de jouer au plus fin mais on ne pouvait pas lui en vouloir : c’était mieux que de jouer la carte du désespoir.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Jeu 9 Mai - 20:59

C'était bien la question que Sulli redouté, comme si, il l'attendait avec horreur alors qu'au fond de lui il se disait que non, il ne voulait pas l'entendre, vraiment, parce que ce n'est pas une partie glorieuse de sa vie, quelque chose qu'il veut détruire au plus profond, parce que c'est irréversible justement. Mais Sevde voulait la savoir, et comprendre pourquoi il était comme ça, parce que ne pas savoir ça pour elle c'était comme un mensonge. Enfin elle en se voyait pas ne pas vivre à ses côtés sans savoir ça, même si ça paraissait tôt, elle était, déjà d'une trop curieuse, et surtout elle s'inquiétait pour lui, enfin c'était un choc pour elle de le voir comme ça, elle avait encore du mal à s'y faire. « J'ai été dans l'armée un long moment après la mort de Jane. Peut-être que j'espérais m'y perdre totalement... j'ai fait l'Afghanistan, notamment. Je suis revenu sans une égratignure, et je peux te dire que mon ouïe était suffisamment excellente pour que j'entende encore le sermon de ma merveilleuse mère sur le danger dans lequel j'avais placé ma vie. Mais quelques jours après mon retour, ma soeur m'a emmené faire une virée en voiture... elle avait bu ce soir-là. Elle a percuté un autre automobiliste et j'ai traversé le pare-brise. Je suis resté dans le coma un temps incalculable et ma moelle épinière est brisée. Plusieurs vertèbres se sont écrasées les unes contre les autres et c'est inopérable. La vie, quoi ! » Elle resta bouche bée à ses mots, elle se sentait mal de ne pas avoir été là pour lui, ce qu'elle aurait tellement aimé, elle n'est pas du genre à laisser tomber un ami, encore moins Sullivan qu'elle aimait énormément avant son départ.« Oh Sullivan, je suis vraiment désolé pour toi... J'aurais voulu être là pour toi à ce moment-là tu sais... » Dit-elle alors qu'elle ne pouvait pas vraiment se reprocher quoique ce soit puisqu'elle n'y était pour rien, mais se sentait quand même désolé pour lui, bien que ça n'allait pas vraiment l'aider sur le coup, elle voyait bien que cela allait plus le faire bader ou le mettre en colère plutôt que le réconforter. Elle prit sa main et la serra fort dans la sienne, pour lui montrer qu'elle était là, bien qu'elle soit tout à fait impuissante face à tout cela, mais elle n'allait plus lâcher son amie de si peu. Elle eut soudain une idée, un peu farfelue, mais elle avait envie, pour lui. «Dis, moi où se trouve ton skate ? » Dit-elle le sourire aux lèvres avant de descendre de ses genoux, joyeuse, ce qui allait surement le laisser interrogatif.



désolé de cette mini merde j'aime pas cet ordi :sisi:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Lun 13 Mai - 23:39

Sullivan ne s’était pas confié pour être pris en pitié ou même considéré comme une pauvre petite chose fragile. Il avait sa fierté, sa force, sa propre capacité à faire face aux merdes imposées par la vie et l’avait prouvé plus d’une fois. La sollicitude de Sevde le touchait, bien évidemment, voilà pourquoi il ne manqua pas de serrer longuement sa main dans la sienne mais aucun air de cocker triste ne pointa le bout de son nez. Il conserva ce même visage arrogant à souhait et ne manqua pas de hausser les épaules aussitôt comme si rien de tout ceci n’avait plus d’importance. Sullivan ne détestait pas sa vie en soi, d’ailleurs. Il avait appris à gérer chaque problème l’un après l’autre à la manière d’un homme d’affaires, et bien qu’il ait récemment fait en prime la connaissance de son père biologique, rien ne lui semblait plus insurmontable. « Tu sais, j’ai rencontré mon vieux alors j’suis prêt à toutes les merdes maintenant ! » énonça-t-il fièrement pour détendre l’atmosphère et chasser ce vieux relent de tristesse qu’il ne pourrait pas supporter longtemps. Si on souhaitait voir une pauvre petite chose larmoyante, autant repasser son tour car Sullivan n’avait jamais donné dans le mouchoir et la faiblesse, jamais. Par chance, comme au bon vieux temps, Sevde ne manqua pas de le surprendre en lui posant une question à laquelle il ne s’attendait pas, lui arrachant même une expression surprise pendant quelques secondes.

« Il doit être dans mon bordel, attends » commença-t-il alors qu’il incitait son amie de toujours à rester confortablement sur ses genoux tandis qu’il l’accompagnait à sa chambre. Celle-ci était toujours autant en bordel, mais ce qui était impardonnable du temps où il se côtoyait l’était davantage maintenant, car Sullivan avait du mal à mettre de l’ordre dans son bordel organisé désormais. La preuve, il eut un mal fou à trouver ce foutu skate dans son fatras, et ce bien qu’il ne manqua pas de le pointer fièrement à Sevde après l’avoir poussée à se relever le temps de chercher. « J’vais passer mon tour, d’une parce que je ne pourrais pas égaler la championne que tu es et de deux… bah la raison est évidente je vais éviter de gâcher de la salive, hein ! Pourquoi me dis pas que tu as perdu l’œuvre d’art que je t’avais dédicacé ! Regarde, j’ai bien gardé le mien ! »

Pas de soucis :mdr: et désolée pour le retard de mon côté 63
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Dim 19 Mai - 12:07

Sullivan ne montrait en aucun cas qu'il était affecté, c'est ce qu'elle aimait bien chez lui, enfin parfois elle aimerait bien qu'il se montre plus vulnérable face à elle étant donné qu'elle devait avoir une place un peu plus grande dans son coeur qu'une autre, enfin c'est ce qu'elle pensait. Mais il arrivait à se confier à elle, c'est déjà un grand pas, c'est ce qu'elle se disait. Après il avait sa fierté son arrogance, mais elle sentait qu'il était tout de même auprès d'elle, quand il serra sa main fort dans la sienne, et elle continua à la serrer en retour. Elle se sentait bien sur ses genoux, bon d'accord c'était assez bizarre, mais maintenant qu'elle savait tout, elle se sentait mal pour lui, enfin elle ne s'imaginait pas vraiment à sa place, elle aurait dû dire adieu au skate au snow, cela lui aurait été insupportable. Mais bon se doit être pareil pour Sullivan, enfin personne n'aimerait être dans une telle situation. Elle n'imaginait même pas à quel point cela a dû lui faire un choc de se réveiller comme ça, et de finir dans cet état et de se dire qu'il y avait quelques jours à peine il courrait peut-être. Si on pouvait prévoir tout ce qu'il peut nous arriver avant que cela n'arrive, on vivrait surement ces jours différemment. Il a dû lui en falloir du courage, elle pense qu'elle aurait fini en dépression ou je ne sais quoi et qu'elle aurait foutu en l'air sa vie pour cela. Mais lui, il en faut pas qu'il se démonte. D'autant plus qu'elle avait bien compris d'après l'état des lieux et des photos qu'elle pouvait voir qu'il avait une petite fille. Mais chaque chose en son temps, il finirait bien par lui en parler. « Tu sais, j'ai rencontré mon vieux alors j'suis prêt à toutes les merdes maintenant ! » Elle était étonnée de cette phrase et surtout sur le ton de l'annonce. « Vraiment ? Mais comment... comment c'est possible ? Enfin arrivé ? Bref tu m'as comprise. » Demanda-t-elle en s'embrouillant avant d'avoir un léger rire.

« Il doit être dans mon bordel, attends. » Il l'emmena dans sa chambre, toujours sur ses genoux, la sensation était assez bizarre, enfin c'est un moyen de locomotion qu'elle n'avait jamais testé et ça lui faisait bizarre de passer d'une pièce à l'autre en étant sur les genoux de Sullivan comme ça, mais c'était assez agréable. Ils entèrent dans sa chambre qui était toute retournée puis il la fit descendre pour chercher son skate. Puis il lui tendit avant d'enchaîner. « J'vais passer mon tour, d'une parce que je ne pourrais pas égaler la championne que tu es et de deux... bah la raison est évidente je vais éviter de gâcher de la salive, hein ! Pourquoi me dis pas que tu as perdu l'oeuvre d'art que je t'avais dédicacé ! Regarde, j'ai bien gardé le mien ! » Elle prit le skate en souriant avec plein de malice, elle avait une idée derrière la tête, et Sullivan ne semblait pas vraiment s'en douter. Elle se posta derrière lui examinant un peu son fauteuil, c'était bien sûr un fauteuil électrique qui devait coûter une blinde, mais il devait surement en avoir un pliable, je ne sais pas, pour les transports, ou quand il veut aller dans des endroits différents, enfin elle ne savait pas trop. « Hum... La grande championne, tout de suite les grands mots, je me suis mise au snow depuis tu sais, mais j'ai pas quitté mes planches à roulettes. Et j'ai toujours ma collection de cadavres de bois dont la plus belle avec ton écriture dessus. Je les garde tous, mêmes ceux que j'ai cassés, attends c'est des antiquitéq quoi ! Tout est chez moi. » Dit-elle fièrement avant d’apercevoir un fauteuil pliable replié dans un coin. 'Bingo' se dit-elle, avant de le sortir de le déplier devant les yeux de Sullivan et de lui ordonner. « Allez en voiture Simone ! » Lui dit-elle en désignant l'autre fauteuil en se postant à côté de lui pour l'aider à se hisser dedans.

Vraiment désolé du retard ><"
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Jeu 23 Mai - 20:35

« Comment est-ce possible ? Bah il est membre du conseil d’administration d’Apple et ne savait même pas que j’existe en théorie, mais ma mère est assez vicieuse pour être allée le trouver afin qu’il me décide à me faire opérer. Une opération qui évidemment est supra risquée et risque de me rendre complètement paralysé ! La merde, quoi. » Sullivan n’était pas sûr de vouloir revoir son paternel et d’un autre côté, il était bien le seul à ne pas le traiter comme un faiblard ou à vouloir sans arrêt s’inquiéter de sa santé. C’était une façon comme une autre de voir la vie autrement, en somme. Sevde ne comprendrait probablement pas sa façon de pensée mais il n’en n’avait cure, ce n’était pas bien important à vrai dire. Il n’avait jamais eu besoin de personne pour prendre ses décisions comme un grand par le passé, ça ne commencerait certainement pas aujourd’hui ! « Comment ça en voiture Simone ? Moi c’est Sullivan bordel ! » maugréa-t-il en feignant une colère qu’il était très loin de ressentir. Le simple fait de prendre ce foutu fauteuil pliable lui colla une violente nausée, cependant. Il fallait qu’il s’approche de celui-ci, se hisse de toutes ses forces puisqu’il faisait office de poids mort et de se placer sur le second fauteuil sans se casser la gueule. Il évita soigneusement de regarder son ancienne amie afin de ne surtout pas lire la plus petite once de pitié, sans quoi il aurait pu extrêmement mal le prendre. Il se débrouilla comme le grand garçon qu’il était, faisant preuve de gestes extrêmement précis jusqu’à ce que ses jambes inactives soient parfaitement bien installées dans le fauteuil et qu’il se dise qu’il pouvait à nouveau établir le contact visuel avec Sevde sans craindre aucune. « J’ai la meilleure écriture du monde, baby ! Je suis opé, on part quand tu veux et on va où tu veux. Mais je ne pourrais quand même pas faire grand-chose avec un snowboard… mes jambes sont toujours comme deux vieilles planches pourries ! J’te suis quand même me fais pas ces yeux là !! »

Pas de mal 63
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Sam 25 Mai - 12:45

« Comment est-ce possible ? Bah il est membre du conseil d'administration d'Apple et ne savait même pas que j'existe en théorie, mais ma mère est assez vicieuse pour être allée le trouver afin qu'il me décide à me faire opérer. Une opération qui évidemment est supra risquée et risque de me rendre complètement paralysé ! La merde, quoi. » Sevde resta exsangue, enfin, elle savait qu'il en connaissait pas son père, alors lui annoncer qu'il était venu à sa rencontre pour qu'il puisse se faire opérer, c'était assez difficile à comprendre. Enfin elle essayait de se mettre à sa place, ce qu'elle ne pouvait pas bien sûr, mais rien que d'imaginer la situation, cela devait être difficile à avaler comme ça d'un coup. Surtout qu'on lui laisser le choix, mais que d'un côté il pouvait retrouver la mobilité ou être complètement paralysé, et d'un autre côté rester dans son état actuel soit ne pas être totalement un yaourt. « Oh... Et toi tu en penses quoi ? Enfin tu voudrais ? » Lui dit-elle lui prenant la main. « En tout cas, tu peux être sûr d'une chose. » Fit-elle en souriant. « C'est que quelque soit ton choix, ben moi je ne te lâcherais pas et je te soutiendrais à fond et je serais là ! »

« Comment ça en voiture Simone ? Moi c'est Sullivan bordel ! » Elle ria avant de lui tirer la langue tout en le voyant se mettre sur l'autre fauteuil. Elle avait encore un peu de mal le connaissant elle savait qu'il ne voudrait en aucun cas qu'elle lui porte un regard de pitié ou de compassion, mais de le regarder comme tout le monde, mais elle voulait l'aider, sans le prendre pour un handicapé. Elle savait que c'était comme toucher son égo que de vouloir lui donner un coup de main, mais elle essaya de se convaincre qu'il pouvait se débrouiller seul, et que s'il avait besoin d'aide, il lui demanderait, c'était peut-être tôt ? Elle resta à l'écart, le regardant donc normalement alors qu'il se hissait dans l'autre fauteuil plus classique. « Simone te va à ravir comme ta coupe. » Ironisa-t-elle. « J'ai la meilleure écriture du monde, baby ! Je suis opé, on part quand tu veux et on va où tu veux. Mais je ne pourrais quand même pas faire grand-chose avec un snowboard... mes jambes sont toujours comme deux vieilles planches pourries ! J'te suis quand même me fais pas ces yeux là !! » « Quels yeux ? » Elle se place derrière en prenant les poignées dans ses mains et alla à la porte d'entrée avant de le laisser et de faire demi-tour ayant laissé le skate dans la pièce d'à côté comme une gourde. Elle le prit et ouvrit la porte la laissant sortir puis monta sur la skate. ça lui faisait drôle de remonter sur un engin comme ça. Le ciel était un peu plus dégagé il y avait toujours un nuage maintenant mais plus de goûtes. « Ok alors ça fait longtemps que j'en ai pas fait et jamais avec un fauteuil en main, j'espère qu'il y a une ceinture sur ton truc, sinon tu vas souffrir. » Dit-elle avant de taper le pied sur le sol tout en essayant de maîtriser ce qu'elle avait au pied et dans les mains. Après quelques coups, elle finit par trouver un bon équilibre et une fois plus alaise essaya de prendre un peu plus de vitesse. « Sûre que ton engin électrique va pas aussi vite que ça. »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Jeu 30 Mai - 20:58

« Ma coupe t’ennuie elle est très bien d’abord, vieille bique ! » Et voilà. Exactement comme avant, ils se lançaient des joyeusetés avec le plus grand des plaisirs, au même titre qu’ils expérimentaient des trucs absolument abracadabrants. Sullivan avait beau avoir l’air de grogner comme ça, il n’aurait pas pu être plus heureux qu’en cet instant : il avait retrouvé sa fidèle pote de toujours ! Ce jour était à marquer d’une croix rouge, verte, bleue, en mode arc en ciel tellement il se foutait du reste : la preuve, même sans ceinture, Sullivan était tout à fait prêt à amortir une descente vertigineuse, Sevde aux commandes sur le skate qu’il lui avait prêté comme si c’était la chose la plus naturelle du monde. « J’sens que je vais crever » fit-il d’un air presque sérieux, en comptant sur le fait qu’elle ne puisse pas voir l’hilarité pourtant présente contre ses traits « Et si j’me pète les dents sur le bitume, tu fais comment ? Tu vas me soulever avec tes petits bras musclés ? Rien que pour me marrer à voir ça, tu mériterais que je tente l’expérience ! Mais comme je tiens à mon dentier de compet’, j’vais m’accrocher à mon fidèle fauteuil… il va pas me lâcher le p’tit coco, hein ? » L’ancien soldat s’accrocha effectivement à son fauteuil de façon souple et assurée, comme s’il savait au fond de lui que même sans avoir fait de skate pendant des plombes, Sevde restait de très loin la meilleure. La confiance, toujours.

Et il avait raison ! Ils venaient de terminer la descente en beauté, après s’être payé de franches émotions et en avoir tiré le meilleur. Pour sûr, il remerciait mille fois sa pote d’avoir eu l’audace de venir à son appartement, sans quoi il serait probablement resté à ruminer gentiment sa vie pathétique dans son coin, autour d’un verre de scotch… comme d’habitude. « Mouais, pas trop rouillée, ça va » fit-il avec la plus belle mauvaise foi du monde, non sans accompagner son discours pourri d’un clin d’œil. Il n’était pas question de la vexer, tout de même… « Allez roule Bernadette, vends-moi du rêve, montre ce que t’as dans le ventre ! »

Désolée pour le retard 63 suis en exam' jusqu'à la fin de la semaine prochaine, je fais au plus vite 63
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Jeu 6 Juin - 23:12

« Ma coupe t'ennuie elle est très bien d'abord, vieille bique ! » Cela lui faisait de bien de (re)trouver son Sullivan, comme avant, comme si les années qui avaient passé n'existaient pas, comme s'il n'y avait pas eu tout ce temps et comme s'il n'y avait jamais eu de dispute. Cela la rendait joyeuse, et elle en oubliait complètement ce pourquoi elle était venue faire à New York. Comme quoi, c'était peut-être ça qu'elle recherchait au fond, un peu de bonheur, se changer les idées dans un sens très positif... Sullivan avait se pouvoir sur elle. C'était réconfortant, et même temps, ça lui paraissait déroutant, mais avec lui, elle ne pouvait que se montrer sous son vrai jour et être la plus sincère possible. « Bon la vieille chaussette va arrêter de se vexer oui ? » Dit-elle taquin en lui faisant une belle grimace. « J'sens que je vais crever. » Dit-il, bien qu'elle savait très bien, que même en employant ce ton sérieux, elle n'en croyait pas un mot. Elle pense être une personne de confiance et surtout qui sait ce qu'elle fait, à trois ans elle avait déjà une planche à roulette sous les pieds et à dix-neuf une planche de snow alors... « Et si j'me pète les dents sur le bitume, tu fais comment ? Tu vas me soulever avec tes petits bras musclés ? Rien que pour me marrer à voir ça, tu mériterais que je tente l'expérience ! Mais comme je tiens à mon dentier de compet', j'vais m'accrocher à mon fidèle fauteuil... il va pas me lâcher le p'tit coco, hein ? » Ce qu'il venait de lui dire la fit rire, car il voulait sa faire mal, juste pour voir si elle pourrait le remettre sur son fauteuil sans aide ni encombre, ce qu'elle trouvait assez bête, d'où son rire. « C'est ça, si tu as envie de te casser quelque chose pour que je te prouve que j'ai plus de force que tu ne le penses, je ne te prive pas.» Rétorqua-t-elle amusée.

« Mouais, pas trop rouillée, ça va » Fit-il accompagné d'un clin do'eil. Il est vrai que ça faisait un bout de temps qu'elle n'avait pas refait de skate, mais la sensation lui manquait et elle n'avait déjà plus envie d'arrêter. Comme si c'était plus fort qu'elle. « Allez roule Bernadette, vends-moi du rêve, montre ce que t'as dans le ventre ! » Il n'en fallut pas plus pour que Sevde lâche les poignées de son fauteuil avant de se lancer dans un solo dans un premier temps. Elle commença par de simple ollies histoire de se remettre dans le bain, puis enchaîna sur quelques trick sur le flat,, voyant avec quelle aisance elle reprenait du service, elle continua sur des figures de plus en plus compliquées. Après avoir fait son petit numéro, elle salua la foule (Sully) d'un air triomphante. Avant de revenir vers lui sur son skateboard. « Alors pas trop rouillé c'est ça ?» Sourira-t-elle. « On rentre ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Sam 15 Juin - 21:42

Pour la beauté de la chose, Sullivan ne manqua pas d’applaudir avec sincérité face au petit numéro que Sevde lui offrit. Vraiment, elle n’avait pas perdu une once de sa souplesse et de son brio, c’était un vrai bonheur à voir. Il s’en serait voulu de ne pas lui avoir pardonné son comportement et donc d’avoir loupé quelque chose d’aussi agréable pour les yeux… mais d’un autre côté, cela ne faisait que le replonger dans une extraordinaire perplexité : lui ne serait probablement jamais capable d’en refaire autant, sûrement pas alors que l’opération pouvant lui rendre ses jambes pouvait tout aussi bien lui prendre sa vie à sa base. Voilà qui donnait à réfléchir, et ce bien qu’il n’en n’ait pas montré la plus petite trace, ne laissant qu’un certain enthousiasme peupler ses traits d’ordinaire si insolents. « Pas mal ma vieille, t’as pas trop perdu ! » énonça-t-il souriant. Dans la bouche de Sullivan, bien évidemment, cela ne pouvait que sonner comme un compliment. Sevde le connaissait suffisamment pour ne pas s’en offusquer –du moins l’espérait-il–, bien trop familière à ce genre de comportement ou réaction de sa part. « Tu es déjà fatiguée ? » se permit-il de demander face à sa proposition. A vrai dire, il n’avait pas envie de rentrer tout de suite, s’enfermer à nouveau entre quatre murs… ils avaient beau être décorés avec goût, l’ancien soldat finissait par ne plus pouvoir les voir en peinture au final. « On peut aussi s’arrêter manger un case-dalle quelque part ou tu pourrais me montrer où tu habites aussi, cachottière ! » Le néo-zélandais avait toujours été d’une curiosité presque maladive et ne s’en n’était jamais caché. Aussi vrai qu’il s’étonnait du nouveau environnement de vie de son acolyte de toujours, il voulait en apprendre davantage, savoir au fond pourquoi elle s’imposait de tels mensonges… elle n’avait pas à jouer face à lui. Sullivan était bien le seul qui ne la jugerait vraiment jamais. « Si on rentre, ça voudra foncièrement dire que tu vas te barrer derrière, pas vrai ? C’est un peu court comme retrouvailles. J’ai pas envie de te laisser te faire la malle si facilement ma belle… chiant, c’est toujours mon deuxième prénom j’te signale ! »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Ven 28 Juin - 16:10


Après avoir tiré sa révérence suite à un petit numéro plus moins maîtrisé sans grand risque, le goût de refaire ça sur un vrai circuit l'envahissait peu à peu. Voilà pourquoi tout cela était une mauvaise idée, elle n'avait que son boulot ici à New York, et son usurpation, mais si quelqu'un en qui elle n'a pas confiance venait à découvrir cela, elle peut dire au revoir à sa clientèle et surtout rentrer chez elle vite fait bien fait. Après l'avoir applaudit Sullivan la regardait, satisfait, avec une pointe d'envie dans les yeux, elle aurait tellement voulu, pouvoir le mettre debout pour qu'ils puissent faire comme avant. Mais soyons réaliste, ce n'est pas aujourd'hui que ça arrivera. Mais quand il lui avait paré de l'opération, elle savait qu'il y avait un espoir, mais c'était un gros risque, en tout cas, elle était là désormais pour le soutenir quelque soit sa décision. « Pas mal ma vieille, t'as pas trop perdu ! » Elle lui tira la langue taquine à ses mots, c'était un peu le jeu, mais bon elle ne se vexerait jamais pour ça, surtout pas de la part de Sully. « Nia, nia, nia, soit indulgent ça fait plus d'un an que j'en ai pas fait. » Dit-elle en rigolant à son tour. « Tu es déjà fatiguée ? » Lui demanda-t-il après qu'elle ait suggéré de rentrer, mais pas forcément pour le laisser, elle ne voulait pas partir, pas maintenant. Elle comprit à ses mots que ce n'était pas non plus le cas du brun. « On peut aussi s'arrêter manger un case-dalle quelque part ou tu pourrais me montrer où tu habites aussi, cachottière ! » Elle rit, son chez elle qui ne lui ressemble pas du tout, enfin qui ressemble simplement à la mauvaise Sevde. Quoi qu'elle avait toujours gardé son côté bordélique, et n'avait pas le souvenir d'avoir rangé sa maisonnée dernièrement. Si c'était le cas, il y a toujours une part de la brune dans cet espace, et puis sous son lit et dans son armoire, bien caché, il y a toujours ses vieux skates, ses trophées, des photos,... Enfin sa vie quoi. « Oubli le casse-dalle, j'ai des raviolis à la maison, je t'invite. » Puis elle lui fit un clin d'oeil avant de reposer son skate à terre de rouler dessus et de reprendre Sullivan en route direction, central Manhattan. « Si on rentre, ça voudra foncièrement dire que tu vas te barrer derrière, pas vrai ? C'est un peu court comme retrouvailles. J'ai pas envie de te laisser te faire la malle si facilement ma belle... chiant, c'est toujours mon deuxième prénom j'te signale ! » Elle soupira puis sourit, elle n'avait aucunement l'intention de le laisser tomber, enfin, il y a quelques temps elle ne se serait jamais imaginé le revoir un jour, enfin ou même de si tôt, maintenant qu'elle l'avait pour elle toute seule, pas de soucis, elle n'allait certainement pas le laisser fille ou partir. « Non tu vois, ce n'était même pas dans mes projets, de rentrer et de te laisser, on serait rentré, et tu m'aurais offert un verre parce que là, t'es juste trop content de me voir, après... Je t'aurais certainement fait chier toute la soirée, avant de m'endormir sur ton canapé. » Elle continuait à gérer son allure sur la route tout en poussant le fauteuil de Sully, ouais c'était bizarre de tirer quelques choses sur un skate, mais au moins, ils iraient plus vite.

on est d'accord c'est à chier :| sooory ><"
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes. Lun 8 Juil - 22:15

« Tu as acheté des actions Buitoni avoue pour me proposer des raviolis ! » Sullivan s’en amusait d’avance puisqu’il n’avait plus mangé ce genre de choseries depuis… ses six ans au moins ! Cela faisait donc un sacré paquet d’années mais ça n’en n’était pas moins mignon de la part de Sevde, puisqu’elle voulait prolonger leurs retrouvailles. Une partie de son être, celle qui n’était pas définitivement secoué par sa connerie, fut touchée de cette délicate attention. Après tout, les raviolis, ça reste de la nourriture, il n’y a pas à tortiller du séant pour s’en rendre compte ! « En l’occurrence, vu que tu m’invites… c’est moi qui vais t’emmerder jusqu’à ce que mort s’en suive –ou pas loin, et m’écrouler après sur ton canapé juste histoire de dire que tu ne vas pas te débarrasser aussi facilement de moi que ça ! Avoue que tu en es super impatiente… » Un sourire insolent se plaça bientôt contre les lèvres de Sullivan, éclairant de fait ses traits canailles tandis qu’il éclatait de rire rien qu’à imaginer la suite des évènements : cela n’allait pas manquer de peps, c’était une certitude ! « Et pour le verre, par contre, tu vas me sortir un jus de tomate pour aller avec les raviolis ou j’aurais droit à quelque chose d’un poil plus… corsé ? Non parce que je ne suis pas une femmelette au régime, même atrophiées mes jambes ont quand même besoin d’un poil plus de consistance ! N’empêche… les raviolis, j’vais pas m’en remettre. Si je pouvais être sûr d’atteindre le plan de travail de ta cuisine, je te proposerais bien de te mitonner un truc mais quelque chose me dis que ton frigo va être en mode désert du Sahara… j’me plante ou je suis plutôt dans le vrai ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes.

Revenir en haut Aller en bas

sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-