It's New York City bitches ! And it's my motherfucking dream

Partagez|

Proposition alléchante | Cléo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Proposition alléchante | Cléo Mer 20 Juin - 22:54


Dans la vie, les choses ne sont pas figées, au contraire ells changent meme plutôt rapidement ce qui est une bonne chose surtout lorsque rien ne va. Sephora attendait justement ce changement radical dans sa vie car en ce moment ce n’était pas le top pour elle. La jeune femme avait perdu sa sœur jumelle il y a peu, elle s’était rendue compte que le marie de celle-ci, celui qu’elle tenait pour responsable, à tort bien sur, de sa mort était dans la même ville qu’elle, elle avait son diplôme pour être avocate mais elle ne trouvait pas d’emploi et comme depuis plus de quatre ans, elle enchainait les aventures avec les hommes sans jamais avoir envie de se poser. La brunette ne pouvait plus continuer comme cela elle en était bien consciente et c’était pour cela qu’elle voulait prendre son destin en main. Pendant son stage, elle avait revu Elias, un très bon ami qu’elle avait connu en première année à l’université alors qu’ils étudiaient tous les deux le droit. Le feeling était toujours là avec le jeune homme et ils avaient gardés contact à la fin de son stage, mais ce fameux stage ne lui avait pas ramené qu’Elias dans sa vie. En effet, alors qu’elle ne s’y attendait pas du tout et qu’elle n’avait pas fait le rapprochement, la demoiselle avait recroisé sur sa route Conrad, son ex, le seul homme pour qui elle avait eu des sentiments amoureux jusque-là, le seul qui avait su lui faire remonter la pente après le décès de sa mère. Ces deux rencontres imprévues étaient des petites choses mais des choses qui avaient de l’importance aux yeux de l’australienne qui s’était dit que si le hasard l’aidait à reprendre sa vie en main, elle n’était peut-être pas si désespérée que cela. Alors voilà, côté amis, elle pouvait s’en faire de nouveaux mais elle comptait déjà sur ceux qu’elle avait pour la faire sortir, la divertir, lui changer les idées, côté amour, elle n’avait personne mais retrouver le beau brun lui avait fait du baume au cœur, il ne restait plus que côté boulot qu’elle devait agir et améliorer ce point, oui parce que côté famille à part retrouver son père ce qui était impossible, elle ne pouvait rien faire de mieux vu que sa grand-mère était tout ce qui lui restait. La demoiselle qui cherchait un emploi depuis plusieurs jours n’avait pas baissé les bras mais elle s’était dit que finalement il n’y avait peut être pas de place pour elle dans un cabinet ici mais il y avait tout de même une place pour elle dans cette ville qu’elle aimait tant. Elle n’avait pas réfléchit longtemps pour trouver un semblant de solution à son problème, elle s’était dit qu’elle devait ouvrir son propre cabinet, oui mais elle ne pouvait tout simplement pas le faire seule car même si elle avait largement, elle n’était pas assez connue et elle avait bien trop peur pour se lancer seule dans cette grande aventure. Bref, elle devait trouver un associé et dans sa tête un nom était rapidement venu, celui d’Elias. Après avoir eu cette idée, la brunette n’avait pas tardé à croiser le jeune homme pour lui proposer son idée, une idée qui lui avait plu tout simplement car le jeune blond ne se plaisait plus du tout dans le cabinet où il était. Au final, les deux jeunes gens avaient maintenant comme projet de monter leur cabinet à tous les deux. Il fallait un peu de temps pour cela mais ils prendraient leur temps et ferait leur affaire de la bonne manière, une affaire qui marcherait ils l’espéraient bien et l’un et l’autre. Oui mais ils le savaient bien, ils ne pourraient pas tout faire tout seul et dans leur esprit une personne était venue rapidement. Cette personne c’était Cléo, une jeunette sans aucun diplôme qui travaillait pour Elias dans le cabinet où il était actuellement. Elias et Sephora avaient eu cette idée de lui demander de les suivre tous les deux dans leur petite folie. Et à peine la brunette avait-elle quitté Elias sur le banc du Central Park qu’elle tombait sur Cléo, la petite demoiselle dont elle avait parlé quelques minutes auparavant avec son ami de droit. Alors qu’elle marchait, elle se dirigea donc vers elle pour prendre de ses nouvelles car elle ne l’avait pas revu depuis son stage et pour commencer à lui proposer ce qu’elle et son ami avait en tête. Arrivée à sa hauteur, les deux jeunes femmes se saluèrent. « Hey Cléo! Comment tu vas? Elias a été gentil et t’as laissé une petite journée de répit? Je viens tout juste de le croiser décidément vous travaillez ensemble mais quand vous vous promenez c’est au même endroit ! » Sephora la taquinait et cela se voyait bien puisqu’elle avait le sourire aux lèvres.


Dernière édition par Sephora M. Neil-Douglas le Ven 6 Juil - 11:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Proposition alléchante | Cléo Sam 23 Juin - 18:12

« Non maman, tout va bien ici et mon patron est très bien ! Il est gentil et il m'a donné un jour de repos aujourd'hui alors que c'est censé être demain alors je n'ai pas à m'en plaindre. Il est très arrangeant maman. Comment va Dario ? Fais lui des bisous, et à tout le monde hein ! Je dois y aller maman, j'arrive à la fin de ma carte prépayée internationale ! Te quiero madre » Soufflant légèrement, je reposa le téléphone sur son socle et sortis de la cabine téléphonique. Cela faisait deux mois que j'avais quitté le domicile familial et j'avais l'impression que ça en faisait douze, même vingt quatre tellement tout le monde me manquait ! J'étais passée d'une vie où j'étais avec une dizaine de personnes tous les jours à un petit motel miteux puis à un appartement d'une vingtaine de mètre carré. Je passais mes journées sur un ordinateur ou derrière un téléphone, jamais très loin d'un dictionnaire espagnol-anglais. J'avais vite eu une place dans un cabinet côté de la ville mais mon manque de pratique de la langue américaine se voyait de temps en temps lorsque les clients parlaient trop vites. Ils me parlaient de fiducie, de prescription ou je ne sais quoi. Ce vocabulaire juridique n'était pas vraiment ce que je maitrisais le mieux mais je tentais de m'en sortir parce que je ne pouvais pas perdre mon emploi, je ne pouvais pas me voir obligée de rentrer à Mexico là où ma vie était menacée. De même, si je commençais à chercher un autre job, je n'étais pas trois fois sûre que mes futurs employeurs seraient aussi conciliant que le jeune homme pour qui je travaillais. Il faisait son maximum pour m'aider à comprendre de plus en plus de chose, il prenait son temps pour m'expliquer ce qu'était une fiducie ou je ne sais quel autre mot juridique. Petit à petit, mon vocabulaire s'agrandissait et c'était fortement positif pour moi. Je marchais dans Central Park pour la troisième fois de la journée. J'aimais ce parc comme pas possible, il était sublime et c'était agréable avec ce temps. Aujourd'hui, j'avais enfilé un petit short avec une très légère tunique blanche et j'étais partie pour m'affaler au soleil une petite heure ou deux. Seulement, avec le temps qu'il faisait, les pelouses étaient pleines à craquer et j'avais du mal avec ce genre de population ou plutôt surpopulation. J'aimais être entouré mais avec ce qui m'était arrivé avec ce cartel de drogue à Mexico, j'avais bien du mal à faire comme si de rien n'était. Rien ni personne ne pouvait me dire sans hésitation qu'ici, j'étais en sécurité. Continuant d'avancer, je mis mon lecteur de musique sur mes oreilles et écoutais mes propres chansons. Qu'est-ce que cette vie de paillette me manquait... J'étais tellement pressée de remonter sur scène, d'enregistrer un album mais ce n'était pas chose facile en ce moment. Les maisons de disques ne me connaissaient pas et je n'avais surement pas assez de charmes pour eux. Continuant mon chemin, je croisa Sephora, une jeune brune avec qui j'avais quelque peu travaillé lors de son stage dans le cabiner où travaillait mon patron. Nous avions plutôt bien sympathisé et elle aussi m'aidait avec cette toute nouvelle vie et ville par la même occasion. Le continent américain était comme la terre promise à mes yeux même si j'avais du mal à m'y faire. Mon Mexique natal me manquait énormément mais j'étais mieux ici que là haut. « Bonjour Sephora ! Ça va bien et toi ? Oui, il a décidé de me donner ma journée de repos aujourd'hui vu le temps à la place de demain ce qui m'arrange. Ils annoncent de la pluie demain et je ne suis pas encore habituée à ce climat changeant. Quand il fait beau ici, c'est la température qu'il fait quand il ne fait pas beau dans mon pays ! » J'étais nostalgique et je savais qu'elle comprenait ce que je ressentais étant donné qu'elle venait d'Australie là où il faisait beau toute l'année et où l'on fêtait noël en maillot de bain sur la plage. Voyant un couple se lever d'un banc à deux pas de nous, je lui fis signe d'y aller avec moi. M'asseyant, je dis « Alors tu as trouvé un cabinet qui veut bien de toi pour la rentrée ? Monsieur Van Santen n'est pas vraiment content de là où il travaille, je ne vois pas trop pourquoi... » Enfin, c'était mon simple avis. J'aimais bien ma place là haut et je ne voulais ni la perdre ni changer de patron. Je voyais certains secrétaires totalement horripilés à l'idée travailler alors que j'aimais beaucoup cela. Bien entendu, j'aurai préféré faire autre chose mais il n'existe pas de métier qui puisse nous satisfaire pleinement. Je souriais à Sephora tout en profitant du soleil qui tapait quelques peu. Ma peau hâlée me permettait de profiter des rayons UV sans crainte d'un coup de soleil mais ce n'était peut être pas le cas de la jeune femme en face de moi. Si elle voulait se déplacer, ce n'était pas un problème pour moi même si j'avais grandement envie de lézarder sous le soleil de plomb de New York City.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Proposition alléchante | Cléo Mer 4 Juil - 0:07



Dans un parc, on croise plusieurs personnes et c’est rarement que l’on croise des personnes que l’on connait mais aujourd’hui devait être un jour spécial. Sephora se promenait dans le parc le plus connu de Manhattan lorsqu’elle avait vu son ami Elias mais ce n’est pas tout, après avoir papoté un long moment avec le jeune homme elle avait repris sa promenade et était tombé cette fois sur Cléo, l’assistante personnelle d’Elias au cabinet où il travaillait en quelque sorte. Les deux jeunes gens venaient de parler de la petite demoiselle et déjà, la brunette avait l’occasion de lui raconter leur plan, de lui faire leur proposition. Oui elle coupait un peu l’herbe sous le pied du jeune homme qui aurait aimé lui dire ce qu’ils avaient imaginé pour elle, mais bon, Elias savait que l’australienne ne savait pas tenir sa langue alors il comprendrait bien qu’en la croisant maintenant, il lui ait dit ce qu’ils souhaitaient. Au pire des cas, il lui ferait un petit peu la tête mais cela lui passerait rapidement grâce à la bonne humeur constante de Sephora qui ne laissait pas paraitre ses soucis personnels, tout simplement car elle ne voulait pas ennuyer tout le monde avec ses problèmes, elle préférait que personne ne sache, que personne n’ait pitié et que tout le monde lui change les idées sans même s’en rendre compte. « Oui oui tout va très bien ! Ah oui d’accord ça ne doit pas être facile pour toi de t’adapter aussi vite ! Et puis comme tout le monde le sait, c’est toujours mieux de travailler quand il ne fait pas beau hein parce que lorsqu’il fait beau on est plus distrait par le soleil et les petits oiseaux dehors ! » Sephora rigolait bien avec Cléo. Même si la jeune femme était très jeune et qu’elles se connaissaient peu, le courant passait bien entre elles, encore heureux… Si cela n’avait pas été le cas Sephora n’aurait surement pas laissé Elias lui imposer la jeune femme, non la brunette ne travaille pas avec des gens qu’elle n’apprécie pas, avec qui elle ne s’entend pas. Et oui pour la jeune australienne, la principale recette du travail bien fait est tout simplement la bonne entente, la rigolade au boulot. Venir travailler n’est pas souvent une joie pour la plupart des gens mais si l’ambiance est bonne, cela peut faire un peu plus envie… Elias était le premier à faire les frais de la mauvaise ambiance qu’il y avait dans le cabinet où il travaillait et où elle avait fait son stage il y a peu de temps. Elle n’était que stagiaire donc tout le monde avait été gentil avec elle mais Elias ne lui disait pas vraiment de bien de ce cabinet de son côté. Il ne trouvait surement pas sa place, Sephora ne pouvait pas le dire, elle n’était pas dans sa tête et chacun s’adaptait plus ou moins bien, Cléo elle n’avait pas l’air de comprendre pourquoi il n’aimait pas son environnement de travail mais c’était encore une autre histoire tout simplement car la jeune femme n’avait pas du connaitre d’autres ambiances et car elle venait tout juste d’arriver, le travail d’un pays à l’autre ne se passait surement pas de la même manière. Avant d’évoquer ce point de contentieux, la brunette renseigna Cléo sur ce qu’elle lui avait demandé en lui répondant malheureusement par la négative. « Non je n’ai malheureusement pas trouvé de cabinet pour m’accueillir mais je n’ai pas dit mon dernier mot ! En ce qui concerne Elias, je sais qu’il ne se plait pas là bas… Mais ça ne va pas durer ! » L’australienne marqua une courte pause avant de reprendre le fil de sa phrase en regardant bien Cléo pour voir quelle tête elle allait faire lorsqu’elle allait lui dire ce que son ami et elle avait derrière la tête. « Moi ne trouvant rien et Elias n’aimant pas le cabinet où il est… On va ouvrir notre propre cabinet… » Sephora marqua une nouvelle pause. Elle s’imagina le petit panneau à l’entrée du cabinet « Cabinet Neil-Douglas Van Santen », ça sonnait bien. Elle observa aussi la réaction de l’égyptienne puis elle éclata de rire en voyant sa surprise, elle devait surement se poser tout un tas de question ne serait ce que concernant l’avenir de son travail à elle puisqu’elle ne travaillait qu’avec Elias. « Dans notre cabinet on aura besoin d’une réceptionniste qui serait aussi notre secrétaire… On avait pensé à toi je ne sais pas ce que tu en penses! » Sephora n’y avait pas été par quatre chemins et elle attendait maintenant de voir la réaction de la petite brune en face d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Proposition alléchante | Cléo Dim 8 Juil - 23:37

Tout avait changer si rapidement dans ma vie ces derniers temps que j'en étais totalement perturbée. Il n'était plus question de travailler et de rentrer à la maison en soirée pour m'occuper de mes frères et sœurs mais bel et bien de rentrer le soir pour regarder mon plafond avant de trouver le sommeil. Quitter le Mexique avait été une obligation pour moi mais j'étais tellement seule ici que je rêvais – secrètement – de rentrer chez moi et de tout reprendre où je l'avais laissé. Ma carrière dans le monde de la chanson par exemple. C'était quelque chose qui me manquait horriblement mais je ne pouvais rien y faire. Ici, je n'étais personne et vu le nombre d'agence et de label qui me claquaient le nez à la porte dès que je leur disais que j'étais connue au Mexique, je n'étais pas prête d'enregistrer un CD de si tôt. Les États-Unis et le Mexique étaient voisins et pourtant, l'un comme l'autre ne faisait aucun effort pour faire intégrer les ressortissants étrangers. Un américain à Mexico se faisait extorquer son argent comme pas possible et un mexicain sur 'la terre promise' se faisait prendre pour un moins que rien, enfin c'était mon pressentiment. Aujourd'hui j'avais donc décidé de jouer à la touriste et de voir de nouvelles choses dans l'immense ville qu'était New York. J'avais regardé tellement de films sur cette ville que j'avais du mal à reconnaître les lieux. Time Square paraissait tellement plus petit à la télé... Enfin bon, je me baladais dans Central Park lorsque j'entendis quelqu'un me parler et je reconnus rapidement Sephora. La jeune femme était un vrai bout en train et son humeur festive et joyeuse ne serait pas de refus alors que j'avais quelque peu le mal du pays. Moi qui avait vécu une bonne partie de ma vie entourée de plusieurs personnes, la solitude était dévastatrice. « Je n'ai rien contre la pluie, il faut de tout mais on va dire que lorsqu'il fait beau comme aujourd'hui, c'est le moment parfait pour visiter. Je ne connais rien de la vie, c'en est presque désolant » lui rétorquais-je avec un léger sourire. C'était même désolant puisque je ne connaissais rien de mon nouveau chez moi. L'adaptation serait encore plus difficile si je ne faisais pas d'effort pour m'intégrer et à part allez dans une salle de sport non loin de mon domicile, je ne faisais pas grand chose. Sauf bien entendu allez travailler mais cela coulait de source à mes yeux ! J'étais venue pour cela et grâce à cela après tout ; un simple emploi dans un cabinet d'avocat de New York. Si plus jeune on m'avait dis que je passerai de chanteuse à succès à secrétaire dans un cabinet d'avocat, je n'y aurais jamais cru mais alors vraiment jamais. Moi qui voyait ma vie pleine de paillettes dans notre ancienne maison de Mexico, j'étais à côté de la plaque. Ruminer n'était pas la solution alors j'étais gentiment et poliment ce que la jeune australienne avait à me dire. Lorsque je l'entendais, il y avait une lueur d'espoir dans mes yeux, cette petite flamme qui se ravivait en l'entendant dire qu'elle n'abandonnerait pas aussitôt. Elle n'avait pas trouvé chaussure à son pied et bien elle ferait son maximum pour la trouver et je trouvais cela plus qu'encourageant ! Il ne fallait pas baisser les bras et je savais que mon patron, ce cher Elias, était pareil. Il ne se plaisait pas dans le cabinet où il était et il m'avait déjà prévenu qu'il se pourrait qu'il aille ailleurs, ce qui ne me plaisait guère puisque j'avais à peine le temps de m'habituer que c'était déjà l'heure de tout changer. La vie est faite de changement, je peux le comprendre mais il fallait y aller molo tout de même. Changer d'employeur pourrait être sympa et enrichissant puisque je découvrirais d'autres manières de travailler mais il fallait dire que je m'étais rapidement attachée à Elias et à ses petites manies. J'écoutais la jeune femme et lorsqu'elle me dit qu'elle allait bientôt ouvrir son propre cabinet avec monsieur Van Santen, mon cœur rata un battement. Merde. J'aurai préféré l'apprendre de la bouche du jeune homme et cela devait se lire sur mon visage vu le petit rire de la jeune femme. Bon et bien maintenant, je n'avais plus qu'à pointer à l'agence pour l'emploi ou bien prier pour que le futur remplaçant veuille bien de moi. Je me voyais déjà, à galérer pour m'intégrer, trouver un job, réussir à impressionner le futur avocat pour lequel je travaillerais. Recommencer encore et encore était pire que tout mais je n'avais pas le choix. Seulement, ce que dit Sephora par la suite fit naître un joli sourire sur mon visage. « Oh mais ce serait... bien, très bien. Hum, génial ? » J'arqua un sourcil avant de faire un large sourire. Si le mot n'était pas adéquat et bien zut ! « Je suis vraiment contente que vous et Monsieur Van Santen avaient pensé à moi. C'est vraiment gentil de votre part à tous les deux et ce serait avec honneur que je ferai ce travail avec vous et pour vous » Un honneur tout particulier surtout à Elias qui avait pensé à moi plutôt que de faire passer des entretiens à bons nombre de demoiselles ou jeunes hommes. « Vous pouvez compter sur moi dès aujourd'hui, merci beaucoup » Remercier la jeune femme coulait de source à mes yeux. Elle venait de m'annoncer que je n'allais pas me retrouver à devoir impressionner quelqu'un d'autre, c'était parfait. Bien entendu, je me doutais bien qu'un moment ou à un autre, je devrais passer un quelconque examen parce que même si on m'avait plutôt bien accepter dans le premier cabinet, peut être que de futurs collaborateurs ne seraient pas de cet avis... et cela serait bien regrettable que je perde mon emploi pour si peu.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Proposition alléchante | Cléo

Revenir en haut Aller en bas

Proposition alléchante | Cléo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
i have a motherfucking dream ::  :: Archives :: Anciennes Archives-